Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Deuxième partie. Regards croisés

Jacques du Fay, un Français à la Cour de Tamerlan

Michele Bernardini

Texte intégral

  • 1 On pourra ici noter les noms de l’ambassadeur de Castille, Ruy González de Clavijo, qui nous a lai (...)

1Dans cet hommage, que j’adresse au grand savant et ami Pierre Chuvin, je désirerais revenir sur le sujet de la présence des Européens à la cour de Tamerlan, en ajoutant une petite tesselle à une mosaïque humaine de personnages plus ou moins connus. En effet, si certains parmi eux le sont, surtout grâce aux témoignages qu’ils nous ont laissés,1 on devra se contenter pour d’autres de vagues indices, comme c’est le cas, qui demeure énigmatique, de ce Jacques du Fay que Jean Froissart mentionne dans le chapitre consacré à la bataille de Nicopolis de ses Chroniques.

  • 2 J. Froissart, Chroniques. Livres iii et iv , éd. Peter Ainsworth et Alberto Varvaro, Librairie Gén (...)

Là avoit ung chevallier de Picquardie, qui s’appeloit messire Jacques de Helly, lequel avoit demouré en son temps en Turquie et avoit servi en armes l’Amourath [Murad I, sultan ottoman, 1359-1389] pere à ce roy Basaach [Beyazid I, 1389-1402, successeur de Murad I], dont je parolle presentement, et savoit ung petit parler turc ; quant il vey que la desconfiture tourneroit sur eulx, si eubt avis de eulx saulver, car il veoit que qui pouoit venir jusques à estre prins, il se rendoit et mettoit à saulveté et Sarazins, qui sont convoiteux sur or et sur argent, les prendoient et tournoient d’un letz et les saulvoient.
Par celle manière fut saulvez de non estre occis en la prise et en la chasse messire Jacque de Helly et aussi un escuier de Tournesis qui se nommoit Jacque du Fey et avoit servi au roy de Tartarie (le roi s’appeloit Tamburin). Et quant ce Jacque sceut les nouvelles que les Franchois venaient en Turquie, il prist congié au roy de Tartarie, lequel luy donna assez legierement, si fu à la bataille et là pris et saulvez proprement des gens du roy Tamburin de Tartarie, qui là estoient, car le roy Taburin, à la prière et requeste de l’Amourathbacquin [Murad I], y avoit envoyé grant foison de ses gens, ainsi que tous roys, crestiens ou payens, quant il besoigne confortent l’un l’autre2.

  • 3 J. Delaville Le Roulx, La France en Orient au xive siècle. Expéditions du Maréchal Boucicaut, 2 vo (...)
  • 4 Le Livre des Fais du bon Messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, Marechal de France et Gouverneu (...)
  • 5 Le Livre des Fais, 157 (chap. XXXVII).
  • 6 Delaville Le Roulx, La France en Orient, ii, 80.

2Qui est donc ce Jacques du Fay ? Les études qui ont été menées jusqu’à présent sur les relations entre l’Occident et Tamerlan, sont plutôt pauvres en ce qui le concerne. J. Delaville Le Roulx3, un des savants qui ont traité de ces relations, mentionne dans une note le personnage. C’est dans le cadre de la Croisade prêchée par Sigismond de Hongrie en 1394, quand la noblesse française « avait alors une telle activité guerrière qu’elle courait à tous les champs de bataille ; en Prusse avec les Teutoniques, en Hongrie [...], en Orient même, au service du sultan et de Tamerlan ». En effet, se rendant à Jérusalem en 1388, le Maréchal de France Jean Le Maingre Boucicaut, qui sera ensuite un des acteurs majeurs des relations entre la France et Tamerlan, s’adressait à cette époque à Murad I pour combattre les « Sarrasins », c’est-à-dire les Mamelouks4. Dans son Livre des Fais, Boucicaut ne mentionne toutefois pas Jacques du Fay. Il ne mentionne pas non plus Tamerlan. Celui-ci va apparaître bien plus tard dans le texte, en tant que protagoniste de la « vengeance » sur Beyazid I, au moment de la victoire d’Ankara (1402)5. Puisque Delaville Le Roulx, après Froissart, fait figurer Jacques du Fay parmi les croisés qui ont participé à l’expédition de Hongrie, c’est-à-dire à la bataille de Nicopolis en 13966, on peut utiliser cette date comme terminus ante quem de l’expédition de Jacques du Fay à la cour de Tamerlan.

  • 7 Gastelier De La Tour, Généalogie de la maison de Fay en Velay, De Vincent, Paris 1772 ; cf. pour l’ (...)
  • 8 Ce dernier a été l’objet d’une étude particulière de P. Gardette, « Jacques de Helly, figure de l’ (...)
  • 9 Œuvres complètes de Pierre de Bourdelle Seigneur de Brantôme, Jules Renouard, Paris 1869, 386.

3Quant au déroulement du voyage de Jacques du Fay et au terminus post quem de sa mission, on en est réduit à des conjectures qui nécessitent un réel effort d’interprétation et n’aboutissent qu’à des conclusions hypothétiques. L’absence d’informations sur le personnage est confirmée par le fait qu’il n’apparaît pas dans les notices biographiques consacrées à la maison de Fay : on ne trouve pas trace de Jacques dans la Généalogie de la maison de Fay de Gastelier de La Tour7, et la mention de Jacques du Fay, – encore une fois avec Jacques de Helly8 – par Brantôme, qui reprend explicitement Froissart dans son Discours sur les Couronnels de l’Infanterie de France, n’apporte aucune information sur cette figure énigmatique9.

  • 10 Cf. A. Knobler, « The Rise of Timur and Western Diplomatic Response », Journal of the Royal Asiati (...)
  • 11 Les deux chroniques principales sur sur cette époque sont Niẓām al-Dīn Shāmī (Ẓafarnāma par Niẓāmu (...)
  • 12 F. B. Charmoy, « Expedition de Timoûr-i Lenk (Tamerlan) contre Toqtamiche, en 1391 de J. C. », Mém (...)
  • 13 Sur la conquête de l’Iran voir H. R. Roemer, « Timur in Iran », dans Cambridge History of Iran, VI (...)

4Les relations officielles entre les pays d’Europe, la France en particulier, et Tamerlan ne commencèrent qu’après la bataille de Nicopolis10. Pour la période qui précède cette bataille, le sujet n’est pas simple. De plus, les années 1388-139511 furent caractérisées par différentes entreprises militaires, en premier lieu le conflit entre Tamerlan et son redoutable adversaire Toqtamish Khan, seigneur de la Horde d’Or. De 1388 à 1395, il mena contre ce dernier pas moins de cinq campagnes, traversant plusieurs fois les steppes du Dasht-e Qipchaq, qui correspondent aux territoires de la Grande Russie (la Russie orientale), ainsi qu’à une partie de l’Asie centrale gouvernée par les membres de l’ulus de Jöchi, c’est-à-dire les descendants du fils aîné de Gengis Khan et leurs vassaux russes et lituaniens12. Entre 1381 et 1393 Tamerlan acheva aussi la conquête de l’Iran, soumettant différents royaumes : les Karts, les Mozaffarides, les Jalayrides et autres entités mineures (1381-1393). En 1393 il prit Bagdad pour la première fois, et l’année suivante il soumit le Kurdistan et entra en Anatolie orientale13.

5Supposer une rencontre dans ces années-là entre Jacques et Tamerlan nous amène à prendre en considération tous les itinéraires suivis dans ses campagnes par le seigneur de l’Asie centrale et ses armées. Si l’on exclut une rencontre en Iran, hautement improbable faute de toute base possible et en raison de l’état de conflit perpétuel dans cette région, on peut faire deux autres hypothèses.

  • 14 Cf. P. G. Golubovich, Biblioteca Bio-Bibliografica della Terra Santa e dell’Oriente francescano, Q (...)
  • 15 . M. Balard, La Romanie génoise ( xiie-début du xve siècle), 2 vols., École française de Rome, Rome (...)
  • 16 Yazdī, Ẓafarnāme, I, 331-332.
  • 17 F. Thiriet, Registres des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, 3 vols., La Haye (...)
  • 18 Redusiis, Chronicum Tarvisinum, cols. 802-804 ; Shāmī, Ẓafarnāme, I, 162.

6La première est que Jacques du Fay se soit trouvé dans les territoires de la Horde d’Or, où existaient depuis longtemps des établissements franciscains14 ainsi que des comptoirs italiens, génois surtout15. Toutefois le caractère des déplacements des armées de Tamerlan rend improbable la rencontre de Jacques du Fay avec le seigneur des Chaghataïdes à une époque trop haute. En 1389 encore, Tamerlan se montre très hostile aux chrétiens qu’il considère comme des alliés de Toqtamish, en mentionnant la ville de Caffa qui fournit des soldats au seigneur de la Horde d’Or16. Bien que le Sénat vénitien se soit posé dès 1394 la question d’un contact avec Tamerlan17, la première rencontre entre les Européens et Tamerlan n’est attestée qu’en 1395, par le chroniqueur de Trévise Andrea Redusio (Andrea de Redusiis), quand, poursuivant Toqtamish dans le dernier conflit qui les vit s’affronter, le maître de l’Asie centrale s’approcha de la ville de Tana (Azaq/Azov). À cette occasion, une délégation formée à la suite d’un conseil tenu par les membres des comptoirs européens (des Vénitiens, des Génois, des Catalans et des Biscaïens), et conduite par le Vénitien Pietro Miani, serait allée trouver Tamerlan jusque dans son campement. Redusiis, qui est notre unique source (datant de 1460), nous décrit le retour de Miani avec un émissaire timouride qui se montra fort intéressé par le port de la ville et ses marchés, et revint ensuite chez son maître plein de conseils sur la meilleure façon de conquérir cette base importante pour accéder au Don. Finalement, Tamerlan prit Tana et fit, selon les sources persanes, détruire son ḥiṣār sans respecter les accords et en obligeant ceux qui s’étaient mis en sûreté en mer sur leurs bateaux à payer une rançon pour sauver les hommes restés dans la ville. Redusiis nous informe aussi qu’un Génois, Giovanni Andrea, se trouvait déjà à la cour de Tamerlan et connut un destin très différent de celui de Pietro Miani, qui lui fut emprisonné. Giovanni Andrea semble avoir eu une certaine intimité avec le seigneur et raconte à son tour avoir assisté à une ambassade d’un souverain oriental18.

  • 19 Lalande, Jean ii Le Maingre, 97-103.
  • 20 Ses prédécesseurs, Valerand de Luxembourg-Ligny, comte de Saint-Pol (1397-1398) et Colart de Colle (...)
  • 21 Cf. M. Bernardini, « Tamerlano i Genovesi e il favoloso Axalla », Europa e Islam tra i secoli XIV (...)

7Or Gênes avait sollicité l’intervention française dans ses affaires dès 1394 ; à partir de 1396 elle est sous l’autorité du roi de France19 et il n’est pas impossible que Jacques du Fay ait pu avoir affaire à cette époque aux Génois, et donc, par leur intermédiaire, à Tamerlan. En tout cas les Génois deviennent dès 1395 des partenaires fiables de Tamerlan qui, apparemment, lui fourniront une aide pour ses campagnes. Ceci sous le contrôle du Maréchal Boucicaut qui, à partir de 1401, devint le tyrannique gouverneur de Gênes et porta une grande attention aux comptoirs de la Méditerranée et de l’Asie Mineure20. Le rôle qu’a pu jouer Jacques du Fay dans ce contexte n’est pas clair. Mais on ne peut pas ignorer les nombreuses missions diplomatiques qui se succédèrent à partir de 1396 : le Maréchal de Boucicaut fit alors appel des émissaires, au nombre desquels aurait très bien pu se trouver notre écuyer21.

8Une deuxième hypothèse est que la rencontre entre Tamerlan et Jacques du Fay ait eu lieu à Samarcande, capitale de l’empire, où Tamerlan retourna à plusieurs reprises entre 1388 à 1395. Samarcande, pourtant, n’est pas encore la ville impériale qu’elle deviendra après la campagne indienne de 1398-1399 : elle ne correspond en rien à la Samarcande décrite par Clavijo au moment de son séjour en 1403, et probablement se montrait-elle assez peu accueillante pour un Occidental.

9Il est possible que Jacques du Fay ait suivi Tamerlan dans ses campagnes durant les années 1394-1395 : ceci expliquerait l’expression de Froissart affirmant qu’il « avoit servi au roi de Tartarie ». Mais on reste là dans le domaine de la pure hypothèse.

  • 22 Se référant aux trois ans passés par Jacques de Helly à la cour de Murad I, Gardette nous dit : «  (...)
  • 23 Yazdī, Ẓafarnāme, ii, 185.
  • 24 Z. V. Togan, « Timurs Osteuropapolitik », Zeitschriftder Deutschen Morgenlandischen Gesellschaft, (...)
  • 25 J. E. Woods, « Timur Genealogy », Intellectual Studies in Islam. Essays written in Honor of Martin (...)
  • 26 Cf. ‘Abd al- Ḥusayn Navā’ī, Majmū‘ e-ye asnād va mukātabāt-i tārīkhī-ye Īrān az Tīmūr tā Shāh Ismā (...)
  • 27 M. Bernardini, Mémoire et propagande à l’époque timouride, Association pour l’Avancement des Étude (...)

10Il y a pourtant un aspect important dans ce que suggère Froissart : l’éventualité d’une relation diplomatique entre les Français et Murad I. D’un côté on notera que, selon Philippe Gardette, Murad I jouissait d’une bonne réputation à la cour de France, au contraire de son successeur Beyazid22. On peut dire la même chose de la considération envers Murad I dans les sources timourides, qui décrivent ses efforts contre les infidèles, bien qu’il soit considéré comme ayant été incapable de les battre23. Quant à Beyazid, les sources timourides en parlent sur un ton très dur, car elles furent toutes écrites après la bataille d’Ankara en 1402. On notera toutefois les propositions du maître de l’Asie centrale au sultan ottoman avant 1395. Dans une lettre envoyée à l’époque de la bataille de Nicopolis, qui a été publiée par Zeki Velidi Togan en 195824, et ensuite reprise par John E. Woods25, Tamerlan semble être intimidé par son adversaire, qu’il appelle ghāzī (c’est-à-dire guerrier de la foi) et qu’il considère comme un éventuel allié. Ceci est bien différent des lettres postérieures, menaçantes et qui préfigurent en fait la campagne qui s’acheva avec la frappe finale de 140226. Il n’est donc pas impossible que Tamerlan ait fourni des troupes au sultan ottoman Murad I ou à Beyazid I, bien que ce fait ne soit pas confirmé par ailleurs. Le grand conflit commença après Nicopolis en 1396, quand Tamerlan prit conscience du grand potentiel idéologique des campagnes ottomanes27.

  • 28Āşiḳpāşāzāde, Osmanoğulları’nın tarihi, éds. Kemal Yavuz et M.A. Yekta Saraç, K Kitaplığı 28, Ist (...)
  • 29 IbnArabshāh, Shihāb Al-Dīn Aḥmad B. Muḥammad, ‘Ajā’īb al-maqdūr fī nawā’ ib Taymūr, éds. Aḥmad(...)
  • 30 Astarābādī, ‘ Azīz b. Ardashīr, Bazm u razm, éds. Kilisli Rifat et Mehmed Fuad Köprülü, Istanbul 19 (...)

11L’ambiguïté du texte de Froissart réside dans le fait que Jacques du Fay aurait demandé à Tamerlan de partir au secours des chrétiens, mais en réalité il est tout à fait vraisemblable qu’il ait utilisé ce prétexte pour rentrer en Europe ou encore que Froissart n’ait eu qu’une très vague connaissance du contexte timouride et que ses informations aient été filtrées pour des raisons que l’on ignore. Le fait qu’il fut « saulvez proprement des gens du roy Tamburin de Tartarie, qui là estoient », pourrait bien aussi se référer à des éléments turcomans qui serviront en suite en nombre Tamerlan, abandonnant Beyazid et passant au camp adverse au moment de la bataille d’Ankara. Leurs chefs (begs) s’étaient enfuis en 1389-1390 de Ipsala, en Thrace, où les tenait prisonniers Beyazid, pour rejoindre Tamerlan et lui demander de combattre contre le sultan28, mais leurs soldats représentaient une composante de l’armée de Beyazid depuis 1390. Le fait qu’ils pouvaient se considérer comme des alliés de Tamerlan, tout comme les fameux « Tatares noirs », eux aussi passés ensuite sous les ordres de Tamerlan, et mentionnés par Ibn ‘Arabshāh et par Johannes Schiltberger29, pourrait être la raison de leur mention par Froissart dans sa chronique en tant que « gens du roy Tamburin », bien que ceci reste difficile à prouver. Toutefois, Jacques du Fay aurait pu connaître les chefs turcomans en Anatolie orientale, au moment de la première incursion de Tamerlan, quand celui-ci contacta les différents chefs locaux des Beyliks. Il est donc possible que Jacques ait lui-même considéré ces Turcomans comme les « gens » de Tamerlan30.

  • 31 Gardette, « Jacques de Helly », op. cit.

12Il faudrait encore dire un mot des connaissances linguistiques de Jacques de Helly, qui lui permirent de sauver des prisonniers après la Bataille de Nicopolis, en une démarche ambiguë qui a été bien décrite par Philippe Gardette31. Ces connaissances, acquises en trois ans par Jacques de Helly après son envoi à la cour ottomane, ne semblent pas avoir été partagées par Jacques du Fay. Il semblerait que les deux soient partis pour les contrées musulmanes en deux moments différents. En effet, Jacques du Fay semble avoir séjourné auprès de Tamerlan pour une période plus courte. En tout cas, la langue qu’il apprit – s’il en apprit une – n’était pas celle des Ottomans : il n’apparaît pas avec le même rôle d’intermédiaire que Jacques de Helly.

13En conclusion, on peut ajouter que Jacques du Fay disparaît du texte de Froissart après la bataille de Nicopolis, ce qui, encore une fois, nous amène à penser que son voyage en « Tartarie », doit être complètement distingué de celui de Jacques de Helly. Le fait qu’ils soient mentionnés ensemble peut s’expliquer par le simple fait de leur voyage en Orient. En tout cas, si le récit de Froissart correspond bien à la vérité, Jacques du Fay peut être légitimement considéré comme l’un des tout premiers Européens à avoir, à notre connaissance, rencontré Tamerlan.

Portail de la medrese-hôpital de Divriği (1228), Anatolie orientale.
Cliché Ergun Çağatay.

Étal de tissus sur le bazar de Shahr-i Sabz, berceau au xive siècle de la dynastie timouride.
Cliché Ergun Çağatay.

Mosquée d'été à l'entrée de l'allée funéraire de Shah-i Zinde à Samarcande.
Cliché Ergun Çağatay.

Fidèles à l'entrée du mausolée d’Amir Zâde (1386) à Shah-i Zinde.
Cliché Ergun Çağatay.

Notes

1 On pourra ici noter les noms de l’ambassadeur de Castille, Ruy González de Clavijo, qui nous a laissé le plus remarquable témoignage sur la cour de Tamerlan, Historia del Gran Tamurlan, e itinerario y narración del viaje de la embajada que Ruy González de Clavijo le hizo por mandado del muy poderoso señor Rey don Enrique el Tercero de Castilla, éd. F. Lopez Estrada, Miraguano ed., Madrid 1999 ; le Voyage de Johannes Schiltberger, est aussi un témoignage important, dont on signale ici la récente édition allemande Irfahrt durch den Orient, éd. Markus Tremmel, Via Verbis Bavarica, Wambach 2006 et la traduction française Captif des Tatars, éd. Jacques Rollet et Michel Balivet, Anacharsis, Toulouse 2008, et encore le Siennois Beltramo Mignanelli, auteur d’un Liber Tomorlenghi, voir N. Mahmoud Helmy, Tra Siena, l’Oriente e la Curia. Beltramo Mignanelli e le sue opere, Istituto Storico italiano, Rome 2013.

2 J. Froissart, Chroniques. Livres iii et iv , éd. Peter Ainsworth et Alberto Varvaro, Librairie Générale Française, Paris 2004, 616. Les éditeurs dans une note ajoutent que Tamburin était certainement Timur Lang vainqueur d’une bataille contre Beyazid en 1404 (sic, recte 1402).

3 J. Delaville Le Roulx, La France en Orient au xive siècle. Expéditions du Maréchal Boucicaut, 2 vol., Ernest Thorin, Paris 1886, vol. I, 228-229.

4 Le Livre des Fais du bon Messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, Marechal de France et Gouverneur de Jennes, éd. Denis Lalande, Droz, Genève 1985, 61-62 ; Delaville Le Roulx, La France en Orient, I, 163. Sur le voyage en Palestine, voir D. lalande, Jean ii Le Maingre dit Boucicaut (1366-1421), Droz, Genève 1988, 27-28.

5 Le Livre des Fais, 157 (chap. XXXVII).

6 Delaville Le Roulx, La France en Orient, ii, 80.

7 Gastelier De La Tour, Généalogie de la maison de Fay en Velay, De Vincent, Paris 1772 ; cf. pour l’histoire des Fay, Dictionnaire de Biographie Française, Librairie Letouzey et Ané, Paris 2000, CXIII, éds. M. Prevost, R. D’Amat, H. Tribout de Morembert, J.-P. Lobies, 1270-1271.

8 Ce dernier a été l’objet d’une étude particulière de P. Gardette, « Jacques de Helly, figure de l’entre-deux culturel au lendemain de la défaite de Nicopolis », Erytheia Revista de Estudios Bizantinos y Neogriegos, XXIV, 2003, 111-124.

9 Œuvres complètes de Pierre de Bourdelle Seigneur de Brantôme, Jules Renouard, Paris 1869, 386.

10 Cf. A. Knobler, « The Rise of Timur and Western Diplomatic Response », Journal of the Royal Asiatic Society, S. III, 5/3 (1995), 341-349.

11 Les deux chroniques principales sur sur cette époque sont Niẓām al-Dīn Shāmī (Ẓafarnāma par Niẓāmuddīn Šāmī, avec les additions empruntées au Zubdatu-t-tawārīḫ-i Baysunġūrī de Ḥāfiẓ-i Abrū, I, Texte persan du Ẓafarnāma, éd. Felix Tauer, Orientální Ustáv, Prague 1937, 83-162) ; Sharaf al-Dīn ‘Alī Yazdī (Ẓafarnāme, 2 vols., éd. Muḥammad ‘ Abbāsī, Téhéran, Amīr Kabīr, 1336/1958, I, 311-559).

12 F. B. Charmoy, « Expedition de Timoûr-i Lenk (Tamerlan) contre Toqtamiche, en 1391 de J. C. », Mémoires de l’Académie Impériale des Sciences de St. Pétersbourg, [6s.], iii/5, 1835-1836, (repr. Amsterdam, 1975) ; Z. V. Togan, « Timur’s Campaign of 1995 in the Ukraine and North Caucasus », Annals of the Ukrainian Academy of Art and Sciences in the US, VI (1958), 1358-71 ; voir aussi G. Vernadsky, The Mongols and Russia, Yale University Press, New Haven 1951.

13 Sur la conquête de l’Iran voir H. R. Roemer, « Timur in Iran », dans Cambridge History of Iran, VI, The Timurid and Safavid Periods, éds. Peter Jackson et Laurence Lockhart, Cambridge University Press, Cambridge 1986, 42-97.

14 Cf. P. G. Golubovich, Biblioteca Bio-Bibliografica della Terra Santa e dell’Oriente francescano, Quaracchi (Florence), Collegio di S. Bonaventura, II, 1913, 542, nous indique la présence de couvents franciscains dans la ville de Hajji Tarkhan jusqu’à sa prise en 1395, et encore (V, 1927, 313), la nomination d’un certain frère Jacob en tant que chapelain de Tana (Azov) en 1395, par le pape Boniface IX. Une source datant de 1460, Andrea de Redusiis, “Chronicum Tarvisinum ab anno MCCCCLXVIII. usque ad Annum MCCCCXVII Auctore Andrea de Redusiis de Quero nunc primum in lucem erumpit ex Msto Codice Collaltino”, Ludovico A. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, XIX, Milan 1731, 757-866, nous informe de la présence de deux franciscains dans le campement à Tana de Tamerlan en 1395.

15 . M. Balard, La Romanie génoise ( xiie-début du xve siècle), 2 vols., École française de Rome, Rome 1978, I, 355-453.

16 Yazdī, Ẓafarnāme, I, 331-332.

17 F. Thiriet, Registres des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, 3 vols., La Haye 1958-1961 : nos. 860, 898, 927, 981.

18 Redusiis, Chronicum Tarvisinum, cols. 802-804 ; Shāmī, Ẓafarnāme, I, 162.

19 Lalande, Jean ii Le Maingre, 97-103.

20 Ses prédécesseurs, Valerand de Luxembourg-Ligny, comte de Saint-Pol (1397-1398) et Colart de Colleville (1398-1401), dépourvus de son pouvoir et de son énergie, avaient échoué dans la tâche.

21 Cf. M. Bernardini, « Tamerlano i Genovesi e il favoloso Axalla », Europa e Islam tra i secoli XIV e XVI / Europe and Islam Between 14th and 16th Centuries, éds. Michele Bernardini, Encarnación Sánchez García et alii, 2 vols. Istituto Orientale di Napoli (Collana “Matteo Ripa” XVIII), Naples 2002, I, 391-426 et « Chio, Focea e Tamerlano », in Sûzişât-i mü’ellefe. Contaminazioni e spigolature turcologiche. Scritti in onore di Giampiero Bellingeri, a cura di Vera Costantini e Matthias Kappler, Corcetta di Mondello (TV), Terra Ferma 2010, 57-64.

22 Se référant aux trois ans passés par Jacques de Helly à la cour de Murad I, Gardette nous dit : « cet épisode propose une image plutôt positive de Murad Ier qui passe, unanimement dans le chroniques françaises, pour un souverain sage et éclairé, à l’inverse de son fils Bajazet reconnu pour avoir un caractère violent et impulsif », Gardette, « Jacques de Helly », 113.

23 Yazdī, Ẓafarnāme, ii, 185.

24 Z. V. Togan, « Timurs Osteuropapolitik », Zeitschriftder Deutschen Morgenlandischen Gesellschaft, 108 (1958), 279-298.

25 J. E. Woods, « Timur Genealogy », Intellectual Studies in Islam. Essays written in Honor of Martin Dickson, University of Utah Press, Salt Lake City 1990, 85-125, en part. 105-108.

26 Cf. ‘Abd al- Ḥusayn Navā’ī, Majmū‘ e-ye asnād va mukātabāt-i tārīkhī-ye Īrān az Tīmūr tā Shāh Ismā ‘īl bā yāddāshthā-ye tafṣīlī, Shirkat-e Intishārāt-e ‘Ilmī va Farhangī, Téhéran 1370h.š./1991, (1e éd. 1341h. š./1962), 90-125.

27 M. Bernardini, Mémoire et propagande à l’époque timouride, Association pour l’Avancement des Études Iraniennes (Cahiers de Studia Iranica 37), Paris 2008.

28Āşiḳpāşāzāde, Osmanoğulları’nın tarihi, éds. Kemal Yavuz et M.A. Yekta Saraç, K Kitaplığı 28, Istanbul 2003, 139 ; NEŞRI, Kitâb-i Cihan-Nümâ : Neşrî tarihi. 2 vols, éds. Faik Reşit Unat et Mehmed A. Koymen. 2e éd., Türk Tarih Kurumu yayınları, Ankara 1987, I, 343.

29 IbnArabshāh, Shihāb Al-Dīn Aḥmad B. Muḥammad, ‘Ajā’īb al-maqdūr fī nawā’ ib Taymūr, éds. Aḥmad Fā’īz al-Ḥimṣī, Beyrouth 1407/1986, 320-22 ; Schiltberger, Captif des Tatars, 63.

30 Astarābādī, ‘ Azīz b. Ardashīr, Bazm u razm, éds. Kilisli Rifat et Mehmed Fuad Köprülü, Istanbul 1928, 449.

31 Gardette, « Jacques de Helly », op. cit.

Table des illustrations

Légende Portail de la medrese-hôpital de Divriği (1228), Anatolie orientale.Cliché Ergun Çağatay.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Étal de tissus sur le bazar de Shahr-i Sabz, berceau au xive siècle de la dynastie timouride.Cliché Ergun Çağatay.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Légende Mosquée d'été à l'entrée de l'allée funéraire de Shah-i Zinde à Samarcande.Cliché Ergun Çağatay.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fidèles à l'entrée du mausolée d’Amir Zâde (1386) à Shah-i Zinde.Cliché Ergun Çağatay.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

Professeur de langue et littérature persanes à l’Université de Naples « L’Orientale », Italie.
mbernardini@unior.it

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540