Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Conclusion

Texte intégral

  • 1 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 196, dp n° 81 de Colomiès, CGF, au MAE, du 24.IX.14, « Politique de Rahmy B (...)

1La Smyrne ottomane est une société complexe et diverse, en relations étroites avec l’Occident, et en position de rayonnement sur l’ensemble de l’Asie Mineure occidentale. À la fin du xixe siècle, les différents groupes de population sont installés depuis longtemps dans la région. Les communautés y sont toutes présentes depuis au moins la fin du xve siècle, après l’arrivée des juifs expulsés d’Espagne. Elles peuvent vivre ensemble dans le cadre impérial ottoman et vraisemblablement mieux qu’ailleurs dans l’Empire. Les réformes, Tanzimats, qui, à partir de 1839, visent à instituer l’égalité des statuts entre sujets ottomans de toutes les confessions y sont particulièrement bien appliquées. La présence des Occidentaux et de leurs protégés, leur implication dans la vie économique et sociale de la cité, appuyée par les visites de leurs navires de guerre en rade de Smyrne, assurent le maintien d’un statu quo favorable aux non-musulmans. Au xixe siècle, Smyrne abrite une population de moins en moins turque et présente un aspect de plus en plus chrétien. La question de l’autochtonie n’a que très peu de pertinence dans le jeu social, politique et économique. Ces évolutions se poursuivent jusqu’en 1908 au moins. Un consul général de France se laisse même aller à parler de Smyrne en tant que ville européenne1 !

  • 2 Braude et Lewis, « Introduction », in Braude et Lewis (dir.), Christians and Jews in the Ottoman E (...)
  • 3 Braude et Lewis, art. cit., p. 8 : « En somme, au contraire de l’antisémitisme chrétien, la ligne (...)

2Il n’y a donc pas de fatalité historique qui entraîne Smyrne à la catastrophe finale. Cependant, de vives tensions existent entre les groupes en place, bien perceptibles dans leurs discours. Des mouvements idéologiques et historiques, dans toute la zone, convergent pour l’élimination des ports multiethniques, multiconfessionnels, devenus corps indésirables dans les ensembles politiques nationaux en devenir. Le maintien de populations différentes au sein de l’Empire ottoman n’était d’ailleurs pas dû à des considérations philanthropiques2. À Smyrne, cette présence devient ostentatoire dans des domaines aussi divers que l’architecture, les célébrations collectives, les pratiques distinctives en matière de langue ou de loisir, et outrepasse le caractère utilitaire, dont le pouvoir ottoman sait s’accommoder, voire profiter. Un lieu comme Smyrne est en contradiction avec le mépris des héritiers des conquérants ottomans envers les non-musulmans3. La richesse de Smyrne, en effet, n’est pas musulmane et les modèles bourgeois ostentatoires développés dans cette ville du Levant demeurent inaccessibles à la plupart des Turcs ottomans. L’essor scolaire, la modernisation politique, la synchronisation des temps de loisir avec l’Europe, le mimétisme vestimentaire accroissent l’écart entre les deux grands groupes de population. Avides de modernité européenne, les communautés de Smyrne se trouvent et se savent en compétition les unes avec les autres.

  • 4 Valensi L., « Les Autres, Autour de la Méditerranée », p. 207-232, in Valensi L. et Wachtel N., (...)
  • 5 Yannakakis I., « Adieu Alexandrie », p. 125-142, in Ilbert et Yannakakis (dir.), Alexandrie 1860-1 (...)
  • 6 Winock M., La Belle Époque, la France de 1900 à 1914, Paris, 2002, p. 134 : « Qu’est-ce qui distin (...)
  • 7 Braude et Lewis, art. cit., p. 32.

3Le cosmopolitisme levantin est ainsi fait de tensions4, même si certains auteurs éprouvent un malaise face à cette réalité sociale5. Les hiérarchies de valeurs, les critères de la distinction que la Belle Époque européenne exporte à travers le monde contrarient fondamentalement la société de l’Empire. La bourgeoisie non musulmane déclasse l’ensemble des musulmans6. Les rapports sociaux s’ethnicisent. La réalité concrète de cette fracture est discutable, tant les grands groupes religieux sont eux-mêmes stratifiés socialement, mais elle est efficace d’un point de vue symbolique, lors de la mobilisation politique des Turcs, par exemple, au cours des mouvements de boycottage antigrec. Même si une élite turque, encore réduite, prend part à la modernité économique, technique et idéologique de l’Occident, la majeure partie du groupe turco-musulman s’en trouve exclue. La trop grande proximité des modèles de vie des non-musulmans avec l’Occident rend leur voisinage, à terme, problématique. L’occidentalisation exhibée des non-musulmans autochtones délégitime leur présence sur le territoire ottoman : « Ce ne sont plus des peuples protégés par le Coran, mais par des puissances étatiques étrangères. Ils sortent du domaine de l’Islam pour devenir des ressortissants du dar al-harb. Ils ne peuvent plus prétendre à la protection offerte sous forme de citoyenneté de seconde classe. L’ottomanisme et les réformes qui devaient réduire la contradiction échouèrent7. »

4La ville ottomane, gérée par une administration impériale musulmane, ne satisfait pas non plus les élites de la communauté grecque orthodoxe. Smyrne est perçue comme une ville de la périphérie orientale du monde grec, dorénavant centré sur le petit royaume de Grèce. Smyrne ne peut avoir pour telos que l’incorporation au sein du nouvel État-nation. Les voix ottomanistes parmi les Grecs ottomans sont de plus en plus marginalisées. Même l’Église orthodoxe, institution impériale, propage le nationalisme hellénique, depuis l’arrivée de Chrysostome sur le siège métropolitain de Smyrne. De même, cette ville, objectivement accueillante pour la population arménienne, contrevient aussi aux visions des nationalistes dans cette communauté. Selon eux, l’ensemble de ce peuple doit vivre à terme dans l’État arménien à venir, dont l’avènement doit être conquis par la violence. La paix, le brio intellectuel et le bien-être matériel des Arméniens de Smyrne ne leur importent pas. La dispersion des Arméniens dans l’Espace ottoman est considérée par les nationalistes comme une aberration historique à corriger.

  • 8 Darques R., Salonique au xxe siècle, de la cité ottomane à la métropole grecque, Paris, 2000, p. 7 (...)
  • 9 Pour marquer leur différence et leur réprobation, les autochtones les appellent « graines de Turc  (...)

5Après la destruction de la ville, les réfugiés grecs d’Asie Mineure jouent un rôle de première importance dans le développement de la Grèce. De très nombreuses localités sont créées ex nihilo, comme Néa Smyrni dans la banlieue d’Athènes. Leur arrivée change le caractère de certaines régions, comme la Macédoine grecque et sa capitale8. La coexistence entre les Grecs d’Asie Mineure, parfois plus éduqués et autrefois plus riches que les Grecs de Grèce, parfois si « orientaux » dans leurs manières, ne se fait pas sans friction9. L’État hellénique peine à les accueillir et doit recourir à des mesures autoritaires d’attribution de terres et de logements pour venir à bout du problème des réfugiés. Ils jouissent toujours aujourd’hui d’une aura particulière, à la faveur d’un courant de nostalgie pour le passé, mal connu, des Grecs hors des frontières de l’État-nation. Leurs descendants se sont fondus dans l’ensemble national et n’ont pas conservé de liens avec la nouvelle Turquie. Un certain nombre d’entre eux n’ont pas trouvé de place en Grèce et sont partis en Occident. La réussite matérielle de l’armateur Aristote Ônassis en Amérique et l’existence d’une communauté orthodoxe à Sartrouville sont les fruits de ces migrations.

6La petite communauté arménienne de Grèce, quelques milliers de personnes, est en grande part originaire de Smyrne. D’autres Arméniens smyrniotes ont émigré en Occident, tant aux États-Unis, à l’instar de l’archevêque Ghevont Tourian, qu’en France, comme la famille d’universitaires Dédéyan. Leurs descendants connaissent le sort des autres Arméniens occidentaux en diaspora, qui articule apparente assimilation et vie communautaire. La communauté juive d’Izmir a poursuivi son existence sur place, en s’adaptant au cadre national de la nouvelle République turque. Elle a perdu progressivement ses institutions scolaires, son judéo-espagnol, son français, ainsi que sa presse. Discrètement, elle a émigré vers la France, les Amériques, puis Israël. Elle ne rassemble plus actuellement que quelques dizaines d’individus.

7Izmir n’évoque pas la Smyrne plurielle. La population de la ville est issue des mouvements de migration de l’intérieur anatolien et en partie des échanges de populations avec la Grèce. Sa conquête par l’armée kémaliste est tenue pour une normalisation du cours de l’histoire. La majeure partie de la ville détruite a été reconstruite selon un plan qui ne tient guère compte de l’ancienne structure. Il faut de la persévérance, celle d’un historien, pour saisir une trace du passé grec moderne ou arménien dans la ville. La croissance urbaine, depuis les années 1960, a été telle que le panorama même en a été transformé. Izmir est une conurbation moderne où les distances n’ont plus grand rapport avec ce que les habitants de Smyrne connaissaient.

8La destruction de Smyrne s’inscrit dans le mouvement général de disparition des cités cosmopolites de l’Est méditerranéen. Les sociétés multiethniques d’Odessa et de Smyrne, au début du xxe siècle, puis de Thessalonique pendant l’occupation nazie, enfin d’Alexandrie et d’Istanbul, en proie dans les années 1950 aux nationalismes exclusifs égyptien et turc, disparaissent les unes après les autres dans des circonstances généralement violentes. Beyrouth demeure encore, malgré l’instabilité géopolitique et la rupture de la parité entre chrétiens et musulmans, en faveur du dernier groupe. Il est vrai que les communautés en présence y sont toutes arabophones et que la communauté arménienne conserve une prudente neutralité politique. Mais le groupe juif en a déjà été éliminé et les élites cultivées, compétentes et occidentalisées émigrent régulièrement quand elles le peuvent. La simplification continue de la composition des populations locales profite aux élites « autochtones », qui s’approprient peu à peu, d’un point de vue concret et symbolique, les fonctions économiques et certains aspects du style de vie des communautés évincées. Simultanément et à rebours, les grandes cités occidentales connaissent une diversification accrue de leur population et doivent inventer des modes de coexistence pour des groupes aux différences marquées, qui réintroduisent avec force les clivages religieux dans la sphère du politique.

  • 10 Khosradovar F., « L’universel abstrait, le politique et la construction de l’islamisme comme forme (...)

9La précarité du cosmopolitisme levantin ancien, dont Smyrne est un brillant exemple, permet de mesurer la difficulté et l’enjeu des processus en cours10.

Notes

1 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 196, dp n° 81 de Colomiès, CGF, au MAE, du 24.IX.14, « Politique de Rahmy Bey, vali du vilayet d’Aïdin » : « Smyrne est d’ailleurs une des villes les mieux gardées de l’Europe. »

2 Braude et Lewis, « Introduction », in Braude et Lewis (dir.), Christians and Jews in the Ottoman Empire, The Functioning of a Plural Society, Holmes and Meier, New York, t. I : The Central Lands, p. 9 : « Contribuait également à une attitude positive, la considération pratique selon laquelle les dhimmis étaient utiles. »

3 Braude et Lewis, art. cit., p. 8 : « En somme, au contraire de l’antisémitisme chrétien, la ligne de conduite [des musulmans ottomans] n’est pas [dictée par] l’envie ou la peur ou la haine, mais simplement par le mépris. »

4 Valensi L., « Les Autres, Autour de la Méditerranée », p. 207-232, in Valensi L. et Wachtel N., Mémoires juives, Paris, 1986, p. 207 : « ... les différentes composantes de la population ne sont pas perçues et présentées comme équivalentes. On devine au contraire des dénivellations, une hiérarchie, et par conséquent la recherche des moyens appropriés pour en éviter les degrés inférieurs ou se hisser aux degrés plus élevés. Derrière la pacifique coexistence, perce alors la compétition tacite qui oppose les divers groupes. »

5 Yannakakis I., « Adieu Alexandrie », p. 125-142, in Ilbert et Yannakakis (dir.), Alexandrie 1860-1960, Paris, 1992. Yannakakis affirme, p. 137 : « Parmi les étrangers, une mentalité a-coloniale se crée au fil des ans. Tous ceux qui ont vécu à Alexandrie la partagent intimement, jusqu’à aujourd’hui. » Puis, plus loin : « Cette identité [communautaire] permet à ces étrangers issus de milieux pauvres de s’insérer dans la société alexandrine sans pour autant ressentir envers l’Égyptien un sentiment de supériorité. »

6 Winock M., La Belle Époque, la France de 1900 à 1914, Paris, 2002, p. 134 : « Qu’est-ce qui distingue le bourgeois ? C’est la distinction. Qu’est-ce que la distinction ? C’est l’opposé du commun, c’est le système de signes visibles, ou perceptibles, qui démarque la bourgeoisie du commun. [...] Le savoir-vivre est très codifié, comme le montrent le manuel de la “baronne” Staffe et bien d’autres [...] »

7 Braude et Lewis, art. cit., p. 32.

8 Darques R., Salonique au xxe siècle, de la cité ottomane à la métropole grecque, Paris, 2000, p. 75 : « L’hellénisation intégrale de Salonique est le double résultat d’un processus de départ des populations qui donnaient à la cité son caractère multi-ethnique et d’installation des réfugiés de la diaspora. La ville fut imprégnée dans son ensemble par cet afflux brutal et massif de populations allogènes. »

9 Pour marquer leur différence et leur réprobation, les autochtones les appellent « graines de Turc ».

10 Khosradovar F., « L’universel abstrait, le politique et la construction de l’islamisme comme forme d’altérité », p. 113-151, in Wieviorka M. (dir.), Une société fragmentée ?, Paris, 1997, p. 151 : « Une nouvelle synthèse républicaine et démocratique est nécessaire pour que des individus puissent affronter une modernité traumatisante, là où l’État-nation montre ses limites. Le problème est tout aussi bien d’assigner des limites aux formes néo-communautaires de gestion du sens, pour que la vie sociale ne devienne pas un ensemble hermétique de communautés séparées les unes des autres. Pour cela, du moins en France, il faut s’affranchir de la tyrannie d’un universalisme qui, au nom de la légitimité autoproclamée de sa mainmise exclusive sur l’universel, est trop souvent porteur d’un ethnocentrisme inavoué et d’un refus du dialogue. »

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search