Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Cinquième partie. Épilogue meurtrier

Un cosmopolitisme à détruire

Texte intégral

1Il ne semble pas possible d’écrire un livre sur la Smyrne ottomane sans aborder la destruction de la ville et les problèmes historiographiques qu’elle soulève. La position d’historien dans un pays libre y contraint presque. Refuser les dimensions politiques de l’activité historienne paraît illusoire et confortable, à bien court terme seulement.

  • 1 Atay C., Izmir dans l’histoire, Izmir, 1978 (tu.), p. 89. L’auteur, peu suspect de sympathies hell (...)
  • 2 AMAEF-L-T-22, f. n° 58, dp de Laporte, CGF, à Defrance, HCF, du 11.XI.20, « Situation politique »  (...)
  • 3 Toutes les villes de l’intérieur – Eskişehir, Uşak, Magnésie, Cassaba – sont pillées et incendiées (...)

2La cité chatoyante a vécu un court après-guerre ottoman, relativement libéral, puis elle échoit, par la volonté des vainqueurs en conférence à Versailles, à l’administration hellénique, qui débute le 15 mai 1919. Le débarquement dans la ville est marqué par quelques escarmouches, de très mauvais effet, et une liesse populaire parmi la majorité grecque orthodoxe de la ville. L’administrateur hellénique, Aristidis Steryiadis, choisi par Elefthéros Vénizélos, essaie de préparer le rattachement de la ville au royaume en ménageant les droits collectifs des musulmans, malgré les débordements qui ont précédé et accompagné l’arrivée des soldats du royaume sur place1. Son intransigeance sur ce point le rend très impopulaire auprès des Rums2. Il n’est pas responsable du comportement des soldats en campagne, parmi lesquels les classes de jeunes Grecs orthodoxes sont incorporées. L’armée hellénique avance par à-coups jusqu’aux abords d’Ankara, sur le fleuve Sakarya (23 août-13 septembre 1921). Mais ce sera ensuite le reflux. La retraite est accompagnée de saccages et d’incendies3. La population grecque orthodoxe essaie de fuir avec l’armée grecque. La Grèce s’est isolée diplomatiquement, en renvoyant Vénizélos dans l’opposition (novembre 1920) et, rappelant le roi Constantin, beau-frère du Kaiser déchu. Le mouvement nationaliste animé par Mustafa Kemal, en Anatolie, prend position sur le terrain et parvient habilement à trouver des soutiens internationaux : Russie bolchevique (livraison d’or russe, le 8 septembre 1920, à Erzurum, puis traité d’amitié et de fraternité turco-soviétique du 16 mars 1921), Italie (février 1921) et France (20 octobre 1921, accord d’Angora), retournant en sa faveur une situation mal engagée.

  • 4 Steryiadis part de Smyrne à bord du navire américain, Iron Duke. Il est conspué sur les quais. Il (...)

3Le 8 septembre 1922, Steryiadis est le dernier dignitaire civil à quitter la cité, où il est en fonction depuis trois ans4. L’administration hellénique cesse d’exister à dix heures du soir. La ville est à prendre. La Grèce n’a pas été capable de créer un lien politique dans sa zone d’administration en Asie Mineure qui rassemble les Rums, les musulmans, les juifs et les chrétiens d’obédience occidentale. L’arrivée de l’avant-garde turque dans la ville a lieu le 8 septembre 1922 au soir.

À QUI ATTRIBUER L’INCENDIE DE SMYRNE ?

  • 5 AMAEF-L-T-55, f. n° 81, tél. du MAE au général Pellé, HCF, le 21.IX.22.
  • 6 AMAEF-L-T-55, f. n° 96, tél. du HCF, général Pellé, au MAE, du 23.IX.22.
  • 7 AMAEF-L-T-55, f. n° 127-129, Extrait d’un rapport de l’amiral Dumesnil, du 28.IX.22, « Quels sont (...)
  • 8 AMAEF-L-T-55, f. n° 20 et suiv., doc. cit.
  • 9 AMAEF-L-T-55, f. n° 70 et suiv., doc. cit.

4Toutes les voix diplomatiques ne sont pas concordantes. Ces dissonances ne sont pas le fruit du hasard ou le signe d’un dysfonctionnement des services diplomatiques ou de lacunes personnelles des diplomates en place. À la lecture des archives diplomatiques françaises, des divergences de fond apparaissent entre le gérant du consulat, Graillet, diplomate de terrain, et le commissaire de la République en Orient, le général Pellé, qui est un homme proche des décisions politiques centrales. Graillet est juste en charge du consulat de Smyrne, depuis le départ de Laporte, parti organiser la cession de la Cilicie au pouvoir kémaliste. Le général Pellé est envoyé à Smyrne sur ordre de Poincaré pour enquêter sur les responsabilités de l’incendie. L’enquête ne commence qu’après l’arrivée des réfugiés français en Europe, qui accusent le nouveau pouvoir d’être responsable du sinistre et dont les propos sont repris par la presse. Le général Pellé est sommé par Poincaré de lui faire parvenir un courrier qui puisse « le fixer5 ». Il s’exécute et affirme que les Turcs ne sont pas responsables du sinistre et que l’amiral Dumesnil a « réduit à néant » les témoignages contraires à sa propre version des faits6. En effet, l’amiral Dumesnil, chef de l’escadre française en rade de Smyrne, joue un rôle diplomatique important, puisque c’est de son navire, l’Edgar-Quinet, que partent les communications pour Paris. Les rapports de l’amiral diffèrent de ceux de Pellé, comme de ceux de Graillet. Il fait notamment parvenir à Paris un long document intitulé Quels sont les auteurs de l’incendie ?, dans lequel il affirme à plusieurs reprises que ce sont les Arméniens qui ont mis le feu à la ville, usant surtout d’arguments racistes à l’encontre de ce groupe : « Je crois volontiers que la grosse responsabilité doit en effet leur incomber, étant donnés leurs habitudes et leur caractère7. » Tous les rapports signés par Graillet affirment au contraire que la responsabilité de l’incendie incombe aux Turcs : « l’incendie [...] allumé aux dires des Frères par des soldats turcs qui auraient arrosé le quartier arménien de pétrole et de matières combustibles8 ». Certains courriers diplomatiques français ultérieurs affirment que Graillet est finalement convaincu par la thèse turque officielle. Mais aucun document signé de sa main ne vient confirmer ces affirmations. Comment Graillet aurait-il pu se rétracter, lui qui s’est rendu à terre, le 17 septembre 1922, et écrit par exemple : « Les Turcs plus que jamais répètent à qui veut l’entendre qu’ils ne sont pas les auteurs de l’incendie et que leur intérêt n’était pas de saccager Smyrne. On peut répondre à ceci que leur intérêt était aussi d’arrêter le fléau. Or, dans cet ordre d’idées, rien n’a même été tenté. La troupe s’est contentée de massacrer des gens inoffensifs, à coups de fusil d’abord, puis à coups de crosse pour éviter le bruit, et à piller les maisons évacuées9. »

  • 10 AMAEF-L-T-55, f. n° 23, doc. cit.
  • 11 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 8, « Les responsabilités de l’incendie ».
  • 12 Horton G., op. cit., et BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., A. 5., « L’entrée des Turcs », p. 2.
  • 13 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., A. 5., « L’entrée des Turcs », p. 2-3.
  • 14 Dossier personnel du MAE, « Michel Auguste Graillet ».
  • 15 Horton G., op. cit., « Les responsabilités des USA… », p. 231-237.

5De multiples témoignages occidentaux, grecs et arméniens10, ceux des frères lazaristes du Sacré-Cœur, évacués par le vapeur Phrygie11, ceux des dirigeants des établissements scolaires américains, concordent pour attribuer la responsabilité de l’incendie aux troupes kémalistes12. Certains anciens élèves musulmans des institutions occidentales prouvent leur reconnaissance envers leurs maîtres en les prévenant du danger, dont ils ont bien connaissance13. Il est difficile d’imaginer que ces sources, si diverses, aient été rédigées sur la base d’une conspiration. Elles concordent pour attribuer la responsabilité de l’incendie qui détruisit Smyrne, à partir du 13 septembre 1922, à l’armée victorieuse. Les descriptions des événements concordent à quelques détails près. Les quelques entretiens avec des survivants de l’époque ou des descendants de vieilles familles résidantes dans la ville ne laissent aucun doute sur la responsabilité de l’armée régulière et irrégulière, ainsi que d’une partie de la population turque, qui ont mis le feu à la ville en utilisant du pétrole. La destruction de la Smyrne chrétienne est une décision politique. Graillet est ensuite écarté de son poste à Izmir. Pellé demande, de façon appuyée, qu’il soit remplacé « sans que l’on puisse parler de sanction14 ». On retrouve la même différence de vues entre le consul américain en place, George Horton, et les services diplomatiques et politiques centraux des États-Unis15.

  • 16 AAIU, LXXVIII-E, Izmir, lettre n° 66/189 du 18.IX.22, envoyée de Smyrne, par I. Benaroya au présid (...)

6Les documents de l’Alliance israélite universelle ne permettent pas d’incriminer ou d’identifier des incendiaires chrétiens, malgré la faible sympathie qu’inspirait le pouvoir hellénique à la population juive, ainsi qu’aux responsables des institutions communautaires. Cette antipathie était motivée par l’antijudaïsme des Grecs orthodoxes, ainsi que par les difficultés des juifs de Thessalonique vivant sous régime hellénique depuis 1912. Lors de la reprise des communications postales entre la Smyrne incendiée et le monde extérieur, les courriers de l’Alliance ne peuvent plus passer que par la poste turque. La possibilité d’envoyer le courrier en France par les postes étrangères – l’Alliance utilisait la poste française – a disparu. Tant que cette première voie d’acheminement existait, les commentaires sur la situation sont concis, mais tout à fait clairs, à la façon des dépêches diplomatiques. La débandade des armées helléniques et les méfaits qu’elles causent dans leur retraite vers l’Égée sont mentionnés sans ambiguïté. L’arrivée de réfugiés de toutes appartenances ethno-religieuses est aussi évoquée, même si c’est de façon marginale dans un récit ethnocentré. Le courrier du 18.IX.22 que Benaroya envoie à la présidence de l’Alliance est tout à fait différent. Il n’y analyse pas du tout les causes du sinistre, s’y refuse par une échappatoire : « Ce n’est ici ni le moment ni le lieu de vous décrire tout ce que nous avons enduré durant ces derniers jours16. » Malgré nos recherches à l’Alliance, n’apparaissent ni « le moment » ni « le lieu » qui auraient été considérés comme convenables pour une explication plus précise. La prudence du directeur devait l’empêcher d’évoquer les responsabilités turques. Le courrier est surveillé. Il s’agit pour Benaroya de continuer à travailler sous le nouveau régime.

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.

7Pourquoi Benaroya n’incrimine-t-il pas ouvertement certains Grecs ou Arméniens ? Les censeurs de son courrier n’y auraient rien trouvé à redire. Sa probité ne lui permet vraisemblablement pas d’accuser les victimes principales de l’incendie, ce qui aurait pourtant corroboré les affirmations du nouveau régime. Il prend soin de louer les autorités turques pour leur empressement à empêcher que le quartier juif ne brûle, sans désigner toutefois les incendiaires. Sa formulation est ambiguë : « Qu’il vous suffise de savoir que si toute la ville n’a pas été réduite en cendres, c’est bien grâce à l’armée turque qui a pu arriver à temps17. » Les chrétiens disparaissent tout à fait de ses courriers. L’univers ethno-religieux se résume à deux pôles : les israélites, c’est-à-dire « nous », et le pouvoir et la population turcs, c’est-à-dire un « ils » désormais unique : « Il ne reste plus que le quartier turc et le quartier juif18. » Rien n’est dit du sort des chrétiens, pourtant soumis à bien des crimes et brutalités. Les dommages que la population chrétienne a subis sont évoqués comme une donnée matérielle : « Malgré tout, le cœur de Smyrne, la partie la plus belle, la plus riche de la ville, a disparu ; les quartiers européens, grecs et arméniens, les maisons de commerce, les banques, les quais jusqu’aux consulats européens, tout a brûlé. [...] Les pertes se chiffrent par des millions de livres turques. » La destruction de la Smyrne chrétienne, c’est-à-dire également de la Smyrne commerçante, moderne et européanisée n’importe que dans la mesure où elle concerne les juifs : « Bon nombre de nos coreligionnaires qui avaient soit leurs maisons d’habitation, soit surtout leurs maisons de commerce dans les quartiers incendiés sont ruinés19. »

LES LACUNES DE L’HISTORIOGRAPHIE

  • 20 Shaw S. J. et Kural Shaw E., History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, t. II, Reform, Revol (...)
  • 21 Idem, p. 315 et suiv. Tout le développement est un morceau d’anthologie. Selon Shaw, les Arméniens (...)
  • 22 Idem, p. 381 et suiv. : « [The revolt] was stimulated by the Russian communists, who no longer cou (...)
  • 23 Idem, p. 363 : « Perhaps the last atrocity of the war was the suggestion, quickly taken up by the (...)
  • 24 Idem, p. 363 : « Actual culpability has never been proved. »
  • 25 Yurt Ansiklopedisi, Türkiye, il il, Dünü, Bugünü, Yarını, t. 6 (İstanbul, İzmir, Kars, Kastamonu, (...)
  • 26 Bilsel C., op. cit., p. 317-318.
  • 27 Georgeon et Dumont, dans leur chapitre sur la fin de l’Empire in Mantran (dir.), Histoire de l’Emp (...)

8La destruction de la ville n’est toujours pas étudiée sereinement par les historiens turcs, ni certains de leurs collègues occidentaux. Comme on peut s’y attendre, les auteurs « turcophiles » épousent aisément les thèses de l’histoire officielle, parfois en prenant quelques précautions oratoires. Shaw est un exemple des plus fervents défenseurs de l’innocence de la Turquie moderne. En toute occasion, il vole au secours du plus fort : déjà lors des massacres hamidiens de 1894-1896 à travers l’Anatolie et l’Arménie ottomanes20, puis en 1915, à propos du génocide, qui n’en est pas un bien sûr21 et enfin plus tard, en 1925, à propos de la révolte des Kurdes de 1925, qui sont juste matés avec les moyens nécessaires22. Cette fois-ci non plus, Shaw n’abandonne pas le vainqueur. L’incendie de Smyrne ne peut avoir été l’œuvre des conquérants, c’est une pétition de principe. La cruauté de la presse occidentale culmine lorsqu’elle dénonce le forfait des armées victorieuses23. Cependant, pour une raison inconnue, Shaw relègue le problème dans la catégorie de l’indécidable24. Tout le passage est apodictique. Shaw utilise peu de documents et surtout pas de documents contradictoires, pourtant très nombreux et rédigés dans de très nombreuses langues, pour appuyer son propos. On reste surpris par la constance de certains propos, repris directement d’encyclopédies officielles25, dans des travaux universitaires récents26. Après Shaw sont toutefois venus les historiens des précautions oratoires, de la prudence, ce qui constitue déjà un progrès considérable27.

  • 28 Audoin-Rouzeau S. et Becker A., 14-18, Retrouver la guerre, Paris, 2000, p. 105 : « Face au souven (...)
  • 29 Hupchick, The Balkans from Constantinople to Communism, New York, 2002, p. 336 : « When Izmir fell (...)
  • 30 Clogg est renommé pour sa connaissance de l’Orient grec et de sa participation intime au monde tur (...)
  • 31 Clogg R., A Concise History of Greece, Cambridge, 1992, 2002, p. 97 : « The Turkish occupation of (...)

9L’écriture historique évolue, car l’éloignement dans le temps et l’arrivée à maturité d’historiens locaux, mais surtout de pays tiers, favorisent les progrès. L’approche internationale et comparative du premier conflit mondial et le concept de brutalisation totale des sociétés permettent de se dégager des mythologies héroïques, et parfois victimaires, élaborées par chaque État-nation, en Europe, mais ailleurs aussi28. Certains auteurs sont dégagés des institutions officielles de l’histoire turque. Ils travaillent surtout dans des champs proches, comme l’histoire balkanique. L’historien américain Dennis Hupchick est affirmatif. Tout en rappelant les exactions helléniques en Asie Mineure, pendant l’occupation et la retraite militaires, l’auteur impute clairement l’incendie de la ville à l’armée victorieuse29. D’autres travaux universitaires, dont les auteurs ne peuvent être suspectés d’hostilité de principe envers le monde turc30, laissent apparaître le défaut majeur de la thèse officielle : les victimes de l’incendie n’auraient été que les groupes dont auraient été issus les incendiaires eux-mêmes, ce qui serait une aberration31.

Le kémalisme et l’organisation du récit historique

  • 32 Berber E., Les Années douloureuses, Izmir 1918-1922, le sandjak d’Izmir pendant la période de l’ar (...)
  • 33 Entretiens avec un ancien habitant quarantenaire et un habitant trentenaire d’Izmir, réalisés à Pa (...)
  • 34 AMAEF-L-T-55, f. n° 31, tél. du 16.IX.22, de M. Graillet, en charge du CGF, au PrC, R. Poincaré, M (...)
  • 35 AMAEF-L-T-55, f. n° 19, tél. officiel du MM au MAE du 15.IX.22, reprenant le tél. de l’amiral Dume (...)

10Le travail historiographique indépendant a du mal, en Turquie, à s’opposer à l’attitude de déni32. Dans les écoles mêmes d’Izmir, on apprend toujours que le feu est l’œuvre des Grecs et des Arméniens33. C’est une thèse qui a été organisée très tôt, et par les plus hautes instances du nouveau régime. Le consul Graillet rapporte le contenu de l’entrevue qu’il a en compagnie de l’amiral Dumesnil avec Mustafa Kemal Paşa, le 15 septembre 1922 : « La (recherche) des causes (de l’)incendie fit l’(objet) de notre conversation. Mustapha Kemal en (rejette) entièrement la faute sur les Arméniens et les Grecs, qui, a-t-il dit, avaient organisé une troupe armée (mot passé) incendiaires34. » Ce discours a été relayé en Occident aussitôt par les partisans de la politique de conciliation envers la Turquie nationaliste menée par le gouvernement français, politique à laquelle se rallient les autres gouvernements, les uns après les autres. Dans son télégramme du 15 septembre, l’amiral Dumesnil fait preuve d’une extrême ambiguïté en effaçant toute frontière claire entre citations et appréciations personnelles : « Journaux turcs commencent à publier informations officielles dénonçant les Arméniens comme les auteurs de l’incendie de Smyrne – La complicité de l’élément grec est à peine indiquée35. »

  • 36 AMAEF-L-T-55, f. n° 96, doc. cit.
  • 37 AMAEF-L-T-55, f. n° 77, tél. du 20.IX.22, de Constantinople, par Pellé, HCF, au MAE, reçu le 21.IX (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 AMAEF-L-T-55, f. n° 1, tél. du CF, Graillet au MAE, du 6.IX.22, à 19h40, reçu à Paris, le 7.IX.22, (...)

11Le discours complaisant de la France envers le nouveau régime a ses limites internes. On évoque constamment les preuves que les nouvelles autorités détiennent de la culpabilité d’incendiaires grecs ou arméniens, sans jamais citer autre chose que l’existence de telles preuves36. On entremêle des fragments de récits attestés, pour rendre l’ensemble d’un rapport vraisemblable, en présentant comme une découverte que « [l’incendie] est dû à la malveillance37 ». On reconnaît, avec embarras, du bout de la plume, que l’armée turque a fait preuve d’une « certaine inertie » lors de l’incendie, même si c’est pour affirmer que c’est bien la seule chose que l’on puisse reprocher à cette armée38. Certaines réalités extérieures pouvaient rendre de telles affirmations vraisemblables aux yeux d’un lecteur éloigné des événements. En particulier, il est tout à fait attesté que de nombreuses villes de l’intérieur ont été incendiées par l’armée hellénique. Ces précédents laissent escompter des débordements semblables à Smyrne. Graillet ainsi que les consuls américain et italien ont pressé Theodôris, le ministre grec de la Guerre, en visite à Smyrne, d’assurer que l’armée hellénique évacuerait Smyrne sans aucun pillage ni incendie39. Le ministre affirme alors être dans l’impossibilité de donner une telle assurance. Le contrôle des autorités grecques sur leurs troupes s’est évanoui. Mais hormis l’inquiétude légitime causée par ces précédents, aucun faisceau de témoignages précis ne permet d’incriminer personne d’autre que l’armée turque.

  • 40 AMAEF-L-T-55, f. n° 111, tél. sin. dat., du MAE au chargé d’affaires à Washington. Il est vraisemb (...)

12Accepter la thèse officielle de l’incendie allumé par des Arméniens ou des Grecs, quelles que soient ses invraisemblances, était la solution la plus commode pour les diplomaties de l’époque. Cette acceptation relève de la même logique que le traité de Lausanne, qui liquidera légalement les populations chrétiennes autochtones en Asie Mineure, ainsi que l’existence d’une région kurde. Par ailleurs, d’un point de vue plus prosaïque, elle permet de couper court aux prétentions des compagnies d’assurances qui viendraient à demander des dédommagements au nouveau régime. La position de la France est exprimée dans un télégramme envoyé à sa légation à Washington, fin septembre40. La France déclare que les incendiaires sont sûrement des Arméniens et des Grecs, que les témoignages contraires ont été réduits « à néant ». Le dernier des trois paragraphes de ce télégramme rappelle qu’il est d’ailleurs largement établi que les troupes grecques ont brûlé de nombreuses villes dans l’intérieur de leur zone d’occupation, désirant emporter l’adhésion en mettant en avant la vraisemblance de l’assertion.

Une position difficile à tenir

  • 41 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 8, « Les responsabilités de l’incendie », p. 1.

13Lors de l’incendie, l’armée hellénique n’est plus présente à Smyrne. Il n’y a plus que des soldats ou des officiers désorganisés, épars dans la population des réfugiés et des sans-abri qui se joignent à eux. Si la destruction de la ville avait été prévue par l’armée en déroute, l’incendie aurait eu lieu avant le 9 septembre. La population chrétienne est déjà terrorisée à cause des diverses exactions qui ont eu lieu dès l’après-midi du jour d’entrée des troupes turques en ville. Rares sont ceux qui osent sortir en ville, s’ils ont la possibilité de se cacher chez eux. Les civils chrétiens ne sont donc pas à même d’organiser l’incendie. Leur présence dans la rue les expose à tous les dangers. Le rapport de la Délégation nationale arménienne affirme clairement : « L’Arménien qu’ils rencontraient, le Grec qu’ils rencontraient, [les Turcs] l’assassinaient41. » Or il eût fallu une organisation importante pour mettre le feu à divers points de la Smyrne chrétienne. On n’imagine guère plusieurs individus, équipés de bidons et matières explosives, se faufiler incognito dans la cité où les troupes turques, régulières et irrégulières, ainsi que les civils turcs qui secondent l’armée, sont omniprésents.

14Pourquoi le feu ne s’est-il pas déclaré tout de suite à l’entrée des troupes, le samedi 9 septembre 1922, dans la matinée, alors que l’incendie a éclaté le mercredi 13 septembre 1922 ? On trouve dans les sources l’indication que l’imbat, le vent, souffle avant le 13 septembre, de la mer vers la terre, mettant ainsi directement le quartier turc et le quartier juif dans la direction d’un feu qui se déclarerait dans les quartiers chrétiens. Or le vent tourne le 13 septembre, et ce vent de terre est vigoureux, soufflant en direction du nord-ouest. Le fait que les quartiers juifs et turcs, contigus à la zone incendiée, soient épargnés par l’incendie est troublant. Des incendiaires chrétiens devraient prendre soin au moins de les inclure dans leur œuvre de destruction. Il y a un très grand danger pour les chrétiens d’incendier leur propre partie de la ville. Ils y résident encore et sont terrés dans les maisons, les bâtiments communautaires ou massés sur le quai en l’attente d’un hypothétique navire. En plus du danger de suicide par le feu, il y a celui d’exciter la colère des Turcs, qui ne manqueraient pas de vouloir se venger. Naïvement, beaucoup de chrétiens d’Asie Mineure pensent pouvoir continuer à vivre à Smyrne sous un nouveau régime turc. La plupart d’entre eux y possèdent toute leur fortune. C’est là qu’ils ont vécu ou recommencé une vie normale après la guerre. Le seul bénéfice que des incendiaires chrétiens pouraient tirer de cet incendie est de nature psychologique. C’est celui d’affaiblir l’économie de la nouvelle Turquie à très court terme. Est-il possible que la population chrétienne autochtone ait pu procéder à de tels calculs, alors qu’elle est bloquée dans Smyrne ?

  • 42 Issawi Ch., The Economic History of Turkey, 1800-1914, Chicago, 1980, p. 366-367.
  • 43 Mamourian, art. cit., nos 1 et 2.

15En revanche, on peut trouver des motivations convaincantes au nouveau pouvoir pour brûler Smyrne. À moyen terme, le gain politique et économique pour la nouvelle Turquie est certain. L’incendie, les massacres, les déportations et les expulsions hors du territoire de la Turquie apportent une solution définitive au problème grec orthodoxe sur les rives égéennes, dans ses deux dimensions intérieure et extérieure à la Turquie. Des populations chrétiennes soudées, qui ont toujours désiré et su préserver leur quant-à-soi politique et culturel à l’intérieur de l’Empire ottoman, sont éliminées. La supériorité économique des Rums dans l’économie de l’Asie Mineure est détruite à jamais42. Le système des millets, formalisé au xixe siècle est ipso facto périmé. Cette population qui a soutenu le rattachement de l’Asie Mineure égéenne à la Grèce est effacée. Son cadre de vie est détruit, il ne reviendra pas. La sécurité du jeune État national, qui prétend à un droit de propriété exclusif sur l’Anatolie, est ainsi fortement accrue. Hrant Mamourian, journaliste smyrniote, écrit peu de jours après la destruction : « L’élément chrétien doit pour toujours s’éloigner des terres turques et c’est bien à cela que mènent le pillage, le massacre et toute autre chose possible, c’est-à-dire éloigner les chrétiens et les exterminer autant que faire se peut43. »

LA DESTRUCTION DE LA PRÉSENCE CHRÉTIENNE À SMYRNE

  • 44 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B.6, « Pillage et massacre », p. 1.
  • 45 Amadian, « La catastrophe d’Izmir – Comment Izmir a été dévastée », n° 2, in Arev, Alexandrie (ar. (...)
  • 46 Mamourian, art. cit., n° 1.
  • 47 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B.6, « Pillage et massacre », p. 2.
  • 48 Puaux, La Mort…, citation du Daily News, p. 10.

16La violence à l’encontre des chrétiens va se généraliser. Cette évolution prend des formes spontanées et archaïques comme le pillage crapuleux, mais a aussi un caractère planifié et systématique. Il s’agit de s’enrichir aux dépens d’une population, qui domine la vie économique de la ville. Le pillage des commerces, arméniens et grecs, commence dès le 9 septembre, juste après midi44. Les magasins ont fermé, au plus tard, lors de l’arrivée des troupes turques dans la ville. Ils sont ouverts de force. Au moyen de massues et d’explosifs, on enfonce les devantures. Les sources arméniennes évoquent de façon récurrente un fleuron du commerce arménien à Smyrne, la Manufatura45. Les marchandises volées, tissus, meubles, aliments, sont transportées dans de grands camions vers les gares pour être envoyées dans les provinces de l’intérieur. Une partie est transférée dans le quartier turc46. Le quartier franc est également pillé. Les bijoutiers et horlogers de ce quartier attirent particulièrement les pillards. « Après le pillage, les témoins qui passèrent par le marché racontent que, dans ces énormes entrepôts, il ne restait plus que quelques chaises ou tables cassées47. » L’archevêque arménien affirme que, le mardi 12 septembre, toute boutique grecque ou arménienne a été pillée. Les autorités turques sont cependant à même de protéger certains entrepôts. Ceux du Near East Relief sont bien gardés. Les pillards qui se présentent à cet endroit se voient repoussés. On les informe qu’« une faveur exceptionnelle » des autorités protège ces entrepôts du pillage48.

  • 49 Voir Ziya Gökalp mais également Yusuf Akçura. Cf. Georgeon François, Aux origines du nationalisme (...)
  • 50 Georgelin, « Boycottage… », art. cit.
  • 51 La levée d’un impôt spécial, le varlık vergisi, pendant la Seconde Guerre mondiale offre un exempl (...)

17Après le pillage des quartiers chrétiens, c’est l’incendie qui va détruire de façon définitive l’assise matérielle de la présence non musulmane. L’éviction des bourgeoisies non musulmanes, assimilées au régime semi-colonial des Capitulations, est un souci majeur depuis la révolution jeune-turque, explicitement formulé par les idéologues du CUP49. Les initiatives en ce sens sont constamment répétées depuis les campagnes de boycottage, dès 190850. Le nationalisme économique des cercles jeunes-turcs est activement repris par le kémalisme51.

Éradiquer par le feu

  • 52 AMAEF-L-T-55, tél. nos 3 à 7, extraits de lettres reçues de Smyrne, dp du début septembre 1922. Le (...)
  • 53 Amadian, « La catastrophe d’Izmir – Comment Izmir a été dévastée », n° 1, in Arev, Alexandrie (ar. (...)

18La peur de l’incendie règne à Smyrne au début de septembre 1922. La population pense que l’armée hellénique ou plutôt ses soldats battant en retraite peuvent incendier la ville, comme ils l’ont fait dans des localités de l’intérieur, à Afyon, Uşak, Alaşehir ou Salihli52. D’éventuels combats entre troupes helléniques et kémalistes pourraient également être fatals à la ville. Mais l’armée hellénique n’incendie pas la ville, métropole chrétienne où abondent les réfugiés chrétiens de l’intérieur. Quand les troupes kémalistes entrent à Smyrne, il ne s’y trouve plus que des soldats désorganisés ou des déserteurs de l’armée vaincue. Il n’y a donc pas de combat dans la ville même. Rien d’étonnant à cela, si l’on considère que la débandade est telle que l’armée hellénique ne combat plus vraiment, depuis sa défaite d’Afyon-Karahisar, dès la fin du mois d’août 192253. Les dernières troupes helléniques qui se retirent en ordre sont celles de Plastiras. Les derniers coups de feu sont tirés sur la presqu’île de Çeşme.

  • 54 Le même incendie est signalé par Puaux, Les Derniers…, p. 14.
  • 55 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie ».
  • 56 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 6, p. 7.

19Selon Mgr Tourian, l’aratchnort arménien apostolique, dans la matinée du dimanche 10 septembre, un incendie s’est déjà déclaré à l’extrémité du quartier arménien, à proximité du quartier turc. Une équipe de pompiers, accompagnés de marins anglais, est venue sur les lieux et a immédiatement éteint le sinistre. Le mardi 12 septembre 1922, un autre incendie se déclenche auprès de l’église orthodoxe Hayios Kônstantinos, dans le quartier grec. Il est rapidement circonscrit. Le même jour, Kokluca, un village grec de cinq cents maisons à l’extérieur de Smyrne, brûle, après que des Turcs y ont mis le feu54. Le sinistre est visible de la ville et des bâtiments en rade de Smyrne55. Le mercredi 13 septembre 1922, des crieurs publics turcs viennent dans le quartier arménien avertir les habitants non arméniens, surtout juifs ou turcs, mais aussi tous ceux qui marauderaient dans le quartier dévasté, qu’il faut d’urgence quitter les lieux. Mgr Tourian interprète la situation de la façon suivante : « Le sens de cette annonce devint compréhensible après le départ des Turcs, lorsque, vers midi, le feu fit son apparition dans le quartier arménien56. »

  • 57 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 1.
  • 58 Mamourian, art. cit., n° 1.
  • 59 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 1.
  • 60 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 8, « Les responsabilités de l’incendie », p. 1.

20Le feu se déclare vers deux heures, dans l’après-midi du mercredi 13 septembre 192257. Il est remarquable qu’il prenne à plusieurs endroits simultanément, ce que toutes les sources consultées attestent. Aucune source ne fait état d’un incendie accidentel. Beaucoup d’auteurs ou de témoins avancent que le méfait ne peut avoir été commis que par une équipe organisée. Toutes les sources désignent le quartier arménien comme le premier foyer de l’incendie. Au sein même du quartier, il y a plusieurs points d’embrasement, dont la dénomination peut légèrement varier d’un témoin à un autre. Il s’agit de la rue faisant face à la gare de Basmahane, de l’église grégorienne Sourp Sdépannos, de l’hôpital arménien et d’une église orthodoxe, Hayia Paraskevi58. Le quartier arménien brûle de tous côtés, en même temps. La chancellerie de la Délégation nationale arménienne y voit une malveillance particulière, dirigée contre la présence arménienne dans cette ville : « Le foyer de l’incendie était assurément dans le quartier arménien, car à travers les flammes, on distinguait clairement le clocher de l’église Sourp Sdépannos59. » Or le quartier arménien est alors pratiquement vide d’Arméniens vivants, selon ce même rapport : « Ceux qui devaient se faire massacrer avaient été massacrés, ceux qui allaient s’enfuir s’étaient enfuis, et toutes les maisons avaient été pillées60. »

  • 61 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 7, p. 7.
  • 62 La géographie smyrniote de Horton est, elle, centrée sur la présence américaine dans la ville.
  • 63 AMAEF-L-T-55, f. n° 20 et suiv., courrier du 15.IX.22, de M. Graillet, CF, au PrC, R. Poincaré, MA (...)

21Selon Mgr Tourian, le sinistre progresse de la façon suivante : après le quartier arménien, c’est au tour de la zone des bezestens, autour notamment de l’église orthodoxe Hayios Yôryios, à l’ouest du quartier arménien, plus près du rivage. Le feu éclate ensuite dans le quartier de Tabakhane, plus à l’est. C’est dans ce quartier que se trouvent le lycée féminin arménien Hripsimian et la Highschool américaine pour filles. Le feu apparaît également dans les quartiers éloignés du rivage, où sont installées la plupart des grandes institutions européennes61. Le consul de France, Graillet, à bord de l’Edgar-Quinet, décrit l’incendie de façon légèrement différente. Il borne l’espace en fonction d’autres repères urbains, plus pertinents dans sa vision de la Smyrne française62 : « Le feu a débuté par un gros foyer dans le quartier arménien au centre de la ville, un autre foyer près de la gare de notre chemin de fer S[myrne]-C[assaba] et Prolongements. Puis un troisième foyer dans les environs des établissements Orosdi Baeck. Bientôt les trois incendies n’en forment plus qu’un et l’aspect terrifiant change avec les heures de la nuit, de l’aurore et du jour63. »

  • 64 Mamourian, art. cit., nos 1 et n° 2.
  • 65 ArRe, vol. 35, n° 4-140, art. cit., p. 372.
  • 66 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., « L’incendie », p. 2.
  • 67 Cité par Horton, p. 65 : « J’ai vu les soldats turcs entrer dans les maisons en portant des bidons (...)

22Le vent est favorable à la propagation, car il est vif et souffle vers le nord-ouest, c’est-à-dire en direction des quartiers grecs et francs. Les grands commerces des bezestens et des rues commerçantes du quartier franc brûlent après qu’ils ont été pillés. Vers cinq heures de l’après-midi, les différents bras de l’incendie se sont rejoints. Seul le quartier de la Pointe, à l’extrême nord de la ville, est épargné. Le feu progresse très vite. Depuis l’entrée des forces turques, l’eau courante a été coupée en ville64. Pendant l’incendie, on entend régulièrement des explosions, qui laissent penser que le feu n’est pas accidentel, mais entretenu et propagé par des bombes incendiaires65. On fait sauter également des bâtiments qui pourraient éventuellement barrer la route au sinistre. Les quartiers qui ont brûlé sont en effet ceux où il y avait le plus de bâtiments en pierre66. Mais d’après le consul américain George Horton, les architectures alliaient la pierre et le bois pour des raisons de sécurité sismique. Les pièces de bois dans les murs accroissaient l’élasticité des constructions. Ce dispositif était particulièrement sensible à la chaleur de l’incendie et pouvait provoquer l’effondrement et l’embrasement soudains des bâtiments. De très nombreux témoignages rapportent que des soldats, réguliers ou irréguliers, de l’armée turque ont répandu du pétrole dans la ville pour y mettre le feu. Celui de la directrice du Collegiate Institute américain, Miss Minnie Mill, a été souvent cité67. Le pétrole était soit versé directement dans les maisons à incendier, soit servait à imbiber des chiffons qui étaient déposés dans les bâtiments visés. Krikor Baghdjian est un des témoins les plus précis dans ses descriptions. Vêtu d’un uniforme du YMCA de Jérusalem, il est réfugié sur le toit d’une maison grecque de la rue Reşidiyye, le grand boulevard du quartier arménien. Il témoigne ainsi de ce qu’il a vu le 13 septembre :

  • 68 « Source froide », un quartier de Smyrne.
  • 69 ArRe, vol. 35, n° 4-140, art. cit., p. 388.

« Vers midi, je vis [les Turcs] apporter sur des charrettes des barils de pétrole. Je n’en voyais pas le contenu, mais à en juger par leur couleur et leur forme, ils étaient identiques aux barils de la “Compagnie des pétroles de Smyrne”. Chaque baril était gardé par 2 ou 3 soldats turcs et était amené en charrette tout au long de la rue Rechidie, vers la prélature arménienne. [...] Je vis également d’autres barils être roulés dans la direction de l’autre club arménien, à Krya Vrissi, tout au bout de la rue Rechidie68. Lorsque tous les barils furent en position (un tous les 200-300 mètres) à la fin de l’opération, j’entendis ce que je peux seulement décrire comme “des bruits de pluie tombant sur un toit”. Mes amis et moi avons commencé à perdre tout espoir de fuir hors de nos cachettes. Alors que nous commencions à chercher des itinéraires pour fuir par les toits autour de notre cachette, nous avons senti des gouttes tomber sur nous, des soldats dans la rue en bas lançaient en haut des murs un liquide avec des seaux. Dès que je sentis l’odeur de ce liquide sur mes vêtements mouillés, je ne doutais plus qu’il s’agissait de pétrole69. »

  • 70 Horton, op. cit., p. 172 : « Je ne les ai rien vu faire. »
  • 71 Puaux, Les Derniers…, p. 19-21, citation d’un rapport du supérieur des mékhitaristes de Vienne.

23L’action des pompiers de Smyrne a été entravée par la troupe turque, alors qu’ils étaient particulièrement bien organisés et équipés de pompes. On a même édité des cartes postales montrant leur équipement moderne. Pourtant, ils n’entrèrent pas en action ou ne purent agir de façon significative, selon le consul américain George Horton70. Plusieurs descriptions des moyens mis en œuvre pour neutraliser les pompiers de Smyrne circulent. Les tuyaux des pompes à incendie ont été percés, les pompes elles-mêmes ont été endommagées. Les soldats turcs ont utilisé des pompes pour répandre du pétrole sur les bâtiments71. Ils ont tiré des coups de feu sur les pompiers de Smyrne désireux de lutter contre l’incendie pour les en empêcher.

  • 72 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 1.
  • 73 BNu.IV.45.3 (2), Mgr Tourian, Rapport…, § 7, p. 7.
  • 74 Ibid.

24L’alerte a pourtant bien été donnée, comme d’habitude en pareil cas. Selon le Rapport de la chancellerie de la Délégation nationale arménienne : « Soudain, on remarqua trois colonnes de fumée qui s’élevaient de l’intérieur du quartier arménien. On tira trois coups de canon en même temps, pour donner le signal d’incendie, comme c’est l’habitude ancienne à Izmir72. » À ce moment, une troupe de pompiers se déplace. Mais cette fois-ci, elle n’est pas accompagnée de marins anglais, l’amiral britannique ayant retiré ses troupes de la terre ferme. Mgr Tourian affirme que les soldats turcs ouvrent alors le feu sur les pompiers dépêchés sur les lieux et les empêchent d’éteindre le sinistre73. Les autorités turques ne sont pourtant pas impuissantes. Elles parviennent à sauver des bâtiments très exposés aux flammes, comme la filature Guiffray, le Crédit lyonnais, la Banque nationale de Grèce, ainsi que l’école italienne74. Mgr Tourian affirme qu’un soin particulier a été mis dans le sauvetage de ces institutions. De même, Israël Benaroya, le directeur des écoles de l’Alliance israélite universelle, souligne, dans son courrier du 18 septembre, que le quartier juif a été épargné grâce à l’action des Turcs. Or le quartier juif était contigu à celui des Arméniens.

  • 75 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 2.

25Le jeudi 14 septembre 1922, l’incendie se rapproche des quais, où se trouvaient les réfugiés de l’intérieur de l’Asie Mineure, ainsi que tous ceux qui les ont rejoints au fur et à mesure que les quartiers chrétiens ont pris feu, dans la mesure où l’accès aux quais ne leur a pas été interdit par les soldats turcs. Les malheureux en proie aux flammes se mettent à hurler et tentent de se déplacer vers la Pointe, le long de la jetée, plus au nord. Certains d’entre eux se lancent à l’eau soit pour se suicider, soit pour tenter d’atteindre les navires en rade de Smyrne qui pourraient les recueillir. Certains bâtiments alliés en rade allument leurs projecteurs pour faciliter leur déplacement. Les sources consultées insistent sur le fait que l’incendie a été instrumentalisé pour tuer le plus de chrétiens possible. On interdit aux chrétiens qui se trouvent encore à l’intérieur des maisons qui brûlent de sortir de certaines rues. Les réfugiés qui se trouvent à l’intérieur de certaines églises, Hayia Phôtini par exemple, ne sont pas autorisés à sortir et sont brûlés vifs. Des salves de mitrailleuses s’entendent des bateaux qui quittent le port. Les soldats turcs tirent dans la foule des réfugiés sur le quai. De très nombreux cadavres calcinés gisent partout dans la ville75.

  • 76 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 7, p. 7.

26Le bilan de l’incendie, au matin du 14 septembre 1922, s’élève déjà à plus de 50 000 bâtiments brûlés, dont vingt et une églises, trente-deux écoles, cinq consulats, sept clubs, cinq banques, cinq hôpitaux76. L’incendie dure jusqu’au dimanche 17 septembre. Smyrne est alors brûlée aux trois quarts. L’infrastructure commerciale de Smyrne est détruite. Au terme de l’incendie, il y a environ 200 000 chrétiens sans abri sur le quai. Dans les rues de la ville en cendres, de nombreux cadavres se décomposent dans la chaleur des journées de septembre. La puanteur est intenable dans certaines rues. Ces dépouilles sans sépulture constituent un risque d’épidémie majeur.

Détruire les élites autochtones

  • 77 Vénézis, Asie…, p. 30-35. En dernier lieu, le consul de France insiste pour que Chrysostome se réf (...)
  • 78 Vénézis, op. cit., « Je servirai l’Église et la nation », p. 9-36.
  • 79 Vénézis, op. cit., p. 31, propos que Chrysostome aurait tenus à un notable de Smyrne, G. I. Anasta (...)

27Le métropolite de Smyrne, Chrysostome, est le personnage qui symbolise la communauté orthodoxe irrédentiste. Il a milité ardemment pour le rattachement de l’Asie Mineure à la Grèce indépendante. Il s’est engagé dans le mouvement de défense de l’Asie Mineure, lorsque la position des armées helléniques est devenue précaire et que certains cercles Rums ne se résignaient pas à se voir abandonnés à leur sort par le royaume de Grèce. L’écrivain Ilias Vénézis lui attribue le titre d’ethnarque de l’Asie Mineure, titre qui n’échoit qu’au patriarche œcuménique de Constantinople et traditionnellement au métropolite de Chypre. Il refuse de se faire évacuer alors que de nombreuses propositions lui sont faites avant l’entrée des troupes kémalistes dans la ville77. Il tient en effet à partager le sort de ses ouailles jusqu’au bout. Il est prêt à une mort violente, qu’il peut interpréter selon sa foi78 : « J’ai, moi, depuis toujours le pressentiment de la mort du martyr79. »

  • 80 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 9, p. 8-9.
  • 81 Mgr Tourian invente-t-il cette première entrevue pour accabler Nurettin Paşa ? Quelles étaient ses (...)
  • 82 Puaux affirme que c’est le 10.IX.22 que le métropolite a été tué. Or le dimanche, le métropolite a (...)
  • 83 Vénézis, Asie…, p. 34, et Mgr Tourian, doc. cit., p. 8, citent bien les mêmes noms à quelques déta (...)

28L’archevêque arménien, un proche du métropolite, donne un témoignage direct de la dernière journée de Chrysostome80. Selon lui, il n’y a pas eu une mais deux entrevues entre le métropolite et le chef militaire vainqueur, Nurettin Paşa81. La première a eu lieu vers quatre heures de l’après-midi, le samedi 9 septembre 192282. Le métropolite se présente à Nurettin Paşa pour se soumettre au nouveau pouvoir et recevoir les instructions de celui-ci. Deux notables grecs, Tsourouktzoglou et Klimanoglou l’accompagnent83. Nurettin Paşa les accueille et formule trois exigences envers la population orthodoxe de Smyrne : les détenteurs d’armes doivent les remettre aux nouvelles autorités, les soldats fuyards doivent leur être livrés et la population ne doit pas avoir peur, mais vaquer à ses occupations comme auparavant. Chrysostome quitte Nurettin Paşa en le félicitant et le remerciant. Il se consacre alors immédiatement à l’application des directives du commandant en chef. La scène décrite est étrange si l’on considère les deux fortes individualités en présence, mais il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un métropolite orthodoxe se soumette au pouvoir séculier en place, quel qu’il soit. Il est aussi traditionnel pour le pouvoir turc de s’adresser au leader religieux comme autorité suprême d’un groupe ethno-religieux. C’est cette structure culturelle du millet qui est à l’œuvre encore ici. C’est elle qui permet un retour à la vie normale après l’anomie. Les remerciements et les félicitations du grand nationaliste grec au gouverneur militaire de la ville sont tout à fait dans le ton des hommages flagorneurs au sultan en exergue des parutions dans les langues des chrétiens ottomans, jusqu’en 1908. La scène ressuscite des mécanismes de l’Empire.

  • 84 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 9, « L’assassinat de l’archevêque des Grecs ».
  • 85 Puaux, La Mort…, IV. L’assassinat de Mgr Chrysostome, le témoignage décisif d’un Français, p. 20-2 (...)

29Mais deux heures après le retour du métropolite, des soldats et des policiers se présentent et l’invitent à nouveau à venir chez le commandant militaire. Vers six heures de l’après-midi, Chrysostome se rend, entouré des deux mêmes notables, auprès de Nurettin Paşa, c’est-à-dire au konak, près duquel une foule turque est massée. L’entrevue ou les entrevues entre Nurettin Paşa et Chrysostome sont l’objet de maintes variantes, rumeurs ou pseudo-dialogues qui reprennent tous plus ou moins le même canevas. Y avait-il vraiment des témoins lors des entrevues qui ont survécu à celles-ci ? Les deux notables qui accompagnaient le métropolite seront assassinés également. La profusion de ces dialogues rapportés atteste, en tout cas, le caractère emblématique du dignitaire religieux, auquel la population de Smyrne s’identifiait bien plus qu’au haut-commissaire Steryiadis. Les nombreuses versions consultées se recoupent toutes, plus ou moins, à quelques détails près. Dans le rapport de la Délégation nationale arménienne, on cite le journal grec athénien, Eleftheros Typos, qui affirme que Nurettin Paşa désirait se venger de l’accueil fait à l’amiral britannique Dixon, en 1918. Nurettin laisse la foule turque décider du sort de Chrysostome, qui sera assailli à sa sortie du konak84. Selon un témoin oculaire français, cité par Puaux, la foule est invectivée par Nurettin Paşa : « S’il vous a fait du bien, faites-lui du bien, s’il vous a fait du mal, faites-lui du mal85 ! »

  • 86 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 9, p. 9.
  • 87 Vénézis, Asie…, op. cit., p. 35.
  • 88 Puaux, La Mort…, p. 23, ainsi que Les Derniers…, p. 12-13, et Vénézis, Asie…, op. cit., p. 35.

30Mgr Tourian rapporte la scène en des termes un peu différents. Nurettin Paşa demande à Chrysostome de s’expliquer sur sa conduite pendant l’administration hellénique et en particulier l’accuse de méfaits envers des Turcs. Bien que Chrysostome veuille s’expliquer, on lui dit qu’il sera détenu en prison jusqu’à la fin de son procès. Il est ligoté et Nurettin Paşa le confie à des fonctionnaires pour qu’il soit transféré à la prison. Chrysostome demande que des soldats le protègent des attaques de la foule pendant le transfert. Dès que le métropolite sort du konak, la foule se précipite sur lui et les deux notables qui l’accompagnent. Il est mené vers le quartier de Baş-Oturak, où il est déjà à demi nu et incapable de marcher, puis il est traîné vers le quartier de İki Çeşmeli, où la foule les met, lui et ses deux compagnons, en pièces86. Selon Ilias Vénézis, le métropolite est juché sur un âne. On lui crache dessus pendant qu’il est traîné vers l’intérieur des quartiers turcs. On lui rase la barbe et les cheveux chez un coiffeur, où il est affublé d’une blouse blanche. Puis on lui coupe les oreilles et le nez et on lui crève les yeux. Finalement, on le démembre. Sa dépouille est laissée aux chiens dans le quartier turc. Les assassins de Chrysostome ne sont jamais nommés dans les témoignages consultés. Il s’agit toujours d’une foule, d’une populace anonyme, identifiée par son appartenance ethno-religieuse. On insiste sur la participation d’hommes et de femmes, voire d’enfants à la curée. Le meurtre est présenté comme une action collective, anonyme87. La présence d’une patrouille de marins français, lors de la scène de torture du métropolite est attestée par deux documents. Il leur fut interdit d’intervenir dans le cours des événements88.

  • 89 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., « Le problème de l’autodéfense », p. 2.
  • 90 Mamourian, art. cit., n° 1.
  • 91 Puaux, La Mort…, p. 23.
  • 92 Puaux, Les Derniers…, p. 13.
  • 93 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., « Les Arméniens célèbres assassinés ».

31L’animosité de nombreux Turcs envers les membres des clergés chrétiens est un fait bien attesté. Elle montre à quel point les chefs religieux remplissent un rôle politique dans cette société. Les prêtres arméniens qui se trouvent dans l’église Sourp Sdépannos, ont la prudence de se raser la barbe avant de sortir pour se diriger vers le quai89. De même, Mgr Tourian débarrassé de sa coiffe de dignitaire peut se déplacer plus facilement. Les leaders communautaires Rums et arméniens sont recherchés de façon méthodique à partir du 10 septembre 1922. Hrant Mamourian, le célèbre journaliste arménien de Smyrne, affirme qu’il existait une liste noire des notables à éliminer90. Les hommes de presse sont visés en particulier. Le directeur du journal en français, la Réforme, M. Jurukdoglou, est traîné, les pieds attachés à une voiture, jusqu’à ce que mort s’ensuive91. De même, les notables qui accompagnent Chrysostome, eux aussi hommes de presse, subissent un sort identique92. L’éditorialiste du journal arménien Horizon, Zarèh Kavèzian, est abattu dans les environs de Sourp Sdépannos. L’avocat, membre du conseil politique arménien, Nazareth Hilmi Nersèssian, qui avait pourtant peu de sympathie pour les Grecs, est tué alors qu’il essaie de défendre sa fille que des soldats turcs veulent enlever93.

Humilier et violer

  • 94 Vigarello G., Histoire du viol, xvie-xxe siècles, Paris, Seuil, 1998, p. 284-285 : « Une vision du (...)
  • 95 Uregian H., « Smyrna Diary, 1922, Memories of an Armenian Eyewitness », p. 362-384, et Baghdjian K (...)
  • 96 Ligue pour la défense des droits des ottomans (pub.), Atrocités grecques dans le vilayet de Smyrne (...)
  • 97 Horton, op. cit., p. 183, lettre du Dr M. C. Eliott à G. Horton, du 2.VI.23.

32La catégorie du genre est centrale dans le déploiement de violence contre les habitants chrétiens. Les frustrations de soldats en campagne depuis longtemps, pendant laquelle le cadre marital de la sexualité est caduc, peuvent trouver désormais un exutoire parmi la population chrétienne sans défense, terrorisée par les événements. L’aspect sexuel des violences est constamment signalé dans les sources. Les viols, de toutes natures, y sont attestés. Les témoignages directs de cette expérience sont rares, le viol ayant comme caractéristique d’inspirer de la honte des faits subis à la victime et à ses proches94. En revanche, les témoignages abondent à propos des femmes ou des filles des autres. Uregian décrit : « Des groupes de Turcs [...] kidnappaient de jeunes femmes. Dieu sait combien de femmes furent violées à Smyrne pendant ces journées terribles95. » Il s’agit d’un phénomène habituel dans des situations analogues. Les publications ottomanes ou turques sur la présence des troupes helléniques rapportent également les violences sexuelles des soldats hellènes à l’encontre des populations musulmanes96. Les affirmations présentes dans l’ouvrage de George Horton, issues d’une lettre d’une femme médecin américaine, M. C. Eliott, ne sont pas très convaincantes : « Pendant les quatre ans de mon service en Turquie, je fus impressionnée par le fait que je n’ai jamais vu de musulmane victime de viol97. » Dans quelle mesure une femme violée, dans des lieux de campagne militaire, peut-elle aller consulter une femme médecin, de surcroît américaine ? Pourquoi la soldatesque grecque aurait-elle eu un comportement irréprochable dans des lieux où elle a été toute-puissante ?

  • 98 Audoin-Rouzeau, L’Enfant de l’ennemi (1914-1918), Paris, Aubier, 1995, p. 69 et suiv. : « Comme to (...)
  • 99 Horton, op. cit., p. 183, lettre du Dr M. C. Eliott à G. Horton, du 2.VI.23.

33Néanmoins, à Smyrne, en septembre 1922, le phénomène dépasse le cadre des excès contingents à une campagne militaire : la violence sexuelle fait partie intégrante de la guerre contre la population civile ennemie dans son entier98. Les violences sexuelles deviennent, à partir du 9 septembre 1922, un mode de lutte contre la population chrétienne, une part importante du mécanisme de destruction des groupes visés. La même femme médecin, citée par George Horton, déclare : « D’après ce que j’ai vu de mes propres yeux, je peux affirmer avec assurance que le viol de jeunes filles à Smyrne fut un phénomène général. J’ai examiné des dizaines de victimes de ces méfaits et j’ai entendu des lèvres de ces filles malheureuses ce qu’elles avaient subi [...] En examinant leurs blessures, j’ai constaté que ces filles disaient la vérité et qu’elles n’exagéraient pas du tout dans leurs descriptions. [...]99. »

Assassiner et déporter les hommes

  • 100 Article de une, « La terrible catastrophe d’Izmir – L’incendie et ses causes » (Paris, du journal (...)
  • 101 AMAEF-L-T-55, f. n° 70 et suiv., dp envoyé par M. Graillet, chargé du CGF, au PrC, R. Poincaré, MA (...)
  • 102 Puaux, Les Derniers…, p. 30-31.
  • 103 AMAEF-L-T-55, f. n° 70 et suiv., doc. cit.

34La population masculine chrétienne, âgée de 18 à 45 ans, est séparée des femmes, des enfants et des vieillards, pour partir en déportation à l’intérieur du pays. On peut trouver l’indication d’autres limites d’âge. Il va de soi que les soldats turcs procèdent à une grossière sélection d’après l’apparence physique et que les âges fixés n’ont pas été respectés à la lettre. Les hommes robustes sont retenus. Officiellement, il s’agit de reconstruire ce qui a été détruit par les forces helléniques pendant la retraite. Il est entendu que les chrétiens autochtones sont assimilés aux forces du royaume de Grèce : « Mustafa Kemal a déclaré qu’ils seront affectés à reconstruire ces contrées qu’ils ont “détruites”100. » Il s’agit également d’empêcher ces hommes de rejoindre les forces armées helléniques en Grèce. Le 15 septembre 1922, Mustafa Kemal a une entrevue avec le consul Graillet et l’amiral Dumesnil. Le consul français rapporte : « [Mustafa Kemal Paşa] a ordonné l’enrôlement obligatoire des Grecs orthodoxes de 16 à 45 ans, de façon à les empêcher de retourner sous les drapeaux en territoire grec ou en Thrace101. » Ce propos présente une version acceptable, presque légitime de cette décision. Mais il ne révèle rien de la réalité des traitements lors de ces arrestations, ainsi que leur ampleur réelle. On estime à 150 000 le nombre d’hommes envoyés à l’intérieur de l’Anatolie102. Ces arrestations sont présentées comme une nécessité de nature stratégique, mais la plupart des prisonniers sont en fait massacrés à l’extérieur de la ville. Ceux qui survivent sont réduits dans un état de quasi-esclavage. Se rendant à terre, le 16 septembre 1922, le consul français, Graillet, témoigne : « J’ai croisé un convoi de civils grecs, encadrés par des soldats qui les conduisaient avec la dernière brutalité. Un vieillard qui faisait partie du cortège avait reçu tant de coups de bâton qu’il avait la figure en sang103. » Les déportés offrent aussi une occasion à la population turque, parfois maltraitée par les forces helléniques, de se venger elle-même sur des Grecs, même si ceux-ci ne sont pas responsables des agissements de la soldatesque. La traversée des bourgs dévastés est particulièrement périlleuse pour les déportés qui sont assaillis par les populations civiles.

35Les conditions de détention et de travail sont extrêmement dures, comme l’atteste un photographe grec de Smyrne, qui est resté jusqu’en décembre 1922 dans la ville, grâce à sa nationalité étrangère et qui y a travaillé pour le compte de divers paşas :

  • 104 AYE-1922/A/5/VI/4, Athènes, 21.XII.22 et 3.I.23, « Exposé sur la situation en Asie Mineure selon l (...)

« La situation générale des prisonniers grecs, en particulier ceux de l’intérieur de l’Asie Mineure, est affligeante et déplorable à tous les points de vue. On ne les nourrit pas ou seulement une fois par jour, avec juste du pain et encore fort peu, ils sont entièrement nu-pieds et nus, ils se couvrent les membres du corps d’habits fabriqués à partir de sacs, etc. Le comportement des soldats ottomans envers eux est très rude et dur, ils sont insultés et battus de la façon la plus sauvage. Chaque jour, il en meurt de faim, de mauvais traitements, de froid et de différentes maladies104. »

  • 105 Vénézis, Asie…, p. 48-49.
  • 106 Morley B. B., Marsovan 1915, The Diairies of Bertha Morley, Kaiser Hilmar (dir.), Reading, 1999, p (...)
  • 107 Puaux, Les Derniers…, p. 28, et Khatchérian, op. cit., p. 53-57.

36Peu de personnes reviendront vivantes de la déportation vers l’intérieur de l’Anatolie. Selon l’écrivain Vénézis, seuls 23 des 3 000 hommes d’Ayvalık, arrêtés en septembre 1922, arriveront en Grèce, soit environ 0, 8 % de la population masculine déportée105. On retrouve ici certains éléments du plan d’exécution du génocide arménien, lors duquel le même procédé de séparation des sexes pour affaiblir l’ensemble de la population a été employé106. On s’efforce d’affaiblir les populations à détruire en les privant de leurs élites potentielles, puis des hommes susceptibles de les défendre. À la place de la « déportation » des femmes et des enfants arméniens dans les déserts de Syrie, on procède, dans le cas de la population grecque de Smyrne, à une simple expulsion vers le royaume de Grèce, après vols, viols et autres brutalités. Il ne faut laisser partir de Smyrne que des femmes, souvent affaiblies, des enfants et des vieillards en état de choc, ce qui permet d’affaiblir la Grèce de façon décisive, quand elle se voit confrontée à un afflux de réfugiés dont la force de travail est limitée et les besoins immenses. L’expulsion des femmes, des enfants et des vieillards est ordonnée pour le 30 septembre 1922. Les départs de Smyrne se font à partir de l’embarcadère de la Pointe107.

37Les violences, sous toutes les formes, concourent à la destruction de la population pluriethnique de Smyrne et de l’Asie Mineure occidentale. Elles sont d’autant plus faciles à commettre pour ceux qui passent à l’acte que la disparition de la population chrétienne sur le territoire de la future Turquie semble imminente. Cette perspective abolit tout droit des chrétiens. L’impunité est garantie aux coupables.

LES OCCIDENTAUX ET LA FIN DE LA SMYRNE PLURIELLE

  • 108 La Loge « Mélès », Or. : De Smyrne, Asie Mineure, Liberté-Égalité-Fraternité, au nom et sous les a (...)

38En 1922, l’Occident est plus présent que jamais à Smyrne. Il regroupe les colonies levantines avec leurs nombreux établissements commerciaux, leurs établissements d’enseignement, de santé et leurs représentations diplomatiques. Ce monde levantin a joui du rétablissement de facto des Capitulations pendant l’administration hellénique, ainsi que de la sécurité qui a régné pour lui dans la ville pendant ces trois années. En ce mois de septembre, le corps consulaire occidental a obtenu l’arrivée de forces navales en rade de Smyrne. Les navires suivants sont présents devant Smyrne : le vaisseau amiral français, Edgar-Quinet, et le cuirassé, Jean-Bart, l’Ernest-Renan, le Hova, le contre-torpilleur Tonkinois ainsi que l’Iron Duke, le Cardiff, le King George et le Tumult pour la Grande-Bretagne et les destroyers Simpson et Lightfield pour les États-Unis. L’Italie avait également de nombreux vaisseaux militaires en rade : le Re Umberto, le Venetia, le Vittorio Emmanuelle, le Solferino. De nombreux navires marchands sont également en rade108.

39L’incendie de Smyrne est déterminant pour le sort des Levantins à Izmir. Il est la cause directe de la disparition de leur microcosme et de l’économie d’échelle levantine de la cité. La Smyrne franque disparaît presque entièrement dans les flammes. M. Graillet, consul de France décrit ainsi la situation à la fin du sinistre :

  • 109 AMAEF-L-T-55, f. n° 23, courrier de M. Graillet, chargé du CGF, au PrC, R. Poincaré, MAE, à Paris, (...)

« C’est une perte considérable pour nous, rien n’existe plus. La cathédrale, l’hôpital français, l’établissement des Sœurs de la Providence, des Lazaristes, des Frères, Notre-Dame de Sion, Sacré-Cœur, église de Saint-Polycarpe, Petites Sœurs des pauvres, hospice Saint-Roch, Franciscaines de Saint-Roch, les Carmélites. Tout a été la proie des flammes et c’est ainsi que sont réduits à rien tous les efforts qui avaient été faits par tous les dirigeants et le personnel de ces établissements109. »

  • 110 AAIU, LXXVIII-E, Izmir, courrier n° 67/190 d’I. Benaroya, directeur local de l’AIU au Président de (...)
  • 111 Puaux, La Mort…, III. Dans la banlieue de Smyrne, p. 17-19.
  • 112 Mamourian, art. cit., n° 1 et n° 2.
  • 113 Puaux, Les Derniers…, p. 10-11.

40Calculant à court terme, le directeur des écoles de l’Alliance israélite universelle imagine que la disparition des écoles chrétiennes françaises va provoquer un afflux massif d’élèves, qui les fréquentaient autrefois, dans ses propres établissements. Personne ne peut imaginer l’ampleur de l’exode qui va avoir lieu110. Pourtant, la population occidentale paie, elle aussi, son tribut aux violences des conquérants, ainsi qu’à l’incendie. À Smyrne même, les colonies peuvent compter sur la protection des soldats occidentaux et elles ont été regroupées sur certains lieux, afin d’être protégées ou évacuées le cas échéant. Les pertes humaines seront plus nombreuses dans les banlieues de Smyrne, Bournabat, Buca et Cordélio par exemple111. Hrant Mamourian écrit : « Parmi les étrangers [occidentaux] il y avait aussi de nombreux blessés et des morts. [...] De nombreux Anglais du village de Bournaba ont été assassinés et de jolies femmes y ont été enlevées et violées112. » À Cordélio, les habitants européens ne trouvent pas grâce aux yeux des troupes turques, malgré leur statut d’étrangers113. Le nombre de morts n’est pas élevé dans l’absolu, étant donné la relative modestie des effectifs levantins. Les Levantins maltraités ou tués sont même nommément cités dans les documents, tant leurs éminentes fonctions sociales les distinguaient.

  • 114 Puaux, La Mort…, p. 10-11.
  • 115 Puaux, Les Derniers…, p. 16.
  • 116 Amaef-L-T-55, f. n° 68, tél. reçu le 20.IX.22, à 18h10, envoyé par l’archevêque latin, Vallega, au (...)

41Le signe le plus tangible de la destruction de la Smyrne levantine est le fait qu’une identité européenne, proclamée par un drapeau hissé sur un immeuble ou un passeport brandi, ne protège plus. Un monde semi-colonial, où la qualité d’Européen permettait d’échapper au lot commun, disparaît. Puaux écrit que : « L’arrestation et [le] dépouillement des passants, même européens, étaient d’un usage courant114. » Les Capitulations sont abolies dans les esprits. Ce bouleversement des relations entre les communautés provoque l’étonnement et une certaine indignation des sources occidentales. René Puaux cite un témoin français : « Ils ne voyaient aucune différence entre Grecs, Arméniens ou Européens ; pour eux c’étaient tous des “giaours” ou chrétiens115. » C’est tout l’ordre hiérarchisé d’une certaine Belle Époque ottomane qui sombre. L’archevêque latin Mgr Vallega prend tout de suite la mesure du bouleversement auquel il assiste. Les catholiques ne peuvent imaginer une vie sans protection capitulaire, en étant assujettis aux mêmes lois que le reste de la population de Turquie. Le gérant du consulat général de France s’interroge : « Les autorités françaises et italiennes qui protègent les catholiques devant quitter Smyrne, qui pourra répondre de la sécurité des catholiques116 ? »

  • 117 Horton, op. cit., « Les responsabilités des USA… », p. 231-237.

42En rade de Smyrne, où se trouve rassemblée une escadre importante, les marines occidentales restent passives face aux événements. Cette passivité dans un des derniers épisodes de la guerre au Proche-Orient n’est pas une expression de neutralité. L’Italie et la France mais également, sur un mode plus discret, les États- Unis se sont ralliés au régime kémaliste117. Leur revirement politique ne tient pas compte du sort des populations civiles de la région. Les anciens clients, cible privilégiée des entreprises commerciales et éducatives occidentales, sont abandonnés, alors que leur position politique a disparu. Les États occidentaux n’ont pas tenu compte, dans leurs préparatifs de secours, des non-musulmans autochtones qui voudraient s’échapper de la ville conquise et monter à bord d’un navire allié. Un rescapé arménien témoigne :

  • 118 « La terrible catastrophe d’Izmir – Que disent les rescapés ? », in Arev, Alexandrie, n° 1, 6.X.22 (...)

« Je suis arrivé, à la nage, à un navire français qui m’a refusé. J’étais à bout de forces et comme j’étais resté deux heures dans l’eau, mon corps tremblait à cause du froid et de la fatigue. Ces hommes cependant n’avaient pas une once de compassion et contemplaient ma situation avec une indifférence bestiale. Impuissant, je me suis adressé à un navire italien qui, après avoir longtemps attendu, a bien voulu m’accepter ; j’étais nu, ils me donnèrent des vêtements et il y a trois jours, ils m’ont débarqué au Pirée118. »

  • 119 Mamourian, art. cit., n° 2.

43La nouvelle politique française en Turquie a des conséquences pratiques bien tangibles à bord des navires ancrés en rade de Smyrne. Selon Hrant Mamourian, des contrôleurs turcs viennent faire des inspections sur l’Ernest-Renan, en accord avec les autorités françaises. Or Mgr Tourian se trouve à bord du navire, grâce à l’intervention des frères français. Il est consigné dans sa cabine, devant laquelle on poste deux gardes qui ont pour mission de ne laisser entrer personne. L’archevêque arménien échappe ainsi de peu à l’arrestation par ces contrôleurs à la recherche de personnalités grecques ou arméniennes, afin de les ramener à terre119.

  • 120 Khatchérian, op. cit., p. 24-25, et Sôtiriou, op. cit., p. 314.
  • 121 Khatchérian, op. cit., p. 25.

44Les marins occidentaux écoutent de la musique sur leurs vaisseaux en rade, pendant que, sur les quais de Smyrne, la foule des sinistrés grossit celle des réfugiés de l’intérieur. Ils tournent même des films pendant la destruction de la ville. La nuit, ils braquent les projecteurs de leurs bâtiments sur la ville. Plusieurs raisons peuvent être avancées à cet éclairage nocturne. S’agit-il de protéger les gens amassés sur le quai, en leur permettant de prévoir les attaques des Turcs et de se déplacer le long du quai ? S’agit-il de pouvoir observer à l’aise les méfaits des forces turques et satisfaire ainsi un certain voyeurisme120 ? En ville, on trouve tout cela surprenant d’abord, puis franchement scandaleux. Khatchérian déclare : « Voilà l’attention et les actions de l’Europe et de l’Amérique civilisées en lieu et place de l’assistance, tant matérielle que militaire, qu’on espérait d’elles121. »

45Cette non-intervention, bienveillante envers le nouvel ordre kémaliste, ruine, auprès de tous, le crédit moral auquel prétendent les Occidentaux.

Notes

1 Atay C., Izmir dans l’histoire, Izmir, 1978 (tu.), p. 89. L’auteur, peu suspect de sympathies hellénophiles, rend même un discret hommage aux actions conduites par Steryiadis pour rétablir l’ordre public : « ... il entra en fonction en livrant les responsables des incidents à la justice, réussit à les faire punir, fit payer des indemnités à ceux qui avaient subi des dommages, fit réintégrer les petits fonctionnaires et prit des mesures contre les Rums du lieu qui s’étaient attaqués aux Turcs. »

2 AMAEF-L-T-22, f. n° 58, dp de Laporte, CGF, à Defrance, HCF, du 11.XI.20, « Situation politique » : « Seuls les Grecs de Smyrne ne lui pardonnent pas encore sa modération pour ne pas dire sa prédilection à l’égard des musulmans, pour lesquels il a, en vérité, un secret penchant. “Ce sont, dit-il, les seuls gens de ce pays qui aient de la reconnaissance.” »

3 Toutes les villes de l’intérieur – Eskişehir, Uşak, Magnésie, Cassaba – sont pillées et incendiées. AMAEF-L-T-55. Le microfilm n° 1380 est intitulé « Incendie de Smyrne et d’autres localités ». C’est un sujet ouvert à la recherche.

4 Steryiadis part de Smyrne à bord du navire américain, Iron Duke. Il est conspué sur les quais. Il s’en va en direction de Constantinople, où il est transbordé pour Constanza, port roumain. De là, il gagne Paris, fin septembre 1922. En 1927, il donne une unique interview à l’Eleftheros Typos. Il meurt en 1950 sans avoir jamais pu rentrer en Grèce, craignant pour sa sécurité, après une existence misérable d’exilé.

5 AMAEF-L-T-55, f. n° 81, tél. du MAE au général Pellé, HCF, le 21.IX.22.

6 AMAEF-L-T-55, f. n° 96, tél. du HCF, général Pellé, au MAE, du 23.IX.22.

7 AMAEF-L-T-55, f. n° 127-129, Extrait d’un rapport de l’amiral Dumesnil, du 28.IX.22, « Quels sont les auteurs de l’incendie ? ». Les séquences racistes sont présentes dans une majorité de documents d’époque. Le texte de Dumesnil est donc tout à fait ordinaire de ce point de vue. La grande faiblesse de son rapport est qu’il n’est pas capable de décrire la mise à feu et la propagation du sinistre de façon aussi précise que les nombreux témoins cités dans ce chapitre.

8 AMAEF-L-T-55, f. n° 20 et suiv., doc. cit.

9 AMAEF-L-T-55, f. n° 70 et suiv., doc. cit.

10 AMAEF-L-T-55, f. n° 23, doc. cit.

11 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 8, « Les responsabilités de l’incendie ».

12 Horton G., op. cit., et BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., A. 5., « L’entrée des Turcs », p. 2.

13 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., A. 5., « L’entrée des Turcs », p. 2-3.

14 Dossier personnel du MAE, « Michel Auguste Graillet ».

15 Horton G., op. cit., « Les responsabilités des USA… », p. 231-237.

16 AAIU, LXXVIII-E, Izmir, lettre n° 66/189 du 18.IX.22, envoyée de Smyrne, par I. Benaroya au président de l’AIU, à Paris.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Shaw S. J. et Kural Shaw E., History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, t. II, Reform, Revolution, and Republic : The Rise of Modern Turkey, 1808-1975, Cambridge, 1977, p. 204.

21 Idem, p. 315 et suiv. Tout le développement est un morceau d’anthologie. Selon Shaw, les Arméniens étaient fort peu nombreux, mais l’Empire devait se prémunir du danger d’une sédition tachnag imminente dans les régions frontalières de la Russie ; certes, les déportations ont été soigneusement organisées par l’armée ottomane, qui devait protéger les déportés contre les populations civiles musulmanes exposées pendant de longues années au terrorisme arménien ; néanmoins, les quelques morts arméniens, notamment à cause de la famine, des maladies et des opérations militaires, sont bien moins nombreux que les morts musulmans, dans le même laps de temps, etc.

22 Idem, p. 381 et suiv. : « [The revolt] was stimulated by the Russian communists, who no longer could use the Armenians as weapons of disruption… »

23 Idem, p. 363 : « Perhaps the last atrocity of the war was the suggestion, quickly taken up by the Western press, that the victorious Turkish army was responsible for burning the conquered second city of the old empire. »

24 Idem, p. 363 : « Actual culpability has never been proved. »

25 Yurt Ansiklopedisi, Türkiye, il il, Dünü, Bugünü, Yarını, t. 6 (İstanbul, İzmir, Kars, Kastamonu, Kayseri), Istanbul, 1982-1983, p. 4294-4296, « “Gâvur İzmir” yanıyor » (tu.).

26 Bilsel C., op. cit., p. 317-318.

27 Georgeon et Dumont, dans leur chapitre sur la fin de l’Empire in Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 645, n’évoquent pas cet incendie et les événements qui lui sont liés. Dumont dans 1919-1924, Mustafa Kemal, Bruxelles, p. 127, fait état de deux versions possibles quant aux causes de l’incendie. Ces deux versions sont présentées symétriquement, comme également valables. En revanche, il dénonce, sans grand risque, la passivité des forces occidentales lors de cet épisode. Zürcher Erik J. n’est pas très clair dans Turkey, A Modern History, Londres, 1998 : p. 162, il parle de la conquête du 9 septembre 1922, omettant l’incendie, puis p. 172, il évoque, entre parenthèses, la destruction de Smyrne, dans le contexte d’un bilan des destructions en Asie Mineure, en tant qu’exemple probant. Puis il rappelle que ces dégâts, en général, ont été causés par l’armée hellénique en retraite. La responsabilité de l’incendie de Smyrne tend à être attribuée aux troupes helléniques, sans que cela soit directement écrit. Ce serait une incohérence chronologique, en regard du récit de la victoire turque que Zürcher fait dix pages auparavant.

28 Audoin-Rouzeau S. et Becker A., 14-18, Retrouver la guerre, Paris, 2000, p. 105 : « Face au souvenir hypertrophié des souffrances combattantes, l’amnésie concernant le traitement des victimes civiles du premier conflit mondial s’inscrit au cœur de ce refoulement [des violences à l’encontre des populations civiles]. L’oubli prolongé des exactions contre les civils, comme de l’extermination des Arméniens, a offert par la suite l’impunité à ceux qui voulurent réitérer. »

29 Hupchick, The Balkans from Constantinople to Communism, New York, 2002, p. 336 : « When Izmir fell to the Turks (September), the city’s Greek-inhabited quarters were sacked and burned, and many Greek civilians received the same treatment that the routed Greek troops had inflicted on Turks. »

30 Clogg est renommé pour sa connaissance de l’Orient grec et de sa participation intime au monde turc ottoman.

31 Clogg R., A Concise History of Greece, Cambridge, 1992, 2002, p. 97 : « The Turkish occupation of the city was accompanied by a massacre of some 30,000 Greek and Armenian Christians. In the great fire that ensued only the Turkish and Jewish quarters survived. “Infidel Izmir”, as the Turks had called Smyrna on account of its huge non-Muslim population, was consumed in the holocaust as panic-stricken refugees sought to escape to the neighbouring Greek islands. »

32 Berber E., Les Années douloureuses, Izmir 1918-1922, le sandjak d’Izmir pendant la période de l’armistice et de l’occupation grecque, Ankara, 1997 (tu.), est muet à ce sujet. Les limites temporelles choisies lui permettent d’ignorer la destruction de la ville par l’incendie. Berber est un historien très fin. Il a pris la peine d’apprendre le grec moderne. Son silence est curieux.

33 Entretiens avec un ancien habitant quarantenaire et un habitant trentenaire d’Izmir, réalisés à Paris.

34 AMAEF-L-T-55, f. n° 31, tél. du 16.IX.22, de M. Graillet, en charge du CGF, au PrC, R. Poincaré, MAE, reçu le 18.IX.22, à 16h45. Pour le mot passé, on peut proposer « d’ » ou « d’agents » ; le sens du tél. est par ailleurs très clair.

35 AMAEF-L-T-55, f. n° 19, tél. officiel du MM au MAE du 15.IX.22, reprenant le tél. de l’amiral Dumesnil, en rade de Smyrne, du 23.IX.22 au MM, à Paris.

36 AMAEF-L-T-55, f. n° 96, doc. cit.

37 AMAEF-L-T-55, f. n° 77, tél. du 20.IX.22, de Constantinople, par Pellé, HCF, au MAE, reçu le 21.IX.22 à 19h30.

38 Ibid.

39 AMAEF-L-T-55, f. n° 1, tél. du CF, Graillet au MAE, du 6.IX.22, à 19h40, reçu à Paris, le 7.IX.22, à 0h5.

40 AMAEF-L-T-55, f. n° 111, tél. sin. dat., du MAE au chargé d’affaires à Washington. Il est vraisemblable qu’il ait été envoyé vers la fin septembre 1922.

41 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 8, « Les responsabilités de l’incendie », p. 1.

42 Issawi Ch., The Economic History of Turkey, 1800-1914, Chicago, 1980, p. 366-367.

43 Mamourian, art. cit., nos 1 et 2.

44 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B.6, « Pillage et massacre », p. 1.

45 Amadian, « La catastrophe d’Izmir – Comment Izmir a été dévastée », n° 2, in Arev, Alexandrie (ar.), 13.X.22, ainsi que BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 4, p. 4.

46 Mamourian, art. cit., n° 1.

47 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B.6, « Pillage et massacre », p. 2.

48 Puaux, La Mort…, citation du Daily News, p. 10.

49 Voir Ziya Gökalp mais également Yusuf Akçura. Cf. Georgeon François, Aux origines du nationalisme turc, Paris, Institut d’études anatoliennes, Édition ADPF, 1980. Voir en particulier le chap. II, « Luttes pour le panturquisme (1905-1914) ; § 4 : La révolution sociale », notamment « La promotion de la bourgeoisie nationale turque », p. 53 et suiv., ainsi que les lignes de conclusion suivantes : « Dans l’arsenal intellectuel du xixe siècle, il a puisé à pleines mains et s’est emparé des armes qui convenaient le mieux à son projet ; parmi les théories sur le nationalisme, il adopte celle qui, mettant l’accent sur l’ethnie, s’adapte le mieux à la cause du nationalisme turc. Il emprunte la notion de lutte des classes au marxisme, mais c’est pour la mettre au service de la bourgeoisie nationale. » (C’est moi qui souligne.)

50 Georgelin, « Boycottage… », art. cit.

51 La levée d’un impôt spécial, le varlık vergisi, pendant la Seconde Guerre mondiale offre un exemple de continuité politique à cet égard. Cf. Ökte K., The Tragedy of the Turkish Capital Tax (trad. du turc par Cox G., Londres, Sidney, Croom Helm, 1987).

52 AMAEF-L-T-55, tél. nos 3 à 7, extraits de lettres reçues de Smyrne, dp du début septembre 1922. Le document n’est pas signé. Au ton des textes, on peut faire l’hypothèse qu’ils sont écrits par un officier, peut-être Dumesnil. Le fait que seuls des extraits soient reproduits pourrait s’expliquer par la prudence du MM envers celui des Affaires étrangères.

53 Amadian, « La catastrophe d’Izmir – Comment Izmir a été dévastée », n° 1, in Arev, Alexandrie (ar.), 11.X.22.

54 Le même incendie est signalé par Puaux, Les Derniers…, p. 14.

55 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie ».

56 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 6, p. 7.

57 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 1.

58 Mamourian, art. cit., n° 1.

59 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 1.

60 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 8, « Les responsabilités de l’incendie », p. 1.

61 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 7, p. 7.

62 La géographie smyrniote de Horton est, elle, centrée sur la présence américaine dans la ville.

63 AMAEF-L-T-55, f. n° 20 et suiv., courrier du 15.IX.22, de M. Graillet, CF, au PrC, R. Poincaré, MAE à Paris, « Guerre gréco-turque (suite), incendie de Smyrne ».

64 Mamourian, art. cit., nos 1 et n° 2.

65 ArRe, vol. 35, n° 4-140, art. cit., p. 372.

66 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., « L’incendie », p. 2.

67 Cité par Horton, p. 65 : « J’ai vu les soldats turcs entrer dans les maisons en portant des bidons avec du pétrole et éclater l’incendie juste après qu’il en sont sortis. On ne pouvait voir nulle part d’Arméniens. Seuls des soldats turcs circulaient – des soldats qui portaient l’uniforme élégant de l’armée régulière. », ainsi que par Puaux, La Mort…, p. 13.

68 « Source froide », un quartier de Smyrne.

69 ArRe, vol. 35, n° 4-140, art. cit., p. 388.

70 Horton, op. cit., p. 172 : « Je ne les ai rien vu faire. »

71 Puaux, Les Derniers…, p. 19-21, citation d’un rapport du supérieur des mékhitaristes de Vienne.

72 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 1.

73 BNu.IV.45.3 (2), Mgr Tourian, Rapport…, § 7, p. 7.

74 Ibid.

75 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 7, « L’incendie », p. 2.

76 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 7, p. 7.

77 Vénézis, Asie…, p. 30-35. En dernier lieu, le consul de France insiste pour que Chrysostome se réfugie chez les frères du Sacré-Cœur ou même au consulat. Mais celui-ci refuse. Puaux, La Mort…, p. 21-22, reprend les mêmes informations.

78 Vénézis, op. cit., « Je servirai l’Église et la nation », p. 9-36.

79 Vénézis, op. cit., p. 31, propos que Chrysostome aurait tenus à un notable de Smyrne, G. I. Anastassiadis, qui l’enjoignait de quitter la ville.

80 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 9, p. 8-9.

81 Mgr Tourian invente-t-il cette première entrevue pour accabler Nurettin Paşa ? Quelles étaient ses sources d’information ?

82 Puaux affirme que c’est le 10.IX.22 que le métropolite a été tué. Or le dimanche, le métropolite aurait été occupé à célébrer le culte une bonne partie de la journée. Mais il n’y eut pas de messe ce dimanche-là.

83 Vénézis, Asie…, p. 34, et Mgr Tourian, doc. cit., p. 8, citent bien les mêmes noms à quelques détails orthographiques près.

84 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., B. 9, « L’assassinat de l’archevêque des Grecs ».

85 Puaux, La Mort…, IV. L’assassinat de Mgr Chrysostome, le témoignage décisif d’un Français, p. 20-25.

86 BNu.IV.45.3 (2), doc. cit., § 9, p. 9.

87 Vénézis, Asie…, op. cit., p. 35.

88 Puaux, La Mort…, p. 23, ainsi que Les Derniers…, p. 12-13, et Vénézis, Asie…, op. cit., p. 35.

89 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., « Le problème de l’autodéfense », p. 2.

90 Mamourian, art. cit., n° 1.

91 Puaux, La Mort…, p. 23.

92 Puaux, Les Derniers…, p. 13.

93 BNu.IV.45.3 (1), doc. cit., « Les Arméniens célèbres assassinés ».

94 Vigarello G., Histoire du viol, xvie-xxe siècles, Paris, Seuil, 1998, p. 284-285 : « Une vision durablement moralisée du crime sous l’Ancien Régime renforce ce silence en enveloppant la victime dans l’indignité de l’acte, transformant en infamie le seul fait qu’elle ait vécu par les sens et les gestes la transgression condamnée. D’où cette inévitable tendance à dénoncer la victime indépendamment des circonstances, cette constante difficulté à écarter le soupçon : la contamination subie assimilée à une acceptation par la femme violée. »

95 Uregian H., « Smyrna Diary, 1922, Memories of an Armenian Eyewitness », p. 362-384, et Baghdjian K., « Court Evidence of the Responsabilities for the Holocaust of Smyrna Presented at the Famous Trial Pitting the American Tobacco Company vs. the Guardian Assurance Co. Ltd in 1924 », p. 384-389, « Two Unpublished Eyewitnesses Accounts of the Holocaust of Smyrna, September 1922 », p. 362-389, in The Armenian Review, Boston, vol. 35, n° 4-140, hiver 1982.

96 Ligue pour la défense des droits des ottomans (pub.), Atrocités grecques dans le vilayet de Smyrne (mai 1919), documents inédits et témoignages des officiers anglais et français, Genève, Imprimerie nationale, 1919, p. 10, Addendum, Le train allant de Dénizli à Smyrne.

97 Horton, op. cit., p. 183, lettre du Dr M. C. Eliott à G. Horton, du 2.VI.23.

98 Audoin-Rouzeau, L’Enfant de l’ennemi (1914-1918), Paris, Aubier, 1995, p. 69 et suiv. : « Comme tout viol, les viols de 1914 apparaissent d’abord comme le fruit d’une volonté de démonstration de pouvoir et d’humiliation. […] La prise de force du corps des femmes est une manifestations, parmi d’autres sans doute, importante néanmoins, de la réalité de leur conquête, d’une victoire à portée de main sur l’ennemi. »

99 Horton, op. cit., p. 183, lettre du Dr M. C. Eliott à G. Horton, du 2.VI.23.

100 Article de une, « La terrible catastrophe d’Izmir – L’incendie et ses causes » (Paris, du journal Abaka), in Arev, Alexandrie (ar.), 20.X.22.

101 AMAEF-L-T-55, f. n° 70 et suiv., dp envoyé par M. Graillet, chargé du CGF, au PrC, R. Poincaré, MAE, le 20.IX.22, « Guerre gréco-turque, incendie de Smyrne ».

102 Puaux, Les Derniers…, p. 30-31.

103 AMAEF-L-T-55, f. n° 70 et suiv., doc. cit.

104 AYE-1922/A/5/VI/4, Athènes, 21.XII.22 et 3.I.23, « Exposé sur la situation en Asie Mineure selon le récit détaillé du photographe renommé, M. G. Prokopios, récemment arrivé de Smyrne ».

105 Vénézis, Asie…, p. 48-49.

106 Morley B. B., Marsovan 1915, The Diairies of Bertha Morley, Kaiser Hilmar (dir.), Reading, 1999, p. 10 et suiv. Pour un exemple monographique de l’application du plan génocidaire à l’encontre des Arméniens.

107 Puaux, Les Derniers…, p. 28, et Khatchérian, op. cit., p. 53-57.

108 La Loge « Mélès », Or. : De Smyrne, Asie Mineure, Liberté-Égalité-Fraternité, au nom et sous les auspices du Grand-Orient de France, Suprême Conseil pour la France et les possessions françaises, appel à la franc-maçonnerie universelle pour le désastre de Smyrne, octobre 1922.

109 AMAEF-L-T-55, f. n° 23, courrier de M. Graillet, chargé du CGF, au PrC, R. Poincaré, MAE, à Paris, 15.IX.22, du cuirassé Edgar-Quinet, « Guerre gréco-turque (suite), incendie de Smyrne ».

110 AAIU, LXXVIII-E, Izmir, courrier n° 67/190 d’I. Benaroya, directeur local de l’AIU au Président de l’Alliance à Paris, du 21.IX.22.

111 Puaux, La Mort…, III. Dans la banlieue de Smyrne, p. 17-19.

112 Mamourian, art. cit., n° 1 et n° 2.

113 Puaux, Les Derniers…, p. 10-11.

114 Puaux, La Mort…, p. 10-11.

115 Puaux, Les Derniers…, p. 16.

116 Amaef-L-T-55, f. n° 68, tél. reçu le 20.IX.22, à 18h10, envoyé par l’archevêque latin, Vallega, au Cardinal Gasparri, grâce au consul, Michel Graillet.

117 Horton, op. cit., « Les responsabilités des USA… », p. 231-237.

118 « La terrible catastrophe d’Izmir – Que disent les rescapés ? », in Arev, Alexandrie, n° 1, 6.X.22, et n° 2, 18.X.22.

119 Mamourian, art. cit., n° 2.

120 Khatchérian, op. cit., p. 24-25, et Sôtiriou, op. cit., p. 314.

121 Khatchérian, op. cit., p. 25.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search