Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Quatrième partie. Les millets dans la vie politique : vivre ensemble ?

Renoncement à toute osmanlılık rénovée et fin annoncée de Gâvur İzmir

Texte intégral

L’EXPÉRIENCE CONCRÈTE DE LA NATION TURQUE

  • 1 Copeaux É., Espaces et temps de la nation turque, Paris, CNRS Éditions, Méditerranée, 1997, p. 287 (...)
  • 2 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 87, dp n° 23 de Blanc, tél. au MAE à Paris, du 16.X.08.
  • 3 Ahmad F., op. cit., p. 162 : « When organized, as in the case of the boycott of Austrian goods, th (...)
  • 4 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 155, dp n° 145, envoyé de Smyrne, par Dallemagne, gérant du CGF, au MAE à P (...)
  • 5 Georgelin, « Boycottage des non-musulmans à Smyrne et dans le vilayet d’Aydın, d’après les archive (...)

1L’organisation de mouvements de boycottage à l’échelle de l’Empire entier permet de coordonner des actions sur l’ensemble du territoire, qui est en train de devenir une « patrie » territorialisée. C’est un processus nouveau dans l’histoire turque, porteur de difficultés idéologiques1. Plusieurs boycotts vont s’échelonner pendant la période constitutionnelle. Le premier a lieu contre l’Autriche-Hongrie, pour protester contre l’annexion de la Bosnie-Herzégovine, en 1908, que la double monarchie administre depuis le congrès de Berlin. Le deuxième a pour cible la Grèce, pour protester contre la déclaration unilatérale d’union entre la Crète et le royaume de Grèce, toujours en 1908. Le troisième a pour cible l’Italie après la guerre en Tripolitaine et l’occupation du Dodécanèse, en 1911. Il dure jusqu’en 1912, date à laquelle les relations sont normalisées avec l’Italie, alors que l’Empire est aux prises avec une offensive balkanique. Enfin, la Grèce voit ses produits mais surtout ses navires boycottés à nouveau, après les guerres balkaniques et l’occupation, contestée par l’Empire ottoman, des îles de l’Est égéen, en 1913. Le phénomène est au moins latent de 1908 à la guerre mondiale. Smyrne, port principal de l’Empire, est très affectée par ces boycotts : « Le boycottage des marchandises autrichiennes prend un caractère général ; la foule s’oppose actuellement aux opérations de débarquement d’un paquebot du Lloyd2. » Le boycottage contre l’Autriche est efficace, car il permet d’accélérer la sortie de la crise, certes sans rétrocession de la Bosnie-Herzégovine à l’Empire, mais après obtention d’une indemnité3. Au-delà du résultat, il fait éprouver des liens de solidarité, non immédiats, aux Turcs à travers le territoire. Ces épreuves de force expriment le mécontentement vis-à-vis du statut de semi-colonie occidentale. Le boycott contre l’Italie est assorti de la suspension des garanties capitulaires des ressortissants italiens. L’abrogation des Capitulations est un leitmotiv de la vie politique. Toutes les occasions sont bonnes pour le rappeler. De surcroît, ces tensions extérieures ont des répercussions sur la société et l’économie de l’Empire, dans la mesure où, souvent, les États boycottés ont des colonies installées sur place et où certains d’entre eux prétendent à la protection sur des sujets ottomans. Ainsi, boycotter l’État grec affecte la position économique non seulement des sujets hellènes dans l’Empire, mais également les Rums, qui proclament si souvent leur proximité avec le royaume. Si un vali s’oppose au boycottage, il est déplacé par le CUP, quels que soient ses mérites d’administrateur ou son prestige politique4. L’économie est pensée en termes nationaux5. Les populations entrent massivement dans la vie politique. Le boycottage n’est pas la seule occurrence de ce changement d’attitude envers la sphère politique. Déjà, les orthodoxes pouvaient se livrer à des manifestations publiques contre le konak. Il y a modernisation politique des populations ottomanes de façon successive et divergente. Les moyens d’expression de l’insatisfaction politique sont parfois les mêmes – manifestations publiques –, mais d’autres sont particulières – boycottage des navires et des marchandises grecs.

2Selon Blanc, la seconde expérience parlementaire est une aporie. Le projet jeune-turc se heurte à l’écueil du développement social moins avancé des musulmans, par rapport à celui des chrétiens. Les projets national et démocratique sont antinomiques. Les courriers diplomatiques occidentaux et helléniques emploient déjà, depuis longtemps, le mot « Turquie » pour désigner l’Empire ottoman, comme si ce terme allait de soi, alors que les nombreuses composantes de la population développent leur propre nationalisme au sein d’un même espace. La situation idéologique est confuse pour tous les contemporains. Quelle place accorder aux projets dits libéraux, dont la figure du prince Salahettin est le symbole ? L’Empire peut-il évoluer vers une fédération de peuples unis ? N’est-ce pas déjà trop tard en 1908, alors que le principe du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » ou des « nationalités » est bien installé, sinon dans les faits du moins dans les consciences ?

  • 6 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 37, dp n° 14 du gérant du CGF, Thierry de Witasse, au MAE à Paris, du 22.IV (...)
  • 7 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 175, doc. cit. : « Il y a quelques semaines le comité de Smyrne n’ét (...)
  • 8 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 26, doc. cit. : « Mon rapport est à peine achevé qu’en parcourant le (...)

3Le CUP a fait sien le matérialisme des positivistes, qui s’allie pourtant mal avec la culture turque musulmane6. Il y a certes césure entre les musulmans de Smyrne et ceux des villes plus à l’est. L’établissement de l’égalité juridique entre musulmans et non-musulmans déplaît à Konya7. Mais le discours politique du CUP, à Smyrne comme ailleurs, n’est pas un discours homogène. Ses apparentes contradictions lui permettent de s’adresser à diverses couches de la population, mettant en avant telle ou telle de ses composantes idéologiques. Il est important pour le CUP de pouvoir s’adresser à différents groupes de population dans un cadre où des élections, même au caractère démocratique discutable, sont organisées régulièrement et où, théoriquement, il peut ne pas conserver la direction des affaires ottomanes. Ainsi, auprès des populations non musulmanes, ce sont les aspects démocratiques et progressistes qu’il s’agit de mettre en avant. Auprès de la population musulmane, hormis la fine couche éclairée moderniste dont il est l’émanation, il convient de faire adhérer au nouveau régime des gens dont l’univers idéologique est encore théocratique8. C’est la grande force du discours du CUP d’être adaptable et finalement peu soucieux de contradictions internes. À la pluralité des facettes du discours, l’historien peut opposer l’ensemble des mesures réellement prises par le CUP et faire la part entre les effets d’annonce et les discours en phase avec l’action réelle du mouvement au pouvoir de facto dans l’Empire depuis 1908.

  • 9 La « communauté imaginée » devient une communauté en partie vécue. Ces catégories sont empruntées (...)
  • 10 Feroz, op. cit., p. 162 : « The Committee was the first political organization in the Empire to ha (...)
  • 11 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 127, dp n° 16 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 3.III.14, « Au sujet du (...)
  • 12 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 167, dp n° 23 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 21.III.14. « Condamnatio (...)
  • 13 Ahmad, op. cit., p. 162 : « The very idea of mobilizing the masses was revolutionary for the polit (...)
  • 14 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 127, doc. cit.

4La population turque de Smyrne se mobilise selon des formes modernes, ce sont partout des comités de boycottage, de nombreux comités affiliés à l’Union et Progrès, le Şehir klübü à Smyrne, et distribution de tracts aux Turcs9. Autant de formes politiques qui tranchent avec l’image d’un Orient assoupi10. Les limites entre légalité et illégalité ou entre démarche officielle et spontanée sont floues. Le pouvoir soutient de actions de force, mais celui-ci prend encore des précautions oratoires, quand les puissances le mettent en cause11. La violence ouverte est exercée au nom de la population turque à l’encontre des orthodoxes en particulier. Ces violences créent le lien national12. L’action commune renforce le credo de l’unité. La violence est fréquente à l’extérieur de Smyrne, mais ponctuellement aussi en ville même. Les actions menées à l’échelle de l’Empire établissent la simultanéité de l’histoire vécue par les membres de la nation turque moderne13. Sur l’ensemble de l’Asie Mineure occidentale, d’Edremit au nord à Burdur au sud, le même mouvement de boycottage contre les activités économiques des Grecs orthodoxes est attestée en 191414.

  • 15 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 168, dp n° 24, du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 23.III.14, « Insécurité (...)
  • 16 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 186, dp n° 52 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 6.VI.14, « Tentative des (...)
  • 17 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 87, dp n° 1 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 8.I.14, « Situation politi (...)

5Le CUP approche les établissements scolaires15. Comme dans les autres mouvements nationalistes de l’Empire, un rôle important est dévolu à l’école turque moderne comme creuset d’une nouvelle nation, jeune et moderne. Le CUP instrumentalise la population écolière ou estudiantine pour commettre des voies de fait, plus difficilement punissables. Le nationalisme turc a des visages divers. On constate, d’une part, la modernité de la machine politique et de son discours nationaliste, mais on peut, d’autre part, recycler, au moins à court terme, des formes et des institutions traditionnelles. Par exemple, des religieux peuvent appeler au boycottage des chrétiens au nom de l’Islam. Par une mesure symbolique, on tente d’islamiser le temps hebdomadaire à Smyrne l’Infidèle. Il s’agit de déplacer le repos hebdomadaire du dimanche au vendredi16. On veut s’approprier le temps de la cité. C’est une démarche clairement hostile car à Smyrne, la majeure partie de la population tient à chômer le dimanche. Le CUP désire fondre l’ensemble de la population musulmane en un seul ensemble, autant que faire se peut. Par exemple, les Albanais, demeurés en Asie Mineure après les guerres balkaniques, doivent se soumettre aux mêmes régulations que les Turcs17. Ils se voient attribuer un nüfus cüzdanı, des documents d’identité qui en font des sujets musulmans comparables à tous les autres, c’est-à-dire des Turcs.

LA MODERNISATION OTTOMANE ET LES RUMS

  • 18 FO371/1495/3463, Morgan à Lowther, Manastır-Bitola, 18.V.12, annexe de Lowther à Grey, n° 435 con. (...)
  • 19 Ahmad, op. cit., p. 144-145.

6Les consultations électorales se multiplient juste avant le conflit mondial. Il ne s’agit pas d’un signe de démocratisation du pays, mais d’une marque de son instabilité et de la dépendance du pouvoir législatif envers le pouvoir exécutif, petit à petit monopolisé par le CUP. En 1908, on organise les premières élections à l’Assemblée ottomane. Le mode de scrutin exclut le principe de la représentation proportionnelle de chaque communauté. Les élections de 1912 sont dites élections au gros bâton, sopalı seçim, dans l’historiographie turque. On peut généraliser l’appréciation du consul britannique de Manastır-Bitola : « Je n’ai pas besoin de dire que tous les moyens légaux et illégaux ont été utilisés pour s’assurer du résultat [des élections]18. » En 1912, le CUP fait élire une assemblée qu’il contrôle complètement, mais sous la pression d’officiers, le CUP perd le pouvoir en août 1912 et cette Assemblée est dissoute en août 1912. L’élection d’une nouvelle assemblée a lieu fin 1913, après que le CUP s’est à nouveau emparé du pouvoir en janvier 1913, et a installé un régime dictatorial en juin 1913. Le CUP est le seul parti politique à prendre part aux élections de 1913. Le 30 octobre 1913, les Arméniens émettent le vœu d’avoir vingt députés à l’Assemblée, arguant du nombre des Arméniens dans l’Empire, qu’ils estiment à deux millions de personnes. Les Grecs expriment une volonté analogue. Mais la Porte refuse19. Les députés ottomans ne doivent pas être les représentants de leur millet, mais de la nation ottomane entière. On peut se demander si l’universalité des principes n’est pas mis au service des seuls intérêts de la nation turque.

  • 20 Trietsch D., « Les juifs de Turquie », in Länder und Völker der Türkei, Schriften des Deutschen Vo (...)
  • 21 La « nationalité » ottomane de Karolidis fut mise en cause puisqu’il était aussi naturalisé sujet (...)
  • 22 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 20 du CGF, Colomiès, au ChAfF, Boppe, du 28.I.14, « Persécution cont (...)
  • 23 Les Persécutions antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne, d’après les r (...)

7En 1908, Smyrne est représentée par A. Yeôrgantzoglou, auxiliaire du vali de Smyrne, qui en 1910 devient sénateur et dont le neveu, Emmanouil Emmanouilidis, avocat, hérite alors du siège de député. La ville envoie également un député juif à l’Assemblée ottomane pendant les trois législatures20. En 1912, Smyrne est représentée par Pavlos Karolidis, le détenteur de la chaire d’histoire de l’université d’Athènes, qui représentait auparavant Sıvas, sa région d’origine, et Emmanouil Emmanouilidis21. Les personnalités qui se sont trop vite réjouies de la perte de pouvoir du CUP en 1912 sont éliminées. Karolidis s’exile en Grèce. En 1914, Smyrne est représentée par S. Symeonoglou, commerçant, E. Meïmaroglou, ingénieur et Emmanouil Emmanouilidis, qui demeure dans l’Empire pendant la guerre. On peut dire que le lien politique des Rums avec leur État se distend, sans rémission, après 191322. De 1914 à 1918, le parlement ottoman ne travaille plus normalement. Les députés orthodoxes ne peuvent contrer la mobilisation de la jeunesse orthodoxe dans les compagnies de travaux forcés, amele taburu. En revanche, à partir de l’armistice de Moudros et jusqu’à la dissolution de l’Assemblée ottomane, les députés chrétiens reprennent la parole et abordent la question du traitement des leurs pendant le conflit23. À ce moment, le Parlement ottoman ne peut plus passer sous silence les expulsions, les déportations et l’extermination des orthodoxes dans le cadre de la mobilisation, ainsi que l’anéantissement planifié de la population arménienne ottomane à partir de 1915.

  • 24 Emmanouilidis E., Les Dernières Années de l’Empire ottoman, Athènes, 1924 (gr.), p. 311 : « [Talât (...)

8Le Dr Nazim, membre influent du CUP, est actif à Smyrne. Talât Bey, alors ministre de l’Intérieur, est envoyé en 1914 par le grand-vizir, Said Halim, en inspection dans la région de Smyrne pour rétablir l’ordre, après les plaintes des députés grecs-ottomans à propos de l’insécurité entretenue dans les campagnes afin de favoriser l’émigration. De retour de sa mission dans la région de Smyrne, Talât Bey remarque à la tribune du Parlement à quel point Vourla semble grecque. Dès l’avant-guerre, des menaces planent sur la pérennité de la présence orthodoxe en Asie Mineure24. Cependant, malgré les déboires des populations grecques de cette région, l’aspect général de la ville de Smyrne demeure grec et cela est un crève-cœur pour Rahmi Bey, le vali unioniste venu de Salonique, grecque depuis 1912.

  • 25 HHStA-K-405, dp du 16.VIII.13, doc. cit.
  • 26 La perte de Salonique a, sans aucun doute, frappé les esprits à Smyrne également. Même si Saloniqu (...)
  • 27 Nicolaïdès N., Les Grecs et la Turquie, Bruxelles, 1910.

9Les guerres balkaniques s’achèvent par une modification profonde de la position géographique de Smyrne dans l’espace ottoman. Smyrne est devenue une ville frontière, depuis que les Îles de l’Archipel sont désormais soit annexées, soit occupées par le royaume de Grèce. La Turquie d’Europe est réduite à la Thrace orientale, reconquise sur la Bulgarie à la faveur de la deuxième guerre balkanique, qui a connu un retournement d’alliances favorables à l’Empire. Edirne, une des premières capitales de l’Empire, est alors reconquise. Dans quelle mesure la perspective d’une conquête étrangère soude-t-elle les divers éléments de la population ottomane de Smyrne ? La prise d’Edirne donne lieu à des manifestations auxquelles participent toutes les communautés de Smyrne25. On organise un rassemblement sur la place de la caserne qui regroupe entre 15 000 et 50 000 personnes. Smyrne est à l’unisson avec Constantinople26. Les principaux orateurs sont turcs, tout comme les organisateurs du meeting. Mais les Grecs participent également. Ils n’auraient eu d’ailleurs aucun motif de se réjouir de voir la Thrace orientale échoir à la Bulgarie. Le discours grec ottoman assimile la prospérité de l’Empire ottoman à celle des Grecs, en opposant à la « Grande Idée » irrédentiste et déstabilisatrice une « Idée grecque » non seulement compatible avec l’Empire, mais consubstantielle à la réalité ottomane27. Le danger slave est plus ouvertement dénoncé que tout autre dans les publications. Le personnel de l’hôpital grec assure le service d’ordre de la manifestation. Arméniens et juifs ont leurs orateurs, qui s’enflamment, eux aussi, contre les Bulgares. La manifestation se termine par l’envoi de motions aux dirigeants de Constantinople ainsi qu’aux ambassadeurs des puissances.

  • 28 La formule de Ternon : « Puisque les Balkans ont été livrés aux nations balkaniques, que la Turqui (...)

10Dans quelle mesure cette manifestation est-elle spontanée, alors que l’ottomanisme rhétorique perd une bonne part de sa base concrète avec la Turquie d’Europe28 ? La peur qu’inspire une fin soudaine, prochaine et incontrôlée de l’Empire peut motiver les manifestants non-musulmans. Le CUP, présent derrière cette manifestation, a vraisemblablement déjà les moyens de contraindre à la participation l’ensemble des Ottomans. Les formes de cette participation se sont désormais bien établies : tout d’abord, organisation par un comité réduit, puis manifestation de masse pour légitimer la cause défendue et, enfin, envoi de motions non seulement aux puissants mais surtout aux représentants d’un Occident qui, en matière territoriale, peut avaliser ou infirmer les conquêtes bulgares.

  • 29 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 79, dp n° 9 du consul suppléant, gérant le CGF, Dollot, au MAE à Paris, du (...)
  • 30 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 185, dp n° 46 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 3.VI.14, « Interdiction (...)

11Le pouvoir unioniste combat les nationalismes concurrents qui pourraient profiter des libéralités du régime. Ainsi, le métropolite de Smyrne, Chrysostome, bien connu de l’administration ottomane pour ses hauts faits alors qu’il était métropolite de Drama en Macédoine, et héraut du nationalisme grec au sein de la structure ecclésiale orthodoxe, est éloigné de Smyrne sur demande du vali Rahmi Bey, en août 1914. La communauté orthodoxe de Smyrne est avertie qu’elle n’a plus à compter sur l’indulgence du pouvoir. Les liens d’attachement à l’État ottoman sont distendus, à mesure que la suspicion à l’encontre de l’élément grec se fait plus manifeste29. En juin 1914, le vali interdit un Te deum en l’honneur de Constantin. Toute manifestation de sympathie pour le royaume est désormais contrecarrée par les autorités30. Jusqu’à la guerre, le mécontentement orthodoxe ne cherche qu’une occasion pour s’exprimer.

  • 31 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 87, doc. cit.
  • 32 « Vive la vengeance », in Köylü du 20 Teschrin Ceval 329, 2 I.14, cité in AMAEF-CPC-NS- 70, f. n° (...)

12Le boycottage a repris de plus belle contre les orthodoxes après les guerres balkaniques. Il est intense de 1913 à 1914. L’occupation par le royaume de Grèce des îles ottomanes de l’Archipel est particulièrement difficile à accepter. La perte de la Turquie d’Europe et l’arrivée de réfugiés musulmans des territoires perdus aiguisent le sentiment de défaite injuste chez les Turcs. Il y a désormais assimilation totale entre Rums et royaume de Grèce, dans la presse et dans l’administration unionistes. Le nationalisme turc se durcit face aux conquêtes grecques qui menacent même l’Asie ottomane. Il déploie des figures rhétoriques communes à tous les nationalismes comme l’éloge de l’attachement à la terre, qui n’est pas un élément important pour la culture ottomane classique ni turque nomade31. Le CUP et ses organes de presse expriment ouvertement ce nationalisme ; celui-ci est mûr en tant que discours public après les guerres balkaniques32. On appelle à la violence envers les orthodoxes de toutes nationalités. Il s’agit de se défaire d’une sangsue qui pourrait être fatale à l’Empire :

  • 33 Art. cit. du Köylü, organe du CUP à Smyrne, du 20 Teschrin Ceval 1329-2.I.14.

« La Grèce est l’ennemie de notre religion, de notre histoire, de notre honneur, de notre patrie, en un mot enfin l’ennemie de notre existence matérielle et spirituelle. Fais-toi tuer, promène-toi sans couverture, reste sans nourriture, couvre-toi de sacs mais n’achète rien d’un Hellène ou d’un homme qui a la tête hellène. Pense qu’un para des cinq paras que tu donnes à ce traître sera pire qu’une balle qui éclaterait sur notre poitrine, sur notre honneur, sur notre religion. Sans notre commerce, la Grèce serait restée sans nourriture. Le trésor amassé ici devient, en Grèce, des canons, des fusils, des balles qui éclatent ensuite sur notre tête. Laissons dorénavant l’inattention et tenons la vérité, témoignons de l’inimitié à ceux qui nous en témoignent. Eux, nous donnent-ils cinq paras ? Font-ils du commerce avec nous ? Nous, au contraire, nous les considérons comme s’ils nous étaient utiles. Si nous n’avons pas d’épiciers dans nos villages, installons-en. Si nous avons besoin de manufactures, trouvons-en. Si nous avons besoin d’un magasin de nouveautés, créons-en un. Faisons-nous tuer, mais ne donnons pas un centime à un Hellène. C’est ainsi que nous pourrons sauver l’honneur de la patrie et de la religion. C’est ainsi que nous pourrons sauver l’honneur de nos femmes et de nos filles33. »

  • 34 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 125, dp n° 15 du CGF Colomiès, au MAE à Paris, du 2.III.14, « Au sujet du b (...)
  • 35 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 157, dp n° 21 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 13.III.14, « Vote par le (...)
  • 36 Certains vont jusqu’à affirmer que les commerçants orthodoxes auraient profité du boycottage musul (...)

13Le boycottage gagne l’intérieur des terres. Les plus petits épiciers orthodoxes doivent être boycottés34. Le mouvement suit les lignes de chemin de fer, les axes de pénétration de la présence orthodoxe en Asie Mineure35. Les mots d’ordre politique sont transmis selon les réseaux modernes de communication et de transport36. En continuité avec les mesures d’ostracisme économique, l’Empire, après la défaite en Europe, expulsent les orthodoxes des régions occidentales d’Anatolie :

  • 37 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 16, envoyé de Smyrne, par Colomiès, CGF, à Boppe, ChAfF, le 23.I.14, (...)

« Le consulat général des États-Unis vient de me faire connaître un fait particulièrement significatif qu’il rapporte d’ailleurs à son ambassade. Il y a un an un sujet américain, M. Adamopoulos, qui après avoir passé la plus grande partie de sa vie aux États-Unis s’est installé à Dévélikeuy, sur la ligne d’Aïdin, y fit venir quinze familles orthodoxes de Gallipoli. L’insuffisance de la main-d’œuvre locale ne lui permettait pas, en effet, d’assurer l’exploitation de ses propriétés. Sans aucun motif ces quinze familles viennent d’être expulsées. M. Horton a dépêché son drogman au vilayet pour savoir si les autorités ottomanes avaient quelques reproches à formuler contre ces immigrés. On lui a répondu qu’aucun grief n’était formulé à leur égard. Il s’agit purement d’une mesure politique37. »

  • 38 Von Sanders L., Fünf Jahre in der Türkei, Berlin, 1919.
  • 39 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 87, doc. cit.
  • 40 Humbert, op. cit., p. 77. Le vali est sollicité par l’ambassadeur d’Allemagne à Athènes, le comte (...)
  • 41 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 196, dp n° 81, par Jean-Marie Colomiès, CGF, au MAE à Paris, le 24.IX.14, « (...)

14On évoque dans les études grecques le rôle déterminant de Liman von Sanders, attentif aux nouveaux enjeux géopolitiques, malgré les démentis de ce dernier38. Il ne s’agit plus de promouvoir une osmanlılık rénovée, le nationalisme turc est désormais ouvert et exclusiviste, comme tout nationalisme : « L’administration s’inspire de sentiments nettement anti-chrétiens. Aussi hostile aux catholiques qu’aux orthodoxes, elle réserve aux Grecs ottomans le maximum de sa sévérité39. » Le pouvoir cherche à faire partir les non-musulmans de son territoire. Le vali Rahmi Bey contribue à cette politique, après qu’il a été lui-même dépossédé de ses terres près de Salonique, en 191240. Devant l’absence d’indemnisation pour la perte de sa propriété macédonienne, il prend les devants : « “Qu’à cela ne tienne, a dit Rahmy Bey, je m’indemniserai moi-même”, et il a confisqué une propriété de deux cent mille francs aux environs de Magnésie41. » L’État se mobilise contre une partie de ses ressortissants :

  • 42 Ibid.

« Sous l’administration de Rahmy Bey, le vilayet de Smyrne est devenu une véritable satrapie. La politique du vali peut se résumer en peu de mots : rendre la vie intolérable aux Grecs qu’ils soient hellènes ou raïas, sous le prétexte de la perte des îles et de la Macédoine. Il faut mettre la Grèce en face de ce dilemme, pense Rahmy Bey, et il le déclarait hier encore au gérant de la Métropole. “Ou bien elle doit restituer Chio et Mytilène à la Turquie, ou bien elle verra expulsés, non seulement tous ses ressortissants, mais tous les orthodoxes de Smyrne et de la côte et leurs biens confisqués.” Dans la pratique, voici comment on procède actuellement. Sous les prétextes les plus divers, les gendarmes avisent une maison en expulsant le propriétaire, s’y installent, puis au bout de quelques jours cèdent la place à une famille musulmane. On donne actuellement trois à quatre heures de délai pour déménager. Smyrne est d’ailleurs une des villes les mieux gardées de l’Europe. Nous avions dix commissariats de police, nous en avons environ quatre cents ; dès qu’une maison d’angle n’a pas l’heureuse fortune d’appartenir à un Européen, elle est confisquée. Aussi les Grecs évacuent de plus en plus la ville. Le bateau de la Cie hellène Pantaléon, qui part aujourd’hui, est bondé d’émigrants42. »

  • 43 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 125, doc. cit.
  • 44 Mourelos Yiannis G., « The 1914 Persecutions and the First Attempt at an Exchange of Minorities be (...)

15La politique à l’encontre des orthodoxes présents dans l’Empire n’est pas systématiquement liée à la politique extérieure envers le royaume. Il peut être opportun de se rapprocher de la Grèce du roi Constantin, alors même qu’il est considéré comme tout aussi opportun de se débarrasser, autant que faire se peut, de la puissance économique et démographique des orthodoxes dans l’Empire43. À l’heure des nationalismes, les États et leurs raisons prévalent largement sur le droit des groupes qu’ils seraient censés défendre. Finalement, il est légitime pour la nouvelle Turquie nationaliste d’agir comme bon lui semble, la monarchie grecque n’y voyant pas d’inconvénients majeurs. Même Élefthérios Vénizélos accepte déjà un échange des populations entre la Grèce et l’Empire ottoman, même si, selon lui, cet échange doit se faire dans le cadre strict du volontariat44. La Grèce pourrait ainsi avoir les mains libres dans ses nouveaux territoires du Nord et de l’Est égéen pour résoudre le problème que lui pose, dans sa logique d’État-nation, la présence massive de non-orthodoxes et de non-Grecs.

  • 45 AMAEF-C-SI-1914-133, dp chiffré n° 209, envoyé de Péra, par Boppe, ChAfF, à Doumergues, MAE à Pari (...)

16Les défaites de l’Empire dans les Balkans entraînent des représailles contre les populations non musulmanes, encore sujettes de l’Empire qui, dans son ensemble, est de plus en plus musulman et que l’élite politique voit, en conformité avec l’usage déjà ancien des langues occidentales, comme une préformation de la Turquie nationale. Les pressions contre les orthodoxes culminent au début du mois de juin 1914. Le Patriarcat œcuménique décide, en signe de deuil, la fermeture des églises et des écoles orthodoxes dans l’Empire, après avoir déclaré l’Église en état de persécution, en diôgmô45. Après les expulsions d’orthodoxes de Thrace orientale, résidu de la Turquie d’Europe sauvé par l’Empire qui désire se garantir ce territoire, en écartant les bases démographiques de toute revendication ultérieure, les Grecs d’Asie Mineure sont visés à leur tour. Le patriarcat demeure la seule structure officielle pour les orthodoxes de l’Empire, quel que soit l’État dont ils sont ressortissants – Grèce moderne, Russie ou même puissances occidentales –, à la faveur d’une protection ou d’une naturalisation.

  • 46 Emmanouilidis, op. cit., p. 312

17Le projet d’échange de populations entre le royaume de Grèce vénizéliste et la Turquie du CUP laisse les Grecs de l’Empire incrédules, en particulier leurs représentants à l’Assemblée ottomane, à qui le pouvoir recommande avec empressement de ne pas poser de questions à ce sujet en séance. Pourtant, la solution semble aller de soi aux hommes d’État de part et d’autre de la mer Égée. Comme pour accélérer le mouvement, des réfugiés musulmans des Balkans, muhacirs, sont installés dans les quartiers chrétiens. Le pouvoir ottoman organise des commissions chargées de préparer l’indemnisation immobilière des réfugiés, en anticipant les départs volontaires de Grecs orthodoxes qui ne manqueraient pas de se produire46. Les Grecs d’Asie Mineure, installés dans le royaume de Grèce, essaient de réagir par la voie diplomatique, en s’adressant, dans une prose outrancière, au gouvernement hellénique, bien sûr, mais aussi aux gouvernements des grandes puissances occidentales, sans oublier celui des États-Unis.

  • 47 AYE-1915/B/43-45, lettre de l’« Union nationale des Micrasiates », n° 12, au MAE à Athènes, du 14. (...)

« [L’Union nationale des Hellènes d’Asie Mineure] repousse avec horreur le projet soutenu par le gouvernement ottoman, d’un échange d’habitants et de propriétés à organiser entre les deux pays ; repousse avec une égale horreur le projet déjà mis en exécution de favoriser l’implantation artificielle des masses non chrétiennes et non grecques dans les contrées habitées par les populations hellènes en Asie Mineure et en Thrace ; car il paraît étrange qu’on puisse admettre que des métèques enrégimentés au fond des provinces les plus incultes de l’empire viennent cueillir les fruits d’un labeur trente fois séculaires sur des terres qu’a rendues célèbres et prospères la vieille et pacifique race des Grecs47. »

18L’échange de ressortissants entre deux États est devenu une possibilité acceptable pour le monde d’avant 1914, tant celui-ci partage l’idéal de l’État-nation homogène. En 1871 déjà, après la conquête de l’Alsace-Lorraine par le nouvel Empire allemand, la population qui désire rester française a la possibilité d’opter pour la France, mais doit alors quitter sa région. S’il n’y a pas d’échange de populations, on voit bien que le but de cette disposition est de constituer une population homogène et fidèle dans la province allemande. La conquête de l’Alsace, au xviie siècle, par la monarchie française, ne se pose pas en ces termes. Cet exemple montre combien la conception des rapports entre la population et l’État a changé. L’échange de populations est désormais considéré comme une nécessité pratique pour la réalisation des projets nationaux de nouveaux États modernes. Afin de parvenir à cet idéal, aucun moyen n’est à rejeter. Ni la Grèce, c’est-à-dire Élefthérios Vénizélos et le roi Constantin, ni l’Empire ne voient d’impossibilité majeure à l’exécution d’un tel projet en 1914.

LE CUP CONTRE LES CAPITULATIONS

  • 48 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 122, dp du ChAfF, Boppe, de Péra, au MAE à Paris, du 26.II.14, « Attitude d (...)
  • 49 Ahmad, op. cit., p. 22.
  • 50 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 123, dp n° 139 envoyé du MAE de Paris, au CGF, du 10.II.14, arrivé le 27.II (...)
  • 51 AMAEF-AT-CES-1906-1916, sous-dossier Samos, dp non numéroté du MAE à l’AF, Bompard, du 2.IX.14, «  (...)

19Le CUP tente de remettre en cause par tous les moyens possibles les Capitulations, afin d’homogénéiser l’espace juridique de l’Empire48. C’est un souci ottoman ancien que de mettre fin à l’extraterritorialité judiciaire des Européens établis dans l’Empire. Mais alors que la position ottomane libérale était d’améliorer l’administration et la justice de l’Empire, de manière à gagner la confiance des Européens et rendre ces privilèges superflus, le CUP passe outre à partir de 191349. Les puissances européennes prennent la peine de contrôler très systématiquement l’œuvre législative de la Chambre ottomane pour faire respecter les Capitulations. Mais on assiste à un irrespect de plus en plus fréquent de celles-ci, sur l’initiative du vali. C’est la fin annoncée d’une disposition légale qui a de multiples conséquences, peut-être tout simplement aussi la fin d’une ambiance de Belle Époque semi-coloniale. Les menaces des puissances occidentales, soucieuses de conserver les statuts privilégiés de leurs ressortissants, semblent désormais sans prise sur l’administration ottomane50. Le maintien des Capitulations était d’autant plus mal ressenti par les Jeunes-Turcs que celles-ci étaient abolies dans les territoires anciennement ottomans, progressivement rattachés à la Bulgarie, en 1909, ou au royaume de Grèce, en 191451. L’Empire ottoman, réduit territorialement et dominé sans partage par le CUP, abolit unilatéralement les Capitulations, le 9 septembre 1914.

  • 52 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 163, dp n° 22 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 21.III.14, « Au Sujet de (...)
  • 53 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 196, doc. cit.

20Le changement dans les rapports entre l’Occident et l’Empire, modifie l’horizon des puissances. Celles-ci se détachent des chrétiens autochtones et remettent en cause leurs liens traditionnels de clientèle. Il s’agit désormais de faire la part des choses. Le petit personnel auxiliaire ne doit plus être recruté parmi les orthodoxes des différentes localités52. On peut imaginer s’adresser à des Turcs sans truchement. Ces ajustements diplomatiques peuvent cependant cohabiter avec un attachement résiduel, de nature culturelle ou idéologique de la part des diplomates occidentaux sur le terrain, à la Grèce des hellénistes ou au christianisme53.

Notes

1 Copeaux É., Espaces et temps de la nation turque, Paris, CNRS Éditions, Méditerranée, 1997, p. 287 : « Il est difficile [...] de développer un discours identitaire fondé sur le sol. Il faudrait pour cela que le récit historique prenne entièrement en compte tout le passé de l’Anatolie ; ce n’est pas le cas… »

2 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 87, dp n° 23 de Blanc, tél. au MAE à Paris, du 16.X.08.

3 Ahmad F., op. cit., p. 162 : « When organized, as in the case of the boycott of Austrian goods, the people were very effective and they were used against both Greece and Italy in the same way. »

4 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 155, dp n° 145, envoyé de Smyrne, par Dallemagne, gérant du CGF, au MAE à Paris, le 6.IX.09, « Arrivée du nouveau vali ; Mahmoud Mouktar Bey » : « Écœuré d’une révocation qu’il ne méritait nullement et qui n’est due en somme qu’aux efforts qu’il a faits pour tenter d’arrêter le boycottage antihellène désapprouvé par lui parce qu’il se rendait fort bien compte que sa durée entraînerait la ruine du pays, Kiazim Pacha ne voulait même plus assurer la marche des affaires jusqu’à l’arrivée de son successeur. »

5 Georgelin, « Boycottage des non-musulmans à Smyrne et dans le vilayet d’Aydın, d’après les archives diplomatiques », p. 7-22, in Revue du monde arménien moderne et contemporain, t. IV, Paris, 1998.

6 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 37, dp n° 14 du gérant du CGF, Thierry de Witasse, au MAE à Paris, du 22.IV.11. « Sociétés secrètes à Smyrne », confidentiel.

7 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 175, doc. cit. : « Il y a quelques semaines le comité de Smyrne n’était pas sans inquiétudes au sujet de la disposition des esprits dans le vilayet de Koniah. Les musulmans de cette province sont gens assez arriérés et fort fanatiques et ils n’eurent pas l’air, au premier moment, de goûter les avantages d’un régime qui paraissait désireux d’effacer d’un trait de plume la suprématie de la race conquérante et de faire reposer ses assises sur le principe de l’égalité des races et des religions. Des émissaires furent donc envoyés dans ce vilayet récalcitrant, ils allèrent y prêcher la bonne parole et on m’assure qu’ils le firent avec succès. Ils ont réussi en tout cas à annihiler l’autorité des fonctionnaires qui se montraient irréductibles et à gagner la confiance des soldats et des rétifs. C’est plus qu’il n’en faut pour les débarrasser de tout souci car le gros de la population appartient à cette race moutonnière des Turcs d’Asie Mineure qui suivent sans trop discuter la direction donnée par ceux qui savent prendre l’ascendant sur eux. »

8 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 26, doc. cit. : « Mon rapport est à peine achevé qu’en parcourant le Stamboul du 12 février, j’y ai relevé l’information suivante : “Koniah, 8 février 1909. Tout dernièrement 10 000 religieux musulmans environ se sont réunis à la mosquée d’Azizié et, après les prières, ont tenu un meeting dans lequel ils ont décidé de proposer au Parlement de remplacer la loi judiciaire par la loi religieuse du ‘Chéri’. Une pétition a été signée et adressée au gouvernement.” »

9 La « communauté imaginée » devient une communauté en partie vécue. Ces catégories sont empruntées à Anderson.

10 Feroz, op. cit., p. 162 : « The Committee was the first political organization in the Empire to have a mass following and this gave the politics of the day a populist basis. »

11 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 127, dp n° 16 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 3.III.14, « Au sujet du boycottage ».

12 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 167, dp n° 23 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 21.III.14. « Condamnation à mort d’un Grec ottoman de Sarakeuy, émotion de l’élément chrétien ».

13 Ahmad, op. cit., p. 162 : « The very idea of mobilizing the masses was revolutionary for the politics of the Empire. »

14 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 127, doc. cit.

15 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 168, dp n° 24, du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 23.III.14, « Insécurité dans le vilayet et boycottage ».

16 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 186, dp n° 52 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 6.VI.14, « Tentative des autorités pour faire du vendredi un jour férié ».

17 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 87, dp n° 1 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 8.I.14, « Situation politique ».

18 FO371/1495/3463, Morgan à Lowther, Manastır-Bitola, 18.V.12, annexe de Lowther à Grey, n° 435 con., Constantinople, 24.V.12, cité par Ahmad F., op. cit., p. 104.

19 Ahmad, op. cit., p. 144-145.

20 Trietsch D., « Les juifs de Turquie », in Länder und Völker der Türkei, Schriften des Deutschen Vorderasienkomittees, n° 8, Leipzig, 1915, p. 23 : « Le nouveau régime lui aussi respecte les droits des juifs mieux que ne le font dans la pratique la représentation populaire dans tous les autres pays. »

21 La « nationalité » ottomane de Karolidis fut mise en cause puisqu’il était aussi naturalisé sujet du royaume de Grèce.

22 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 20 du CGF, Colomiès, au ChAfF, Boppe, du 28.I.14, « Persécution contre les orthodoxes ».

23 Les Persécutions antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne, d’après les rapports officiels des agents diplomatiques et consulaires, Paris, 1918.

24 Emmanouilidis E., Les Dernières Années de l’Empire ottoman, Athènes, 1924 (gr.), p. 311 : « [Talât Bey] en vint à parler de Vrioula ; “une très jolie ville, dit-il, un morceau de la Grèce transplanté en Asie”, propos qui laissait supposer une calamité étudiée pour la florissante cité grecque du golfe de Smyrne. »

25 HHStA-K-405, dp du 16.VIII.13, doc. cit.

26 La perte de Salonique a, sans aucun doute, frappé les esprits à Smyrne également. Même si Salonique est la ville la moins musulmane de l’Empire, elle n’en est pas moins le berceau du CUP. Mais il n’y a pas de tentative de reprise de la métropole balkanique, la défaite est sans appel, alors que le sort d’Edirne, ancienne capitale ottomane, demeure ouvert.

27 Nicolaïdès N., Les Grecs et la Turquie, Bruxelles, 1910.

28 La formule de Ternon : « Puisque les Balkans ont été livrés aux nations balkaniques, que la Turquie soit aux Turcs ! » résume bien le basculement définitif du climat idéologique dans l’Empire après les guerres balkaniques. Ternon Y., Empire ottoman : le déclin, la chute, l’effacement, Paris, 2002.

29 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 79, dp n° 9 du consul suppléant, gérant le CGF, Dollot, au MAE à Paris, du 30.VII.13, « Fête du 14 Juillet à Smyrne ».

30 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 185, dp n° 46 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 3.VI.14, « Interdiction d’un Te deum en l’honneur du roi Constantin » : « Conformément à la tradition, le consulat général de Grèce avait invité toute la colonie hellène à assister ce matin en l’église Sainte-Photinie à un Te deum en l’honneur du roi Constantin ; au dernier moment, le vali a interdit cette cérémonie. Cette interdiction, manifestant sous une forme éclatante l’hostilité des autorités à l’égard de l’élément grec, a produit dans ma résidence une profonde émotion. »

31 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 87, doc. cit.

32 « Vive la vengeance », in Köylü du 20 Teschrin Ceval 329, 2 I.14, cité in AMAEF-CPC-NS- 70, f. n° 87, doc. cit.

33 Art. cit. du Köylü, organe du CUP à Smyrne, du 20 Teschrin Ceval 1329-2.I.14.

34 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 125, dp n° 15 du CGF Colomiès, au MAE à Paris, du 2.III.14, « Au sujet du boycottage » : « Les localités où le boycottage se fait le plus sentir sont les suivantes : Magnésie, Axar, Kirkagatch, Yayakeuy (près d’Axar), Soma, Pergame, Adramite et ses alentours, Aïdin, Nazli et ses environs, Koniah, Bouldour. Mais c’est aux abords du chemin de fer Smyrne-Magnésie-Soma-Panderma que la situation est la plus grave. Le boycottage s’y exerce avec une vigueur et une brutalité inouïes. On me rapporte qu’à Magnésie, Axar, Kirkagatch, Soma et Pergame, les boycottadjis surveillent tous les magasins des chrétiens et maltraitent publiquement et sous les yeux des autorités locales tout musulman qui ose pénétrer dans un magasin chrétien. De plus ils détruisent l’objet acheté, ou s’en emparent et se l’approprient. Certains musulmans qui n’ont pas voulu se lier au boycottage ont été frappés d’une amende par les organisateurs de celui-ci. »

35 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 157, dp n° 21 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 13.III.14, « Vote par le corps consulaire de Smyrne d’un ordre du jour relatif au boycottage ». « [M. Kapsamnélis] tient seulement à signaler à ses collègues que le boycottage qui sévit actuellement d’une façon si intense le long de la ligne Smyrne-Cassaba tend maintenant à s’étendre à la ligne d’Aïdin et à Smyrne même. Le gérant du consul général de Grèce croit devoir signaler deux documents qui montrent à quel degré le boycottage est parvenu sur certains points et d’autre part les procédés employés pour sur exciter le fanatisme musulman. Le premier est une circulaire imprimée des commerçants de Soma à leurs fournisseurs de Smyrne dans laquelle ils exposent comment par suite du boycottage ils sont dans l’impossibilité de satisfaire à leurs engagements. Le second est une gravure aux couleurs voyantes intitulée Comment les Grecs traitent les musulmans et qui reproduit de prétendues scènes de massacre de mahométans par les Hellènes au cours de la dernière guerre. »

36 Certains vont jusqu’à affirmer que les commerçants orthodoxes auraient profité du boycottage musulman. Les documents consultés vont dans le sens contraire. Cf. Frangakis-Syrett E., « The Economic Activities of the Greek Community of İzmir in the Second Half of the Nineteenth and Early Twentieth Centuries », p. 17-44, in Gondicas D. et Issawi Ch. (dir.), Ottoman Greeks in the Age of Nationalism : Politics, Economy, and Society in the Nineteenth Century, Princeton (New Jersey), The Darwin Press, 1999, p. 26 : « It was the shipping that suffered most openly, but most of the boycotted lines of navigation have since established profitable services elsewhere : while Greek merchants were but little affected, as their either found means of trading through others or changed their nationality to Austrian or Italian. Within the last year Greek tonnage itself increased… » Pour étayer cette affirmation, la chercheuse cite l’unique document britannique suivant : FO.195.2383, consul Barnham, Smyrne, du 28.XI.11 à l’ambassadeur britannique à Constantinople.

37 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 16, envoyé de Smyrne, par Colomiès, CGF, à Boppe, ChAfF, le 23.I.14, « Persécution contre les orthodoxes ».

38 Von Sanders L., Fünf Jahre in der Türkei, Berlin, 1919.

39 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 87, doc. cit.

40 Humbert, op. cit., p. 77. Le vali est sollicité par l’ambassadeur d’Allemagne à Athènes, le comte Arco, pour qu’il facilite le retour à Çeşme d’un couple de vieillards grecs, réfugiés à Athènes. Rahmi Bey accorde la permission mais ajoute que l’ambassadeur d’Allemagne devrait savoir que « s’ils revenaient chez eux, ils ne retrouveraient pas le même environnement que celui qu’ils avaient quitté. À part eux, il ne se trouverait désormais comme voisins à Çeşme que des personnes inconnues et qui parleraient turc, et ils devraient s’habituer ainsi de toutes façons à une autre vie que celle qu’ils avaient jusqu’alors menée. – Je n’ai, par la suite, plus jamais entendu parler des protégés du comte Arco. »

41 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 196, dp n° 81, par Jean-Marie Colomiès, CGF, au MAE à Paris, le 24.IX.14, « Politique de Rahmy bey, vali du vilayet d’Aïdin ».

42 Ibid.

43 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 125, doc. cit.

44 Mourelos Yiannis G., « The 1914 Persecutions and the First Attempt at an Exchange of Minorities between Greece and Turkey », p. 389-413, in Balkan Studies, Thessalonique, Institute for Balkan Studies, vol. 26, n° 2, 1985, p. 393 : « Le 7/20 mai, le ministre turc à Athènes, Ghalib Kemaly Bey, rencontra le Premier ministre Élefthéros Vénizélos et lui proposa d’échanger les habitants grecs du vilayet d’Aydın contre les musulmans de Macédoine et d’Épire, prétendant que sa proposition faisait partie d’un effort plus général pour résorber la crise des relations entre les deux pays. Le 8/ 21 mai, il fit parvenir une version écrite de son projet et il reçut une réponse positive le jour suivant. »

45 AMAEF-C-SI-1914-133, dp chiffré n° 209, envoyé de Péra, par Boppe, ChAfF, à Doumergues, MAE à Paris, le 8.VI.14, 18 h 15 min, « La Constitution en Turquie » : « En raison des vexations dont les Grecs sont victimes en Asie Mineure le Patriarcat a décidé de fermer les églises et les écoles en signe de deuil. Les vilayets d’Aïdin et de Brousse sont en effet profondément troublés par les agissements des immigrés musulmans qui terrorisent les Grecs et dévastent leurs biens. »

46 Emmanouilidis, op. cit., p. 312

47 AYE-1915/B/43-45, lettre de l’« Union nationale des Micrasiates », n° 12, au MAE à Athènes, du 14.I.15 (27.I.15). Le terme de « métèque » a-t-il le sens français de cette époque, qui est très péjoratif, ou plutôt le sens grec de « migrant » ? Quoi qu’il en soit, le texte cité fait preuve de racisme antiturc.

48 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 122, dp du ChAfF, Boppe, de Péra, au MAE à Paris, du 26.II.14, « Attitude du vali d’Aïdin ».

49 Ahmad, op. cit., p. 22.

50 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 123, dp n° 139 envoyé du MAE de Paris, au CGF, du 10.II.14, arrivé le 27.II.14 à Smyrne, « Au sujet de l’attitude des autorités ottomanes en général ».

51 AMAEF-AT-CES-1906-1916, sous-dossier Samos, dp non numéroté du MAE à l’AF, Bompard, du 2.IX.14, « Agence de Samos ».

52 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 163, dp n° 22 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 21.III.14, « Au Sujet de l’agence consulaire à Adalia ».

53 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 196, doc. cit.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search