Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Première partie. Multiples héritages

Le chapitre apocalyptique du traité pehlevi Ayādgār ī Jāmāspīg

Propositions pour un décodage et pour une date

Frantz Grenet

Texte intégral

1Le traité pehlevi Ayādgār ī Jāmāspīg (Le Mémorial de Jāmāsp), autrement connu comme Jāmāsp-nāmag ou simplement Jāmāspī, se présente comme un ensemble de savoirs et de prophéties adressées à Wishtāsp, le souverain protecteur de Zoroastre, par le voyant Jāmāsp, disciple et gendre de celui-ci, son successeur comme chef spirituel de la communauté. Ce traité a connu dans le public laïc, au moins chez les Parsis et dans les versions persanes et gujaraties qu’ils utilisaient, une diffusion et une autorité sans commune mesure avec le reste de la littérature pehlevie. Au-delà de son caractère de réservoir de prédictions qu’il partage avec le Zand ī Wahman Yasn (ci-après ZWY), cette popularité s’explique sans doute en partie par la diversité de son contenu : il se présente comme un petit compendium regroupant des aperçus sur l’histoire générale de la création, la géographie exotique et légendaire, la mythologie historique iranienne, tout cela coulé dans un style très pédagogique ne reculant pas devant l’emploi d’images vigoureuses et parfois triviales, comparable dans une certaine mesure à l’adab arabe, aux antipodes du caractère très fermé de la littérature exégétique pehlevie et de la grande confusion qui règne dans la rédaction du ZWY.

  • 1 D. Agostini, Ayādgār ī Jāmāspīg. Un texte eschatologique zoroastrien, IsMEO / Gregorian & Biblical (...)

2L’Ayādgār ī Jāmāspīg (ci-après AJ) a cependant été assez malmené dans sa transmission. L’original en écriture pehlevie ne subsiste plus que pour six chapitres sur dix-sept, pour certains en partie seulement. Le reste du texte n’est plus connu aujourd’hui, en plus des traductions persanes et gujaraties, que par deux modes de transcription du pehlevi : le pāzand (pehlevi noté en caractères avestiques) et le pārsi (pehlevi noté en caractères persans). Dans l’une et l’autre version on soupçonne quantité de mots mal compris et certains remaniements. La version pārsie n’est sans doute pas antérieure au xvie siècle et pourrait être encore plus tardive (le plus ancien manuscrit subsistant est de 1810). Comme elle est la seule à offrir pour le texte un état continu à défaut d’être unitaire, elle a été choisie pour former la base de la meilleure édition-traduction actuelle, seule édition critique prenant en compte l’ensemble de la tradition manuscrite, par Domenico Agostini1.

  • 2 É. Benveniste, « Une apocalypse pehlevie : le Žāmāsp-Nāmak », Revue de l’Histoire des Religions, 11 (...)
  • 3 K. Czeglédy, « Bahrām Čōbēn and the Persian apocalyptic literature », Acta Orientalia Academiae Sci (...)
  • 4 Voir en particulier : A. Destrée, « Quelques réflexions sur les héros des récits apocalyptiques per (...)
  • 5 Ph. Gignoux, « Apocalypses et voyages extra-terrestres dans l’Iran mazdéen », in C. Kappler (éd.), (...)
  • 6 F. Grenet, « Y a-t-il une composante iranienne dans l’apocalyptique judéo-chrétienne ? Retour sur u (...)
  • 7 Agostini, Ayādgār ī Jāmāspīg, op. cit. 152-160.

3Un autre problème difficile est la date du texte original pehlevi. Les aperçus sur les peuples étrangers ne se prêtent pas à des comparaisons très précises, bien que selon moi ils autorisent à pencher vers une datation tardive (j’y reviendrai à la fin du présent article). Une autre voie est offerte par les allusions qu’on peut être tenté de reconnaître dans le chapitre 16, conservé en pehlevi, le seul qui soit à proprement parler apocalyptique. Émile Benveniste, dans un article où il s’était efforcé de reconstituer pour ce chapitre un Urtext versifié en octosyllabes2 – tentative aujourd’hui considérée comme caduque, contrairement à plusieurs remarques de l’article qui conservent leur valeur –, n’y reconnaissait qu’une couche ancienne combinant des légendes avestiques et celle d’Alexandre. K. Czeglédy a en revanche résolument orienté l’enquête vers l’époque sassanide finale et en particulier vers la figure de l’usurpateur Wahrām Chōbēn (590-591), devenu un héros populaire, qui selon lui aurait été le modèle principal des sauveurs apocalyptiques pehlevis dans l’AJ et aussi dans d’autres textes pehlevis, notamment le ZWY3. Annette Destrée, puis Carlo Cereti, ont pour leur part voulu reconnaître des allusions à des événements de la période immédiatement post-sassanide, notamment aux tentatives des fils de Yazdgird III pour reconquérir le trône avec l’aide de la Chine4. Mais deux autres contributions ont proposé, d’une manière à mon avis décisive, de rechercher l’essentiel de la matière des textes apocalyptiques dans la pleine période abbasside. Philippe Gignoux a, le premier, su reconnaître que les couleurs des armées d’invasion décrites dans le ZWY désignaient successivement les armées d’Abū Muslim (en noir) puis celles de la secte mazdakite des Khurrāmiyya de Bābak (en rouge)5 ; il a attribué au même horizon chronologique que ces dernières les épisodes finaux de l’AJ 16, qui selon lui décriraient la révolte néo-zoroastrienne de Māzyār, vaincue elle aussi vers 840 dans le nord-ouest de l’Iran. Sur un point particulier, la révolte des Khurrāmiyya, Touraj Daryaee a brillamment confirmé l’intuition de Gignoux en décryptant dans deux passages du ZWY (6.3-10 et 7.11-12) des allusions sans équivoque à la bataille de Zibatrah où en 838, sur la rive de l’Euphrate (l’« Arang »), les armées alliées des Khurrāmiyya (« les démons de Shēdāsp le Kilīsāyīg aux bannières rouges ») et des Byzantins (les « Romains ») firent un carnage dans l’armée califale (les « Tāzīgān », i. e. les Arabes, combattant aux côtés de « Turcs »). Je me suis moi-même situé dans cette dernière tendance de la recherche en proposant, sans remettre en cause les propositions de Gignoux et de Daryaee, de descendre encore un peu dans le temps et de relier les ultimes allusions des textes apocalyptiques à un « ensemble d’événements qui renvoie à la période 840-879 », à savoir les persécutions exercées par les Tāhirides puis par Ya‘qūb b. Layth, fondateur de la dynastie des Saffārides6. Pour sa part Agostini a choisi de présenter scrupuleusement toutes les opinions de ses devanciers en évitant de prendre parti7.

  • 8 Benveniste, « Une apocalypse pehlevie », op. cit., 370-371.

4Il me paraît possible aujourd’hui, en reprenant ces recherches et en les prolongeant, de proposer une interprétation globale du chapitre apocalyptique de l’AJ. Contrairement à la narration du ZWY, plus détaillée mais où la matière-source se trouve très disloquée, sans doute à dessein (ce qui autoriserait une comparaison typologique avec l’Apocalypse de Jean), AJ 16 a conservé des traces reconnaissables d’une structure narrative cohérente, avec une alternance géographique des conquérants des derniers âges – ce que déjà Benveniste avait remarqué8 – mais aussi, ajouterai-je, une succession chronologique et une alternance rigoureuse de personnages négatifs et positifs.

  • 9 . < > indique une addition conjecturelle, [ ] une suppression conjecturelle, * une forme amendée.

5Je commencerai par donner une tradition intégrale du chapitre 16, qui, globalement, suit celle d’Agostini mais s’en écarte sur quelques points. Je renvoie à son livre (p. 188-192) pour la transcription du texte pehlevi, en ne signalant dans les notes et dans le commentaire qui suit que les cas où mes divergences d’interprétation sont significatives9.

  • 10 zan šōy <ī> xwēš pad margarzān be dahēd (différemment Agostini : « la femme commettra un péché mort (...)
  • 11 dibīr az nibišt wad āyēd (Agostini : « le scribe arrivera avec de mauvaises écritures »).
  • 12 Je traduis ainsi kadīzag ī be kard.
  • 13 har kas az wad kunišnīh <ī> xwēš šād bawēd pad abarmānd dārēd (Agostini : « tous ceux qui seront he (...)
  • 14 šahr <pad> čēragīh <ud> pad pādixšāhīh ō xwēškard bawēd (Agostini : « le pays tombera sous sa tyran (...)
  • 15 . pad čērīh (Agostini : « avec violence »).
  • 16 Le passage est corrompu. Le manuscrit pehlevi de référence (DP) donne : PWN bl bhl’yw bhl, qui est (...)
  • 17 Khēshm est le démon de la Colère, l’adversaire attitré de Mithra dans le combat eschatologique. Wad (...)
  • 18 Les Hyaona de l’Avesta, peuple hostile aux Iraniens, dont la défaite par Wishtāsp a été rappelée pa (...)
  • 19 Le khwarrah est le principe divinisé de la fortune et du charisme. Srōsh et Rashn sont les principa (...)
  • 20 Kangdiz est la forteresse bâtie aux extrémités du monde par plusieurs souverains de l’ancien temps (...)
  • 21 Prêtres novices.
  • 22 ka yašt sar * bawēd * zōhr ō āb rēzēnd ud <ō> ān ī ātaxš * zōhr dahēnd (Agostini : « lorsque les ya (...)

« (1) Le roi Wishtāshp demanda : “Cette Religion pure, combien d’années aura-t-elle cours ? Après elle, quelles époques et quels temps surviendront ?” (2) Jāmāsp le bidakhsh lui répondit : “Cette Religion aura cours pendant mille ans ; ensuite les hommes qui vivront à cette époque seront tous parjures, ils perpétreront les uns contre les autres vengeances, jalousie et mensonge, et à cause de cela ils livreront l’Ērānshahr aux Arabes, et les Arabes jour après jour deviendront plus forts, et ils s’empareront des provinces les uns après les autres. (3) Les hommes se tourneront vers la fausseté et le mensonge, et chaque chose qu’ils diront et feront sera plus avantageuse pour eux-mêmes, et de ce fait la bonne conduite disparaîtra. (4) À cause de l’anarchie de l’Ērānshahr les chefs de villages subiront un lourd fardeau, et (les Arabes) amasseront une quantité incalculable d’or et d’argent ainsi que de nombreux trésors et biens. (5) Tout sera anéanti et disparaîtra, et beaucoup de trésors et de propriétés royales passeront dans les mains et sous l’autorité des ennemis, et il y aura beaucoup de morts prématurées. (6) Tout l’Ērānshahr parviendra entre les mains de ces ennemis, le non-Iran et l’Iran se mélangeront de telle manière que l’iranité et la non-iranité ne se distingueront plus et que l’iranité se trouvera en dessous de la non-iranité. (7) En cette époque mauvaise les puissants tiendront les pauvres pour heureux, et les pauvres ne seront pas eux-mêmes heureux, et les nobles et les grands perdront le goût de la vie, et la mort leur semblera aussi douce qu’au père et à la mère la vue de leur fils, et qu’à la mère celle de sa fille dotée. (8) La fille qui lui naîtra, elle la vendra comme marchandise, et le fils frappera le père et la mère, et de leur vivant il les dépouillera de l’autorité domestique, et le frère cadet frappera le frère aîné, et il s’emparera de son bien, et à propos des biens il dira sur lui des choses fausses et mensongères, et la femme livrera son époux à la peine capitale10. (9) Les gens de peu et les obscurs parviendront à la notoriété, et le faux témoignage, la fausseté et le mensonge, abonderont. (10) Le soir ils prendront ensemble le pain et le vin et se conduiront en amis, et le lendemain ils conspireront contre la vie de l’autre et penseront mal (les uns des autres). (11) En cette époque mauvaise, celui qui n’aura pas d’enfants sera tenu pour heureux, et celui qui aura des enfants sera regardé comme vil, et beaucoup d’hommes en exil se retrouveront étrangers et dans la difficulté. (12) L’atmosphère sera bouleversée, le vent soufflera le chaud et le froid, les fruits des plantes diminueront, et la terre ne donnera plus de fruits. (13) Il y aura beaucoup de tremblements de terre qui provoqueront beaucoup de destructions, et les pluies tomberont hors de saison, et ce qui tombera sera sans profit et mauvais, et les nuages tournoieront là-haut. (14) Le scribe se détournera de l’écriture11, et chacun révoquera la parole écrite et les pactes. (15) Pour tout homme qui aura un peu de bien la vie sera plus insipide et plus mauvaise, et une masure bricolée12 sera comme une maison. (16) Le cavalier deviendra un piéton et le piéton un cavalier, et les serviteurs iront comme des nobles, (alors que) la noblesse ne sera pas l’hôte de leurs corps. (17) Les hommes se tourneront toujours plus vers la dérision et les actions coupables et ils prendront goût à la fausseté, et ils tiendront l’amitié et l’amour pour chose vulgaire. (18) Les jeunes hommes vieilliront vite, tous se réjouiront de leurs mauvaises actions et les tiendront pour leur patrimoine13. (19) Chaque province, chaque village, chaque canton se livreront bataille et se combattront les uns les autres et s’empareront des biens des autres. (20) Les hommes violents, féroces et oppresseurs seront tenus pour vaillants, et les hommes sages et de la Bonne Religion seront tenus pour des démons, et personne, vraiment personne, n’atteindra ce qui lui est nécessaire selon son désir. (21) Les hommes de cette époque mauvaise naîtront plus durs que le fer et le cuivre ; bien qu’ils soient aussi de chair et de sang, ils seront plus durs que la pierre. (22) La dérision et la moquerie seront des parures, et chacun ira vers l’étranger (en s’éloignant) de la création faite par Ohrmazd et parviendra en la possession d’Ahriman le méchant, et à cette époque ils commettront beaucoup le péché de parjure. (23) Les réponses arriveront rapides et lestes comme l’écoulement des eaux vers la mer. (24) Les feux de l’Ērānshahr iront s’éteignant et se refroidissant, et les richesses et les biens parviendront dans les mains des méchants non-iraniens, et tous seront des infidèles. (25) Ils amasseront beaucoup de biens et n’en mangeront pas les fruits, mais tout parviendra dans les mains de gouvernants improductifs. (26) Chacun désapprouvera les actions de l’autre, et à cause de la dureté et de la méchanceté qui leur viendra les uns des autres ils tiendront la vie pour insipide et la mort comme un refuge. (27) Puis surgira dans la terre du Khurāsān un homme de peu, obscur, qui deviendra très puissant, avec beaucoup d’hommes, de chevaux, de têtes de lances pointues, et par sa vaillance et son autorité le pays tombera en sa possession14. (28) Lui-même, au milieu de son règne, sera anéanti et disparaîtra. (29) La souveraineté s’éloignera complètement des Iraniens et parviendra aux non-Iraniens, il y aura beaucoup de sectes, de lois et de croyances, et le meurtre de l’un par l’autre sera tenu pour une bonne action, et il sera facile de tuer un homme. (30) Et je te dis aussi ceci : en ce (temps)-là il y aura un seigneur victorieux, dans la terre des Romains il prendra beaucoup de provinces et beaucoup de villes, et il rapportera en une seule fois beaucoup de biens de la terre des Romains. (31) Puis ce seigneur victorieux mourra, et à partir de ce moment ses fils s’établiront dans la souveraineté. (32) Ils garderont le pays avec vaillance15, (mais) ils commettront beaucoup d’oppressions et d’injustices envers les hommes de l’Ērānshahr, et beaucoup de biens tomberont en totalité entre leurs mains, et ensuite ils parviendront à la destruction et à l’opprobre. (33) Dans cette époque mauvaise il n’y plus aura ni amitié ni respect, et parmi eux le grand ne se distinguera plus du petit ni le petit du grand, et il n’y aura plus de solidarité entre eux. (34) Et je te dis aussi ceci : bonheur à celui qui ne naîtra pas d’une mère ou bien qui, une fois né, mourra, et ne verra pas tous ces maux et ces afflictions de la fin du millénaire de Zoroastre, (35) et à ceux qui ne verront pas cette grande bataille qui devra advenir, et toutes ces effusions de sang qui devront advenir à cette époque, et sur * trois hommes il n’en restera pas un16. (36) Les Arabes avec les Romains et les Turcs viendront se mêler et détruiront le pays. (37) Puis Spandarmad s’écriera vers Ohrmazd : “Je ne puis chasser ces maux et ces dommages ; je suis sens dessus dessous et je culbuterai ces hommes à l’envers ! Les hommes profanent l’eau et le feu par les nombreuses violences et injustices qu’ils perpètrent contre eux.” (38) Puis Mithra et Khēshm se livreront combat, et dans ce combat (il y aura) une démone appelée Wadjawagān ; elle avait été liée pendant la domination de Jam, mais avait échappé à ses liens pendant la domination de Bēwarāsp17. (39) Pendant sa domination Bēwarāsp s’était entretenu avec cette démone, et la tâche de cette démone sera de faire diminuer le fruit du grain ; ne serait cette démone, quiconque aurait semé un grīw aurait récolté le fruit de quatre cents grīw. (40) Pendant quatre cent quatrevingt-seize ans Mithra frappera cette démone, et ensuite celui qui sèmera un grīw en mettra quatre cents dans son grenier, et durant cette époque Spandarmad ouvrira la bouche et rendra visibles beaucoup de pierres précieuses et de métaux. (41) Puis surgira du côté du Nēmrōz un homme qui revendiquera la souveraineté, et il équipera une armée et des troupes, et s’emparera vaillamment des provinces, et il fera couler beaucoup de sang jusqu’à ce que sa tâche soit accomplie selon son désir. (42) Et à la fin il s’enfuira d’entre les mains des ennemis vers le Zāwulestān et il s’en ira dans ce quartier, d’où il reviendra, ayant équipé une armée, et dès lors des hommes de l’Ērānshahr tomberont dans un profond désespoir, petits et grands chercheront comment échapper à cette situation et veilleront à la protection de leur propre vie. (43) Puis un homme issu du Padishkhwārgar verra près du rivage de la mer le dieu Mithra, et le dieu Mithra dira à cet homme beaucoup de secrets cachés. (44) Il l’enverra au roi du Padishkhwārgar avec ce message : “Pourquoi conserves-tu ce seigneur sourd et aveugle ? Toi aussi, exerce la souveraineté comme l’ont exercée tes pères, tes ancêtres et nous-mêmes !”. (45) Cet homme (le roi) répondra : “Comment pourrais-je exercer cette souveraineté si je n’ai pas ces troupes, cette armée, ces trésors et ces généraux qu’avaient mes pères et mes ancêtres ?”. (46) Le messager répondra : “Viens, afin que je te remette le trésor et les biens de tes pères et de tes ancêtres”, et il lui montrera le grand trésor de Frāsyāb. (47) Lorsqu’il aura apporté le trésor entre ses mains, (le roi) équipera une armée et des troupes de Zāwul et il marchera contre les ennemis. (48) Quand les ennemis en auront eu connaissance, les Turcs, les Arabes et les Romains se rassembleront et diront : “Attrapons le roi du Padishkhwārgar et prenons à cet homme ses trésors et ses biens !”. (49) Puis, quand cet homme (le roi) aura appris cette nouvelle, il ira avec la grande armée et les troupes de Zāwul vers le cœur de l’Ērānshahr, et les (autres) hommes, dans cette plaine où toi, Wishtāsp, tu combattis contre les Hyōn Blancs dans la Forêt Blanche18, engageront le combat et la bataille contre le roi du Padishkhwārgar. (50) Et par la force des dieux de l’Iran, et du khwarrah des Kavis, et de la Religion mazdéenne, et du khwarrah du Padishkhwārgar, et de Mithra, et de Srōsh, et de Rashn19, et des eaux, des feux sacrés, des feux domestiques, ils engageront une terrible bataille ; elle tournera en leur faveur contre les autres, et de combien d’ennemis seront tués l’on ne pourra faire le compte. (51) Puis, sur l’ordre du créateur Ohrmazd, Srōsh et Nēryōsang réveilleront de Kangdiz des Kavis votre fils Peshōtan20. (52) Votre fils Peshōtan ira avec cent-cinquante hāwišt21 à l’habit blanc et noir, et ma main ( ?) sur le drapeau, jusqu’au Fārs, à l’endroit où sont établis les feux et les eaux. Là il célébrera le Yasna. (52) Quand le Yasna arrivera à sa fin, ils verseront la libation dans l’eau et offriront la libation au feu22, et les méchants et les hordes des démons périront comme en un hiver froid sèchent les feuilles des arbres. (53) L’époque des loups passera et l’époque des moutons commencera, et Ushēdar fils de Zoroastre paraîtra pour révéler la Religion, et ce sera la fin des maux et des afflictions, et ce sera la paix, la joie et le bonheur. »

6Le récit combine, sans aucunement les articuler, deux canevas narratifs : des lamentations convenues sur les malheurs qui accompagnent la domination arabe sans être attribuables à telle ou telle phase plus précisément, et une succession de récits de conquêtes en clin d’œil à des événements historiques réels. Ils débouchent sur l’action du premier Sauveur à la fin du millénaire de Zoroastre ; les deux derniers Sauveurs, qui clôtureront les deux millénaires suivants, font l’objet du chapitre 17 qui est repris du Bundahishn.

  • 23 Il ne l’est pas non plus dans la courte notice sur « Le royaume des Arabes et des Berbères » (chap. (...)

7Les lamentations, scindées en deux blocs de contenu analogue (§ 2 à 26, puis 33 à 40), présentent les mêmes catégories de répertoire et parfois les mêmes formules que dans le ZWY : les calamités naturelles, l’aliénation politique, le mélange du non-Iran dans l’Iran (§ 6 : gumēzīhend « ils se mélangeront », écho au gumēzišn « mélange » provoqué à l’orée de la création par l’assaut d’Ahriman), la perversion des hiérarchies sociales et familiales, la perte des valeurs morales, l’extinction des feux sacrés, l’exil des plus pieux. L’islam n’est jamais nommément désigné23, comme c’est presque toujours le cas dans les traités pehlevis (à l’exception du traité polémique qu’est le Shkand-gumānīg-wizār). Quelques thèmes font l’objet de développements originaux. Les tremblements de terre sont justifiés par un discours de Spandarmad, la déesse protectrice de la Terre, qui les présente comme la réplique aux souffrances que lui infligent les hommes ; le motif assez énigmatique des pierres précieuses et des métaux qu’elle laisse entrevoir à cette occasion (§ 40) se retrouve dans ZWY 4.57. Au chapitre des bouleversements sociaux, le § 4 évoque les charges qui pèsent désormais sur les dahibedān : contrairement à Agostini qui traduit « princes » selon le sens avestique « chefs de pays », je pense que le mot a ici le même sens que le persan dehqān (le premier élément est le même) et qu’il désigne des chefs de villages, des gentilshommes campagnards, responsables devant les autorités arabes de la levée de l’impôt et devant parfois répercuter sur leurs biens propres la pression fiscale. Le § 14 paraît décrire le déclin de l’écriture pehlevie et le basculement consécutif des relations juridiques dans l’oralité (par ceux qui refusent de recourir aux formes juridiques arabes ?). Au § 23, « les réponses arriveront rapides et lestes comme l’écoulement des eaux vers la mer » pourrait faire allusion au laxisme qui s’installe chez les jurisconsultes religieux.

8Sur cette trame générale s’inscrivent les exploits de quatre conquérants. Ils agissent respectivement à l’est, à l’ouest, au sud et au nord. Le premier et le troisième sont illégitimes, désignés respectivement comme « un homme de peu, obscur » (xwurdag ud a-paydāg mard-ē) et « un homme qui revendiquera la souveraineté » (mard-ē kē * xwadāyīh xwāhēd) ; le deuxième et le quatrième sont légitimes : un « seigneur » (xwadāy) et un « roi » (šāh).

  • 24 Voir notamment E. L. Daniel, The political and social history of Khurasan under Abbasid rule 747-82 (...)
  • 25 benveniste, « Une apocalypse zoroastrienne », op. cit., 370.

9Dans le premier conquérant, surgi du Khurāsān (§ 27-28), il est curieux qu’on n’ait pas encore proposé de reconnaître Abū Muslim. C’est pourtant clair par comparaison avec ZWY 4.2-4, où celui qui inaugure les malheurs de la fin du millénaire mène une armée vêtue d’« armures noires » (le noir était la couleur de la révolution abbasside), composée de « gens de peu, de basse souche » (xwurdag ud nidom-bunīg). Ces qualificatifs furent appliqués par la propagande umayyade tantôt à l’armée d’Abū Muslim, tantôt à lui-même (on insinuait qu’il était un ancien sellier ou même un ancien esclave)24. On se situe donc en 747-755, du début de son insurrection à son assassinat sur l’ordre d’al-Manṣūr. Un indice relevé par Benveniste25 autorise cependant à penser qu’Abū Muslim est venu remplacer dans la narration un autre conquérant de l’Iran, lui aussi mal vu des Zoroastriens et lui aussi mort soudainement en pleine gloire : Alexandre. Il est explicitement nommé dans ZWY 3.26, avec presque exactement la même formule pour désigner sa fin : az gēhān wany ud abaydāg šawēd « il sera anéanti et disparaîtra du monde » (cf. AJ 16.28 : wany ud abaydāg bawēd).

  • 26 czeglédy, « Bahrām Čōbēn and the Persian apocalyptic literature », op. cit., 34. Agostini adopte ce (...)

10Cette substitution permet d’expliquer pourquoi le deuxième conquérant, celui qui ramène du butin de l’Empire romain (§ 30-32), précède en fait chronologiquement le premier. Czeglédy y avait déjà reconnu le Sassanide Khosrow II (r. 591-628)26 ; son qualificatif abarwēz « victorieux » permet sans équivoque de le distinguer de Khosrow Ier, autre envahisseur temporaire de l’Empire byzantin, puisque c’est précisément le surnom que toute la tradition iranienne a retenu pour Khosrow II. Ce qui est dit ici de ses successeurs est conforme à cette identification : son fils Kawād II parvint effectivement à conclure la paix avec Byzance, après quoi les descendants de Khosrow II s’entretuèrent dans les guerres civiles jusqu’à l’avènement de Yazdgird III, intervenu au moment même où commençait l’invasion arabe.

  • 27 grenet, « Y a-t-il une composante iranienne… ? », op. cit., note 28 (29), et plus précisément à la (...)
  • 28 Sur la carrière de Ya‘ qūb voir en particulier C.E. Bosworth, Sīstān under the Arabs, from the Isla (...)
  • 29 Bundahishn 33.25 : « Ensuite quelqu’un viendra depuis le côté du Khurāsān, un homme mauvais, et il (...)

11Dans le troisième conquérant, le parvenu surgi du Nēmrōz (le « Midi », c’est à dire plus spécifiquement le Sistān) (§ 41-42), j’ai déjà proposé de reconnaître Ya‘qūb b. Layth (r. 861-879)27. Les indications correspondent : tenu provisoirement en échec dans ses tentatives du côté du Fārs, il mena deux campagnes victorieuses contre les souverains turcs non musulmans (et pour certains peut-être zoroastriens) du Zāwul, le pays de Ghazni, en 864 puis en 870, d’où il ramena un énorme butin. En 875 il parvint enfin à s’emparer du Fārs, et le désespoir des « hommes de l’Ērānshahr » que le texte mentionne pourrait y faire écho (on n’a pas d’indications particulières quand à une persécution antizoroastrienne de sa part, mais il était connu pour être un sunnite zélé)28. Le Bundahishn (33.25) et le ZWY (4.55, 6.10) font eux aussi allusion à la détresse des Zoroastriens du Fārs et à un refuge dans le Padishkhwārgar, mais sans nulle part mentionner le Nēmrōz ni le Zāwul (à la place le Bundahishn parle du Khurāsān), et avec pour le Padishkhwārgar une issue défavorable29 : ceci pourrait indiquer plutôt la domination qui précéda celle de Ya‘qūb, celle des Tāhirides, dont l’un des gouverneurs, ‘Abdallah b. Tāhir, contribua en 838 à la défaite de Māzyār. Notre texte est donc, pour toute la période du neuvième siècle, le seul à évoquer un personnage bien individualisé.

  • 30 Gignoux, « Apocalypses et voyages extra-terrestres », op. cit., 362-364.

12Il est aussi le seul qui fasse du Padishkhwārgar l’antichambre du salut final, avec le quatrième conquérant (§ 43-50), un « roi » sur l’environnement duquel il donne un luxe de détails qu’on ne trouve pas pour les précédents. Au sens étroit, le Padishkhwārgar désigne la province connue à l’époque islamique comme le Ṭabarestān ou le Māzanderān ; au sens large, l’ensemble des régions sud-caspiennes. Gignoux a identifié ce « roi » à Māzyār30, héritier d’une des deux lignées concurrentes d’ispāhbed du Ṭabarestān, celle qui prétendait se rattacher à la vieille famille des Kārēn ; s’étant proclamé « Padishkhwārgar-shāh », il est dit dans les sources qui informent sur lui avoir abjuré l’Islam, avant d’être finalement vaincu. Cependant ce personnage antérieur à Ya‘qūb b. Layth ne serait pas à sa place tout à la fin de la narration, et par ailleurs le texte offre des parallèles beaucoup plus précis avec un personnage plus flamboyant et qui, lui, se situe dans l’ordre chronologique attendu : c’est Mardāvij b. Ziyār Vardānshāh (r. 928-934), fondateur de la dynastie des Ziyārides.

  • 31 Mas‘ūdī, Les Prairies d’Or. Traduction française de Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, revu (...)
  • 32 C.E. Sachau, The Chronology of Ancient Nations. An English version of the Arabic text of the Athâr- (...)
  • 33 P. Crone, The nativist prophets of early Islamic Iran, Cambridge University Press, Cambridge 2012, (...)
  • 34 Les passages d’Ibn al-Athīr et de Miskawayh concernant cet épisode final sont traduits et discutés (...)

13Qu’on en juge en comparant les données du texte avec celles qu’on peut extraire de la relation la plus étendue qu’on possède, les Murūj al-dhahab de Mas‘ūdī, par ailleurs proche des faits (l’ouvrage fut rédigé en 943 et révisé en 956) et citant des témoignages de première main31. Mardāvij est le chef du clan daylamite des Djīlī (Gēli) qui se disait remonter aux rois préislamiques du Gēlān ; du côté maternel il descend de la seconde lignée des ispāhbed du Ṭabarestān, celle des Bāvandi, qui se rattachait carrément aux Sassanides par Kāūs fils de Kawād Ier. Ce pedigree, plus prestigieux que celui seulement aristocratique d’un Māzyār, sera loué par Bīrūnī qui commencera sa carrière au service de son neveu Qābūs b. Vushmgir : « d’un côté il descend de Vardānshāh dont la noblesse est bien connue dans tout le Gēlān ; de l’autre côté il descend des rois de Médie appelés les ispāhbed du Khurāsān, et il n’a jamais été nié que ceux parmi eux qui appartenaient à la maison royale de Perse produisaient une généalogie qui les unissait en une seule famille avec les Kisrā (i.e. les rois sassanides)32. » Malgré cela Mardāvij a des débuts modestes, comme subalterne d’un autre chef de guerre daylamite, Asfār b. Shīrūya, qui s’est d’abord trouvé au service des entreprises des Samanides dans la région, puis s’est rebellé contre eux en se proclamant roi à Ray, avant d’accepter de nouveau leur autorité contre le paiement d’un tribut extorqué de force à la population de Qazvin et dont bien sûr il garde une partie. À ce moment Mardāvij se laisse persuader par Muḥammad b. Musāfir, roi du Tārom (l’ancien siège royal du Daylam), que les entreprises d’Asfār ne mènent à rien et qu’il doit agir pour son compte. Ceci se passe vers 928. Ensuite les choses vont très vite. Dès 931 Mardāvij tue de sa propre main Asfār près de la forteresse d’Alāmut où il avait entreposé son énorme trésor, dont il s’empare, ce qui lui permet de recruter une armée de mercenaires et de défier à la fois les Samanides et les gouverneurs du calife. Son domaine s’étend d’un côté jusqu’à Hamadān, de l’autre jusqu’à Ispahān, d’où il lance des raids sur l’Ahvāz. Installé à Ispahān durant la dernière année de son pouvoir, en 934, il rend publique son intention de restaurer l’ancienne monarchie iranienne : il se fait confectionner une tiare sur le modèle de celle de Khosrow Ier, parle d’aller relever le palais de Ctésiphon. Alors que ses affiliations religieuses antérieures n’apparaissent pas clairement dans nos sources, comme du reste celles d’Asfār33, et qu’il ait continué jusqu’au bout à baigner dans un éclectisme prophétique, il semble vouloir dès lors inclure le zoroastrisme dans son programme de restauration : c’est au moment où il faisait célébrer la fête de Sade, à la veille de marcher sur Bagdad, qu’il est assassiné en décembre 934 ou janvier 935 par ses gardes turcs34. Ce seront finalement les Buyides, à l’origine simples chefs de troupes daylamites à son service, qui réaliseront la conquête en faisant le choix politique du chiisme duodécimain.

  • 35 Bīrūnī, passage cité, donne lui aussi un rôle essentiel à un incitateur, mais il l’identifie à Vush (...)

14On voir que plusieurs traits marquants de cette biographie se reconnaissent dans le texte de l’AJ, d’une manière assez superficiellement codée. Le « seigneur » que le « roi », héritier légitime mais déchu des anciens rois d’Iran, est d’abord contraint de servir est Asfār, et l’incitateur de la rébellion semble bien correspondre au rôle joué par le roi du Tārom35. Les accusations qu’ils portent de concert contre Asfār, telles qu’elles sont rapportées par Mas‘udī (§ 3587), rappellent de manière troublante le « seigneur sourd et aveugle » : « provinces dévastées, sujets massacrés, agriculture délaissée et indifférence aux conséquences de ses actes ». On pourrait aussi supposer que l’obstination à rester dans l’alliance des Samanides, champions affirmés de la foi musulmane, a contribué à générer ces épithètes. Quant au « trésor de Frāsyāb », l’envahisseur touranien Afrāsyāb de la littérature persane, il est pour le moins tentant de le reconnaître dans celui entreposé à Alāmut, lui aussi amassé par la tyrannie et lui aussi dissimulé dans un lieu réputé inaccessible.

  • 36 C’est ce qui arrive au début de la carrière d’Ardashir : voir F. Grenet, La geste d’Ardashir fils d (...)

15Quelques autres points méritent d’être commentés. C’est au bord de la mer (ici, la Caspienne) que l’inspirateur de la révolte reçoit le message de Mithra. Dans les conceptions zoroastriennes, la mer est le refuge du khwarrah dans les périodes où domine la mauvaise royauté, et il en sort lorsque paraît un champion légitime36. Par ailleurs c’est en traversant une rivière que Zoroastre a reçu de l’archange Wahman sa première révélation. À partir du § 47 le texte s’éloigne de la figure historique de Mardāvij et retombe dans des stéréotypes influencés par d’autres écrits apocalyptiques : les troupes amenées du Zāwul où Mardāvij n’est jamais intervenu, la bataille où interviennent « Turcs, Arabes et Romains ». Le rédacteur sait que désormais la réalité n’a plus correspondu aux attentes. Fait sans doute exception, au § 49, l’offensive ō mayān ī ērānšahr « vers le cœur de l’Ērānshahr », expression qui pourrait désigner le Fārs mais peut-être aussi, selon la conception sassanide, l’Asōrestān, la province de la capitale Ctésiphon, désormais remplacée par Bagdad dont Mardāvij visait la conquête.

  • 37 Données rassemblées et discutées dans Gh. Gnoli, Zoroaster in history, Bibliotheca Persica Press, N (...)
  • 38 Trad. Sachau, cf. The Chronology of Ancient Nations, op. cit., 120 (texte 117).

16Se superposant à la narration codée, le texte comporte selon moi une date elle aussi codée. Elle se trouve au § 40, avec la curieuse histoire, qu’on ne trouve nulle part ailleurs, de Mithra tenant en échec pendant 496 ans la démone Wadjawagān. Ce chiffre bien précis invite à manier la calculette. Faisant l’hypothèse qu’il est ici inséré pour créer une parenthèse dans l’écoulement du temps et reculer le terme du millénaire de Zoroastre, je pars de la date à laquelle la tradition fait débuter celui-ci : 258 ans avant Alexandre, dont l’avènement comme souverain de l’Iran était lui-même confondu avec l’ère séleucide de 312/311, ce qui conduit à 569 av. n. è. Le millénaire s’achevait donc en principe en 432 de n. è. (on ajoute une unité pour tenir compte du fait qu’il n’y a pas eu d’année zéro), en pleine époque sassanide. Si l’on ajoute 496 ans, on aboutit à 928. Il me paraît difficile de croire que c’est pur hasard si cette date correspond au début de la rébellion de Mardāvij. Quelques objections pourraient surgir, mais elles sont réfutables. Le fait que ce déplacement du curseur chronologique n’intervienne pas à la fin du récit, mais au milieu, entre le deuxième et le troisième conquérant, est sans conséquence car l’essentiel est de rallonger le millénaire. Par ailleurs d’autres expédients concurrents avaient existé à l’époque sassanide : on avait transféré la date de Zoroastre à l’ère de 312/311 et fait pivoter après elle l’intervalle entre Zoroastre et Alexandre, réduisant du même coup de moitié la période arsacide37. Ces manipulations de propagande n’avaient jamais trompé les véritables savants, et les déclarations de Bīrūnī sont parfaitement claires à ce sujet : « Il est évident et connu de tous que l’année où Yazdgird (III) est monté sur le trône est l’an 943 d’Alexandre. Nous conserverons cette date indéniable comme base, et l’établirons comme l’étalon de mesure de toutes les informations (sur les Perses)38. »

  • 39 Cereti, The Zand ī Wahman Yasn, op. cit., 218.

17L’information cryptée mais précise de l’AJ 40 fait penser à celle de l’Apocalypse de Jean, 13.18 : « Que l’intelligent calcule le chiffre de la bête car c’est un chiffre d’homme et ce chiffre est 666 », la valeur numérique des lettres de « César Néron » en hébreu. Pour sa part ZWY 9.1, qui ne se soucie que de reculer la fin du millénaire au-delà du temps de ses lecteurs sans se préoccuper de la faire coïncider avec un événement contemporain, opte pour des chiffres ronds : le Sauveur Ushēdar « naîtra en l’an 1600 » selon le manuscrit K 20 qui est de la seconde moitié du xive siècle, « en l’an 1800 » selon le manuscrit DH qui lui est postérieur de deux siècles39.

  • 40 Le texte pārsi, seul conservé, donne Sīlānīg, mauvaise lecture à partir de Saglābīg qui est la form (...)
  • 41 ud ka mīrēd xwad xūb abāg dōstān brādārān ud ham-paywandān nišānēnd <ud> xwarēnd « quand quelqu’un (...)

18L’AJ serait donc, au moins pour son chapitre apocalyptique, plus tardif que le ZWY dont l’horizon chronologique ultime paraît plutôt concerner le siècle précédent et la domination des Tāhirides (le Bundahishn a quant à lui reçu des interpolations jusqu’à l’époque de la conquête seldjuqide). Ce chapitre pourrait certes constituer un morceau à part ajouté secondairement au traité, mais il apparaît aussi qu’une date dans le xe siècle permettrait de lever des difficultés qui ont parfois été soulevées à propos d’autres parties du texte. Si on l’admet, on s’étonnera moins de ce que la section sur les Turcs (chap. 12.7-12) ressemble, par la sélection des traits de mœurs, à ce qu’on trouve chez Mas‘ūdī (xe s.), Gardīzī (xie s.) et Marvazī (xiie s.), ni de ce que celle sur la Chine (chap. 8.6) enregistre la restauration du bouddhisme après la persécution de 845, ni de ce qu’il y ait une brève notice sur le pays lacustre des Slaves40 (chap. 10) qui n’a été vraiment connu qu’après l’ambassade de 922 relatée par Ibn Faḍlān. Il n’y a plus de problème à identifier l’importante population zoroastrienne mentionnée en Inde (chap. 8. 2-5) avec les Parsis, solidement installés à cette époque sur la côte du Gujarāt avec laquelle le commerce iranien était surtout en rapport. La section sur le Māzanderān (chap. 12.1-6), tout en admettant l’existence de pratiques sexuelles et funéraires condamnables41, veut faire croire que les Zoroastriens y sont nombreux et que « lorsqu’ils meurent, la plupart vont au paradis » (un peu moins positif, Mas‘ūdī, 3577, écrit : « les habitants de ce pays étaient païens, mais il y avait parmi eux des Mazdéens (…) ; (ceux des vallées intérieures) ont persévéré dans leur paganisme jusqu’à ce jour ; al-Utrūsh bâtit plusieurs mosquées dans ces parages »).

19Concluons. Au moment où, depuis Ispahān, Mardāvij s’apprêtait à se lancer à l’assaut de Bagdad, son entourage ne se composait pas que de « charlatans » et de « fripons » qui avaient acheté ses secrétaires et flattaient son rêve insensé de fonder une « nouvelle religion », comme l’affirme Mas‘ūdī (3600). Il y avait aussi des Zoroastriens, sans doute des prêtres, qui connaissaient leurs écritures et étaient versés dans la computation, qui espéraient mettre au service de son entreprise les forces encore nombreuses de leur communauté et attendaient en retour la restauration de leur foi. Une partie au moins de l’Ayādgār ī Jāmāspīg émane de cette circonstance.

Notes

1 D. Agostini, Ayādgār ī Jāmāspīg. Un texte eschatologique zoroastrien, IsMEO / Gregorian & Biblical Press, Rome 2013. L’auteur prépare une édition révisée, chez le même éditeur. L’édition avec traduction italienne qui faisait auparavant référence était celle de G. Messina, Ayātkār i Žāmāspīk : Libro apocalittico persiano, Pontificio Istituto Biblico, Rome 1939. Elle offre une tentative de reconstitution complète d’un état du texte pehlevi qui n’a probablement jamais existé sous cette forme. Aux aléas de la transmission s’est ajouté le fait que les manuscrits pehlevis les plus anciens utilisés par les premières éditions du début du xxe siècle ont disparu depuis.

2 É. Benveniste, « Une apocalypse pehlevie : le Žāmāsp-Nāmak », Revue de l’Histoire des Religions, 115, 1932, 337-380.

3 K. Czeglédy, « Bahrām Čōbēn and the Persian apocalyptic literature », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae, 8, 1958, 21-43. Pour le ZWY, le seul traité zoroastrien qui soit de contenu entièrement apocalyptique, on utilise maintenant l’édition-traduction de C. Cereti : The Zand ī Wahman Yasn. A Zoroastrian apocalypse, IsIAO, Rome 1995.

4 Voir en particulier : A. Destrée, « Quelques réflexions sur les héros des récits apocalyptiques persans et sur le mythe de la ville de cuivre », in La Persia nel Medioevo, Accademia Nazionale dei Lincei, Rome 1971, 639-652 ; C. Cereti, « Again on Wahrām ī Warzāwand », in La Persia e l’Asia centrale da Alessandro al X secolo, Accademia Nazionale dei Lincei, Rome 1996, 629-638 (mais son enquête se limite au ZWY et au chapitre 33 du Bundahishn).

5 Ph. Gignoux, « Apocalypses et voyages extra-terrestres dans l’Iran mazdéen », in C. Kappler (éd.), Apocalypses et voyages dans l’au-delà, Éditions du Cerf, Paris 1987, 351-374, voir en particulier 362-364, 372-374 ; T. Daryaee, « A Historical Episode in the Zoroastrian Apocalyptic Tradition : the Romans, the Abbasids, and the Khorramdēns », in T. Daryaee and M. Omidsalar (ed.), The Spirit of Wisdom [Mēnōg ī Xrad]. Essays in Memory of Ahmad Tafazzoli, Mazda Publishers, Costa Mesa 2004, 64-73.

6 F. Grenet, « Y a-t-il une composante iranienne dans l’apocalyptique judéo-chrétienne ? Retour sur un vieux problème », Archaevs, 11-12, 2007-2008, 15-36, note 28 (article repris avec quelques modifications dans D. Hamidović (éd.), Aux origines des messianismes juifs, Brill, Leyde-Boston, 2013, 121-144, voir note 29).

7 Agostini, Ayādgār ī Jāmāspīg, op. cit. 152-160.

8 Benveniste, « Une apocalypse pehlevie », op. cit., 370-371.

9 . < > indique une addition conjecturelle, [ ] une suppression conjecturelle, * une forme amendée.

10 zan šōy <ī> xwēš pad margarzān be dahēd (différemment Agostini : « la femme commettra un péché mortel contre son propre mari »).

11 dibīr az nibišt wad āyēd (Agostini : « le scribe arrivera avec de mauvaises écritures »).

12 Je traduis ainsi kadīzag ī be kard.

13 har kas az wad kunišnīh <ī> xwēš šād bawēd pad abarmānd dārēd (Agostini : « tous ceux qui seront heureux de leurs mauvaises actions auront des privilèges »).

14 šahr <pad> čēragīh <ud> pad pādixšāhīh ō xwēškard bawēd (Agostini : « le pays tombera sous sa tyrannie et sous son pouvoir »).

15 . pad čērīh (Agostini : « avec violence »).

16 Le passage est corrompu. Le manuscrit pehlevi de référence (DP) donne : PWN bl bhl’yw bhl, qui est incompréhensible et pour lequel j’adopte la correction ancienne de Bailey : PWN * 3 bhl’yw bhl (pad 3 bahr ēw bahr « pour 3 parts une part »). Agostini préfère lire pad barābar et comprend « il ne restera aucun homme non plus », ce qui convient mal au sens : la suite du texte indique bien qu’il subsiste des hommes. On pourrait aussi envisager de restituer un autre chiffre (cf. ZWT 4.55 : « neuf hommes sur dix périront »).

17 Khēshm est le démon de la Colère, l’adversaire attitré de Mithra dans le combat eschatologique. Wadjawagān, non attestée ailleurs, signifie « aux mauvaises récoltes » et doit correspondre à la pairikā dužiiāiriiā « la Péri de l’an mauvais » du Yasht 10.61. Bēwarāsp « aux dix-mille chevaux » est le surnom de Dahāg (pers. Zahhāk), le roi-dragon tyrannique qui s’est emparé de l’Iran après la mort de Jam (Yima).

18 Les Hyaona de l’Avesta, peuple hostile aux Iraniens, dont la défaite par Wishtāsp a été rappelée par Jāmāsp au début de l’AJ et mise au crédit de son adoption du message de Zoroastre. À l’époque sassanide on a rapproché leur nom de celui des Huns.

19 Le khwarrah est le principe divinisé de la fortune et du charisme. Srōsh et Rashn sont les principaux dieux auxiliaires de Mithra.

20 Kangdiz est la forteresse bâtie aux extrémités du monde par plusieurs souverains de l’ancien temps (les Kavis), et où des Immortels séjournent en attendant de prêter main-forte au Sauveur Ushēdar.

21 Prêtres novices.

22 ka yašt sar * bawēd * zōhr ō āb rēzēnd ud <ō> ān ī ātaxš * zōhr dahēnd (Agostini : « lorsque les yašts tireront <à leur> fin, ils purifieront les libations dans l’eau et les offriront à ce feu »). En fait yašt désigne la liturgie longue du Yasna, et non pas les hymnes aux divinités individuelles, liturgies brèves que les éditions modernes ont pris l’habitude de nommer ainsi. Le texte distingue les deux offrandes qui concluent le Yasna : l’āb-zōhr (la libation de lait et de hōm versée dans l’eau) et l’ātaš-zōhr (l’offrande de graisse animale au feu).

23 Il ne l’est pas non plus dans la courte notice sur « Le royaume des Arabes et des Berbères » (chap. 8.7), où il n’est question que des mœurs de l’Arabie préislamique.

24 Voir notamment E. L. Daniel, The political and social history of Khurasan under Abbasid rule 747-820, Bibliotheca Islamica, Minneapolis & Chicago 1979, 100-104. Il n’est sans doute pas indifférent qu’Abū Muslim ait été présenté comme un ancien sellier, métier qui conduit à manipuler le cuir et le suif, substances impures s’il en est (de la même manière le prophète Muqanna‘ qui prétendait être son émissaire sera présenté comme un ancien teinturier par la propagande de ses adversaires). Dans le ZWY l’armée d’Abū Muslim est également qualifiée de ēk-sad-ēwēnag, wizārd-wars « de cent espèces, à la chevelure en désordre », ce qui dans son cas pourrait faire illusion à ses contingents khurāsāniens. La « chevelure en désordre » est un vieux topos qui avait auparavant qualifié les cavaliers parthes, voir Plutarque, Vie de Crassus, 24, et l’Apocalypse de Jean, 9.8 : « (ces sauterelles) avaient des cheveux comme des cheveux de femmes ».

25 benveniste, « Une apocalypse zoroastrienne », op. cit., 370.

26 czeglédy, « Bahrām Čōbēn and the Persian apocalyptic literature », op. cit., 34. Agostini adopte cette identification.

27 grenet, « Y a-t-il une composante iranienne… ? », op. cit., note 28 (29), et plus précisément à la soutenance de la thèse de D. Agostini, qui a adopté ma proposition (156-157).

28 Sur la carrière de Ya‘ qūb voir en particulier C.E. Bosworth, Sīstān under the Arabs, from the Islamic conquest to the rise of the Ṣaffārids (30-250/651-864), IsMEO, Rome 1968, 118-123.

29 Bundahishn 33.25 : « Ensuite quelqu’un viendra depuis le côté du Khurāsān, un homme mauvais, et il écrasera ceux du Padishkhwārgar, et plusieurs années durant il exercera sa tyrannie ; sous sa domination il ne subsistera plus d’hommes dans le Fārs, sauf quelques-uns à Kāzērūn et au bord de la mer. »

30 Gignoux, « Apocalypses et voyages extra-terrestres », op. cit., 362-364.

31 Mas‘ūdī, Les Prairies d’Or. Traduction française de Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, revue et corrigée par Charles Pellat, V, Société Asiatique, Paris 1997, § 3579-3602. Voir aussi les articles suivants par C. E. Bosworth : « Mardāwīdj », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd. ; « Asfār b. Šīrūya », Encyclopaedia Iranica, 1987 ; « Ziyarids », Encyclopaedia Iranica (version numérique, 2010).

32 C.E. Sachau, The Chronology of Ancient Nations. An English version of the Arabic text of the Athâr-ul-Bâkiya of Albîrûnî, W. H. Allen and co., Londres 1879, 47 (texte 39).

33 P. Crone, The nativist prophets of early Islamic Iran, Cambridge University Press, Cambridge 2012, 268-269, conclut qu’il est difficile de saisir leur véritable identité religieuse, si tant est qu’ils en aient eu une, tout en admettant qu’ils ont l’un comme l’autre incliné à un moment vers la propagande ismailienne.

34 Les passages d’Ibn al-Athīr et de Miskawayh concernant cet épisode final sont traduits et discutés chez S. Cristoforetti, Il natale della luce. Il sada tra Baghdad e Bukhara tra il ix e il xii secolo, Mimesis, Milan 2002, 118-126.

35 Bīrūnī, passage cité, donne lui aussi un rôle essentiel à un incitateur, mais il l’identifie à Vushmgir, frère de Mardāvij, qui lui succéda avec des prétentions territoriales réduites et en acceptant l’islam.

36 C’est ce qui arrive au début de la carrière d’Ardashir : voir F. Grenet, La geste d’Ardashir fils de Pâbag, A Die, Die 2003, § 3.19, 8.6-7, commentaire 42-44.

37 Données rassemblées et discutées dans Gh. Gnoli, Zoroaster in history, Bibliotheca Persica Press, New York 2000, 131-183 (dont cependant je ne partage pas l’opinion quant à la validité historique de la date traditionnelle de Zoroastre). Gnoli avance l’idée que certains computs auraient utilisé la date réelle de l’avènement d’Alexandre en Iran : 330.

38 Trad. Sachau, cf. The Chronology of Ancient Nations, op. cit., 120 (texte 117).

39 Cereti, The Zand ī Wahman Yasn, op. cit., 218.

40 Le texte pārsi, seul conservé, donne Sīlānīg, mauvaise lecture à partir de Saglābīg qui est la forme sous laquelle sont d’ordinaire connus les Slaves. Il ne peut pas s’agir de Ceylan dont la forme Sīyalān/Sīlān n’apparaît en arabe et en persan qu’à partir du xiiie s.

41 ud ka mīrēd xwad xūb abāg dōstān brādārān ud ham-paywandān nišānēnd <ud> xwarēnd « quand quelqu’un meurt on l’assied lui-même confortablement avec ses amis, ses frères et ses parents, et ils mangent » (Agostini : « ils s’assoient de bon gré avec les amis, les frères et les parents… »). L’idéogramme YTYBWN peut se lire aussi bien nišīn- « s’asseoir » que nišān- « asseoir » ; je préfère la seconde possibilité car, outre qu’elle permet de rendre compte de xwad « lui-même », la première possibilité n’impliquerait rien de blâmable d’un point de vue zoroastrien. On a parfois supposé que le rite du margty badan « asseyage des morts », attesté au xixe s. chez les Ossètes (et aussi chez les Kazakhs) avec un mannequin revêtu des habits du défunt, était le substitut d’un tel rituel, qui demeurait bel et bien pratiqué dans la forme traditionnelle du wake irlandais.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540