Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Première partie. Multiples héritages

Retour sur Meydancikkale : l’Anatolie entre l’Empire perse et l’hellénisme

Didier Laroche

Texte intégral

  • 1 Je remercie Françoise Laroche, Anne Jacquemin, et François Larché qui tous trois m’ont apporté leu (...)

1Le site dont il est question ici1, dont le nom pré-hellénique « Kiršu » (ou Kirši) est connu grâce à deux inscriptions araméennes, occupe un éperon rocheux de 750 m de long, difficile d’accès, à 8 km à vol d’oiseau au Sud de Gülnar, et 14 km au nord de la côte faisant face à Chypre. Ce nom est mentionné dans la chronique de Nériglissar (557-556), où ce roi néo-babylonien se vante d’avoir pris et incendié la ville, le palais et les gens. À l’époque perse, la ville fut probablement reconstruite et peut-être le siège d’un gouverneur local comme semblent l’indiquer les reliefs de type persépolitains retrouvés.

2À l’écart des grandes voies qui sillonnaient l’Anatolie antique (Fig. 1), l’histoire du site, du moins ce que l’on en connaît, est caractéristique de cette rencontre – ou collisions – de civilisations qui, chacune, ont laissé leur trace tout en assumant un héritage porté par des populations dont on a du mal à apprécier, au fil de brassages successifs, la part locale très ancienne et celle des nouveaux venus. Cette complexité d’une région de l’Orient ballottée entre les grands empires est une donnée qui nécessite de la part des chercheurs, sinon des connaissances étendues, du moins une curiosité qui s’écarte des champs d’études historiques traditionnels qui ont tendance à fractionner artificiellement l’histoire antique. Pierre Chuvin, digne héritier de son maître Louis Robert, est un de ces trop rares savants aussi à l’aise pour interpréter les événements ou les productions de l’Orient classique que ceux ou celles d’un Orient plus éloigné, mais non moins passionnant. Il nous a encouragés à dépasser les cloisonnements arbitraires de la recherche universitaire ; les réflexions qui suivent, impliquant la Macédoine, l’empire perse, les Tobiades et la dynastie lagide, sont à prendre comme un modeste hommage à cette vision large de l’historien curieux de tout qu’est Pierre Chuvin.

Fig. 1. Meydancikkale : le bâtiment A dans son environnement.

  • 2 Les fouilles étaient sous la direction conjointe de E. Laroche, alors directeur de l’Institut fran (...)

3Les fouilles entreprises à partir de 19712 ont dégagé, au sud du site, un édifice quadrangulaire dénommé « bâtiment A » (Fig. 2), de style grec (technique et modénatures). Alain Davesne, qui procéda à sa fouille, assisté de Françoise Laroche-Traunecker puis de moi-même, y trouva, au dernier jour de la campagne de 1980, un trésor exceptionnel, qu’il publia, conjointement avec Georges Le Ridder, en 1989. Ce trésor de 5215 pièces d’argent comporte une large part de monnayage lagide (2158, soit 41 %), ce qui confirme la domination des Ptolémées sur ce site, domination que l’on connaissait grâce à la présence d’une dédicace ptolémaïque à Hermès-Héraklès.

4Faisant suite à la conquête de cette région par Alexandre (333) puis, à sa mort en 323, aux nombreuses et complexes opérations militaires qui opposèrent ses successeurs, les diadoques, la mainmise lagide sur cette portion de Cilicie, au cours du règne des trois premiers Ptolémée, s’inscrit dans le cours des actions menées pour le contrôle non seulement des terres, mais aussi de la Méditerranée orientale.

Fig. 2. Axonométrie de l’état du bâtiment A au moment des fouilles.

  • 3 Mais nous verrons plus bas qu’aucun indice archéologique ne corrobore cette hypothèse.

5Une monnaie trouvée dans un sondage complémentaire en 1987 permit de dater le bâtiment hellénistique – supposé succéder à un édifice antérieur probablement perse3 – d’après 246, date de la reconquête du territoire sous Ptolémée III. Les auteurs de la publication du trésor ont proposé une date d’enfouissement autour de 240/235 av. J.-C., date qui correspondrait à une menace militaire de la part de leurs adversaires séleucides. Le fait que le trésor soit resté enfoui laisserait penser que les Lagides furent définitivement chassés de ce lieu à cette occasion. Par la suite, le bâtiment semble avoir été occupé encore au iie s. av. J.-C. Aucune trace d’occupation à l’époque romaine, puis réoccupation de l’édifice, ruiné, à l’époque byzantine.

L’architecture du bâtiment A

  • 4 Gülnar I, Le site de Meydancikkale, textes réunis par Alain Davesne et Françoise Laroche-Traunecker(...)

6Je cite ici un passage de la description qu’en a donnée A. Davesne4, pour le compte duquel j’ai effectué les relevés en 1977, puis en 1980 : « Le “bâtiment A”, dans la partie méridionale de Meydancıkkale, a de vastes dimensions (26,50 x 19,50 m) et un plan original. La construction soignée dont on voit les vestiges date de l’époque hellénistique et recouvre un édifice plus ancien [...]. Le caractère imposant du bâtiment, sa large entrée, sa configuration interne, suggèrent qu’il avait une destination officielle. »

Fig. 3. Comparaison des plans du Qasr d’Iraq Al-Amir (Fr. Larché) et du Qasr d’Iraq Al-Amir (Fr. Larché) et du bâtiment A de Meydancikkale.

  • 5 O. Casabonne, La Cilicie à l’époque achéménide, de Boccard, Paris 2004, 161, n. 655.

7Peut-on préciser davantage ? Le plan, asymétrique, ne renvoie à aucun type standard d’architecture grecque. J’avais remarqué les similitudes entre le plan de cet édifice et celui de nombreux prytanées connus du monde grec, à savoir un vestibule donnant sur une grande pièce flanquée de pièces latérales. A. Davesne avait signalé ce rapprochement à O. Casabonne, qui le mentionne, avant de chercher plutôt dans l’architecture palatiale achéménide des éléments de ressemblance5.

  • 6 E. Will, F. Larché, Iraq al-Amir, le château du Tobiade Hyrcan, Geuthner, Paris 1991. Volume II, r (...)
  • 7 E. Will, “Le château du Tobiade Hyrcan à Iraq Al-Amir”, Basileia. Die Paläste Der Hellenistischen (...)

8Roland Étienne, auteur d’un guide sur le domaine des Tobiades, cette famille juive très hellénisée, avait, lors d’une journée d’étude sur l’architecture du iiie siècle av. J.-C. qui s’était tenue à Bordeaux en 2012, présenté plusieurs réflexions sur les influences macédoniennes décelables dans l’architecture du palais d’Iraq al-Amir, reconstruit grâce aux travaux de François Larché6. J’avais été frappé par un certain nombre de correspondances avec notre édifice de Meydancıkkale. À vrai dire, le bâtiment A reproduit, mais avec une seule aile, certaines dispositions – surtout pour l’entrée – du palais attribué au Tobiade Hyrcan. La comparaison des plans (Fig. 3) permet de saisir la différence principale, à savoir la double orientation de l’édifice d’Iraq al-Amir. Ernest Will, qui effectua les fouilles préalables à l’étude architecturale, conclut sans hésitation que ce bâtiment était celui dont parle Flavius Josèphe, contre l’avis de ses prédécesseurs américains H. C. Butler et P. Lapp. Dans une présentation faite lors d’un symposium à Berlin7, il considéra comme acquis le fait que le bâtiment n’est pas un temple mais un palais. Mais cette opinion, plusieurs fois répétée, s’appuyait sur une restitution incomplète puisqu’il fallut attendre le second volume, dû cette fois-ci à François Larché, pour connaître l’ensemble des résultats auxquels était parvenu son meilleur connaisseur, et en particulier la restitution, qui laisse quelques points non assurés, de l’étage supérieur, du piano nobile.

Fig. 4. Tracés directeurs en plan du bâtiment A.

  • 8 La publication détaillée aurait dû se faire dans Gülnar III. Le bâtiment a néanmoins déjà été décr (...)

9Nous allons ici, en attendant une éventuelle publication8 que les conditions actuelles de la recherche archéologique française en Turquie ne facilitent malheureusement pas, réunir quelques observations d’ordre architectural sur le bâtiment de Meydancıkkale, afin de comparer plus efficacement les deux édifices dont il sera principalement question ici et s’interroger sur les types architecturaux, occidentaux ou orientaux, auxquels ils se réfèrent.

10Le bâtiment A est, grosso modo, divisé suivant trois travées dans les deux sens. Les dimensions mesurées permettent de retrouver facilement le schéma géométrique général du plan (Fig. 4). Or la superposition de ce schéma avec le relevé permet de confirmer l’impression partagée par les commentateurs, à savoir que l’espace principal médian était une cour et non une pièce couverte. En effet, les murs sont décalés le long des axes de telle façon que les volumes couverts sont à l’intérieur des travées du canevas géométrique. Cette observation est confirmée par la dépression qui accompagne la fondation transversale limitant les pièces VI, VII et VIII. Nous pouvons donc décrire, dans un premier temps, le plan au niveau du sol de la façon suivante :

  • Le premier tiers se compose d’un large vestibule d’accès et d’une pièce latérale ouvrant sur cette entrée.
  • Le second tiers, auquel on accède par une grande porte axiale, comprend la cour centrale et un espace semi-fermé sur la gauche.
  • Le troisième tiers, enfin, présente une série de trois pièces parallèles dont la médiane est plus vaste, et une pièce oblongue, sur le côté gauche, dans le prolongement de l’espace semi-fermé mentionné ci-dessus.

11Les fouilles ont livré un chapiteau, remployé dans un muret tardif construit dans la cour, qui se présente comme deux demi-chapiteaux attenant à un pilastre. Ce type de chapiteau est depuis longtemps considéré comme typique de l’architecture macédonienne ; il se rencontre à Pella, Vergina et dans bien d’autres édifices d’inspiration macédonienne. En revanche, le décor du chapiteau est plutôt atypique : des rinceaux avec palmettes de facture assez négligée et deux têtes de lion, placées latéralement, dont ne restent que les crinières. On a plutôt l’habitude de protomés de bœufs dans ce cas de figure, mais le lion ne doit pas étonner non plus dans le contexte asianique. Deux fragments de fûts de colonnes engagées dans un pilastre viennent confirmer l’hypothèse d’une restitution de deux colonnes à piédroits dans l’ouverture de façade, constituant une élévation proche de celle du palais d’Aigai. La pièce latérale, qui contrôle l’entrée, doit probablement être dévolue à la surveillance et la protection de l’édifice. Les piédroits permettaient, mieux que de simples colonnes, l’installation de systèmes de fermeture, portes ou grilles, dont un encastrement se lit encore sur l’ante est en façade.

12Nous ne mentionnons que pour les écarter de notre restitution les bas-reliefs perses fragmentaires représentant une procession de dignitaires trouvés à une trentaine de mètres au sud. Ils ont des chances de provenir de constructions sises dans cette région, autour d’une grande citerne, où subsistent de nombreuses traces de fondations taillées sur le rocher. De toute façon, leur style empêche de les mettre en relation avec notre bâtiment.

13Lors des fouilles, nous avions repéré contre les murs de la pièce IV des traces qui pourraient être celles d’un escalier menant à un étage. Le peu de pièces que comprend le rez-de-chaussée va dans le sens d’un étage et, sur ce point, l’organisation du bâtiment d’Iraq Al-Amir est éclairante. Dans ce dernier, les pièces les plus luxueuses sont à l’étage. Le rez-de-chaussée, avec ses pièces voûtées peu éclairées et peu ventilées, affecte l’aspect d’un étage de service. À Meydancıkkale, un escalier dans la pièce IV est bien placé pour desservir les deux pièces en façade d’un côté, la pièce superposée à la pièce V au nord. À Iraq-Al-Amir, la parfaite symétrie permet de placer, sur chacune des façades opposées, l’escalier en symétrique de la pièce de contrôle.

  • 9 A. Davesne, A. Lemaıre, H. Lozachmeur, “Le site archéologique de Meydancıkkale (Turquie) : du roya (...)

14Les trois pièces parallèles au fond de la cour sont plus difficiles à interpréter, car il n’y a plus trace de mur en façade, si ce n’est des encoches de levier qui suggèrent au moins des retours ou des antes épaisses. La pièce centrale doit, du fait de sa position parfaitement axiale et de ses dimensions, revêtir une importance particulière. Dans le cas d’un palais ou d’un bâtiment administratif, on songe bien sûr à une salle de réception ou d’audience où se tiendrait le maître des lieux. Néanmoins, le fait que ce soit là qu’on ait retrouvé le trésor exceptionnel en 1980, joint à une particularité des fondations, m’amène à proposer une explication différente. Les auteurs de l’étude du trésor, s’interrogeant sur les raisons et les conditions de son enfouissement, ont conclu à un acte motivé par un danger soudain, par exemple une menace de la part des troupes séleucides. En revoyant l’emplacement, très adapté à une cache, où l’on a retrouvé les trois vases remplis « à ras bord » de monnaies, j’ai quelques doutes sur le fait qu’on ait pu trouver cette cache, sous les fondations, improvisée dans un moment de précipitation. Il me semble au contraire que l’empattement des fondations, régulier, symétrique et particulier à cette pièce, loin de constituer un vestige d’un hypothétique bâtiment antérieur, constitue un dispositif propre à la réalisation d’une cachette solide. Je pense que les fondations ont volontairement été placées en débord et en surplomb, à l’intérieur de cette pièce, pour aménager une cachette. Les traces de la carrière qui s’étend sous le bâtiment – ce qui au passage ruine l’idée d’un édifice préexistant – justement ravalées à cet endroit, confortent cette analyse. La pièce centrale était sans doute destinée à abriter, à accueillir, le trésor de cette « ville » ou, à défaut, de cité, de l’installation militaire. D’ailleurs Alain Davesne écrit : « Au moment de l’enfouissement, le trésor n’a peut-être pas été transporté loin de l’endroit où il était entreposé normalement. Il est donc possible que ce bâtiment ait eu parmi ses fonctions celle d’une trésorerie où était gardée la caisse de la cité9. » Autant simplifier davantage et considérer que le trésor a été retrouvé là où le conservaient les personnes en charge de cet argent. À une époque où n’existent pas de coffres-forts, on imagine mal une telle somme entreposée dans un meuble.

15A. Davesne et G. Le Rider ont daté de 340-335 l’enfouissement du trésor. Le fait qu’il n’a pas été exhumé par la suite est sans doute à mettre sur le compte d’un départ définitif de la garnison lagide, mais l’enfouissement initial et les raisons de ce départ ne doivent pas, à mon sens, être considérés comme concomitants.

Fig. 5. Restitution du bâtiment A, vue en plongée sur la cour.

16Pour revenir à l’aspect des trois pièces du fond, je reste sceptique sur leur adaptation à un rôle domestique, en raison de l’absence de passage à couvert d’une pièce à l’autre. Il est difficile également d’imaginer que ces pièces aient porté un second niveau, en raison de la distribution de l’étage. Comme je me demandais s’il était envisageable d’imaginer une fonction religieuse dans un bâtiment grec à cette époque, Anne Jacquemin m’a signalé la possibilité de l’instauration d’un culte royal. Nous aurions là une explication de l’édifice très convaincante du point de vue de l’analyse de son plan et de son organisation. Cette résidence destinée à l’accueil, pour des périodes limitées, du gouverneur ou du maître, quel que soit son titre, de cette région, offrirait, en plus de son rôle de logement d’occasion, un aspect cultuel mettant l’accent sur le rayonnement des souverains lagides. Mutadis mutandis, la pièce principale vouée au culte royal aurait, comme l’opisthodome du Parthénon, eu pour fonction également de servir de dépôt, de coffre-fort au trésor de la ville. C’est donc tout naturellement que cet édifice, qui fut abandonné par la suite, et ce durant toute l’époque romaine, conserva ce trésor qui ne surgit aux yeux des fouilleurs français que parce que la fondation qui le recouvrait les intriguait en raison de leur décalage vers l’intérieur de la pièce.

  • 10 C’est par erreur qu'O. Casabonne écrit que l’édifice ne comportait pas de fenêtre, cf. Casabonne 2 (...)
  • 11 Cette datation, commune aux trois temples du Létoon, n’est pas celle qui est défendue par Chr. Le (...)

17Le rez-de-chaussée était relativement facile à défendre. Les quelques fenêtres dont l’appui se lit sur les assises supérieures des murs périphériques sont étroites10 : les pièces s’ouvraient plutôt sur la cour centrale (Fig. 5). Là aussi, l’exemple d’Iraq Al-Amir nous invite à placer à l’étage les pièces de vie les plus agréables de cette résidence princière régionale, et notamment une loggia (ouverte ou fermée, à Iraq Al-Amir, les deux existent) au-dessus du vestibule. C’est ainsi que je me suis risqué à représenter le bâtiment sur la restitution présentée ici (Fig. 6). Mais, me dira-t-on, le palais de Jordanie ne comporte pas de cour mais plutôt une grande salle d’audience, à l’étage, au centre de l’édifice. Ce dernier point, qu’Ernest Will ignorait, me semble justement poser un problème dont la solution pourrait nous ramener au bâtiment A de Meydancıkkale. François Larché a bien indiqué que la restitution de cette partie centrale de l’édifice est celle qui reste le plus sujette à caution : on connaît les décors et leur agencement, mais les portes et la couverture sont plus difficiles à cerner. La salle centrale carrée d’Iraq Al-Amir, avec ses colonnes corinthiennes engagées, me semble peu compatible, elle aussi, avec une fonction résidentielle. Pour éclairer cet espace, François Larché a proposé, avec beaucoup de réserve et sans indice matériel, de restituer des fenêtres en périphérie. Le problème de l’éclairage n’en est plus un si l’on envisage une fonction cultuelle pour cette salle exceptionnelle dans le dispositif du palais. La colonnade intérieure engagée reproduit un dispositif que l’on retrouve au temple de Létô en Lycie, temple que l’on s’accorde maintenant à dater de l’époque de la domination lagide11.

Fig. 6. Restitution du bâtiment A, vue de la façade sud.

18On constate à ce moment que l’on a un bâtiment qui reproduit exactement l’organisation domestique, en façade, de Meydancıkkale, et que la partie médiane peut être interprétée comme un naiskos placé au centre d’une cour surélevée (Fig. 7). Cette explication a l’immense avantage de donner un sens à la double orientation de l’édifice, double orientation au nord et au sud dont l’explication donnée par E. Will est bien peu convaincante : une entrée pour le prince, une entrée, à l’opposé, pour les visiteurs. Je crains qu’il n’existe aucun exemple d’une telle opposition dans un palais connu par l’archéologie. À l’inverse, si nous avons d’un côté un accès aux appartements du prince, de l’autre un accès au petit temple placé au milieu de la cour surhaussée, nous constatons que le couloir en périphérique remplit à la fois sa fonction de mise en valeur de la salle cultuelle et de couloir coudé mettant en relation, mais à distance, les deux parties distinctes de l’édifice. E. Will parlait de « divagation » à propos des hypothèses identifiant un temple dans le bâtiment d’Iraq Al-Amir, mais ce n’est pas le cas ici – non plus à propos de l’édifice de Meydancıkkale – car il s’agit bien, avant tout, d’une résidence princière, ce qui n’exclut cependant pas la présence d’une zone à vocation religieuse. C’est un trait typiquement oriental, bien connu par les bit hilani, forme d’architecture qui se retrouve dans toute la région située entre nos deux édifices, que de considérer la concomitance de ces deux fonctions dans un même édifice. D’une certaine manière, la ressemblance que j’avais constatée il y a longtemps avec les plans de prytanées pourrait s’expliquer assez logiquement, puisque la fonction de ces bâtiments dans le monde grec était, somme toute, assez proche de celle de ces résidences-palais : accueillir pour une période limitée des hôtes de marque, et réserver un espace à vocation cultuelle : le foyer de la cité. Le prototype commun à ces deux types architecturaux est la maison à cour. Ernest Will a consacré plusieurs pages très éclairantes et très justes sur ce type de « demeure seigneuriale », appelée baris, dont le principe peut se retrouver dans un passé proche, par exemple les « châteaux » des rois de France, plus pavillons que véritables demeures, dont l’habitabilité est très limitée. Je n’ai pas retrouvé l’occurrence épigraphique de ce terme dont Ernest Will signale qu’on le trouve en Asie Mineure ; il aurait été intéressant de connaître le contexte de l’emploi de ce mot.

Fig. 7. Interprétation du palais d’Iraq Al-Amir avec une salle de culte à l’étage. Dessin de Fr. Larché modifié.

  • 12 M. Hengel, Jüdaism und Hellenism Studies in their encourters in Palestine during the Early helleni (...)

19Mes compétences ne me permettent pas de risquer la moindre hypothèse sur le culte auquel correspondrait la grande salle centrale d’Iraq Al-Amir, étant donné la complexité de la situation d’Hyrcan – prince hellénisé inféodé aux Lagides avant d’être la victime des nouveaux maîtres séleucides – vis-à-vis du clergé juif qui lui était hostile, mais je remarque que certains spécialistes, même récemment, ont envisagé cette possibilité12.

20Toutes ces observations montrent en tout cas l’intérêt de comparer les architectures palatiales issues du démembrement de l’empire d’Alexandre, où se retrouvent des influences croisées, macédoniennes et orientales, surtout dans ces régions qui, comme c’est le cas de la Cilicie de Meydancıkkale et la région d’Iraq Al-Amir, ont été l’enjeu continuel des luttes entre Lagides et Séleucides, chacun à leur manière dépositaire du rêve syncrétique d’Alexandre.

Notes

1 Je remercie Françoise Laroche, Anne Jacquemin, et François Larché qui tous trois m’ont apporté leur aide précieuse pour les questions abordées dans cet article.

2 Les fouilles étaient sous la direction conjointe de E. Laroche, alors directeur de l’Institut français d’Archéologie d’Istanbul et Raci Temizer, directeur du Musée des Civilisations Anatoliennes à Ankara. Le bâtiment A fut nettoyé en 1972, puis fouillé par A. Davesne en 1977, 1980 et 1987.

3 Mais nous verrons plus bas qu’aucun indice archéologique ne corrobore cette hypothèse.

4 Gülnar I, Le site de Meydancikkale, textes réunis par Alain Davesne et Françoise Laroche-Traunecker, Éditions Recherches sur les Civilisations, Paris 1998, 345

5 O. Casabonne, La Cilicie à l’époque achéménide, de Boccard, Paris 2004, 161, n. 655.

6 E. Will, F. Larché, Iraq al-Amir, le château du Tobiade Hyrcan, Geuthner, Paris 1991. Volume II, restitution et reconstruction.

7 E. Will, “Le château du Tobiade Hyrcan à Iraq Al-Amir”, Basileia. Die Paläste Der Hellenistischen Könige, Internationales Symposium in Berlin, vom 16.12 1992 bis 20. 12. 1992, 221-225.

8 La publication détaillée aurait dû se faire dans Gülnar III. Le bâtiment a néanmoins déjà été décrit à plusieurs reprises, soit dans des présentations générales du site, soit à l’occasion de travaux sur le trésor monétaire (cf. E. Laroche, A. Davesne, Les fouilles de Meydandjik près de Gülnar (Turquie) et le trésor monétaire hellénistique, CRAI 1981 (avril-juin), 362-363 et Gülnar II, Le trésor de Meydancıkkale, ERC, 1989), ou encore sur la place de la Cilicie dans l’empire achéménide (Casabonne, op. cit., 158-162).

9 A. Davesne, A. Lemaıre, H. Lozachmeur, “Le site archéologique de Meydancıkkale (Turquie) : du royaume de Pirindu à la garnison ptolémaïque”, CRAI 1987 (avril-juin), 379.

10 C’est par erreur qu'O. Casabonne écrit que l’édifice ne comportait pas de fenêtre, cf. Casabonne 2004, 160.

11 Cette datation, commune aux trois temples du Létoon, n’est pas celle qui est défendue par Chr. Le Roy dans sa publication récente du temple de Létô, mais nous reviendrons, avec J. des Courtils et L. Cavalier, sur cette question dans le volume des Fouilles de Xanthos que nous préparons, consacré à l’ensemble des trois temples.

12 M. Hengel, Jüdaism und Hellenism Studies in their encourters in Palestine during the Early hellenistic Period, Londres 1974, 1976, 272-277 ; H.P. Kuhnen, Palästina in grieschisch-römisscher Zeit, Munich 1990, 57-58.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Meydancikkale : le bâtiment A dans son environnement.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 2. Axonométrie de l’état du bâtiment A au moment des fouilles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende Fig. 3. Comparaison des plans du Qasr d’Iraq Al-Amir (Fr. Larché) et du Qasr d’Iraq Al-Amir (Fr. Larché) et du bâtiment A de Meydancikkale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4. Tracés directeurs en plan du bâtiment A.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25251/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 5. Restitution du bâtiment A, vue en plongée sur la cour.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25251/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 6. Restitution du bâtiment A, vue de la façade sud.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25251/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 7. Interprétation du palais d’Iraq Al-Amir avec une salle de culte à l’étage. Dessin de Fr. Larché modifié.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25251/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540