Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Quatrième partie. Les millets dans la vie politique : vivre ensemble ?

1908 : rétablissement de la Constitution et ouverture du champ politique

Texte intégral

  • 1 Boura K., « Les élections législatives dans l’Empire ottoman : les députés grecs 1908-1918 », DKMS(...)

1Le rétablissement du régime constitutionnel, suspendu depuis 1878, permet l’expression d’opinions renouvelant l’espace politique Les institutions prévoient, en effet, des élections législatives pour constituer une Assemblée unique. Le corps électoral est constitué de tous les sujets ottomans masculins, sans distinction de race ou de religion1. Soudain, la vie politique devient plus visible : elle n’est plus l’apanage du souverain.

  • 2 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 68, dp n° 115 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 24.VIII.08.
  • 3 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 160 du CGF, Blanc, à l’AF, du 14.VIII.08, « Entretien avec Nazim Bey (...)

2Le rétablissement de la Constitution, Meşrutiyet, a lieu le 23 juillet 1908, sous la pression d’officiers jeunes-turcs de l’armée de Macédoine, qui prennent le maquis. La IIIe armée menace de marcher sur Constantinople et de destituer le sultan si celui-ci ne rétablit pas le texte de 1876. Abdülhamit obtempère. Le Comité Union et Progrès de Salonique, qui a approuvé la sédition, n’est pas en mesure de prendre le pouvoir de suite. En revanche, il essaime dans tout l’Empire et crée des comités qui veillent à la réalité des changements à l’échelle locale. Ainsi, la libéralisation du régime amène le remplacement du vali de Smyrne. Reuf Paşa vient prendre la direction de la région. Le CUP local contrôle le nouvel administrateur ce qui inquiète Blanc : « [...] il serait réellement pénible pour ne pas dire dangereux d’être obligé de traiter avec un comité anonyme et de ne sentir devant soi aucune autorité responsable2 » Tout comme à Constantinople, le comité ne prend pas de responsabilités officielles, mais étend son influence. Blanc demeure d’abord mesuré dans ses comptes rendus : « Les membres du comité de Smyrne [...] semblent rechercher l’isolement et il est assez difficile de les rencontrer. D’ailleurs les noms des Jeunes-Turcs, qui composent le comité, ne sont pas connus du public3. »

  • 4 AYE-1908 / 111, dp n° 3756 du CGH, Evyéniadis, au MAE à Athènes, du 25.VII.-7.VIII.08.
  • 5 AYE-1908 / 111, dp n° 3566 du CGH, Evyéniadis, au MAE à Athènes, du 17-30.VII. 08.
  • 6 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 68, doc. cit. : « C’est ce que je me suis efforcé d’indiquer aujourd’hui mê (...)

3Le consul de Grèce, Evyéniadis, est plus inquiet : « Le comité agit de façon résolue, il inspire la crainte et constitue [à lui seul] tout pouvoir4. » Le consul hellène pense aussi que l’administration ottomane est surveillée par le CUP, que personne ne contrôle5. Evyéniadis avance que son emprise sur l’administration durera au moins jusqu’à l’élection d’une Assemblée ottomane, qui pourra alors contrôler le gouvernement du pays, en accord avec la Constitution. Mais la discrétion des agissements du CUP reste de règle plus tard. La liste exacte des membres du CUP local demeure une énigme pour les diplomates occidentaux. Néanmoins le consul de France semble un interlocuteur privilégié. Il faut convaincre Blanc que le mouvement en cours a des similitudes avec la République française. Celui-ci indique fréquemment qu’il a de bons contacts avec les membres du CUP local6.

  • 7 Boyadjian H., « La Fédération révolutionnaire arménienne dans la région de Smyrne », in Hayrenik, (...)
  • 8 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 116, dp n° 32 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 15.III.09, « Situation en A (...)
  • 9 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 72, dp n° 117 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 29.VIII.08, « Situation à S (...)

4La population smyrniote est, comme partout dans les villes de l’Empire, satisfaite du changement politique qui s’annonce. La révolution jeune-turque provoque une flambée d’ottomanisme. Les diverses communautés fraternisent ostensiblement dans la rue. Des slogans en différentes langues autochtones célèbrent l’avènement d’une ère nouvelle pour tous les groupes de population dans l’Empire. Le bazar de Smyrne, où tous se mêlent à la vie des affaires, est enthousiasmé par la nouvelle. Voici comment un membre de la FRA décrit la journée du rétablissement de la Constitution à Smyrne : « Sur mon chemin, de jeunes gens turcs, habillés magnifiquement, s’embrassaient et se félicitaient en criant Hürriyet. Les boutiques commençaient à pavoiser alors que les clameurs ôtaient des cœurs des hommes toute sévérité. Les cris de Ya.asın hürriyet, adalet s’élevaient au ciel. Enfin, le trône de la bête rouge était brisé, trente-deux ans après l’intronisation tyrannique du feu et du sang7. » Une des conséquences les plus populaires du rétablissement de la Constitution est la suppression des documents de voyage, teskere. La liberté de déplacement, celle de réunion et d’expression sont les bienvenues à Smyrne8. Cependant, Blanc, marié à une orthodoxe, reste un observateur sceptique de l’enthousiasme de nombreux Grecs pour cette révolution : « L’enthousiasme est parfois mauvais conseiller et j’avoue que je ne comprends pas très bien les raisons qui motivent cet enthousiasme de l’élément hellénique envers le nouveau régime. Y gagnera-t-il quelque chose ou y perdra-t-il beaucoup9 ? »

5L’ottomanisme demeure une constante rhétorique du régime, au moins jusqu’en 1913. Même une fois l’enthousiasme de 1908 évanoui, ce qui prend juste quelques mois, le personnel politique fait encore référence à une patrie ottomane commune à tous et à un projet politique commun à tous les citoyens de l’Empire constitutionnel. La visite à Smyrne du Président du Parlement, Ahmet Riza Paşa, en août 1910, permet de mettre en scène cet ottomanisme officiel, alors que bien des tensions entre communautés subsistent et que les désillusions quant à la nature du régime se sont déjà multipliées :

  • 10 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 21, dp n° 51 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 29.VIII.10, « Arrivée à S (...)

« Les députés de Smyrne Carolidès, Saïd Effendi et Jaco Effendi Devidas, le gouverneur général, M. Collot, ingénieur français de la Compagnie de Smyrne à Cassaba et prolongement [ferroviaire], et plusieurs notables de ma résidence étaient allés à Magnésie pour lui souhaiter la bienvenue. À la gare de Basmahané qui avait été élégamment pavoisée pour la circonstance, une manifestation des plus sympathiques l’a accueilli dès sa descente du train. M. Carolidès lui a dit au nom de tous combien la ville de Smyrne était heureuse de sa visite10. »

  • 11 Ibid.

6On voit au compte rendu du consul de France que les députés ottomans restent attachés à leur communauté ethno-religieuse. Ils ne représentent la nation ottomane qu’en théorie, leur appartenance communautaire prime. Le président de la Chambre des députés ottomane ne s’y trompe d’ailleurs pas non plus. Son après-midi est consacré en partie à des visites des chefs des communautés religieuses de la ville : « Le président a rendu, accompagné du président de la municipalité et du député de Smyrne, Saïd Bey, leur visite au métropolite, à l’archevêque arménien et au grand rabin11. » Il agit lui-même selon cette logique, puisqu’il s’associe le député musulman de Smyrne et le président de la municipalité. Les élus locaux musulmans sont plus proches du pouvoir que les autres.

  • 12 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 175 du CGF, Blanc, à l’AF, du 8.IX.08, « La Constitution en Turquie  (...)
  • 13 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 177 du CGF, Blanc, à l’AF, du 10.IX.08, « L’élément grec et le régim (...)
  • 14 Georgiadès D., La Régénération de la Turquie est-elle possible ?, Paris, 1909.
  • 15 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 177, doc. cit. Le vocabulaire de Blanc, notamment son usage du terme (...)

7Après les réjouissances publiques de juillet 1908, les Grecs orthodoxes expriment rapidement leur méfiance12. L’unité entre des groupes religieux, dont les séparations sont institutionnalisées et quotidiennement sensibles dans la vie sociale, ne se décrète pas. Il y a plusieurs opinions publiques ottomanes et non une seule. C’est bien la perspective d’exposition que choisissent les diplomates occidentaux. Malgré tout, on peut considérer l’ensemble ottoman, par enthousiasme, comme un ensemble national, car l’abolition de l’ancien régime hamidien satisfait l’ensemble des sujets : « [...] les Grecs rayas saluent avec joie le nouveau régime en ce qu’il les a débarrassés du régime de délation, de démoralisation et de terreur qui a opprimé la Turquie pendant de si longues années. À ce point de vue, ils sont disposés à marcher la main dans la main avec leurs compatriotes musulmans. Mais ceci n’est que le présent et c’est l’avenir qui les rend rêveurs13. » Des cercles grecs redoutent une régénération subite de l’Empire qui entraverait l’établissement, certains pensent plutôt à la résurrection, d’une Grèce chrétienne moderne aux dimensions byzantines14. Ces Grecs ottomans ne peuvent adhérer naïvement à la perspective de rénovation de l’Empire : « Pour eux quoi qu’il arrive, les musulmans, malgré leurs déclarations retentissantes et répétées, entendront rester toujours la race conquérante et, le jour où ils seront assez forts pour ne plus avoir besoin du concours de l’élément chrétien, ils n’auront d’autre objectif que celui de rétablir la “turcocratie” et de traiter en “conquis” leurs alliés de la veille15. » Le consul est on ne peut plus sceptique quant à la réalité du nationalisme ottoman. Il ne peut croire un instant à la viabilité de cette alternative. Il n’y a pas de nation ottomane dans les faits, selon lui, elle ne peut apparaître ainsi pour satisfaire quelques rêveurs. Les deux définitions de la nation, tant la « française » que l’« allemande », s’opposent à l’émergence d’une patrie ottomane. Les habitants de l’Empire sont ethniquement différents et se considèrent fermement comme tels. Leurs aspirations politiques divergent et sont déjà opposés à un projet fédérateur. Blanc voit nettement les limites de la fraternisation : « [...] l’élément grec se replierait sur lui-même et crierait facilement à la persécution si l’on venait jamais à proposer dans le futur parlement d’asseoir l’égalité de tous les “citoyens ottomans” sur la disparition ou même la diminution des privilèges appartenant aux différentes communautés. »

  • 16 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, dp n° 11 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 3.II.09, « Excitation entre (...)
  • 17 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 146, dp n° 110 du CGF, Dallemagne, au MAE à Paris, du 26.VII.09, « Fête nat (...)
  • 18 Ibid.

8L’enthousiasme de juillet 1908 laisse vite place au désenchantement après les élections. La presse grecque locale se détache du régime, dès le début de l’année 1909. Selon Blanc : « Les journaux grecs déclarent nettement qu’ils n’ont plus la moindre confiance dans le régime actuel, que l’autocratie du souverain a été purement et simplement remplacée par la tyrannie de petits potentats anonymes qui ne cherchent qu’à asservir l’élément chrétien. Ils déclarent, en outre, que du train dont les choses marchent, les complications les plus graves sont à prévoir16. » De même, la révolution a pris de court la Grèce. Sa médiocre information montre à quel point les deux États voisins sont déjà éloignés l’un de l’autre. En particulier, les officiels du royaume ne pensent pas, ni ne souhaitent, que l’Empire puisse avoir des ressources propres de rénovation. L’année suivante, toute illusion de concorde a disparu. Même si le nouveau régime tente de célébrer son instauration, il n’attire pas l’ensemble des sujets. Les Arméniens et les Grecs ne participent pas aux réjouissances, au contraire des juifs de Smyrne17. Il n’y a pas de position politique commune entre non-musulmans face au nouveau pouvoir. Le ralliement des juifs de Smyrne au régime constitutionnel n’étonne pas. Le sionisme est presque inexistant dans l’Empire. Sans projet national, il est dès lors compréhensible que le choix officiel soit l’adhésion aux nouvelles règles du jeu18.

  • 19 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 160, doc. cit. Nazim Bey se distingua notamment dans son rôle actif (...)

9Qui fait vraiment partie du nouveau « peuple ottoman » en pleine révolution « nationale » ? Les réponses sont très diverses. De nombreux courriers diplomatiques laissent comprendre qu’un glissement net est apparu. Aux populations multiples, aux différents « éléments » constitutif de l’ensemble ottoman, est venue se substituer une acception bien plus restrictive des mots « peuple » et « population », qui ne concernent plus, idéalement, que les musulmans turcophones. L’inspecteur général du CUP à Smyrne, le Dr Nazim Bey, parle à Blanc de ses seuls coreligionnaires comme étant membres de son peuple. Le CUP, mouvement qui se proclame proche de la Révolution française, hérite du poids de la définition religieuse de la nation en Orient et l’adopte. Il s’agit aussi de présenter une révolution faite par certains milieux militaires occidentalisés, souvent tièdes croyants, comme, au contraire, une révolution populaire au service des musulmans. Le CUP retaille le « peuple » ottoman selon sa seule dimension « musulmane », puis « turque ». Les autres sujets ottomans ne sont que des invités tolérés, résidents sur un territoire sur lequel ils n’ont aucun droit. L’offre de fraternité et d’égalité des droits prend des allures de statut octroyé, peu à même d’inspirer confiance. Le discours gomme ainsi l’autochtonie, entendons par là la légitime présence des peuples, anciennement conquis, dans l’Empire et à Smyrne, en particulier. Le Dr Nazim fait même un procès rhétorique détaillé des chrétiens de l’Empire, en esquissant, en creux, leur portrait collectif, après un long plaidoyer en faveur des musulmans. On ne peut compter sur eux, ils sont faibles, ils n’ont pas la ferme volonté des Ottomans musulmans, et ils sont de mauvaise foi [sic]. Seuls les Ottomans musulmans doivent être les véritables partenaires de l’Occident. Sous couvert d’ottomanisation de l’Empire, la nouvelle politique prend des allures de turcisation des populations non turques et d’une officialisation de l’Islam comme unique religion nationale. L’islam est dit « religion ottomane » par le Dr Nazim dès septembre 1908. Ainsi, la précarité du statut des chrétiens dans l’Empire de la révolution apparaît très tôt aux observateurs19.

ÉLECTIONS

  • 20 Ahmad F., The Young Turks, The Committee of Union and Progress in Turkish Politics 1908-1914, Oxfo (...)
  • 21 Ahmad F., op. cit., p. 27 : « Immédiatement après la révolution de juillet, le comité envoya des é (...)

10La Constitution ottomane prévoit des élections en deux temps. La première étape du processus électoral a lieu au suffrage universel masculin. Le régime désire installer un mode de scrutin qui, en raison des réalités communautaires, c’est-à-dire des différences de développement politique, pourrait mettre en danger la prééminence turque. Or les institutions parlementaires sont entièrement nouvelles pour le corps social, en particulier musulman. Le mode de scrutin est alors aménagé. Il s’agit d’élections indirectes. Les citoyens ottomans sont appelés à élire, dans chaque circonscription, de grands électeurs, qui procéderont ensuite à l’élection de députés. De facto, des candidats qui ne bénéficient pas du soutien du CUP ne peuvent qu’exceptionnellement être élus au Parlement20. Les différentes communautés n’ont pas de représentation proportionnelle à leur poids démographique. La population ottomane est fondue en un grand tout, du moins sur le papier, car la représentation des non-musulmans devra correspondre à des chiffres négociés entre le CUP et les autorités, patriarcats ou partis politiques, des communautés non-musulmanes. Implicitement, le CUP reconnaît que cette représentation ne peut tomber en dessous de minima. L’unicité du corps électoral est théorique, pour une autre raison. Le CUP ne laisse pas les non musulmans parvenir à un nombre de sièges qui pourrait mettre en cause la nature turque et musulmane de la majorité à l’Assemblée ottomane. Le découpage des circonscriptions n’avantage pas les chrétiens. Les Grecs sont concentrés sur les bandes littorales. Les Arméniens sont déjà mêlés aux muhacirs du Caucase et aux Kurdes. À ces principes vont s’ajouter les pratiques d’accord ou d’absence d’accord électoral entre le CUP et le Patriarcat œcuménique, pour les Grecs orthodoxes, et les partis arméniens. Les députés non musulmans sont sélectionnés par le CUP. On peut penser que les personnalités les plus fortes et les plus indépendantes sont ainsi exclues. Les élections ottomanes sont des élections très encadrées par le Comité, seule organisation à s’impliquer dans le processus électoral, en menant une action efficace sur l’ensemble du territoire ottoman21.

  • 22 Ahmad F., op. cit., p. 28, présente les Grecs comme les seuls insatisfaits du scrutin. Toutefois, (...)
  • 23 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 82, dp n° 192 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 7.X.08, « État des esprits (...)

11Malgré tous ces freins mis à l’expression de la volonté populaire, les vainqueurs du premier scrutin constitutionnel seraient surtout des chrétiens. La population chrétienne est consciente des enjeux d’une telle consultation et est familière de ces modes de consultation, qu’elle applique déjà dans ses propres institutions. Démocratiquement, l’Empire risque de se retrouver avec une classe dirigeante chrétienne22. Il s’agit d’une perspective inacceptable pour le Comité, qui va intervenir dans le processus de désignation des grands électeurs. Le CUP désire une démocratie, mais selon une forme nationale précise : musulmane mais surtout turque. L’intervention du CUP dans le déroulement de la consultation souligne les différences de développement politique entre les « éléments ». Les musulmans sont en 1908 les moins prêts à passer au régime constitutionnel et à être représentés par des élus, alors que cette révolution prétend avoir lieu en leur nom et à leur profit23. La population musulmane ne saisit pas, dans sa grande majorité, l’enjeu du changement de régime :

« Profitant du pouvoir considérable dont [les membres du comité] disposaient encore et de la soumission que leur témoignaient tous les fonctionnaires, ils procédèrent par voie d’oukases, annulant les premières élections, morcelant, séparant ou fondant ensemble, suivant leurs intérêts, les circonscriptions électorales et broyant l’élément chrétien au point que non seulement il lui devenait impossible de profiter du désarroi des musulmans pour acquérir une situation supérieure à celle qui devait lui être attribuée par son importance numérique, mais qu’il ne lui était même plus possible de conserver le nombre de sièges de députés auquel il avait droit. Les chrétiens eurent beau protester, les Jeunes-Turcs leur répondirent avec une superbe et un dédain qui leur fit vite comprendre que le Turc entendait rester le maître, le conquérant incontesté et qu’il faudrait se contenter de ce qu’il consentirait à accorder […].

  • 24 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 26 du ministre plénipotentiaire chargé du CGF, Blanc, à l’AF, du 15. (...)

Malgré la dureté et l’injustice dont firent preuve les Jeunes-Turcs à cette occasion, cet accord aurait pu, à la rigueur, servir de base à une entente future s’il avait été tenu de bonne foi. Mais j’ai dû, à l’époque, vous faire connaître la duplicité dont les Jeunes- Turcs firent preuve quand ils crurent n’avoir plus à compter avec les inquiétudes que leur causait la parti vieux-turc, leur manque de parole et leur mépris scandaleux de tous les engagements qu’ils avaient contractés24. »

  • 25 Boura, « Les élections législatives… », art. cit.

12L’intervention du CUP montre dans quelles limites les professions de foi démocratiques sont à prendre au sérieux. Il s’agit, plutôt que d’établir un régime démocratique, d’assurer une majorité écrasante de Turcs dans tous les rouages des nouvelles institutions. Le CUP fait passer la promotion de l’élément turc avant la démocratisation du régime. Ce test de sincérité ouvre les yeux des ralliés non musulmans à l’osmanlılık nouvelle. L’égalité entre groupes religieux et nationaux au sein du nouveau régime à bâtir est refusée de facto. À court terme, elle mettrait en danger la nature de l’État à construire. Les publicistes chrétiens et même le Patriarcat œcuménique dénoncent les irrégularités de scrutin, mais sans aucune conséquence25. Pour le consul général de France, le régime jeune-turc entretient l’équivoque envers la population musulmane. Le CUP a dû forcer la main au mécanisme électoral pour asseoir son pouvoir « national » et mobiliser un électorat indifférent, en usant de la rhétorique religieuse. Or la création d’une vie parlementaire, même imparfaite, n’est pas du tout équivalente à une fixation du droit ottoman selon un corpus immuable. C’est même du contraire qu’il s’agit. Blanc, se basant sur ses contacts avec des notables turcs, revient sur une prétendue incompatibilité du parlementarisme avec la culture turque :

« Les populations musulmanes des districts de l’intérieur seraient donc convaincues que la seule mission du Parlement ottoman est d’imposer au sultan et aux pouvoirs publics le respect absolu de la loi du “Chéri” de faire revivre cette loi dans toute son intégrité et d’entendre les prescriptions encore plus rigoureuses [...].

  • 26 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 26, doc. cit.

Or toujours, d’après mon interlocuteur, le jour où la loi du “Chéri” recevra la plus petite atteinte et où les musulmans se rendront compte que, sous le fallacieux prétexte du principe d’égalité qu’ils ne comprennent même pas, ils ne pourraient plus être considérés comme les “Maîtres” des populations conquises, mais simplement comme les égaux des “Giaours” il y aurait un soulèvement si général et si violent de la masse musulmane qu’en dehors des dangers qui s’ensuivraient pour la population chrétienne, l’irritation contre les députés serait telle que ceux-ci feraient bien de chercher refuge à l’étranger s’ils ne voulaient pas être exposés à tomber assommés sous les coups de bâton de leurs coreligionnaires26. »

13Blanc approuve les propos de ce notable. Il tend lui aussi à fixer la population turque dans un immobilisme qui empêche toute modernisation. Cet essentialisme a été démenti, car il n’y a pas eu de rétablissement de la şeriat, mais bien développement d’une pratique parlementaire. En revanche, la difficulté des relations politiques avec d’autres groupes ethniques ou religieux devra trouver une « solution » radicale, comme il le pressent bien. La régulation du rapport à l’Autre se fera alors, non selon une domination codifiée ou conventionnelle, voire de façon marginale pour des communautés résiduelles, mais par son éviction totale.

ASPECTS RÉVOLUTIONNAIRES

  • 27 AYE-1908 / 111, dp n° 3756 du CGH, Evyéniadis, du 25.VII.08 et 7.VIII.08.
  • 28 AYE-1908 / 111, dp n° 3566 du CGH, Evyéniadis, au MAE à Athènes, du 17.VII.08 et 30.VII.08.
  • 29 Skopetea E., L’Occident de l’Orient, images de la fin de l’Empire ottoman, Athènes, 1992 (gr.), p. (...)
  • 30 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 27 de CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 10.III.09, « Arrivée du nouveau vali, (...)

14Le changement de régime présente des aspects révolutionnaires. Il ne s’agit pas d’une simple restauration de la Constitution de 1876, mais d’une œuvre de longue haleine : « Le comité agit de façon décidée et inspire la crainte car il détient l’ensemble du pouvoir27. » L’administration change, sous le contrôle des activistes : « Le comité ici comme partout surveille l’activité des autorités et s’impose28 ». Il y a dyarchie des pouvoirs à Smyrne, à partir du rétablissement de la Constitution29. Le vali doit se soumettre au CUP. L’administration n’a pas les moyens de résister à cette structure politique. Le premier vali de la seconde période constitutionnelle n’a même pas l’ambition de conserver son pouvoir d’initiative et son indépendance : « [Reuf Paşa] s’est renfermé dans une inaction absolue, assistant en simple spectateur à la débâcle administrative de son vilayet30. »

  • 31 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 116, dp n° 32 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 15.III.09, « Situation en A (...)

15Le pouvoir du comité sort renforcé de la chute du vizir libéral, Kâmil Paşa, fin février-début mars 1909. Le nouveau vizir Hüseyin Hilmi Paşa dépend du bon vouloir du comité. La plupart des domaines administratifs passent sous le contrôle du CUP. Il se lance même dans une offensive pour dominer les institutions judiciaires : « Après avoir pendant quelques semaines fait mine de renoncer aux anciens errements et à leurs vieilles habitudes de corruption, les juges ne songent plus qu’à rattraper le temps et les bénéfices perdus [...]. Quant à la justice répressive, elle est, au moins dans la ville de Smyrne, entièrement à la discrétion du comité qui s’efforce [...] de mettre la main sur les autres tribunaux des districts de l’intérieur31. » Il se peut que Blanc exagère la situation. Il va bientôt changer de poste et cela l’amène à dramatiser les circonstances de son départ. Il est, en tout cas, conscient que le CUP est désireux d’abolir les Capitulations. Voir réduits les administrés du consulat au lot commun ottoman n’est pas une perspective qui le satisfasse. Au ton de ses missives, on comprend que la réalisation de ce projet est désormais vraisemblable.

  • 32 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 118 et suiv., dp n° 115, par Blanc, CGF, au MAE à Paris, le 24.VIII.08.
  • 33 Georgeon, Aux origines du nationalisme turc : Yusuf Akçura (1876-1935), Paris, 1980.

16À l’occasion du changement de régime, certaines catégories sociales profitent des nouvelles libertés pour investir l’arène politique. Le processus révolutionnaire est lent. Des troubles sociaux éclatent, en août 1908, dans la région. L’ordre social est mis en cause. Ces grèves posent des problèmes sociaux auxquels le régime hamidien laissait moins de latitude d’expression : « Les grèves continuent. Celles des débardeurs, des menuisiers, des conducteurs de tramways et de quelques autres corporations ont pris fin après accord entre employeurs et ouvriers. Celles des teinturiers et des filateurs battent leur plein. On annonce la mise en grève imminente des employés et ouvriers du chemin de fer de Cassaba qui serait suivie de la grève générale du chemin de fer d’Aïdin32. » Ces grèves ne sont pas uniquement à placer dans la perspective du mouvement national turc. Le rôle des non-musulmans a été décisif33. D’après Blanc, les grévistes sont souvent des non-musulmans menés par des non-Turcs. Dans quelle mesure ses appréciations sont-elles étayées, alors qu’il a surtout affaire aux notables ottomans ?

  • 34 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 118 et. suiv., dp n° 115, de Blanc, CGF, au MAE à Paris, le 24.VIII.08.

« [Les grèves] sont dirigées par quelques meneurs qui ne paraissent point désireux de trouver une sortie à ces conflits et qui ont tout intérêt à les prolonger pour satisfaire leurs ambitions personnelles et assurer le succès de leur candidature aux fonctions déjà enviées de député au futur Parlement ottoman. Ces meneurs sont pour la plupart des journalistes grecs rayas qui passent leur temps à haranguer la foule et à faire une réclame bruyante à leur profit34. »

  • 35 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 82, doc. cit.
  • 36 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, doc. cit. : « C’est ce même officier qui, lors des dernières grèves de (...)
  • 37 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 78, dp n° 129, de Blanc, CGF, au MAE à Paris, le 2.X.08, « Les grèves et la (...)
  • 38 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 78, doc. cit.

17La nature des mouvements en cours est peu claire pour Blanc. S’il compatit aux conditions de rétribution des ouvriers de la cité, il reste soucieux des intérêts des commerçants dont il représente les intérêts, et promet les plus grands déboires aux grévistes. L’étalement des grèves pendant l’été, alors que la saison commerciale bat son plein, l’inquiète au plus haut point. En octobre 1908 encore, les mouvements ne sont pas terminés et il les commente ainsi : « À Smyrne, c’est le gâchis le plus absolu et la situation n’y est pas sans offrir quelque danger35. » Blanc revient sur le rôle important des manœuvres italiens dans la Compagnie ferroviaire d’Aïdin qui organisent un lock-out général. Il est possible qu’il insiste sur l’identité italienne de ces ouvriers, en raison du contexte de concurrence éducative et religieuse, mais aussi économique et politique, que se livrent l’Italie et la France à cette époque. Après avoir été dépêchée par le vali Reuf, la force armée intervient contre les grévistes, alors qu’elle est placée sous la direction d’un officier d’origine caucasienne, E.ref, qui fait tirer sur la foule. Un badaud italien est tué. L’officier ne sera finalement pas sanctionné grâce à Enver Bey36. Une des revendications des grévistes est d’obtenir l’ottomanisation des cadres et le renvoi du personnel anglais37. À qui profiteraient ces renvois ? Que faut-il comprendre par « ottomanisation » ? Tous les protagonistes n’en avaient assurément pas la même représentation. Le soutien que le Comité Union et Progrès apporte aux grèves laisse penser qu’ottomaniser le personnel reviendrait à le turquiser. Mais il s’agit d’une perspective que les manœuvres non musulmans ne désiraient sûrement pas : « [...] le “Comité Union et Progrès” encourage les grévistes, et Enver Bey, le fameux héros de la Constitution actuellement à Smyrne, s’est rendu à la gare de la Compagnie d’Aïdin pour haranguer les soldats, leur reprocher d’avoir tiré sur leurs frères les ouvriers, et pour dégrader l’officier qui avait donné l’ordre de faire feu38. »

  • 39 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 116, dp n° 32 du CGF, Paul Blanc, au MAE à Paris, du 15.II.09, « Situation (...)
  • 40 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 68, doc. cit.

18Soutenir des grévistes alors que le vali Reuf est assailli de pressions occidentales pour que le travail reprenne revient à miner l’autorité du vali nouvellement nommé. Il sera d’ailleurs remplacé par une série de personnages qui ne feront pas long feu à leur poste, donnant l’impression aux consuls occidentaux que le vilayet est délaissé par le CUP. En fait, ce dernier soutient les grèves quand elles ont lieu au sein d’entreprises étrangères et se montre répressif quand des services publics sont mis en cause. D’une façon générale, après quelques mois, les libertés rétablies seront réduites, voire remises en cause39. Les grèves apparaissent comme un phénomène d’initiative chrétienne, qui attire la réprobation de la population musulmane, avide de travail salarié et qui ne comprend pas qu’on l’empêche de travailler : « Si par leur faiblesse ou leur inertie, [les autorités] laissent la situation s’aggraver, elles ruineront le marché et elles provoqueront en même temps le mécontentement de la population des campagnes qui forme cependant l’appui le plus considérable sur lequel doivent compter les comités jeunes-turcs40. » Des ouvriers musulmans sont prêts à prendre la place des ouvriers chrétiens grévistes, notamment des Italiens. Les conflits sociaux de type classique, opposant employés à employeurs, n’émergent que difficilement dans le contexte multiethnique. Si un millet fait défaut au consensus social et économique, un autre peut prendre sa place, d’autant plus facilement que ce sont les chrétiens qui forment la première main-d’œuvre moderne des entreprises de transport, par exemple. Leurs emplois sont enviables pour la population musulmane qui gagne mal sa vie à la campagne. Cette situation est défavorable à des mouvements panottomans, sur des lignes de partage de nature sociale stricto sensu.

RÉVOLUTION JEUNE-TURQUE ET NON-TURCS

  • 41 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 90, dp n° 147 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 29.X.08, « Situation en Asi (...)
  • 42 Kévorkian R., « Les massacres de Cilicie d’avril 1909 », p. 7-141, Revue d’histoire arménienne con (...)
  • 43 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 132, dp n° 43 de V. Carlier, au MAE à Paris, du 15.III.09, « Situation à Sm (...)
  • 44 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 133, dp n° 45 de V. Carlier, au MAE à Paris, du 29.IV.09. « La situation à (...)

19Le CUP ne ménage pas ses efforts pour essayer de présenter une Turquie nouvelle, faisant place à tous ses peuples, tant aux regards de l’Occident qu’à ceux de sa propre population. Mais, à l’automne 1908, il s’agit déjà d’une concorde de commande, qui peut durer le temps d’une manifestation, alors que les orthodoxes regardent depuis plusieurs décennies vers la Grèce. Blanc parle d’« impression sédative » laissée par une manifestation des enfants des diverses écoles organisée par le CUP, en octobre 190841. La nouvelle des massacres anti-arméniens de Cilicie, commis à partir du 14 avril 1909, parvient à Smyrne42. L’information circule vite grâce au réseau télégraphique. L’ampleur des pertes humaines, quelque 30 000 victimes et 10 000 orphelins, est peu à peu connue. Rien de semblable ne se produit à Smyrne. Cependant, l’inquiétude règne chez les chrétiens qui vont « faire des achats considérables d’armes chez les armuriers de la ville43 ». Par-delà les déclarations généreuses du CUP de juillet 1908, qui ont enthousiasmé dans l’Empire, la pratique du pouvoir laisse percevoir un tout autre dessein, car la responsabilité de ces massacres semble lui incomber, et non à la réaction hamidienne, comme on tente de le faire croire. Les Arméniens de Smyrne, qui pourtant ne cessent de se présenter comme de bons et loyaux sujets, se réjouissent ouvertement lors de la destitution du sultan : « Les Arméniens ont presque tous pavoisé [...]44. » Les souffrances arméniennes pendant l’ère hamidienne ne sont un secret pour personne. Les consuls occidentaux n’ont pas besoin d’expliquer davantage à quoi ils font allusion. Même si la communauté de Smyrne a été épargnée, elle prend conscience, une fois de plus, des déboires des Arméniens ailleurs et que beaucoup de ses membres se sentent solidaires de leurs co-nationaux, même lointains.

  • 45 HHStA-K-405, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, Merle, à l’AAH, Margrave Johann von Pallavicini, le (...)
  • 46 HHStA-K-405, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, Stumvoll, à l’AAH, Margrave Johann von Pallavicini, (...)
  • 47 Déclaration de Krikor Zohrab, homme de lettres et homme politique arménien ottoman, cité in Kévork (...)

20La vie collective des Arméniens de Smyrne ne se réduit pas, en effet, à la seule sphère philanthropique, mise en avant dans les monographies arméniennes. Ceux-ci expriment publiquement leur inquiétude. En septembre 1912, alors que les libéraux ottomans sont revenus au pouvoir à Constantinople, environ 1 500 Arméniens manifestent contre la situation dans les six vilayets orientaux, que le consul d’Autriche- Hongrie appelle d’ailleurs les provinces arméniennes. Les manifestants s’émeuvent des brutalités et des rapines kurdes commises à grande échelle, et de la passivité des pouvoirs publics. Ils adoptent des résolutions de protestation, qu’ils envoient par télégraphe au grand-vizir, Kâmil Paşa, au ministre de la Guerre, au ministre de l’Intérieur et au Şeyhülislam, ainsi qu’au vali de Smyrne, Re.id Bey45. Malgré les inquiétudes, des éléments de la vie constitutionnelle demeurent inchangés. Smyrne reçoit la visite de leaders arméniens de premier plan comme Agnouni, cadre dirigeant de la FRA46. Au cours de sa visite, ce dernier adopte une grande liberté de ton lors d’entretiens qu’il a, en août 1913, avec le consul d’Autriche-Hongrie, auquel il ne cache pas la désillusion des Arméniens ottomans envers le régime constitutionnel. C’est une opinion largement répandue dans des cercles extérieurs à la FRA : « Il serait un peu naïf de croire que dans ce pays par la simple proclamation de la Constitution, on allait modifier l’état d’esprit général de la population ottomane, à savoir que le chrétien ne peut être considéré comme l’égal du musulman, qui est le seul à avoir des droits47. »

  • 48 Les deux termes continuent d’avoir des rapports étroits dans une république laïque, mais dont la p (...)
  • 49 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, doc. cit.
  • 50 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 177, doc. cit.
  • 51 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 148, dp n° 114 de Dallemagne, au MAE à Paris, du 31.VII.09, « La fête du 23 (...)

21Le nationalisme turc n’est pas un phénomène créé ex nihilo, il modifie mais prolonge aussi le sentiment d’identité collective musulmane48. Le discours du « nationalisme musulman » est utilisé pour créer le nationalisme turc. Il y a filiation entre les deux moments. L’hostilité envers les non-musulmans des Vieux-Turcs comme des Jeunes-Turcs est la même, selon le consul de France49. Les changements idéologiques en cours ne transforment pas la situation ambiguë des non-musulmans et non-Turcs dans le pays50. À terme, les chrétiens ne peuvent rester les alliés du CUP. Les déclarations programmatiques de turquification future sont claires. Que ne les prend-on au sérieux51 ? Blanc fait peut-être preuve de pessimisme. Le Coran, selon lui, empêche tout rapprochement. Il s’agit d’un pessimisme foncier quant aux possibilités de vie commune entre gens différents. Des courriers parlent désormais de tensions ouvertes entre communautés, qui attestent la suspicion dans laquelle les uns tiennent les autres et les rumeurs qui circulent et fragilisent le lien social ottoman. Des incidents éclatent même à proximité de Smyrne. Leurs causes peuvent sembler des plus triviales. Ainsi, en janvier 1909, le couvre-chef devient le centre de fixation de crispations identitaires, qui sont centrales pendant cette période de redéfinition du régime politique. Pourtant, le fez des Tanzimats est-il vraiment la coiffure nationale ottomane quand il est fabriqué en Autriche-Hongrie ?

« [À Sevdiköy] alors que les gens étaient ramassés sur la place principale pour assister à la représentation d’un acrobate quelconque, un gamin poussa avec son pied le fez qui était tombé de la tête d’un spectateur.

  • 52 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 95, dp n° 5, CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 25.I.09, « Conflit sanglant à S (...)

Un gendarme, présent sur les lieux, maltraita ce gamin et voulut l’arrêter quand un des spectateurs lui fit observer que ce n’était vraiment pas la peine pour une simple plaisanterie d’employer des moyens aussi violents.- il aurait pu d’ailleurs ajouter qu’il y a quelques semaines à peine, des bandes de musulmans poursuivaient sur les quais de Smyrne tous les passants porteurs d’un fez, déchiraient ou jetaient à la mer leur coiffure et que les agents de la police smyrniote regardaient complaisamment ce jeu tant soit peu brutal52. »

  • 53 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, dp n° 11 de Blanc, CGF au MAE à Paris, du 3.II.09, « Excitation entre T (...)

22Les gendarmes tirent sur la foule à Sevdiköy. Des villageois musulmans veulent se joindre aux gendarmes. Un village proche, Gerece, désire se lancer à l’assaut du village chrétien. Des notables musulmans, de fait les instances raisonnables dans le corpus des courriers diplomatiques, arrêtent la foule excitée. Des attaques ponctuelles ont lieu dans les environs de Smyrne et l’horizon d’attente des Grecs orthodoxes s’assombrit53. Remarquons que les curieux de Sevdiköy, vraisemblablement grecs orthodoxes, n’ont pas peur de reprendre le gendarme indélicat, ce qui indique la nature du rapport de force local, même si la police de Smyrne laisse faire des « agents musulmans », selon la formule de Blanc, qui se livrent à la chasse aux fez dont bien des porteurs sur les quais devaient être non musulmans. Les deux situations indiquent que la force publique n’est pas neutre dans le champ social et qu’elle tient à protéger, au prix d’excès, des symboles d’affiliation à la nation ottomane ou déjà turque, dont la signification n’est pas encore la même pour tous ses membres !

  • 54 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 155, dp n° 133 de Dallemagne, au MAE à Paris, du 17.VIII.09, « Situation à (...)

23Lors du nouveau rebondissement de l’affaire crétoise, après la déclaration unilatérale d’Henôsis de 1908, les musulmans se liguent contre l’ensemble Grecs ottomans et Grecs du royaume. Le consul général de France reçoit des nouvelles alarmantes d’Adalya. L’agitation politique prend des formes modernes de meetings, qui sont alors organisés dans les cours des mosquées. Le boycottage vise indifféremment les deux ensembles. La population turque défie ouvertement ses voisins grecs orthodoxes. Le boycottage est organisé par le Comité Union et Progrès selon l’agent consulaire de France à Adalya54.

Notes

1 Boura K., « Les élections législatives dans l’Empire ottoman : les députés grecs 1908-1918 », DKMS, t. IV, 1983 ; Boura C., « The Greek Millet in Turkish Politics : Greeks in the Ottoman Parliament (1908-1918) », in Gondicas Dimitri et Issawi Charles (dir.), Ottoman Greeks in the Age of Nationalism : Politics, Economy, and Society in the Nineteenth Century, Princeton, 2000.

2 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 68, dp n° 115 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 24.VIII.08.

3 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 160 du CGF, Blanc, à l’AF, du 14.VIII.08, « Entretien avec Nazim Bey ».

4 AYE-1908 / 111, dp n° 3756 du CGH, Evyéniadis, au MAE à Athènes, du 25.VII.-7.VIII.08.

5 AYE-1908 / 111, dp n° 3566 du CGH, Evyéniadis, au MAE à Athènes, du 17-30.VII. 08.

6 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 68, doc. cit. : « C’est ce que je me suis efforcé d’indiquer aujourd’hui même au vali et aux amis que je compte parmi les membres du comité. »

7 Boyadjian H., « La Fédération révolutionnaire arménienne dans la région de Smyrne », in Hayrenik, Boston, XI.58, p. 81. Les clameurs veulent dire : « Vive la liberté ! Vive la justice ! »

8 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 116, dp n° 32 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 15.III.09, « Situation en Asie Mineure ».

9 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 72, dp n° 117 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 29.VIII.08, « Situation à Smyrne ». Là encore, l’utilisation que fait Blanc de l’adjectif « hellénique » relève de l’usage du terme en langue grecque moderne. Il veut en fait parler de l’ensemble des Grecs à Smyrne, tant les Rums que les Hellènes installés en Asie Mineure et non des seuls Hellènes. Ce lapsus linguae indique clairement que pour ce diplomate, l’humanité est divisée en ensembles nationaux anhistoriques.

10 AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 21, dp n° 51 du CGF, Colomiès, au MAE à Paris, du 29.VIII.10, « Arrivée à Smyrne du président de la Chambre des députés, Ahmet Riza Bey ».

11 Ibid.

12 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 175 du CGF, Blanc, à l’AF, du 8.IX.08, « La Constitution en Turquie ».

13 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 177 du CGF, Blanc, à l’AF, du 10.IX.08, « L’élément grec et le régime constitutionnel ».

14 Georgiadès D., La Régénération de la Turquie est-elle possible ?, Paris, 1909.

15 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 177, doc. cit. Le vocabulaire de Blanc, notamment son usage du terme « turcocratie », indique bien sa proximité avec le monde grec moderne.

16 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, dp n° 11 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 3.II.09, « Excitation entre Turcs et Grecs ».

17 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 146, dp n° 110 du CGF, Dallemagne, au MAE à Paris, du 26.VII.09, « Fête nationale ottomane du 23 Juillet à Smyrne ».

18 Ibid.

19 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 160, doc. cit. Nazim Bey se distingua notamment dans son rôle actif lors de la destruction systématique du monde arménien ottoman. Ses propos de 1908 sont des plus sincères.

20 Ahmad F., The Young Turks, The Committee of Union and Progress in Turkish Politics 1908-1914, Oxford, 1969, p. 28 : « [...] il était difficile de gagner un siège sans son soutien. »

21 Ahmad F., op. cit., p. 27 : « Immédiatement après la révolution de juillet, le comité envoya des émissaires dans les provinces pour expliquer la nature du mouvement et mettre sur pied des organisations pour assurer l’élection de ses candidats. »

22 Ahmad F., op. cit., p. 28, présente les Grecs comme les seuls insatisfaits du scrutin. Toutefois, il cite Hüseyin Cahit Yalçin, qui affirme : « Si le CUP n’était pas intervenu dans les élections à Istanbul, on peut douter du fait qu’il y eût un seul député turc élu là-bas. [...] Les Grecs étaient très bien organisés et avaient une longue expérience des processus électoraux. »

23 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 82, dp n° 192 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 7.X.08, « État des esprits dans ma circonscription consulaire ».

24 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 26 du ministre plénipotentiaire chargé du CGF, Blanc, à l’AF, du 15.II.09, « La population musulmane et le “Chéri” ».

25 Boura, « Les élections législatives… », art. cit.

26 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 26, doc. cit.

27 AYE-1908 / 111, dp n° 3756 du CGH, Evyéniadis, du 25.VII.08 et 7.VIII.08.

28 AYE-1908 / 111, dp n° 3566 du CGH, Evyéniadis, au MAE à Athènes, du 17.VII.08 et 30.VII.08.

29 Skopetea E., L’Occident de l’Orient, images de la fin de l’Empire ottoman, Athènes, 1992 (gr.), p. 166.

30 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 27 de CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 10.III.09, « Arrivée du nouveau vali, situation actuelle ».

31 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 116, dp n° 32 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 15.III.09, « Situation en Asie Mineure ».

32 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 118 et suiv., dp n° 115, par Blanc, CGF, au MAE à Paris, le 24.VIII.08.

33 Georgeon, Aux origines du nationalisme turc : Yusuf Akçura (1876-1935), Paris, 1980.

34 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 118 et. suiv., dp n° 115, de Blanc, CGF, au MAE à Paris, le 24.VIII.08.

35 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 82, doc. cit.

36 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, doc. cit. : « C’est ce même officier qui, lors des dernières grèves de Smyrne, fit tirer ses soldats, sans raison apparente, sur le peuple, tua un Italien se trouvant sur la place en simple spectateur et qui, arrêté de ce chef, fut grâcié par Enver Bey lui-même, le héros de la liberté. »

37 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 78, dp n° 129, de Blanc, CGF, au MAE à Paris, le 2.X.08, « Les grèves et la situation à Smyrne » : « Les grévistes dirigés par une vingtaine de manœuvres pour la plupart italiens maintiennent énergiquement leurs demandes de renvoi du directeur et de tous les hauts fonctionnaires anglais de la compagnie. »

38 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 78, doc. cit.

39 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 116, dp n° 32 du CGF, Paul Blanc, au MAE à Paris, du 15.II.09, « Situation en Asie Mineure ».

40 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 68, doc. cit.

41 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 90, dp n° 147 du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 29.X.08, « Situation en Asie Mineure ».

42 Kévorkian R., « Les massacres de Cilicie d’avril 1909 », p. 7-141, Revue d’histoire arménienne contemporaine, t. III, n° spécial, La Cilicie (1909-1921), des massacres d’Adana au mandat français, 1999.

43 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 132, dp n° 43 de V. Carlier, au MAE à Paris, du 15.III.09, « Situation à Smyrne ».

44 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 133, dp n° 45 de V. Carlier, au MAE à Paris, du 29.IV.09. « La situation à Smyrne, avènement du nouveau sultan ».

45 HHStA-K-405, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, Merle, à l’AAH, Margrave Johann von Pallavicini, le 10.IX.12, « Meeting d’Arméniens ».

46 HHStA-K-405, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, Stumvoll, à l’AAH, Margrave Johann von Pallavicini, le 16.VIII.13, « À propos d’un entretien avec un chef de parti arménien Agnouni ».

47 Déclaration de Krikor Zohrab, homme de lettres et homme politique arménien ottoman, cité in Kévorkian et Paboudjian, op. cit., p. 32. En d’autres termes, Davison, op. cit., ne dit pas autre chose sur la permanence des représentations des musulmans envers les non-musulmans, qui freine le processus des réformes dans l’Empire.

48 Les deux termes continuent d’avoir des rapports étroits dans une république laïque, mais dont la population non musulmane a été réduite à moins d’un pour-cent de la population totale.

49 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, doc. cit.

50 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 177, doc. cit.

51 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 148, dp n° 114 de Dallemagne, au MAE à Paris, du 31.VII.09, « La fête du 23 Juillet à Mételin ».

52 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 95, dp n° 5, CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 25.I.09, « Conflit sanglant à Sewdikeuy, l’antagonisme de l’élément grec et musulman ».

53 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 97, dp n° 11 de Blanc, CGF au MAE à Paris, du 3.II.09, « Excitation entre Turcs et Grecs ».

54 AMAEF-CPC-NS-69, f. n° 155, dp n° 133 de Dallemagne, au MAE à Paris, du 17.VIII.09, « Situation à Adalia ».

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search