Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Quatrième partie. Les millets dans la vie politique : vivre ensemble ?

Vie politique apparemment atone sous Abdülhamit

Texte intégral

  • 1 L’usage d’« élément » fait partie des termes métaphoriques fréquents dans les courriers diplomatiq (...)

1Le champ politique est particulier dans une ville de l’Empire tardif, État non démocratique, où la population n’est pas une, mais constituée d’« éléments », selon l’usage linguistique de l’époque1. Que faut-il alors entendre par « champ politique » ? Il s’agit des modes de gouvernement de la région, ainsi que des éléments d’association des communautés à l’exercice du pouvoir. Il n’y a pas de forum politique ni de citoyens et encore moins de citoyennes. La culture du débat contradictoire et de la prise de décision négociée est limitée. L’idée même d’affaires concernant l’ensemble des habitants de Smyrne, indépendamment de la religion qu’ils pratiquent, ou de la catégorie sociale à laquelle ils appartiennent, est saugrenue. Mais si le cadre et les conditions du politique sont spécifiques, celui-ci n’en existe pas moins.

2La vie politique dans l’Empire hamidien est obstruée par la suspension de la Constitution de 1878, alors qu’elle a été rédigée par Midhat Paşa en décembre 1876. Le politique s’articule à deux niveaux différents. Tout d’abord, la grande politique d’Empire, domaine réservé du sultan et de son administration centrale à Babı Âli. La désignation du vali d’Aydın relève de ce domaine, dont on ne traite pas ici. Ensuite, il faut considérer un espace local et communautaire où une certaine décentralisation administrative et le respect de processus électoraux sont attestés dans la vie des non-musulmans. Il s’agit de petites négociations et du règlement d’affaires courantes, pour lesquelles les millets essaient de s’arranger avec l’autorité locale. Les dignitaires des millets non musulmans sont attachés à l’administration des vilayets. Ils siègent à l’ İdare meclisi, à majorité musulmane toutefois, à Smyrne la non-musulmane, comme partout ailleurs dans l’Empire.

L’ORGANISATION POLITIQUE COMMUNAUTAIRE

  • 2 Règlement organique de la communauté orthodoxe de Smyrne, 1878.
  • 3 CEAM, ATO, Kokaryalı, IÔN 6, Alexandros Kitharas, né environ en 1900, à Kokaryalı, int. en 1962, à (...)
  • 4 Ibid., f. n° 38.
  • 5 Anagnôstopoulou S., Asie Mineure, du xixe siècle à 1919, les communautés grecques orthodoxes, du m (...)
  • 6 AMAEF-AT-CES-1895-1898, dp n° 14 du CGF, Hansy, à l’AF, Cambon, du 24.III.98. Dans ce courrier, l’ (...)
  • 7 Le taghagan est le représentant élu des Arméniens habitant un quartier donné. C’est toujours ce vo (...)
  • 8 Il s’agit des Yeniki Kanonismi, ou Règlements généraux orthodoxes, promulgués en 1862, et de l’azk (...)

3Le champ politique est organisé, à la base, au sein des communautés2. C’est à ce niveau qu’a lieu une vie politique plus ouverte. À la tête de chaque communauté locale, on élit un muhtar : « C’est un moukhtar qui administrait Kokaryalı et une commission pour les affaires de l’église et de l’école. Le moukhtar ainsi que la commission étaient nommés tacitement par le prélat, mais l’on faisait des élections formelles et ils étaient élus par acclamation3. » Le système communautaire est certes représentatif, mais sa nature démocratique est limitée. Tout discours vantant l’avancée démocratique des non-musulmans dans l’Empire est à relativiser. Les familles importantes locales monopolisent les fonctions électives. Les conditions à remplir pour se présenter à des élections et y être électeurs sont fortement restrictives : « Pour que quelqu’un devienne moukhtar, il fallait qu’il soit enfant du pays, qu’il soit du lieu. Il fallait qu’il ait quelque fortune immobilière. On ne pouvait être élu si l’on était commerçant ou artisan. Ils préféraient toujours élire leurs moukhtars ou commissaires dans les bonnes maisons, les familles célèbres qui n’avaient jamais commis d’action honteuse4. » Leur élection est d’ailleurs validée par le prélat orthodoxe, le despote, qui décide en dernier ressort des résultats de cette élection. La démogérontie est l’institution de base de l’organisation politique5. Elle est étroitement liée à un quartier ou une petite agglomération. Elle est liée également à la présence d’une église et d’une paroisse. La communauté locale, quand elle est assez importante, élit également une démogérontie. Peu importe la religion de la communauté considérée. Sur le fond, le système demeure analogue. Les musulmans élisent un ihtiyar meclisi6, les Arméniens apostoliques un conseil de quartier, constitué de taghagans7. Le système est plus formalisé chez les non-musulmans, à mesure que ceux-ci se dotent, sur l’invitation du pouvoir, de règlements internes qui institutionnalisent sécularisation et modernisation au sein des grands ensembles chrétiens de l’Empire8.

  • 9 AMAEF-AT-CES-1903-1906, dp n° 163 du CGFS, Blanc, à l’AF, du 12.XII.03, « Excès des agents du fisc (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.

4Les institutions locales ne sont pas toujours respectées par l’administration, en particulier en dehors des centres urbains. Le consul de France est informé de la situation à l’intérieur de sa circonscription par son réseau d’agents, qui ne manquent pas de lui rapporter tout dysfonctionnement. La situation à Ayvalık, en particulier, préoccupe les diplomates français9. Au début du xxe siècle, selon l’agent consulaire, Sapunzoglou, « la population d’Aïvaly commence à avoir une existence très dure à cause des demandes réitérées du Trésor et des agissements violents et arbitraires des agents du fisc10 ». Ces errements sont dus à des dissensions entre fonctionnaires locaux, mais aussi à d’instructions venues de haut lieu. Le kaymakam, Hasan Bey, ne peut résister aux pressions du mutasarrıf de Balıkesir qui exige toujours plus d’impôts. Si le kaymakam désire ménager ses administrés, on le soupçonne de se faire l’« avocat des Aïvaliens ». Le paiement du bedel (impôt de dispense militaire) et du vergi (impôt foncier) est à renouveler en tant qu’avance pour les années à venir. La famille restée sur place doit s’acquitter des impôts de parents émigrés11.

  • 12 Ayvalık-Cydônie était un port orthodoxe, fondé à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle (...)
  • 13 AMAEF-AT-CES-1903-1906, dp n° 15 du CGF, Blanc, au ChAfF, du 2.II.14, « Situation politique à Aïva (...)
  • 14 Selon B. Lory, une ville balkanique comme Manastır-Bitola reçoit la visite de tels inspecteurs tou (...)

5Les moyens utilisés sont la menace et la saisie violente, alors que les hommes sont au travail. Les récalcitrants sont soupçonnés de manquer de foi en la parole du Padişah. Les zaptiyes accompagnent les agents du fisc lors de ces tournées, auxquelles le muhtar orthodoxe n’est pas convié. Sapunzoglou s’interroge sur la situation dans l’intérieur des terres, où les puissances n’ont aucun moyen d’être informées et se hasarde à penser que si, même à Ayvalık, à 150 km de Smyrne, la population est aussi mal traitée, alors que le pouvoir local se sait observé, les exactions doivent être de règle ailleurs. Il faut un courage certain à la démogérontie et la certitude que les puissances peuvent intervenir pour empêcher abus et répression, pour protester ouvertement12. C’est ce qui est fait par l’envoi d’un takrir, soit une motion officielle, au kaymakam, qui le fait remonter au vali de Brousse. L’agent consulaire se garde de mettre en cause le pouvoir impérial lui-même, mais estime que ces méfaits sont à attribuer à des inimitiés entre fonctionnaires territoriaux13. Ce courrier met en évidence que l’administration ottomane est mal contrôlée par le pouvoir central et que les conflits de personnes peuvent en gêner la bonne marche, en particulier aux frais des sujets non musulmans. Les structures locales ont bien du mal à empêcher les méfaits de se produire, mais elles ont aussi, dans certains lieux au moins, recours à leur disposition. La visite d’inspecteurs du pouvoir central est rare14. Les courriers de l’agent, lui-même orthodoxe, sont aussi au nombre des recours informels possibles.

POUVOIR CENTRAL ET ADMINISTRATION LOCALE

6Le sultan choisit soigneusement l’administrateur qu’il nomme vali à Smyrne. Ainsi Midhat Paşa, ancien grand vizir tombé en disgrâce, vient administrer la ville en 1881. En 1897, le sultan nomme Kâmil Paşa, ancien grand vizir lui aussi, originaire de Chypre, comme vali. Les hommes nommés à ce poste de responsabilité sont souvent polyglottes et sont des administrateurs confirmés de tendance libérale, car ils doivent être à l’aise dans cette ville ouverte sur le monde. Le vali est entouré par un conseil administratif, au sein duquel siègent tous les dirigeants religieux du vilayet. Le métropolite, le grand rabbin, l’archevêque arménien apostolique, mais aussi l’archevêque catholique et bien sûr le müftü de Smyrne sont membres de ce conseil.

  • 15 AMAEF-AT-CES-1880-1889, dp du CGF, Champoiseau, à l’AF, Comte de Montebello, du 21.VII.87, « Fin d (...)
  • 16 Ibid.

7La population est représentée a minima par ses leaders religieux. Le système contribue à aiguiser les antagonismes dans la population ottomane sur des bases confessionnelles. Les rapports entre quelques notables prennent une importance extrême, puisque ce sont les seuls qui forment la vie politique reconnue. Des face-à-face personnels peuvent avoir lieu dans le cadre confiné de tels conseils qui n’ont pas grand-chose à voir avec la vie des gens ou les tensions sociales, censées être au centre des réunions. Par exemple, en 1887, un refroidissement entre le métropolite grec orthodoxe Basile et le vali de Smyrne Nazif Paşa provoque une mobilisation des primats grecs de l’Empire, puis l’intervention à Smyrne d’un notable orthodoxe de Constantinople, Dimitrakis Yenidünya, pour que la querelle cesse. La réconciliation a lieu à l’Hôpital orthodoxe de la ville. Le vali s’y rend en même temps que le métropolite et les membres orthodoxes des conseils du vilayet, qui ont cessé de siéger depuis le rudoiement du métropolite par le vali : « Celui-ci a manifesté au prélat grec ses regrets de s’être laissé aller à un mouvement de mauvaise humeur mis sur le compte de la surexcitation maladive causée par l’extrême chaleur et les fatigues d’un travail excessif, et la réconciliation s’est ainsi opérée à la grande satisfaction de tous les Grecs du pays, sujets ottomans ou sujets hellènes15. » La collaboration des élites grecques au maintien du statu quo ottoman importe aux autorités. Même si les conseils ne sont pas en mesure de prendre des décisions sans l’aval du vali, la présence des membres orthodoxes leur assure une légitimité. Les apparences doivent être sauvegardées, car les Occidentaux surveillent la bonne marche des institutions et sont prêts à s’ingérer dans les affaires de l’Empire. Mais la réconciliation obtenue entre le vali et le prélat ne satisfait qu’une partie de la population. Les musulmans, selon le consul de France, sont marris des excuses de l’administrateur16. Un bon vali doit se maîtriser, même par grande chaleur, ou s’il ne se maîtrise pas, il doit savoir imposer ses humeurs sans s’exposer aux armes symboliques de ses adversaires. À la fin du xixe siècle, les prélats orthodoxes ne sont pas dépourvus de moyens de pression, lorsque les règles sont remises en cause par un fonctionnaire.

  • 17 Mantran, Histoire d’Istanbul, op. cit., Paris, 1996, p. 306.
  • 18 Serçe E., La Municipalité à Izmir des Tanzimats à la République (1868-1945), Izmir, Dokuz Eylül Ya (...)
  • 19 DJB-53 742, Rapports annuels du consulat impérial à Smyrne et de l’agence consulaire de Pergame, t (...)
  • 20 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 110, du CGF, Pellissier, à Fournier, AF, « La tranquillité est rétab (...)
  • 21 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 154, dp n° 162 de Dallemagne en charge du CGF, au MAE, du 9.VIII.09, « Les (...)
  • 22 AMAEF-AT-CES-1874-1891, dp n° 7 de Pellissier, CF, au baron de Wismes, ChAfF, du 6.XII.84, « Inspe (...)
  • 23 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 48 du CGF, Blanc, à l’AF, du 28.III.08, « Destitution du defterdar » (...)

8Smyrne est une des villes de l’Empire dotées d’une municipalité. Il s’agit d’un organisme créé sur le modèle de Galata-Péra17. Il voit le jour, deux ans après celui-ci, à la fin des années 186018. Les consuls européens observent son fonctionnement. Il représente les communautés qui possèdent des biens immobiliers dans la ville. Le consul allemand décrit ainsi son fonctionnement : « La municipalité, composée de deux entités – la première doit s’occuper du quartier mahométan, pendant que la seconde doit administrer les quartiers habités par les Grecs, les Européens, etc. –, compte, hormis les présidents, deux fois cinq membres, élus parmi les sujets turcs. Malheureusement, on n’est pas encore parvenu à assurer des représentants aux protégés étrangers au conseil municipal qui les intéresse19. » La division de la ville en deux « cercles » explique que parfois les diplomates parlent de deux municipalités20. Les statuts précisent qu’un musulman préside l’organisme, qui est courtisé par les intérêts occidentaux, en raison de ses compétences d’aménagement urbain. En 1909, le président déclare vouloir « améliorer l’état de la ville de Smyrne par l’organisation d’une voirie ; la régularisation des rues et la construction de différents édifices d’intérêt municipal ». Les Italiens et les Français sont au coude à coude pour s’emparer de ces marchés21. La municipalité de Smyrne est souvent évoquée pour sa corruption et sa mauvaise gestion22. Elle n’inspire aucun respect au consul de France, Blanc. Sa présidence ne sert qu’à s’enrichir. Blanc trouve choquant que la présidence soit musulmane alors que l’islam est minoritaire à Smyrne. Cependant, ces quelques éléments de système électif peuvent mettre en échec, temporairement, le système discrétionnaire des nominations impériales23.

  • 24 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 46 du CGF, Rougon, à l’AF, Cambon, du 17.XI.91, « Impôt foncier ».
  • 25 AMAEF-CPC-NS-67, f. n° 49, dp n° 11 du CGF, Guillois, au MAE à Paris, du 31.V.99, « Au sujet des r (...)

9Le rôle de la municipalité de Smyrne est de procéder à certains aménagements urbains, notamment l’entretien de la voirie, et pour cela, elle perçoit un impôt foncier. L’emprise des ressortissants étrangers sur l’immobilier de Smyrne est prédominante. Pour autant, il n’y a pas de droit commun à tous puisqu’il y a plusieurs statuts de propriétaire foncier. Cependant, les puissances sont en mesure d’exiger que leurs ressortissants propriétaires immobiliers, soient consultés pour fixer le montant de l’impôt. En 1874-1882, une commission de fixation de l’impôt immobilier est organisée. Mais les propriétaires européens se désintéressent de la commission, entraînant ainsi l’intervention des consuls européens24. La municipalité se mobilise aussi pour faire face à des situations exceptionnelles. Elle essaie d’accueillir des réfugiés musulmans, chassés de territoires perdus par l’Empire ou sur le point de l’être25.

  • 26 HHStA-K-405, dp du CGAH, Stumvoll, à l’AAH, du 16.VIII.13, « Meeting massif à Smyrne dû au danger (...)
  • 27 Ilbert R., Alexandrie 1830-1930, histoire d’une communauté citadine, t. I, Paris, 1996, p. 272 et (...)

10Le bâtiment de la municipalité est un lieu symbolique important. Le régime unioniste peut y organiser des manifestations de protestation, lors de la conquête d’Edirne par la Bulgarie26. En aucun cas cependant, la municipalité de Smyrne n’est comparable au système de gestion urbaine mis en place à Alexandrie27.

LES ORTHODOXES : UNE FORCE POLITIQUE

  • 28 AMAEF-AT-CES-1872-1889, dp n° 44 du CGF, Rougon, au ChAfF, Comte de Laugier- Villars, du 26.XI.90, (...)

11Chez les chrétiens de toutes obédiences, l’Église joue un rôle fondamental dans la vie sociale. Mais l’Église est aussi un réseau légal, capable d’agir dans tout l’Empire. Smyrne est alors un maillon de ce maillage, qui suit les directives de Constantinople, capitale de l’Empire et siège du Patriarcat œcuménique. En 1890, le patriarcat s’estime lésé par les décisions des autorités, qui remettent en cause le statut distinct et l’autonomie des communautés religieuses en matière d’état civil et de succession. Il prend la décision de protester contre ce qu’il tient pour des empiétements sur ses privilèges, toujours qualifiés d’« historiques » : « Dans les premiers jours de ce mois, sur des instructions venues du Phanar, l’église métropolitaine de Sainte-Photinie, à Smyrne, a été fermée, ainsi que les autres sanctuaires au nombre de 21, situés soit en ville, soit dans les villages environnants. La même mesure a été appliquée aux 200 églises grecques, environ, disséminées dans les districts de l’intérieur de la province, à Magnésie, Aïdin, Sokia, Alaschéir, Akhissar, Kirkagatch, Pergame, etc.28. »

  • 29 « La manifestation de Dimanche », in Courrier de Smyrne, du 26.11.90, annexe de AMAEFAT- CES-1872- (...)

12Le conflit est dur. Les orthodoxes font preuve d’une solidarité sans faille afin de faire partout pression sur le pouvoir impérial. Cette période est délicate pour le pouvoir local, qui craint que la population grecque orthodoxe ne déborde la démogérontie, intégrée au jeu institutionnel, notamment en se livrant à des manifestations incontrôlées sur la voie publique. Malgré les pressions sur la démogérontie, une frange de la population ignore ses représentants officiels et ses suppliques au sultan, comme en rend compte la presse locale : « Les manifestants, dont les rangs comprenaient des hommes appartenant à toutes les classes de la communauté orthodoxe, arrivèrent sans le moindre incident devant le palais du Gouverneur et remplirent l’esplanade de la caserne, la cour du Conak et les rues avoisinantes. Leur nombre a été évalué à environ 20 000. Les membres du comité furent reçus par Emin effendi, chef de la police, qui les introduisit, auprès de Son Excellence le vali29. »

  • 30 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 2 du CGF, Rougon, au ChAfF, comte de Langier-Villars, du 7.I.91, « R (...)
  • 31 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 3 du CGF, Rougon, au ChAfF, le comte de Langier-Villars, du 10.I.91, (...)

13Le conflit des deux centres, ottoman et orthodoxe, à Constantinople, aboutit à une intrusion massive de la population orthodoxe dans l’espace officiel local. L’élite grecque ottomane ne tient pas toujours ses ouailles. Ce débordement est-il vraiment incontrôlé comme l’affirme Sefer Efendi Kallenderoglou, démogéronte orthodoxe, au vali qui le reçoit en délégation ? Toujours est-il que la manifestation montre que la population orthodoxe à Smyrne n’a pas peur de manifester, illégalement bien sûr. La supplique au sultan est adressée par le vali lui-même. Les orthodoxes obtiennent gain de cause et les autorités reviennent sur leurs décisions30. Comme toujours, on tente de conserver des formes policées. Tout d’abord, la protestation de la population prend la forme d’une supplique adressée au souverain, en suivant les voies hiérarchiques, quoique la rue ait voulu contraindre l’administrateur. Finalement, on termine poliment ce conflit. Des remerciements ampoulés sont adressés au trône, qui a bien voulu entendre les désirs de ses sujets. Le style de l’époque maquille les conflits entre les différents protagonistes, qui descendent pourtant jusque dans la rue à Smyrne. Mais qui est dupe de ces formes31 ? La réalité des conflits ne rattrapera-telle pas leurs acteurs ?

  • 32 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 137 du CF, Pellissier, à l’AF, Tissot, du 16.VII.80, « Manifestation (...)
  • 33 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 81 du CGF, Rougon, à l’AF, Cambon, du 15.XI.94, « Impression produit (...)
  • 34 Cette attitude n’a pas disparu de lieux où l’intervention étrangère est toujours décisive comme au (...)

14C’est surtout en dehors des rares périodes de crise ouverte que la population smyrniote, à l’instar de celle des autres villes, sait exprimer sa distance envers les autorités impériales. Pour ce faire, elle s’associe aux festivités étrangères. On s’affiche sous la protection d’une puissance, qu’on estime amie de son millet, par exemple lors de la célébration du 14 juillet, de la fête nationale hellénique ou bien encore de la visite d’un prince russe32. La population orthodoxe de Smyrne ne manque aucune occasion d’afficher sa sympathie pour l’Empire des tsars33. Ces manifestations de solidarité avec des pays aux intérêts opposés à ceux de l’Empire sont autant de bravades. Être pro-français ou pro-britannique, ou pro-allemand est une opinion politique dans le cadre ottoman. Cette orientation vers l’extérieur est due en partie au blocage de la vie politique dans un cadre autoritaire. L’impérialisme européen sait profiter de cette situation. L’horizon politique régional se limite à la soumission ou à l’influence de telle ou telle puissance. Cet intérêt pour les États étrangers est une marque d’aliénation de Smyrne à l’Occident. Toute la région est concernée par cette intrusion de l’étranger dans la conscience politique des sujets et pas seulement l’Empire ottoman. Les premiers partis politiques de la Grèce indépendante vont jusqu’à prendre le nom de la puissance protectrice qu’ils souhaitent pour cette « Hellade » qui vient pourtant d’être libérée34. Cette attirance vers des pôles extérieurs à la région est à la fois le symptôme et une des causes profondes de la fragilité de celle-ci.

  • 35 AMAEF-AT-CES-1903-1906, dp n° 59 du CGF, Blanc, l’AF, du 2.V.04, « Suite du conflit turco-helléniq (...)

15L’expression politique que recèlent les sources prend le plus souvent la forme de la manifestation, ce qui ne laisse guère de place au propos argumenté et ne fait que révéler les rapports de force existants. On est toutefois surpris de voir la liberté prise par les Grecs, Hellènes ou Rums de Smyrne, sous l’Empire hamidien. L’autorité ottomane si pesante, selon certains auteurs grecs, est de fait souvent battue en brèche, à Smyrne l’infidèle. Le sens de ces manifestations tranche aussi avec la prose ottomaniste, si lisse, des gazettes de l’époque. La population grecque orthodoxe locale peut remettre en cause ouvertement tant le pouvoir ottoman que ses propres élites, installées dans le jeu de relations définies par le centre35.

LES ARMÉNIENS ENTRE LÉGITIMISME ET NATIONALISME

16Smyrne n’est pas une ville besogneuse, où il ne se passe jamais rien. Elle s’adonne, certes, intensément à ses activités économiques, à la satisfaction des intérêts occidentaux qui surveillent l’administration. Pourtant, sous les dehors policés de la société semi-coloniale du port affleurent quelques failles. Smyrne et sa région sont au fait des violences perpétrées à l’intérieur. La cité égéenne est en prise sur les développements politiques partout dans l’Empire. Les mouvements idéologiques et les événements y trouvent un écho, même si un certain bon ton et surtout la censure ne permettent pas toujours de prendre la mesure des phénomènes en cours. Les tensions montent entre les composantes de la population. Au-delà de la concorde quotidienne, les millets s’éloignent les uns des autres. On relève des violences ou des « rumeurs d’excès » fréquentes, selon la langue diplomatique, de la part des musulmans contre les non-musulmans, dans les archives diplomatiques de pays aussi différents que la France ou l’Autriche-Hongrie. Les affaires arméniennes troublent régulièrement la ville, qui ne compte pourtant qu’une modeste communauté, alors que ses dirigeants officiels aiment réaffirmer son caractère paisible. Les massacres d’Arméniens à travers l’Empire, à partir de 1894, ne laissent pas la communauté de Smyrne indifférente. Le peu d’espace politique concédé par le pouvoir, qui a suspendu en 1891 la Constitution nationale arménienne, octroyée en 1863, provoque un regroupement du millet arménien apostolique autour de son Église.

  • 36 Il s’agit de la commémoration de la bataille perdue d’Avarayr que livra Vartan Mamigonian à l’armé (...)
  • 37 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par le consul général d’Autriche-Hongrie, von Jankó, à l’AAH, Fr (...)

17Les fêtes religieuses arméniennes, comme Vartanants dans le cas que l’on va évoquer ici, sont, comme chez les Grecs orthodoxes, des occasions de célébrer et de manifester tout autre chose que sa ferveur religieuse36. Certaines personnalités sont assez engagées pour manifester leur attachement à la cause nationale et à l’existence d’une Arménie occidentale, en pleine église, en s’écriant : « Vive l’Arménie ! ». Mais le réseau d’espions dans la population est aussitôt efficace : après la cérémonie, certains enthousiastes sont arrêtés37. Hormis une oligarchie réduite, argentée et intéressée à la pérennité du régime, la population, même d’une ville aussi éloignée de terres arméniennes et aussi peu nombreuse, est gagnée par le sentiment national. Au sein du groupe, des conversations se font ouvertement hostiles au régime hamidien. On lève des fonds pour financer des œuvres dites nationales. L’évolution du climat idéologique est accompagnée, sinon guidée, par le clergé apostolique.

  • 38 Noradounghian G., « Extraits des Mémoires, recueillis par Aram Andonian », p. 199-245, Revue d’his (...)
  • 39 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par von Jankó, CGAH, à l’AAH, Freiherr Heinrich von Calice, le 2 (...)

18La répression de la manifestation, organisée par le parti hntchag à Constantinople, le 18 septembre 1895, près de la Sublime Porte, attise les inimitiés de milieux turcs envers les Arméniens38. Le fait que des sujets d’un groupe soumis puissent manifester dans la capitale même est inouï. Certains désirent punir cet affront et participer aux massacres qui ont lieu à travers l’Empire. Une tentative d’attaque contre les Arméniens a lieu à Cordélio. Des Turcs de Soğuk Kuyu sont poussés par quelques « fanatiques » à des attaques armées contre les Arméniens de la riche banlieue. Les comploteurs anti-arméniens se recrutent dans les couches humbles de la population, alors que leurs desseins sont révélés à la police ottomane par un notable turc de Cordélio. La police intervient et les zaptiyes arrêtent entre cinq et quinze individus. L’aratchnort de Smyrne se plaint officiellement au vali, Kâmil Paşa, et demande la protection des biens et des personnes de sa communauté39. Le consul autrichien, von Jankó, insiste sur l’importance de l’image du vali auprès de la population dans les relations entre les « éléments ». Si l’autorité publique n’est pas assez forte pour intervenir ou si elle n’en a pas envie, les malfaiteurs s’agitent et les relations entre groupes peuvent rapidement se détériorer. Le vali organise des patrouilles, la nuit, dans les quartiers peuplés d’Arméniens et de Turcs afin de prévenir les violences. Ainsi, le calme est maintenu, bien que la population musulmane soit très remontée et qu’elle achète des armes au bazar. Le vali intervient pour en réduire l’offre, en procédant à des achats préventifs.

  • 40 HHStA-K-404, nombreux courriers de novembre à décembre 1896.

19À côté de mesures protectrices, d’autres sont prises, à caractère répressif. Pendant cette même période, la Sublime Porte impose de fortes contraintes aux Arméniens. Un système de passeport rend les déplacements vers l’intérieur impossibles. Une telle disposition gêne cette ville commerçante, en relations constantes avec son hinterland. Toute réunion entre Arméniens est interdite. Pareille disposition va à l’encontre du mode de vie de toutes les populations locales. Or la police applique ces mesures avec zèle. Elle menace de fermer le Club arménien, qui pourtant ne recrute ses membres que dans les milieux les plus installés de Smyrne et qui n’a d’autre fin qu’une sociabilité de bon ton entre notables. Le club n’est pas fermé après l’intervention des plus éminents membres de la communauté arménienne auprès du vali. L’ensemble de ces mesures de discrimination, prises au niveau impérial, éventuellement tempérées par des mesures de protection au niveau local, contribue à la radicalisation politique de certains Arméniens, même à Smyrne. Si le climat est juste tendu en ville, des incidents ont lieu dans des localités proches, comme Magnésie ou Alaşehir40.

  • 41 Meyrier G., Les Massacres de Diarbékir, correspondance diplomatique du vice-consul de France, 1894 (...)
  • 42 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, von Jankó, à l’AAH, Freiherr von Calice, le 11.XI.9 (...)
  • 43 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne par le VCAH, Schafrath, à l’AAH, Freiherr von Calice, du 26.IX.96 (...)

20La Sublime Porte relègue une centaine d’Arméniens constantinopolitains à Smyrne. Kâmil Paşa voit ces arrivées comme autant d’incitations à la violence pour certains cercles. Il s’emploie à assurer l’ordre public malgré tout, dans une période où les populations arméniennes ne sont pas l’objet de tant de sollicitude de la part de ses collègues à l’intérieur des terres41. Le consul d’Autriche-Hongrie atteste que le vali d’Aydın protège toute la population : « En particulier, hormis les Arméniens, on devra surtout surveiller les citadins musulmans et parmi ces derniers, surtout les émigrés d’anciennes provinces turques installés ici, dont la haine fanatique et inextinguible des chrétiens ainsi que la forte inclination aux désordres politiques et toutes sortes d’excès sont notoires42. » Les exilés ne sont toutefois pas traités avec ménagement. On incarcère les hommes de façon préventive, sans procédure judiciaire. Les familles sont réduites à demander l’assistance à la communauté. L’aratchnort ne peut faire face à cette « misère effroyable » soudaine et vient implorer le vali pour qu’il ordonne au chef de la police d’examiner le cas des incarcérés, « et, si lors de cet examen rien de répréhensible n’était prouvé contre eux, de les faire sortir de prison, en prenant soin de considérer en premier lieu le cas des pères de famille. Kiamil Pacha céda enfin à ces justes demandes et pria le directeur de la police d’examiner l’affaire dans le sens de la requête que lui présentait le dirigeant ecclésiastique arménien43 ».

  • 44 Dasnabédian H. (dir.), Documents pour l’histoire de la Fédération arménienne révolutionnaire, t. I (...)
  • 45 Toqadjian M., « Actions d’éclat, Souvenirs du passé », p. 72-84, in Hayrenik, Boston, IX.60, vol. (...)
  • 46 Vosgehanq, c’est-à-dire la « mine d’or ». Le nom choisi – les pseudonymes tachnags sont parfois év (...)
  • 47 Documents pour l’histoire de la FRA, op. cit., p. 7, 1re col.
  • 48 Le terme kednoughghi, soit « conduite souterraine », peut prêter à confusion. Les courriers diplom (...)
  • 49 Toqadjian, art. cit., p. 1.

21Les notables règlent entre eux, selon leur bon vouloir, le sort des populations. À Smyrne, ils sont plutôt de bonne composition et attachés à éviter les excès, mais le régime mécontente des Arméniens appartenant à des couches sociales moins favorisées. Ces franges de la population vont trouver un exutoire dans la violence politique. La Fédération révolutionnaire arménienne (FRA) – le Tachnagtsoutioun –, fondée en 1890 à Tiflis, est présente dans la région de Smyrne dès 1896-1897. Des membres itinérants ou permanents y sont actifs44. Lors de son troisième congrès général, qui se tient à Sofia en 1904, la FRA opte pour une stratégie terroriste d’envergure contre le régime hamidien45. Smyrne, la « Mine d’or » selon le langage codé de la FRA, est concernée par cette décision46. Un grand complot doit y avoir lieu en 1905. La planification et la direction des préparatifs sur place sont assurées par un des fondateurs du parti, Qrisdapor Miqaelian, sujet russe47. C’est une affaire d’envergure, qui doit coûter la vie à de nombreuses personnes sur les quais, lors de la célébration de la fête de l’avènement au trône d’Abdülhamit. Il s’agit de « mettre en péril tous les intérêts européens, c’est-à-dire de faire sauter, par exemple, les banques, les grands ponts et les conduites souterraines, ainsi qu’une série d’institutions importantes48. Il fallait brûler la douane qui contenait des marchandises européennes d’une valeur de plusieurs centaines de milliers de livres. Il fallait s’emparer des consulats ainsi que des consuls et leur présenter nos exigences, et, s’ils ne nous donnaient pas satisfaction, les faire sauter eux aussi49 ».

  • 50 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 5 et suiv., dp envoyé pour le consul général par le consul suppléant, Paul (...)

22La FRA porte ses coups contre le représentant du pouvoir central – le konak et la caserne doivent être plastiqués – qu’elle juge responsable des souffrances du peuple arménien sur le haut plateau arménien, ainsi que contre les puissances européennes, oublieuses du sort de ce peuple, malgré l’internationalisation de son statut, au congrès de Berlin, en 1878. En plus des institutions et des biens européens à Smyrne, c’est aussi toute la vie à l’européenne qui est la cible de cet attentat : « On devait jeter des bombes à main dans les cafés des quais, les théâtres en plein air, le jardin du Sporting-Club et sur les bateaux amarrés dans le port50. » Le programme des actions évoque celui des attentats de Salonique de 1903, mais également l’attentat, raté lui aussi, du vendredi 21 juillet 1905 contre le sultan, alors qu’il sort de la cérémonie du Selamlık. Les « opérations d’éclat », selon la terminologie de ce parti révolutionnaire, sont le fait de militants enthousiastes et jusqu’au-boutistes mais peu entraînés, voire dilettantes.

23Les agents locaux de la FRA ont un même profil sociologique : il s’agit surtout d’hommes jeunes, voire d’adolescents, petits boutiquiers de leur état, de petits employés de commerce, mais aussi de simples portefaix. On s’aperçoit également que les milieux éducatifs arméniens, même les plus officiels, ceux de l’école Mesrobian, et les milieux religieux apostoliques, jusqu’à l’aratchnort Tourian, ont une attitude bienveillante envers le mouvement. À Smyrne, la FRA recrute dans les classes sociales inférieures ainsi que dans l’intelligentsia éducative, fût-elle réduite. Les souvenirs d’agents arméniens, mais également les documents diplomatiques, évoquent la présence de femmes au sein de l’organisation ou dans l’entourage immédiat de ses membres. Elles sont souvent les brillantes assistantes, mais aussi les derniers recours, des agents masculins quand ceux-ci sont soupçonnés ou contrôlés par les autorités ottomanes. Qu’il s’agisse de mères ou de militantes, certaines femmes, comme au second plan dans ces récits tous masculins, mais de façon récurrente, s’impliquent également dans ces préparatifs d’actions violentes. La communauté arménienne, représentée par des commerçants à l’aise et des professions libérales, telle qu’elle apparaît dans les courriers diplomatiques, est dépassée par certaines franges de la population qu’elle ne contrôle pas.

  • 51 Le parti hntchag, fondé en 1887, à Genève, par des étudiants arméniens, sujets russes, est surtout (...)

24Les dépêches diplomatiques françaises ne mentionne jamais la FRA, mais les « anarchistes » ou le « comité hintchakiste ». Cette erreur d’identification montre à quel point la perception de la réalité sociale et politique par les consuls occidentaux peut être limitée51. Il est vrai que ces activités sont clandestines, mais l’erreur perdure après l’échec des opérations et l’arrestation de certains agents. En revanche, malgré la dénomination lacunaire, la correspondance consulaire traite de cet attentat pendant les mois d’août et de septembre 1905. Le consul français suit l’affaire jusqu’au jugement rendu l’année suivante, tâchant de collecter le maximum d’informations.

  • 52 Les représentants officiels de la communauté arménienne sont les taghagans, contrepoints des démog (...)
  • 53 Toqadjian, art. cit., p. 76 : « La nouvelle de cette bataille se répandit à la vitesse d’une étinc (...)

25Quelques semaines avant l’attentat projeté, le lundi de Pâques 1905, les Arméniens de Smyrne se rendent à leur cimetière pour y faire célébrer des offices pour les morts, selon leur coutume. Les militants impliqués dans les préparatifs de l’attentat se retrouvent mêlés à une dispute entre Arméniens. L’un d’eux se plaint à la gendarmerie, présente sur les lieux lors de telles affluences. Le cimetière devient alors le théâtre d’une bataille rangée entre les jeunes gens armés et les gendarmes présents. Les jeunes révolutionnaires s’emparent des armes des forces de l’ordre. Des membres du conseil communautaire mettent fin à cette situation embarrassante52. Les agités sont évacués vers l’église. Les armes sont livrées aux forces de l’ordre, mais les jeunes gens s’enfuient de l’église, après avoir refusé de donner leurs noms. L’ambiance était déjà agitée au sein de la jeunesse masculine, avant même l’attentat53. Les militants sont des jeunes gens avides d’en découdre. Ils manquent de sang-froid. Le responsable local des préparatifs, Antranig Torkomian, est furieux contre ses jeunes recrues. Un tel camouflet infligé aux forces de l’ordre ottomanes est inédit à Smyrne.

  • 54 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 10 et suiv., dp envoyé par le consul général Paul Blanc au ministre des Aff (...)
  • 55 Le consul français fait néanmoins allusion aux eyalets arméniens, une toponymie que l’Empire ottom (...)
  • 56 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 23 et suiv., « Affaires arméniennes, conspiration de Smyrne », dp envoyé de (...)

26Le traitement du complot par les dépêches consulaires présente Smyrne comme une ville agressée de l’extérieur. Les explosifs sont venus de Marseille et d’Odessa par des liaisons maritimes54. De fait, les Arméniens sont déjà dispersés à travers les espaces ottoman et russe, ainsi que sur le pourtour méditerranéen, bien au-delà d’un espace national circonscrit55. Cette diaspora ou, plutôt certains groupes en son sein peuvent se constituer en réseau pour la cause nationale, mobilisant plus de ressources et plus librement que les Arméniens d’une ville ottomane, surveillée comme Smyrne. Les contacts établis entre les différents points de la dispersion permettent de circuler rapidement d’un lieu à un autre, et peuvent mettre en échec la vigilance des Empires russe et ottoman. Les diplomates occidentaux et a fortiori les responsables ottomans sont bien conscients de cette réalité humaine aux antipodes des intérêts de contrôle étatique. La police ottomane sait que la cause arménienne mobilise à l’étranger. Malgré son réseau d’espions, « elle ne sait pas encore quel est ce mystérieux Comité arménien révolutionnaire dont la “succursale de Smyrne” a montré tant d’activité. Il est probable que ses membres principaux échapperont à la vengeance des autorités turques56 ».

27Ce sont deux Arméniens de l’Empire russe, Lévon et Gosdan, qui prennent en charge les préparatifs techniques, à savoir la mise au point de machines infernales dotées de mécanismes d’horlogerie, qui doivent faire sauter l’agence du Crédit lyonnais sur les quais. De surcroît, des écrits militants en arménien, « dans un idiome arménien que les traducteurs du konak ne comprennent que difficilement », vraisemblablement en arménien oriental, sont saisis lors des perquisitions qui suivent la découverte du complot. Cette littérature militante doit avoir été importée du Caucase. Mais si le centre de décision et certains moyens techniques et humains sont bien extérieurs à la ville de Smyrne, les militants de base sont, eux, des résidents. Ce sont ces nombreux relais locaux qui sont remarquables, car ils contrastent avec la réputation d’indifférence politique prêtée à la population arménienne de la région. Les populations arméniennes de Magnésie et d’Ödemiş ont été, elles aussi, touchées par la vague nationaliste, dans sa version tachnag. On découvre à Magnésie les préparatifs d’un complot similaire à celui de Smyrne. Toute l’Anatolie occidentale est concernée par la vague de profond mécontentement national arménien, à la fin de l’ère hamidienne.

  • 57 Ce système permet aujourd’hui encore, dans cette région du monde, la régulation sociale de mégalop (...)

28Le complot est éventé par la structure de la société ottomane. La présence du premier repaire des terroristes, loué par Antranig Takvorian et sa femme, attire l’attention dans un quartier non arménien. Situé dans le quartier de la Pointe, il suscite l’animosité d’une voisine grecque, qui voit d’un mauvais œil les allées et venues de nombreux hommes chez un couple sans enfants. Elle menace de dénoncer à la police les mauvaises mœurs de la dame, qui sont attentatoires à l’honneur du quartier tout entier. Il faut donc déménager au plus vite dans le quartier arménien. La seconde maison louée appartient au drogman du consulat de France, Haïg Simonian. Mais là aussi, les nouveaux venus, qui se font passer pour une famille, dérogent encore aux règles de la vie familiale normale. Le voisinage exerce une surveillance continue, et va bientôt suspecter cette famille de ne pas en être une et de se livrer à quelque activité illégale. Ce contrôle social permet aux services de l’État d’être informés rapidement de la moindre déviance. De plus, il s’agit pour les voisins de protéger l’honneur du quartier. La perception de l’espace urbain n’est pas celui d’une métropole contemporaine où règnent l’anonymat et l’atomisation des foyers. Chacun tient sa place dans l’ordonnancement général et doit veiller à ce que tout le monde en fasse autant. Le comportement du voisin peut ternir sa propre réputation. Il faut l’empêcher d’enfreindre certaines limites57.

29Le complot de Smyrne échoue définitivement à cause d’une maladresse, qui révèle l’amateurisme des agents locaux de la RFA. Un coup de fusil malencontreux part d’une arme et blesse au côté droit un des factieux. Le bruit, puis la vue du sang, alarme le voisinage grec qui, soucieux de sa tranquillité et de l’ordre public, se précipite pour se saisir du tireur, mettant fin aux préparatifs. Les souvenirs d’un des protagonistes décrivent la population grecque comme un groupe en majorité hostile et proche de l’ordre ottoman, quand il s’agit de la cause arménienne. Les dépêches consulaires de Blanc ne laissent pas de doute quant à la possibilité de violences orthodoxes contre les Arméniens au cas où l’attentat aurait réussi.

  • 58 Toqadjian, art. cit., p. 83.
  • 59 La contrebande grecque d’explosifs et de dynamite est un thème présent, mais dans un tout autre co (...)

30L’attentat n’entraîne pas d’arrestations dans d’autres groupes que chez les Arméniens. L’action politique, en 1905, ne déborde pas les frontières ethno-religieuses. Les rares Grecs qui appuient les révolutionnaires arméniens le font à titre personnel. Ce sont ces complicités qui déjouent les cloisonnements sociaux et qui permettent de brouiller les pistes. Trouver refuge chez un Grec ou gagner un village à majorité grecque orthodoxe, comme Boudja, rend le travail de la police bien plus ardu. Selon un protagoniste, ce sont les complicités de contrebandiers grecs orthodoxes qui permettent à certains agents de la FRA de gagner l’étranger, souvent l’Égypte, sous tutelle britannique58. La contrebande grecque permet aussi de s’approvisionner en dynamite, sans que les pourvoyeurs soient informés de l’usage ultime de la marchandise qui leur est demandée59. Les projets, arméniens ou grecs par exemple, d’actions revendicatives s’élaborent dans le cadre d’un millet ottoman, que l’on désire promouvoir au rang de nation à l’européenne puis d’État-nation. Il n’y a pas de solidarité avérée entre chrétiens autochtones et encore moins entre non-musulmans, pendant l’Empire hamidien. Les agissements révolutionnaires des uns n’intéressent pas les autres, même si ceux-ci, Rums ou juifs, peuvent également nourrir des griefs contre le régime ou la société de l’Empire.

  • 60 Le thème de l’espion, lrdés, ou du traître, madnitch, est un leitmotiv des textes arméniens à prop (...)
  • 61 La biographie autorisée de cet ecclésiastique ne dit pas un mot sur ses convictions à cette périod (...)

31La communauté officielle à Smyrne est atterrée par les agissements de ses coreligionnaires et l’envergure du complot. Les agents de la FRA savent aussi qu’ils doivent se méfier de certains de leurs co-nationaux et que le milieu arménien ne manque pas d’informateurs au service de la police ottomane60. L’étude des documents arméniens laisse percevoir des polarisations idéologiques que les seuls échos des déclarations officielles ne laissent pas imaginer. Il est ainsi possible de saisir des contradictions entre les voix officielles de la communauté, en particulier de son conseil communal, et les soutiens ponctuels apportés par certains Arméniens de Smyrne, voire officiels ou institutions de la communauté. Par exemple, lors de la traque des terroristes, le concierge puis le directeur de l’hôpital arménien, sous la menace de représailles, ainsi que l’archevêque arménien de Smyrne, Mgr Yéghichè Tourian, informés tout de suite, couvrent le révolutionnaire blessé par accident. L’autorité ottomane procède à une centaine d’arrestations, ce qui tend à montrer que le complot peut avoir des relais dans la société arménienne locale, malgré les démentis61. On peut dès lors se demander si le terme de communauté organisée représente autre chose que cette élite communautaire, intégrée dans le jeu social ottoman, peut-être en décalage avec la réalité sociale et idéologique du millet considéré. La population arménienne de Smyrne, à l’instar du groupe dans l’Empire, est travaillée par le nationalisme, calqué sur les modèles occidentaux. On saisit un catéchisme arménien dans la cache principale des comploteurs, véritable manuel de nationalisme.

32Les autorités ottomanes ne sont pas dupes de la réputation de tranquillité des Arméniens locaux. Elles sont sur le qui-vive. Les services constantinopolitains tiennent constamment le vali au courant de leurs moindres soupçons. Ainsi, tel ou tel nouveau venu se voit interdit d’exercer une charge d’enseignant. Après l’échec de l’attentat contre la personne du sultan lui-même, la Sublime Porte télégraphie à l’administration du vilayet pour que l’on arrête certains membres de la FRA, un certain Dikran et son frère, ainsi que leur cercle d’amis. Sans le savoir, l’administration ottomane met ainsi à mal les préparatifs d’un attentat spectaculaire. Les cercles de la FRA, ayant eu vent des intentions de la police ottomane, déménagent au plus vite, dans des caisses, les explosifs, les armes, les mécanismes d’horlogerie, les documents ainsi que le sceau et l’argent du parti, jusqu’alors entreposés chez Dikran. C’est à la suite de cette évacuation précipitée vers la cachette dans le quartier arménien, louée par Antranig Torkomian, qu’un révolutionnaire manipule maladroitement un fusil et attire l’attention du voisinage puis des autorités.

33Le terrorisme arménien apparaît ici dans sa radicalité. Il s’agit du choix de la violence aveugle, que le consul français rapproche des procédés révolutionnaires bulgares. Les usages des anarchistes russes ou ouest-européens influencent aussi les agissements de ces milieux. Le mythe de la Belle Époque, dans sa version ottomane, est une fois de plus écorné. La violence potentielle ne demande qu’à se libérer. L’ordre social, économique et idéologique de l’Empire ne satisfait pas tout le monde. Ce sont cet ordre et ces conventions que vise le terrorisme arménien. Le complot cible les grandes institutions emblématiques de la prospérité mais aussi de la mise sous tutelle de l’Empire. Il s’agit de faire sauter le Crédit lyonnais, les bureaux de la Dette publique ottomane, la Régie des tabacs, la Société des quais, ainsi que les bureaux des deux lignes de chemin de fer « Smyrne-Cassaba » et « Smyrne-Aïdin ». Les ponts et les gares jusqu’à Uşak doivent être également dynamités. L’action doit avoir d’autant plus d’éclat qu’elle s’en prend au cœur même de la vie du pays. La personne d’Abdülhamit est symboliquement visée par le choix de la date. L’attentat doit saboter l’autocélébration du régime lors des festivités impériales et mettre en scène la radicalité des revendications nationales arméniennes, ainsi que l’ampleur des moyens dont les activistes disposent là où ce genre de troubles est inattendu.

  • 62 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 10 et suiv., doc. cit. : « Au cours de mon entretien avec Kiamil Pacha, je (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 38 et suiv., « Au sujet du complot arménien », dp envoyé pour le CGF, par l (...)
  • 65 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 23 et suiv., doc. cit. : « Les nouvelles qui sont parvenues d’Arménie à l’A (...)
  • 66 Le révolutionnaire arménien dans Hayrenik parle de la populace, khoujan, turque qui s’attaquerait (...)
  • 67 Cette méthode d’action est attestée dans d’autres lieux de l’Empire, en proie à l’agitation nation (...)
  • 68 Les calculs et les manipulations sont plus qu’avérés. Ainsi, alors que la FRA renouvelle constamme (...)

34A posteriori, il apparaît peu habile de s’en prendre aux intérêts occidentaux dans l’Empire. Ces intérêts priment toute autre considération pour les États occidentaux. Blanc coopère avec la police contre le réseau arménien62. En amont, la police parisienne a prévenu l’Ambassade ottomane des agissements suspects d’un dénommé Papazian, frère de Vahan Papazian, chef magasinier à la succursale locale du Crédit lyonnais, qui est en effet mêlé aux préparatifs terroristes63. Le plasticage du Crédit lyonnais n’importe d’ailleurs au consul de France qu’en tant que celui-ci peut causer de fortes pertes à la banque française. Il ne se perd pas en conjectures sur le sort du peuple arménien64. Les dépêches permettent de saisir les réelles motivations des diplomates dans l’Empire, même si ces courriers prennent parfois le soin de replacer les violences qui viennent d’être évitées dans le contexte de violences musulmanes contre les Arméniens de l’Arménie turque65. Tabler sur une coopération entre l’Occident et les chrétiens autochtones se révèle erroné. La stratégie du terrorisme arménien risque plutôt de s’aliéner des sympathies. Elle compte avec le sacrifice de populations arméniennes locales qui seraient massacrées après les attentats, soit par la foule, soit par les forces de l’ordre elles-mêmes66. Il faut compter sur l’hostilité des musulmans de Smyrne, mais aussi sur celle des orthodoxes, soucieux de venger leurs morts, ou des Zeybeks des campagnes, continuateurs d’un ordre social dans lequel le musulman domine le zimmi. La stratégie terroriste arménienne a une dimension suicidaire67. Un nombre élevé de victimes de vengeances auraient pu être instrumentalisé par la RFA, à des fins de propagande68.

  • 69 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 53, « Au sujet du procès des Arméniens », dp de CGF, Blanc, à l’AF, du 27.V (...)
  • 70 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 57, « Arrestation d’Arméniens », dp du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 15.IX (...)

35Le jugement des Arméniens arrêtés constitue l’épilogue de ce complot raté. L’instruction dure un an69. Les cinq principaux responsables sont condamnés à mort par contumace, puisqu’ils ont réussi à s’enfuir ; dix-huit sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité ; six à trois ans de travaux forcés pour participation obtenue sous la contrainte, une pratique révolutionnaire courante ; sept à un an de prison seulement et vingt-trois prévenus sont acquittés faute de preuves. Selon le consul de France, la pratique de la torture dans les prisons ottomanes est établie. Plusieurs courriers mentionnent la haute probabilité de dénonciations de complices par les Arméniens déjà arrêtés. Les accusés n’ont pu faire entendre leurs plaintes contre ces pratiques de détention et d’investigation auprès des magistrats ottomans. La méfiance envers la population arménienne demeure. Les allées et venues d’Arméniens sont surveillées et les autorités impériales se doutent qu’il existe un réseau de sympathisants potentiels des organisations révolutionnaires arméniennes à Smyrne même, mais aussi à Magnésie et Ödemiş70.

SMYRNE HAMIDIENNE ET IRRÉDENTISME HELLÉNIQUE

36Les Arméniens de Smyrne ne sont pas le seul groupe à créer des difficultés à l’administration. Leur effectif réduit limite plutôt les problèmes qu’ils occasionnent d’habitude. En revanche, la population grecque orthodoxe, majoritaire à Smyrne, constitue une donnée fondamentale de la géographie humaine locale. Or cette présence grecque en Asie Mineure est de plus en plus politisée. Le long règne d’Abdülhamit est celui de la montée de la solidarité entre les Rums de tout l’Empire avec le royaume de Grèce. Celle-ci est largement étayée par le rôle décisif en matière éducative du royaume de Grèce au sein de l’Empire ottoman. Progressivement s’installe une vision du monde où seuls les États-nations sont les sujets historiques. Il faut se rallier à ces entités. À Smyrne, en particulier, le sentiment national hellénique s’exprime ouvertement. La paralysie de la vie publique dans l’Empire accentue l’intérêt que les Smyrniotes portent à ce qui se passe à l’étranger. De l’extérieur viendront d’éventuels changements dans leur condition de sujets du sultan. Ainsi, les affaires de Crète sont suivies avec une grande attention. Le sort de l’île peut préfigurer le sort des Grecs du littoral occidental de l’Asie Mineure, si l’essor territorial de la Grèce se poursuit. Ces affaires enthousiasment ou inquiètent, selon le groupe ethnique et confessionnel auquel on ressortit, mais aussi selon la catégorie sociale à laquelle on appartient.

  • 71 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, von Jankó, à l’AAH, Freiherr von Calice, du 18 II.9 (...)
  • 72 Dans quelle mesure un consul occidental est-il capable de juger de l’état de satisfaction économiq (...)
  • 73 AMAEF-AT-CES-1874-1891, dp n° 386 du consul de France à Smyrne, Pellissier, à l’AF, marquis de Noa (...)

37Le consul d’Autriche-Hongrie, von Jankó, tente de nuancer la solidarité de la population grecque orthodoxe de Smyrne envers les Crétois, en insistant sur le « patriotisme local » commun à tous les habitants de la région, qui serait plus fort que toute sorte de nationalisme offensif, toujours étranger à Smyrne71. Von Jankó affirme que la prospérité de la ville, sensible même pour les classes inférieures, met à l’abri la population d’engouements inconsidérés pour des causes, somme toute lointaines, alors que Smyrne à la fin du xixe siècle n’a pas été affectée directement par les revers extérieurs de l’Empire72. Le plaidoyer n’est pas toujours convaincant. Le conservatisme prudent et le souci de ménager les susceptibilités des différents habitants, que l’on attribue à l’ensemble orthodoxe, pourraient bien n’être imputables qu’à ceux qui ont tout à gagner au statu quo ottoman, que von Jankó fréquente certainement davantage que les « plus basses classes populaires », dont il minimise l’importance. Avec beaucoup de soin cependant, il note que ces Grecs de basse extraction pourraient se livrer à des manifestations que la population musulmane accepterait très mal. Le consul cite comme précédent l’arrivée du premier navire de guerre hellénique en rade de Smyrne qui a donné lieu à des manifestations d’enthousiasme « patriotique » déplacées. C’est en effet le cas lors de la visite de l’« amiral Miaoulis » à Smyrne, en 1884. Rums et Hellènes de Smyrne communient dans un même nationalisme73. Von Jankó va ainsi parfois à l’encontre de son propre diagnostic. Il est possible qu’en tant que serviteur d’une monarchie composite, il lui importe de ne pas reconnaître la toute-puissance du principe national.

  • 74 Le principal mouvement migratoire est orienté en sens inverse. Le royaume de Grèce n’est pas capab (...)
  • 75 Miliôris N. E., « L’association des Grecs d’Asie Mineure “Anatoli” », p. 337-367, MCh, t. XII, 196 (...)
  • 76 AMAEF-CPC-NS- 67, f. n° 11, dp n° 9 du CGF, Rougon, au MAE à Paris, du 4.IV.97 : « Les volontaires (...)
  • 77 Ibid.

38L’attirance envers la Grèce n’est pas circonscrite au niveau des idées. La circulation entre les deux rives de l’Égée conduit aussi à l’installation de Grecs d’Asie Mineure dans le royaume74. Ceux-ci conservent des liens avec leurs lieux d’origine et constituent un groupe sensible au sort des Rums. Le royaume fonctionne comme un prolongement politique plus libéral pour certains milieux grecs ottomans. Les Grecs d’Asie fondent en Grèce une association, Hi Anatoli, qui informe le public grec, de part et d’autre des frontières, sur la situation des Grecs anatoliens et qui espère, assez ouvertement, un regroupement des Grecs dans le même État75. La défiance envers le pouvoir atteint son paroxysme lors de la guerre entre l’Empire et la Grèce, en 1897. Il s’agit cette fois-ci, non plus de se placer sous le parrainage d’une puissance, mais d’exprimer son soutien à un jeune État issu du recul de l’Empire dans les Balkans. Le divorce politique est plus flagrant et à terme plus dangereux pour la société ottomane. De jeunes orthodoxes de Smyrne et de l’archipel, sujets ottomans, s’embarquent bruyamment pour rejoindre les armées du royaume76. Le mouvement affecte les classes populaires. La population se comporte avec hardiesse, comme si elle se sentait en position de force face à l’État. L’affiliation à l’Empire n’est plus qu’un détail formel chez ces volontaires. Les Grecs orthodoxes se comportent comme un corps unique, un même ensemble national en guerre contre l’Empire. Le consul de France, Rougon, condamne une telle attitude : « Le gouvernement local n’avait pas tenté jusqu’ici d’empêcher ces démonstrations inconvenantes, malgré l’impression pénible que la population musulmane en ressentait77. »

  • 78 Ibid : « Le gouvernement local n’avait pas tenté jusqu’ici d’empêcher ces démonstrations inconvena (...)
  • 79 Communiqué officiel du vilayet d’Aydın, du 27.III.-8.IV.97, publié dans la presse de Smyrne, annex (...)

39Parallèlement, le consulat hellénique fonctionne, sans être inquiété, comme bureau de recrutement pour l’armée grecque. La Grèce cherche à établir une certaine continuité administrative de facto de part et d’autre de la mer Égée. Son représentant peut même distribuer de la nourriture aux volontaires désargentés, qui attendent un embarquement, si possible gratuit. Les autorités ottomanes réagissent à peine78. Elles se bornent à des menaces de destitution de la sujétion ottomane, par voie de presse79. Dans ces conditions, les autorités sont sans illusion sur les sentiments profonds de la population orthodoxe du vilayet d’Aydın.

Notes

1 L’usage d’« élément » fait partie des termes métaphoriques fréquents dans les courriers diplomatiques ainsi que dans les parutions d’époque. La physique, la chimie et la biologie fournissent des analogies pour cerner le social.

2 Règlement organique de la communauté orthodoxe de Smyrne, 1878.

3 CEAM, ATO, Kokaryalı, IÔN 6, Alexandros Kitharas, né environ en 1900, à Kokaryalı, int. en 1962, à Athènes-Kaisariani, par Zôi Kyritsopoulou. L’informateur est considéré comme assez bon. Le CEAM note qu’il ne fait preuve ni de nostalgie ni d’enthousiasme particulier ; f. 37-41.

4 Ibid., f. n° 38.

5 Anagnôstopoulou S., Asie Mineure, du xixe siècle à 1919, les communautés grecques orthodoxes, du millet rum à la nation hellénique, Athènes, 1997 (gr.).

6 AMAEF-AT-CES-1895-1898, dp n° 14 du CGF, Hansy, à l’AF, Cambon, du 24.III.98. Dans ce courrier, l’agent consulaire fait référence à la démogérontie ou ihtiyar meclisi des musulmans de Zeytunlu, à deux heures d’Edremit.

7 Le taghagan est le représentant élu des Arméniens habitant un quartier donné. C’est toujours ce vocabulaire que l’on utilise à Istanbul ou à Alep.

8 Il s’agit des Yeniki Kanonismi, ou Règlements généraux orthodoxes, promulgués en 1862, et de l’azkayin sahmanatroutioun, ou Constitution nationale, octroyée en 1863. La Constitution arménienne est suspendue de septembre 1891 à 1908.

9 AMAEF-AT-CES-1903-1906, dp n° 163 du CGFS, Blanc, à l’AF, du 12.XII.03, « Excès des agents du fisc à Aïvaly », reprenant une lettre de l’agent consulaire de France à Ayvalık au CGF, du 8.XII.03.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ayvalık-Cydônie était un port orthodoxe, fondé à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, et qui était très réputé pour son développement scolaire et son autonomie administrative. L’essor de cette localité a été interrompu en 1821, lors de sa destruction par les Ottomans en mesure de rétorsion contre l’insurrection grecque.

13 AMAEF-AT-CES-1903-1906, dp n° 15 du CGF, Blanc, au ChAfF, du 2.II.14, « Situation politique à Aïvaly ».

14 Selon B. Lory, une ville balkanique comme Manastır-Bitola reçoit la visite de tels inspecteurs tous les dix ans environ.

15 AMAEF-AT-CES-1880-1889, dp du CGF, Champoiseau, à l’AF, Comte de Montebello, du 21.VII.87, « Fin du différend entre Nazif Pacha et l’archevêque grec ».

16 Ibid.

17 Mantran, Histoire d’Istanbul, op. cit., Paris, 1996, p. 306.

18 Serçe E., La Municipalité à Izmir des Tanzimats à la République (1868-1945), Izmir, Dokuz Eylül Yayınları, 1998 (tu.).

19 DJB-53 742, Rapports annuels du consulat impérial à Smyrne et de l’agence consulaire de Pergame, t. II, novembre 1887-fin 1889, f. n° 3, du 28.VIII.87, « Rapport sur le mouvement commercial et maritime pour l’année 1886 ».

20 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 110, du CGF, Pellissier, à Fournier, AF, « La tranquillité est rétablie à Smyrne ».

21 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 154, dp n° 162 de Dallemagne en charge du CGF, au MAE, du 9.VIII.09, « Les Italiens et la municipalité de Smyrne » : « Il y a [...] lieu de regretter très vivement que la finance française ait refusé aussi péremptoirement de prêter de l’argent à la municipalité de Smyrne car les Italiens vont ainsi prendre pied dans toutes les affaires de la ville. »

22 AMAEF-AT-CES-1874-1891, dp n° 7 de Pellissier, CF, au baron de Wismes, ChAfF, du 6.XII.84, « Inspections du vali ».

23 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 48 du CGF, Blanc, à l’AF, du 28.III.08, « Destitution du defterdar » : « Dernièrement ont eu lieu à Smyrne les élections pour le poste de président de la municipalité de la ville. C’est un poste très recherché par ce que [sic] il rapporte beaucoup. »

24 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 46 du CGF, Rougon, à l’AF, Cambon, du 17.XI.91, « Impôt foncier ».

25 AMAEF-CPC-NS-67, f. n° 49, dp n° 11 du CGF, Guillois, au MAE à Paris, du 31.V.99, « Au sujet des réfugiés crétois ».

26 HHStA-K-405, dp du CGAH, Stumvoll, à l’AAH, du 16.VIII.13, « Meeting massif à Smyrne dû au danger du détachement d’Andrinople ».

27 Ilbert R., Alexandrie 1830-1930, histoire d’une communauté citadine, t. I, Paris, 1996, p. 272 et suiv.

28 AMAEF-AT-CES-1872-1889, dp n° 44 du CGF, Rougon, au ChAfF, Comte de Laugier- Villars, du 26.XI.90, « Fermeture des églises grecques, supplique adressée au sultan par la communauté orthodoxe ».

29 « La manifestation de Dimanche », in Courrier de Smyrne, du 26.11.90, annexe de AMAEFAT- CES-1872-1889, dp n° 44, doc. cit.

30 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 2 du CGF, Rougon, au ChAfF, comte de Langier-Villars, du 7.I.91, « Réouverture des églises grecques » : « [...] Mgr Basile a reçu du Patriarcat œcuménique le télégramme suivant, daté de 1h du matin : “La question ayant été résolue favorablement, louez Dieu dans les églises et priez pour notre très-auguste Souverain.” Signé Dionysios. »

31 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 3 du CGF, Rougon, au ChAfF, le comte de Langier-Villars, du 10.I.91, « Remerciements adressés par la communauté orthodoxe au Sultan et au Patriarche œcuménique, à la suite de la solution favorable de la question des privilèges ».

32 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 137 du CF, Pellissier, à l’AF, Tissot, du 16.VII.80, « Manifestation des Hellènes à l’occasion de la fête du 14 Juillet » ; AMAEF-AT-CES-1880-1889, dp du CGF, Rougon, au ChAfF, Imbert, du 2.XI.88, « Cérémonie religieuse à l’église Sainte-Photinie, à l’occasion du jubilé du roi de Grèce » ; AMAEF-AT-CES-1880-1889, dp du CGF, Rougon, à l’AF, Comte de Montebello, du 2.X.88, « Passage des grands-ducs Serge et Paul de Russie à Smyrne ».

33 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 81 du CGF, Rougon, à l’AF, Cambon, du 15.XI.94, « Impression produite par la mort du Czar, célébration d’un service funèbre à l’église métropolitaine, orthodoxe de Sainte-Photinie ».

34 Cette attitude n’a pas disparu de lieux où l’intervention étrangère est toujours décisive comme au Liban, par exemple.

35 AMAEF-AT-CES-1903-1906, dp n° 59 du CGF, Blanc, l’AF, du 2.V.04, « Suite du conflit turco-hellénique » : « On s’attendait à une forte manifestation des Grecs qui devaient se réunir au consulat de Grèce au nombre de plusieurs milliers, y voter et y signer des protestations contre la façon dont ils sont traités par les autorités ottomanes [...] »

36 Il s’agit de la commémoration de la bataille perdue d’Avarayr que livra Vartan Mamigonian à l’armée perse en 451. Cette fête ressortit autant du domaine national que religieux. C’est un exemple supplémentaire de la continuité des deux champs au Proche-Orient.

37 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par le consul général d’Autriche-Hongrie, von Jankó, à l’AAH, Freiherr Heinrich von Calice, le 8.III.95, « Incident dans l’église métropolitaine arménienne non unie, comportement des Arméniens ».

38 Noradounghian G., « Extraits des Mémoires, recueillis par Aram Andonian », p. 199-245, Revue d’histoire contemporaine arménienne, Paris, Annales de la bibliothèque Nubar, t. I, 1995, p. 212.

39 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par von Jankó, CGAH, à l’AAH, Freiherr Heinrich von Calice, le 25.XI.95, « Découverte d’un complot des Mahométans locaux contre les Arméniens ».

40 HHStA-K-404, nombreux courriers de novembre à décembre 1896.

41 Meyrier G., Les Massacres de Diarbékir, correspondance diplomatique du vice-consul de France, 1894-1896, Paris, 2000, p. 67, dp du VCF à Diarbékir, Meyrier, à l’AF, du 30.III.95, « La situation à Diarbékir à la fin du ramadan » : « En présence d’une situation si grave, l’attitude des autorités a été déplorable. Elles ne l’ignoraient pas et non seulement elles n’ont pris aucune initiative pour la faire cesser, mais encore elles l’ont aggravée par l’impunité dont elles ont couvert les actes de violence dont les musulmans se rendaient publiquement coupables à l’égard des chrétiens [...]. »

42 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, von Jankó, à l’AAH, Freiherr von Calice, le 11.XI.95, « Mesures préventives pour le maintien de l’ordre public, comportement de la population arménienne et turque ».

43 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne par le VCAH, Schafrath, à l’AAH, Freiherr von Calice, du 26.IX.96, « Mesures préventives prises par l’administration du vilayet pour maintenir l’ordre public à Smyrne » et « Situation des Arméniens expulsés de Constantinople, envoyés à Smyrne ».

44 Dasnabédian H. (dir.), Documents pour l’histoire de la Fédération arménienne révolutionnaire, t. I, Beyrouth, 1984, Introduction de H. Dasnabédian (ar.), p. 7, 1re col.

45 Toqadjian M., « Actions d’éclat, Souvenirs du passé », p. 72-84, in Hayrenik, Boston, IX.60, vol. 38, n° 9 (ar.). Le parti, illégal, avait déjà usé de telles méthodes le 26.VIII.96, lors de la prise du siège de la Banque ottomane de Constantinople, ainsi qu’en 1903 contre la succursale de la Banque ottomane à Salonique.

46 Vosgehanq, c’est-à-dire la « mine d’or ». Le nom choisi – les pseudonymes tachnags sont parfois évocateurs – indique bien le rôle de pourvoyeurs de fonds, volontaires ou souvent contraints, dévolu aux notables commerçants arméniens de cette ville. Comme des assassinats sur la voie publique de riches Arméniens se sont déjà produits à Smyrne, la police ottomane pense alors tout de suite à des représailles de la part d’organisations politiques arméniennes nationalistes contre de mauvais payeurs. Voir par exemple HHStA-K-404, dp du CGAH, von Jankó, à l’AAH, Freiherr von Calice, du 29.I.98, « Assassinat du grand négociant arménien, E. Esaïan, insécurité à Smyrne ». La lecture de souvenirs d’anciens membres actifs de la FRA ne laisse aucun doute sur les moyens de l’organisation qui peut faire voyager ses agents sur les paquebots des compagnies européennes d’un point à l’autre de la Méditerranée orientale et de la mer Noire. Certains s’octroient même le droit de séjourner à l’hôtel Kraemer lorsqu’ils sont en mission à Smyrne, à moins qu’un supérieur économe ne mette un peu d’ordre dans ces coûteuses dispositions. Les préparatifs du complot comprennent aussi la location de boutiques proches, voire comprises dans les établissements à détruire, dans un quartier fort cher. Les agents de la FRA ouvrent, par exemple, une échoppe de tailleur, bien peu crédible, dans le bâtiment de la Banque ottomane, une menuiserie à proximité du Crédit lyonnais, une échoppe de boucher auprès des Messageries maritimes et de la Compagnie de navigation russe. La FRA dispose donc de ressources financières importantes pour ses entreprises terroristes à la fin de l’ère hamidienne.

47 Documents pour l’histoire de la FRA, op. cit., p. 7, 1re col.

48 Le terme kednoughghi, soit « conduite souterraine », peut prêter à confusion. Les courriers diplomatiques indiquent que les conduites de gaz permettant l’éclairage public étaient visées par l’attentat, afin de faciliter sa réalisation et la fuite des comploteurs.

49 Toqadjian, art. cit., p. 1.

50 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 5 et suiv., dp envoyé pour le consul général par le consul suppléant, Paul de Reffye, au chargé d’affaires de France à Constantinople, M. Boppe, du 16.VIII.05.

51 Le parti hntchag, fondé en 1887, à Genève, par des étudiants arméniens, sujets russes, est surtout actif des années 1890 à 1896. Les massacres hamidiens des années 1894-1896 l’affaiblissent considérablement en provoquant, en particulier, une scission entre parti refondu et parti maintenu, qui recoupe la fracture entre Arméniens ottomans et Arméniens russes. Si le parti hntchag a fait beaucoup parler de lui jusque dans les années 1895-1896, le consul français à Smyrne n’est plus au fait, en 1905, de la vie politique arménienne.

52 Les représentants officiels de la communauté arménienne sont les taghagans, contrepoints des démogérontes orthodoxes.

53 Toqadjian, art. cit., p. 76 : « La nouvelle de cette bataille se répandit à la vitesse d’une étincelle parmi l’ensemble de la population arménienne de Smyrne. Et les Arméniens qui nous voyaient, nous désignaient du doigt et se disaient : “Ce sont eux qui ont battu les gendarmes.” »

54 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 10 et suiv., dp envoyé par le consul général Paul Blanc au ministre des Affaires étrangères à Paris, du 19.VIII.05.

55 Le consul français fait néanmoins allusion aux eyalets arméniens, une toponymie que l’Empire ottoman a supprimée depuis 1864 et que la Turquie républicaine a bannie.

56 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 23 et suiv., « Affaires arméniennes, conspiration de Smyrne », dp envoyé de Thérapia, par le ChAfF, Boppe, au président du Conseil et MAE à Paris, M. Rouvier, du 21.VIII.05.

57 Ce système permet aujourd’hui encore, dans cette région du monde, la régulation sociale de mégalopoles qui pourraient sembler ingérables. Cf. Wikan Unni, Tomorrow God Willing : Self-Made Destinies in Cairo, Chicago, The University of Chicago Press, 1996. Nous nous référons aussi à l’intervention de l’auteur à l’EHESS : « Violence in Cairo : Why does Cairo remain a Safe City », du 14.V.96.

58 Toqadjian, art. cit., p. 83.

59 La contrebande grecque d’explosifs et de dynamite est un thème présent, mais dans un tout autre contexte, dans la correspondance consulaire française. Voir à ce propos AMAEF-AT-CES-1872- 1889, dp n° 4 du CGF, Rougon, à l’AF, comte de Montebello, « Saisie pratiquée par le gouvernement local sur un voilier grec d’un chargement en contrebande de poudre et de dynamite ». Cette source d’approvisionnement des conjurés tachnags n’a donc rien d’étonnant.

60 Le thème de l’espion, lrdés, ou du traître, madnitch, est un leitmotiv des textes arméniens à propos de la vie nationale au sein de l’Empire ottoman. C’est également un thème que l’on retrouve dans les milieux bulgares. Il s’agit d’une obsession de la période hamidienne, dans tous les groupes de l’Empire ottoman

61 La biographie autorisée de cet ecclésiastique ne dit pas un mot sur ses convictions à cette période. L’ouvrage confirme l’existence d’une communauté de ton et de manières entre l’administration ottomane, conduite par Kâmil Paşa, et l’archevêque arménien apostolique qui s’arrangent pour ne pas donner trop d’importance à des événements qui ne correspondent pas au caractère paisible et industrieux de la communauté arménienne de Smyrne. Archevêque Torkom, Le Patriarche Yéghichè Tourian, Jérusalem, 1932 (ar.). Cf. chap. V : « Dans la carrière pastorale (Smyrne) », p. 205-229.

62 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 10 et suiv., doc. cit. : « Au cours de mon entretien avec Kiamil Pacha, je lui ai déclaré que j’étais décidé à lui accorder toute mon assistance pour la découverte des coupables et que j’étais prêt, le cas échéant, à lui faciliter les perquisitions que la justice pourrait avoir à pratiquer chez des Français. »

63 Ibid.

64 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 38 et suiv., « Au sujet du complot arménien », dp envoyé pour le CGF, par le consul suppléant, Paul de Reffye, au MAE à Paris : « En dehors de la perte en vies humaines, la catastrophe aurait coûté au Crédit lyonnais tout son encaisse, tous ses titres et papiers… »

65 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 23 et suiv., doc. cit. : « Les nouvelles qui sont parvenues d’Arménie à l’Ambassade au cours de ces dernières semaines sont loin d’être satisfaisantes. [...] Si la plaine de Mouch est la partie la plus éprouvée des vilayets arméniens, l’ordre est loin de régner dans le reste de la région. Les Hamidiés s’y livrent à toutes sortes d’exactions. »

66 Le révolutionnaire arménien dans Hayrenik parle de la populace, khoujan, turque qui s’attaquerait au quartier Arménien après les attentats, tandis que le CGF se félicite du calme du vali, Kâmil Paşa qui a décidé de ne pas opérer par « voie de massacres ».

67 Cette méthode d’action est attestée dans d’autres lieux de l’Empire, en proie à l’agitation nationaliste comme la Macédoine ou la Bulgarie ottomane.

68 Les calculs et les manipulations sont plus qu’avérés. Ainsi, alors que la FRA renouvelle constamment son soutien au CUP de 1908 et jusqu’à l’été 1914, à Erzeroum, lors du dernier congrès de la FRA dans l’Empire, son attitude conciliante n’empêcha pas l’anéantissement des Arméniens ottomans. Cf. Minassian Gaïdz F., « Les relations entre le CUP et la FRA à la veille de la Première Guerre mondiale d’après les sources arméniennes », p. 45-99, in Revue d’histoire arménienne contemporaine, Annales de la bibliothèque Nubar de l’Union arménienne de bienfaisance, Paris, t. I, 1995.

69 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 53, « Au sujet du procès des Arméniens », dp de CGF, Blanc, à l’AF, du 27.VII.06.

70 AMAEF-CPC-NS-68, f. n° 57, « Arrestation d’Arméniens », dp du CGF, Blanc, au MAE à Paris, du 15.IX.06.

71 HHStA-K-404, dp envoyé de Smyrne, par le CGAH, von Jankó, à l’AAH, Freiherr von Calice, du 18 II.96, « Attitude de la population grecque locale au regard des événements en Crète ».

72 Dans quelle mesure un consul occidental est-il capable de juger de l’état de satisfaction économique des classes inférieures ? Le petit monde des diplomates à Smyrne n’a que des rapports bien limités au bas peuple, éventuellement par l’intermédiaire des kavas.

73 AMAEF-AT-CES-1874-1891, dp n° 386 du consul de France à Smyrne, Pellissier, à l’AF, marquis de Noailles, du 6.V.84, « Arrivée du croiseur grec l’Amiral Miaoulis » : « La nombreuse population grecque de Smyrne, toujours heureuse de témoigner d’un ardent patriotisme, a fait une sorte d’ovation à ce navire de guerre, le plus beau, sous le pavillon national, qu’elle ait encore vu et dont la visite a, d’ailleurs, coïncidé avec la fête de S. M. le roi Georges. »

74 Le principal mouvement migratoire est orienté en sens inverse. Le royaume de Grèce n’est pas capable de retenir ni de nourrir sa population. Il n’est, cependant, pas capable non plus de trouver uniquement en lui-même ses élites administratives, universitaires, intellectuelles et économiques qui viennent de l’extérieur, par exemple de Constantinople, pour participer à la construction du royaume. Une certaine population a bien l’expérience de l’espace grec partagé entre le royaume et le monde grec extérieur à ce qui va être perçu comme un noyau territorial étatique.

75 Miliôris N. E., « L’association des Grecs d’Asie Mineure “Anatoli” », p. 337-367, MCh, t. XII, 1965 (gr.).

76 AMAEF-CPC-NS- 67, f. n° 11, dp n° 9 du CGF, Rougon, au MAE à Paris, du 4.IV.97 : « Les volontaires en question appartenaient à la classe inférieure de la population. Ils avaient réclamé la gratuité du passage, que les réservistes et volontaires à destination du Pirée obtiennent, sans difficulté, depuis un mois, à bord des bateaux des sociétés maritimes de cabotage sous pavillon hellène. »

77 Ibid.

78 Ibid : « Le gouvernement local n’avait pas tenté jusqu’ici d’empêcher ces démonstrations inconvenantes, malgré l’impression pénible que la population musulmane en ressentait. »

79 Communiqué officiel du vilayet d’Aydın, du 27.III.-8.IV.97, publié dans la presse de Smyrne, annexe de HHStA-K-404, dp du CGAH, von Jankó, à l’AAH, von Calice du 12.IV.97, « Communiqué du gouvernement provincial de Smyrne pour empêcher le départ de volontaires grecs de nationalité turque [sic] pour la Grèce ».

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search