Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Prologue. Le temps des idoles

Le sanctuaire du dieu Oxus à Takht-i Sangin au Tadjikistan, ou l’esprit de l’escalier

Paul Bernard

Texte intégral

Qu’il me soit permis d’adresser mes très amicaux remerciements à François Ory, UMR 8546 ENS-CNRS, qui, avec sa coutumière obligeance, a bien voulu faire voyager sur les ondes des images de Takht-i Sangin jusqu’à CNRS Éditions.
Je joins une pensée amicale pour mes collègues de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Mme Véronique Schiltz et M. Henri-Paul Francfort, qui, chacun à sa manière, ont tenu cet écrit sur les fonts baptismaux.

1En présentant cette contribution au deuxième volume de ces mélanges en l’honneur de Pierre Chuvin, à laquelle j’aurais souhaité consacrer plus de temps qu’il ne m’a été possible, j’ai voulu ne pas laisser passer l’occasion qui m’est offerte de m’associer à l’hommage qui est rendu au maître des études grecques par ses collègues et amis, dont certains furent d’abord ses étudiants – qui, d’ailleurs, à tout âge, n’a pas été un jour ou l’autre l’écolier de son savoir ? Devoir aussi d’honorer l’humaniste dont l’intelligence et la sensibilité ont su accueillir, surmontant les antagonismes cruels de l’histoire, une autre civilisation, venue de l’Orient, dans cette Asie Mineure, passionnément aimée, qui a toujours attiré les hommes parce qu’elle ne manquait de rien pour les nourrir et que les mers qui l’enveloppent offraient l’inconnu de leurs chemins liquides aux plus aventureux d’entre eux. C’est dire que la vie de Pierre a été bien remplie – et ce n’est pas fini –, allant même jusqu’à lui faire reprendre, à rebours, jusqu’à l’Asie centrale, le cheminement des tribus turques ; heureusement remplie aussi au milieu des siens, Huguette et les enfants, avec cette couronne d’amitiés entrelacées autour de vous : au milieu des autres vous retrouverez la mienne, qui va sur le chemin déclinant du soir, mais assez vaillante encore pour se pencher sur les énigmes d’un site dont j’aurais aimé être le fouilleur, si Aï Khanoum ne m’avait accaparé pendant et après. Dehors, c’est l’automne et les roses trémières qui balancent sous ma fenêtre leurs calices flétris me préviennent que je dois faire vite. Je me mets à la tâche.

Fig. 1. Le sanctuaire du dieu Oxus à Takht-i Sangin vu du nord-ouest le fleuve et la rive gauche afghane. Septembre 2013, cliché Khodzhageldyev.

2Voici donc quelques lignes d’une étude où se profilent votre ombre portée et celle de la reine Apamè, la Bactrienne, rencontrée sur les bords du Méandre dont vous avez si bien parlé, et que j’écris en pensant à notre amitié, en témoignage de mon admiration, aussi vive qu’amicale, avec la nostalgie de quelques souvenirs partagés d’une soirée follement gaie à l’opéra de Tachkent, au premier rang de l’orchestre, au milieu des hiérarques du régime, dont nous étions les hôtes de marque, le nez levé vers le tourbillon des danseurs et danseuses, applaudissant à tout rompre les danses polovtsiennes du « Prince Igor ». Hourrah !

  • 1 Le « Trône » en question renvoie à un toponyme voisin, le site de Takht-i Kobad, à 5,5 km en aval (...)
  • 2 C’est à une vingtaine de km en aval du conluent de la rivière de Qunduz avec l’Oxus, sur la rive a (...)
  • 3 L’agglomération qui s’étire en longueur de part et d’autre du temple sur une langue de terre large (...)
  • 4 N. Sims-Williams, Bactrian Documents from Northern Afghanistan. I. Legal and economic Documents. S (...)

3L’histoire que je vous destine, mon cher Pierre, et dont vous avez certainement déjà recueilli des échos, ne serait-ce que pendant votre long séjour à Tachkent comme directeur de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale, se rapporte au sanctuaire de l’Oxus divinisé découvert et fouillé d’abord par des archéologues russes au confluent du maître-fleuve de l’Asie centrale occidentale, avec son affluent de la rive droite, le Wakhsh, qui coule sur le territoire de la république du Tadjikistan (Fig. 1). Ce fut d’abord, de 1976 à 1991, la tâche des archéologues russes B.A. Litvinsky et A. Pichikjan, puis, à partir de 1998, celle d’une équipe de l’Institut d’histoire et d’archéologie de la République du Tadjikistan, au sein de laquelle travaillait Mme Drujinina. Le site, dont le nom actuel, Takht-i Sangin, « Le Trône de pierre »1, fait allusion à la présence de pierres taillées qui, dans ces plaines couvertes de lœss, attirèrent l’attention des archéologues, est au cœur de la Bactriane, à l’endroit où le fleuve devient navigable. En face, sur la rive droite, débouche dans l’Oxus le puissant Surkhab ou rivière de Qunduz2 qu’accompagne, pour descendre, côté afghan, le versant nord de l’Hindukush, l’une des principales branches de la route de l’Inde. Aï Khanoum est à une centaine de kilomètres à vol d’oiseau en amont, Termez à une trentaine de kilomètres en aval, Bactres à cent vingt au sud-ouest. L’importance du sanctuaire de Takht-i Sangin, révélée par la richesse des trouvailles de la fouille, ne s’explique pas uniquement par les avantages de sa position centrale dans la province de Bactriane. L’édifice est surdimensionné par rapport à l’agglomération qui l’entoure3 : d’où l’idée que j’avance d’un lieu de pélerinage, fréquenté par l’ensemble de la population de la région, et pas simplement le sanctuaire d’une communauté urbaine comme une autre. La découverte fortuite faite récemment dans une vallée de la rive gauche afghane du fleuve d’un lot d’archives sur parchemin écrites en langue bactrienne et alphabet grec, et qui couvre une période de plus de quatre cents ans (de la conquête de la Bactriane par les Sassanides jusqu’à la fin du viiie siècle de notre ère, quand la région était en passe de tomber sous le joug de l’Islam), montre que l’Oxus restait encore, à cette époque-là, l’une des principales divinités du pays, garante des actes juridiques4. Dans ces documents l’onomastique qui s’est développée sur la forme irano-bactrienne du nom Waxshu proclame elle-même à tout venant le nom de la divinité dont les sanctuaires avaient pénétré loin à l’intérieur des terres.

  • 5 B.A. Litvinskij, Khram Oksa v Baktrii (Juzhnyj Tadzhikistan), 3. Iskusstvo, khudozhestvennoe remes (...)
  • 6 Dimensions : Longueur totale E.-O. du temple proprement dit : 49 m ; cella : 32 x 32 m ; pronaos à (...)

4À Takht-i Sangin le dieu a été dûment identifié sous la forme grecque de son nom « Oxos » grâce à des inscriptions grecques inscrites sur des offrandes qui lui avaient été faites : dédicaces d’une statuette en bronze du silène Marsyas5 (Fig. 2) et de trois cratères en bronze connus par les moules qui avaient servi à les fondre. Avec ses murs de briques crues et son toit plat, le temple, en forme de tau renversé avec une façade qui déborde de la cella6, est pourtant étranger à l’architecture religieuse grecque, même si l’emploi de colonnes ioniques dans la cella et dans le portique de façade ne laisse aucun doute sur l’appartenance de l’édifice à la période de l’hégémonie grecque sur l’Asie centrale (Fig. 3).

  • 7 Dimensions de la pièce : H. 6,8 cm. Socle : 9 cm. G. Rougemont (IGIAC, no 95, p. 196-198) considèr (...)

5Sous quelle forme se présentait la divinité fluviale ? Elle nous est connue par la statuette dont la base portait la dédicace grecque à l’Oxus mentionnée ci-dessus et qui figurait un silène soufflant dans une flûte grecque à double tuyau. On y reconnaîtra sans peine une représentation du silène Marsyas, qui avait défié Apollon lyricine dans une joute musicale qu’il avait perdue et qui lui avait valu d’être écorché vif sur ordre du vainqueur7. Même si le style en est un peu fruste, le réalisme appuyé avec lequel est rendue l’image d’un vieillard ventripotent, aux chairs molles, avec une grosse tête aux oreilles caprines et au nez écrasé, la pilosité en broussaille de la barbe et de la couronne de cheveux qui masque une calvitie avancée, porte en lui un charme rustique que n’ont pas les représentations habituelles en noblesse de l’adversaire malheureux d’Apollon dans l’art grec traditionnel. Et pourtant, quand il le veut, celui-ci sait à merveille cultiver la veine des scènes de genre et du grotesque, comme nous le tenons de l’ami Pasquier qui, pour notre plus grand plaisir, se fait l’interprète de ce courant artistique dont Alexandrie fut le moteur. Si bien que, quitte à me faire accuser de sectarisme philhellénique, je laisserai au nombre des acquis de la présence grecque en Bactriane le rendu amusé du petit dieu campagnard, maître incontesté des auloi, même sur les bords de l’Oxus.

Fig. 2. Takht-i Sangin. Statuette en bronze de Marsyas jouant de la double flûte, avec sa base en pierre inscrite.

  • 8 P. Chuvin, Mythologie et géographie dionysiaques. Recherches sur l’œuvre de Nonnos de Panopolis, C (...)

6Le fait que le dédicant soit un Bactrien nommé Atrosôkès renforce la vraisemblance que la statuette n’a pas été choisie pour sa valeur anecdotique, mais qu’elle est bien censée incarner la divinité fluviale qu’était Marsyas lui-même, qui s’identifiait à l’une des rivières formant les sources du Méandre anatolien, et en même temps avec l’Oxus en Bactriane. Avec le Marsyas de Phrygie on était sur le territoire de Célènes8, où s’était fixée sa légende, centre administratif et nœud de communications important de l’empire achéménide. Les rois de Perse y avaient un paradis, et Antiochos Ier y fonda une ville nouvelle à laquelle il donna le nom de sa mère Apamé, princesse bactrienne, fille de ce Spitaménès qui avait été l’animateur de la résistance à Alexandre en Sogdiane et en Bactriane et que Séleucos avait épousée en 324 lors des noces de Suse. À l’inverse de ce qu’il advint à ses consœurs qui se virent bientôt répudiées par leurs époux de circonstance, Apamé eut la chance de retenir l’attachement de Séleucos I et devint reine lorsqu’il prit le titre royal.

Fig. 3. Takht-i Sangin. Plan du sanctuaire. En rouge l’emplacement de la fouille de l’escalier du puits. D’après Zwischen Ost und West, 145, fig 4.

  • 9 Ils ne portent pas trace de dédicace inscrite, mais le dédicataire était implicitement nommé.
  • 10 Ces éléments d’auloi, que les fouilleurs datent en gros de la période hellénistique d’après leur n (...)

7À Takht-i Sangin on n’avait pas oublié, au moins à l’époque grecque, le musicien et l’instrument de sa musique qui savait être à la fois savante et populaire. Qu’on en juge plutôt. Dans le temple même les fouilleurs découvrirent l’une des plus belles collections d’auloi grecs qui nous soient parvenus de l’Antiquité, qui avaient été consacrés à la divinité du sanctuaire9 : plus de quarante sections de tuyaux en os, bien conservés dans l’ensemble, certains avec les mécanismes de bronze qui permettaient d’en régler le jeu. L’étude de ces pièces est entre les mains d’Annie Bélis et de sa collaboratice Nathalie Berland10. Je ne peux résister au plaisir de citer quelques lignes d’une correspondance personnelle que m’adressait en janvier 2013 celle pour qui la musique antique n’a pas de secret : « Ce que je puis certifier d’ores et déjà, c’est que par leur calibre, leurs caractéristiques, leur facture, les auloi de Takht-i Sangin sont construits selon les normes grecques et ne ressemblent en rien aux petits flûtiaux en os à peine travaillé de fabrication locale ou pour amateurs : on le voit à la perfection des perces et des systèmes d’emboîtement, parfois triple épaisseur, avec bague de serrage pour éviter toute fuite d’air, et perce intérieure lisse, strictement rectiligne. C’est on ne peut plus grec, je l’affirme ». Il faudra tenir compte de plusieurs facteurs quand, au terme de l’étude des spécialistes de la musique antique, l’historien interviendra à son tour pour tirer les conclusions de la présence en Bactriane de ce lot d’instruments musicaux et les intégrer dans le jugement à porter sur l’impact de l’hellénisme dans l’Asie centrale sous pouvoir grec. Il lui faudra estimer au plus juste quel poids ont au regard de cet hellénisme l’apparente homogénéité technique du lot, que souligne dès à présent A. Bélis, le nombre élevé des instruments, même s’il est nécessairement moindre que celui des sections conservées, le lieu de leur fabrication, locale ou méditerranéenne, Proche-Orient hellénisé compris, enfin la nature même de ces offrandes selon qu’il s’agit de consécrations individuelles ou au contraire groupées, et la nationalité possible des dédicants, originaires de la Bactriane ou venus d’ailleurs.

  • 11 G. Rougemont, Inscriptions grecques d’Iran et d’Asie Centrale (IGIAC) Corpus Inscriptionum Iranica (...)
  • 12 G. Rougemont, IGIAC, no 53, l. 12-20.
  • 13 Rehm, I. Didyma, no 480. Sur cette inscription de Milet et la suivante voir surtout L. Robert, BCH (...)
  • 14 Sur cette expédition de Démodamas sur l’Iaxarte dont on hésite pour la date entre la reconquête co (...)
  • 15 . Dittenberger, OGI, no 213 ; Rehm, I. Didyma, no 479.

8Le Marsyas de Takht-i Sangin est en tout cas un témoin assuré de la présence en Bactriane d’un nombre non négligeable de colons grecs, parmi lesquels un certain nombre venaient de la vallée du Méandre, et dont l’installation se fit sous l’égide des deux premiers Séleucides. Dans les inscriptions grecques d’Aï Khanoum les noms grecs sont de très loin les plus nombreux11. Nous savons également qu’une autre ville de la vallée du Méandre, Magnésie du Méandre, à l’instigation de ce même Antiochos Ier, avait envoyé un renfort de colons à Antioche de Perside12. Le succès de cette politique de colonisation doit sans doute beaucoup aux liens tissés avec cette province par l’intermédiaire d’Apamé, épouse et mère des deux premiers souverains séleucides, dont l’influence active en faveur de sa première patrie, toujours présente dans son cœur, se faisait sentir dans les centres du pouvoir ainsi qu’en atteste un décret honorifique de Milet13 de 299. Il remercie la reine de l’appui accordé aux ambassadeurs de la ville que Séleucos avait fait venir auprès de lui pour discuter avec eux du financement de la construction du temple de Didymes. Le même décret rappelait aussi la protection bienveillante qu’elle avait accordée au contingent des soldats milésiens de l’armée de son époux quand ceux-ci, sous les ordres de leur général Démodamas, lui-même citoyen de Milet et qui proposait le décret en question, avaient pris part à la reconquête par Séleucos vers 306-305 des provinces de Bactriane et de Sogdiane. Quelques années plus tard, alors qu’Antiochos était devenu vice-roi au côté de son père, spécialement pour le gouvernement des « satrapies supérieures », et que les devoirs de sa charge l’appelèrent sans doute à se rendre en Bactriane, il ne pouvait oublier que coulait dans ses veines le sang bactrien de sa mère, tandis que la présence de Démodamas, rappelé pour consolider la frontière nord-orientale de l’empire ravagée par les nomades et placée désormais sous la protection d’Apollon Didyméen auquel il consacra des autels sur l’Iaxarte, renforçait les liens entre les provinces séleucides des marches orientales, la monarchie et l’une des villes-mères les plus brillantes de l’hellénisme14. Antiochos s’associait directement aux générosités de son père et de sa mère envers le sanctuaire d’Apollon Didyméen en faisant construire à Milet un portique dont les revenus seraient affectés à la caisse du temple15. Ainsi sous le triple patronage de la famille fondatrice de la lignée séleucide, la Bactriane donna à son patrimoine grec des bases assez solides pour durer un siècle et demi.

  • 16 E.V. Zejmal’, Amudar’inskij klad. Katalog vystavki, Léningrad 1979, no 105, 61 ; bonne photographi (...)
  • 17 J.-P. Drege, F. Grenet, « Un temple de l’Oxus près de Takht-i Sangin, d’après un témoignage chinoi (...)

9La plupart des Bactriens continuaient vraisemblablement de se représenter la divinité fluviale sous son aspect traditionnel. Le taureau androcéphale à tête couronnée représenté sur une bague-cachet en or du Trésor de l’Oxus16 et désigné nommément par une inscription gravée comme « Wakhshu », évoque le génie hybride « Gopatshah » du folklore iranien. Mais, dans les croyances populaires les plus anciennes, la figuration prédominante de l’Oxus devait être associée à celle d’un cheval assimilé au fleuve, ainsi que le rapporte un récit mythologique recueilli au ixe siècle par un érudit chinois, Duang Chengshi (803-863), dans un ouvrage de compilations diverses, et bien mis en valeur par un commentaire de J.-P. Drège et F. Grenet17. J’en résume le texte d’après la traduction de J.-P. Drège :

« Dans le royaume de Judej’an (= Kobadian), au milieu du fleuve Wuxu (= Oxus), se trouve un temple céleste du feu sur un bas fond formant deux bras de rivière. La tradition veut que le dieu céleste soit venu de Perse (....). À l’intérieur il n’y a pas d’images. En contrebas du grand bâtiment ont été installés des foyers grands ou petits. Les gens font leurs dévotions vers l’est. Il s’y trouve un cheval de bronze, de la taille d’un cheval ordinaire ; les gens du royaume disent qu’il est descendu du ciel, qu’il a courbé ses pattes de devant en l’air et qu’il s’est tenu devant le dieu, ses pattes de derrière s’enfonçant dans le sol. Depuis l’Antiquité on a creusé à de nombreuses reprises pour voir jusqu’à plusieurs dizaines de (toises ?), sans pouvoir atteindre ses sabots [...] chaque premier de l’an [en juin-juillet dans les Pays d’Occident], un cheval sort du milieu du fleuve Oxus ; sa couleur est comme de l’or il répond par ses hennissements à ceux du cheval de bronze et soudain rentre dans l’eau... »

  • 18 Cette caractéristique géologique sur laquelle H.-P. Francfort a attiré mon attention et qui n’étai (...)
  • 19 Celle-ci se reconnaît dans la stratigraphie de l’avant-cour du temple où la tranchée creusée pour (...)

10L’identification du site de Takht-i Sangin avec le temple, situé, selon le compilateur chinois, dans le royaume de Kobadian, dont il est effectivement limitrophe (à la rigueur il aurait pu faire partie de ce royaume à l’époque où a été rédigé le document qui fut retranscrit par Duan Chengshi), ne saurait laisser place au doute. Construit en partie à l’extrémité d’un cône de déjection18 prolongé par une terrasse alluviale19 comme il y en a tant sur les rives de l’Oxus – Aï Khanoum ne fait pas exception –, au confluent de deux rivières, l’Oxus et son affluent le Wakhsh, position géographique qui est aussi celle de l’édifice dans le texte chinois, le sanctuaire de Takht-i Sangin n’est séparé du cours de l’Oxus que par une zone de terres basses large de cinq cents mètres. En période de hautes eaux, cette zone est inondable jusqu’à une centaine de mètres de l’enceinte Est du sanctuaire, à peu près au moment où, en juin-juillet, le jour de l’année nouvelle, se produit l’apparition dans le fleuve du cheval qui va saluer de ses hennissements son congénère de bronze descendu du ciel. Le temple exhumé par les archéologues pourrait passer aisément pour le modèle décrit par la source de Duan Chengshi. Le caractère zoroastrien appuyé attribué par la source chinoise au culte réellement pratiqué à Takht-i Sangin est loin d’être assuré, surtout pour la période grecque, mais, dans une région comme la Bactriane qui fut une des terres d’élection du zoroastrisme, on concèdera sans peine qu’un lettré chinois ait pu être tenté de généraliser ce qu’il avait pu apprendre de la conquête sassanide du pays, d’autant qu’il ignorait tout d’une ancienne présence grecque dans l’Asie centrale. Le merveilleux inextricablement mêlé au réel dans la source chinoise n’a rien en soi de très surprenant pour un lecteur habitué à ce genre de texte.

11Un détail toutefois fait exception, dont le caractère saugrenu semble comme étranger à l’atmosphère de la description, comme si sa bizarrerie cachait une autre réalité, mal comprise. Il s’agit de la statue en bronze du cheval céleste qui, sur ses membres arrières, les antérieurs pliés contre son poitrail dressé, rendait ainsi hommage à la divinité des lieux et, chaque nouvel an, répondait par ses propres hennissements à ceux du cheval qui surgissait alors des eaux de l’Oxus avant d’y retourner, une fois accompli cet échange de salutations. Pour ancrer ce cheval de bronze dans la réalité le récit lui donne une taille normale. Il est pourtant pourvu d’une étrange particularité : ses pattes arrière s’enfonçaient dans le sol – détail étrange pour un cheval de pedigree céleste – et, plus étrange encore, on avait beau creuser et creuser pour dégager ses sabots enterrés, on ne les a jamais atteints.

  • 20 M. Boyce, A History of Zoroastrianism I, Brill, Leyde 1975, 135-136 ; M. Boyce, F. Grenet, A Histo (...)
  • 21 J.-P. Drege, F. Grenet, 1987, op. cit., 121. Un bon aperçu de cette littérature ethnographique dan (...)
  • 22 F. Grenet, « Zoroastre au Badakhshan », Studia Iranica, 2002, 193-214.

12Avant de faire part de mes réflexions sur ce texte, qu’il me soit permis de rappeler cette évidence, que la présence du cheval dans le culte des divinités des eaux et notamment des fleuves dans la religion iranienne ancienne est bien connue et me dispense de longs développements. Quelques mots seulement. C’est sous la forme d’un cheval blanc que Tishtriya, le dieu de l’étoile Sirius, combat le démon de la sécheresse, incarné dans un cheval noir, puis s’ébroue dans la mer primordiale Vourukasha, faisant monter vers les nuées l’eau des pluies qui vont fertiliser la terre20. Dans les traditions populaires encore vivaces aujourd’hui l’image du dieu aquatique conçu comme un cheval est largement répandue et a nourri une riche littérature ethnographique en langue russe21. Dans les conceptions religieuses de l’époque sassanide, l’Oxus s’identifie avec la « Bonne Rivière », Vanhvi Daitya, près de laquelle Zoroastre est supposé avoir eu sa révélation, dans un contexte géographique que F. Grenet place dans la région d’Aï Khanoum22.

  • 23 A. Drujinina, G. Lindström, « Kultgefässe im Oxos-tempel-zur Frage der Kultkontinuität im unruhige (...)
  • 24 A. Drujinina, G. Lindström, op. cit., 172, plan fig. 2 (« Brunnen ») : ce puits d’un diamètre de 2 (...)

13Comme les curieux ou les chercheurs de trésors qui sont supposés avoir creusé dans le sanctuaire alors qu’il était encore en fonction dans l’espoir un peu fou de savoir ce que le cheval de bronze avait sous ses sabots, les archéologues ont creusé, eux aussi, dans l’avant-cour du sanctuaire (46,50 m Nord-Sud x 21,50 m Est-Ouest), entre la façade du temple tournée vers l’Oxus et le soleil levant, avec sa double colonnade flanquée de deux massifs cubiques en saillie, et les propylées d’entrée du sanctuaire donnant directement accès à la cour. Ils ont mis là en évidence, sur l’axe central Ouest-Est, la présence d’un escalier taillé en pleine terre (largeur : 0,90-1,45 m), qui s’enfonçait en direction de l’Oxus23 ; après l’avoir dégagé sur une longueur de 15 m, la fouille, pour des raisons de sécurité, s’est arrêtée à une profondeur de 12,40 m (Fig. 4 et 5). On s’était donné beaucoup de peine pour atteindre le niveau de la nappe phréatique et l’eau lustrale destinée aux besoins du culte, alors qu’on aurait pu le faire plus simplement par un puits vertical, comme il en existe un, d’ailleurs, immédiatement au sud du départ des marches24. Le fait que l’escalier cessa d’exister dans le courant du iie siècle avant. n. è. selon les fouilleurs, plus tard selon moi, au ier siècle de n. è. (voir ci-après) complique la question de sa fonction. Une seule chose paraît à peu près certaine : c’est que d’une façon ou d’une autre celle-ci était en rapport avec le culte de l’Oxus.

  • 25 P. Bernard, G. Rougemont, Journal des Savants 2004, 333-356 ; G. Rougemont, IGIAC, no 151.
  • 26 À titre de comparaison le célèbre cratère de Vix, daté de 525 av. n. è. environ, œuvre d’un atelie (...)
  • 27 G. Rougemont, IGIAC, no 97 bis avec, à la p. 276, mes réflexions sur l’inscription d'Irômoïs à Tak (...)
  • 28 A. Ivantchik, ibid., 130-134.
  • 29 Voir ci-dessus n. 23.
  • 30 A. Ivantchik, Zwischen Ost und West, 134-137. L’auteur analyse très bien les signes qui trahissent (...)

14L’histoire de cet escalier, qui n’est pas antérieur à la construction du sanctuaire à l’intérieur duquel il se cale très exactement dans le plan de la cour, se complique par le fait qu’il fut comblé progressivement jusqu’à 4 m de la surface par plusieurs couches de remplissage (XXI-XVII), dont le matériel contenait notamment des fragments de vasques en pierre dont deux portent des dédicaces en grec au dieu Oxus (ci-dessous) et qui, selon les fouilleurs, témoigneraient d’une première destruction violente du sanctuaire. Ils tirent cette hypothèse de la présence menaçante de nomades aux confins de la Bactriane dont fait état en 206 av. n. è. le récit de Polybe (XI, 14) relatif au siège de Bactres par Antiochos III : le roi gréco-bactrien Euthydème, qui résistait opiniâtrement derrière les remparts de la ville depuis près de deux ans, usa de cet argument pour convaincre le souverain séleucide de lever au plus tôt le siège afin de n’être pas emporté avec lui dans un commun désastre25. Les deux adversaires se réconcilièrent mais la menace, toujours selon les fouilleurs, se serait concrétisée quelques années plus tard au début du iie siècle avant n. è. Au-dessus de ce remplissage s’installa alors un atelier de fondeurs en bronze dont le terminus post quem est donné par une monnaie d’argent d’Hélioclès (145-130), et qui produisit notamment des cratères de grande taille. Leur embouchure dépassait 1 m de diamètre et leur poids, équivalant à 7 talents grecs, était d’environ 180 kilos26 : ces vases nous sont connus par des fragments des moules d’argile dans lesquels ils furent coulés sur place selon la technique de la cire perdue. À la manière grecque et en langue grecque, les dédicants mentionnent sur le col des vases leur consécration à l’Oxus. Sur les trois inscriptions qui nous sont parvenues, l’une est l’offrande d’un Oriental, Irômoïs fils de Nemiskos, qui porte le titre de molrparlès, transcription en grec d’un mot bactrien signiiant « garde du sceau27 » (Fig. 6), un deuxième donateur, qui utilise le même formulaire, est probablement de nom grec [Στέ]φανος, [fils de Διον]υσόδ[ωρος]28. A. Drujinina et G. Lindström datent le fonctionnement de la fonderie du troisième quart du iie siècle av. n. è., réduisant à pratiquement rien la période d’après Hélioclès, arguant de l’absence de céramique post-hellénistique ou kushane ancienne au-dessus de la couche XII d’où provient la monnaie du dernier roi gréco-bactrien. Les ressemblances tout à fait frappantes de l’écriture (lettres rondes carrées, formes cursives, rho ouvert « en manche de parapluie ») avec l’inscription kushane de Wima Taktu, deuxième souverain de la dynastie kushane, au Dasht-i Nawur, bien datée de 94/95, recommandent pourtant, selon nous, une date sensiblement plus basse29, dans le courant du ier siècle de n. è. Les analyses au carbone 14 confirmant une date dans la deuxième moitié du deuxième siècle av. n. è., moins vraisemblablement au ier siècle av. n. è. A. Ivantchik, qui a soumis ces inscriptions à un étude très soignée, et reconnaît bien volontiers les analogies paléographiques avec le Dasht-i Nawur, s’incline cependant devant les indications tirées de la fouille elle-même, dont il pense pouvoir justifier les conclusions en s’appuyant sur de plus anciennes attestations de ces graphies que celle du Dasht-i Nawur, mais qui apparaissent isolément les unes des autres. Il se rallie donc à la date des fouilleurs : dans la deuxième moitié du iie siècle av. n. è30.

Fig. 4. Takht-i Sangin. Coupe ouest-est sur l’escalier. D’après Zwischen Ost und West, 174, fig. 5.

Fig. 5. Takht-i Sangin. Vue de l’escalier depuis l’est. D’après Zwischen Ost und West, 173, fig. 3.

Fig. 6. Takht-i-Sangin. La dédicace en grec d’Irômoïs sur le col d’un cratère : en bas moule en terre crue, au-dessus dessin. D’après Zwischen Ost und West, 127, fig. 2.

  • 31 Le yabghu de Guishang (Kushan) a pour siège la ville de Hucao, dont le nom qui, selon F. Grenet, d (...)
  • 32 Shi ji or Records of the Grand Historian by Sima Qian, trad. Burton Watson, 1961, revised ed. 1993 (...)
  • 33 A. Ivantchik, Zwischen Ost und West, 128 : « der Verfasser der Inschrift (celle d’Irômoïs, la seul (...)
  • 34 N. Sims-Williams et J. Cribb, « A new Bactrian Inscription of Kanishka the Great », Silk Road Art (...)
  • 35 E. Bikerman, Institutions des Séleucides (Haut-Commisariat de la République française en Syrie et (...)

15Une telle date amène à se poser un certain nombre de questions. La fonction de « garde du sceau » qu’exerce Irômoïs se conçoit-elle à une date aussi haute, qui correspond à celle du voyage du premier visiteur chinois dans la région, Zhang Qian (128-127), alors que les Yueh Chi n’avaient pas encore tout à fait endossé les habits de nouveaux maîtres d’un empire et restaient volontairement cantonnés sur la rive droite de l’Oxus, sans étendre encore leur implantation sur la rive gauche, déjà pourtant conquise31 ? D’après la brève description de Zhang Qian, témoin oculaire, passée dans le Shiji32, l’unité politique jusque là assurée par la monarchie gréco-bactrienne sur cette rive gauche, qui avait été le berceau de l’hellénisme en Asie centrale, s’était défaite, remplacée par un émiettement de pouvoirs locaux gravitant autour des villes, Lanshi-Bactres notamment, la capitale, sans que pour autant la prospérité économique et le commerce aient été sérieusement affectés. Il n’a pas non plus échappé à A. Ivantchik, qui en fait une analyse très pertinente, que la langue des inscriptions comporte quelques entorses, pas toutes vénielles, au bon usage du grec hellénistique33. Ce changement est-il imputable au seul rédacteur ou traduit-il, de façon plus générale, comme je le crois, les premiers signes du déclin de la maîtrise du grec comme langue de culture dans les élites locales, ce qui orienterait alors plutôt vers une date plus proche des débuts de l’empire kushan que du dernier roi gréco-bactrien, dans une période de transition ? La forme bactrienne morlpalrès qu’utilise le « garde du sceau », dont l’apparition isolée est surprenante dans une inscription de consécration rédigée pour le reste entièrement en grec, trouverait une explication naturelle si c’est précisément la forme du titre officiel de la charge d’Irômoïs dans une chancellerie où le bactrien, qui ne joue encore qu’un rôle secondaire, finira par exclure complètement le grec, ce qui se produisit, selon le témoignage des documents écrits et des légendes monétaires, sous Kanishka, dans la première année de son règne, comme nous l’avons appris de l’inscription bactrienne de Rabatak34, soit en 127 de n. è. L’absence du titre grec spécialisé pour « garde du sceau », ὁ ἐπὶ τῆς σφραγῖδος dans la chancellerie séleucide35 invalide la possibilité d’une transmision par emprunt à la chancellerie gréco-bactrienne et de là à celle où officiait Irômoïs, et s’oppose à l’hypothèse que morlpalrès puisse être la traduction bactrienne d’un titre grec séleucide. L’explication la plus naturelle que je vois à la présence solitaire de ce mot bactrien dans une dédicace grecque, c’est que, malgré le recours au grec, marqueur élitiste, de la dédicace, on est là dans une tradition culturelle tout autre, celle du milieu bactrien local parlant une langue de la famille indo-iranienne, ou celui des conquérants yuezhi adoptant cette dernière, que l’alphabet grec permettait de doter enfin d’un système d’écriture.

  • 36 F. Grenet, « Nouvelles données sur la localisation des cinq yabghus des Yuezhi. L’arrière-plan pol (...)

16Dans une étude récente sur la localisation des cinq yabghus ou chefs des principautés nomades entre lesquelles se répartissaient les conquérants yuezhi qui venaient de s’emparer du pays des Daxia, c’est-à-dire de la Bactriane, dans les années précédant la visite de l’ambassadeur chinois Zhang Qian en 12836, F. Grenet a proposé de localiser celui de Guishang (= Kushan), qui allait réunir bientôt sous son commandement les quatre autres et fonder à partir de là l’empire kushan, dans les basses vallées du Wakhsh et du Kafirnigan, et d’identifier la ville de Hucao, qui était le siège de son autorité, aux noms de Wakhshu, Wakhshab qui en sont l’équivalent phonétique. L’Oxeiana de Ptolémée à peu près dans la même région relierait Hucao-Wakhshu des sources chinoises à la ville de Takht-i Sangin, doublement redevable à l’Oxus de sa situation sur le fleuve et de la divinité de son grand sanctuaire. Même si le site de Takht-i Sangin, serré entre le cours de l’Oxus et l’arc rocheux du Teshik-Tash qui l’isole de l’arrière-pays et le prive de toute chora – pour parler à la grecque – et de tout espace de pâture, est loin d’être l’endroit le mieux choisi pour devenir un établissement fixe de nomades d’où un chef ambitieux pouvait le mieux gérer ses visées hégémoniques sur les groupes voisins, il n’en reste pas moins que le rapprochement Hucao-Oxus, conforté par l’Oxeiana de Ptolémée, tient la route et qu’il faut simplement chercher un autre site dans le voisinage de Takht-i Sangin, au-delà de l’arête rocheuse. F. Grenet lui-même n’excluait pas cette éventualité et pensait à Wakhshab.

17Après les remarques que j’ai été amené à faire, on comprendra que je garde quelques réserves sur la datation haute des inscriptions sur moule défendue par les fouilleurs. J’attends la publication définitive que doit nous donner Mme A. Drujinina et ses collègues avec l’ensemble des données, notamment la céramique, pour renoncer, s’il le faut, à mon point de vue.

  • 37 Voir l’étude de N. Boroffka et J. Mei, « Technologietransfer in Mittelasien – chinesische, griechi (...)

18L’association, qui nous vient immédiatement à l’esprit devant les restes évocateurs de ces grands vases, avec les cratères de bronze dont l’archéologie grecque est pleine, que ce soit sous la forme d’exemplaires réels ou de mentions dans les inventaires des temples (Olympie, Athènes, Délos), suffirait amplement à justifier l’intérêt que provoquent ces trouvailles. Cet intérêt se trouve multiplié à Takht-i Sangin par le fait que ces exemplaires viennent à notre connaissance sous la forme des moules qui ont servi à les fondre sur place, avec la richesse d’informations techniques que cela permet sur la fonte des statues en bronze dans l’antiquité, par le lieu de leur découverte sur un site où la religion et la culture grecques ont cohabité avec des traditions orientales, et par le type même de ces vases. Ce type dénote en effet d’indéniables connexions avec une autre tradition du travail du bronze que la grecque, parallèle mais indépendante, même si elle est susceptible de croisements avec elle, que représentent certains cratères en bronze scytho-saces et, plus à l’est, des modèles chinois37 de la période tardive Zhou (ve-iiie siècle).

  • 38 Pour une étude géomorphologique du site de Takht-i Sangin voir P.P. et A.P. Kerzum, « Geomorfologi (...)
  • 39 Les fouilleurs (note 40) pensent qu’il a dû exister un puits analogue dès la fondation de l’édific (...)
  • 40 D. Schlumberger, M. Le Berre, G. Fussman, Surkh Kotal en Bactriane, (Mémoires DAFA XXXV), Diffusio (...)

19Mais remontons dans le temps le temps, avant l’installation de l’atelier de fonderie des cratères, et considérons ce qu’il a remplacé, à savoir l’escalier creusé en pleine terre pour atteindre le niveau de la nappe phréatique d’une ancienne terrasse alluviale que traverse sa tranchée et qui est reconnaissable aux couches alternées de galets fluviatiles et de dépôts limoneux38. Si modeste que soit l’allure de cet aménagement, dont les marches irrégulières atteignent une largeur de 0, 90-1,50 m, sans renforcement d’aucune sorte ni sur les parois, si ce n’est un enduit de torchis, ni sur les marches, et dont la tranchée a été suivie jusqu’à 12,40 m. de profondeur sans atteindre le fond, cette installation n’a pu avoir d’autre fonction que d’assurer au sanctuaire un approvisionnement en eau lustrale, pure de toute souillure, pour les besoins du culte. Le sanctuaire kushan de Surkh Kotal offre un aménagement de même type, mais à une échelle véritablement monumentale malgré la date tardive de l’installation39 : au pied de la colline sur laquelle avait été construit le temple par le roi Kanishka, s’ouvrait, sur le parvis d’entrée de l’enceinte, un puits cylindrique de 4,20 m de diamètre, profond de 8 m, vers lequel descendait un escalier d’une trentaine de marches, le tout tapissé de blocs de pierre taillés, dont un grand nombre portant des lettres grecques étaient des remplois arrachés à des inscriptions kushanes provenant du revêtement des murs de soutènement de la terrasse de base et des parois du grand escalier axial de la façade du sanctuaire40. Dans son principe cet aménagement est la réplique monumentale du dispositif de Takht-i Sangin, où les prêtres s’enfonçaient dans les profondeurs de la terre par un cheminement qui avait exigé de gros terrassements, pour aller puiser l’eau des sacrifices, symbole en même temps du fleuve où le dieu de l’Oxus faisait tous les ans à date fixe une apparition. C’est sans doute le souvenir, à peine transposé en fable, de cette mystérieuse descente vers l’eau souterraine inépuisable du sacrifice que nous a conservé le mythe du cheval de bronze indéracinablement scellé à la terre.

  • 41 B. A. Litvinskij, I. R. Pichikjan, Ellinisticheskij Xram Oksa v Baktrii. I. Raskopki, Arkhitektura (...)
  • 42 Ces deux blocs sont scellés entre eux par un mortier de plâtre mélangé d’éclats de pierre.
  • 43 Ibid., pl. 4.

20Nous avons cru un court moment que la cour du sanctuaire de Takht-i Sangin conservait, outre le puits à escalier, un autre témoignage de la véracité du récit de la source chinoise. Nous pensions aux restes d’une base construite dans la cour, que B. Litvinskij décrivait comme ayant porté une statue en bronze colossale, d’une hauteur estimée à 5 m41. Il s’agit de deux blocs de calcaire dont on voit encore qu’ils étaient englobés à l’origine dans un massif de maçonnerie de briques crues très ruiné. Ces deux blocs parallélépipédiques (76 x 50 cm ; haut. 28 cm ; 78 x 45 cm ; haut. 38 cm), sont distants l’un de l’autre d’une vingtaine de cm et parallèles par leurs longs côtés42 mais décalés d’arrière en avant l’un par rapport à l’autre de 15-20 cm. Aurait-ce pu être le support des pattes arrière du cheval de bronze ? Il s’agit en fait de la trace de deux pieds humains, le gauche légèrement avancé par rapport au droit, d’une statue en bronze colossale disparue, mais dont la coulée de plomb de consolidation qui s’était étalée autour des goujons de fixation en fer sur chacune des deux pierres de la base gardait la forme de leur emplacement respectif (61,5 et 62 cm de longueur). La forte épaisseur de la coulée de plomb (15 cm), soit un poids de 40 kg pour chaque empreinte, donnant la forme générale de la semelle des pieds sans les orteils, trahit une technique qui n’est pas celle employée normalement dans le monde grec, où la coulée de plomb peu épaisse s’étale en forme de flaque. S’agirait-il d’une réparation ? À défaut de la statue en bronze grandeur nature d’un cheval cabré, comme le voulait la source chinoise, on avait celle, en bronze aussi, mais colossale, d’un personnage humain. Dressée dans un emplacement de choix, ἐν τῷ ἐπιφανεστάτῳ τόπῳ aurait-on dit dans un décret honorifique grec, à l’avant de l’extrémité sud du pronaos à double colonnade du temple, face à l’Est et aux propylées d’entrée du sanctuaire, l’énorme statue, qui devait impressionner fortement les visiteurs par ses dimensions, ne pouvait représenter qu’un personnage de premier plan, plutôt qu’une divinité, ayant des attaches étroites avec le sanctuaire. Faute d’indications précises sur sa date, il est légitime de la rapprocher de l’activité des bronziers qui coulèrent les grands cratères consacrés à la divinité de l’Oxus. Comme eux, la statue a dû être faite par morceaux sur place, pratiquement au même endroit, assemblée et dressée à proximité immédiate. Cela aide à restituer, avec d’autres petites constructions, une vision extraordinairement vivante et animée de la cour du sanctuaire, encombrée d’offrandes à l’air libre : on ne s’en explique que mieux le nombre des trouvailles, grandes ou petites, faites dans le sanctuaire par les fouilleurs (près de 8 000) ; encore ne s’agit-il là, pour la grande majorité d’entre elles, que de celles qui avaient échappé aux rapines et aux destructions après avoir été enterrées périodiquement dans des fosses dans le temple proprement dit lorsqu’il fallait faire de la place pour de nouvelles offrandes43. Nul doute que ladite statue colossale ait contribué à maintenir dans la mémoire populaire, le souvenir du temple de l’Oxus à Takht-i Sangin, tel que nous le retrouvons dans la notice du compilateur chinois.

  • 44 E.V. Zeymal, « Coins from the Excavations of Takht-i Sangin (1976-1991) », Studies in Silk Road Co (...)
  • 45 D. Schlumberger, M. Le Berre, G. Fussman, Surkh Kotal en Bactriane I, 139-144.
  • 46 Au moment de mettre sous presse, j’ai connaissance d’une étude de A.S. Balakhvantsev, de l’Institu (...)

21On ne peut esquiver un problème d’ordre chronologique, distinct de celui de la date des installations de la fonderie, mais qui concerne l’histoire religieuse du monument dans son ensemble. Les monnaies les plus tardives recueillies en fouille ne sont pas postérieures à l’époque des Grands Kushans44. La difficulté n’est pas la mention faite par le texte chinois, qui fait état d’une tentative de destruction du sanctuaire par un roi arabe, qui se retourne finalement contre l’agresseur étranger. Visiblement ce scénario fictif avait été conçu pour justifier le fait que le sanctuaire, abandonné depuis longtemps à l’époque de la source utilisée par Duan Chengshi, se ruinait progressivement, mais sans avoir été, semble-t-il, l’objet d’une destruction violente ; seul le matériel de récupération comme les pierre des colonnes ou le métal, notamment le bronze qui avait alimenté l’activité de la fonderie, et celui de la statue colossale en premier lieu, avaient dû être pillés, à quoi il faut ajouter les habituelles déprédations, à toute époque, des chercheurs de trésors. Mais les fouilleurs de Takht-i Sangin ne se sont pas trouvés, comme nous l’avons été dans le temple à redans d’Aï Khanoum, dans un édifice ravagé par un incendie allumé par les envahisseurs nomades vers 145 av. n. è., dont les murs avaient été rougis par un feu violent, le sol couvert des poutres carbonisées de la toiture effondrée, les ruines elles-mêmes percées par des sapes de fouilleurs clandestins dès l’Antiquité. L’histoire du sanctuaire de l’Oxus subit donc un coup d’arrêt au iiie siècle avec la chute des Grands Kushans et la conquête sassanide de la Bactriane45, comme ce fut aussi le cas à Surkh Kotal, mais sans les états plus tardifs que connut ce dernier. Mais si la disparition de la dynastie kushane étroitement liée au culte du temple de Surkh Kotal condamnait à terme l’existence de celui-ci, on est, en revanche, étonné que le sanctuaire de Takht-i Sangin, voué au culte de l’Oxus, ne se soit jamais remis de son abandon survenu au iiie siècle de n. è. étant donné que le dieu fluvial était encore au viiie siècle, non seulement sur les terres riveraines de son cours, mais aussi dans celles qui se trouvaient plus profondément à l’intérieur, l’une des divinités les plus importantes du panthéon bactrien. C’est ce qui ressort clairement du lot d’archives administratives en langue bactrienne provenant d’une vallée du versant nord de l’Hindukush, au nord de Bactres, déjà mentionné ci-dessus. L’inconvénient majeur que présentait pour le site l’absence d’un débouché sur un terroir agricole et pastoral, indispensable à la subsistance des habitants, qui devaient tout miser sur la fréquentation du sanctuaire, a-t-il fait obstacle au redémarrage de l’ensemble du site ? La reprise de la fouille à l’intérieur de la ville elle-même, qui n’a pas été poussée bien loin, aiderait peut-être à répondre à la question des causes de l’abandon sans retour de Takht-i Sangin après une histoire qui fut comme écourtée46.

EXCURSUS : La statuette de silène de Borasdjan dans le Fars (Iran)

  • 47 P. Callieri, L’archéologie du Fars à l’époque hellénistique. Quatre leçons au Collège de France, 8 (...)
  • 48 G. Rougemont, IGIAC, no 51-53, 96-121.

22En 2007 Pierfrancesco Callieri faisait connaître dans un livre reprenant ses conférences au Collège de France47 une statuette de silène trouvée fortuitement en 1988 à Tall-e Khandaq, à 6 km au nord-ouest de Borasdjan. Et donc dans la région de Bushire, où se trouvait Antioche de Perside, fondation séleucide célèbre par un dossier épigraphique gravé à Magnésie du Méandre, concernant la reconnaissance par la ville du golfe Persique du concours panhellénique des Leukophryèna que venait de créer la cité du Méandre, avec l’approbation du roi Antiochos iii et de son fils aîné Antiochos48. La description qu’en donne P. Callieri a été faite d’après la traduction du texte de la publication en langue persane de M. Rahbar (1999). Nous n’avons donc que celle-ci et la reproduction des photographies de la publication originale pour nous faire une opinion. Tenté de voir dans ce silène un Marsyas, j’y ai finalement renoncé. Si je le signale ici c’est qu’il représente l’un des rares originaux conservés qui relie les thèmes inspirés de l’iconographie dionysiaque, si populaire dans l’Asie centrale et le Gandhara, aux modèles occidentaux.

23Le personnage, un silène très fortement mutilé mais reconnaissable à une longue queue chevaline, et le socle qui le porte sont taillés dans un même bloc de marbre blanc, cristallin, sans veine. Le socle, mince (4,3 cm), rectangulaire (52 x 29,5 cm), a l’allure d’une plinthe. Le silène occupe le petit côté droit de la plinthe, assis sur un rocher recouvert de la peau de bouc qui lui sert normalement de manteau, le mufle caprin aux longues paupières closes, bien en vue, de face, magnifique morceau de sculpture ; de ce même côté, gisant à terre, les deux tuyaux à cinq trous d’un aulos. De l’autre côté, une syrinx à six tuyaux. Contre l’arrière du rocher est posé un pedum, bâton recourbé de berger.

  • 49 Quelques fragments manquent à la plinthe mutilée, mais pas aux endroits où devrait se faire l’appu (...)

24Du silène lui même il ne reste que le bas-ventre à partir du nombril, le bassin avec les fesses, le départ des cuisses écartées qui se détachaient du rocher : assez pour voir qu’il amorçait un mouvement de renversement vers l’arrière ; silènes et satyres de l’art gréco-romain nous ont habitués à ce genre de comportement. Les jambes ont alors tendance à se soulever, accompagnant le mouvement du torse et il faut que, par un artifice quelconque, l’une des deux au moins garde le contact avec le sol ; autrement la statue déséquilibrée, basculant vers l’arrière, se détacherait de sa base. Or la plinthe devant le rocher qui supporte le personnage présente une surface parfaitement lisse, sans aucune trace d’arrachement, pas même celle d’un tenon de marbre qui aurait soutenu en l’air l’une des jambes49. Si la pose du silène conçue par le sculpteur n’avait besoin pour son équilibre que du rocher sur lequel il était assis, pourquoi cet allongement de la plinthe devant lui, où il n’y a pas trace d’un second personnage ni de quoi que ce soit d’autre ?

25On ne voit pas non plus de trace d’une main qui prendrait appui sur le rocher. En revanche, la description mentionne, sur la hanche gauche, les restes d’un pouce, comme si la main venait s’y appuyer, geste qui se concilie mal avec la station assise : comment imaginer que, dans cette pose, la droite élève, par exemple, un vase à boire ? Bref, ce qui reste de cette statue de petites dimensions – la hauteur maximale conservée (rocher, bas du corps du nombril jusqu’à à mi-cuisses, épaisseur de la plinthe) n’excédant pas 27,5 cm – défie toute interprétation concernant l’action du silène assis, si ce n’est qu’il avait déposé à terre tous ses biens personnels, le manteau en peau de bouc qui lui servait de coussin, la syrinx et la flûte à double tuyau, le pedum appuyé au rocher.

26Un Silène, oui. Mais un Marsyas me semble exclu à cause de la très rustique syrinx qui serait déplacée, comparée à l’aulos qui osa défier la lyre, malgré l’opinion de l’archéologue iranien M. Rahbar, approuvé par P. Callieri : pour eux l’envoi à Antioche de Perside, peu éloignée du lieu de trouvaille, de colons venus de la vallée du Méandre à l’époque d’Antiochos Ier, évoqué dans le dossier épigraphique mentionné plus haut, suffirait à justifier l’identification d’un Marsyas, si vénéré dans la vallée du Méandre dont il incarnait l’une des sources. Malgré les terribles mutilations qui nous dérobent la pose du silène et empêchent de bien juger de sa date, on devine un travail de grande qualité. À l’un comme à l’autre de nos deux collègues nous sommes redevables d’un très remarquable témoin de la diffusion en Orient de l’inépuisable imagerie des mythes grecs.

Notes

1 Le « Trône » en question renvoie à un toponyme voisin, le site de Takht-i Kobad, à 5,5 km en aval de Takht-i Sangin, au bord même de l’Oxus, et dont les vestiges archéologiques sapés par le fleuve ont finalement été arasés à l’époque moderne. Kobad, que l’on retrouve sous la forme Kobadian, site important de la vallée du Kairnigan, est le nom d’un roi légendaire iranien Key Kavad, fondateur de la dynastie des Kayanides : P. Bernard, Studia Iranica 23, 1994, 104, n. 72. Takht-i Kobad est un sérieux candidat comme lieu de trouvaille du célèbre « trésor de l’Oxus », découvert fortuitement en 1877 sur les bords de la rive droite de l’Oxus, cf. P. Bernard, ibid., 101-106.

2 C’est à une vingtaine de km en aval du conluent de la rivière de Qunduz avec l’Oxus, sur la rive afghane, que fut découvert en 1946 le trésor dit de Qunduz, publié en 1965 par R. Curiel et G. Fussman, qui contenait 628 monnaies d’argent, essentiellement des tétradrachmes gréco-bactriens. Cf. W. Ball, avec la collaboration de J.-Cl. Gardin, Catalogue des sites archéologiques d’Afghanistan, Paris 1982, I, 155-156 (no 569) ; II, pl. 84/569.

3 L’agglomération qui s’étire en longueur de part et d’autre du temple sur une langue de terre large seulement de 250-350 m, faiblement surélevée par rapport au niveau du fleuve, est délimitée au sud et à l’ouest par la barre rocheuse du Teshik Tash. Les relevés avec courbes de niveau de la publication, B. A. Litvinskij, I. R. Pichikjan, Ellinisticheskij Khram Oksa v Baktrii (Juzhnyj Tadzhikistan). I. Raskopki, Arkhitektura, Religioznaja zhizn’, Moscou, 2000, pl. 1-5 se cantonnent au seul site urbain, coupé de son environnement immédiat constitué par la barre rocheuse et les fleuves, et ne laissent point voir l’absence d’un terroir agricole en liaison directe avec l’agglomération proprement dite : sur cette particularité du site voir p. 16.

4 N. Sims-Williams, Bactrian Documents from Northern Afghanistan. I. Legal and economic Documents. Studies in the Khalili Collection 3.1. (Corpus Inscriptionum Iranicarum ii, 6), Oxford 2000 ; ii, Letters and Buddhist Texts. Studies in the Khalili Collection 3.2 (Corpus Inscriptionum Iranicarum, ii, 3), Londres 2007.

5 B.A. Litvinskij, Khram Oksa v Baktrii (Juzhnyj Tadzhikistan), 3. Iskusstvo, khudozhestvennoe remeslo ; muzykal’nye instrumenty, Moscou 2010, 184-204, pl. 45 ; P. Bernard, « Le Marsyas d’Apamée, l’Oxus et la colonisation séleucide en Bactriane », Studia Iranica, 16, 1987, 103-115 ; Id., « Le temple du dieu Oxus à Takht-i-Sangin en Bactriane : temple du feu ou pas ? », Studia Iranica 23, 1994, 81-121 ; J.-P. Drege, F. Grenet, « Un temple de l’Oxus près de Takht-i Sangin, d’après un témoignage chinois du viiie siècle », Studia Iranica 16, 1987, 117-121.

6 Dimensions : Longueur totale E.-O. du temple proprement dit : 49 m ; cella : 32 x 32 m ; pronaos à double colonnade flanqué de constructions d’angle : largeur N.-S. : 51 m ; avant-cour : 61 m N.-S. x 21 m. E.-O.

7 Dimensions de la pièce : H. 6,8 cm. Socle : 9 cm. G. Rougemont (IGIAC, no 95, p. 196-198) considère que l’identification du silène de Takht-i Sangin avec le Marsyas d’Apamée ne peut être ni prouvée ni démentie. La figurine en bronze de Marsyas dédicacée en grec à l’Oxos par le Bactrien Atrosokès est, stratigraphiquement parlant, l’une des plus anciennes offrandes faites dans le temple où elle a été découverte dans la « sacristie » 2 en forme de couloir coudé, dans la couche 1A, à 45 cm au-dessus du sol vierge, dans une zone où elle avait été mise à l’écart avec d’autres objets (dépôt no 4). Cf. B.A. Litvinskij, I.R. Pichikjan, Ellinisticheskij khram Oksa 1, 86-88, 87/no 1175 ; B.A. Litvinskij, Khram Oksa 3, 184-204, pl. 45 (étude d’ensemble), notamment 184/n. 133,194. D’après les critères paléographiques, Ju. Vinogradov (cf. « L’ex-voto d’Atrosokès, dans un temple de l’Oxus en Bactriane septentrionale », Vestnik Drevnej Istorii 1985/4, 85-110) date l’inscription du milieu du iie siècle av. n. è. B.A. Litvinskij juge la statuette proprement dite un peu plus ancienne (iiie-iie siècle) pour des raisons stylistiques moins convaincantes. Il n’y a pas de bonnes raisons pour l’attribuer à l’atelier de bronziers installé dans la cour du temple, où se fabriquaient de grands cratères ostentatoires, et auquel j’attribue une date nettement postérieure. L’humble figurine sort d’une officine plus modeste où un artiste exerçait sans fracas son métier avec talent et esprit.

8 P. Chuvin, Mythologie et géographie dionysiaques. Recherches sur l’œuvre de Nonnos de Panopolis, Collection Vates, 2, Université de Clermont-Ferrand II, 1991, 111-127 : bel exemple de présentation claire et élégante d’un site difficile à décrire tant les choses ont changé depuis l’Antiquité. Pour une nouvelle prospection du site d’Apamée du Méandre, voir maintenant Kelainai-Apameia Kibotos. Développement urbain dans le contexte anatolien. Actes du colloque international Munich 2-4 avril 2009, Ausonius Editions, Kelainai I, Bordeaux 2011, sous la dir. de L. Summerer, A. Ivantchik, A. Von Kienlin.

9 Ils ne portent pas trace de dédicace inscrite, mais le dédicataire était implicitement nommé.

10 Ces éléments d’auloi, que les fouilleurs datent en gros de la période hellénistique d’après leur niveau de trouvaille, ont fait l’objet d’un long chapitre dans l’ouvrage de Litvinskij, Khram Oksa 3, 2010, 424-453, fig. 86-95, mais les descriptions de même que les dessins sont insuffisants pour une véritable étude de ces objets, notamment pour juger des qualités techniques propres à ces instruments. L’auteur reconnaît d’ailleurs qu’il ne possède pas l’expertise nécessaire pour ce type de travail. Tous ces éléments d’auloi ont été trouvés dans la pièce-magasin no 6, en forme de couloir à l’arrière de la cella, cf. Litvinskij, Ellinisticheskij Khram Oksa v Baktrii I, Moscou 2000, pl. 13, 25 (en haut la coupe sur les trouvailles, en bas le plan ; les désignations chiffrées des différents objets sont illisibles à cause de la petitesse des dessins), et 26. On trouvera dans le volume 3 de ladite publication, à la page 437, l’indication stratigraphique de ces trouvailles que je traduis pour le lecteur : « La date des flûtes de Takht-i Sangin ne soulève aucun doute. Elles ont toutes été trouvées au niveau du sol de base (osnovanie) ou 4-5 cm au-dessus. Elles datent par conséquent de l’époque hellénistique, à savoir de la fin du ive-début du iiie s. à la fin du iie s. avant n. è. ». La stratigraphie d’ensemble de cette pièce 6 est décrite, mais pratiquement sans relevé de coupe dans la publication de 2000 (ci-dessus), p. 91-97, notamment p. 94-95 pour le sol 1 d’où proviennent les fragments d’auloi.

11 G. Rougemont, Inscriptions grecques d’Iran et d’Asie Centrale (IGIAC) Corpus Inscriptionum Iranicarum II/I/1 Londres 2012, no 97-150.

12 G. Rougemont, IGIAC, no 53, l. 12-20.

13 Rehm, I. Didyma, no 480. Sur cette inscription de Milet et la suivante voir surtout L. Robert, BCH 108, 1984, 467-472.

14 Sur cette expédition de Démodamas sur l’Iaxarte dont on hésite pour la date entre la reconquête conduite par Séleucos en 306-305 et la vice-royauté d’Antiochos Ier dans les satrapies supérieures qui commence une dizaine d’années plus tard, voir P. Bernard, Fouilles d’Aï Khanoum IV. Les monnaies hors trésors. Questions d’histoire gréco-bactriennes, Paris 1985, 38-39, 160-161 ; L. Robert, « Pline VI, 49, Démodamas de Milet et la reine Apamè », BCH 108, 1984, 467-472.

15 . Dittenberger, OGI, no 213 ; Rehm, I. Didyma, no 479.

16 E.V. Zejmal’, Amudar’inskij klad. Katalog vystavki, Léningrad 1979, no 105, 61 ; bonne photographie dans K. Abdullaev, CRAI 2013/1, 182-183, fig. 3.

17 J.-P. Drege, F. Grenet, « Un temple de l’Oxus près de Takht-i Sangin, d’après un témoignage chinois du viiie siècle », Studia Iranica 16, 1987, 117-121.

18 Cette caractéristique géologique sur laquelle H.-P. Francfort a attiré mon attention et qui n’était pas ignorée des géologues soviétiques (voir la carte du site avec courbes de niveaux dans Litvinskij, Pichikjan, Ellinisticheskij Khram Oksa v Baktrii I, pl. 2-5), mais à l’égard de laquelle les archéologues sont restés indifférents, aide à comprendre certaines particularités dans l’implantation et le peuplement du site. On l’aperçoit clairement sur la photographie (fig. 1) de l’article de A. Drujinina et G. Lindström dans Zwischen Ost und West. Neue Forschungen zum antiken Zentralasien, Neue Forschungen zum antiken Zentralasien. Wissenschaftliches Kolloquium 30.9 – 2.10.2009 in Mannheim, Hrsg. G. Lindström, S. Hansen, A. Wieczorek, M. Tellenbach, Darmstadt 2013, 171-186.

19 Celle-ci se reconnaît dans la stratigraphie de l’avant-cour du temple où la tranchée creusée pour l’escalier du puits traverse des couches alternées de galets fluviatiles et de limons déposés par l’Oxus : voir les photographies dans Zwischen Ost und West, 173/fig. 3, 180/fig. 13 et ici fig. 6. Voir aussi la coupe théorique, peu instructive parce que trop générale, de P.P. et A.P. Kerzum, des « vallées des grandes rivières du Sud-Ouest du Tadjikistan » dans Litvinskij, Pichikjan, Ellinisticheskij Khram Oksa v Baktrii I, 2000, pl. 75.

20 M. Boyce, A History of Zoroastrianism I, Brill, Leyde 1975, 135-136 ; M. Boyce, F. Grenet, A History of Zoroastrianism III. Zoroastrianism under Macedonian and Roman Rule, Brill, Leyde 1991, 173-181 ; J.-P. Drege, F. Grenet, Studia Iranica, 16,1987, 117-121. Les représentations de l’Oxus et plus généralement des rivières et des eaux sous une forme anthropomorphe (monnaies kushanes d’Huvishka) ou mi-homme/mi-être marin fantastique, qui prolongent une iconographie grecque mènent une existence parallèle à celles de la tradition iranienne : bonne illustration dans l’étude de K. Abdullaev, « Images d’un fleuve en Asie Centrale : l’Oxus », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 2013/1, (janvier-mars), 173-192.

21 J.-P. Drege, F. Grenet, 1987, op. cit., 121. Un bon aperçu de cette littérature ethnographique dans Abdullaev, op. cit., 173-179.

22 F. Grenet, « Zoroastre au Badakhshan », Studia Iranica, 2002, 193-214.

23 A. Drujinina, G. Lindström, « Kultgefässe im Oxos-tempel-zur Frage der Kultkontinuität im unruhigen 2.Jh.v, Chr. », Zwischen Ost und West, 2013, 171-186. L’escalier avait été forcément taillé par une tranchée à ciel ouvert comme celui de Surkh Kotal (cf. ci-dessous), mais, à la différence de celui-ci qui était parementé de blocs de pierre et qui pouvait rester sans protection, celui de Takht-i Sangin devait être nécessairement protégé des pluies par une couverture qu’il faut restituer, même s’il n’en reste pas trace.

24 A. Drujinina, G. Lindström, op. cit., 172, plan fig. 2 (« Brunnen ») : ce puits d’un diamètre de 2 m, fouillé sur 10 m. de profondeur, contenait de la céramique kushane ; la date de son creusement n’est pas connue.

25 P. Bernard, G. Rougemont, Journal des Savants 2004, 333-356 ; G. Rougemont, IGIAC, no 151.

26 À titre de comparaison le célèbre cratère de Vix, daté de 525 av. n. è. environ, œuvre d’un atelier corinthien de l’Italie méridionale, était haut de 1,60 m et pesait 208 kilos, c’est-à-dire moins que le vase de Takht-i Sangin si l’on soustrait le poids de son décor composé d’éléments coulés séparément et fixés sur la forme.

27 G. Rougemont, IGIAC, no 97 bis avec, à la p. 276, mes réflexions sur l’inscription d'Irômoïs à Takht-i Sangin ; A. Ivantchik, dans Zwischen Ost und West, 125-130.

28 A. Ivantchik, ibid., 130-134.

29 Voir ci-dessus n. 23.

30 A. Ivantchik, Zwischen Ost und West, 134-137. L’auteur analyse très bien les signes qui trahissent chez le rédacteur de la dédicace d’Irômoïs, la seule dont le texte soit intégralement conservé, les entorses à l’usage correct du grec.

31 Le yabghu de Guishang (Kushan) a pour siège la ville de Hucao, dont le nom qui, selon F. Grenet, dérive du nom du fleuve Wakhsh, correspondrait à l’Oxeiana de Ptolémée, laquelle ne serait autre que la ville de Takht-i Sangin, cf. F. Grenet, « Nouvelles données sur la localisation des cinq yabghus des Yuezhi », Journal asiatique 294, 2006, 330-333.

32 Shi ji or Records of the Grand Historian by Sima Qian, trad. Burton Watson, 1961, revised ed. 1993, II, 235 : « Daxia (la Bactriane de la rive gauche) is situated over 2,000 li sousthwest of Dayuan (Ferghana), south of the Gui river (l’Oxus). Its people cultivate the land and have cities and houses. Their customs are like those of Dayuan. It has no great ruler but only a number of petty chiefs ruling the various cities. The people are poor in the use of arms and afraid of battle, but they are clever at commerce. After the Great Yuezi moved West and attacked and conquered Daxia, the entire country came under their sway. The population of the country is large, numbering some 1, 000.000 or more persons. The capital is called the city of Lanshi (Bactra) and has a market where all sorts of goods are brought and sold ». On lira aussi les commentaires de F. Thierry, « Yuezhi et Kouchans. Pièges et dangers des sources chinoises », dans Afghanistan, ancien carrefour entre l’est et l’ouest, ed. O. Bopearachchi et M.-Fr. Boussac, Brepols, Turnhout 2005, (421-539), 454-457.

33 A. Ivantchik, Zwischen Ost und West, 128 : « der Verfasser der Inschrift (celle d’Irômoïs, la seule dont le texte soit intégralement conservé) selbst der griechischen Umgangssprache offenbar nicht sehr mächtig war ».

34 N. Sims-Williams et J. Cribb, « A new Bactrian Inscription of Kanishka the Great », Silk Road Art and Archaeology, 4, 1995/96, 75-142, notamment 78, lignes 3 et 4 de l’inscription, 82-83 ; sur les rasurae des légendes grecques sur les émissions les plus anciennes et leur remplacement par des légendes bactriennes, cf. Cribb, 110-111.

35 E. Bikerman, Institutions des Séleucides (Haut-Commisariat de la République française en Syrie et au Liban. Service des Antiquités, Bibliothèque archéologique et historique, XXVI, Paris, 1938, 33, n. 3. Bien entendu le sceau royal existe : l’exemplaire par excellence était gravé sur l’anneau royal, et il représentait l’emblème de la dynastie ; chez les souverains séleucides, c’était une ancre : P. Bernard, Fouilles d’Aï Khanoum IV (cf. n. 14), 40-41. L’apposition du sceau royal qui accompagnait tous les documents officiels devait faire partie des attributions d’un fonction plus générale comme par exemple celle de l’ὁ ἐπὶ τῶν πραγμάτων.

36 F. Grenet, « Nouvelles données sur la localisation des cinq yabghus des Yuezhi. L’arrière-plan politique de l’itinéraire des marchands de Maès Titianos », JA 294, 2006, 325-341, notamment 332-334.

37 Voir l’étude de N. Boroffka et J. Mei, « Technologietransfer in Mittelasien – chinesische, griechische und skytho-sakische Interaktion in der Gusstechnik », Zwischen Ost und West (cf. n. 18.), 143-169.

38 Pour une étude géomorphologique du site de Takht-i Sangin voir P.P. et A.P. Kerzum, « Geomorfologicheskie uslovija i rekonstruksija paleoekologicheskoj obstanovki v rajone pamjatnika Takhti-Sangin (na fone territorii Severnoj Baktrii-Tokharestana), dans B.A. Litvinskij, I.R. Pichikjan, Ellinisticheskij Khram Oksa I. Raskopki. Arkhitektura. Religioznaja zhizn’, Moscou 2000, 375-392, pl. 74-77 (légendes en anglais 473).

39 Les fouilleurs (note 40) pensent qu’il a dû exister un puits analogue dès la fondation de l’édifice, avant même les travaux de restauration de Nokonzok qui, en l’an 31 de Kanishka, sous Huvishka, dans plusieurs inscriptions commémoratives, dit avoir fait creuser un puits pour que le culte des dieux, qui avaient abandonné le sanctuaire, l’eau venant à manquer, puisse reprendre. Le puits dégagé par les archéologues au pied de l’escalier n’est pas celui de Nokonzok, mais postérieur à lui puisque ce sont les blocs de deux de ses inscriptions gravées sur des parements de pierre (SK4 A et B) qui ont y ont été réutilisés.

40 D. Schlumberger, M. Le Berre, G. Fussman, Surkh Kotal en Bactriane, (Mémoires DAFA XXXV), Diffusion de Boccard, Paris 1983, I, 70 sq., 148 ; II, pl. LII, LIII, pl. 40, 43-45.

41 B. A. Litvinskij, I. R. Pichikjan, Ellinisticheskij Xram Oksa v Baktrii. I. Raskopki, Arkhitektura, Religioznaja zhizn’, Moscou, 2000, 123 (« postament no 1 »), pl. 13 (plan de situation), 34 (dessin coté des pierres) ; cette dernière planche est également reproduite dans le volume 3 (2010) de la même publication de B. Litvinskij, pl. 3. L’emplacement de la base est également sur notre fig. 3 (« Sockel »).

42 Ces deux blocs sont scellés entre eux par un mortier de plâtre mélangé d’éclats de pierre.

43 Ibid., pl. 4.

44 E.V. Zeymal, « Coins from the Excavations of Takht-i Sangin (1976-1991) », Studies in Silk Road Coins and Cultur. Papers in Honour of Professor Ikuo Hirayama on his 65th Birthday, eds. K. Tanabe, J. Cribb, H. Wang, Kamakura 1997, 89-110.

45 D. Schlumberger, M. Le Berre, G. Fussman, Surkh Kotal en Bactriane I, 139-144.

46 Au moment de mettre sous presse, j’ai connaissance d’une étude de A.S. Balakhvantsev, de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou. Ses conclusions sur la date beaucoup plus tardive que ne le pensaient les auteurs de la première publication des inscriptions grecques sur les cratères de bronze de Takht-i Sangin rejoignent les miennes : deuxième moitié du iie siècle de n. è pour notre collègue russe, milieu du même siècle selon moi. Voir « Une nouvelle inscription de Takht-i Sangin et quelques problèmes de l’hellénisme oriental »(en russe), Rossijskaja Arkheologija 2014, 4, 89-96. Ce même numéro contient deux autres articles indispensables à la bonne compréhension de ces offrandes. Voir S.B. Bolelov (Musée d’État des arts des peuples de l’Orient, Moscou), ibid., 64-74, « Remarques sur la céramique bactrienne (contribution à la datation du moule de fonte pour le cratère en bronze du temple de l’Oxus, Takht-i Sangin », dont l’analyse de la céramique recueillie dans la zone de l’atelier de bronziers dénote un mélange non homogène allant du iiie siècle av. n. è. au premier quart du iie siècle de n. è., qui ne permet pas de dater plus précisément les vases inscrits. Voir aussi S. V. Demidenko (Institut d’archéologie de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou), ibid., 75-88 : « Les chaudrons du type Takht-i Sangin-Barmashino et le problème des croisements d’origine dans la métallurgie de l’Asie centrale », souligne les insuffisances et erreurs de l’étude typologique et technique de ces cratères de bronze dans leur rapport avec les traditions grecque, chinoise et scytho-sace. Je remercie très vivement S.A. Balakhvantsev de m’avoir fait connaître ces trois contributions majeures pour notre connaissance de ces pièces exceptionnelles que sont les cratères de Takht-i Sangin. Nous ne saurions oublier non plus dans notre reconnaissance les fouilleurs de l’ancienne comme de la nouvelle équipe à qui nous devons le sauvetage de ces pièces dans des conditions de fouille difficiles.

47 P. Callieri, L’archéologie du Fars à l’époque hellénistique. Quatre leçons au Collège de France, 8, 15, 22 et 29 mars 2007, Persika 11, de Boccard, Paris 2007, 105-108, fig. 69-71.

48 G. Rougemont, IGIAC, no 51-53, 96-121.

49 Quelques fragments manquent à la plinthe mutilée, mais pas aux endroits où devrait se faire l’appui de l’une des jambes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le sanctuaire du dieu Oxus à Takht-i Sangin vu du nord-ouest le fleuve et la rive gauche afghane. Septembre 2013, cliché Khodzhageldyev.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 2. Takht-i Sangin. Statuette en bronze de Marsyas jouant de la double flûte, avec sa base en pierre inscrite.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25239/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Légende Fig. 3. Takht-i Sangin. Plan du sanctuaire. En rouge l’emplacement de la fouille de l’escalier du puits. D’après Zwischen Ost und West, 145, fig 4.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25239/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Légende Fig. 4. Takht-i Sangin. Coupe ouest-est sur l’escalier. D’après Zwischen Ost und West, 174, fig. 5.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25239/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 5. Takht-i Sangin. Vue de l’escalier depuis l’est. D’après Zwischen Ost und West, 173, fig. 3.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25239/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 6. Takht-i-Sangin. La dédicace en grec d’Irômoïs sur le col d’un cratère : en bas moule en terre crue, au-dessus dessin. D’après Zwischen Ost und West, 127, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25239/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540