Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Prologue. Le temps des idoles

Une idole protohistorique d’Aï Khanoum hellénistique (Bactriane, Afghanistan)

Henri-Paul Francfort

Texte intégral

  • 1 H.-P. Francfort, Fouilles d’Aï Khanoum III. Le sanctuaire du temple à niches indentées 2. Les trou (...)
  • 2 C’est avec grand plaisir que je dédie la présente étude à Pierre Chuvin, savant aux larges horizon (...)
  • 3 P. Cambon, (dir.), Afghanistan, les trésors retrouvés. Collections du musée national de Kaboul, RM (...)

1Les trouvailles des fouilles de la ville hellénistique d’Aï Khanoum (nord-est de l’Afghanistan) entre 1965 et 1978 appartiennent à un nombre défini de traditions culturelles : grecque, perse, indienne et steppique, et certains objets peuvent être rattachés à une production locale bactrienne, en particulier les objets taillés dans le schiste et ornés1. Cette production artisanale et artistique bactrienne trouve son origine dans l’Orient ancien et dans les traditions steppiques du début du Ier millénaire av. J.-C.2. En général, la sculpture d’Aï Khanoum, qu’elle soit exécutée en argile, en plâtre, en métal ou en pierre, appartient largement au domaine de l’art grec3.

  • 4 Catalogue, Treasures of Ancient Bactria, Miho Museum, 2002, fig. 50, a – c.

2Cependant, une étrange statuette se distingue totalement des productions des groupes culturels que nous venons d’énumérer. Paul Bernard la décrit ainsi : « Une statuette en calcaire franchement barbare représentant une femme emmitouflée dans une capuche-passe-montagne et dans une sorte de houppelande qui dissimule complètement les pieds4. » Il s’agit en effet d’une effigie humaine (Fig. 1) qui a été découverte en 1971 dans le dernier niveau, le plus récent, des fouilles de la chapelle N du sanctuaire du temple monumental à redans. Cette statuette qui mesure environ 30 cm de haut est en calcaire, elle serait proche d’un « xoanon » dans une terminologie hellénisante. La surface de la pierre, fruste, est irrégulière et ne montre plus aucune trace ni de taille, ni de finition ou de polissage d’aucune sorte, elle semble érodée. Son corps, cintré, repose sur une base plate épatée, comme si elle portait une ample robe. Ses bras sont à peine suggérés, gravés en faible relief sur le torse, les mains sont jointes. Sa tête est encapuchonnée mais ses oreilles dépassent, largement figurées et bien dessinées. Sa face ressemble à un masque de forme ovale sur lequel apparaissent une incision horizontale pour la bouche, des yeux à demi ouverts et des sourcils très nets ; son nez est brisé. Il n’est pas possible de déterminer son genre faute d’attribut sexuel manifeste. Cette statuette est un unicum dans le corpus des sculptures d’époque hellénistique d’Asie centrale.

Fig. 1. Aï Khanoum : statuette. D’après P. Bernard, « Campagne de fouilles à Aï Khanoum (Afghanistan) », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol 116, 1972, 605-632, fig. 16, 628.

3En effet, un examen attentif de la production artistique des sculpteurs et coroplastes hellénistiques en Bactriane et en Asie centrale n’apporte aucune comparaison. Et il en va de même avec les arts antérieurs, ceux de l’époque achéménide ou encore avec ceux, postérieurs, des Saka-Yuezhi et Kouchans. Des figurines de « prêtres » revêtus de longues robes, portant des coiffures coniques et possédant des faciès « mascoïdes », provenant apparemment de Bactriane, sont datés des iie-ier s. av. J.-C., mais elles sont d’apparence plus détaillée et sans rapport avec la silhouette de stèle miniature de la statuette d’Aï Khanoum4.

  • 5 V.S. Ol'khovskij et G. L. Evdokimov, Skifskie izvajanija vii - ii v.v. do n.e., Moscou 1994 ; V.S. (...)
  • 6 V.S. Ol'khovskij, op. cit., fig. 57-58.
  • 7 Ibid. ex. : fig. 64-66.

4Les stèles scythes du Ier millénaire, bien connues et répandues dans les steppes, pourraient offrir d’intéressants parallèles. Ces monolithes sont répartis dans le bassin de Minousinsk, l’Altaï et la Touva et jusqu’à la Mer Caspienne, au Caucase et à la mer Noire5. Certaines d’entre elles possèdent quelques “elementary anthropomorphic elements”6. Elles représentent des guerriers dont les visages sont comme des masques aux oreilles bien dégagées et leurs bras sont repliés sur la poitrine7. Cependant, outre leur grande taille et leurs reliefs accentués, elles sont toutes vêtues et armées à la mode scythe et ne peuvent donc être prises pour des modèles de la pièce d’Aï Khanoum.

  • 8 Catalogue, A Grand View of Xinjiang’s Cultural Relics and Cultural Sites, Urumqi 1999, nos 0911, 0 (...)
  • 9 S.G. Kliachtornyi, « Une “île de Pâques” dans les montagnes de Mongolie », Les Scythes (Les dossie (...)
  • 10 A. A. Kovalev (dir.), Chemurchekskij kul’turnyj fenomen issledovanija poslednikh let, S-PbGU MISR, (...)
  • 11 V. D. Kubarev, Drevnie izvajanija Altaja. Olennye kamni, Nauka, Novosibirsk 1979, fig. 2 ; 1988, p (...)

5Il est important de relever que ces stèles scythes ont été précédées à l’âge du Bronze par des blocs qui ressemblent bien plus à la statuette d’Aï Khanoum, dans la mesure où un visage « mascoïde » est dégagé de la pierre d’un monolithe sur lequel les bras et parfois des armes et des bijoux apparaissent en faible relief. Il s’agit des stèles anthropomorphiques découvertes à Keermmuqi, Qingeri et dans le haut Erqis (Irtysh) au Xinjiang8, de celles de Nariim Khouroumta9, donc en général des stèles de l’ensemble culturel protohistorique de Chemurchek de Sibérie et du Xinjiang, qui est daté du IIe millénaire10. Cette forme de stèle anthropomorphique peut être rapprochée aussi de celles, plus anciennes, des cultures d’Afanasevo, de Karakol’et d’Okunevo de l’Asie centrale steppique qui présentent des visages schématiques, parfois avec des oreilles bien dessinées, ou encore d’autres éléments (bras, parure)11.

  • 12 Y.F. Kiryushin et S.P. Grushin, « Early and Middle Bronze Age Portable Art Pieces from The Forest- (...)
  • 13 G. A. Pugachenkova, “Novye dannye o khudozhestvennoj kul’ture Baktrii”, Iz istorii antichnoj kul’t (...)
  • 14 A.F. Gorelik, « Kamennaja antropomorfnaja statuetka epokhi bronzy iz vostochnogo Kazakhstana (oz. (...)

6Quelques visages sculptés, de plus petites dimensions mais du même schématisme que celui d’Aï Khanoum, apparaissent aussi comme terminaison de tiges de pierre dans les cultures d’Okunevo, de Seima-Turbino et des variantes de l’ensemble steppique d’Andronovo12. Néanmoins les différences morphologiques subsistent et aucun lien direct dans le temps, l’espace ou l’histoire ne peut être tracé entre ces traditions de stèles ou de tiges anthropomorphiques et la statuette d’Aï Khanoum. En Ouzbékistan, une petite tête schématique sculptée en pierre noire est datable des xe-ixe siècles, mais son style est bien différent et elle ne peut pas être prise comme un parallèle direct pertinent13. Cependant, la récente publication d’une statuette de pierre de l’âge du Bronze des environs du lac Zajsan (Kazakhstan oriental) nous ouvre de nouvelles perspectives14 : elle possède une face très schématique et un bras est replié sur son torse tandis que l’autre est placé dans son dos. Un tel parallèle steppique et oriental nous guide nettement vers une piste protohistorique pour l’origine de la statuette d’Aï Khanoum et il suggère même des liens à cette époque entre le Haut Irtysh et le sud de l’Asie centrale, c’est-à-dire avec la civilisation agraire du bassin de l’Oxus.

  • 15 . Par exemple à Mundigak : J.-M. Casal, Fouilles de Mundigak, (Mémoires de la Délégation Archéologi (...)
  • 16 Y. Madjidzadeh, Jiroft : the Earliest Oriental Civilization, Printing and Publishing Organization (...)
  • 17 R. Shirazi, Études typologiques et comparatives des représentations humaines en terre crue, en ter (...)
  • 18 V. I. Sarianidi, Drevnosti strany Margush, Ylym, Ashkhabad 1990.
  • 19 A. Benoit, Princesse de Bactriane, Louvre éditions, Somogy éditions d’art, Paris 2010, fig. 13, Lo (...)
  • 20 H.-P. Francfort, “Dungeons and Dragons : Relections on the System of Iconography in Protohistoric (...)

7Si nous nous tournons maintenant vers les sociétés agraires et leur statuaire de pierre, certaines observations peuvent être proposées. Le monde proche-oriental et iranien possède une longue tradition de sculpture anthropomorphique qui remonte au moins à l’époque néolithique et aux périodes suivantes du Chalcolithique et du Bronze15. Pour notre problème, les figurines schématiques en pierre de l’art du Kerman (Halil Rud, Jiroft) du IIIe millénaire fournissent des rapprochements intéressants16. Leur visage « mascoïde » et le rendu de leurs oreilles, en dépit de la différence morphologique des corps, rappellent la pièce d’Aï Khanoum. À ce point, nous devons nous pencher aussi sur les figurines et statuettes de la civilisation de l’Oxus et de l’Asie centrale de l’âge du Bronze sur lesquelles un point a été fait récemment17. De leur côté, les figurines de terre cuite possèdent leur propre tradition et il ne semble pas pertinent, pour des raisons méthodologiques, de les confondre ici avec la statuaire. La même remarque s’applique aussi aux effigies en terre crue chalcolithiques ou du Bronze de Suse, de Konar Sandal Sud et de Shahdad (Iran), ainsi qu’à celles du Bronze final de Mollali, de Djarkutan (Ouzbékistan) ou de Tandyr-Yul et de Kangurt-Tut (Tadjikistan), même si celles-ci ont les mains jointes sur le torse, suivant une tradition qui remonte à l’art de la Mésopotamie et que l’on retrouve même sur une petite effigie de personnage assis en terre-cuite de Gonur-Dépé (Turkménistan)18. Mais d’un autre côté les nombreuses statuettes composites de pierre de la civilisation de l’Oxus, en stéatite foncée et en marbre clair, répandues sur tout son territoire, sont intéressantes pour notre propos19. Elles représentent des déesses (plutôt que des « princesses »), la plupart du temps assises, parfois debout, et dans ce cas leurs bras sont repliés et leurs mains jointes au nombril, ce qui est la pose traditionnelle bien connue en Mésopotamie (les Gudéa par exemple), mais aussi celle de la principale déesse de la Bactriane à l’âge du Bronze sur les sceaux et les gravures20. Cependant, la qualité d’exécution et la figuration des détails humains et du costume y sont plus grandes que sur la statuette d’Aï Khanoum.

Fig. 2. Gelot : statuette de l’âge du Bronze. Musée de Douchambé, photo H.-P. Francfort.

  • 21 N.M. Vinogradova, Ju.G. Kutimov et G. Lombardo, « Arkheologicheskie issledovanija otrjada po izuch (...)

8Toutefois, une découverte très récente permet d’établir un lien ferme entre les statuettes féminines de l’Oxus et celle d’Aï Khanoum, en comblant le hiatus géographique et chronologique. Dans les fouilles du cimetière protohistorique de l’âge du Bronze de Gelot, dans le Tadjikistan du Sud, non loin d’Aï Khanoum, les fouilleurs ont mis au jour une statuette de marbre clair qui ressemble très fortement à celle d’Aï Khanoum21 (Fig. 2). La forme générale est la même, avec un corps cintré dressé sur une base plate élargie, les bras sont repliés et les mains jointes au nombril, le visage schématique est encadré par de grandes oreilles bien dessinées. Une différence entre la statuette de Gelot et celle d’Aï Khanoum est que la première arbore une coiffure en chignon élaborée, plus proche de celle des statuettes composites de l’Oxus que du capuchon de type steppique de la seconde. En comparaison avec l’ensemble de celles de l’Oxus, la statuette de Gelot semble plus régionale ou un peu plus récente, dans le courant de la première moitié du IIe millénaire ou au plus tard dans le début de la seconde. C’est aussi la date que nous attribuons à celle d’Aï Khanoum, pas plus récente que 1400 av. J.-C.

9Si l’idole en « xoanon » d’Aï Khanoum est bien datée de l’âge du Bronze, un problème demeure, celui des douze à treize siècles au moins qui séparent la date de la statuette d’Aï Khanoum de celle de son contexte de découverte, qui est hellénistique, antérieur à 130 av. J.-C. ou de peu postérieur (période post-grecque).

10Nous allons tenter d’expliquer ce fait, mais en excluant d’emblée une coïncidence qui aurait fait qu’un sculpteur de Bactriane hellénistique aurait retrouvé par pur hasard les formes et le style de l’âge du Bronze. Nous considérons aussi qu’il est très peu probable que quelqu’un ait pu sculpter à l’époque gréco-bactrienne une statuette dans une manière qui se serait perpétuée sans changement depuis le Bronze car, à la différence d’autres traits culturels bactriens ou centrasiatiques que nous pensons avoir été transmis, aucun style ne s’est prolongé au cours des siècles, dans aucun art, de la civilisation de l’Oxus à l’Antiquité gréco-bactrienne. En outre, si cet objet avait été manufacturé pendant l’existence d’Aï Khanoum, s’il était en somme d’époque gréco-bactrienne, la surface de la statuette porterait, comme celle des autres pièces de la statuaire de la cité, les marques des outils du travail de la pierre de son époque. Cette statuette nous semble bel et bien être une pièce de l’âge du Bronze. Mais comment cette œuvre du Bronze a-t-elle pu se retrouver dans ce sanctuaire hellénistique ?

  • 22 H.-P. Francfort, avec des contributions de : Boisset Ch., Buchet L., Desse J., Echallier J.-C., Ke (...)
  • 23 L.T. P'jankova, B.A. Litvinskij, S. Bobomullaev, K. Kaniuth, et M. Teufer, “Das bronzezeitliche Gr (...)
  • 24 S. Bobomullaev, comm. pers, 2013 et 2014.
  • 25 P. Bernard, « Quatrième campagne de fouilles à Aï Khanoum (Afghanistan) », Comptes rendus des séan (...)
  • 26 H.-P. Francfort, « Habitat rural achéménide, hellénistique et kouchan dans la plaine d’Aï Khanoum- (...)
  • 27 M. Gruber, J. A. Il'yasov et K. Kaniuth, « A Decorated Ivory Belt from Tilla Bulak, Southern Uzbek (...)

11Il faut d’abord rappeler que l’âge du Bronze est très présent dans la plaine d’Aï Khanoum et dans le site même, sous forme de vestiges d’établissements et de tombes. D’abord le site de Shortughaï, situé dans la plaine à 20 km au nord de la cité hellénistique, a livré d’importants vestiges d’habitat remontant à environ 2400-1600 av. J.-C. ainsi que des tombes du deuxième quart du IIe millénaire22. Au Tadjikistan voisin l’on peut mentionner le cimetière de Gelot mentionné ci-dessus, et celui de Makoni Mor par exemple plus proche encore23, ainsi qu’une découverte toute récente de vestiges funéraires près de Parkhar sur la rive droite du Pandj, juste en face du site protohistorique de Shortughaï et de la ferme hellénistique qui en coiffe les ruines24. Plus encore, sur l’acropole d’Aï hanoum même (Bala Hissar) des céramiques de l’âge du Bronze ont été découvertes dans des fouilles conduites en 1968 par I.T. Kruglikova et B.A. Litvinskij ; selon Litvinskij, elles appartiennent à la culture de Vakhsh connue par les cimetières voisins du Tadjikistan méridional25. Les cimetières de Makoni-Mor, de Tigrovaja Balka et de Farkhar sont très voisins d’Aï Khanoum et de Shortughaï. À Aï-Khanoum toujours, mais à l’intérieur de l’enceinte de la ville basse cette fois, au sud-ouest de l’ensemble palatial, un petit tumulus de forme circulaire et peu élevé fait de galets, aujourd’hui devenu une ziyarat, nous semble être incontestablement un kourgane de cette culture de Vakhsh. L’âge du Bronze est donc bien présent à Aï Khanoum et dans sa plaine et l’on sait même avec certitude qu’à Shortughaï, lors de la construction de la ferme hellénistique et le creusement de silos à grain sur le tépé protohistorique abandonné depuis mille ans, les niveaux de l’âge du Bronze ont été touchés, bouleversés, en partie nivelés, et que par conséquent des artefacts du Bronze ont été nécessairement vus et manipulés à l’époque gréco-bactrienne26. Un bel exemple de recyclage d’objet protohistorique à la période gréco-bactrienne ou immédiatement postérieure est donné par la pièce en ivoire de Tilla Bulak, bien datée au radiocarbone de l’âge du Bronze, mais qui a été gravée dans l’Antiquité seulement pour en faire une plaque de ceinture ornée d’une scène de bataille27. Il est donc possible de penser que les grands travaux publics entrepris par les Séleucides et les Gréco-Bactriens à Aï Khanoum et dans les environs ont pu toucher un kourgane ou une tombe de l’âge du Bronze dans laquelle la statuette avait été déposée en offrande funéraire plus de mille ans plus tôt, et qu’ils l’ont recueillie pour l’intégrer dans leur monde.

12Dans ce cas de nouvelles questions se posent au sujet de la présence de cette statuette chez les Gréco-Bactriens, au sanctuaire du temple à redans : pourquoi n’a-t-elle pas été jetée au rebut ou cassée, retaillée et réemployée ? A-t-elle été prise comme une simple curiosité, comme un élément d’un antique culte bactrien ou comme un vestige supposé d’une légende grecque ?

13L’idée d’une curiosité est possible, mais malaisée à étayer ; elle peut s’appuyer uniquement sur des parallèles de réutilisation, à diverses époques, de curiosa, de fossiles par exemple, qui pouvaient être montés en bijoux ou placés dans des dépôts. Dans ce cas aussi, une approche légendaire est plausible, si l’on songe aux dents de dragons et autres... Mais alors sa présence à la chapelle Nord n’en reste pas moins inexpliquée.

  • 28 P. Bernard, « Campagne de fouilles 1969 à Aï Khanoum en Afghanistan », Comptes rendus des séances (...)
  • 29 H.-P. Francfort, « Ai Khanoum “temple à niches indentées” (temple with indented niches) » and Takh (...)

14Que la statuette ait pu être reprise comme un élément d’un ancien culte bactrien est possible également ; cette hypothèse donnerait un sens à sa présence à la chapelle Nord. L’on sait qu’un rituel religieux identifié au temple à redans d’Aï Khanoum est bactrien, centrasiatique, et qu’il remonte à l’âge du Bronze28. Il s’agit des vases enfouis renversés dans des trous creusés spécialement non loin des cours d’eau pour des libations qui étaient probablement destinées à une divinité chtonienne des eaux et de la fertilité, la divinité bactrienne de l’Oxus (Vakhshu), comme l’indiquent un passage de Strabon et d’autres de l’Avesta sur la déesse de l’eau iranienne. Ce rite se rencontre dès l’âge du Bronze, dans la civilisation de l’Oxus, puis à l’âge du Fer en divers endroits d’Asie centrale et nous pensons qu’il était destiné dans la protohistoire à une divinité locale majeure dont les effigies figurent dans la glyptique, l’art mobilier et les statuettes de la civilisation de l’Oxus au Bronze, l’ancêtre de la divinité de l’Oxus (Vakhshu)29. Cependant, des chaînons manquent pour nous permettre d’affirmer une continuité iconographique et d’assurer que la statuette d’Aï Khanoum était toujours comprise à l’époque gréco-bactrienne comme elle avait pu l’être à l’âge du Bronze, si bien que rien ne nous permet de conclure que ce « xoanon » lithique était une effigie du culte de la divinité de l’Oxus délibérément placée dans la chapelle Nord du sanctuaire du temple à redans, bien que rien ne l’interdise formellement et même si cette divinité était l’une des principales de la Bactriane. Il semble préférable de faire porter l’accent sur une autre hypothèse, grecque celle-là.

  • 30 STRAB. III, 5, 5-6.
  • 31 CURT. VIII, 10. Voir aussi : P. Lévêque, « Dionysos dans l’Inde », Itinerarios, Araraquara, 11, 19 (...)
  • 32 XV, I, 8-9.
  • 33 Nurtépa est, d’après les fouilles qui y ont été conduites, un site d’époque achéménide tandis que (...)
  • 34 VI, 16, 49.

15En effet, nous pouvons considérer que la remise en lumière de cette statuette à l’époque gréco-bactrienne a pu intervenir dans une ambiance de fables grecques situées en Asie centrale. Les historiens et les géographes grecs et latins qui ont traité de ces régions nous montrent combien les Grecs, y compris Alexandre, étaient avides de récits rapportant que Dionysos, Héraklès, Sémiramis ou Cyrus les auraient précédés dans les confins qu’ils atteignaient à grand peine. Mais surtout, ce qui importe ici est la manière dont ils ont pu tenter de reconnaître dans le paysage les traces du passage de leurs illustres et légendaires prédécesseurs. Strabon dans des passages sur les colonnes d’Hercule ou les portes Gadirides, explique comment des composantes du paysage, naturel ou culturel, peuvent être « culturalisés » afin d’être rendus identifiables à des éléments résiduels du passage de dieux, héros ou souverains légendaires30. Le cas le plus célèbre est celui du passage de Quinte-Curce où Alexandre et son armée prennent le Nouristan : se croyant à Nysa et au pied du mont Méros, et s’étant alliés à un peuple de tradition vinicole prétendant remonter à « Liber le Vénérable », l’armée grecque se livra pendant dix jours à une orgie dionysiaque dans la montagne où poussait en abondance le lierre et la vigne31. Strabon32 offre une vision plus critique des fables concernant Dionysos, Héraklès ou Prométhée, mais il n’en demeure pas moins que chez Quinte-Curce, comme l’a bien fait observer Paul Bernard, le détail des tombeaux en cèdre mis en flamme sonne juste au Nouristan, comme souvent chez cet auteur qui allie l’imaginaire au détail authentique. Dans notre région, lorsqu’Alexandre atteint les confins septentrionaux de son expédition en 329, il fonde, après Cyrus et sa Cyreschatè (Nurtépa ou Khodjent), une Alexandrie eschatè (Khodjent)33, mais ce sont les éléments de description chez Pline34 des vestiges des autels prétendument laissés par Dionysos et Héraklès sur l’Iaxarte (Syr Darya pris pour le Tanaïs), et vus au moment du franchissement de ce fleuve par l’armée macédonienne à la poursuite des Scythes, qui nous retiendront :

« Arae ibi sunt ab Hercule ac libero Patre constitutae, item Cyro et Samiramide atque Alexandro, finis omnium eorum ductus ab illa parte terrarum, includente flumine Iaxarte, quod Scythae Silim vocant, Alexander militesque eius Tanain putavere esse : Des autels y furent dressés par Hercule et Liber Pater mais aussi par Cyrus, Samiramis et Alexandre, limite marquée par tous ces personnages en cette région du monde, bornée par le fleuve Iaxarte, que les Scythes appellent Silis et qu’Alexandre et ses soldats prirent pour le Tanaïs374. »

  • 35 W. W. Tarn, « Two Notes on Seleucid History : 1. Seleucus’500 Elephants, 2. Tarmita », The Journal (...)
  • 36 CURT. VII, 9.

16Ces textes sur Alexandrie Eschatè, le franchissement de l’Iaxarte et les autels ont été souvent commentés35. Quinte-Curce donne les détails les plus parlants36 :

  • 37 Éd. et trad. H. Bardon, CUF, 1948.

« Transierant iam Liberi patris terminos, quorum monumenta lapides erant crebris intervallis dispositi arboresque procerae, quarum stipites hedera contexterat : On était au-delà des bornes de Bacchus le Vénérable, bornes dont les marques étaient des pierres, réparties à intervalles rapprochés, et des arbres de haute taille aux troncs tissés de lierre37. »

  • 38 B.A. Litvinskij, A.P. Okladnikov et V. Ranov, Drevnosti Kajrak-Kumov (Drevnejshaja istorija Severn (...)
  • 39 Travaux de Mme Saltovskaja publiés dans les Arkheologicheskie Raboty v Tadzhikistane.
  • 40 D. Bandini-König, Die Felsbildstation Thalpan. I Kataloge Chilas-Brücke und Thalpan (Steine 1-30),(...)
  • 41 K. Jettmar et V. Thewalt, Zwischen Gandhâra und den Seidenstrassen. Felsbilder am Karakorum Highwa (...)

17Il est possible et tentant de reconnaître en ces lapides crebris intervallis dispositi des alignements de pierres de kourganes, comme ceux de l’âge du Bronze qui ont été découverts près de Khodjent sur la rive droite du fleuve, à Kajrak-Kum38, ou ceux du Dasht-i Asht39. Les Grecs avaient en effet pour habitude de marquer par des autels, des sacrifices et des concours les points ultimes qu’ils avaient atteints, avant de faire demi-tour. Alexandre le fit en Inde et en Asie centrale, et plus tard le général Démodamas de Séleucos Ier et d’Antiochos Ier fit de même. Rien n’a pu être retrouvé des autels érigés par Alexandre, par ses successeurs ou par ses prédécesseurs ni en Inde, ni en Asie centrale, mais les kourganes du Bronze de la rive droite de l’Iaxarte, en général, sont bel et bien de plausibles candidats pour les vestiges des « autels » légendaires de Dionysos ou d’Héraklès reconnus par l’armée grecque, et qui sont différents des kourganes et des stèles des Scythes contemporains, absents de cette région. Par ailleurs, on connait aussi, non pas en Inde mais dans le Haut-Indus, un très probable autel des confins qui remonte au moins à l’époque achéménide. Il s’agit d’un énorme bloc rocheux, situé près du pont de Thalpan, qui porte des représentations gravées d’animaux et des scènes de sacrifice de type et de style achéménide ancien40 et dans lequel K. Jettmar41 a pu voir un des « Altarfelsen » que « Möglicherweise setzte das Perserreich, als es seine Grenzen bis an der Indus vorschob, Krieger aus seinen Westprovinzen ein ». Alexandre et les Grecs n’ont probablement jamais atteint le Haut-Indus, mais ils se sont aventurés dans les vallées du côté du Nouristan et du Swât, dans les contrées de Nysa et du Mont Méros, et là encore, ils pensaient suivre les pas de Dionysos et d’Héraklès.

  • 42 . J. Charbonneaux, R. Martin et F. Villard, Grèce classique, L’univers des formes, Gallimard, Paris (...)
  • 43 V. Schiltz, « Notule sur un ours énigmatique », Afghanistan, ancien carrefour entre l’Est et l’Oue (...)
  • 44 . K. Abdullaev, « Les motifs dionysiaques dans l’art de la Bactriane et de la Sogdiane », Afghanist (...)
  • 45 D. Freeman (dir.), 2013, Splendors of the Ancient East. Antiquities from The al-Sabah Collection, (...)
  • 46 Catalogue, Treasures of Ancient Bactria, Miho Museum, 2002, no 114.
  • 47 P. Cambon (dir.), Afghanistan, les trésors retrouvés. Collections du musée national de Kaboul, RMN (...)

18L’apparence de notre statuette permet de la replacer dans cette ambiance de quête et de reconnaissance de traces du passage légendaire de Dionysos en Asie centrale. Son aspect de xoanon et son visage en masque évoquent en effet, malgré sa petite taille, les xoana de Dionysos qui étaient érigés dans les sanctuaires champêtres de la Grèce, qu’avait encore vus Pausanias et dont l’aspect nous est connu par des représentations42. Certes, l’idole d’Aï Khanoum n’est pas barbue ni enveloppée de pampres et de lierre, mais tous ces éléments peuvent lui avoir été ajoutés en matières périssables. Dionysos et l’iconographie dionysiaque sont bien connus et étudiés dans le Gandhâra, sur les palettes ou les reliefs gréco-bouddhiques grâce aux recherches notamment de M. Carter et O. Bopearachchi, et dans le monde hellénisé de la Bactriane, ce sont les travaux de V. Schiltz43 et ceux de K. Abdullaev44 qui font référence. L’iconographie dionysiaque de la Bactriane hellénistique apparaît par exemple sur la phalère en bronze de Douchambé, sur des pièces en or de la collection al-Sabah45 ou sur une coupe en argent doré du Musée Miho46. Toutefois, force est de reconnaître qu’aucun herme dionysiaque n’est venu à ma connaissance de la Bactriane hellénistique. Ni le pilier hermaïque de Straton du gymnase d’Aï Khanoum47, ni les représentations de Silène ou autre dans des scènes de sacrifices champêtres ne montrent les caractères attendus. L’idole en xoanon du sanctuaire d’Aï Khanoum resterait donc unique.

  • 48 Bacchantes, 13-15.
  • 49 H. Metzger, Les représentations dans la céramique attique du ive siècle, de Boccard, Paris 1951, n(...)

19Ainsi, après d’autres, nous pouvons constater que les Grecs au moins depuis Alexandre, en Inde mais aussi en Asie centrale, dans les régions de frontières et de confins, se sont présentés non seulement comme les successeurs des expéditions des Achéménides mais aussi de celles d’Héraklès et de Dionysos. Dans ces endroits remarquables de la topographie historique et légendaire et du paysage naturel et culturel, ils ont cherché à retrouver la mémoire et les traces matérielles du passage de leurs illustres prédécesseurs, des autels. Ils ne faisaient alors souvent que répéter les Res Gestae des Achéménides, en moins bien dans le Haut-Indus (Thalpan), en mieux en Inde, et à peine mieux, symboliquement, au-delà de l’Iaxarte et sur ce fleuve, en refondant Cyreschatè en Alexandrie Eschatè. Aï Khanoum aussi, posée sur la terrasse de la rive gauche du Pandj, est une cité fondée près d’une ville achéménide ; elle sut inclure en ses murs un antique kourgane du Bronze, gardé intact pour des raisons qui nous échappent, et, dans son sanctuaire au temple monumental à redans, qui était l’un des principaux, très oriental par sa forme et par ses rites centrasiatiques remontant au Bronze, elle conserva une antique idole protohistorique retrouvée, à l’aspect de « xoanon lithique ». Cette idole pourrait-elle avoir eu, dans sa deuxième vie à l’époque hellénistique, un rapport avec la persistance du vieux culte bactrien d’une divinité de l’Oxus des eaux et de la fertilité, ou bien avec ces fables grecques qui entretenaient le souvenir du passage légendaire de Dionysos dans ces parages, aux marges de réseaux hydrographiques et orographiques ? Euripide, qui fait passer Dionysos en Bactriane48 ou le lécythe aryballisque du Musée Britannique qui le (Sabazios ?) dépeint monté « en amazone » sur un chameau de Bactriane et entouré de danseurs d’oklasma dans une procession nocturne49 pas plus que l’imagination de Nonnos de Panopolis ne peuvent nous apporter de réponse définitive.

Notes

1 H.-P. Francfort, Fouilles d’Aï Khanoum III. Le sanctuaire du temple à niches indentées 2. Les trouvailles (Mémoires de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan, vol. XXVII), de Boccard, Paris 1984 ; Id., L’art oublié des lapidaires de la Bactriane aux époques achéménide et hellénistique, Persika, vol. 17, de Boccard. Paris 2013.

2 C’est avec grand plaisir que je dédie la présente étude à Pierre Chuvin, savant aux larges horizons scientifiques, en souvenir des heures de Tachkent et de Raguse.

3 P. Cambon, (dir.), Afghanistan, les trésors retrouvés. Collections du musée national de Kaboul, RMN, Paris 2006.

4 Catalogue, Treasures of Ancient Bactria, Miho Museum, 2002, fig. 50, a – c.

5 V.S. Ol'khovskij et G. L. Evdokimov, Skifskie izvajanija vii - ii v.v. do n.e., Moscou 1994 ; V.S. Ol'khovskij, Monumental’naja skul’ptura naselenija zapadnoj chasti evrazijskikh stepej epokhi rannego zheleza, Nauka, Moscou 2005.

6 V.S. Ol'khovskij, op. cit., fig. 57-58.

7 Ibid. ex. : fig. 64-66.

8 Catalogue, A Grand View of Xinjiang’s Cultural Relics and Cultural Sites, Urumqi 1999, nos 0911, 0964, 0966, 0967 ; A. Kovalëv, “Die ältesten Stelen am Ertix”, Eurasia Antiqua, 5, 1999, 136-178.

9 S.G. Kliachtornyi, « Une “île de Pâques” dans les montagnes de Mongolie », Les Scythes (Les dossiers d’archéologie, vol. 194), V. Schiltz (éd.), Éditions Faton, 1994, 52-53 ; S.G. Kliachtornyii (Kliachtornyi) et D.G. Savinov, “The Nariyn Khurumta Sanctuary : Prehistoric Caucasoids in Central Asia”, Archaeology, Ethnology & Anthropology of Eurasia, 19, 2004, 88-97.

10 A. A. Kovalev (dir.), Chemurchekskij kul’turnyj fenomen issledovanija poslednikh let, S-PbGU MISR, Saint-Pétersbourg 2012 ; A. A. Kovalev, Drevnejshie statui Chemurcheka i prilagajushchikh territorij, SbGBUK MISR, Saint-Pétersbourg 2012.

11 V. D. Kubarev, Drevnie izvajanija Altaja. Olennye kamni, Nauka, Novosibirsk 1979, fig. 2 ; 1988, pl. XV ; Id., Drevnie rospisi Karakola, Nauka, Novosibirsk 1988 ; N. V. Leont’ev, et V. F. Kapel’ko, Steinstelen der Okunev-Kultur, (Archäologie in Eurasien, Bd. 13), Mayence, 2002, Verlag Philipp von Zabern ; D. G. Savinov, “Antropomorfnye izvajanija iz juzhnoj chasti Askizskoj stepi”, Okunevskij Sbornik. Kul’tura, Iskusstvo, Antropologija, D. G. Savinov and M. L. Podol’skij (dir.), iiMK RAN, S.-Pb. GU, Khakasskoe otd. Vseros. Obshch. okhrany pamjatnikov istorii i kultury, Khakasavtodor, Saint-Pétersbourg 1997, 213-221 ; D. G. Savinov et M. L. Podol'skij (ed.), Okunevskij Sbornik. Kul’tura, Iskusstvo, Antropologija, Khakasavtodor, Saint-Pétersbourg 1997.

12 Y.F. Kiryushin et S.P. Grushin, « Early and Middle Bronze Age Portable Art Pieces from The Forest-Steppe Zone of The Ob-Irtysh Region », Archaeology Ethnology & Anthropology of Eurasia, 37 (4), 2009, 67-75 ; E.E. Kuz'mina, The Origin of the Indo-Iranians, (Leiden Indo-European Etymological Dictionary Series, vol. 3), Brill, Leyde-Boston 2007, fig. 55 ; Z.S. Samashev et G. Zumabekova, “Spätbronzezeitliche Waffen aus Kazachstan”, Eurasia Antiqua, 2, 1996, 229-240, pl. 3. Voir aussi : N. Boroffka et E. Sava, « Zu den steinernen “Zeptern/Stössel-Zeptern”, “Miniatursäulen” und “Phalli” der Bronzezeit Eurasiens », Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, 30, 1998, 17-111.

13 G. A. Pugachenkova, “Novye dannye o khudozhestvennoj kul’ture Baktrii”, Iz istorii antichnoj kul’tury Uzbekistana, G. A. Pugachenkova (ed.), Izdatel’stvo literatury i iskusstva im. Gafura Guljama, Tachkent, 1973, 78-128, fig. 1, 2.

14 A.F. Gorelik, « Kamennaja antropomorfnaja statuetka epokhi bronzy iz vostochnogo Kazakhstana (oz. Zajsan) », Rossijskaja Arkheologija, (1), 2011, 126-133.

15 . Par exemple à Mundigak : J.-M. Casal, Fouilles de Mundigak, (Mémoires de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan, vol. XVII), Klincksieck, Paris 1961, pl. XLIII, XLIV.

16 Y. Madjidzadeh, Jiroft : the Earliest Oriental Civilization, Printing and Publishing Organization of the Ministry of Culture and Islamic Guidance, Téhéran 2003, fig. p. 147 haut ; S. Piran et M. Hesari, Cultural Around Halil Roud & Jiroft. The Catalogue of Exhibition of Select Restituted Objects, Téhéran 2005, fig. 42, 43, 44.

17 R. Shirazi, Études typologiques et comparatives des représentations humaines en terre crue, en terre cuite et en pierre de l’Asie centrale et de l’Iran oriental du Chalcolithique à l’âge du Bronze (4000-1800 av. J.-C., thèse inédite de l’Université Paris-1, 2008.

18 V. I. Sarianidi, Drevnosti strany Margush, Ylym, Ashkhabad 1990.

19 A. Benoit, Princesse de Bactriane, Louvre éditions, Somogy éditions d’art, Paris 2010, fig. 13, Louvre, AO 22918.

20 H.-P. Francfort, “Dungeons and Dragons : Relections on the System of Iconography in Protohistoric Bactria and Margiana”, in : South Asian Archaeology Studies, G. L. Possehl (dir.), Oxford & IBH Publishing co. Pvt. Ltd., New Delhi, Bombay, Calcutta 1992, 179-208 ; Id., “he Central Asian dimension of the symbolic system in Bactria and Margiana”, Antiquity, 68 (259), 1994, 406-418.

21 N.M. Vinogradova, Ju.G. Kutimov et G. Lombardo, « Arkheologicheskie issledovanija otrjada po izucheniju pamjatnikov epokhi bronzy na mogil’nike Gelot v 2008 g. », Arkheologicheskie Raboty v Tadzhikistane, XXXIV, 2010, 105-149, fig. 9, 8 et 10, fouille 6, tombe no 2, féminine avec des poteries, des perles, une épingle et un miroir en alliage cuivreux, un fragment de cachet en pierre.

22 H.-P. Francfort, avec des contributions de : Boisset Ch., Buchet L., Desse J., Echallier J.-C., Kermorvant A. et Willcox G., Fouilles de Shortughaï : recherches sur l’Asie centrale protohistorique, (Mémoires de la Mission Archéologique Française en Asie centrale, vol. II), Diffusion de Boccard, Paris 1989.

23 L.T. P'jankova, B.A. Litvinskij, S. Bobomullaev, K. Kaniuth, et M. Teufer, “Das bronzezeitliche Gräberfeld von Makonimor, Tadjikistan”, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, 41, 2009, 97-140.

24 S. Bobomullaev, comm. pers, 2013 et 2014.

25 P. Bernard, « Quatrième campagne de fouilles à Aï Khanoum (Afghanistan) », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 113, 1969, 326. Des kourganes de l’âge du bronze, attribués à la culture de Vakhsh se trouvent aussi au débouché du ravin, sur le cône alluvial, à une centaine de mètres de la ville et du sanctuaire hellénistique de Takht-i Sangin : L. T. P'jankova, « Novyj mogil’nik vakhshskoj kul’tury (raskopki 1983 g.) », Arkheologicheskie Raboty v Tadzhikistane, XXIII, 1983, 165-176.

26 H.-P. Francfort, « Habitat rural achéménide, hellénistique et kouchan dans la plaine d’Aï Khanoum-Shortughaï », Fouilles d’Aï Khanoum ix . L’habitat, vol. XXXIV), G. Lecuyot (dir.), de Boccard, Paris 2013, 157-178.

27 M. Gruber, J. A. Il'yasov et K. Kaniuth, « A Decorated Ivory Belt from Tilla Bulak, Southern Uzbekistan », Ancient Civilizations from Scythia to Siberia, 18, 2012, 339-375.

28 P. Bernard, « Campagne de fouilles 1969 à Aï Khanoum en Afghanistan », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol 114, 1970, 301-349

29 H.-P. Francfort, « Ai Khanoum “temple à niches indentées” (temple with indented niches) » and Takht-i Sangin “Oxus temple” in historical cultural perspective : a hypothesis about the cults », Parthica, 14, 2012, 109-136.

30 STRAB. III, 5, 5-6.

31 CURT. VIII, 10. Voir aussi : P. Lévêque, « Dionysos dans l’Inde », Itinerarios, Araraquara, 11, 1997, 127-141. P. Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre (336-270 av. J.-C.) : Alexandre et Dionysos, vol. II, PUN, Nancy, 1981.

32 XV, I, 8-9.

33 Nurtépa est, d’après les fouilles qui y ont été conduites, un site d’époque achéménide tandis que Khodzhent possède une séquence qui se poursuit après la période achéménide. Comme Cyrus a fondé plusieurs villes dans la région, il est difficile d’assurer laquelle était cette fondation, alors que Khodzhent convient bien pour Alexandrie Eschatè.

34 VI, 16, 49.

35 W. W. Tarn, « Two Notes on Seleucid History : 1. Seleucus’500 Elephants, 2. Tarmita », The Journal of Hellenic Studies, 60, 1940, 84-94 ; I.V. P’Jankov, “Aleksandrija Krajnjaja v izvestijakh antichnykh avtorov”, Issledovanija po istorii i kul’ture Leninabada, N. N. Negmatov (dir.), Donish, Douchambé 1986, 73-81.

36 CURT. VII, 9.

37 Éd. et trad. H. Bardon, CUF, 1948.

38 B.A. Litvinskij, A.P. Okladnikov et V. Ranov, Drevnosti Kajrak-Kumov (Drevnejshaja istorija Severnogo Tadzhikistana), Trudy A.N.Ta.SSR Institut Istorii im. Akhmada Donisha, vol. XXXIII, Izd. A. N. Ta.SSR, Douchambé 1962, 91-169.

39 Travaux de Mme Saltovskaja publiés dans les Arkheologicheskie Raboty v Tadzhikistane.

40 D. Bandini-König, Die Felsbildstation Thalpan. I Kataloge Chilas-Brücke und Thalpan (Steine 1-30), Materialen zur Archäologie der Nordgebiete Pakistans, vol. 6, Verlag Philipp von Zabern, Mayence 2003.

41 K. Jettmar et V. Thewalt, Zwischen Gandhâra und den Seidenstrassen. Felsbilder am Karakorum Highway. Entdeckungen deutsch-pakistanischer Expeditionen 1979-1984, Philipp von Zabern, Mayence 1985.

42 . J. Charbonneaux, R. Martin et F. Villard, Grèce classique, L’univers des formes, Gallimard, Paris 1969, 281, fig. 321 ; C. Augé et P. Linant de Bellefonds, LIMC sv Dionysos : 426-427 (no 33-43), 441-442 (no 161, 162, 172), 167 monnaie, 170 pilier hermaïque dionysiaque en bronze de Mahdia daté de la deuxième moitié du iie s. av. J.-C.

43 V. Schiltz, « Notule sur un ours énigmatique », Afghanistan, ancien carrefour entre l’Est et l’Ouest, (Indicopleustoi. Archaeologies of the Indian Ocean, vol. 3), O. Bopearachchi et M.-F. Boussac (dir.), Topoi, Brépols, Turnhout 2005, 293-306 ; Id., « Tillia tepe, la « Colline de l’or », une nécropole nomade », Afghanistan, les trésors retrouvés. Collections du musée national de Kaboul, P. Cambon (dir.), RMN, Paris 2006, 69-79 et 270-283 ; Id., « Le cœur et le lierre, une expression du pouvoir à Tillia Tepe », Orientalismes. De l’archéologie au musée. Mélanges offerts à Jean-François Jarrige, (Indicopleustoi, V. Lefèvre (dir.), Brépols, Turnhout 2012, 335-353.

44 . K. Abdullaev, « Les motifs dionysiaques dans l’art de la Bactriane et de la Sogdiane », Afghanistan, ancien carrefour entre l’Est et l’Ouest, (Indicopleustoi. Archaeologies of the Indian Ocean, vol. 3), O. Bopearachchi et M.-F. Boussac (dir.), Brépols, Topoi, Turnhout 2005, 227-257.

45 D. Freeman (dir.), 2013, Splendors of the Ancient East. Antiquities from The al-Sabah Collection, Thames & Hudson, Londres 2013, no 61, 73 et fig. 14.

46 Catalogue, Treasures of Ancient Bactria, Miho Museum, 2002, no 114.

47 P. Cambon (dir.), Afghanistan, les trésors retrouvés. Collections du musée national de Kaboul, RMN, Paris 2006, no 32, 161.

48 Bacchantes, 13-15.

49 H. Metzger, Les représentations dans la céramique attique du ive siècle, de Boccard, Paris 1951, no 79, pl. XIX/1.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Aï Khanoum : statuette. D’après P. Bernard, « Campagne de fouilles à Aï Khanoum (Afghanistan) », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol 116, 1972, 605-632, fig. 16, 628.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Fig. 2. Gelot : statuette de l’âge du Bronze. Musée de Douchambé, photo H.-P. Francfort.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540