Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Avant-propos

Véronique Schiltz

Texte intégral

1Un derviche turc disputant avec un très catholique théologien croate du nuage blanc qu’habitait Dieu avant la Création ; deux amazones de la vaccination traquant la variole dans les harems turcs et auprès de l’émir d’Afghanistan ; quatre dames d’Angora dans une architecture hésitant entre kitsch et modernisme ; quinze « jeunes de langue » engloutissant douze cents huîtres ; de très proustiennes jeunes filles en fleurs dissertant façon Lanson ; des héros d’une taille gigantesque vivant plus de cent ans ; un escalier aux marches qu’on ne saurait compter conduisant au mausolée d’une femme sans nom ; la rencontre d’Alexandre le Grand avec les sages indiens ; un Bouddha émacié, orbites creuses et côtes saillantes ; le rire discret d’une femme bien élevée ; un général entrant dans Istanbul sur un cheval réputé blanc qui s’avère parfaitement gris ; un autre cheval, doré lui, qui surgit du fleuve Oxus au Nouvel An pour hennir de conserve avec son frère de bronze cabré sur la berge ; et un troisième, celui d’Ali, nommé Duldul. Et puis, dans les sables de l’Aral, de mystérieuses empreintes, démesurées, et les traces du combat sanglant d’un loup et d’une antilope-saïga. Et des images encore, beaucoup d’images…

2Qui pourrait penser que c’est à un universitaire professeur de grec que s’adressent ces abacules, ces tesselles d’une mosaïque qui pourtant fait sens et dont on peut être sûr qu’elle sera contemplée avec une curiosité vivante par celui auquel elle est dédiée ? C’est que Pierre Chuvin n’est pas tout à fait un helléniste comme les autres, au point qu’il a fallu un deuxième volume pour rendre compte, sinon de la palette entière de ses intérêts, au moins de l’autre versant de sa vie intellectuelle et de la brillante carrière qui a été la sienne.

3Sur ses étapes orientales et l’itinéraire qui l’a mené de Grèce en Orient, et de Samarcande à Istanbul, Pierre Chuvin s’explique très bien dans l’entretien qui ouvre ce volume. Et ce n’est pas un hasard si la conversation, finement menée par Valérie Hannin, se déroule cette fois-ci non pas dans un cadre universitaire, comme c’était le cas avec le Collège de France, mais dans les locaux de L’Histoire, revue généraliste s’il en est, au sens le plus noble du terme. Car, sa participation à la revue et l’ensemble de sa bibliographie en témoignent, les intérêts de Pierre Chuvin sont infinis et transcendent tous les cloisonnements, à la manière dont la poésie, qu’il aime tant et qu’il comprend si bien, transcende le langage.

4Toutefois ne nous y trompons pas. Si, comme il l’a dit, sa vocation du grec est née dans les livres et la lecture des trois volumes Budé de l’Odyssée offerts à l’écolier par sa mère, son choix d’étudier pour sa thèse les « Mythologie et géographie dionysiaques » ne pouvait que l’entraîner loin, très loin, au creux de l’Asie et jusqu’en Inde, ne serait-ce que pour suivre le thiase triomphal du dieu à la panthère. Pourtant, ce sont bien les qualités d’une formation « classique » et la rigueur d’un philologue frotté à la meilleure école qui ont fait de Pierre Chuvin bien autre chose qu’un helléniste saisi par la débauche de l’Orient. D’ailleurs, et sans parler de l’agrément de son commerce, la justesse de ton de ses écrits le montre bien : ils n’ont ni l’âpreté d’un raisin de Tourfan qui serait resté vert, ni la saveur sucrée au péril de l’excès d’un loukoum stambouliote, mais l’exacte succulence des melons du Ferghana loués par Babour.

5Les différentes contributions de ce volume reflètent l’estime et l’amitié que leurs auteurs portent à celui auquel il est dédié. Mais il n’aurait pas pu être ce qu’il est sans des appuis efficaces.

6À tout seigneur tout honneur, que soient d’abord remerciées, dans l’ordre chronologique de leurs interventions, deux grandes institutions qui ont apporté à cette entreprise un patronage aussi prestigieux que bienvenu : l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres qui a bien voulu accorder sa confiance à un volume encore dans les limbes en lui attribuant la subvention Debrousse pour 2014, et la Fondation Vehbi Koç sans le soutien substantiel de laquelle les illustrations que l’on y trouve n’auraient pas été aussi nombreuses et d’une telle qualité. Que Monsieur Ömer M. Koç trouve ici l’expression d’une toute particulière gratitude. Que soit également remerciée de son intercession la grande experte Laure Soustiel, fille de Jean Soustiel et digne descendante d’une généreuse lignée qui a beaucoup œuvré pour faire connaître en France les arts d’Orient.

7Un grand merci également aux Éditions du CNRS, et singulièrement à Guy Stavridès, d’avoir, pour ce second volume, non seulement poursuivi une aventure rendue plus complexe par la diversité linguistique, mais pris en compte l’abondance d’une illustration qui, Orient oblige, comportait nombre d’images en couleurs, proposant un format encore plus agréable à l’œil.

8Merci aux auteurs qui tous – ou presque – ont répondu aux inévitables demandes faites dans l’urgence avec une promptitude et une gentillesse qui n’ont eu d'égales que leur patience. Et merci à tous ceux qui, traducteurs, relecteurs, conseillers ponctuels, ont fait bénéficier la mise au point des textes de leur science et de leurs compétences linguistiques. Le dévouement de Julie Vallée-Raewsky et de Yuri Karev mérite à cet égard une mention toute particulière.

9Plusieurs artistes ont enrichi ce volume de contributions superbement visuelles. C’est d’abord le grand Abidine Dino (1913-1993), petit-fils de vizir, ami de longue date de Pierre Chuvin, qui fut à Vallauris l’un des compagnons de création de Picasso et de Chagall, et à Paris l’ami de Tristan Tzara, de Gertrude Stein, d’Aragon, et de bien d’autres. Avec son épouse Güzine Dino, Pierre Chuvin et Michèle Aquien ont traduit les poètes turcs. Et c’est à leur anthologie de poésie turque contemporaine, J’ai vu la mer, que sont empruntés les deux dessins reproduits ici par la grâce de Patrice Rötig et des éditions Bleu autour.

10Que soit également remerciée Belkis Taşkeser, dont la présence dans ce volume reflète d’abord et avant tout sa personnalité propre, son sens de la couleur et son talent d’artiste, mais qui apporte en outre avec elle le souvenir très cher de Stéphane Yerasimos et d’une longue amitié partagée avec Pierre, qui est l’auteur des belles lignes qui accompagnent les œuvres de ses deux amis.

11Forme non moins précieuse d’hommage : la photographie. Le célèbre photographe turc Ergun Çağatay offre ici à Pierre Chuvin quatre superbes images d'une Asie centrale que, des années durant, il a inlassablement parcourue. Au grand arpenteur de l’Asie qu’est également Antoine Lesieur, on doit celles du Mausolée de la femme anonyme de la nécropole de Shâh-e Zende à Samarcande, l’un des plus remarquables de ces Tombeaux de paradis dont il a si bien su capter les entrelacs et les couleurs subtiles.

12À l’amitié et à la générosité de Vladimir Terebenine, responsable de la section photographique du musée de l’Ermitage, on doit la reproduction de plusieurs chefs-d’œuvre. À commencer par l’image de la couverture, ce bijou en or et turquoise découvert par l’archéologue Victor Sarianidi en Bactriane, dans la nécropole de Tillia tepe. Photographié au musée de Kaboul en 1982, il fait apparaître une scène qui, à bien des égards, peut être lue comme une allégorie parfaitement adaptée au dédicataire de ces Hommages : un Dionysos, oui, mais aussi asiatique que grec, allant de l’avant sur le redoutable griffon de la vie, tendrement accompagné de son Ariane qui l’enlace et le conforte, et vers laquelle il se retourne tout entier. Sans oublier pour autant de faire partager à qui se trouve sur sa route une ivresse qu’on imagine être celle du savoir. Quoi d’étonnant à ce que cette scène exemplaire soit couronnée par une Victoire ?

13Un vif merci également au photographe Thierry Ollivier, grand connaisseur des arts asiatiques qu’il sait si bien mettre en valeur, pour des images de la ceinture de Tillia tepe qui donnent la mesure de son talent.

14Nous enfreindrons enfin toutes les consignes, cette fois-ci sans le moindre remords, en révélant tout ce que ce volume doit à Huguette Meunier-Chuvin, et en lui exprimant chaleureusement, au nom de tous, la grande reconnaissance qui est lui due. Du début à la fin de cette entreprise, elle en a été, par sa douce fermeté et son efficacité sans faille, la véritable cheville ouvrière. Le dernier mot ira aux enfants : Marie la normalienne, Guillaume le juriste et Paul le lycéen, qui tous trois, à des âges et des degrés divers, ont partagé avec leurs parents ces étapes orientales.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540