Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Troisième partie. Réjouissance, vie privée et loisirs : rencontrer les autres

Individualité naissante

Texte intégral

  • 1 Oktay C., « De la Taxis et de l’Oikonomia au Cercle de justice : de l’idéologie politique byzantin (...)

1Des éléments de liberté individuelle, telle qu’on peut l’entendre en Occident – depuis leur lente émergence au xviiie siècle –, apparaissent aussi dans le grand port égéen. Quoi qu’on puisse prétendre, il s’agit alors d’un mode d’être en opposition avec les valeurs de la société proche-orientale, toutes communautés considérées. Aucun des groupes sur place n’était prédestiné à se joindre à la libéralisation des comportements individuels1.

LA MISE

  • 2 Le port des moustaches fait encore partie de la norme masculine de présentation de soi en Turquie (...)
  • 3 Arônis, op. cit., p. 30 : « [Il avait] la moustache rasée, comme c’était alors la mode en Allemagn (...)

2Les Smyrniotes doivent soigner leur mise. Les photographies montrent des gens qui prennent soin de leur tenue. L’allure de certains est si européenne, qu’on ne peut plus dire a priori où ces photographies ont été prises. Certains usages sont cependant lents à s’installer. Pour les hommes, ne plus porter de moustache, c’est enfreindre une norme2. En 1885, le jeune Christos Arônis rentre d’Allemagne sans moustache et devient enseignant dans l’école de son père. Se raser entièrement le visage fait plus européen, mais peut-être pas tout à fait sérieux ni viril. Ses élèves tentent de le chahuter à ce sujet, mais le jeune homme est assez sûr de lui pour savoir, avec humour, rétablir l’ordre3.

3L’habit est un lieu de l’identité ethnique que l’on désire ou que l’on est contraint d’afficher. Smyrne reste une ville où des habits divers cohabitent jusqu’en 1922, mais l’habit européen gagne du terrain et le chatoiement des tenues musulmanes n’est plus ce qu’il était avant les Tanzimats, alors que les fonctionnaires portent désormais la stambouline et le fez. Les photographies prises au début du xxe siècle de rues de Smyrne montrent la diversité colorée des canotiers, fez ottomans, turbans encore existants. Les uns portent le pantalon droit à l’européenne, d’autres des .alvars, d’autres encore des tuniques. Les unes se voilent de noir et bien peu du reste de leur habillement transparaît, alors que les autres portent des robes ou des jupes et des chapeaux semblables à ceux que l’on voit en Occident à la même époque. En 1900, les canons, sinon la pratique, de la mode parisienne sont ceux du vaste monde, à l’unisson de l’Occident.

  • 4 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 116, dp n° 32, envoyé, par le CGFS, Blanc, au MAE, le 15.III.09, « Situati (...)
  • 5 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 116, doc. cit.
  • 6 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 116, doc. cit.

4En 1908, le fez est à nouveau imposé, cette fois-ci à tous les sujets ottomans. Une fois de plus, l’individu n’a pas le choix, alors qu’on vient de rétablir une Constitution qui doit garantir les libertés individuelles4. Il s’agit d’une mesure qui vise en particulier les non-musulmans qui auraient été trop prompts à se départir du fez, sans adopter les coiffures les plus diverses proposées à cette époque : « en astrakhan, en drap de toutes les couleurs et de toutes formes5. » Les membres du Comité Union et Progrès « ont découvert la preuve que leurs congénères non musulmans étaient désireux de s’affranchir de tout lien avec la sujétion ottomane qu’en certaines circonstances, il deviendrait ainsi difficile de les distinguer des sujets étrangers et d’exercer sur eux une surveillance aussi complète que par le passé6 ».

  • 7 Cf. les nombreuses photographies de famille insérées dans l’autobiographie de Kazan Elia, A Life, (...)
  • 8 La quasi-totalité des postes techniques du vilayet sont occupés par des non-musulmans ottomans. Cf (...)

5Les changements autoritaires de normes vestimentaires sont les signes manifestes d’une exacerbation des relations entre l’État et ses propres sujets, dont on attend que les dehors révèlent l’identité. Tous les troubles discréditent un couvrechef, qui est porté naturellement par de nombreux sujets ottomans non musulmans7. Par exemple, le fez de l’ingénieur du vilayet qui fait son apparition dans le roman de Kosmas Politis, Stou Chatzifrangou, est remarquable. Le personnage est grec ottoman, comme la vraisemblance l’exige8. C’est un être important, compétent et très satisfait de son fez. L’auteur, peut-être dans un geste didactique légèrement appuyé, destiné à un lectorat helladique, l’appelle d’ailleurs feslis, en grécisant à peine l’emprunt turc fezli.

  • 9 Anastassiadis, art. cit., p. 233. Le jeune Aristote Ônassis est un ancien élève de l’École évangél (...)

6La mise des jeunes gens se transforme plus rapidement encore après la guerre mondiale. Le bon goût n’est plus aussi assurément défini et certains interdits chancellent. Le jeune Ônassis – il doit avoir moins de vingt ans à l’époque – se permet de fumer dans la rue. Le contrôle social au début des années 1920 ne l’empêche plus de le faire. Fumer sur un banc dans le jardin du konak, un dimanche après la liturgie, c’est afficher son esprit frondeur et nier son jeune âge. Il est probable que cette désinvolture donne un genre, au sens propre du mot, qu’Ônassis juge séduisant. On remarque que les jeunes gens ne se pressent pas de rentrer chez eux après l’église, qu’il est donc normal qu’ils traînent un peu, hors de tout contrôle familial. Cela fait encore déplacé pour certains de ses camarades, qui doivent l’envier ou au moins admirer sa liberté de comportement9.

LES RAPPORTS ENTRE GENRES

  • 10 Arônis, op. cit., p. 87.
  • 11 Annuaire oriental, 1913, p. 1737, 1re col., et Michaïl, op. cit., p. 62, 1re col. Ce dernier annua (...)

7La séparation des sexes, par exemple au sein d’établissements scolaires distincts, n’empêche pas certains contacts, assez ouverts, du moins dans les milieux non musulmans. Aller voir les filles, en pleine connaissance de l’interdiction, est un plaisir en soi pour les adolescents rums. Au tout début du xxe siècle, on flirte à la sortie de l’école Arônis, alors que les lycéens ont ordre de rentrer directement chez eux. Vraisemblablement, les garçons savent à quoi s’en tenir quant à la réalité de l’interdiction qui leur est faite. Il s’agit d’une interdiction qui doit être transgressée10. Les lieux de rendez-vous favoris sont les pâtisseries, notamment chez Kôstis Gavriil, rue de l’Échelle anglaise, dans le quartier franc11. Les garçons de l’école Arônis y attendent les filles de l’Homirion qui passent un quart d’heure après leur arrivée. L’âge adulte doit être, de toute façon, celui du mariage.

  • 12 Arônis, op. cit., p. 34.
  • 13 Entretien avec feue Mme Contente, de la communauté juive de Smyrne, à Paris, en 2000.

8Si Christos Arônis veut occuper une place de directeur d’école, un poste à responsabilités dans la société smyrniote, il doit impérativement se marier12. La norme est la vie maritale, à laquelle les individus ne peuvent se dérober sans éveiller la réprobation, à moins de chercher des statuts sociaux qui le permettent, comme l’état de moine par exemple, pour les chrétiens orthodoxes. Un milieu restreint, plus libéral, une vingtaine d’années plus tard, accepte qu’un monsieur juif puisse vivre en union libre avec une jeune femme grecque. Mais cette configuration reste l’exception. Elle est favorisée par la transgression des limites communautaires, qui fait que le couple ne corresponde plus à aucun discours collectif, et est en quelque sorte perdu pour tout le monde. Il peut évoluer dans le milieu ouvert et non national de certains Levantins, par exemple13.

  • 14 Burnaby F., On Horseback through Asia Minor, Londres, 1898, p. 3-4.
  • 15 Politis, op. cit., p. 86 : Des femmes n’hésitent pas à conseiller à une amie de divorcer alors que (...)
  • 16 A Handbook …, op. cit., p. 250, 2e col.
  • 17 Par exemple la chanson, Une Smyrniote à Kokkinia, quartier d’installation de Grecs d’Asie Mineure (...)

9Les femmes de Smyrne sont réputées pour leur liberté de comportement. Cette remarque s’applique aux femmes non musulmanes, car les musulmanes sont encore cachées aux regards des voyageurs et passants : « Des femmes étaient assises dans des patios ou dans les cours ouvertes des maisons, et les dames grecques de Smyrne, de toute évidence, ne sont pas timides. Elles retournaient audacieusement mes regards scrutateurs et ceux de mon compagnon, et paraissaient plutôt contentes qu’autre chose de notre curiosité14. » Le machisme évident des propos ci-dessus ne doit pas nous cacher qu’en effet, les normes de comportement entre sexes diffèrent de l’Angleterre, que le voyageur vient de quitter, aux rives orientales de la mer Égée. En particulier, des femmes mariées non musulmanes, de surcroît chez elles et vraisemblablement en groupe, ne se gênent pas pour rendre leurs regards indiscrets aux messieurs de passage. L’absence relative de tabou sur le divorce doit changer considérablement les relations entre sexes entre les deux mondes, tant parmi les Grecs orthodoxes, que chez les musulmans15. Le texte se termine par une remarque sur le manque d’hygiène des femmes de Smyrne, qui ne prendraient pas soin de leur visage. Cela est peu crédible. Ce qui se voit le plus est l’objet de soins attentifs. Peut-être le visiteur désire-t-il critiquer un teint bronzé qui ne correspond pas encore aux critères de beauté ouesteuropéens ? Tous les observateurs n’ont pas ces préventions : « … par beau temps, les femmes smyrniotes ont l’habitude de se tenir à leurs portes avec leurs meilleurs habits16 ». La beauté des femmes de Smyrne est un topos que l’on retrouve dans les chansons populaires grecques, ainsi que dans la littérature évoquant l’Asie Mineure17. Le même cliché existe encore en Turquie aujourd’hui.

  • 18 Politis, op. cit., p. 75 : « En avril, alors que le temps devenait plus doux puis plus chaud, les (...)

10Le contrôle social est important dans toutes les communautés, dans tous les quartiers de la ville. Beaucoup de gens prennent le frais devant la porte ou bien mangent le soir, toutes portes et fenêtres ouvertes18. Alors que des voyageurs britanniques peuvent penser que, ce faisant, l’on s’expose avec hardiesse, on se soumet aussi, simultanément, au contrôle vigilant d’autrui. L’espace public est surveillé, les allées et venues des voisins aussi. Cette vigilance conduit à la découverte du complot de la Fédération révolutionnaire arménienne. Une voisine a remarqué des allées et venues d’une femme souvent accompagnée d’hommes différents. La surveillance des mœurs des uns par les autres a ici des conséquences politiques importantes. Un scandale public est toujours possible, car l’adultère est considéré comme un déshonneur pour le quartier dans son ensemble.

Genres et millets

  • 19 Il n’est pas certain que les interdits aient été respectés scrupuleusement dans les zones tribales (...)
  • 20 Politis, op. cit., p. 70 : « Est-ce qu’elle prend Dimitri au sérieux ? Ridicule ! Elle ne se marie (...)

11L’endogamie des différents groupes induit des prescriptions strictes quant aux choix matrimoniaux. Les choix de vie personnelle sont limités, mais qui se pose la question en ces termes ? En particulier, les frontières entre grands groupes monothéistes présents dans la cité égéenne : judaïsme, christianisme et islam, doivent rester étanches les unes aux autres. Il faut pourtant remarquer que le groupe musulman, dominant les structures étatiques, peut accueillir des femmes des autres groupes et que celles-ci n’ont pas, stricto sensu, l’obligation de se convertir. L’exogamie n’est que partielle, car il n’est pas question pour une femme musulmane de rejoindre les non-musulmans. Les règles d’échanges matrimoniaux sont défavorables aux non-musulmans. Cette ouverture à sens unique est ressentie comme une menace par les autres groupes de la ville19. La mariée non musulmane à un musulman, souvent convertie à l’islam, meurt alors socialement pour son premier groupe. Pour tous les groupes en place, la femme rejoint le groupe de son mari, alors même que le groupe juif accorde un statut essentiel à la filiation matrilinéaire. Autre différence d’usage inquiétant pour des parents non juifs20 ayant un garçon.

  • 21 Les chansons populaires expriment ainsi cette fascination érotique pour les femmes interdites. Cf. (...)
  • 22 Idem, Tabouris Petros, livret du disque, p. 1.
  • 23 L’incident le plus marquant dans nos sources date des Pâques orthodoxes de 1901. Un jeune homme or (...)

12La rigueur des interdits a des effets psychologiques inverses. Ainsi, la femme de l’autre groupe, dont on se tient et dont on est tenu éloigné, est objet de convoitises et d’interrogations dans la culture, les chants et la littérature, de tous les groupes21. « L’embellissement et l’idéalisation de l’inconnu génèrent de superbes chansons d’amour22. » Il s’agit d’un thème omniprésent, tant sous des plumes universalistes comme celle de Politis que sous celles d’auteurs habités par le nationalisme de leur groupe, comme Spanomanôlis. Dans l’œuvre de Politis, la belle juive de Corfou installée à Smyrne, Siora Fiora, fascine un jeune Rum. Elle lui est si proche par son grec, peut-être même plus standard que celui des Grecs de Smyrne, par son lieu d’habitation, situé au milieu d’un quartier considéré comme grec, mais aussi socialement si lointaine par son âge et sa religion. Cette situation ne doit pas cacher que les relations collectives entre Grecs orthodoxes et juifs sont tendues, ces derniers étant accusés de meurtres rituels jusqu’au début du xxe siècle23.

  • 24 Politis, op. cit., p. 68 : « La maison ne différait en rien d’une maison chrétienne, hormis une od (...)

13Dans le récit autobiographique de Spanomanôlis, Beyler Sokağı, le jeune héros vit une incroyable histoire d’amour, certes platonique, avec Melek Hanım, dont la famille, réduite au père, vient d’emménager dans un appartement de la rue Trassa, soit une des rues centrales du quartier franc, où habite un ami du héros. La jeune fille rentre de Vienne, où elle a étudié. Elle trouve tout naturel d’inviter un jeune homme à boire le thé. Si elle se voile à Smyrne, c’est que les temps ne sont pas encore mûrs, assure-t-elle. Il est probable, que l’épisode soit fictif, quoiqu’on ne comprenne pas quelles sont alors les motivations de l’auteur, peu distancié vis-à-vis du nationalisme grec. Mais l’épisode montre clairement la tension psychologique qu’induisent les barrières de la société, alors que les modes de vie des communautés convergent, ne serait-ce que par l’occidentalisation du monde ottoman puis turc. Chez les deux auteurs, les deux figures masculines sont troublées également par le caractère anodin et si peu différent des intérieurs dans lesquels ils pénètrent. Ils semblent être à deux doigts de prendre la mesure de la nature conventionnelle des interdits régissant les relations entre sexes, par-delà les frontières communautaires24.

  • 25 Qossian H., op. cit.

14Au sein des groupes monothéistes, la circulation matrimoniale est inévitable, malgré les normes et les interdits des sous-groupes. En particulier, la communauté arménienne connaît, d’après Qossian, une exogamie subie et déplorée, qui explique sa stagnation dans la ville25. Cette circulation peut être fatale aux petits ensembles dans le système culturel de forte hiérarchisation, d’une part des millets ottomans entre eux, selon qu’ils sont plus ou moins proches du pouvoir, selon qu’ils sont ressentis comme plus ou moins proches de l’Occident, d’autre part des passeports détenus par les individus, car gagner l’Occident, fût-ce de manière symbolique, est une des perspectives les plus désirables. Ainsi, les groupes catholiques et protestants, qui jouissent problement d’une situation matérielle enviable, ainsi que de passeports occidentaux, sont des réservoirs matrimoniaux intéressants. La conversion à un christianisme dit occidental est souvent de rigueur, même si les conversions au catholicisme sont inacceptables pour le groupe orthodoxe.

  • 26 AMAEF-CPC-NS- 67, f. n° 28, dp n° 32, par le drogman de 1re classe du CGFS, Jousselin, au MAE à Pa (...)

15Les cas de passage à l’acte, du mariage hors communauté, sont rarement mentionnés dans notre corpus d’archives. Les seuls exemples trouvés dans ces courriers impliquent toujours une jeune orthodoxe se mariant à un musulman. De telles alliances s’accompagnent alors de troubles dans la population orthodoxe, indépendamment de la volonté de la jeune fille, pourtant concernée au premier chef. Dans le premier cas, en septembre 1901, la jeune femme semble revenir sur sa décision. Elle n’a pas été ni ne s’est convertie. Quelques mois après son alliance, elle désire réintégrer son groupe et semble profiter de la protection de l’Église orthodoxe. Son époux légitime va se plaindre au kadı, puis au vali pour récupérer son épouse enfuie26. Ce dernier, Kâmil Pa.a, ne transige pas avec l’honneur conjugal du plaignant et va jusqu’au conflit avec le métropolite orthodoxe pour que la jeune femme se présente à la justice ottomane. Les archives n’indiquent pas comment l’affaire se termine.

  • 27 AMAEF-AT-CES-1906-1916, tél. chiffré n° 125, de Colomiès, CGFS, à Bompard, AF, le 10.XII.12 ; AMAE (...)
  • 28 AMAEF-AT-CES-1906-1916, tél. chiffré n° 125, doc. cit.
  • 29 AMAEF-AT-CES-1906-1916, tél. chiffré n° 126, doc. cit.

16La deuxième occurrence date de décembre 1912, dans une situation internationale bien plus tendue. Il implique une jeune femme non seulement grecque orthodoxe, mais hellène, et donne lieu, en raison de l’état de guerre dans la région, à un échange nourri entre le consulat français, l’ambassade de France et le ministère des Affaires étrangères à Paris27. La jeune fille, Vassilia, âgée de dixhuit ans, a été emmenée par les autorités ottomanes dans la maison d’une vieille musulmane avant de se marier et, en l’occurrence, de se convertir à l’islam. La réaction du groupe ne se fait pas attendre : « Cet incident cause une forte émotion dans la population grecque qui est prête à se porter à des actes de violence susceptibles de provoquer une répression et des troubles28. » Après l’intervention de l’ambassade de France auprès du ministre ottoman de l’Intérieur, le vali envoie la jeune fille à Constantinople, où, délivrée des pressions extérieures, elle doit être à même de se prononcer librement. Si l’éloignement de Vassilia est habile, il n’est pas de nature à régler la situation comme l’escompte le groupe grec orthodoxe : « La population grecque de Smyrne attend anxieusement l’issue de cet incident29

Sexualité hors mariage

  • 30 Les sources en arménien sont sans appel. Les exigences financières des parents arméniens de jeunes (...)

17Le cadre conjugal ou préconjugal n’est pas la seule sphère des rapports entre sexes. Les normes existent pour mettre en forme une réalité qui n’y est pas conforme a priori. Il y a une vie sexuelle hors mariage à Smyrne pendant la Belle Époque. Se marier exige d’ailleurs des moyens financiers, considérés comme raisonnables par la famille de la jeune fille, pour que le jeune couple puisse subvenir à ses besoins. Le plus souvent, les alliances donnent lieu à des tractations entre familles qui retardent les mariages, voire les compromettent30. Les jeunes gens non mariés sont donc relativement nombreux et ce fait social induit, entre autres, le développement de la prostitution.

  • 31 Politis, op. cit. Le thème de ce quartier mal famé revient à plusieurs reprises dans le texte. Cf. (...)
  • 32 Arônis, op. cit., p. 57 : « Un soir, Bolanis fut trouvé avec deux Arméniennes des bas-fonds. Elles (...)

18Celle-ci a son territoire limité socialement. Le quartier renommé pour ce genre de services se situe près du pont des Caravanes, où se trouvent des maisons closes. Trouver les traces de cette activité n’est pas aisé. Les Annuaires orientaux ou les guides touristiques sont discrets à ce propos. Par ailleurs, la toponymie multiplie et brouille les pistes, mais c’est bien toujours du même lieu qu’il s’agit. On parle aussi du quartier de l’église Saint-Constantin, au lieu-dit Tepecik ou Chiôtika31. Il est probable que la prostitution s’exerce ailleurs également. Sans doute faut-il évoquer le quartier des Tavernes, central et facile d’accès32. La ville portuaire, c’est-à-dire lieu de passage de commerçants, de marins, ainsi que de régiments, offre toutes les conditions habituelles de développement de cette activité.

  • 33 Les mères acceptent que leurs fils jeunes adultes aillent dans le quartier de Saint-Constantin, si (...)
  • 34 Ariès P. et Duby G. (dir.), Histoire de la vie privée, t. IV, De la Révolution à la Grande Guerre, (...)

19On est loin de la façade rutilante de la Belle Époque smyrniote, mais il est certain que cette institution participe du même système social. En effet, si les différentes communautés attachent une grande importance à la virginité des filles lors de leur mariage, elles ont une attitude inverse envers leurs garçons33. Les lieux de prostitution sont pour les jeunes gens, quelle que soit leur communauté, les lieux d’apprentissage de la sexualité. De surcroît, les normes conjugales de la bourgeoisie parisienne s’exportent en même temps que ses effets induits34. Après la guerre, les misses américaines se doivent de faire le point sur cette pratique, par souci d’exhaustivité :

  • 35 D’où mon hypothèse pour localiser cette activité dans le quartier des Grandes Tavernes, car Tepeci (...)
  • 36 Snell S. et Forsythe M., art. cit.

« L’immoralité est également très répandue dans la ville. […] Avant que les Grecs ne prennent le pouvoir, un quartier chaud était installé au beau milieu du quartier des affaires et des boutiques de la ville, où il était si facile d’accès qu’il était une tentation constante pour les jeunes gens et qu’il s’imposait à la vue des enfants et des adultes qui étaient désireux de l’éviter35. La nouvelle administration grecque a déplacé ce quartier à la périphérie de la ville de sorte qu’on y arrive moins facilement et qu’il se voie moins. Actuellement, les maisons de prostitution sont assez bien isolées36. »

  • 37 Rankin E. W., « Health », in A Survey…, op. cit. : « Les maladies vénériennes sont très répandues (...)
  • 38 Kazan, op. cit., situe quelques scènes dans un « clandé » à Cordélio.

20Il s’agit d’une activité florissante. Ses conditions d’exercice font que les maladies vénériennes sont endémiques à Smyrne37. Par ailleurs, il s’agit aussi d’un motif littéraire de perception de l’Orient. Il est obligé que cette thématique soit présente dans les sources38. Quelques plumes alertes de voyageurs rendent compte, au moins partiellement, de leurs explorations en ce domaine :

  • 39 Deschamps, op. cit., p. 172-173. La référence à un auteur classique permet ici de mettre à distanc (...)

« C’est tout un quartier de maisons blanches, si peuplé de femmes échevelées, que les hellénistes égarés dans ce faubourg songent involontairement à ce chapitre célèbre où Hérodote décrit avec tant de précision les devoirs d’hospitalité que la loi religieuse imposait aux dames de Babylone, et les rites sacrés de Mylitta. Sous les lugubres réverbères qui clignotent, et donnent aux impasses de ce faubourg un aspect de coupe-gorge, les vieilles juives viennent chuchoter à l’oreille de l’étranger des paroles si engageantes qu’on ne peut se défendre d’une tentation et d’un frisson39. »

  • 40 D’autres passages du livre cité sont plus clairement antisémites. Des différents groupes ainsi déc (...)
  • 41 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 246 de Carlier, gérant du CGFS, à Boppe, ChAfF, le 11.XI.09, « Rapat (...)
  • 42 Deschamps, op. cit., p. 173.

21Dans ce texte, le commerce charnel implique la division communautaire de la société. Selon lui, ce sont de « vieilles juives » qui dominent le marché, dans les rôles d’entremetteuses ou souteneuses, et de jeunes chrétiennes qui se prostituent. Dans quelle mesure ce tableau rapide peut-il dépasser une superficielle impression ? Deschamps ne projette-t-il pas sur Smyrne certains schémas de la France de son époque40 ? Dans les archives diplomatiques, nous avons pu trouver mention d’un proxénète maltais. De même, il est douteux que seules des chrétiennes se prostituent. Mais il est vrai que les rares mentions du phénomène auprès des diplomates concernent toujours des chrétiennes, éventuellement appartenant au milieu européen ou levantin, ce qui nuance considérablement la vision de ce monde présenté comme brillant et supérieur41. Les chrétiennes qui en viennent à se prostituer, selon Deschamps, sont celles « qui ont eu le tort de ne pas faire assez d’économies pour payer leurs loyers42 ». Pour lui, les clients sont à la recherche du « paradis de Mahomet ». L’Orient à travers les âges est en soi un topos érotique pour les Occidentaux, comme l’attestent les références faites à des pratiques de l’Antiquité ou au Coran. Deschamps est d’une étonnante franchise, pour cette époque et étant donné son milieu savant, car il ne prétend pas s’exclure de ce qu’il décrit. Une fois de plus, on retrouve la proximité, sinon la continuité, au moins partielle, entre les divisions de genre et les divisions communautaires, existant aussi à propos des hamams.

  • 43 Règlement de l’orphelinat grec à Smyrne, fondé en février 1870, Smyrne, 1874 (gr.), p. 7.

22La seconde forme, fortement réprouvée, de sexualité hors mariage implique des non-professionnelles. Or avoir un enfant, pour ces femmes, est socialement stigmatisé. Cette inconvenance mène à l’abandon de l’enfant que la société appelle « bâtard ». Pour celle-ci, la lignée et l’origine sont fondamentales, en particulier dans cette phase de cristallisation des nationalismes. Les bâtards sont autant de transgressions de cette organisation du monde. Ils viennent détruire le lisse aspect des récits familiaux, constitutifs du récit du groupe auquel la famille appartient nécessairement. Le sort de nombreux enfants illégitimes est d’être recueillis à l’orphelinat, après abandon. Il est expressément interdit au personnel de les appeler par ce « mot barbare » en usage à l’extérieur. L’auteur du règlement n’ose pas l’écrire. La bâtardise renvoie à l’existence du monde des pulsions, hors des conventions sociales si contraignantes, ainsi que du péché de concupiscence. On évite toute mixité dans l’orphelinat. L’entrée des personnes extérieures, même des enseignants, est réglementée. Les déplacements au sein de l’orphelinat sont balisés, par peur vraisemblable de mauvais traitement ou d’actes sexuels illicites43. Les orphelins ne sont adoptables que jusqu’à deux ans et demi. En vertu de quel critère cette disposition est-elle prise ? L’adoption est considérée comme une démarche de fusion de l’enfant adopté dans la famille accueillante qui tait l’adoption. À terme, l’enfant adopté doit appartenir à sa fausse famille biologique. La pratique de l’adoption est malaisée et mal vécue.

Notes

1 Oktay C., « De la Taxis et de l’Oikonomia au Cercle de justice : de l’idéologie politique byzantine à l’idéologie politique ottomane », Méditerranées, revue de l’association Méditerranées, n° 20, p. 83-94 ; L’Image grecque et l’Empire ottoman, L’Harmattan, 1999. En particulier, p. 84 : « ... la civilisation byzantino-ottomane en tant que civilisation traditionnelle, c’est-à-dire fondée sur l’expérience des ancêtres, se situe à l’opposé de ce qu’il convient d’appeler la société individualiste et moderne, où rien n’est immuable, rien n’est fixé pour toujours. »

2 Le port des moustaches fait encore partie de la norme masculine de présentation de soi en Turquie ou à Alep, et pas uniquement dans les milieux populaires.

3 Arônis, op. cit., p. 30 : « [Il avait] la moustache rasée, comme c’était alors la mode en Allemagne, mais comme ce n’était pas encore à la mode à Smyrne, la deuxième classe de collège l’accueillit exprès avec une caricature moustachue, dessinée au tableau avec au-dessous cette légende : “Christos le moustachu”. »

4 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 116, dp n° 32, envoyé, par le CGFS, Blanc, au MAE, le 15.III.09, « Situation en Asie Mineure ».

5 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 116, doc. cit.

6 AMAEF-CPC-NS- 69, f. n° 116, doc. cit.

7 Cf. les nombreuses photographies de famille insérées dans l’autobiographie de Kazan Elia, A Life, New York, Knopf, 1988 (trad. fr. cons. Une vie, Paris, 1989).

8 La quasi-totalité des postes techniques du vilayet sont occupés par des non-musulmans ottomans. Cf. Annuaires orientaux.

9 Anastassiadis, art. cit., p. 233. Le jeune Aristote Ônassis est un ancien élève de l’École évangélique, quoiqu’il n’ait pas réussi aux épreuves du baccalauréat. En revanche, il se distinguait déjà alors par son sens aigu des affaires.

10 Arônis, op. cit., p. 87.

11 Annuaire oriental, 1913, p. 1737, 1re col., et Michaïl, op. cit., p. 62, 1re col. Ce dernier annuaire indique que l’établissement a été fondé en 1840.

12 Arônis, op. cit., p. 34.

13 Entretien avec feue Mme Contente, de la communauté juive de Smyrne, à Paris, en 2000.

14 Burnaby F., On Horseback through Asia Minor, Londres, 1898, p. 3-4.

15 Politis, op. cit., p. 86 : Des femmes n’hésitent pas à conseiller à une amie de divorcer alors que son mari lui est infidèle : « “Tu perds ta jeunesse”, lui dirent-elles. Demande le divorce et remarietoi ! Tu as un bon travail et une grande maison à ton nom ! »

16 A Handbook …, op. cit., p. 250, 2e col.

17 Par exemple la chanson, Une Smyrniote à Kokkinia, quartier d’installation de Grecs d’Asie Mineure entre Athènes et le Pirée. Le chant est interprété par Antônios Dalgas, né à Arnavutköy, près de Constantinople, en 1892, in Great Voices of Constantinople, Cambridge, 1997.

18 Politis, op. cit., p. 75 : « En avril, alors que le temps devenait plus doux puis plus chaud, les gens circulaient jusqu’à tard le soir dans les rues et bientôt les voisins sortiraient leurs chaises devant la porte et s’y assiéraient jusqu’après minuit pour se rafraîchir. »

19 Il n’est pas certain que les interdits aient été respectés scrupuleusement dans les zones tribales du sud de la Turquie actuelle, par exemple entre le groupe arménien mais kurdophone et les tribus kurdes, en particulier à la faveur de l’histoire mouvementée de cette région du monde depuis les années 1890. D’un point de vue empirique, la grande diversité des traits dans le groupe arménien occidental laisse penser que de nombreux brassages de population, y compris avec des populations venues d’Asie centrale, ont bien eu lieu, parfois aussi, même de façon marginale, en faveur du groupe arménien.

20 Politis, op. cit., p. 70 : « Est-ce qu’elle prend Dimitri au sérieux ? Ridicule ! Elle ne se marierait qu’avec un juif. Elle n’était pas fanatique, tout au contraire, mais c’est ce que prévoit l’âdet [emprunt direct au turc dans le texte : l’usage]. Elle ne se marierait jamais à un chrétien ! »

21 Les chansons populaires expriment ainsi cette fascination érotique pour les femmes interdites. Cf. Armenians, Jews, Turks & Gipsies in Old Recordings, Athènes, 1995.

22 Idem, Tabouris Petros, livret du disque, p. 1.

23 L’incident le plus marquant dans nos sources date des Pâques orthodoxes de 1901. Un jeune homme orthodoxe disparaît et toute la communauté juive est violemment accusée de meurtre par la populace grecque. Il s’avère que l’adolescent a simplement fait une fugue et que la grande agitation n’était le fruit que des phobies antisémites des orthodoxes.

24 Politis, op. cit., p. 68 : « La maison ne différait en rien d’une maison chrétienne, hormis une odeur d’huile de sésame et un chandelier à sept branches sur une table. »

25 Qossian H., op. cit.

26 AMAEF-CPC-NS- 67, f. n° 28, dp n° 32, par le drogman de 1re classe du CGFS, Jousselin, au MAE à Paris, le 13.IX.01, « Difficultés entre le métropolite orthodoxe et le vali de Smyrne ».

27 AMAEF-AT-CES-1906-1916, tél. chiffré n° 125, de Colomiès, CGFS, à Bompard, AF, le 10.XII.12 ; AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp de Péra, par Bompard, AF, à Colomiès, CGFS, le 12.XII.12 ; AMAEF-AT-CES-1906-1916, tél. chiffré n° 126, de Colomiès, CGFS, à Bompard, AF, le 19.XII.12.

28 AMAEF-AT-CES-1906-1916, tél. chiffré n° 125, doc. cit.

29 AMAEF-AT-CES-1906-1916, tél. chiffré n° 126, doc. cit.

30 Les sources en arménien sont sans appel. Les exigences financières des parents arméniens de jeunes filles sont telles au début du XXe siècle que les jeunes prétendants de ce groupe restreint ne peuvent se marier facilement. Les ambitions matérielles des familles peuvent entrer en contradiction avec la norme de l’endogamie du groupe arménien.

31 Politis, op. cit. Le thème de ce quartier mal famé revient à plusieurs reprises dans le texte. Cf. p. 55 : des préadolescents discutent entre eux de l’interdiction qu’on leur fait à la maison d’aller traîner près du pont des Caravanes ou d’aller à l’église Saint-Constantin. Cf. p. 64 : un père et sa fille se disputent violemment à propos d’un mariage que le père ne désire pas. La fille menace son père : « Si tu ne me maries pas, je vais entrer dans une maison près de Saint-Constantin. »

32 Arônis, op. cit., p. 57 : « Un soir, Bolanis fut trouvé avec deux Arméniennes des bas-fonds. Elles étaient peut-être mouchardes également. Elles parvinrent à l’enivrer et Bolanis leur révéla son secret. C’était bien ça. Les deux chanteuses prévinrent les forces de l’ordre et Bolanis fut arrêté et emprisonné. »

33 Les mères acceptent que leurs fils jeunes adultes aillent dans le quartier de Saint-Constantin, si toutefois cette habitude ne compromet pas la régularité de leur vie sociale. Cf. Politis, op. cit., p. 248 : « Sa mère le regarda de travers, mais ne lui dit rien. »

34 Ariès P. et Duby G. (dir.), Histoire de la vie privée, t. IV, De la Révolution à la Grande Guerre, p. 490-491, « La demande préconjugale », p. 496-498, « L’archipel du désir vénal », et p. 515- 517, « L’illusion de l’adultère vénal ».

35 D’où mon hypothèse pour localiser cette activité dans le quartier des Grandes Tavernes, car Tepecik n’est pas central.

36 Snell S. et Forsythe M., art. cit.

37 Rankin E. W., « Health », in A Survey…, op. cit. : « Les maladies vénériennes sont très répandues dans cette ville. Toutes les autorités médicales sont d’accord sur ce point. Un des plus éminents médecins de Smyrne affirme que 80 % de la population souffre d’une forme de maladie vénérienne. La plupart des cas sont bénins, mais certains cas ne devraient pas être considérés à la légère cependant, car ils peuvent bien être les vecteurs de contamination de la maladie à d’autres personnes, dans les formes, cette fois, les plus sérieuses. »

38 Kazan, op. cit., situe quelques scènes dans un « clandé » à Cordélio.

39 Deschamps, op. cit., p. 172-173. La référence à un auteur classique permet ici de mettre à distance la réalité décrite, d’enjoliver ce qu’elle peut avoir de sordide.

40 D’autres passages du livre cité sont plus clairement antisémites. Des différents groupes ainsi décrits, c’est celui-là qui est le plus éreinté. Cf. p. 168-178, « Les Juifs de Smyrne ». Dreyfus est condamné en XII.1894 et n’est réhabilité qu’en 1906. Deschamps n’est épargné par l’antisémitisme ambiant.

41 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 246 de Carlier, gérant du CGFS, à Boppe, ChAfF, le 11.XI.09, « Rapatriement d’une mineure française ». Le texte illustre la triste variété des administrés d’un consul de France à un poste prestigieux comme celui de Smyrne : « … je viens de prendre à l’égard d’une jeune Française, mineure, qui m’a été signalée aujourd’hui même, comme se cachant sous un faux nom dans une maison de prostitution, une mesure de rapatriement par ordre administratif. Cette demoiselle Émilie, Marguerite Soltis, née à Paris, 5e arr., en 1893, dont la mère demeure actuellement, dit-elle, à Paris, 16 rue Philibert-Lucot, a été entraînée hors de France par un Maltais du nom de Charles Taliana qui se trouve, paraît-il, actuellement à Constantinople. Conduite par cet individu dans une maison de tolérance de Naples où elle ne tarda pas à contracter une maladie vénérienne grave, elle a ensuite visité, toujours sous la garde de ce triste protecteur, Constantinople et enfin Smyrne… »

AMAEF-CPC-NS-70, f. n° 137, dp n° 20, du CGFS, Colomiès, au MAE, le 13.III.14, « Au sujet de Rahmy Bey, vali de Smyrne », Annexe : « Procès-verbal de la réunion du corps consulaire du 5 mars 1914, à 11 heures du matin au consulat général des Pays-Bas, sous la présidence de M. Van Uje Pieterse, doyen du corps consulaire », § 2, « La fille Marie Negri ». Il s’agit d’une histoire de brutalités infligées à une prostituée de nationalité française.

42 Deschamps, op. cit., p. 173.

43 Règlement de l’orphelinat grec à Smyrne, fondé en février 1870, Smyrne, 1874 (gr.), p. 7.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search