Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Troisième partie. Réjouissance, vie privée et loisirs : rencontrer les autres

Réjouissances non religieuses

Texte intégral

  • 1 Une enquête similaire, conduite à Constantinople et de grande envergure, a été publiée : Johnson C (...)

1Le domaine des réjouissances et des loisirs est plus vaste que celui des fêtes religieuses, même dans une société où les religions ont l’ambition de régir la vie humaine. Dans le rapport américain de 1921 sur la société smyrniote, à vocation de conseil pour l’administration à mettre en place, les enquêteurs considèrent aussi le domaine des loisirs. Voici le bilan qui est dressé au début des années 19201. On reviendra sur les modifications des loisirs à Smyrne, à partir des années 1870 :

  • 2 Snell S. et Forsythe M., « Recreation », in A Survey…, op. cit.

« a) Les hommes utilisent les institutions de loisir marchand de la ville bien plus que les femmes. b) Certaines formes de loisir, en particulier les cafés, les brasseries et les bars sont fréquentés de façon exclusive sinon presque uniquement par des hommes. c) Les enfants ne pratiquent que trois formes de loisir et sont ainsi quelque peu protégés de certains maux évidents que l’on peut distinguer dans les loisirs commerciaux en général2. »

2Les deux enquêtrices chargées du chapitre sur les loisirs ne trouvent pas pertinent de faire de distinction selon les communautés dans leur rapide bilan. Selon des modalités différentes, femmes et hommes vivent séparément leur temps libre, dans tous les groupes. Il s’agit d’une caractéristique culturelle de la région.

LE CAFÉ, LIEU SOCIAL PIVOT

  • 3 Desmet-Grégoire H. et Georgeon F., Cafés d’Orient revisités, Paris, 1997.
  • 4 Snell et Forsythe, art. cit.
  • 5 Georgeon, « Les cafés à Istanbul à la fin de l’Empire ottoman », p. 39-78, in Desmet-grégoire et G (...)
  • 6 Launay, op. cit., p. 29.

3Il s’agit d’un lieu dont l’importance est bien attestée dans l’histoire sociale ottomane, dans les grandes villes comme dans les bourgades3. C’est aussi ce que constatent à Smyrne les enquêtrices en 1920, faisant preuve d’un souci d’exhaustivité incomparable dans leur recensement desdits cafés : « Il ne fait aucun doute que le loisir principal à Smyrne est la fréquentation du café. Il y en a 495 à Smyrne et ils emploient 2 429 personnes4. » Le café intéresse ici en tant qu’éventuel lieu de mixité communautaire, ce qui semble bien être le cas, mais selon des modalités différentes selon les villes de la région, voire les quartiers dans lesquels ils se situent, tout à fait à l’image des cafés de Constantinople5. Un voyageur français découvre un café populaire smyrniote dans les années 1890 et le décrit ainsi : « C’est au débouché d’une ruelle sombre, sur une petite place ensoleillée comme une clairière en forêt ; au centre, une fontaine bien éclairée, où des hommes puisent, verts, roses, bleus : à gauche, un café en plein vent, des tables, des fumeurs, leurs turbans verts, les fez rouges, les bonnets brodés arméniens, tout roses sur une étoffe noire ; ces bouteilles de verre luisantes qui sont des narghilés6. »

  • 7 Snell et Forsythe, art. cit.

4Pour l’observateur de passage, tous les consommateurs partagent la même pratique, exotique à ses yeux, orientale, celle du narghilé. Ils ne se distinguent que par la couleur de leur couvre-chef. La relation univoque qu’il établit entre les trois couleurs et les trois identités communautaires est plus un effet de style qu’une observation rigoureuse. Au contraire des cafés d’aspect traditionnel, les cafés du bord de mer, ceux que les Européens de passage ne peuvent pas ignorer et qui désirent les attirer, ainsi que tous ceux qui prétendent vivre à la mode européenne, alafranga, sont d’un autre type que ceux de l’intérieur de la ville : « La plupart des maisons les plus grandes et les meilleures sont le long des quais, dans certains quartiers, le front de mer est entièrement occupé par des bâtiments et des jardins utilisés à cette fin récréative7. »

  • 8 Michaïl, op. cit., p. 67, 1re col. À l’été 2002, force est de constater que ce nom a encore un cer (...)
  • 9 Michaïl, op. cit., p. 67, 1re et 2e col. (gr.).

5À l’inverse des misses américaines, les annuaires commerciaux ne recensent que les établissements des quais. Les cafés à l’européenne sont dotés d’une terrasse. On imagine que la sociabilité y suit les règles, copiées sur celles des capitales occidentales, et qu’il est fréquent de s’y faire servir en français. Ces cafés portent des noms révélateurs du modèle qu’ils désirent imiter. Certains noms se retrouvent d’ailleurs à l’identique dans des villes soumises directement à l’emprise coloniale. Comme Tunis, Smyrne a son « Café de Paris », qui est propriété de deux Grecs orthodoxes, Elias Kritikos et Pan[ayiôtis] Karydis8. À côté de la référence habituelle à la France, une autre apparaît en 1920. Un « Café de Boston » se trouve non loin, appartenant lui aussi à un Grec orthodoxe, G. Beloutsis, tout comme un « Café John Bull », appartenant à un Arménien, Hovhannès Haïg. La modernité que l’on invoque n’est plus la même désormais. À côté de ce glissement de tutelle symbolique fleurissent des noms manifestant l’orientation nationaliste du propriétaire : « Élefthérios Vénizélos », « Panhéllinion », « La Liberté », etc.9. En 1920, des Turcs pouvaient-ils fréquenter des établissements arborant de telles enseignes ?

  • 10 En ce qui concerne les brasseries, le terme induit une certaine confusion en français, alors que l (...)
  • 11 Michaïl, op. cit., rubrique Oinopôleia.
  • 12 Cette consommation s’est maintenue en Turquie actuelle.

6En 1883, l’Indicateur ottoman signale seize établissements sur les quais, auxquels il ajoute quatre cafés-concerts, ainsi que trois brasseries plus une à la Pointe. Le Guide grec Michaïl compte, lui, vingt-quatre cafés sur les quais – dont les cafés-concerts de 1883 – et quatre brasseries sur les quais10. Cette activité se développe. Mais le dernier guide nous entraîne plus avant dans la Smyrne grecque moins huppée, même si, selon toute vraisemblance, il ignore les petits cafetiers turcs de Smyrne. Ainsi il offre une rubrique « Débits de boissons alcoolisées » assez importante puisqu’elle recense vingt-neuf établissements11. Aucun de ces établissements, aucune distillerie non plus, n’appartient à un musulman. En tout cas, il serait impossible à un musulman de figurer sous cette rubrique. On constate une concentration de certaines activités dans certaines rues, qui peuvent en tirer leur nom, au moins dans l’usage populaire. Ainsi, le quartier des « Grandes Tavernes » regroupe neuf des établissements mentionnés, au centre de la ville, entre les bezestens et le quartier arménien, alors que onze se trouvent autour de la place Fassoula, plus au nord, dans la Smyrne plus chrétienne. Les premiers établissements peuvent donner lieu à une mixité sociale et ethnique, selon des modes de sociabilité populaire. Le voisinage des musulmans avec des Grecs orthodoxes, non soumis aux mêmes interdits, facilite la consommation d’alcool par les premiers12. La mixité accroît ainsi le choix des plaisirs que les musulmans peuvent se permettre.

7À Aydın, le partage de ce lieu de sociabilité se fait autrement. Un voyageur européen écrit : « À l’inverse de Smyrne, c’est l’élément turc qui domine ici dans la majeure partie de la ville. » Le café, lieu de rassemblement des hommes à la fin de la journée, a une tout autre allure que celle des terrasses des quais à Smyrne ou celle des tavernes grecques de l’intérieur de la ville. Il n’est d’ailleurs fait aucune mention dans le texte à l’alcool. Distante de Smyrne dans l’espace, Aydın apparaît parfois être aussi distante dans le temps du grand port, comme plus proche de la société ottomane d’avant la pénétration européenne et des nationalismes :

  • 13 Krumbacher, op. cit., p. 53.

« Alors qu’avec l’arrivée de l’obscurité, les rues étroites et inégales devenaient désertes, nous nous retirâmes dans un gros café où des Turcs, des Grecs et des Arméniens s’étaient réunis dans une atmosphère amicale. Ce qu’un observateur européen remarquait à l’aménagement de la maison, c’était la bassesse des tables et les chaises semblables à des tabourets. Un homme au regard martial mit en jeu un poulet dodu ; il cria chaque numéro avec grande adresse d’abord en turc puis en grec13. »

  • 14 Dans les milieux non musulmans résiduels ou non turcs de Turquie actuelle, ainsi que dans la diasp (...)
  • 15 Krumbacher ne fait d’ailleurs pas mystère de son pronostic quant à l’avenir du pays qu’il visite, (...)

8L’étranger remarque la relative incorrection du grec utilisé : comme par hasard, il semble que ce Grec orthodoxe alterne étrangement et fautivement les voyelles en grec… Après s’être informé, il affirme que la prépondérance du turc empêche l’homme qu’il entend, de maîtriser correctement « sa propre langue14 ». Cette remarque linguistique indique l’interpénétration des groupes entre eux. Il est même improbable que le grec soit utile. Il est possible que l’homme en question ne s’efforce de donner les numéros en grec que pour les étrangers de passage, qui, de fait, ne maîtrisent pas le turc. La remarque que Krumbacher fait sur l’ambiance amicale qui règne entre les hommes appartenant à trois groupes ethniques va dans le même sens. Au-delà d’inévitables contacts dans la vie économique, on se fréquente aussi après le travail. Ainsi, dans les années 1880, une certaine convivialité ottomane, à dominante turque, est observable à Aydın, par un voyageur européen, qui en tant que bon connaisseur du monde grec, surtout ancien, et sans sympathie pour le monde turc, est peu porté à amplifier le phénomène15.

  • 16 AMAEF-CPC-NS-67, f. n° 137, dp. du 1er drogman du CGF, Gaston Jousselin, au MAE à Paris, le 3.XII. (...)

9Le café ou débit de boissons alcoolisées est aussi un lieu qui peut devenir l’arène d’affrontements entre clients, notamment entre membres de communautés différentes : « Dans la soirée du 30 novembre, un Français levantin, de religion orthodoxe, le sieur Yanako Fontrier, a été assassiné par deux soldats turcs au cours d’une rixe provoquée par ceux-ci. L’événement a eu lieu dans un petit café du quartier grec ; un des deux soldats a été tué, probablement par les consommateurs présents ; l’autre est actuellement arrêté16. » La rixe oppose des soldats, forcément musulmans en 1901, à un orthodoxe, que le jeu des protections ou des mélanges de population sur place a fait citoyen français. Les soldats reviennent de Tripolitaine et se montrent hostiles aux chrétiens qu’ils rencontrent, puisqu’ils se livrent à plusieurs exactions lors de leur passage. Ils pénètrent dans une maison européenne sans y être invités et escroquent un restaurateur grec. L’incident nous montre que le sieur Fontrier fréquente des lieux plutôt dans la mouvance de sa communauté religieuse et non des lieux français de façon univoque, ce qui indique l’autochtonisation de certains Français, mais aussi que des soldats musulmans sont servis tout naturellement dans des tavernes tenues par des non-musulmans. Les témoins font tout pour nuire à l’éclaircissement des faits. Les clients orthodoxes ont pris fait et cause pour Yannakos, car son agresseur est également assassiné. Le tenancier prend la fuite pour ne pas être impliqué. La population chrétienne se défie de la police et de la justice. Le conflit est étouffé grâce à la loi du silence, que chacun observe scrupuleusement. L’incident est, de façon notable, déclenché par des soldats de passage. Ce courrier diplomatique laisse entendre que les frictions entre communautés sont importées de l’extérieur et tiennent à la situation globale de l’Empire, alors que Smyrne serait, elle, un îlot de paix où les cafés grecs serviraient tout le monde sans distinction.

LES PLAISIRS DE LA TABLE

  • 17 Hewsen R. H. et Salvatico C. C. (cartographe), Armenia. A Historical Atlas, Chicago, 2001, p. 187.
  • 18 CEAM, ATO, Bayraklı, IÔN 9, Yiannis Kavgalakis, né à Bayraklı, en 1901, int. à Athènes, le 14.IV.7 (...)
  • 19 CEAM, ATO, Kokaryalı, IÔN 6, Alexandros Kitharas, né à Kokaryalı, en 1900 environ, int. à Athènes, (...)

10La population de Smyrne est connue dans l’Empire pour sa sociabilité : « Les gens de Smyrne avaient le cœur léger, sociable, célèbre pour leur amour des bals et du jeu, et des “joiners” invétérés17. » Une des formes de loisir les plus prisées de réjouissance est celle du repas, qu’il s’agisse d’un pique-nique à l’occasion d’une fête religieuse, comme la fête de l’Ascension pour les Arméniens, un repas familial dominical, ou bien encore d’un repas au restaurant, dans un établissement à l’européenne à Smyrne, chez Kraemer par exemple, dans une taverne de quartier, comme en Grèce aujourd’hui, ou bien dans un lieu de récréation, un kazino à la turque, où l’on offre aussi bien nourriture et boisson que musique et chansons. Ces lieux sont souvent situés au bord de l’eau, dans les environs proches de Smyrne, comme à Bayraklı ou à Kokaryalı. À Bayraklı, un Arménien, Artin, possède un établissement célèbre au début du siècle, qui attire les riches Smyrniotes. Il se trouve juste à côté du débarcadère, facile d’accès par le vapeur, qui dessert le pourtour du golfe : « Sur le rivage il y avait des restaurants et des centres de récréation, où on venait de Smyrne pour faire la fête18. » De même à Kokaryalı, des établissements onéreux attirent une clientèle de bons vivants, à l’aise financièrement, réjouis par des chanteuses qu’il faut rétribuer et qui éventuellement poursuivent leur modeste carrière en Grèce, après 1922. La clientèle est surtout chrétienne, la fréquentation de ces établissements est importante, en particulier le dimanche19.

11La production d’alcool à Smyrne permet aussi des excursions qui rappellent des visites aux Biergärten allemands :

  • 20 CEAM, ATO, Mersinli, IÔN 8, Alexandros Katsaris, né à Mersinli, en 1903 environ, int. à Athènes, l (...)

« Darağaç se trouvait après le cimetière de Smyrne, par là il y avait aussi l’usine de la “Bière d’Aydın”. Des bandes d’amis des villages alentours venaient en voiture au jardin de la brasserie de Smyrne ; ils emmenaient de la nourriture de chez eux dans des paniers couverts et achetaient sur place un petit tonneau de bière, car on ne vendait pas moins. Ils mangeaient et buvaient sans arrêt. Quand le soir tombait et que la nourriture s’épuisait, ils rentraient en voiture. Celui qui voulait pouvait aussi prendre le train20. »

12A priori, ce genre d’excursion était interdit aux musulmans, mais la consommation d’alcool dans l’Empire est bien partagée par les musulmans et les chrétiens.

LES FÊTES FAMILIALES

  • 21 On parle de « relations familiales » ou ındanegan haraperoutiounner, par exemple, en arménien. Il (...)

13Les fêtes familiales, en particulier les fiançailles et les mariages, sont l’occasion de réjouissances. C’est un honneur d’être invité en tant qu’ami, appartenant à une autre religion, à ce genre d’occasions, qui ont à voir avec l’intimité d’une communauté. Les invitations concernent généralement la famille entière, car les amitiés impliquent les familles et non les individus21. Assister à ces célébrations confère une certaine connaissance de la part du groupe qui invite :

  • 22 CEAM, ATO, Menemen, IÔN 43, Aglaïa Kontou, née à Menemen, en 1893, de parents autochtones, int. à (...)

« Quand il y avait un mariage, [les amis turcs] voulaient offrir des cadeaux. Quand je me suis mariée, un Turc, que nous connaissions, m’a donné une horloge haute avec un aigle qui frappait les heures. Une autre fois, nous avons offert un gramophone avec sept disques. Dans un mariage turc, le gendre faisait la fête dans sa maison avec les hommes, et les femmes dans la maison de la bru, séparément, ils jouaient d’instruments de musique et faisaient la fête. Nous y allions nous aussi quand ils nous invitaient, comme ils en avaient l’habitude, l’homme chez le gendre et la femme chez la bru22. »

  • 23 CEAM, ATO, Smyrne, IÔN 1, Dimitrios Iliadis, né à Smyrne, dans le quartier de Saint- Dimitris, en (...)
  • 24 CEAM, ATO, Magnésie, AIO 18-19-20, Evangelos Karampetsos, né à Magnésie, en 1887 environ, int. à A (...)

14Il s’agit d’une occasion de rassemblement familial et amical. On fait appel à des musiciens pour égayer et faire danser l’assistance. C’est l’usage à Smyrne même : « [Le quartier Saint-Dimitris] était proche aussi du café Çakılcı başı. C’est là que se rassemblaient les joueurs d’instruments, là on pouvait les trouver quand on voulait pour les emmener à des fêtes23. » Les villes de l’intérieur ont les mêmes pratiques. Ces musiciens sont éventuellement tsiganes. Le groupe marginal par excellence de la société ottomane trouve alors sa place dans le grand agencement social. À Menemen, le recours aux tsiganes est systématique : « Nous avions aussi le Çingene mahallesi. C’est là que vivaient des musiciens tsiganes. Il y en avait de trois ou quatre sortes. Ils jouaient de la clarinette, du violon, du santour. Les chrétiens et les Turcs les engageaient pour les fêtes. Ils savaient le grec de façon impeccable24. » Les Tsiganes ne sont pas arrêtés par les différentes langues. L’informateur souligne leur maîtrise du grec, pour satisfaire les attentes d’une enquête menée dans le cadre idéologique d’un État-nation fortement unilingue. Un si petit groupe ne peut pas se permettre d’ignorer les diverses langues de son entourage et les hommes doivent être capables de trouver à s’employer partout où cela est possible.

VIE MONDAINE DU PETIT PARIS ÉGÉEN

  • 25 Ces cercles s’appelaient casins ou kazino jusque dans les années 1880, mais il semble, d’après les (...)
  • 26 Michaïl, op. cit., p. 85, 2e col., p. 86, 1re col.
  • 27 Le mode de sociabilité des familles arméniennes est encore une réalité sociale tangible dans une v (...)
  • 28 Agulhon M., Le Cercle dans la France bourgeoise, étude d’une mutation de la sociabilité, Paris, 19 (...)

15Il est bien établi que la société levantine tente de reproduire des modes de sociabilité proches de celle qu’elle imagine être la norme occidentale, en particulier parisienne. L’élite économique et sociale de Smyrne tend à se fréquenter dans le milieu fermé de ses cercles25. « Le cercle de Smyrne [est sis] entre l’Échelle des Anglais et l’avenue Parallèle. Le conseil d’administration est composé de Messieurs Giraud I., Mainetis I et Psaltôph A. ainsi que de huit conseillers. Il regroupe environ 300 membres. Il possède un restaurant pour ses membres et leurs familles. Le cercle de Smyrne est issu de l’unification en 1902 du club nouveau, fondé en 1886, et du cercle européen, fondé en 185926. » L’indication du nombre de membres pose la question de la représentativité de telles institutions dans le corps social, dans la mesure où moins d’un Smyrniote sur 1 000 fait partie de ce cénacle. Centrer la présentation d’une ville à ce genre d’usages sociaux n’est légitime que dans la mesure où ces formes de sociabilité sont la norme à atteindre pour bien des contemporains. Ces formes influencent aussi la vie sociale strictement communautaire de la ville27. En effet, il existe d’autres cercles, comme le « cercle grec », qui prétend à l’antériorité sur le cercle de Smyrne. Sur le même modèle, on y retrouve des noms de l’élite grecque orthodoxe. Certains patronymes, comme celui de Psaltôph, reviennent dans les instances dirigeantes des deux cercles, ce qui indique leur fonctionnement parallèle et la proximité des milieux dans lesquels ils recrutent28.

  • 29 Jeancard P., op. cit., p. 26. L’auteur arrive en avril 1914 à Smyrne. Il est mobilisé un mois et d (...)

16La Smyrne mondaine, européanisée, tout en solennités de bon ton, est un topos dont regorgent les documents diplomatiques ou les récits de voyageurs. À la veille du conflit mondial, Paul Jancard, qui est en mission « purement économique » à Smyrne, est l’un de ces voyageurs tout de suite introduits dans le meilleur monde levantin. Il est accueilli par la famille Guiffray, dont les hommes occupent de hautes responsabilités dans l’exploitation des quais, dès sa descente de bateau et rencontre le vali, Rahmi Bey, le directeur des affaires politiques du vilayet, Karabiber Bey, le tout sans avoir besoin de parler deux mots d’une quelconque langue locale, puisque ses interlocuteurs sont à l’aise en français. La vie semi-coloniale est brillante, alors que l’Europe est à l’apogée de sa puissance et de son pouvoir de fascination : « Je ne saurais [...] passer sous silence les soirées de Smyrne. Grands dîners en smoking, chez quelques notables de la colonie européenne, grecque et arménienne. Ces dîners étaient offerts à des intimes, mais ils furent très somptueux. Le faste de ce pays de soleil se révélait à moi pendant ces réceptions29. »

  • 30 Le Statuto fondamentale, promulgué le 4.III.48 par le roi Charles-Albert de Piémont- Sardaigne, es (...)

17Dans l’image ainsi produite de la ville, il n’y a aucune place pour les tensions sociales, ethno-religieuses ou politiques de la cité véritable. Un des exemples les plus manifestes de l’emprise de ce genre de mondanités sur la population concerne une célébration italienne du Statut, à la fin du xixe siècle30. Nul doute que le consul de France se complaise à la description d’un monde qu’il incarne, pense-t-il, en tout premier lieu. Il trouve étrange que ce soit l’Italie et non la France qui, pour une fois, soit à l’honneur, d’autant que la République, engagée sur la voie de la laïcisation, pourrait voir sa protection sur les catholiques d’Orient mise en cause par l’Italie.

  • 31 AMAEF-CPC-NS-67, f. n° 18, dp envoyé de Smyrne, par le CGFS, Rougon, au MAE, le 10.VI.97, « Séjour (...)

18La solennité organisée allie plusieurs éléments composant la Belle Époque des villes coloniales31. L’Europe est omniprésente. Un détachement militaire italien œuvre en toute liberté sur le sol ottoman, certes de façon pacifique. L’événement a lieu sur la propriété d’une société aux capitaux européens, symbole du progrès technique que constitue l’eau courante. Le transport est assuré par une société ferroviaire aux capitaux occidentaux, qui symbolise aussi la modernité technique en Anatolie. L’exposé du consul ne fait presque aucune place à la dimension musulmane de la ville. Un toponyme, Halkabunar, doublé de son nom antiquisant, un vali embarrassé, que l’on peut côtoyer, grâce à son rang, sont les seules touches turques du tableau. En revanche, l’atmosphère décrite évoque un jardin de Saint-Mandé. La domination du monde local bénéficie, de surcroît, d’une mise en scène bucolique. Cette vie sociale smyrniote est façonnée selon des prototypes extérieurs. Mais il s’agit de bien plus qu’un chromo, puisque le nombre des participants, deux mille, est assez élevé. Peut-on pour autant parler du caractère populaire de la fête, comme le fait le consul de France, alors qu’il use, plus haut, des termes de « rendez-vous mondain » ? Il semble, certes, que le public soit aussi composé de personnes issues de couches moyennes. Néanmoins, la ville compte à l’époque peut-être 250 000 personnes. La garden-party est sans doute un succès, mais son ampleur réelle doit être relativisée. En revanche, le milieu à l’origine de telles réjouissances est aussi celui qui produit des textes et qui, notamment, domine la presse. Dès lors, l’événement, somme toute de portée limitée, est grossi au regard des observateurs, qui n’utilisent que ce genre de sources facilement disponibles.

Notes

1 Une enquête similaire, conduite à Constantinople et de grande envergure, a été publiée : Johnson C. R. (dir.), Constantinople to-day or The Pathfinder Survey of Constantinople, New York, 1922.

2 Snell S. et Forsythe M., « Recreation », in A Survey…, op. cit.

3 Desmet-Grégoire H. et Georgeon F., Cafés d’Orient revisités, Paris, 1997.

4 Snell et Forsythe, art. cit.

5 Georgeon, « Les cafés à Istanbul à la fin de l’Empire ottoman », p. 39-78, in Desmet-grégoire et Georgeon, op. cit.

6 Launay, op. cit., p. 29.

7 Snell et Forsythe, art. cit.

8 Michaïl, op. cit., p. 67, 1re col. À l’été 2002, force est de constater que ce nom a encore un certain attrait dans cette région du monde. Un établissement du nom de Parizian srdjaran fonctionne depuis peu sur une des rue principales de Yérévan.

9 Michaïl, op. cit., p. 67, 1re et 2e col. (gr.).

10 En ce qui concerne les brasseries, le terme induit une certaine confusion en français, alors que le grec savant distingue bien entre le débit, zythopôleion, et la fabrique de cet alcool, zythopoieion.

11 Michaïl, op. cit., rubrique Oinopôleia.

12 Cette consommation s’est maintenue en Turquie actuelle.

13 Krumbacher, op. cit., p. 53.

14 Dans les milieux non musulmans résiduels ou non turcs de Turquie actuelle, ainsi que dans la diaspora arménienne, c’est une expression normative encore très utilisée. Peu importe la langue maternelle réelle, la « langue maternelle » est celle que l’on devrait parler en tant que bon Arménien, bon Rum, etc.

15 Krumbacher ne fait d’ailleurs pas mystère de son pronostic quant à l’avenir du pays qu’il visite, alors qu’il contemple la misère du village d’Ayasoluk, op. cit., p. 258 : « ... ici au milieu du pays turc, à proximité d’Aïdin, bastion ottoman, de tels faits [...] ne nous montrent que trop clairement le déclin irrésistible des affaires turques. À côté, les Grecs et les Arméniens progressent, rapides et décidés ; puisque les premiers détiennent la grande majorité presque partout, la victoire définitive ne saurait leur échapper. »

16 AMAEF-CPC-NS-67, f. n° 137, dp. du 1er drogman du CGF, Gaston Jousselin, au MAE à Paris, le 3.XII.01, « Assassinat du sieur Fontrier ».

17 Hewsen R. H. et Salvatico C. C. (cartographe), Armenia. A Historical Atlas, Chicago, 2001, p. 187.

18 CEAM, ATO, Bayraklı, IÔN 9, Yiannis Kavgalakis, né à Bayraklı, en 1901, int. à Athènes, le 14.IV.70, par Hermalaos Andreadis.

19 CEAM, ATO, Kokaryalı, IÔN 6, Alexandros Kitharas, né à Kokaryalı, en 1900 environ, int. à Athènes, le 24.VIII.62, par Zôi Kyritsopoulou. L’informateur est peu éduqué. Il s’agit d’une personne sans grande nostalgie ni enthousiasme envers son ancienne patrie. Il semble avoir vécu de grands malheurs.

20 CEAM, ATO, Mersinli, IÔN 8, Alexandros Katsaris, né à Mersinli, en 1903 environ, int. à Athènes, le 23.IV.70, par Zôi Kyritsopoulou, qui le considère comme un bon informateur, ressentant quelque nostalgie pour son village.

21 On parle de « relations familiales » ou ındanegan haraperoutiounner, par exemple, en arménien. Il est alors entendu que les contacts se font entre pairs de même genre et/ou de statut équivalent, dans les deux familles.

22 CEAM, ATO, Menemen, IÔN 43, Aglaïa Kontou, née à Menemen, en 1893, de parents autochtones, int. à Athènes, le 18.VI.62, par Iôanna Loukopoulou. L’informatrice n’a que peu d’instruction mais se souvient bien de son ancienne patrie. Elle est considérée comme une bonne informatrice.

23 CEAM, ATO, Smyrne, IÔN 1, Dimitrios Iliadis, né à Smyrne, dans le quartier de Saint- Dimitris, en 1900 environ, int. à Athènes, par Zôi Kyritsopoulou, le 14.IV.70. Il s’agit d’un ancien élève de l’École évangélique. Zôi Kyritsopoulou le considère comme un informateur moyen.

24 CEAM, ATO, Magnésie, AIO 18-19-20, Evangelos Karampetsos, né à Magnésie, en 1887 environ, int. à Athènes, le 18.I.62, par Zôi Kyritsopoulou, f. n° 12. Il s’agit d’un bon informateur qui éprouve de la nostalgie pour son ancienne partie et qui fait preuve d’intelligence. Il était agriculteur dans son ancienne patrie et est devenu cafetier en Grèce.

25 Ces cercles s’appelaient casins ou kazino jusque dans les années 1880, mais il semble, d’après les nomenclatures de l’Annuaire oriental, que le terme tombe ensuite en désuétude au Proche- Orient aussi pour désigner un club fermé. Les termes courants sont désormais « cercle » ou « club » ou bien en grec leschi. Le turc kazino se maintient pour désigner un lieu de restauration et de divertissement avec spectacle musical qui, sans être réservé à quelques membres, n’a rien à voir avec ce que on appelle en Occident un « casino ».

26 Michaïl, op. cit., p. 85, 2e col., p. 86, 1re col.

27 Le mode de sociabilité des familles arméniennes est encore une réalité sociale tangible dans une ville comme Alep. Il est presque exclusivement centré autour du club, l’agoump, affilié à un parti politique traditionnel – c’est-à-dire issu des vestiges de l’expérience politique arménienne au sein de l’Empire – et en relations étroites avec une organisation sportive, des établissements scolaires, un jardin, bardèz, où les femmes et les enfants peuvent venir jouer, bavarder et se désaltérer le soir, voire une « Académie » des Beaux-Arts.

28 Agulhon M., Le Cercle dans la France bourgeoise, étude d’une mutation de la sociabilité, Paris, 1977.

29 Jeancard P., op. cit., p. 26. L’auteur arrive en avril 1914 à Smyrne. Il est mobilisé un mois et demi après son retour en France, fin juin 1914. Ce récit enlevé paraît après la guerre.

30 Le Statuto fondamentale, promulgué le 4.III.48 par le roi Charles-Albert de Piémont- Sardaigne, est en fait une constitution qui ouvre la voie à l’unification et à la démocratisation italienne.

31 AMAEF-CPC-NS-67, f. n° 18, dp envoyé de Smyrne, par le CGFS, Rougon, au MAE, le 10.VI.97, « Séjour du cuirassé italien “Marco Polo” portant le pavillon du contre-amiral Palumbo. Fête nationale italienne du Statut. Organisation, à cette occasion, d’une garden-party en faveur de la société de bienfaisance italienne ».

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search