Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Troisième partie. Réjouissance, vie privée et loisirs : rencontrer les autres

Fêtes collectives

Texte intégral

1Les temps libres d’une société sont autant d’occasions de détente, de rencontres et d’échanges pour ses membres. Dans un contexte de pluralité ethno-religieuse, les groupes peuvent entrer en contact. Au tournant du siècle, les modes de réjouissance et de loisirs évoluent, au moins en partie, sous l’influence du modèle occidental. Si les fêtes religieuses de chaque communauté restent centrales, en particulier au niveau idéologique, l’irruption de formes nouvelles de loisir, comme le cinéma, change les habitudes. L’objet de ce chapitre est de visiter certains lieux et d’observer certains moments où les Smyrniotes, issus de toutes communautés, peuvent se rencontrer. Alors que la fête relève du collectif se pose la question de l’émergence d’une sphère privée à Smyrne, à la fin de l’Empire. La population est nombreuse et sujette à de perpétuels mouvements en provenance d’autres villes portuaires et pays marchands mais aussi d’Anatolie. Smyrne a la réputation d’être plus libre que l’intérieur de l’Asie Mineure. Des schémas contraignants de l’ordre social s’y rencontrent dans une atmosphère urbaine qui favorise l’éclosion d’espaces de relative liberté, y compris dans les relations entre genres. La foule et ses mouvements permettent presque l’anonymat, malgré les pratiques de contrôle social.

  • 1 C’est toujours le cas à Alep. Les chrétiens y souffrent de l’étalement de leurs fêtes qui les disc (...)

2Ce sont de véritables événements publics qui manifestent aux voisins la vivacité du groupe en fête, et qui le distinguent de son environnement, demeuré dans le temps social normal. Lors de ces fêtes, la mise à distance des autres mais également leur évocation explicite sont centrales. Il est de bon ton de visiter et féliciter les membres de la communauté en fête. Ces fêtes suivent des calendriers qui diffèrent selon les religions, et même parmi les chrétiens. Les orthodoxes ainsi que les apostoliques suivent le calendrier julien, alors que les chrétiens dits occidentaux respectent le grégorien. Par ailleurs, le mode de calcul des dates des fêtes mobiles, comme Pâques, diffère d’un groupe à l’autre. Les temps de réjouissance religieuse sont décalés parmi la population. Une même fête chrétienne peut être célébrée deux fois1. Grâce aux divers calendriers, on met en scène les divergences ecclésiales, socle des identités communautaires, dans le système ottoman qui ne reconnaît encore que les différences religieuses entre ses sujets, au début des années 1870.

3On échange des cadeaux entre personnes ou familles de groupes différents lors de cérémonies privées, où l’on est invité, mais également lors de fêtes religieuses. Les chrétiens offrent des œufs et du çörek au voisin ou à l’ami musulman, et inversement. Ces échanges entretiennent un réseau d’obligations mutuelles. Ce genre de rapport garantit la civilité entre personnes vivant dans des systèmes référentiels explicites différents. Les décalages calendaires permettent la réciprocité dans le temps, d’autant que les usages sont matériellement très proches. On consomme de l’agneau pour Pâques mais aussi pour le Bayramı, on mange des sucreries pour la Saint-Nicolas, la Noël ou les fêtes de Pâques, mais aussi lors du ⁄eker Bayramı. La culture matérielle mais aussi les symboles qui sont associés aux produits communs sont partagés par les différents groupes. On communie, d’une certaine façon, par ces rites d’échanges, au-delà des divisions ethno-religieuses. Ils sont même comme suscités par ces divisions.

LES FÊTES ORTHODOXES

  • 2 CEAM, ATO, Karantina, IÔN 4, Lemonia Pangalou, née en 1903, int. en 1968, f. 14-15 : « Nous avions (...)

4Chaque paroisse, qu’elle constitue un quartier, un faubourg ou un village de Smyrne, a sa fête fixée le jour de la fête de son saint patron, lors de laquelle elle organise une procession avec sortie de l’icône dans les rues alentour. Le rite prend une dimension publique et draine des habitants d’autres lieux voisins. Le métropolite de Smyrne ou d’Éphèse peut se déplacer en cette occasion pour visiter ses ouailles. Le calendrier met tour à tour les différentes localités à l’honneur. Il y a ainsi sacralisation orthodoxe de l’espace micrasiatique. L’institution se retrouve dans toutes les paroisses orthodoxes ; elle s’appelle paneyiri et uniformise et occupe l’espace. Elle tend à exclure les autres populations de la perception des lieux par les orthodoxes. Il s’agit d’une occasion où l’on danse sur la place, dans la cour d’une école ou d’une église. On consomme de l’alcool, les cafetiers montent des buvettes en plein air. C’est une distraction importante pour la jeunesse de la région. Obtenir la permission d’aller à un paneyiri est un privilège. Toutes les mères ne laissent pas leurs filles y aller, ce qui laisse entendre la possibilité de flirts entre les filles et les garçons2.

5Le carnaval de Smyrne est renommé dans l’ensemble du monde grec. Il s’agit d’une fête familiale mais qui implique tous les chrétiens de la ville :

  • 3 CEAM, ATO, Smyrne, IÔN 1, Zôi Kapa, née à Smyrne en 1885 : « Vie religieuse, 12 1/2 p. », int. par (...)

« À Smyrne, lors des Apokryes, tout d’abord, de la maison la plus pauvre à la maison la plus riche, on préparait de la nourriture savoureuse, c’est-à-dire des plats avec de la viande, cuits au four ou mijotés. On faisait des pâtisseries à la maison, on n’avait pas alors l’habitude d’en acheter : du baklava, du kadaïf, du galaktoboureko. Toute notre parenté et nos amis se réunissaient dans une grande maison et là il y avait la fête : on chantait, on dansait, et les plus enjoués se costumaient3. »

  • 4 Ibid., p. 2-3 : « Certains y réussissaient particulièrement bien ; ils se déguisaient en Arabes et (...)
  • 5 Angelomatis Ch., « Les Grecs déracinés se souviennent avec nostalgie du carnaval de Smyrne », This (...)
  • 6 Ibid., p. 19.

6Comme tout carnaval, il s’agit d’un temps d’inversion des conventions sociales. Le monde est mis sens dessus dessous. Les carnavaliers portent des ombrelles la nuit. Le carnaval de Smyrne présente des traits particuliers en raison du contexte pluriel. À côté des rites d’inversion sociale portant sur le genre, c’est-à-dire le travestissement festif et la plus grande hardiesse entre les sexes, qui peut donner lieu à des scandales après la fête, il permet également de changer d’aspect, notamment ethnique et religieux4. Les faux Arabes, faux Zeybeks, faux Juifs, faux Arméniens ou encore faux Levantins sont alors légion5. On contrefait sa voix en imitant l’accent, considéré comme typique, des autres habitants de la ville : « La nuit, on ouvrait toutes les maisons, on illuminait et les carnavaliers entraient et sortaient avec leurs masques furieux et leur voix différente, leur voix grossière, avec leur langue incompréhensible pour les étrangers, avec une prononciation arménienne, des mots grecs corrompus, du turc et tout ce qu’on voulait6. »

7La mascarade n’implique pas la population turque ou des figures du pouvoir, mais il est possible que, lors de l’occupation hellénique, ce thème soit apparu. Elle permet de défaire, un temps, les hiérarchies sociales qui impliquent des identités ethno-religieuses. Les avocats et les médecins, professions libérales si prisées des familles du Proche-Orient, symboles de réussite et d’occidentalisation, deviennent objet de dérision. On se moque en particulier de l’arrogance des médecins ayant fait leurs études en France. La xénomanie levantine, l’appétit d’Occident smyrniote, n’est pas sans ambiguïté, et on n’attend souvent qu’une occasion pour contrer cette attirance étouffante.

8La mascarade dévoile aussi, en même temps qu’elle cache, les habitudes et la normalité. Le défilé de chars permet la mise à l’honneur, cette fois-ci sur un mode autre que celui de la dérision, de l’Antiquité grecque. Le char qui gagne le premier prix en 1904 est celui du club athlétique Appolôn. Au centre du char trône un Appolon figuré par l’athlète grec orthodoxe en vue du moment, un certain G. Issigonis, tenant une lyre. Devant le char, neuf jeunes filles blondes vont à cheval. Elles portent des tuniques ioniennes et figurent les Muses. Elles chantent un hymne à Apollon, alors même que la musique de l’Antiquité est mal connue. D’autres athlètes du club, eux aussi habillés à l’antique, encadrent le char qu’un peintre et un sculpteur de la ville ont décoré. Il y a appropriation du passé antique païen lors de fêtes collectives. On affirme la continuité entre la Grèce ancienne et la population grecque orthodoxe du début du xxe siècle. La blondeur des Muses est emblématique de l’Antiquité hellénique désirée. Elle rapproche le monde grec de l’image qu’il se fait de l’Occident. On peut voir ici un exemple de subversion du religieux chrétien par le nationalisme culturel impliquant des éléments antéchrétiens ou une illustration du renouvellement de l’identité collective grecque au début du xxe siècle, initiée au xviiie siècle.

9Fêter le plus bruyamment ses Apokryes et, en particulier, organiser alors le plus grand bal de la Smyrne chrétienne, en face de l’hôpital grec est une façon de prendre symboliquement possession de la ville. Il y a une grande concurrence au cours de l’année afin d’organiser le bal le plus important ou le plus prestigieux. Les bals italiens et anglais sont très courus. Sont-ils aussi populaires ? S’agit-il vraiment du même type de manifestation ? C’est peu probable, car les colonies levantines sont si peu nombreuses. Peut-être que la population italienne est plus populaire que les autres et peut attirer des participants d’autres communautés, notamment orthodoxes, à ses réjouissances.

10Tous les chrétiens participent aux Apokryes orthodoxes. S’il est inimaginable que les musulmans aient rejoint ouvertement ces réjouissances, et sûrement pas les musulmanes, les juifs et les Tsiganes ont, eux, une fonction bien particulière dans le déroulement de la fête. Les juifs vendent dans des paniers des confettis et autres serpentins. Il est possible que l’association faite entre juifs et argent repose sur un certain antisémitisme. Mais il est bien commode que les juifs, non impliqués dans les réjouissances, rendent alors service aux carnavaliers. La présence des uns facilite la vie des autres. Les Tsiganes interviennent également, à la fin de la fête. Le soir du Lundi pur qui inaugure le carême, les Tsiganes musulmans passent dans les maisons orthodoxes, qui sortent de la période de fête, pour récupérer les restes alimentaires. Ils contribuent au débarras de nourritures désormais illicites. C’est un nouvel exemple de complémentarité des communautés. Les Tsiganes honnis facilitent la pratique de la religion orthodoxe. Le sacrifice de cette nourriture a valeur de purification.

LES PÂQUES ORTHODOXES

11La fête majeure des chrétiens d’Orient est bien plus Pâques que Noël. Les Pâques sont l’occasion de réjouissances simultanées dans toutes les paroisses. Elles permettent une communion des croyants malgré l’éloignement, et créent ainsi l’unité parmi les fidèles. La fête revêt plusieurs aspects pertinents quant aux relations avec les autres populations. Elle est l’occasion d’échanges entre individus de différentes communautés, en particulier avec les musulmans, lors des préparatifs ou de la consommation des mets de la fête pascale. Cette fête revêt aussi un caractère très antisémite dans les pratiques, tout au moins à l’extérieur de Smyrne. Puis elle prend un contenu de plus en plus hellénique, phénomène qui révèle l’identification du Rum milleti à la nation moderne de type étatique.

12L’approche des célébrations pascales fait converger vers Smyrne des vendeurs de mouton de l’intérieur. Juste avant Pâques se tient un marché qui ressemble à celui des veilles de Bayram. Les marchands musulmans sont d’ailleurs bien au fait des rites et procurent, eux aussi, aux chrétiens, les agneaux dont ils ont besoin. La fête religieuse du grand groupe chrétien est intégrée à l’économie de la région :

  • 7 Launay L. (DE), Chez les Grecs de Turquie, autour de la mer Égée, Paris, Édouard Cornély, Librairi (...)

« … Et nous voici dans le quartier grec ; nous tombons sur des marchés aux moutons, qui se tiennent pour la fête : un merveilleux tableau, fait de chaude lumière orientale pénétrant les obscurités pleines de choses colorées et brillantes. [...] Ces vendeurs ont des costumes, inusités ici, qui viennent des provinces lointaines, attirantes comme l’inconnu ; sur leur tête est un haut bonnet bleu ; appuyés placidement sur un grand bâton de berger, ils regardent la foule en maintenant d’une main, sur leur poitrine, la sacoche de cuir noir où est l’argent. Devant eux, une centaine de moutons sont entassés, des moutons blancs et noirs, aux longues cornes deux fois enroulées en spirale. Les acheteurs se pressent pour voir, pour palper ; à chaque instant, l’un d’eux se penche, soulève une bête, juge de son poids, la tête sous la laine, fait un geste de mécontentement et la repose ; on voit ceux qui ont achevé leur choix enlever le mouton par les pattes de devant, le porter quelque temps jusqu’à un endroit calme ; puis, d’un effort robuste, le passer sur leurs épaules à la façon de l’Hermès Criophore… “Gare, gare !” C’est un grand Égyptien tout noir, vêtu d’un bleu clair éclatant, qui se fraye un passage… “Gare, gare !” C’est un ânon, qui arrive avec une charge plus haute que lui. “Gare !” Ce sont des moutons, et encore des moutons7. »

  • 8 CEAM, ATO, Çiflik Saint-Georges, IÔN 15, Giôrgos Terzoglou, int. en 1970, par I. Loukopoulos. (L’i (...)

13La lecture du Nouveau Testament est tout à fait littérale. La culpabilité des juifs de Jérusalem de l’an 33 ne fait aucun doute. L’idée du peuple déicide conserve toute sa validité. Les témoins emploient le même mot Hevraios ou Hovraios pour désigner les juifs bibliques et ceux, bien réels et à portée de main, des villes de la région. Au Çiflik Saint-Georges, lors de l’office de la résurrection, les fidèles piétinent bruyamment le sol de l’église, alors que l’officiant lit les Évangiles dans toutes les langues de l’orthodoxie8. Ils prétendent piétiner les juifs. Rien n’indique que l’officiant escompte un autre comportement.

14À Aydın, les réjouissances qui suivent l’annonce par le pope que le Christ est ressuscité sont encore plus explicites et menaçantes pour les juifs en chair et en os qui habitent un quartier plus loin. Aydın est l’ancienne capitale du vilayet, c’est aussi une grande gare de la ligne de chemin de fer du même nom. Ces rites témoignent sûrement d’usages plus répandus dans la région :

  • 9 CEAM, ATO, Aydın, KAR 1, Nikolaos Kyriakopoulos, né à Aydın, en 1901, int. à Athènes, le 16 I.71, (...)

« Le samedi saint, veille de Pâques à part les préparatifs que nous faisions chez nous : nettoyage, çöreks, œufs rouges, des agneaux dès que le pope disait : “Le Christ est ressuscité”, nous allumions des feux d’artifice et nous brûlions le Juif. Pour les feux d’artifices c’était plus facile, nous installions une couronne en hauteur. Dans chacun de ses axes, nous fixions des matières inflammables, quand ils arrivaient, les feux se joignaient les uns aux autres et c’était un beau spectacle. Pour le Juif, nous trouvions un vieux costume, nous le remplissions de papier, de bois et surtout de rotin. Tout ça flambe facilement, à l’intérieur nous mettions de la poudre, un fez comme tête et le Juif était tout fier. Nous le fixions à un coin de l’enceinte de l’église et nous attendions le moment de brûler et de frapper sa poudre. Dès que le pope disait “Le Christ est ressuscité !”, tous les jeunes gens en armes se jetaient sur le Juif et nous le brûlions. La même chose arrivait avec la couronne. Nous lui tirions une fois dessus et puis elle brûlait toute seule. Alors avait lieu un véritable pandémonium de flammes, de coups de feu et de cris, tel que les policiers turcs qui venaient pour l’ordre tiraient eux aussi en l’air par enthousiasme9. »

  • 10 Des pratiques similaires sont attestées à Gâvurköy, autre village de la région. Voir CEAM, ATO, Gâ (...)

15Rien n’indique que l’informateur exprime la moindre réserve par rapport à ce qu’il avait l’habitude de faire alors. En revanche, une réelle allégresse se dégage de la fête, allégresse si communicative que même les policiers ottomans s’y joignent, alors qu’ils ne sont pas concernés par ces pratiques. La violence symbolique de ces coutumes fait partie de l’habitude, que personne ne remet en question. La suite des célébrations pascales au Çiflik Saint-Georges est la même qu’à Aydın. Brûler un juif en effigie est une pratique régionale répandue10. Il est étrange de ne rien trouver dans les archives du CEAM sur de telles pratiques à Smyrne même. Y a-t-il eu autocensure des informateurs, plus conscients peut-être des connotations de ces pratiques que les « provinciaux » ? Le clergé de la ville contrôlait-il mieux les fidèles ?

LE RAMADAN À SMYRNE

16Apparemment, la ville chrétienne n’est pas impliquée du tout dans les festivités du ramadan. Les chrétiens ou les étrangers de passage ne se mêlent pas aux réjouissances de la partie turque de la ville. Les réjouissances ont lieu la nuit, lorsque le jeûne diurne a pris fin. Les mosquées de Smyrne sont alors illuminées par des guirlandes. Le konak est en revanche central dans les réjouissances. La Smyrne ottomane officielle, administrative, ne correspond pas à la ville-échelle chrétienne levantine. Derrière la Smyrne Belle Époque à l’aspect si européen se trouve une ville musulmane et turque :

  • 11 Deschamps, op. cit., p. 127-133.

« Plus loin, quelle étrange rue, vivement éclairée, avec ses boutiques ouvertes, ses cafés débordants, qui jetaient sur les pavés une nappe lumineuse, parmi le grouillement des turbans, des caftans, des faces barbues, dans l’odeur grisante des narghilés ! Éveillés et secoués par le coup de canon qui annonçait chaque soir, au coucher du soleil, la levée du jeûne de ramazan [ramadan], les Turcs se dédommageaient, par des réjouissances nocturnes, de l’abstinence de la journée. [...] Dans cette foule compacte, des musiciens nomades faisaient chanter et pleurer leurs mandolines. Je vis là quelques exemplaires de la population très diverse qui fourmille en Anatolie [...]11. »

17On peut rapprocher certains éléments du ramadan des célébrations du carnaval : l’inversion de l’ordre courant, du jour et de la nuit. Il s’agit également d’une période d’achats de vêtements, de consommation accrue. De nombreux producteurs et consommateurs convergent de l’intérieur de l’Anatolie vers la ville. On observe les mêmes déplacements que pour les Pâques orthodoxes, mais les similitudes ne sont jamais soulignées. Tout se passe comme si les divers groupes vivaient côte à côte, dans le même espace, en partageant des traits culturels communs et tacites, mais que le discours articulé ignore soigneusement.

18Si Deschamps prend la peine de parler du ramadan, peu d’Occidentaux et peu d’auteurs chrétiens le font. Il s’agit de l’autre temps fort religieux de Smyrne, il fait pendant aux Pâques orthodoxes. Mais l’observateur de passage reste extérieur à l’événement. Il n’entre pas dans l’intimité d’une famille turque. Il ne voit que ce qui se passe dans la rue, l’espace public dans lequel il peut se glisser, mais où rien ne l’attend. Il ne peut alors s’empêcher de faire une digression à propos de la situation politique des musulmans. Ses descriptions témoignent d’une perception orientaliste, c’est-à-dire statique et essentialiste, de l’Islam. Cet immobilisme posé condamne les musulmans de Smyrne : « Quelle nuit de visions lointaines, où apparaissait l’histoire d’une race épique, stérile, si souvent victorieuse et maintenant vaincue ! Cette veillée du ramazan, ces buveurs de café et de sorbets, ces fumeurs de narghilé, ces chanteurs, ces visages et ces costumes, rien de tout cela n’avait changé depuis des siècles.»

19Toutefois, le voyageur occidental est plus hardi que son guide orthodoxe autochtone, Manôlis. Il va s’aventurer dans la ville turque sans escorte. Le guide exprime sa crainte d’y aller, à cette époque, sans cependant préciser l’objet de ses appréhensions. Lors de cette période d’intense vie religieuse, il ne veut pas gêner ses voisins ou être gêné par le déploiement ostentatoire de l’Islam dans l’espace. Sans doute, la foi est plus vive pendant de telles festivités et les phénomènes de phobie contre les mauvais croyants le sont éventuellement autant. Plus simplement, les privations de la journée rendent les Turcs irascibles et le guide n’a pas envie de s’exposer à leur mauvaise humeur. Il est probable que les musulmans de Smyrne aient pris également l’habitude d’être entre eux pendant cette époque. Pourtant, il n’arrive rien de particulier à Deschamps, dont l’aspect doit trahir l’extranéité. L’accueil fait à un voyageur occidental est-il meilleur que celui que l’on réserverait à un non-musulman autochtone ?

UN AJOUT AUX CALENDRIERS RELIGIEUX : LES FÊTES NATIONALES

20L’Empire ottoman sait se fêter lui-même. L’anniversaire de l’avènement au trône du sultan est une des grandes fêtes publiques. L’exemple du ramadan et des fêtes nationales occidentales en inspire les modalités :

  • 12 AMAEF-CPC-NS- 68, f. n° 10 et suiv., « Complot arménien à Smyrne », dp du CGF au MAE à Paris, du 1 (...)

« Dans la soirée [du jour de la fête du Sultan], en effet, le Conak est ouvert aux habitants de la ville qui, suivant leur condition, stationnent dans le jardin ou se rendent dans les salons dans lesquels se tiennent le vali, les fonctionnaires ottomans et le corps consulaire. En face du Conak se trouve la grande caserne dont l’immense cour est envahie par la populace musulmane désireuse de voir les illuminations du Conak. Au coin de la caserne commence la ligne des quais sur lesquels, ce soir-là, plus de trente mille personnes vont, tout en cherchant la fraîcheur, jouir du spectacle des illuminations12. »

21Les fêtes nationales des puissances européennes donnent lieu à des festivités importantes, peut-être plus importantes que ce que l’Empire peut organiser lui-même. En début de journée, un office d’action de grâces est célébré dans l’édifice religieux qui sert la colonie locale de la puissance concernée, puis une réception a lieu au consulat ou dans des locaux des organisations culturelles ou sociales de la colonie ; le consul y reçoit les félicitations de sa colonie et des différents dignitaires ottomans, le vali, à tout le moins le directeur des affaires politiques du vilayet, ainsi que les dignitaires religieux de la ville, les membres influents de la colonie, c’est-à-dire notamment les hommes d’affaires expatriés ou levantins, les dignitaires étrangers de la ville, notamment les consuls des autres puissances et également les notables de leurs colonies respectives. C’est un déploiement de drapeaux nationaux sur tous les établissements scolaires protégés ou sur les bâtiments privés, en particulier dans le quartier franc, et d’hymnes nationaux, qui donnent alors le ton de la journée, laquelle s’achève sur un bal.

  • 13 Mansour Cheikh, Éléments d’histoire : présence et rôle de la marine française au Levant de 1870 à (...)

22Les courriers diplomatiques français regorgent de descriptions détaillées des célébrations du 14 Juillet à Smyrne. La lecture de ce genre de dépêches donne l’impression d’un attachement important de la population locale à la France. C’est la conviction des consuls successifs, ou celle qu’ils essaient de transmettre à l’ambassadeur de France ainsi qu’au ministère des Affaires étrangères. Mais on célèbre les fêtes britanniques et dans une moindre mesure celles des autres États occidentaux. Elles sont rehaussées par la présence de bâtiments militaires en rade de Smyrne. Un détachement de marins participe aux différentes festivités, on tire au canon, l’officier du bâtiment est l’hôte du consul de France. La fête nationale est l’occasion de rappeler à tous, en particulier aux officiels ottomans, que la présence de la puissance peut, à tout moment, dépasser le cadre amical13. Être présent à une telle fête, c’est tenter de s’approprier une parcelle du prestige du pays occidental en fête, c’est marquer sa distinction en tant que résident ou sujet ottoman ayant un contact avec le monde extérieur.

Notes

1 C’est toujours le cas à Alep. Les chrétiens y souffrent de l’étalement de leurs fêtes qui les discrédite, pensent-ils, aux yeux de l’environnement musulman.

2 CEAM, ATO, Karantina, IÔN 4, Lemonia Pangalou, née en 1903, int. en 1968, f. 14-15 : « Nous avions deux Eglises, celle du Christ et celle des Saints Anargyres. Nous faisions une procession pour les Saints Anargyres. Moi, ma mère ne me laissait pas courir aux processions. »

3 CEAM, ATO, Smyrne, IÔN 1, Zôi Kapa, née à Smyrne en 1885 : « Vie religieuse, 12 1/2 p. », int. par Zôi Kyritsopoulou, à Athènes, le 3 III.1970.

4 Ibid., p. 2-3 : « Certains y réussissaient particulièrement bien ; ils se déguisaient en Arabes et se teignaient la peau tout en noir, d’autres s’habillaient en femme et avec de belles robes longues, ils laissaient voir en bas leurs grosses jambes viriles. »

5 Angelomatis Ch., « Les Grecs déracinés se souviennent avec nostalgie du carnaval de Smyrne », Thissavros (périodique), p. 18-19, 27 II.79, p. 18. (gr.)

6 Ibid., p. 19.

7 Launay L. (DE), Chez les Grecs de Turquie, autour de la mer Égée, Paris, Édouard Cornély, Librairie d’Éducation moderne, 1897, p. 29.

8 CEAM, ATO, Çiflik Saint-Georges, IÔN 15, Giôrgos Terzoglou, int. en 1970, par I. Loukopoulos. (L’identification de l’informateur est lacunaire.)

9 CEAM, ATO, Aydın, KAR 1, Nikolaos Kyriakopoulos, né à Aydın, en 1901, int. à Athènes, le 16 I.71, par Zôi Kyritsopoulou. 3 f. : « Pâques ».

10 Des pratiques similaires sont attestées à Gâvurköy, autre village de la région. Voir CEAM, ATO, Gâvurköy, IÔN 16.

11 Deschamps, op. cit., p. 127-133.

12 AMAEF-CPC-NS- 68, f. n° 10 et suiv., « Complot arménien à Smyrne », dp du CGF au MAE à Paris, du 19.VIII.05.

13 Mansour Cheikh, Éléments d’histoire : présence et rôle de la marine française au Levant de 1870 à 1914 autour des Cyclades, de la Crète, des archipels de la mer Égée, ceux des côtes d’Asie Mineure et des Échelles du Levant, mémoire de DEA « Sociétés, échanges et cultures des pays de la Méditerranée septentrionale », 1992-1993.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search