Version classiqueVersion mobile

De l'Iran au Jazz, à cheval

 | 
Christian Bromberger
, 
Azadeh Kian

Troisième partie. L'Iran, du chiisme à la République islamique

Iran : une République si mobile et si contrôlée, ou quand le naturel revient au galop…

Fariba Adelkhah

Texte intégral

1La révolution de 1979 a été un mouvement politique, social et culturel, voire religieux, d’appropriation de la ville par la foule, qui a précisément pris la forme d’un mouvement au sens littéral du terme : celle de marches impressionnates par lesquelles les Téhéranais (et les citadins des autres villes, dans le reste du pays) ont déambulé dans les avenues principales pour exiger le départ du Shah. Depuis, les Iraniens n’ont pas quitté la rue et n’ont cessé de s’y mouvoir. Pour accompagner dans leur dernière demeure leurs grands hommes : à tout Seigneur tout honneur, l’imam Khomeiny, en juin 1989, mais aussi, en 2009, son dauphin déchu, l’ayatollah Montazeri, bien qu’il ait vécu les dernières années de sa vie en résidence surveillée, le poète Ahmad Shamlou en 2000, ou encore, la même année, l’acteur vedette de cinéma de l’époque Pahlavi, Mohammad Ali Fardine ou enfin de manière plus spectaculaire encore le chanteur de variété Morteza Pachai, en 2014. Pour accueillir les prisonniers de guerre libérés (azadeh) ou pour conduire les dépouilles des martyrs à leur dernière demeure. Pour commémorer chaque année la révolution, le 11 février, ou la prise de l’ambassade américaine, début novembre, ou encore pour appuyer la lutte des Palestiniens et la libération de Jérusalem (Qods), le dernier vendredi du mois de Ramadan. Pour faire acte de bienfaisance lors de la fête de la Bonne action (nikoukari), à la veille du printemps. Pour célébrer Achoura. Pour soutenir leurs candidats aux élections, depuis 1996. Pour protester, à l’instar des étudiants, en juillet 1999, ou des manifestants qui demandaient « où était leur vote » après les élections contestées de 2009, ou au contraire pour manifester leur soutien politique, par exemple à l’ancien maire de Téhéran, Gholamhossein Karbastchi, au printemps 1998, et à l’ancien ministre de l’Intérieur, Abdollah Nouri, en automne 1999, lorsqu’ils ont été inquiétés par la Justice, ou au ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors de son retour des négociations de Genève sur le nucléaire, en novembre 2013. Pour saluer les exploits de l’équipe nationale de football (ou de différents clubs.) Mais aussi, plus banalement, pour se rendre le vendredi sur les tombes familiales du grand cimetière de Behest-e Zahra, pour visiter parents et amis dans d’autres quartiers de la ville que le sien, pour aller travailler ou étudier dans des universités parfois situées à deux heures de route, pour faire ses achats ou pour se distraire.

2Bien sûr, cette circulation dans la ville n’est pas propre à la République islamique ni à la révolution dont elle est issue. Mais sa particularité provient, au moins en partie, de la mobilisation populaire sur laquelle l’une et l’autre se sont construites et légitimées. De ce fait, la mobilité urbaine s’est massifiée et démocratisée. Y compris au profit des femmes, contrairement à l’idée reçue : jamais ces dernières n’ont été aussi présentes dans l’espace public, fût-ce sous le voile qui légitime socialement et religieusement leur intégration à celui-ci, y compris au volant. En outre, la révolution a recomposé la ségrégation de fait qui séparait le nord et le sud de la ville, même si l’inégalité entre les classes sociales semble s’être accrue depuis la révolution : des « déshérités » sont montés au nord à la faveur d’occupations de terres ou de logements, dans la foulée du renversement de l’ancien régime ; le centre s’est embourgeoisé avec la construction de résidences, et même aussi, dans une moindre mesure, le sud populeux, dont l’habitat s’est amélioré et tend désormais à accueillir des familles des classes moyennes ; les catégories les plus pauvres sont rejetées à la périphérie de l’agglomération, mais dans le même temps les villes populaires de Karadj et de Fardis accueillent un nombre croissant de Téhéranais désireux de se loger en pavillon et de bénéficier de jardins privés. De manière générale, la frontière invisible qui divisait la ville de part et d’autre de l’avenue Shahreza, devenue avenue de la Révolution, s’est brouillée et ne subsiste plus, dans certains milieux, que comme une nostalgie ou une rancœur diffuses qui amènera, par exemple, une bourgeoise à s’offusquer qu’un enfant qui n’aurait jamais osé la franchir soit aujourd’hui professeur d’Université ou à prétendre ne pas savoir où est le Shoush, dans les pourtours de l’ancien marché des fruits et des légumes. Mais le dernier mot reste à ces Iraniens de milieux modestes expatriés au Japon, qui diront habiter « dans le sud de l’avenue Jordan » – aujourd’hui Africa, l’une des plus huppées de la ville – c’est-à-dire, si l’on y regarde bien, franchement dans le sud !

3Cependant, il faut bien voir que Téhéran a elle-même changé et n’est plus la capitale d’il y a trente-cinq ans. Elle est passée de 4,5 millions d’habitants, en 1976, à quelque 12,5 millions, en 2013. Elle s’est considérablement modernisée avec le développement des autoroutes urbaines et la construction du métro. Le mouvement appelant le mouvement, elle s’est redéployée avec le déplacement de l’aéroport international, de la foire internationale et du célèbre marché des fruits et des légumes de la place d’Aminossoltan sur l’avenue Molavi. Elle a ainsi conquis son sud, sur la route de Qom, autour des centres névralgiques que sont devenus, à la hauteur du péage autoroutier, Behest-e Zahra et le mausolée de l’imam Khomeiny, Marqad-e emam. En bref, Téhéran, de capitale, est devenue une métropole qui a englobé la ville populeuse voisine de Karadj – désormais reliée au centre par le métro – la ville sainte de Rey, les turbulents quartiers d’habitat spontané de sa périphérie tels qu’Islamshahr, et même des zones périurbaines, pastorales ou agricoles, comme les districts de Qarchak, Varamine, Robatkarim et Shahriar. À ce titre, Téhéran structure l’ensemble du territoire iranien auquel elle est reliée par pas moins de cinq gares routières (payaneh ou terminâl), et qu’elle contribue à articuler à son environnement régional ou international, même si d’autres aéroports internationaux sont montés en puissance dans les provinces, tels que Machhad, Lar, Lamerd, Bandar Abbas, Kish, Chiraz, Tabriz, Zahedan. Les pèlerinages, les voyages touristiques, les déplacements professionnels et commerciaux, les mouvements pendulaires des familles ou des étudiants sont les manifestations les plus évidentes de cette pulsation, qui concerne désormais des centaines de milliers, voire des millions, de personnes chaque année.

4En outre, des formes inédites de sociabilité, que portent les Nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) – à commencer par le téléphone portable et le GPS –, ont modifié les conditions effectives de la mobilité urbaine. Pour prendre la mesure de ces transformations, il faut garder à l’esprit qu’en 1990 la ligne fixe de téléphone demeurait un luxe, et le nombre de cabines téléphoniques publiques était dérisoire, contraignant les usagers à faire la queue en partageant la moitié de la conversation de l’heureux/se élu(e) qui tenait le combiné. Aujourd’hui, tout un chacun a son portable, plus ou moins perfectionné, ce qui n’est pas sans entraîner les sempiternels débats sur son usage par les adolescents et les infractions aux règles de politesse qu’il engendre. Un sujet de prédilection pour les autorités religieuses qui animent les jaleseh… dans les sonneries et les vibrations permanentes des téléphones de l’assistance ! Mais il n’est pas que les teenagers qui remodèlent leurs relations sociales grâce à cette technologie, laquelle a l’avantage de permettre de contourner la susceptibilité du régime pour organiser des rencontres, au demeurant bien sages, entre filles et garçons. Les adultes ne sont pas en reste. Le portable est devenu l’instrument privilégié de la sociabilité d’affaires, et les réunions religieuses elles-mêmes peuvent être convoquées par SMS. Il est révélateur de cette centralité de la téléphonie mobile dans la vie sociale que l’un des scandales politiques les plus retentissants de la République islamique, celui qui compromit, en 2000-2001, le golden boy Jazaeri Arab, et derrière eux les réformateurs, eut pour prétexte un voyage à Dubaï que ce sulfureux homme d’affaires offrit à des parlementaires, cadeau de téléphones portables dernier cri à la clef.

5Par ailleurs, la complexification du système de transport entraîne des « intermodalités » ou des « multimodalités » qui ont modifié la pratique concrète de la ville. Par exemple, une Téhéranaise, dont le domicile est situé sur l’avenue Beheshti, dans le centre, empruntera un taxi pour rejoindre une station de métro plus commode que celle de son quartier, descendra par ce moyen de locomotion jusqu’à la station de Shar-e Rey, puis prendra un premier taxi collectif pour gagner la station routière desservant les environs, où elle trouvera un véhicule qui la conduira à Hassanabad ; le retour d’Hassanabad vers le centre-ville mobilisera pareillement une pluralité de modes de transport dont l’équation peut varier pour des raisons de commodité ou d’opportunité (un premier taxi collectif peut lui suggérer, selon son trajet, de la déposer non à Shahr-e Rey, mais à l’entrée de l’autoroute, où elle hélera un bus direct pour une station de métro dans le centre). Ce maillage de la métropole par différents moyens de transport, les uns publics, les autres privés et éventuellement collectifs, d’autres encore privés et bénévoles (car il n’est pas rare qu’un conducteur propose, sur sa route, à un piéton, et surtout peut-être à une piétonne, en mal de véhicule de la rapprocher gracieusement de sa destination) modèle l’espace urbain indépendamment des distances parcourues : il est aujourd’hui plus aisé d’aller du centre de Téhéran à Karadj que dans des quartiers moins éloignés, mais aussi moins bien desservis. D’autant plus que les autoroutes urbaines, toujours plus nombreuses, et toujours plus appréciées des Téhéranais, fascinés qu’ils sont par le mythe de Los Angeles, enclavent certains quartiers, aussi chics soient-ils, et les coupent littéralement de leur voisinage immédiat, en particulier dans le nord résidentiel que les voies rapides ont éventré et fragmenté à grand renfort de béton et d’abattage d’arbres. La ligne BRT (Bus Rapid Transport) qui traverse la ville de part en part, la mise en service de titres rechargeables de transport, les bus salavati, affrétés par une institution quelconque, et dans lesquels la récitation d’une salavat vaut ticket, sont des symboles puissants de cette mutation des déplacements urbains.

6Néanmoins, la mobilité, que l’on associe volontiers à la modernité et que l’on tend à valoriser, a ses victimes et ses laissés pour compte. Tout d’abord, elle peut être subie autant que désirée. À Téhéran comme dans le reste du monde urbain, les travailleurs et les étudiants sont souvent astreints à de longues heures de déplacement quotidien que les embouteillages ne facilitent pas et que l’insuffisance des moyens de transport publics ne rend pas agréables. Ensuite, elle est productrice d’inégalité, voire d’exclusion, au bénéfice des quartiers les mieux desservis, et au détriment de ceux que les aménagements négligent : l’accès au marché du travail, aux établissements d’enseignement, aux commerces les plus avantageux est étroitement tributaire de ces équipements, ou au contraire de la marginalité à laquelle condamne leur absence. De même, le principe du péage urbain ou de la limitation de la circulation des véhicules selon le numéro pair ou impair de leur plaque d’immatriculation pénalise les citadins aux revenus modestes : les familles aisées s’en acquittent sans problème, et elles possèdent plusieurs voitures qui leur permettent de contourner la réglementation ou de cumuler les quotas d’essence attribués à chaque véhicule à des tarifs subventionnés. Ces différences constituent l’un des facteurs qui contribuent à la gentrification de Téhéran, de plus en plus peuplée de classes moyennes et vidée de ses classes populaires.

7Enfin, il est un coût environnemental de cette mobilité exacerbée, que l’on ne peut sous-estimer dans l’une des villes les plus polluées du monde, et qui frappe particulièrement les personnes âgées, les malades et les enfants. Ainsi, l’autoroute de l’Imam Ali, qui met Téhéran à moins d’une heure de l’aéroport international à toute heure de la journée, soumet les quartiers qu’elle traverse à rude épreuve. Or, son cas n’est pas isolé, ni même le plus dramatique. Le district de Deh-e Vanak, longtemps célèbre pour ses vergers, est aujourd’hui cerné par quatre autoroutes qui non seulement ont aiguisé les appétits de la mafia de la construction, prompte à remplacer les arbres fruitiers par des gratte-ciel, mais encore y ont rendu l’air irrespirable. De même, le prolongement de l’autoroute de Sadr et son dédoublement en hauteur, dont le maire Mohammad Bagher Ghalibaf entendait tirer un parti électoral lors des présidentielles de 2013, se sont soldés par un désastre : vraisemblablement en raison de malfaçons dues à la précipitation avec laquelle a été mené ce chantier pour qu’il soit achevé avant la consultation, une partie du viaduc s’est effondrée peu après cette dernière, prolongeant d’autant la durée des travaux et de leurs nuisances, et le bruit de la circulation est désormais devenu insupportable pour le voisinage.

8La mobilité des Téhéranais a une histoire singulière, évidemment indissociable de celle du pays, mais propre. À la suite des grandes marches de la révolution, en 1978-1979, elle a dû composer avec la répression de l’opposition ou des mœurs déviantes, et les barrages des komiteh, des bassidj et autres pasdaran qui sont allés de pair pendant de longues années ; avec les bombardements de l’aviation irakienne ; avec l’introduction de mesures limitant la circulation des véhicules dans le centre-ville dès le lendemain de la révolution ; avec la politique résolue d’urbanisme du maire Gholamhossein Karbastchi, de 1989 à 1998, politique qu’ont peu ou prou reprise ses successeurs ; avec les embouteillages monstres qu’a provoqués la diffusion de la série télévisée japonaise Oshin de 1986 à 1989, en dépit de la guerre, et à une époque où les postes de télévision étaient beaucoup moins nombreux qu’aujourd’hui ; avec la nécessité de faciliter, autant que faire se pouvait, le déplacement des mutilés de guerre, selon un effort que l’on ne peut sous-estimer même s’il reste très en deçà des besoins réels ; avec l’émergence de nouvelles formes de sociabilité urbaine, comme la flânerie automobile ou la fréquentation des shopping malls, des restaurants fastfood, des coffee shops et des parcs. L’étude de la mobilité urbaine ne peut donc pas se cantonner à la vision anhistorique qu’en a parfois la sociologie de la globalisation. Toute ville a un passé qui contribue à conditionner la circulation de ses habitants, ou dans lequel s’inscrit celle-ci, y compris dans la dimension de l’imaginaire et de la nostalgie : la plupart des Téhéranais d’un certain âge continuent de nommer Pahlavi l’avenue Valiasr, et le bazar reste le bazar que desservent des calèches – hommage involontaire à l’œuvre de Jean-Pierre Digard ? à partir de la place de l’Imam Khomeyni, bien qu’une bonne partie de l’activité commerciale se soit déportée dans les centres commerciaux.

9Sans tomber dans une apologie naïve du mouvement, il faut prendre la mesure de la transformation qualitative de la citadinité qu’a provoquée la systématisation de la mobilité des Téhéranais. La ville était jadis un espace de transit d’un point à un autre, par exemple de son domicile à celui d’un parent ou à son lieu de travail. Aujourd’hui, elle est devenue un objectif qui se suffit à lui-même, en quelque sorte la destination propre du déplacement que l’on effectue. On « va en ville », pour faire des courses, pour retrouver des amis, pour se promener, pour se détendre dans l’un des nombreux parcs et jardins publics qu’a fait fleurir Gholamhossein Karbastchi pendant son mandat, et qu’ont continué à créer ou embellir ses successeurs, Mahmoud Ahmadinejad, de 2003 à 2005, et Mohammad Bagher Ghalibaf, de 2005 à aujourd’hui. On ne fait plus que la traverser. Curieusement, dans cette République islamique qui fait si grand cas de l’espace privé, les gens passent leur temps à « être dehors » (biroun), ou « dans la rue » (khiyaboun), expressions désormais récurrentes dans le langage de la vie quotidienne. Auparavant, les Téhéranais n’étaient jamais « dehors » ou « dans la rue ». Ils étaient à l’université, au travail, au bazar, chez un parent ou un ami, à la mosquée, mais point « dehors ». Aujourd’hui, ils sont bel et bien « dehors » et « dans la rue » – chose plus surprenante encore : « avec leurs amis », et non plus forcément avec des parents – à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, et sous tous les prétextes : la fréquentation d’une salle de sport, le shopping dans les malls, une séance de cinéma, une balade dans un parc, un capuccino ou une glace dans un café.

10L’une des modalités les plus révélatrices de cet investissement de la ville par ses habitants est la déambulation en voiture, seul ou en compagnie, qui tient lieu de rencontre amicale ou amoureuse, ou encore de monstration (show off, dit-on… en persan), surtout lorsque le modèle est prestigieux, et les vêtements à la hauteur – les vitres fumées de la berline constituant le comble de la sophistication en matière de monstration puisque le quidam ne peut pas voir celle ou celui qui se donne à voir ! Le cinéma iranien en a d’ailleurs fait l’une de ses scènes favorites. La réglementation lui interdit d’introduire la caméra dans les chambres à coucher, mais à dire vrai les réalisateurs de l’ancien régime, qui l’auraient pu, ne le faisaient pas plus par pudibonderie ou conservatisme, sinon pour suggérer la salissure sexuelle, par exemple d’un viol. La voiture offre donc la possibilité de filmer des scènes intimes entre les personnages en tout bien tout honneur. Elle constitue un entre-deux, à mi-chemin entre le domicile privé, réceptacle des normes familiales et ancestrales, et l’espace public de la rue, que contrôlent les autorités publiques et le regard d’autrui. Abbas Kiarostami est évidemment le maître incontesté de ces scènes, au point d’avoir fait se dérouler l’intégralité de trois de ses chefs d’œuvre, La Vie continue, Le Goût de la cerise et Ten, dans l’habitacle d’une voiture.

11Il n’empêche que la rue n’est pas le seul espace de la mobilité. Celle-ci, de tout temps, survient également dans la dimension virtuelle de l’imaginaire. Peu importe qu’aujourd’hui la télévision satellitaire, l’ordinateur ou le téléphone portable soient les vecteurs du rêve, plutôt que le tapis volant. À tout moment, on peut s’introduire dans l’intimité de la chambre à coucher par l’envoi d’un SMS. Et nombre d’Iraniens « partent sans quitter », quand d’autres « quittent sans partir », en caressant les uns un projet fantasmatique d’émigration, les autres la nostalgie de la terre natale.

12Cette mobilité implique un paradoxe. Son accélération, notamment automobile, s’accompagne de sa restriction. Le grand débat aujourd’hui porte moins sur la ville en elle-même, que sur sa délimitation : autrement dit, le tarh, le périmètre dont l’accès est contingenté par cette fameuse réglementation interdisant la sortie des véhicules selon les jours pairs ou impairs et l’assujettissant à un péage, en attendant peut-être des normes environnementales imposées aux véhicules, sur le modèle de ce qui se pratique dans certaines villes occidentales. Bien sûr, les habitants ont toujours la possibilité de se rendre dans le centre grâce aux transports en commun. Mais cette liberté n’est que relative dans un pays où la voiture est reine, et le signe décisif de la réussite. En outre, il est intéressant que la problématique restrictive du périmètre aille de pair avec l’exaltation de la mobilité. D’autant plus que le contingentement de la circulation automobile n’est peut-être pas dénué de préoccupations sécuritaires : l’expérience a prouvé qu’il est plus aisé pour les forces de l’ordre de se déployer si nécessaire dans des axes routiers dont la fluidité a été préservée. En bref, point de mobilité sans contrôle social, voire politique.

13Or, celui-ci n’est ni le monopole de l’État ni un phénomène particulièrement cohérent. Dans un sens, on se meut plus aisément dans la République islamique que sous l’ancien régime, du fait de l’événement révolutionnaire lui-même et de son impératif catégorique de mobilisation du peuple, mais aussi tout simplement parce que les temps ont changé, que les moyens de transport sont plus nombreux et que de nouvelles technologies sont apparues. Mais ce mouvement, pour vibrionnant qu’il soit, demeure placé sous la tutelle de toute une série d’autorités : les différents services de sécurité, forces de l’ordre et autres bassidj du régime, les clercs qui exercent leur magistère religieux, le quartier qui use de l’arme du qu’en-dira-t-on, la famille toujours soucieuse de respectabilité. De ce point de vue, l’interprétation binaire de la République dans les termes d’un pouvoir répressif brimant une société évidemment « civile » éprise de liberté peut être trompeuse. La famille peut être si étouffante que femmes, jeunes ou déshérités voient dans l’ordre de la République une opportunité d’émancipation, la chose, il est vrai, étant plus évidente dans les provinces qu’à Téhéran. Et si l’on en juge par les résultats électoraux dans leur quartier de prédilection, Shahrak-e Shahid Mahallati, les Gardiens de la Révolution ne semblent pas rétifs à l’offre politique des « réformateurs », ou pas acquis à celle des « conservateurs ». Mieux vaut comprendre que le contrôle est la condition sine qua non du mouvement. Telle est au fond la grande leçon que nous dispense le voile. C’est par le truchement de son imposition que les femmes ont conservé et élargi leur droit à participer à l’espace public. J’ai parlé à ce propos d’un véritable « contrat social » entre celles-ci et la République. Pareillement, les restaurants les plus animés, dont la multiplication a été retenue comme un signe d’ouverture et d’aggiornamento du régime, où se produisent des orchestres et des chanteurs dans la fumée des narguilés, et qui ont repris la tradition des cabarets dans une version certes moins déshabillée et torride, seraient fréquentés par nombre d’agents des services de sécurité à des fins de divertissement, ce qui n’exclut pas leur vigilance. Quant aux sociétés de GPS, gages de fluidité de la circulation et de confort pour l’automobiliste, elles seraient dans la main des services de sécurité, comme tout ce qui est lié aux transports et aux communications, à commencer par les agences de voyages. Car tel est leur « périmètre » (tarh) légitime, pour des raisons de sécurité publique, voire nationale, mais sans pour autant que le citoyen lambda en soit importuné au-delà du raisonnable dans la mesure où ces institutions, diverses, prennent précisément soin de surveiller sans être vues, pour ainsi dire à toutes fins utiles, et non sans être en compétition économique entre elles, quand bien même elles jouissent d’un monopole de fait dans certains secteurs qu’elles exploitent, à l’image des agences spécialisées dans la délivrance de titres de pèlerinage à La Mecque.

14En réalité, la rue est un sujet universel d’inquiétude, en même temps que le lieu de réalisation du peuple, d’affirmation de soi et d’épanouissement de l’être-en-société (adam-e edjtema’i). Elle est toujours susceptible de voir déferler la foule en colère, les supporters de football se livrer à des débordements, les femmes mal se comporter, les jeunes abuser de leur liberté, les pédophiles s’emparer de leur proie, les changeurs changer, les voleurs voler – notamment, à l’arraché, ces fameux téléphones portables, convoités en raison de leur prix élevé. En bref, la rue est aussi le lieu par excellence de la dissidence (fitna) et de la corruption (fesad). Le chaos la menace, et les familles autant que l’État s’en alarment. Il ne manque pas de faits divers plus ou moins tragiques pour que la rue se rappelle au mauvais souvenir des uns et des autres : les accidents de circulation ; les meurtres en série de « femmes des rues » par l’« auto-justicier » Hanai, à Machhad, et par une bande de tueurs, à Kerman, arguant du laxisme des pouvoirs publics ; les enlèvements d’enfants afghans dans les environs de Téhéran ; la disparition de centaines de manifestants en 2009 dont les corps d’une partie seulement d’entre eux n’ont été restitués aux familles que plusieurs semaines après leur interpellation. La rue est le lieu de tous les dangers, autant que de la liberté que procure l’anonymat de la grande ville.

15La République islamique se joue ainsi dans cette tension entre la circulation et son contrôle, sinon sa restriction. Elle y trouve pour une bonne part la base de son accumulation économique, ou des moyens de survie qu’elle procure à sa population. L’attestent les trafics, les fraudes institutionnelles, la contrebande, le commerce de valise sous prétexte de tourisme ou de pèlerinage, les actes transnationaux d’évergétisme toujours plus intéressés qu’ils n’y paraissent. À l’intérieur même du pays, les grandes batailles économiques portent sur cet enjeu. Après le scandale de Jazaeri Arab, l’affaire Babak Zanjani, en 2013, est venue le rappeler, qui a révélé l’ampleur des pratiques de contournement des sanctions par le recours systématique à des sociétés off shore qui pour autant ne sont pas déconnectées des centres nationaux du pouvoir politique. Et la compétition entre le ministère des Télécommunications et la guilde des équipements audiovisuels pour la commercialisation des téléphones portables – dès lors que ceux-ci ont été équipés d’écran, les commerçants du bazar ont prétendu qu’ils relevaient de cette catégorie de biens et qu’ils avaient le droit de les vendre – est symptomatique de l’économie politique de la mobilité, désormais inséparable de celle de l’ensemble du régime.

16La République n’a pas le monopole de la norme, dont les franchissements ne cessent de brouiller les limites de son périmètre (tarh). Ce que symbolise le parcours respectif à l’étranger de deux vedettes de son showbiz : Ermiya, ancienne étudiante des écoles religieuses de Qom, participante des concours de chant coranique, divorcée, remariée à un Allemand, chante à l’académie de la célébrissime Gougoush, à Londres, en 2012, la chevelure couverte d’un foulard, et la jeune actrice Golshifteh Farahani joue à Hollywood avec Di Caprio et interprète maintenant des rôles jusqu’à poser nue sur la couverture du magazine Égoïste en janvier 2015. Il est bien des manières d’être Iranienne… Les chassés-croisés entre le périmètre de la République et son extérieur sont devenus massifs. Aujourd’hui, les membres de la diaspora, qui avaient fui l’Iran au lendemain de la révolution, sont nombreux à y retourner pour des vacances, des retrouvailles familiales ou des voyages d’affaires, tandis que nombre de responsables du régime ont pris le large en Occident pour échapper à la répression des manifestations de 2009. Quant aux pèlerinages en Arabie, en Irak et, avant le déclenchement de la guerre civile, en Syrie, ils drainent plusieurs millions de fidèles par an. La République est d’abord une affaire de frontières, entre les sphères du privé et du public, entre celles du sacré et du profane, et aussi entre son propre territoire et celui de ses voisins – frontières qui sont sources de valeur ajoutée du haut en bas de la société, tant dans le domaine monétaire qu’en matière de distinction sociale ou de privilèges.

17Paradoxalement, c’est le contrôle de la mobilité qui fournit des opportunités d’échappée belle, et la mobilité même qui légitime son contrôle. Le corps est le champ de ces batailles puisqu’il est, par définition, mouvement, et qu’il n’est point de mouvement sans corps. L’extrême sensibilité de la République sur les pratiques sportives, sexuelles ou vestimentaires n’atteste pas seulement une pudibonderie maladive. Elle est éminemment politique, autant qu’« islamique ». Elle peut s’inscrire dans un moment conservateur du temps mondial, également repérable en Occident ou au Japon, et donc dans l’universalité. Elle signale l’imbrication du régime et de la société, non pas seulement leur opposition, et l’osmose entre l’adhésion et la résistance.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search