Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Deuxième partie. L’école à Smyrne : cultiver l’entre-soi

L’école autochtone : l’exemple grec orthodoxe

Texte intégral

  • 1 Les monographies écrites par des auteurs grecs les désignent de façon régulière comme « établissem (...)
  • 2 Sigalas N., « Hellénistes, hellénisme et idéologie nationale. De la formation du concept d’“hellén (...)
  • 3 Issigonis A., « L’institut pédagogique grec de Smyrne », p. 79-113, MCh, t. XII, 1965 (gr.).

1Hormis l’appétit de connaissances ou de compétences que les auteurs du siècle dernier attribuent à la « race grecque », le développement du réseau scolaire orthodoxe est initialement une réponse à la présence à Smyrne des écoles catholiques1. C’est pour protéger les enfants d’une influence étrangère, considérée comme radicalement mauvaise, que les premières écoles grecques sont créées. Les écrits orthodoxes à ce propos forgent et emploient de façon récurrente tout un vocabulaire de forte délimitation entre le soi et l’autre. On perçoit dans les articles des Mikrasiatika Chronika que le rapport aux autres chrétiens était un sujet de préoccupation constante pour les dirigeants de ces institutions, généralement auteurs de contributions dans cette revue. Le soi est présenté comme un pôle positif, un univers harmonieux où l’on partage un même sol, une même culture et une même race, voire une même famille. Les termes suivants sont particulièrement récurrents : homoyenis, « de même engeance », yiyenis, « engendré par le sol », mitrikos, « maternel », patrôos, « ancestral », hellinomathis, « ayant appris le grec » et katharohaimos, « de sang pur ». L’opposition entre les visions allemande et française de la nation ne suffit pas à rendre compte de la situation idéologique dans l’Empire ottoman. Il serait plus éclairant de voir comment les deux discours se combinent et ne forment souvent que les deux faces d’une même pièce2. Pour désigner l’Autre, par essence suspect, on rencontre ces termes, opposés aux premiers : allotrios, « étranger, qui ne nous concerne pas », xenos, « étranger », alloethnis, « d’une autre nation », alloyenis, « d’une autre engeance », tourkomathis, « ayant appris le turc », ou encore heteroglôssis, c’est-à-dire « parlant une autre langue [que le grec] »3. On retrouve le double aspect de l’altérité, décrite selon des catégories génétiques et culturelles. Malheureusement pour les auteurs consultés, l’altérité se glisse irrésistiblement dans la sphère du soi. Certains Rums sont considérés comme altérés et trop proches de la population turque ou des autres groupes religieux.

2Se donner les moyens d’éduquer les enfants dans un cadre grec orthodoxe implique d’organiser des pensionnats qui puissent héberger les élèves des localités éloignées, dépourvues de structures secondaires. Les institutions catholiques ou protestantes en disposent et peuvent attirer ainsi de nombreux enfants orthodoxes. Les établissements communautaires tardent à organiser de telles structures. L’initiative privée comble cette lacune : l’école Arônis (en 1854), l’Institut pédagogique grec de la famille Isigonis (dès sa fondation, en 1851), ainsi que l’école de filles Homirion (dès sa fondation, en 1881). L’internat de l’école Arônis compte une cinquantaine de pensionnaires en 1900. Il permet à l’établissement de rayonner sur l’ensemble du monde grec, de l’intérieur de l’Anatolie à l’Égypte.

  • 4 Ozouf M., L’École, l’Église et la République, 1871-1914, Paris, 1963 (2e éd. cons., Paris, 1982).
  • 5 Solomônidis, L’Éducation …, op. cit., p. 224.
  • 6 Athinoyenis A., « L’école de filles Homirion de Smyrne », p. 137-158, MCh, t. I, 1938, Athènes, ES (...)
  • 7 L’affirmation péremptoire de l’auteur selon laquelle les jeunes filles grecques orthodoxes ne fréq (...)

3C’est un sujet particulièrement délicat pour l’éducation féminine dont le développement a du retard sur l’éducation masculine, comme c’est d’ailleurs le cas en Occident4. Selon Solomônidis, seules quatre femmes savaient lire et écrire à Smyrne au début du xviiie siècle5 ! La règle était de fréquenter des établissements des ordres religieux occidentaux, où les jeunes filles apprenaient au moins une langue occidentale. En 1841, on crée l’École centrale de jeunes filles d’Haya Phôtini. Mais elle ne dispose pas de pensionnat. En 1881, des notables fondent l’Homirion « pour servir les besoins éducatifs des jeunes filles grecques en accord avec leurs traditions nationales et religieuses, en conformité avec les dernières méthodes et les besoins du monde contemporain6. » Cette initiative porte ses fruits, puisque les jeunes filles grecques-orthodoxes ne fréquentent plus autant les écoles étrangères à la fin des années 18807. Les cinq immeubles qu’occupe l’Homirion se trouvent dans la rue Magnifique, près de Trassa, tout près de l’établissement des Dames de Sion, que l’Homirion entend bien concurrencer, ce qui se manifeste même dans l’espace urbain.

4La présence d’écoles communautaires grecques est attestée dans les moindres villages de la région égéenne, vers la moitié du xixe siècle. L’éducation primaire grecque orthodoxe est presque généralisée. Elle est liée à l’église du village. Le bâtiment ou les deux bâtiments scolaires, un pour les garçons et un pour les filles dans le cas idéal, se trouvent souvent dans son enceinte. Le schéma d’organisation de telles écoles est toujours le même. Une éphorie, c’est-à-dire un conseil d’administration, est élue par le conseil paroissial parmi les notables du village. Le financement est assuré par les revenus de l’église ou par des dons de particuliers, dont le nom est éventuellement repris dans l’appellation de l’école, exhibé ainsi aux coreligionnaires.

5Les établissements grecs orthodoxes fonctionnent en réseau : le mouvement des élèves en son sein est prévu. En effet, les Grecs orthodoxes sont mobiles. On compte de nouvelles arrivées de Grecs de l’Archipel sur les côtes ottomanes de l’Asie Mineure jusqu’aux guerres balkaniques. Ces populations pénètrent toujours plus avant dans les terres, avec leurs enfants. Plus le système scolaire s’avance à l’est, plus facile est l’arrivée de nouvelles familles, agriculteurs ou commerçants, le long de voies ferroviaires, au fond des vallées fertiles du Méandre ou de l’Hermos. L’existence du réseau favorise un autre type de mobilité, en sens inverse. L’articulation des différents programmes autour de celui de l’École évangélique permet une reconnaissance mutuelle. Les bonnes écoles orthodoxes offrent ainsi la possibilité de venir à Smyrne pour acquérir une éducation secondaire générale, qui peut ouvrir les portes de l’université d’Athènes ou d’une formation à contenu commercial.

LE PERSONNEL DES ÉCOLES ORTHODOXES

  • 8 C’est aussi le cas de professionals de Boudja, comme P. Phôtiadis, juriste, d’A. Arealis, avocat, (...)

6Le personnel enseignant des petites écoles peut être recruté sur place. La région forme en effet ses pédagogues de niveau élémentaire grâce à l’activité de l’École évangélique, puis à celle de l’école de filles Homirion, qui abritent toutes les deux une école normale. Au niveau local le plus élevé, c’est-à-dire à celui des enseignants des grands lycées smyrniotes, on retrouve souvent un même parcours de formation. Les enseignants sont des hommes et sont très souvent sortis de l’École évangélique de Smyrne ou d’autres grands lycées du monde grec. Ils sont ensuite allés faire leurs études à l’université d’Athènes, puis ils ont achevé leur formation par des études doctorales ou postdoctorales en Europe occidentale, le plus souvent à Paris mais aussi, très souvent, en Allemagne8.

  • 9 Arônis N., Contribution à l’histoire de l’éducation à Smyrne, la chronique de l’école Arônis, Athè (...)
  • 10 Athinoyenis, « L’école de filles… », art. cit., p. 137-158.
  • 11 Anastassiadis S., « L’école centrale de filles de Smyrne », p. 162-171, MCh, t. III, 1940 (gr.).

7Christos Arônis, dont le père a fondé l’école éponyme en 1852, part en 1880 étudier à l’université d’Athènes puis poursuit ses études en Allemagne, à Iéna et ensuite à Munich. Ses études sont celles d’un philologue classique, mais il les complète par une formation pédagogique. Il revient à Smyrne pour diriger l’école avec son père, lui-même formé à l’université d’Athènes, dans les années 18409. Le cursus universitaire allemand n’est pas contradictoire avec une excellente maîtrise du français. On retrouve des itinéraires similaires chez les jeunes filles. La directrice de l’école Homirion, Heleni Louïzou, qui est l’unique directrice de l’établissement de 1881 à 1922, a étudié à l’Arsakeion, le grand lycée féminin d’Athènes, puis a continué ses études en Allemagne et en Autriche10. Les directrices de l’École de filles centrale ont, elles aussi, suivi ce genre de parcours11.

NON-ORTHODOXES À L’ÉCOLE ORTHODOXE

  • 12 Solomônidis, L’éducation…, op. cit, p. 183-194. Il est possible que ces listes ne soient pas exhau (...)
  • 13 AAIU-LXXXIV-E, Izmir, dp n° 39/290, du 13.XII.20 du directeur local de l’Alliance, Nabon, au burea (...)
  • 14 Hacılar compte environ 500 habitants sur l’ensemble de la période examinée, dont environ un quart (...)
  • 15 Kararas, Les Villages de Bournabat : Chatzilari-Narlikeuy-Bounarbachi-Koukloutzas-Naldoukeni, Athè (...)
  • 16 Idem, p. 27.

8Pas un seul nom musulman ne figure dans les listes d’anciens élèves de l’École évangélique de Smyrne12. Tout indique que les établissements grecs n’exercent aucune attirance sur la population turque. L’enseignement orthodoxe est-il perçu comme fondamentalement antagoniste à la population musulmane, comme porteur du nationalisme grec, difficilement supportable pour un élève dont l’univers de légitimité est tout autre ? Il est vraisemblable que la scolarisation d’enfants turcs dans des établissements orthodoxes soit plus facile dans des localités où les musulmans sont très minoritaires, où ils sont hellénophones ou bilingues turc-grec et où il n’existe pas d’autre école. Le dilemme se pose dans les mêmes termes pour les parents et responsables juifs dans des localités comme Vourla, dépourvues d’école juive, après la Première Guerre mondiale. L’AIU conseille une éducation dans un cadre grec orthodoxe, relativement organisé et moderne, plutôt qu’une scolarisation dans une école juive religieuse13. En dehors de Smyrne, les parents turcs ou juifs ont donc souvent à choisir entre une école orthodoxe, en langue grecque, et l’absence de scolarité. C’est le cas en particulier dans le village de Hacılar, situé à 12 km, où certains enfants turcs vont à l’école orthodoxe14. Les petits musulmans y assistent au catéchisme et certains savent réciter des prières orthodoxes : « À une époque, un petit Turc fréquentait l’école grecque. Lors d’une fête scolaire, le maître le fit lever et l’interrogea lui aussi. – “Allez, Mustafa, lui dit-il, dis-nous toi aussi le Christos Anesti.” Et Mustafa récita avec grand plaisir le tropaire, à la grande joie de son père présent15. » La socialisation scolaire commune entraîne le partage de jeux et d’expressions religieuses, fréquentes de la même façon dans toutes les langues de la région, inattendues dans la bouche de petits musulmans en raison de leur coloration chrétienne : « On raconte aussi qu’une fois un autre petit Turc jouait aux billes avec des petits Grecs. À un moment où il y eut un doute s’il avait atteint la bille qu’il visait, il jura pour certifier qu’il l’avait frappée : “Mais par la Très-Sainte, je vous dis que l’ai eue !”16. » Le monographe, Nikos Kararas, rapporte ces détails avec ironie, ce qui laisse penser que même l’intégration réussie d’enfants non orthodoxes n’est pas sans ambiguïté. Elle est au moins aussi problématique que l’ignorance mutuelle qui prévaut généralement.

  • 17 Athinoyenis, « L’école de filles…», art. cit.

9On ne trouve que deux noms arméniens parmi les listes d’anciens élèves de l’École évangélique. Les familles arméniennes, si elles offrent des études longues à leurs fils, préfèrent d’autres établissements, même si l’offre grecque est la plus élaborée, même si elle est la manifestation de la culture chrétienne autochtone la plus présente. Les établissements qui attirent les Arméniens sont européens ou américains. Solômonidis, publiciste smyrniote, ne semble pas s’être inquiété de l’homogénéité des listes d’anciens élèves. Cette caractéristique est même désirée. L’École évangélique est un lieu de l’entre-soi, de formation fermée. L’horizon idéologique des élèves ainsi ségrégués ne peut qu’en être influencé. En revanche, la qualité de l’éducation grecque orthodoxe est un argument pour attirer les parents de jeunes filles. En particulier, les jeunes juives et arméniennes de Smyrne sont nombreuses à l’école Homirion, selon Athinoyenis, dernier secrétaire du conseil de cette école. Les listes d’anciens élèves n’indiquaient que le nom des élèves de dernière année, diplômés ou non ; les élèves non grecs orthodoxes, ayant fréquenté seulement quelques années les écoles grecques, n’y figurent donc pas17.

Notes

1 Les monographies écrites par des auteurs grecs les désignent de façon régulière comme « établissements scolaires de la Propagande ».

2 Sigalas N., « Hellénistes, hellénisme et idéologie nationale. De la formation du concept d’“hellénisme” en grec moderne », p. 239-291, in Avlami Ch. (dir.), L’Antiquité grecque au xxe siècle, un exemplum contesté ?, Paris, 2000.

3 Issigonis A., « L’institut pédagogique grec de Smyrne », p. 79-113, MCh, t. XII, 1965 (gr.).

4 Ozouf M., L’École, l’Église et la République, 1871-1914, Paris, 1963 (2e éd. cons., Paris, 1982).

5 Solomônidis, L’Éducation …, op. cit., p. 224.

6 Athinoyenis A., « L’école de filles Homirion de Smyrne », p. 137-158, MCh, t. I, 1938, Athènes, ES, 1938 (gr.), p. 152.

7 L’affirmation péremptoire de l’auteur selon laquelle les jeunes filles grecques orthodoxes ne fréquentaient plus du tout les établissements dits occidentaux après la fondation de l’Homirion est fausse.

8 C’est aussi le cas de professionals de Boudja, comme P. Phôtiadis, juriste, d’A. Arealis, avocat, de A. Athinogénis, juriste également. Kararas N., Boudja, le village fleuri de Smyrne, son histoire, sa vie, Athènes, 1962 (gr.), p. 39 et suiv.

9 Arônis N., Contribution à l’histoire de l’éducation à Smyrne, la chronique de l’école Arônis, Athènes, 1963 (gr.). L’université d’Athènes est une initiative de la monarchie othonienne, et fut inaugurée en mai 1837. Arônis père en a été un des premiers étudiants.

10 Athinoyenis, « L’école de filles… », art. cit., p. 137-158.

11 Anastassiadis S., « L’école centrale de filles de Smyrne », p. 162-171, MCh, t. III, 1940 (gr.).

12 Solomônidis, L’éducation…, op. cit, p. 183-194. Il est possible que ces listes ne soient pas exhaustives. Il y a, en revanche, deux noms à consonance arabe mais à côté d’un prénom orthodoxe comme Abou Selam Michalis, diplômé en 1909, ou Abou Selam Iôannis – peut-être le frère du précédent –, diplômé en 1911, deux noms éventuellement juifs, Ganôn Isaak, diplômé en 1894, et Co[h]en Arthur, diplômé en 1901, deux noms éventuellement arméniens, Arônian [A]ram, diplômé en 1904, et Agatzanian Aram, diplômé en 1922.

13 AAIU-LXXXIV-E, Izmir, dp n° 39/290, du 13.XII.20 du directeur local de l’Alliance, Nabon, au bureau central de l’AIU.

14 Hacılar compte environ 500 habitants sur l’ensemble de la période examinée, dont environ un quart de Turcs qui parlent le grec.

15 Kararas, Les Villages de Bournabat : Chatzilari-Narlikeuy-Bounarbachi-Koukloutzas-Naldoukeni, Athènes, 1958 (gr.), p. 26.

16 Idem, p. 27.

17 Athinoyenis, « L’école de filles…», art. cit.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search