Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Deuxième partie. L’école à Smyrne : cultiver l’entre-soi

La modernité scolaire occidentale : entre catholicisme français et protestantisme anglo-saxon

Texte intégral

1Depuis le xviie siècle, des écoles catholiques existent à Smyrne. En particulier, l’ordre des Jésuites s’installe en 1638 dans la ville et y fonde le collège du Sacré- Cœur, qu’il dirige jusqu’en 1773, date à laquelle il est expulsé de l’Empire. Ces établissements catholiques s’adressent aux colonies de coreligionnaires, mais ils attirent aussi les enfants des chrétiens autochtones « protégés » et escomptent provoquer des conversions au catholicisme. À la fin du xixe siècle, les écoles européennes sont bien plus nombreuses et diversifiées. Des établissements protestants se sont joints aux écoles catholiques. Des établissements privés, préparant aux professions commerciales, ont été ouverts. L’offre scolaire occidentale excède nettement les besoins des enfants des Européens ou des rayas latins ou protestants. Elle s’adresse à un marché éducatif constitué surtout d’enfants chrétiens et juifs autochtones.

  • 1 Lewis B., La Formation du Moyen-Orient moderne, Paris, 1995, chap. : « Le choc de l’Occident », p. (...)
  • 2 En Grèce actuelle, on se moque de ce type d’éducation, résumé ironiquement par la formule « piano (...)
  • 3 Scherzer (DE) C., La Province de Smyrne considérée du point de vue géographique, économique et int (...)
  • 4 Mgr Chrysostome déclare en juin 1912, à une assemblée de notables grecs-orthodoxes : « Il n’est pa (...)

2Les écoles occidentales sont bien visibles dans le tissu urbain1. On en trouve aussi jusque dans les gros bourgs des environs. Le premier bienfait recherché auprès de ces écoles est la maîtrise des langues européennes, qu’elles peuvent garantir. Il est primordial d’apprendre le français pour entrer dans le commerce d’import-export, activité nourricière de Smyrne et sa région. À Smyrne, il est facile d’apprendre le français bien sûr, mais aussi l’anglais, l’italien ou l’allemand. Aude-là de ses fins utilitaires, cet apprentissage linguistique est de bon ton. Parler français est un élément de distinction sociale2. Or les établissements occidentaux sont les plus légitimes et les plus efficaces à cet égard. Les « bonnes familles » de Smyrne – la société et les individus se hiérarchisent en bonnes et en moins bonnes familles – envoient leurs enfants à l’école occidentale3. Cependant, le prosélytisme plus ou moins discret des congrégations suscite la défiance des populations locales. Cette réaction stimule le propre développement scolaire des millets4. Pourtant, les parents qui veulent faire bénéficier leurs enfants d’une « bonne » éducation ne demeurent pas fidèles aux établissements scolaires de leur propre communauté.

À L’ÉCOLE D’UNE CERTAINE FRANCE

  • 5 AMAEF-AT-CES-1875-1879, dp n° 89 de Pellissier, CFS, à Fournier, AF, du 2.VIII.79, « Protectorat r (...)
  • 6 AMAEF-AT-CES-1903-1906, f. sin. num., sin. dat., copie d’un article de presse, vraisemblablement d (...)

3Les écoles françaises à Smyrne sont les plus nombreuses. On compte plus d’écoles françaises que d’écoles de tous les autres pays occidentaux réunis. Les établissements dits français sont en fait des établissements religieux tenus par des frères ou des sœurs francophones. Le catholicisme et la francophonie sont intimement liés au Proche-Orient, au moins depuis les capitulations de 15355. Ces écoles échappent à la laïcisation en cours en France. Elles constituent un capital que la IIIe République n’entend pas dilapider, malgré les débats qu’elles suscitent6. La question des subventions républicaines aux écoles congréganistes à l’étranger agite la vie politique française, alors que le régime en vient à rompre ses relations avec le Vatican, le 30 juillet 1904. Paradoxalement, la République entretient et développe au Levant des structures issues de l’Ancien Régime, qui la représentent et la servent. À Smyrne, ces écoles sont groupées dans le quartier franc, dans la vieille ville. Mais le développement du réseau scolaire français accompagne également l’urbanisation de la région et le phénomène de suburbanisation des chrétiens.

  • 7 Sauf indication contraire, les effectifs indiqués sont tirés pour le début des années 1870 de Sche (...)
  • 8 Scherzer, op. cit., p. 44.

4Nous présentons ici un panorama de ces écoles, selon l’ordre d’ancienneté d’installation et distinguant les établissements pour garçons des écoles pour filles7. En 1787, les Lazaristes fondent une école de garçons, Saint-Polycarpe, qui permet des études gratuites. Elle devient un lycée classique, sur le modèle napoléonien français, en 1802. L’établissement existe jusqu’en 1922. Il scolarise alors une soixantaine d’élèves. L’école se trouve dans le quartier franc. En 1837, l’archevêque latin de Smyrne fonde un collège de la Propagande, ou collège français du Sacré- Cœur. À partir de 1845, ce sont les Lazaristes qui dirigent l’établissement. Il est situé près de leur église, dans la rue Franque. Le grec y était obligatoire jusqu’en 1890. Puis il fut aboli. Le collège amène jusqu’au niveau des baccalauréats littéraire et scientifique. Bien sûr, les Lazaristes suivent le programme des collèges français8. Au début des années 1870, l’établissement scolarise environ soixante-dix élèves. Vingt ans plus tard, l’établissement en compte une centaine ; en 1922, il en compte environ deux cents. Le collège des Lazaristes voit ses effectifs croître constamment.

  • 9 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 162 du CF, Pellissier, du 12.XII.80, à l’AF, Tissot, « Inauguration (...)
  • 10 Cuinet, op. cit., p. 458-461.
  • 11 L’établissement a traversé les vicissitudes de l’histoire et fonctionne encore à Izmir aujourd’hui (...)

5Les Frères des écoles chrétiennes, ou Frères ignorantins, sont les congréganistes les plus actifs à Smyrne. Ils y opèrent depuis 1841. Ils dirigent un des établissements les plus renommés de la Smyrne levantine, le collège Saint-Joseph, fondé en 18819. Installé rue des Roses, une rue au nord du quartier franc où se concentrent de nombreuses écoles, il fonctionne comme un collège payant10 L’établissement est à proximité de l’église du même nom, tenue par le même ordre. Bien sûr, cette école suit le programme des établissements français comparables. Il scolarise environ 140 élèves au début des années 189011. L’établissement couronne l’activité des Frères qui se distingue au niveau des écoles paroissiales et écoles gratuites à Smyrne, et continue de croître à la fin de l’Empire ottoman. Par exemple, en 1876, les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul fondent et placent sous la direction des Frères des écoles chrétiennes l’école Saint-André, dans le quartier populaire chrétien de la Pointe, entre le boulevard Aliotti et la rue de la Pointe.

  • 12 Cuinet, op. cit., p. 460.

6En 1833, les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul ouvrent une école de filles, le collège de la Providence, ou Yedi Kızlar Medresi pour les Turcs, à nouveau dans la rue Franque. Cette école scolarise gratuitement les filles de familles pauvres. Par ailleurs et surtout, elle fonctionne comme tous les autres établissements de l’ordre, dans le monde : « L’usage de la langue française [y] est exclusif12. » Au début des années 1890, elle scolarise 450 élèves environ. C’est le genre d’établissements susceptibles d’attirer des filles pauvres, d’autres confessions, grâce à la gratuité. À l’autre extrémité du spectre social, l’ordre des Dames de Sion ouvre en 1875 une Institution de jeunes filles dans la rue Trassa, à proximité du consulat français. L’établissement est fondé à la demande de l’archevêque latin de Smyrne. Il s’agit d’un pensionnat payant où l’enseignement est aussi dispensé uniquement en français. Il accueille au début des années 1890 une centaine d’élèves. En 1922, les Dames de Sion scolarisent environ deux cents élèves. C’est l’apothéose de ce genre d’institutions à la fin de l’Empire ottoman.

7On voit avec ces deux exemples que les ordres enseignants savent s’adapter aux besoins de publics différents. De l’école gratuite à l’institution sélective pour jeunes filles issues des bonnes familles, toutes les catégories sociales peuvent trouver chez les sœurs une école à leur convenance. La société ottomane tardive considère comme normal que des classes de population différentes aient des besoins éducatifs différents et donc des ambitions différentes pour leurs enfants. La hiérarchie entre groupes sociaux est au moins aussi solide que celle établie sur des critères ethniques. Peu la remettent en question, certainement pas les courriers ou les publications des consuls occidentaux.

  • 13 Annuaire oriental, 1913, p. 1725, 1re col.
  • 14 Annuaire oriental, 1915, p. 1518, 2e col.
  • 15 Scherzer, Rougon et Cuinet donnent à plus de vingt ans d’intervalle à peu près les mêmes informati (...)

8En 1913, la ville compte sept écoles françaises catholiques de garçons dirigées par les Frères des écoles chrétiennes13 L’école catholique française est également présente dans les banlieues chrétiennes plutôt chic, issues du mouvement de croissance urbaine et suburbaine. Tout ce réseau rayonne au-delà des cercles français ou européens. On compte en effet une école paroissiale catholique française à Boudja, une école catholique française, Saint-Germanicus, à Göztepe, une école catholique française, Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle, à Bournabat, une école paroissiale catholique française, Saint-Polycarpe, à Cordélio, qui est composée d’une classe payante et d’une classe gratuite au début des années 189014. La Mission laïque est absente de Smyrne, a contrario de Salonique. Ni l’anglais ni la culture anglo-saxonne ne sont en position dominante ni à Smyrne ni au Proche-Orient, quoiqu’une colonie britannique influente habite en ville. Cette colonie ne dépasse jamais les quelques milliers de personnes. La présence scolaire britannique est relativement discrète, mais de qualité. Les Anglais de Smyrne ont la réputation de mettre un grand soin à conserver leur langue et leur caractère national. La population britannique est particulièrement dense dans les villages de Bournabat, où se trouve le Bournabat English College, dès 1848. Les établissements les plus connus sont l’École commerciale libre de M. Barkshire, fondée en 1852, qui scolarise environ une centaine d’élèves au début des années 1890, puis près de 150 élèves vers 1900. On trouve une Institution dite écossaise dans le quartier arménien. Au début des années 1890, elle scolarise en majorité des élèves juifs ou grecs, soit 150 enfants à la fin du xixe siècle15 Ces écoles privées affirment toutes enseigner l’anglais, bien sûr, mais aussi le français, du fait de son importance pratique. Elles assurent également réserver une place aux langues autochtones, mais autres que le turc, dans leur programme.

L’ÉCOLE AMÉRICAINE À SMYRNE : LA NOUVELLE VOIE VERS LA MODERNITÉ

  • 16 Dwight H., « Die amerikanischen Missionen in der asiatischen Türkei » (angl.), p. 450-464, in Ober (...)

9Les Américains sont les derniers venus occidentaux à Smyrne, mais ils s’y installent avec des moyens nouveaux. Smyrne devient une base importante du prosélytisme protestant américain. Les premiers de ces missionnaires arrivent en 1820 dans l’Empire. C’est à Smyrne qu’ils débarquent, avant de déployer leurs activités en Anatolie. En 1833, leur imprimerie est transférée de Malte, pour quelques années. Les missionnaires américains disposent désormais d’un établissement permanent. Les écoles de Smyrne entrent en réseau avec le système nord-américain à travers tout l’Empire. Les fleurons de cette éducation sont le Robert College à Constantinople, fondé en 1863, et le Syrian Protestant College (future American University of Beirut), fondée en 1866. Ce réseau est utilisé, en premier lieu, par les Grecs et les Arméniens qui rejoignent le protestantisme, quoique les missionnaires se défendent de vouloir créer de nouvelles Églises, séparées des Églises autochtones16. Malgré ce discours, la présence scolaire américaine est étroitement liée à la volonté missionnaire de l’American Board of Commissioners for Foreign Missions to the Oriental Churches.

  • 17 Horton G., Report on Turkey : USA consular documents, Athènes, Journalists’ Union of the Athens Da (...)

10Dès leur création à Smyrne, ces établissements sont appréciés. Ils forment une première étape dans un projet de migration vers les États-Unis. Les progrès techniques – le développement de la marine à vapeur, puis des liaisons ferroviaires avec l’Europe – rendent possibles les allers-retours entre les États-Unis et l’Empire. Ces écoles n’ont pas, elles non plus, pour vocation de scolariser des enfants d’expatriés. Selon le consul général des États-Unis en 1922, George Horton, la quasi-totalité des Américains de Smyrne sont en fait des Grecs ottomans naturalisés. Il s’agit alors de 250 personnes environ17. En l’absence d’Américains, ces établissements visent une autre clientèle.

  • 18 Birge J. K. (dir.), op. cit., p. 18-19. Verheij J., « Die armenischen Massaker von 1894-1896, Anat (...)

11Curieusement, le premier établissement fondé est consacré à l’éducation des filles. Le développement de l’éducation américaine se fait à rebours de celle des autres écoles sur place, peut-être pour contrer la négligence locale. L’école naît en 1875 d’une initiative privée. Une résidente américaine, Mary West, fonde dans sa propre maison l’American Collegiate Institute for Girls. L’école est ensuite déplacée vers Magnésie, où il est possible d’ouvrir un pensionnat, élément primordial de rayonnement. Puis elle revient à Smyrne, en 1887, et est abritée dans un bâtiment construit à Basmahane, dans le quartier arménien, avec l’aide du Women’s Board for Foreign Missions of Boston, se liant ainsi aux autres établissements américains. Elle prend le nom de l’International American Collegiate Institute et se développe pour comprendre, après guerre, un cycle primaire, un cycle secondaire et une section de formation pédagogique. Au début des années 1890, l’établissement compte une centaine d’élèves. Au début des années 1920, il en scolarise environ trois fois plus. L’exiguïté des locaux inquiète après guerre. L’effectif scolaire au début des années 1920 est pratiquement équivalent à l’effectif complet de la colonie américaine à Smyrne18.

  • 19 Les installations furent utilisées ultérieurement par les forces de l’OTAN.
  • 20 Annuaire oriental, 1915, p. 1515, 2e col.
  • 21 Solomônidis Ch., L’Éducation …, op. cit., p. 372.
  • 22 Amadian S., « La colonie arménienne d’Izmir », p. 166-181, in Théotig, almanach pour tous, petite (...)
  • 23 Bird S. W. H., And Unto Smyrna, the Story of a Church in Asia Minor, Londres, James Clarkes & Co, (...)
  • 24 Notre Smyrne, New York, 1960 (ar.), p. 80.
  • 25 Birge, op. cit., § Education, p. 18-19. Verheij, art. cit.

12Le système américain local est complété par l’International College, ou College McLachlan, fondé en 1891, dans le quartier arménien. En 1897, l’établissement prend le nom d’American Collegiate Institute for Boys. En 1903, il deviendra l’International College après avoir été reconnu officiellement comme College par les États-Unis. Puis, en 1913, l’établissement s’installe à Paradis-Kızılcullu, sur la ligne de chemin de fer qui mène à Boudja. Le College y prend possession de bâtiments imposants qui forment un campus, comme outre-Atlantique19. Il est financé en partie par l’American Board of Foreign Missions et par le Women’s Board of Missions in Boston. L’Annuaire oriental de 1915 précise que les bâtiments sont éclairés à l’électricité, ce qui atteste leur modernité20. L’établissement prépare aux Bachelor of Arts et Bachelor of Commerce. L’anglais est obligatoire. Le grec et l’arménien, mais aussi le français ne sont qu’optionnels21. Les langues locales permettent d’apprécier la clientèle de cet établissement : il s’agit bien de Grecs ou d’Arméniens, éventuellement convertis. Les publications arméniennes apostoliques désignent les Arméniens protestants comme totalement dépendants des missionnaires en matière d’éducation22. Des sources levantines corroborent cette affirmation23. L’International College forme de futurs religieux protestants arméniens. Après les massacres hamidiens de 1894-1896, il devient havre de sécurité et d’éducation, en accueillant des orphelins des provinces intérieures24. Les missionnaires protestants sont très au fait de ces événements, où ils jouent un rôle décisif pour la survie d’Arméniens. Au début des années 1890, l’école scolarise cent élèves, au début des années 1920, environ quatre fois plus25.

13Les effectifs des deux écoles américaines croissent fortement, ce qui traduit un véritable engouement pour les perspectives offertes par cette éducation. Tout comme les établissements occidentaux concurrents, leur programme d’études est calqué sur celui de la métropole. On se soucie peu de l’insertion sociale locale des élèves une fois qu’ils ont quitté l’école.

L’IMPACT DES ÉCOLES OCCIDENTALES SUR LA SOCIÉTÉ SMYRNIOTE

14L’école occidentale diffuse des compétences linguistiques mais aussi culturelles qui permettent à l’économie smyrniote de s’insérer dans le commerce mondial, dominé par l’Occident. Langue, culture et commerce entretiennent des relations complexes ; l’accès au premier des trois domaines peut ouvrir les deux autres. En plus des connaissances strictement linguistiques, cette école dispense souvent des cours de formation commerciale. Les techniques comptables, commerciales, financières de l’économie capitaliste occidentale s’universalisent.

  • 26 Pinon R., L’Europe et l’Empire ottoman, les aspects actuels de la question d’Orient, Paris, Perrin (...)
  • 27 Georgelin, « La lente disparition d’un monde ethnique complexe : Smyrne à la fin de l’Empire ottom (...)

15Malgré la présence très limitée des musulmans, les écoles occidentales sont un des rares lieux où la mixité ethno-religieuse est possible. Par exemple, dans les collèges français de Smyrne en 1906, sur un total de 278 élèves, on ne compte que 20 musulmans, soit environ 7 % des effectifs contre à peu près 6 % pour les élèves juifs, 27 % de chrétiens non catholiques et 60 % de catholiques26. La présence des élèves demeure largement déterminée par leur appartenance religieuse. Les catholiques y sont surreprésentés par rapport à leur place dans la cité. Le même constat s’impose à propos des écoles allemandes27. Même si c’est un des lieux à Smyrne où chrétiens, juifs et musulmans se côtoient, cette cohabitation a lieu dans des proportions numériques sans mesure avec celles de la cité. Le recrutement scolaire y est biaisé en fonction d’une discrimination sociale et religieuse de fait. À l’inverse, les parents musulmans se méfient de tout prosélytisme. Il est excessif d’avancer que l’éducation française est la seule à avoir un caractère universaliste, même si le géographe Vital Cuinet insiste sur l’ouverture des établissements catholiques français, qui accueillent des élèves de toute ethnie et de toute religion. Les musulmans n’y ont qu’une présence marginale, réduite à quelques individus.

16La forte proportion d’enfants des millets non musulmans dans ces écoles détermine le développement scolaire de ces millets. Juifs et chrétiens d’Orient ont peur de voir leurs enfants leur échapper. En effet, toute sortie du millet d’origine est synonyme de mort sociale de l’individu et tragédie pour la famille, mais c’est surtout une menace pour l’intégrité du groupe dans son entier. La présence d’écoles occidentales à Smyrne, comme dans tout l’Empire, a suscité la vigilance des élites locales et incité à développer les systèmes scolaires autochtones, communautaires ou publics. Pour autant, des membres de mêmes communautés peuvent avoir des réactions d’adhésion, mais aussi de défiance vis-à-vis de l’école occidentale. Les millets ne sont pas des groupes homogènes en tout.

  • 28 AAIU, France, XVII-F28 : rapport annuel, 1907-1908, de M. Fresco : « Le turc est un habit d’emprun (...)

17La voie de l’émancipation scolaire vis-à-vis de l’Occident passe par l’appropriation des compétences occidentales, linguistiques et techniques. Ainsi, le français s’enracine, étant largement enseigné dans les écoles non françaises de Smyrne. La francisation est extrême dans le cas de l’Alliance israélite, qui ne reconnaît aucune langue juive autochtone. Le judéo-espagnol n’est pour elle qu’un jargon méprisable28. Mais l’hébreu vivant du yishuv est aussi combattu par le bureau central à Paris. La transmission des connaissances issues du monde occidental s’opère dans un cadre culturellement oriental, accordant une place à une culture autochtone standardisée ailleurs. Dans ce processus, la culture locale connaît une mutation radicale, puisqu’elle s’approprie des formes importées, comme le discours historique national. Cette appropriation est à double sens. Le modèle de l’État-nation, plus ou moins parfait, conquiert ainsi la planète. L’éducation reçue dans de tels établissements contribue à une aliénation des enfants par rapport à l’Empire. Les enfants de la cité apprennent à penser le monde selon des références intellectuelles occidentales et forment leur jugement selon des critères européocentrés. Ils sont « désorientés », même si leur formation solide leur permet, dans un premier temps, d’acquérir des postes privilégiés au sein de l’économie semi-coloniale de la cité. La réussite matérielle des individus peut paradoxalement nuire à la pérennité du groupe sur place, en le fragilisant, d’un point de vue politique, dans le kaléidoscope communautaire local.

  • 29 Krikorian M. K., Armenians in the Service of the Ottoman Empire, Londres, 1978, p. 1 : « La partic (...)

18L’absence d’apprentissage du turc dans tous ces établissements est symptomatique. Le turc peut apparaître accessoire à certains parents s’ils n’ont pas de relations avec l’intérieur de l’Anatolie et s’ils parviennent à éviter d’en avoir avec les autorités ottomanes. En revanche, cette langue intéresse ceux qui peuvent envisager que leur progéniture ait des contacts économiques avec les turcophones de l’intérieur du vilayet. Le commerce de détail des biens manufacturés se développe le long des voies de chemin de fer. Or la clientèle est turcophone. De même, les achats en gros de produits agricoles d’exportation impliquent des contacts avec les fournisseurs, souvent turcophones. Enfin, certaines familles sont venues à Smyrne de l’intérieur : c’est le cas des Grecs karamanlıs installés à Smyrne. Des relations suivies avec l’administration ottomane imposent la connaissance du turc. Il y a toujours certains postes, administratifs ou judiciaires, pourvus par des non-musulmans, en particulier dans des villes comme Smyrne29. L’absence d’un apprentissage suivi de la langue turque fragilise à terme l’arrimage des non-musulmans au pays lui-même, même si certains perçoivent Smyrne comme différente de l’Anatolie.

19Les programmes d’enseignement sont centrés sur l’Occident. Ils transmettent une vision – géographique, historique et morale – catholique romaine ou protestante du monde. Les musulmans sont comme absents de ce monde chrétien occidental, donc comme absents du monde moderne, performant, propre, en progrès constant, tant technique que moral. Cette vision scinde la société ottomane en posant les chrétiens et les juifs orientaux comme potentiellement plus proches de l’Occident. De fait, l’apprentissage du français ou d’autres langues occidentales est moins répandu chez les musulmans. L’accès au français est un rouage important de la ségrégation sociale ottomane. Les écoles occidentales encouragent le développement du quant-à-soi communautaire, suspect aux yeux des musulmans. La fréquentation de ces écoles et la pratique des langues occidentales sont la pointe visible de la possible collusion des puissances occidentales avec les chrétiens locaux.

  • 30 Selon Pinon, il est indiscutable que les élèves orientaux sont plus lents que les élèves occidenta (...)
  • 31 Il est possible que les familles ne scolarisent pas tous leurs enfants dans le même système scolai (...)

20À la fin du siècle, on observe que les écoles occidentales renforcent leur caractère national, notamment en ce qui concerne la langue d’usage. En effet, l’école italienne tend à imposer l’italien aux dépens du français, l’école allemande supprime le français et veut imposer l’allemand. Les collèges catholiques français de Smyrne sont très unidimensionnels, très attachés à implanter une parcelle de France en Orient, sans s’insérer intellectuellement dans le monde présent autour d’eux. Les écoles privées peuvent moins faire l’impasse sur les langues locales, intégrées comme options. Mais des matières optionnelles que ne suivent que certains élèves sont-elles prises très au sérieux par ceux-ci ? Le statut social des savoirs dispensés à l’école est primordial dans le processus d’acquisition. La mention de telle ou telle langue proposée à l’étude rassure les parents, qui font une infidélité aux établissements de leur millet. Le mythe de la cité cosmopolite pâtit singulièrement d’un examen approfondi de la réalité scolaire. La cité ne vit pas de plein gré sa pluralité. Elle entretient des institutions scolaires hiérarchisées et de plus en plus cloisonnées pendant la dernière période ottomane. Elle hisse au sommet de la pyramide des établissements qui refusent, voire dénigrent, le Proche- Orient30. Le discours et les pratiques nationalistes potentiellement agressives des Occidentaux entre eux s’imposent comme norme de relation intercommunautaire31.

  • 32 Pinon, op. cit., p. 500-501.
  • 33 Les autorités allemandes procèdent aux mêmes calculs. Voir par exemple la Nordeutsche Allgemeine Z (...)
  • 34 Le statut de la parole scolaire s’est modifié depuis lors. Toutefois, les élèves au tournant du si (...)
  • 35 L’université Saint-Joseph de Beyrouth, tenue par les Jésuites, et le collège Saint-Benoît de Galat (...)

21Le but de l’entreprise scolaire des Occidentaux, outre le discours parfois avancé de développement des individus sur place, est de nature impérialiste32. C’est une fin alors légitime, exprimée ouvertement par les publicistes et les hommes politiques de l’époque33. Il s’agit de familiariser des esprits avec tel ou tel modèle occidental, ceux-ci étant censés lui demeurer fidèles. C’est un calcul avéré, à une époque où l’imprégnation scolaire a un impact fort sur l’esprit de la majorité des enfants34. L’élévation du niveau d’études n’est pas, en soi, la fin première de la présence scolaire des Occidentaux, malgré leurs établissements d’excellence dans l’Empire35.

22Enfin, la fréquentation d’une école occidentale favorise l’émigration, promesse pour l’individu d’enrichissement ou simplement de survie ailleurs. Le départ pour les États-Unis devient pour les Arméniens un horizon de vie banal, en particulier après les massacres de 1894-1896. Les écoles occidentales sont autant de sas de sortie éventuelle. Elles mettent grandement en péril la stabilité des groupes dans la ville de Smyrne et sa région. Ce capital de mobilité potentielle est utilisé quand les conditions politiques ou économiques rendent son activation nécessaire. Ce sera le cas à Smyrne après la Première Guerre mondiale, puis en toute urgence en septembre 1922.

Notes

1 Lewis B., La Formation du Moyen-Orient moderne, Paris, 1995, chap. : « Le choc de l’Occident », p. 45-75.

2 En Grèce actuelle, on se moque de ce type d’éducation, résumé ironiquement par la formule « piano et français ». Les critères de la distinction ont aussi une histoire, malgré l’idéologie charismatique qui les naturalise et les fige, selon Bourdieu.

3 Scherzer (DE) C., La Province de Smyrne considérée du point de vue géographique, économique et intellectuel, Silas F. (trad.), Vienne, 1873, p. 60 : « [...] on trouve un notable contingent de garçons et de demoiselles appartenant à de bonnes familles arméniennes », ou encore p. 66 : « ... l’école de la Mission écossaise [...] est volontiers fréquentée par les enfants (garçons et filles) des familles grecques, arméniennes et israélites ».

4 Mgr Chrysostome déclare en juin 1912, à une assemblée de notables grecs-orthodoxes : « Il n’est pas correct que les jeunes privés de formation commerciale et de formation en langues étrangères submergent les écoles et lycées privés étrangers », cité in Solomônidis, Chrysostome de Smyrne, Athènes, deux tomes, 1971 (gr.), p. 111.

5 AMAEF-AT-CES-1875-1879, dp n° 89 de Pellissier, CFS, à Fournier, AF, du 2.VIII.79, « Protectorat religieux en Orient » : « Notre premier acte de protection prouvé en faveur des catholiques fut l’appui qu’en 1559 M. d’Aramon, ambassadeur de Henri II, prêta aux religieux de la Terre sainte au sujet de quelques avanies qu’on leur faisait éprouver. Ce ne fut du reste qu’une intervention officieuse, accueillie bénévolement par la Porte, mais ne reposant sur aucun droit préalable. Le premier germe diplomatique du protectorat religieux de la France fut déposé par les capitulations de 1604 dans une stipulation relative aux Lieux saints. »

6 AMAEF-AT-CES-1903-1906, f. sin. num., sin. dat., copie d’un article de presse, vraisemblablement d’un journal en français de Smyrne, de 1906 : « Les écoles françaises ; notre confrère de Smyrne “Amalthée” a publié ce qui suit : Le gouvernement français a décidé de supprimer toutes les écoles congréganistes fonctionnant en Grèce et en Orient et qui sont dirigées par des religieux et des religieuses. Jusqu’à présent, la France, expulsant les religieux de son territoire, se trouvait souvent dans la nécessité, agissant contre ses principes, de les protéger à l’étranger et de les présenter comme des citoyens français, ce qui souvent a mis dans une position difficile les consuls français. Pour éviter donc cet inconvénient et faire cesser, en même temps, des protestations trop souvent répétées contre les congrégations, le gouvernement français a décidé la suppression de ces écoles. En même temps, il a décidé également d’envoyer en Orient une commission pour l’organisation de l’instruction laïque par des écoles françaises spéciales. La direction des travaux de cette commission a été confiée à M. Charlot, chef de bureau au ministère de l’Instruction publique qui, comme nous l’avons déjà annoncé, est arrivé avant-hier soir. »

7 Sauf indication contraire, les effectifs indiqués sont tirés pour le début des années 1870 de Scherzer, op. cit., pour le début des années 1890 de Cuinet, La Turquie d’Asie, t. III, Paris, 1894 et de Rougon, op. cit.

8 Scherzer, op. cit., p. 44.

9 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 162 du CF, Pellissier, du 12.XII.80, à l’AF, Tissot, « Inauguration du nouveau collège des Frères de la doctrine chrétienne » : « Les cérémonies d’usage ont eu lieu au milieu d’une affluence considérable de parents des élèves et d’amis des Frères qui par leur empressement auprès de ces maîtres dévoués ont voulu témoigner de leur vive sympathie et de leur reconnaissance. À la grand’messe, l’Archevêque, qui saisit toutes les occasions de parler de la France en termes élogieux, s’est exprimé encore sur notre pays de la façon la plus chaleureuse. Mgr Timoni a appelé de son siège épiscopal les bénédictions du ciel sur la France et a dit bien haut au nombreux auditoire qui l’entourait que c’était à la France seule, à la grande nation fille aînée de l’Église, que les populations chrétiennes de son vaste diocèse avaient toujours dû la protection du culte et devaient, depuis des siècles déjà, l’éducation apportée d’Europe au sein des familles par les missionnaires. »

10 Cuinet, op. cit., p. 458-461.

11 L’établissement a traversé les vicissitudes de l’histoire et fonctionne encore à Izmir aujourd’hui, dans des conditions différentes.

12 Cuinet, op. cit., p. 460.

13 Annuaire oriental, 1913, p. 1725, 1re col.

14 Annuaire oriental, 1915, p. 1518, 2e col.

15 Scherzer, Rougon et Cuinet donnent à plus de vingt ans d’intervalle à peu près les mêmes informations.

16 Dwight H., « Die amerikanischen Missionen in der asiatischen Türkei » (angl.), p. 450-464, in Oberhummer R. et Zimmerer H. (dir.), Durch Syrien und Kleinasien, Reiseschilderungen und Studien, Berlin, Dietrich Reimer (Ernst Vohsen), 1899, p. 452 : « Le but de l’American Board of Missions en se lançant dans l’aventure missionnaire en Turquie n’était pas de développer une secte. Il ne s’agissait pas d’inviter les membres d’une Église chrétienne à la quitter et d’en rejoindre une autre. [Le Board] n’avait aucun motif d’hostilité envers les vénérables Églises orientales. [...] L’American Board [...] espéra amener le clergé des Églises orientales à approuver ses efforts pour populariser l’éducation et la connaissance de la Bible qu’ils affirmaient tous suivre. »

17 Horton G., Report on Turkey : USA consular documents, Athènes, Journalists’ Union of the Athens Daily Newspapers, 1985 (trad. gr. cons.), p. 142-143.

18 Birge J. K. (dir.), op. cit., p. 18-19. Verheij J., « Die armenischen Massaker von 1894-1896, Anatomie und Hintergründe einer Krise », p. 69-129, in Kieser H.-L., Die armenische Frage und die Schweiz (1896-1923), Zürich, 1999.

19 Les installations furent utilisées ultérieurement par les forces de l’OTAN.

20 Annuaire oriental, 1915, p. 1515, 2e col.

21 Solomônidis Ch., L’Éducation …, op. cit., p. 372.

22 Amadian S., « La colonie arménienne d’Izmir », p. 166-181, in Théotig, almanach pour tous, petite encyclopédie de l’Arménien libre, Constantinople, 7e année, 1913 (ar.), p. 180.

23 Bird S. W. H., And Unto Smyrna, the Story of a Church in Asia Minor, Londres, James Clarkes & Co, 1957, p. 68 : « En 1836, davantage de missionnaires américains arrivèrent, mais les autorités grecques, ayant peur du prosélytisme, firent retirer les enfants grecs des écoles. Malgré la fermeture des écoles, l’American Board accrut son personnel. M. Temple fit des prêches en anglais à la chapelle hollandaise et M. Adger organisa des services religieux pour les Arméniens. Leur mission trouva un écho considérable chez les Arméniens. »

24 Notre Smyrne, New York, 1960 (ar.), p. 80.

25 Birge, op. cit., § Education, p. 18-19. Verheij, art. cit.

26 Pinon R., L’Europe et l’Empire ottoman, les aspects actuels de la question d’Orient, Paris, Perrin, 1908, p. 511.

27 Georgelin, « La lente disparition d’un monde ethnique complexe : Smyrne à la fin de l’Empire ottoman, 1894-1922 », Deltio, n° 14, Athènes, 2004.

28 AAIU, France, XVII-F28 : rapport annuel, 1907-1908, de M. Fresco : « Le turc est un habit d’emprunt, le français un habit de gala, le judéo-espagnol la vieille robe de chambre commode où l’on se sent le plus à l’aise. » Cité in Rodrigue, op. cit., p. 115.

29 Krikorian M. K., Armenians in the Service of the Ottoman Empire, Londres, 1978, p. 1 : « La participation de la communauté arménienne à la vie publique ottomane en Anatolie orientale et en Syrie n’a pas encore fait l’objet d’une recherche spécialisée. » Findley C. V., « The Acid Test of Ottomanism : The Acceptance of Non-Muslims in the Late Ottoman Bureaucracy », chap. XVI, in Braude et Lewis (dir.), op. cit.

30 Selon Pinon, il est indiscutable que les élèves orientaux sont plus lents que les élèves occidentaux, et il serait chimérique de vouloir leur faire atteindre le même niveau d’études qu’aux élèves d’Occident.

31 Il est possible que les familles ne scolarisent pas tous leurs enfants dans le même système scolaire, comme c’est le cas de certaines familles de la communauté arménienne aujourd’hui à Istanbul.

32 Pinon, op. cit., p. 500-501.

33 Les autorités allemandes procèdent aux mêmes calculs. Voir par exemple la Nordeutsche Allgemeine Zeitung, 23.III.06, « Pérennité incertaine de l’école allemande de filles à Smyrne », cité in DS-39, p. 668 : « D’année en année, le besoin s’est accru de faire connaître aux filles du pays la langue allemande et la vie de l’esprit allemand. Ces filles deviennent des mères et ce sont les mères qui déterminent l’esprit et la langue de leur foyer. Dans une ville commerciale où se trouvent la langue allemande et l’influence allemande sur les esprits, on peut trouver le plus sûr chemin pour des liens commerciaux allemands. Notre école allemande de filles consacre ses forces en premier lieu, bien sûr, aux élèves qui lui sont confiées. Elle est cependant consciente qu’elle sert ainsi la patrie allemande. »

34 Le statut de la parole scolaire s’est modifié depuis lors. Toutefois, les élèves au tournant du siècle, pouvaient déjà aussi prendre leurs distances par rapport au discours de l’institution. Cf. Pergaud L., La Guerre des boutons : roman de ma douzième année, Paris, 1912.

35 L’université Saint-Joseph de Beyrouth, tenue par les Jésuites, et le collège Saint-Benoît de Galata à Constantinople, tenu par les Lazariste, et le lycée de la Mission laïque à Salonique sont des exemples pour le système français.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search