Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Première partie. Un territoire non national : habiter parmi les autres

Suburbanisation : logique économique et sociale

Texte intégral

  • 1 Yerasimos S., « Occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul, 1839-1871 », p. 97-119, dans Panz (...)
  • 2 Yerasimos, « À propos des réformes urbaines des Tanzimat », p. 17-31, in Dumont et Georgeon (dir.) (...)

1La Smyrne ottomane tardive est engagée dans le processus d’occidentalisation de l’espace urbain, qui affecte l’Empire, depuis 18361. Son développement se fait grâce à l’initiative privée, de règle à Smyrne pendant le xixe siècle, sous forme de lotissements, constructions privées et développement du réseau de transport par concession à des intérêts occidentaux. Les zones encore empreintes de l’histoire de la ville islamique s’amenuisent ou perdent de leur importance relative dans la vie de la ville2. À l’inverse, le pouvoir étatique ottoman, présent au travers du konak et des bâtiments du pouvoir, autrefois légèrement excentrés, y est incorporé, en raison du développement de la ville vers le sud-ouest. La distance entre le centre administratif et celui de l’espace commerçant décroît grâce à l’installation d’une ligne de tramway. La croissance urbaine sert aussi une logique de contrôle accru de l’Administration sur la ville en croissance.

  • 3 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 43, doc. cit., « Concessions de travaux demandées par capitalistes i (...)

2La modernisation ne doit pas laisser penser que la ville est peu à peu conforme à un plan d’ensemble réfléchi. Certains éléments de modernité technique peuvent même avoir du mal à interagir du fait de la permanence du tracé historique de la voirie. Ainsi, les gares des deux lignes, celle de Cassaba, à Basmahane, et celle d’Aïdin, à la Pointe, ne sont pas aisées à relier. De même, les deux gares sont en retrait des quais modernes. Ces défauts sont rapidement perçus par les contemporains, qui doivent s’acquitter de frais supplémentaires dus aux ruptures de charge et à la lenteur des transports intra-urbains. Il s’agit d’un marché potentiel, et les appétits européens s’aiguisent à la perspective de corriger ces manques. Mais la pratique de l’expropriation ne sera jamais établie dans l’Empire ottoman3.

  • 4 Michaïl, op. cit., p. 98.

3Le développement des banlieues est marqué par des phénomènes de polarisation sociale, alors qu’ils effacent la séparation ethnique et religieuse que l’on rencontre dans l’espace du centre-ville. C’est le cas, par exemple, à deux endroits autour du golfe, à Cordélio et à Göztepe, des banlieues riches à l’allure moderne. Les deux localités sont célèbres pour leurs villas, les demeures spacieuses et imposantes qui s’offrent à la vue, en particulier au voyageur qui accostait aux débarcadères de ces deux banlieues. Il s’agit en effet de localités bien desservies par les transports. Elles sont reliées au centre de Smyrne par une route carrossable et, de plus, elles bénéficient de liaisons avec le centre, depuis 1874, grâce à une compagnie de bateaux à vapeur. Le développement de ces transports suscite en retour la croissance accélérée de ces nouveaux centres. Il s’agit donc de nouveaux territoires de la région urbaine. Les transformations urbaines et surtout la croissance de Smyrne et l’apparition de faubourgs et banlieues dépendant du centre, n’échappent pas aux contemporains. Ils sont, au contraire, très conscients des changements inédits en cours4.

CORDÉLIO

  • 5 Kararas N., Cordélio, l’orgueil de Smyrne, histoire-folklore, Athènes, ES, 1971 (gr.), p. 20-26.

4Le cas de Cordélio est surprenant. On voit ici comment les logiques communautaires demeurent vivaces, alors que l’urbanisme uniformise les manières de vivre. En 1874, Cordélio ne compte que quelques maisons rustiques, éparses à travers champs. À partir de 1874, la première ligne de navettes maritimes relie Cordélio à Smyrne et même Göztepe. Tout le golfe est ainsi desservi par cette compagnie, qui arbore le pavillon britannique. En 1880, une nouvelle compagnie est fondée par Popovitch, agent du Lloyd autrichien, et Sadik Bey, entrepreneur de transport. En 1884, une troisième compagnie est fondée, dite Hamidiye, par Yaya Kayatı Paşa. Ce dernier notable est favorisé par le pouvoir ottoman, qui lui accorde le monopole sur la ligne. En contrepartie, le capital de la compagnie est ouvert aux concurrents, qui sont ainsi absorbés de façon feutrée. La concurrence des convoitises atteste l’importance de ce marché en croissance. En retour, grâce aux liaisons établies, l’agglomération se développe rapidement5.

  • 6 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. Sophia Phrangou : f. 10-11 : « Les habitants grecs étaient pour l (...)

5À la fin des années 1880, Cordélio compte déjà 5 000 habitants. Au début des années 1920, on dépasse les 10 000 âmes. La nouveauté de l’agglomération est bien connue des habitants6. La croissance du village donne lieu à un certain brassage ethno-religieux, mais assure aussi une certaine homogénéité sociale de la population. À défaut de partager une nationalité ou une religion commune, on partage dans le Cordélio des villas une même vision du monde, celle de la société proche-orientale levantine. La croyance en la supériorité de l’Occident et de ses formes extérieures, l’adhésion et l’adaptation au jeu capitaliste au Proche-Orient, la maîtrise d’un jeu subtil des contacts sociaux par le truchement symbolique d’une langue estimée supérieure et que l’on voudrait neutre, le français, qui facilite le voisinage.

6Cordélio est le lieu d’installation rapide d’une infrastructure scolaire catholique, pour les enfants des deux sexes, qui accueille aussi beaucoup d’enfants de notables Grecs orthodoxes. Les Dames de Sion, les Sœurs de Saint-Joseph et les Frères capucins créent des établissements à la lisière de la localité. Cordélio est un lieu de concentration des catholiques aisés de Smyrne. On en compte un millier au début du xxe siècle, venus s’installer en vingt-cinq ans environ. Parallèlement, à la fin des années 1880, il y a 5 000 orthodoxes à Cordélio. Au début du xxe siècle, jusqu’à l’exode grec de 1922, la population atteint 15 000 habitants. Il est difficile de fixer des proportions de population. L’administration hellénique affirme que sept dixièmes des habitants sont Grecs orthodoxes, mais au début du xxe siècle, le bulletin Xénophanis, qu’on ne peut suspecter de tiédeur nationale, n’accorde que 52 % environ à la population grecque orthodoxe, 35 % aux étrangers, catégorie mal définie et qui contient peut-être les Hellènes installés, et 12 % aux Turcs. Cordélio est une zone d’habitation pour personnes qui ont tout à gagner au statu quo.

  • 7 La reconstruction à l’identique de ce clocher blanc qui évoque plutôt l’Italie à Néa Smyrni, dans (...)

7Mais le consensus n’est pas total. La population grecque orthodoxe se dote aussi d’écoles primaires dans les dernières années du xixe siècle et d’une paroisse organisée. Cordélio devient même le siège de facto du métropolite d’Éphèse, auprès de l’église Hayia Anna. Le métropolite y estive mais séjourne à Magnésie l’hiver. Cordélio possède trois églises, toutes construites dans la dernière décennie du siècle, Haya Anna, Hayios Iôannis Prodromos et une dernière, Hayia Marina, à Alabey. Le cosmopolitisme levantin est tempéré par la vigueur de la vie grecque orthodoxe, où notables et clergé veillent à ce que l’ouverture à certaines formes et idées extérieures ne dépasse pas la mesure. En 1898, lors de l’agrandissement et la reconstruction en dur de l’église Hayia Anna, le style adopté évoque Byzance. L’espace nouvellement occupé est marqué par la réintroduction d’une architecture qui a disparu de la région. Le style italianisant de Hayia Phôtini de Smyrne, église métropolitaine, en est la meilleure preuve7.

  • 8 Une visite à Karşıyaka aujourd’hui laisse deviner les traces de ce Cordélio passé, en particulier (...)

8Les terrains à Cordélio sont chers et font l’objet d’une spéculation qui empêche l’installation de familles aux revenus modestes. On y construit des bâtiments coûteux et impressionnants. Les photographies montrent une banlieue comparable au Vésinet du début du xxe siècle. L’architecture rappelle les demeures en meulière, à toit en pente cassée, fait d’ardoise et zinc, avec jardins à l’anglaise parcourus d’allées de gravier, agrémentés de pièces d’eau et de fontaines, entourés de murs en pierre surmontés de grilles en fer forgé. L’Orient semble absent de ces photographies. Il se rappelle au regard par quelque plante méditerranéenne ou l’apparition de la mer. Il y a certes plus de photographies des bâtiments qui appartiennent à l’élite sociale du lieu que de ceux où loge la population plus modeste. La production de l’image d’un lieu est orientée par ceux qui décident de sa production et sa diffusion8.

  • 9 Qossian H., Arméniens à Smyrne et dans les environs, t. I : Smyrne et les Arméniens, t. II : Les V (...)

9Les Arméniens de Cordélio sont considérés comme quantité négligeable pour les sources grecques, alors qu’un développement entier est consacré à cette population dans la grande monographie de référence. Son auteur, le père mekhitariste Qossian, reconnaît certes que la communauté est petite, mais il met tout de suite en avant son activité, son organisation et sa richesse. La vigueur de cette population révèle l’ampleur de ses ressources économiques mais aussi symboliques, puisque le modèle organisationnel type est bientôt parfait dans cette localité. À la fin du xixe siècle, la communauté arménienne posède déjà un conseil communal. On y construit l’église de la Mère de Dieu, commencée en 1871 et servie par un prêtre à demeure, ainsi qu’une école primaire mixte, ouverte en 1898, adjacente à l’église, dont le terrain fut offert par la famille Ipliqdjian, négociants en produits manufacturés, propriétaires de magasins dans la rue Saint-Georges à Smyrne, et celle d’Avédis Avédiqian, négociant en draperies. La communauté dispose aussi d’un cimetière au lieu-dit Alabey, offert par Garabed efendi Balızian, négociant. Les Arméniens de Cordélio, malgré leur dispersion – il n’est nulle part fait mention d’un quartier arménien –, comptent environ 140 à 150 foyers, soit environ 700 personnes, à la fin du xixe siècle9. On voit donc à l’œuvre, tant chez les Arméniens que chez les Grecs orthodoxes, des logiques organisationnelles tout à fait habituelles, qui atténuent l’uniformisation levantine de la population.

  • 10 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 49.

10Cordélio devient une véritable banlieue. La vie active de la plupart des hommes se déroule au centre urbain ancien, ainsi que celle des enfants que l’on désire scolariser au-delà du primaire. On voit alors apparaître un phénomène de navette quotidienne entre banlieue et centre. Les hommes et les élèves avancés gagnent tous les matins en vapeur les centres scolaires et ceux de la vie des affaires. L’absence dure jusqu’à la fin de la journée de travail, souvent le début de l’après-midi, moment où les hommes rentrent manger. Le rythme des affaires doit composer avec la journée de travail qui s’interrompt longuement à midi. Le commuting affecte tous les hommes, indépendamment de leur affiliation communautaire. Il y a, à nouveau, stricte séparation entre les différentes fonctions urbaines, mais sur des distances allongées par le progrès technique. Cordélio est une zone de résidence, de vie familiale et de divertissement. On trouve à cette fin de quoi faire des courses pour les consommations quotidiennes : « Nous avions un çarşı, nous y trouvions tout ce que nous voulions. Il y avait des poissonneries, des épiceries, des boucheries, des marchands de farine10. » Malgré l’utilisation du mot turc pour désigner la rue commerciale, soit l’artère centrale qui s’enfonce à partir du débarcadère vers les terres, tous les commerces de centre-ville appartiennent à des Grecs ou à d’autres non-musulmans. Quelques commerces se trouvent éparpillés dans les zones d’habitation. La spécialisation de l’espace selon ses fonctions est établie aussi, mais elle n’est pas sans exception. On y trouve aussi des cafés, comme celui de l’arménien Artin ou Philippe, un club grec, « la Brise ». Le club offre à ses membres un buffet, un théâtre, un cinématographe, une salle de lecture, une salle de divertissement et une salle de billard. Dans cette zone, on trouve aussi des brasseries, comme celle de Klonaridis à l’intérieur du club, des restaurants avec terrasse.

  • 11 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 34.
  • 12 Kararas, op. cit., p. 31.

11Une telle évolution pourrait mettre fin au cloisonnement relatif de l’espace urbain en fonction des appartenances. C’est vrai en grande part, mais, de fait, la hiérarchisation sociale recoupe les découpages ethniques dans la société ottomane de Smyrne. C’est d’ailleurs ce que pensent les Grecs orthodoxes eux-mêmes. Les grandes demeures du bord de mer sont tellement impressionnantes qu’elles sont attribuées par une jeune fille grecque de Cordélio à une autre nationalité : « Les plus beaux bâtiments, en particulier sur le rivage, appartenaient à des Français de Smyrne. Les autres Européens de Smyrne possédaient aussi des villas11. » Elle n’imagine pas, même a posteriori, que des gens de sa communauté, qui devraient lui être proches, puissent atteindre ce comble du raffinement. Un monographe, plus introduit dans ce milieu social, parle des bâtiments du bord de mer avec la même admiration, mais attribue la fortune à d’autres propriétaires : « Des villas des plus élégantes, de petits paradis secrets qui appartenaient à des Grecs, des Arméniens, des Français, des Anglais, des Italiens12. »

  • 13 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 50.

12Pourtant, même à Cordélio, une certaine mixité sociale est présente pour celui qui désire la percevoir. Il s’agit aussi d’une localité à vocation agricole. Pour désigner la localité, on trouve en grec deux termes : soit proastio, c’est-à-dire banlieue, soit chôrio, c’est-à-dire village. À l’instar de cette double appellation, on devine sur les marges de la localité bourgeoise, un autre Cordélio, rural et ouvrier. À côté de l’oasis mondaine, que l’on célèbre officiellement à l’écrit, les petites gens, qui purent être interrogées par le Centre d’études d’Asie Mineure, évoquent le Cordélio des modestes. De nombreux potagers fournissent les magasins locaux, mais peuvent aussi écouler un surplus vers Smyrne. Les produits sont envoyés en face par bateau, le soir, pour être vendus à des grossistes. Cordélio est aussi le lieu de résidence d’ouvriers chrétiens qui vont à Smyrne tous les jours, non pas pour participer à la vie des affaires, mais pour travailler à la manufacture, notamment conditionner des raisins, des figues et du tabac13.

  • 14 Kararas, op. cit., p. 65.
  • 15 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 93. L’ambiguïté des relations entre groupes, les (...)

13Les textes et les témoignages qui signalent l’absence des Turcs dans ce genre de banlieues sont erronés. Les monographies nostalgiques du Cordélio chrétien avouent, au détour d’un paragraphe, la présence d’habitants turcs aisés, fondus parmi la population chrétienne : « Les plus riches d’entre eux habitaient des maisons de très belle allure et mêlées à toutes les autres14. » L’existence d’un collège ottoman de plus de 120 élèves au début des années 1920, entre Alabey et Soğuk Kuyu, en est une preuve. Soğuk Kuyu est le quartier réputé comme turc de Cordélio, qui compte quelque 800 habitants au début du xxe siècle. Ainsi, la séparation ethnique la plus sensible se fait surtout sur le clivage simplifié entre musulmans et non-musulmans. Mais le marché de Soğuk Kuyu, le vendredi, attire les acheteurs de toutes les confessions. Les habitants Grecs orthodoxes de Cordélio comprennent au moins le turc. Ceux qui l’ignorent se font remarquer comme émigrés du royaume de Grèce. Les classes plus simples ont des contacts quotidiens avec les Turcs. Les enfants jouent ensemble dans la rue. Cette proximité n’est pas toujours harmonieuse15.

GÖZTEPE

  • 16 CEAM, ATO, Göztepe, IÔN 3, int. Heleni Ampatzoglou, née vers 1892 à Göztepe, interrogée en juil. 1 (...)
  • 17 CEAM, ATO, Göztepe, IÔN 3, int. H. Ampatzoglou, f. 30.

14Les auteurs ou les témoins grecs développent la plupart du temps un discours faisant de Smyrne une ville grecque. C’est le cas aussi de Göztepe par exemple. Ce discours idéologique n’est pas sans contradiction. Parmi les maisons les plus impressionnantes de Göztepe, un témoin de l’époque cite tout de suite les « châteaux » des familles arméniennes Aznavourian et Sivri-Hissarian, manufacturiers et négociants en tissus et fil de coton. Il mentionne la présence de familles turques très aisées, notamment la famille du vali Rauf, alors même qu’il a identifié Göztepe comme une banlieue très chrétienne16. En effet : « Nous n’avions pas de quartier turc. Les rares maisons turques étaient mélangées17. » Sur place, il n’y a pas de vie collective arménienne si distincte qu’elle puisse être remarquée. Les voisins arméniens peuvent passer inaperçus dans ce quartier privilégié. Göztepe est identifié par la monographie de Qossian comme un lieu surtout habité par des Grecs. Le lieu est en effet dominé par l’église orthodoxe, à double tour et à coupole. Les Arméniens locaux appartiennent à la classe très élevée. Göztepe, de même que Cordélio, fut d’abord un lieu où l’on venait l’été en villégiature avant de devenir un lieu de résidence permanente. Ainsi, à la fin du siècle, il y a encore une nette différence entre la population arménienne estivale de Göztepe, qui compte alors une trentaine de familles, et celle de l’hiver où elle se réduit à quelques unités. Il y existe pourtant depuis 1870 une chapelle apostolique en pierre, dédiée à la sainte Trinité.

15L’élite ottomane n’a pas non plus de comportement qui remette en cause la vision grecque de la localité dans son ensemble. La perception de l’altérité n’était pas toujours chose facile en milieu urbain, malgré l’œil aiguisé de personnes vivant dans une société où l’appartenance communautaire détermine les rôles sociaux et d’éventuels rapports de pouvoir entre individus. L’altérité se fait moins voyante à mesure que l’on s’élève dans l’échelle sociale, où un certain consensus se dessine quant au bon ton. Tous les « autres » ne se distinguent pas par leur mise, leur langue ou leur mode de vie objectif. Plus rien ne les y oblige. L’altérité en milieu urbain se fait plus discrète, à la fin du xixe siècle, en particulier quand peu de manifestations de vie collective sont perceptibles sur la voie publique. Qu’est-ce qui pouvait bien différencier les habitants arméniens ou turcs du quartier aux yeux d’une jeune Grecque orthodoxe de Göztepe ?

Notes

1 Yerasimos S., « Occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul, 1839-1871 », p. 97-119, dans Panzac (dir.), Les Villes dans l’Empire Ottoman : activités et sociétés, t. I, Marseille, CNRS, 1992.

2 Yerasimos, « À propos des réformes urbaines des Tanzimat », p. 17-31, in Dumont et Georgeon (dir.), Villes ottomanes à la fin de l’Empire, Paris, 1992.

3 AMAEF-AT-CES-1906-1916, dp n° 43, doc. cit., « Concessions de travaux demandées par capitalistes italiens ».

4 Michaïl, op. cit., p. 98.

5 Kararas N., Cordélio, l’orgueil de Smyrne, histoire-folklore, Athènes, ES, 1971 (gr.), p. 20-26.

6 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. Sophia Phrangou : f. 10-11 : « Les habitants grecs étaient pour la plupart autochtones. Je ne sais pas à partir de quand Cordélio existait. Ceux qui venaient plus tard étaient du Magne, de Chios, d’Icaria et d’ailleurs. Ils venaient travailler à Cordélio, épousaient des filles de là-bas et y restaient. Nous avions un oncle qui était venu comme apprenti du Magne sur les terres d’un riche propriétaire. Il travaillait comme jardinier. Son patron le prit en estime et en fit son gendre en lui donnant une de ses filles. C’est ce qui se passait avec les autres. Je ne sais pas si les premiers habitants de Cordélio étaient des Grecs ou des Turcs. Nous n’avons rien appris à ce propos. »

7 La reconstruction à l’identique de ce clocher blanc qui évoque plutôt l’Italie à Néa Smyrni, dans la banlieue d’Athènes, sur le flanc d’une église orthodoxe néo-byzantine, dédiée à Hayia Phôtini bien sûr, bien ronde et ocre, est une des nombreuses facéties du jeu absurde, mais sans cesse renouvelé, des références identitaires.

8 Une visite à Karşıyaka aujourd’hui laisse deviner les traces de ce Cordélio passé, en particulier sur le bord de mer, malgré l’accroissement de l’urbanisation entre-temps.

9 Qossian H., Arméniens à Smyrne et dans les environs, t. I : Smyrne et les Arméniens, t. II : Les Villes principales du diocèse de Smyrne et les Arméniens, Vienne, 1899 (ar.).

10 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 49.

11 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 34.

12 Kararas, op. cit., p. 31.

13 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 50.

14 Kararas, op. cit., p. 65.

15 CEAM, ATO, Cordélio, IÔN 7, int. S. Phrangou, f. 93. L’ambiguïté des relations entre groupes, les dissonances entre les diverses expériences de coexistence et entre le discours et la réalité sociale vécue afleurent ici : « Petites, nous jouions avec les petites Turques. Chaque fois qu’elles voulaient nous faire enrager, elles dessinaient une croix sur le sol, ensuite elles crachaient dessus et urinaient. C’est ainsi qu’elles nous froissaient. Nous avions peur des Turcs des villages voisins. C’était des barbares. Mais mon père avait des liens d’amitié avec les Turcs. [...] »

16 CEAM, ATO, Göztepe, IÔN 3, int. Heleni Ampatzoglou, née vers 1892 à Göztepe, interrogée en juil. 1962, f. 31. H. Ampatzoglou a reçu une bonne éducation et est considérée par le collaborateur du CEAM qui l’interroge comme une bonne informatrice.

17 CEAM, ATO, Göztepe, IÔN 3, int. H. Ampatzoglou, f. 30.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search