Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Première partie. Un territoire non national : habiter parmi les autres

Smyrne : une urbanité moderne hors du cadre national

Texte intégral

CENTRALITÉ URBAINE RÉGIONALE

  • 1 Georgiadès D., La Turquie actuelle, les peuples affranchis du joug ottoman et les intérêts françai (...)
  • 2 Presque tous les récits de voyage, en toutes langues, commencent par une description de ce panoram (...)
  • 3 On trouve quelques voix discordantes parmi ces récits. Ainsi Reinach J. dans son Voyage en Orient, (...)

1Smyrne, logée au fond d’un golfe, İzmir Körfezi, possède le plus grand port naturel du littoral micrasiatique. Il pénètre à une cinquantaine de kilomètres dans les terres. La baie permet l’arrivée de bateaux à fort tirant d’eau jusqu’au port. Le site de la ville de Smyrne est une vallée deltaïque formée par le Mélès au pied du mont Pagos. La ville forme un amphithéâtre, dominé par ce mont, site de l’acropole, puis d’une forteresse byzantine, dont des vestiges sont toujours visibles. En 1867-1877, Smyrne est dotée d’un quai, qui présente un rivage policé au voyageur arrivant du large1. Elle est, au xviie siècle, la destination des caravanes anatoliennes qui y apportent les richesses de l’Orient. La cité devient ainsi un des principaux points de contact de l’Empire avec l’Occident. L’arrivée à Smyrne par la mer offre un panorama saisissant2. Elle allie à l’aspect minéral et propre de ses quais et de ses bâtiments principaux les tuiles rouges des quartiers de petites maisons, comme dans le quartier turc, et la végétation méditerranéenne, notamment les cyprès, alors encore très présente dans la ville même et aux alentours3.

2Smyrne s’étend, dès les années 1870, le long du rivage, tant vers le sud jusqu’à Karataş et Göztepe, que vers le nord, jusqu’au quartier de la Pointe et, au-delà, vers les faubourgs de Halka Bunar et Hayia-Kyriaki. Smyrne essaime et les banlieues apparaissent. Celles-ci peuvent être créées ex nihilo comme Cordélio, ou bien il peut s’agir de bourgades à l’existence plus ancienne, comme Burnova, Buca ou encore Sevdiköy qui se suburbanisent à mesure que les transports entre Smyrne et sa périphérie deviennent plus faciles, grâce aux deux lignes de chemin de fer qui sillonnent l’arrière-pays jusqu’à Kasaba et Aydın, puis relient la ville au Bagdad-Bahn d’une part et à la mer de Marmara d’autre part, tout à la fin du siècle. La région entière de Smyrne est ainsi marquée par le fait urbain central et subit son rayonnement tant au plan économique, administratif que culturel.

  • 4 Krumbacher, op. cit., p. 248.
  • 5 Ibid., p. 249.
  • 6 Kontoyannis, op. cit., p. 335. Sur 40 000 habitants, les Turcs sont 25 000, les Grecs 10 000, les (...)
  • 7 Krumbacher, op. cit., p. 253 : « Au contraire de Smyrne, c’est l’élément turc qui domine dans la m (...)

3Smyrne est une ville différente des autres villes de la région. Aydın, qui pourtant n’est éloignée que de 80 km et est reliée à celle-ci par le train, fait figure de citadelle de la turcité4. Il est significatif que cette ville ait été démise de ses fonctions de chef-lieu en faveur d’une ville dont le caractère non musulman se renforce au cours du xixe siècle. La ville, qui porte le nom d’un chef seldjoukide, n’est plus qu’une bourgade intérieure, distancée en importance par la métropole côtière. Elle ne regroupe qu’un dixième de la population smyrniote. Son espace urbain n’est pas entré dans un processus de modernisation comparable. Aydın ne présente qu’un « fouillis de ruelles animées5 ». Les observateurs identifient Aydın immédiatement comme une ville turque6. Alors que le fait chrétien est central dans la physionomie de Smyrne, les non-musulmans d’Aydın occupent des espaces périphériques7. La ville fait figure d’espace traditionnel. Elle ne remplit qu’un rôle de marché agricole local, de lieu d’échange de produits artisanaux et de centre administratif secondaires.

  • 8 DJB-6 715, Rapports commerciaux annuels du consulat impérial de Smyrne, t. IV, I.08-II.14, de Smyr (...)

4Smyrne diffère des villes de l’intérieur par l’identité ethnique et religieuse de ses habitants. Au début du xxe siècle, Smyrne est une ville de 300 000 habitants ; le consul allemand, Mordtmann, répartit la population de la ville, vraisemblablement sur la base des salname officiels, distinguant le statut politique des habitants et leur identité religieuse8. 245 000 sujets ottomans vivent à Smyrne, parmi lesquels on trouve : 90 000 musulmans, 110 000 rayas grecs, 30 000 rayas juifs et 15 000 rayas arméniens. On compte aussi 55 000 étrangers installés à Smyrne, dont 30 000 sujets hellènes, 10 000 Italiens, 2 000 Français et 1200 Britanniques et 10 000 autres Européens. La population grecque orthodoxe constitue la majorité, au moins relative, dans la ville, rassemblant 140 000 habitants sur 300 000, alors que la population turque y est minoritaire. En 1914, la tendance s’est encore renforcée dans tout le sancak, d’après l’Annuaire oriental, daté de 1915. La population est évaluée à 500 000 habitants, répartis entre un peu moins de 30 % de Turcs, 64 % de Grecs, 4 % de juifs, 2 % d’Arméniens et quelque 2 000 « étrangers ». En chiffres absolus, Smyrne est assurément la ville infidèle en Asie Mineure.

LES QUARTIERS ETHNO-RELIGIEUX

  • 9 Mantran R., Histoire d’Istanbul, Paris, Fayard, 1996, p. 306.

5Les voyageurs occidentaux remarquent, dès le xviie siècle, la polarisation spatiale des populations à Smyrne. Ils écrivent très nettement que les Francs et les Turcs vivent dans des endroits différents, à tel point que la rue Franque a des allures de ville de chrétienté en terre d’Islam. À Constantinople aussi, la population se polarise selon les lieux. Par exemple, au xixe siècle, dans la nouvelle Constantinople de Galata-Péra, un cinquième seulement des habitants est musulman9. Mais Galata-Péra n’est pas exclusivement chrétienne, de même que la vieille ville, Stamboul, n’est pas non plus exclusivement musulmane. Si la polarisation des populations existe, elle est imparfaite dans ces villes.

6Pratiquement tous les plans de Smyrne dressés au xixe siècle la scindent en quartiers homogènes. Ces plans sont trop statiques. Certaines populations sont présentes à Smyrne, sans être jamais nommées. Sur les pourtours de la ville en croissance s’installent des populations pauvres, voire marginalisées, à l’instar de très modestes foyers de Grecs orthodoxes. On trouve aussi des Tsiganes et des Noirs, descendants d’esclaves, appelés « Arabes ». Par ailleurs, de tels plans ignorent d’autres logiques de répartition de la population dans la ville et, à la fin du xixe siècle, de nature sociale et économique qui remettent en cause la mosaïque qui accole un quartier turc à un quartier juif, à un quartier arménien, à un quartier grec orthodoxe et à un quartier franc de front de mer. Dès les années 1870, certains se rendent compte que le zonage ethnique de la ville s’est estompé :

  • 10 Handbook for Travellers in Turkey…, Londres, 1878, p. 260.

« Il n’y a pas de séparation exacte entre quartiers désormais. Le quartier juif est le mieux défini, mais depuis 1864, on note de nombreuses maisons juives à l’extérieur. Le quartier arménien est en bas, entre la route du pont des Caravanes, le quartier turc et les districts grecs ; mais ces riches citoyens occupent désormais de nombreuses maisons parmi les meilleures à travers toute la ville. Il n’y a pas de quartier franc à proprement parler aujourd’hui. Dans la rue Franque, il y a de nombreux établissements européens, mais les Européens comme les Arméniens sont disséminés partout. Les bazars sont situés entre les Turcs et les Juifs, et la fin de la rue Franque. Les Grecs occupent la majeure partie de la ville basse, bornée par les quartiers turc, arménien et juif10. »

  • 11 Annuaire des commerçants de Smyrne et de l’Anatolie, Smyrne, 1893, p. 39.

7À la fin du xixe siècle, rien ne contraint les gens à se séparer. Il existe d’ailleurs des îlots inattendus dans certains quartiers : l’église Saint-Jean des orthodoxes se trouve dans le quartier turc. Cette paroisse orthodoxe dans le quartier musulman est le témoin des déplacements des quartiers non musulmans pendant l’histoire ottomane de la ville. Depuis la loi de Sefer 1284-juin 1867, l’Empire ottoman connaît le régime de propriété privée pour tous, y compris les ressortissants étrangers. Terres et biens immobiliers, hormis les biens des vakıfs, sont désormais librement négociables. La loi du marché s’installe ainsi. Mais les biens immobiliers des différentes communautés sont enregistrés auprès d’administrations séparées11. L’administration municipale ne considère pas qu’il existe un unique public ottoman à servir par une seule administration. Elle conserve une vision très claire de la disparité des richesses, selon les communautés. Gâvur İzmir est aussi une réalité foncière.

L’ancien quartier franc

  • 12 Phalbos Ph., Le Quartier franc de Smyrne, Athènes, ES, 1961. Cf. chap. IV, « Le levantinisme », p. (...)
  • 13 Krumbacher, op. cit., p. 272.

8Le quartier européen de Smyrne est l’héritier de la rue franque du xviie siècle, qui longeait le rivage et où résidaient les marchands européens expatriés, ainsi que les catholiques latins de la région, en particulier de l’Archipel, qui se joignaient à leurs activités. Les maisons, frenkhane, donnaient directement sur le golfe et permettent le chargement et déchargement de marchandises, ainsi que leur stockage immédiat. Néanmoins, ce quartier ne peut avoir été habité que par des Européens, qui étaient si peu nombreux, au plus quelques milliers de personnes. Nombre des habitants du quartier sont en fait des autochtones, ralliés à l’Occident12. Des orthodoxes, des Arméniens et des juifs participent à cet Occident idéal, imaginé par ces Ottomans à la fin du xixe siècle. Une de leurs habitudes est de se promener sur les quais en parlant français, entretenant une image de la ville dont la conformité à la réalité est remise en cause par certains voyageurs13. Le quartier franc cache au regard une grécisation, plus générale encore, des chrétiens de toutes confessions.

Le quartier arménien

  • 14 Handbook for…, op. cit., p. 262.

9Au xixe siècle, le quartier se retrouve en position centrale grâce à la croissance urbaine vers le nord. À la faveur d’un incendie en 1845, le quartier est reconstruit de façon planifiée. Il est ainsi un des premiers à avoir un aspect moderne. Dans ce quartier, les rues sont tirées au cordeau entre deux axes qui relient la ville à l’extérieur. Selon Câna Bilsel, l’État aurait joué un rôle en envoyant des architectes pour procéder à la reconstruction du quartier arménien suivant des critères urbanistiques modernes. Ainsi a-t-on veillé à supprimer les impasses, à respecter un écartement minimal entre les bâtiments. Il se peut, comme le suppose aussi Câna Bilsel, que la famille des architectes Balian, au service du sultan, ait pris l’initiative de cette reconstruction planifiée. Elle mentionne par ailleurs que les Arméniens de Smyrne avaient la possibilité de lever des fonds en Europe pour rebâtir leur quartier. La présence d’une population européenne au sein de la ville aurait-elle favorisé la reconstruction ? Dès lors, dans quelle mesure l’État est-il réellement intervenu ? Notons que les sources arméniennes consultées ne mentionnent jamais l’intervention de l’État. L’attachement des Arméniens à ce quartier, symbole de leur modernité, est en revanche bien sensible. Une modernité d’autant plus affichée que la description des quartiers voisins, turc et juif, est tout à l’avantage des Arméniens14.

  • 15 Cette réalité est en opposition avec le paysage urbain en Turquie actuelle. La plus extrême discré (...)

10Les institutions arméniennes apostoliques y sont concentrées. L’école catholique des pères mékhitaristes en est proche, ainsi que les établissements scolaires protestants nord-américains, qui recrutent surtout parmi les Arméniens. L’ensemble des Arméniens peut ainsi s’identifier à ce territoire urbain. Le quartier arménien est vu comme tel par tous. Il y a un consensus citadin sur la place des uns et des autres dans le tissu urbain. Ainsi, toutes les langues de Smyrne désignent, en parallèle, de la même façon ce quartier. L’usage toponymique inscrit ainsi la diversité des groupes dans le territoire urbain. Le marquage de la ville par les Arméniens est notable au-delà du quartier arménien lui-même. La construction d’un immeuble ou d’un passage permet de donner son nom ; ainsi trouve-t-on sur les plans un passage Bakırdjian ou encore Kouyoumdjian. La puissance économique de certains Arméniens et de la région fait que ce groupe est finalement plus présent dans l’espace de la ville que sa taille réduite ne le laisserait attendre. Il s’agit d’une présence connue de tous15.

Le quartier juif

  • 16 Handbook for…, op. cit., p. 263.
  • 17 Gelzer H., Geistliches und Weltliches aus dem Türkisch-Griechischen Orient, Leipzig, 1900, p. 242.

11Le quartier juif se signale par ses synagogues ainsi que par ses bains rituels. Il est situé à proximité des anciens quartiers commerçants. Les observateurs font une présentation peu élogieuse de ce quartier. Pour un voyageur anglais, « les rues et les maisons sont sales16. » Quant à un voyageur allemand, qui par ailleurs est plutôt bien intentionné vis-à-vis des « juifs espagnols » de l’Empire ottoman, il déclare : « Comme les autres populations, les Juifs possèdent aussi leur quartier séparé, qui ne se distingue pas par sa grande propreté. Les maladies contagieuses dans la ville doivent avoir, d’après les assurances des autorités, toujours leur foyer d’origine dans le quartier juif17. »

  • 18 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 43, du CGF, F. Rougon, à La Boulinière, ChF, le 6.IX.93, « Situation (...)

12La situation est confirmée par les dépêches françaises lors d’une épidémie de choléra en 189318. La vivacité de l’épidémie et la misère du quartier sont corrélées. Les autorités sanitaires le désignent comme nid de contagion récurrente. Il est en marge du processus de modernisation de la ville. La seule solution est l’évacuation, au moins temporaire, des habitants. Le vali réunit une commission pour organiser des secours. Les juifs figurent parmi les tout premiers bénéficiaires, ce qui, au regard de leur nombre à Smyrne, révèle clairement leur misère économique collective. Lors de cette épidémie, le trajet des juifs qui partent révèle leurs réseaux de connaissances. Les plus aisés peuvent sortir de Smyrne grâce à leur famille élargie, qui s’étend jusqu’à Magnésie et Aydın.

L’Izmir turque et musulmane

  • 19 Handbook for…, op. cit., p. 263.

13Il s’agit surtout d’un quartier d’habitation en retrait du rivage, sur les pentes du mont Pagos. Il est proche des bazars, lieux d’économie commerciale traditionnelle. Le plan du quartier se distingue par ses nombreuses impasses. Un voyageur bienveillant peut le décrire ainsi : « Beaucoup de ces rues sont très pittoresques et offrent des images intéressantes19. » Le quartier semble à l’écart de l’activité économique et des grandes transformations urbaines du xixe siècle. Sa prétendue léthargie est peut-être exagérée par la plupart des sources non-musulmanes. Un diplomate allemand tempère cette impression, en s’intéressant aux muhacirs :

  • 20 DJB-53 742, Rapports annuels du consulat impérial de Smyrne et de l’agence consulaire de Pergame, (...)

« [Smyrne] a connu une immigration particulièrement importante de Tatares de Bulgarie. Environ 50 000 de ces derniers se sont installés ici et ont construit tout un nouveau quartier. Tout comme ils ont transformé les pentes presque nues du mont de la forteresse, par leur activité, en oliveraies et en vignes, ils sont appréciés dans d’autres domaines, pour être de diligents ouvriers ; ils constituent pour cette raison un accroissement précieux de notre population, qui devrait bientôt parvenir à une certaine aisance20. »

14Pourtant, l’histoire de la région affecte ce quartier. Il n’est pas hors du temps. De surcroît, la Smyrne administrative ottomane le prolonge. La prison, la caserne proche du konak et la municipalité, rue Karfiadika, s’y trouvent. Le quartier turc est devenu un pôle de modernité étatique, sinon sociale. Les mosquées de Smyrne sont plus rares et plus discrètes qu’à Constantinople. Il n’y a pas de mosquée impressionnante comparable aux mosquées impériales, Aya Sofya ou Sultanahmet.

Les quais

  • 21 Georgiadès D., Smyrne et l’Asie Mineure au point de vue économique et commercial, Paris, 1885. Cf. (...)
  • 22 Anastassiadou, op. cit., p. 142 et suiv.
  • 23 Georgiadès, La Turquie actuelle…, op. cit., cf. « Les ports et les quais de Smyrne », p. 331- 366.

15Les travaux de construction des quais débutent en 1868 et sont achevés en 1876-187721. Leur construction est une date charnière. Smyrne se trouve ainsi intégrée plus étroitement à l’économie mondiale en permettant l’accostage d’un nombre supérieur de navires en toute sécurité, grâce aux digues de protection. Cet aménagement renforce son avance sur Salonique22. Il achève l’occidentalisation de la baie23. Il s’agit d’une grande opération de rationalisation, car elle va mettre fin au transbordement des marchandises par caïques et mahonnes.

  • 24 Georgiadès expose dans le détail ces péripéties du déploiement capitaliste occidental.
  • 25 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 163, du CGF, Pellissier, à Tissot, AF, le 7.I.81, « Nouvelles locale (...)

16Le projet naît sur l’initiative de capitalistes britanniques qui obtiennent une concession de la part du gouvernement ottoman en 1867. Ces intérêts britanniques ont recours à une entreprise de travaux publics marseillaise, Dussaud Frères. Cette société va non seulement construire l’ouvrage mais ensuite exploiter la Société des quais, après retrait des intérêts britanniques. Il s’agit d’une entreprise expérimentée dans ce genre de projets. Elle peut se prévaloir de la construction de jetées dans les plus grands ports méditerranéens de la fin du xixe siècle. Elle est notamment partie prenante dans la construction des jetées de Port-Saïd, au débouché du canal de Suez, au début des années 1860. La construction des quais introduit un élément de nouvelle homogénéité dans l’espace méditerranéen. Smyrne est techniquement et même architecturalement mise en réseau. La société des frères Dussaud modernise également la rade d’Ayvalık, au nord de Smyrne. L’entreprise est menée à bien, malgré les nombreuses pressions de particuliers, des consulats occidentaux, en particulier français et anglais, ainsi que des retournements de soutien à Constantinople au sein de l’État ottoman24. On voit que les représentants des puissances sont très soucieux de veiller à la préservation des intérêts de leurs sociétés privées25. À cette échelle, la concurrence entre expansionnismes britannique et français est vive, même si elle prend des formes moins manifestes que dans les pays directement soumis à la domination coloniale.

  • 26 AMAEF-AT-CES-1881-1884, dp n° 234, du CGF, Pellissier à Tissot, AF, le 13.II.82, « Au sujet de la (...)

17Le quai part du konak, au sud-ouest, pour ensuite remonter jusqu’à la pointe, au nord-est. Il est long de 4 km environ. Cette jetée est l’image entre toutes que les habitants de la ville aiment donner. C’est celle qui figure sur la majeure partie des cartes postales. C’est une icône de la modernité locale : « Les travaux de MM. Dussaud [...] ont déjà porté leurs fruits et [...] auront, en outre, le mérite d’avoir été, au grand profit de l’hygiène, le point de départ d’une ère de régénération qui ne peut que s’accentuer de plus en plus dans une ville appelée à un immense développement commercial et dont la richesse et la population cosmopolite s’accroissent chaque jour davantage26. »

  • 27 Jancard P., L’Anatolie, Paris, 1919, p. 21.

18Cet aménagement permet aussi une opération immobilière d’envergure. La côte est avancée. Sur les terrains gagnés sur la mer, on construit un nouveau quartier. L’espace urbain créé brasse la population smyrniote aisée, dans un cadre à l’occidentale. De nombreux Grecs, des Levantins, des Arméniens et des juifs s’y installent ; mais rien n’interdit à des musulmans, commerçants ou fonctionnaires ottomans de venir y loger. Il s’y concentre de nouveaux lieux importants comme le théâtre de Smyrne, l’hôtel Kræmer ou les très nombreux cafés-terrasses. Habiter ce nouveau quartier, c’est rejoindre une vie à l’européenne : « Des cafés, des clubs, des cinémas occupent les abords du port fermé27. » Les quais sont également le lieu de concentration des banques, puis des institutions exerçant la tutelle économique occidentale sur l’Empire comme la Régie des tabacs ou l’Administration de la dette publique ottomane. Les quais deviennent aussi une artère de circulation. Ils forment une nouvelle voie carrossable, sur laquelle on installe une ligne de tramway hippotracté.

LES FONCTIONS URBAINES

  • 28 Phalbos Ph., « Les bezestens et les hans à Smyrne », p. 130-195, MCh, t. IX, 1961, p. 146 (gr.).

19La ville ottomane traditionnelle sépare les fonctions urbaines. Alors que les fonctions commerciales sont centrales, l’habitat peut être plus excentré. Certaines activités sont rassemblées dans certaines rues, qui tirent leur nom de l’activité qui y est exercée. Le nom de la rue Karfiadika, évoquée plus haut, indique qu’on y fabrique et que l’on y vend des clous. De nombreuses rues commerçantes et artisanales, proches des bazars, portent de tels noms transparents. Les fonctions d’échange sont la raison d’être de Smyrne. Dans le tissu urbain lui-même, les échanges façonnent des lieux où s’effectue le commerce de détail ou de gros. Plusieurs schémas de consommation et d’échange se superposent à Smyrne. Une consommation vivrière, une consommation de biens traditionnels et une consommation, sûrement plus réduite en volume, mais pas en valeur, de type moderne, dont les modèles sont importés d’Europe occidentale. On peut aussi tracer un axe commercial principal, qui traverse Smyrne du nord, franc et chrétien indigène, au centre commercial traditionnel plus au sud, plus proche de la zone turque et du quartier juif. Cet axe suit les voies suivantes : « Trassa, rue centrale du quartier Fasula, rue Franque, rue des Verreries, bezestens, château Saint-Pierre et çarşıs28 ». Ce qui apparaît aujourd’hui comme des mondes différents était en fait en continuité dans le tissu urbain.

  • 29 Phalbos, art. cit. Il est possible que l’auteur ait une certaine complaisance à décrire ces rappor (...)
  • 30 Ersoy B., Les Hans d’Izmir, Ankara, 1991 (tu.).

20Le tissu commercial de Smyrne est composé de lieux dont la typologie est complexe, d’autant que le passage du temps peut changer le sens des termes. Des bezestens, ou marchés couverts au sein de bâtiments construits à cet effet, des çarşıs, ou marchés dans une rue légèrement couverte, des bazars ou marchés de plein air, des hans, auberges où commerçants et voyageurs, animaux et marchandises pouvaient être logés pour quelques jours, mais dont le rez-de-chaussée, organisé autour d’une cour intérieure, peut faire fonction de place de commerce, composent le paysage commercial de Smyrne. Le han est en fait un lieu de fonction variable. Du caravansérail, cher aux orientalistes, à l’hôtel meublé bon marché pour familles impécunieuses, à l’immeuble de bureaux et magasins où des rédactions, voire des imprimeries, de journaux peuvent trouver à se loger, le han remplit de très nombreuses fonctions. L’espace commercial et professionnel est un lieu partagé. Les bezestens sont un lieu où cohabitent des hommes de différents groupes. Mais il s’agit aussi d’un lieu mixte, car les femmes viennent y faire des emplettes. Les diverses formes de bazar sont « aux mains » des Grecs, selon la formule consacrée par les contemporains, mais le petit personnel est musulman29. Le cœur de la Smyrne dite orientale est investi par les non-musulmans. L’ambiance quotidienne est toujours marquée par le fait turc ; les cris des vendeurs, qui proposent rafraîchissements ou boissons chaudes, sont proférés en turc. C’est la langue des affaires dans cette partie de la ville. Tapis, tissus, soieries, pierres et métaux précieux, produits agricoles convergent vers les entrepôts de Smyrne, où les marchandises sont stockées et échangées30.

  • 31 Annuaire oriental, 1883, p. 588, et Mikhaïl G. N., Guide grec, Athènes, 1920 (gr.).

21Parallèlement à cet héritage vivace, les magasins de la rue Franque font se rencontrer l’offre et la demande de produits et services importés ou inspirés de l’Occident. Cela est attesté par les boutiques de chapeliers, de bottiers et de photographes. La grande majorité des compagnies de navigation vapeur ou les compagnies d’assurances y sont représentées. Cet aspect de la consommation est particulièrement visible dans les annuaires commerciaux, car c’est cette Smyrne-là qui s’empresse d’adopter les formes de publicité à l’occidentale, et tente d’intéresser aussi une clientèle de passage ainsi que des firmes européennes à la recherche de partenaires. On peut suivre, par exemple, le développement des photographes de 1883 à 192031. La rubrique passe de quatre à dix-neuf noms. Aucun nom musulman n’est jamais mentionné. La relative technicité de l’activité et l’investissement nécessaire barrent l’accès de la profession aux Turcs. L’activité qui prend son essor dans la rue Franque et auprès du Casino européen diffuse quelque peu aux alentours : rue des Roses, rue Basmahane, rue Galazio, où quatre Arméniens ont ouvert un commerce de ce type en 1920. Dans la Smyrne du début des années 1920, on trouve des noms de commerçants musulmans possédant leur boutique dans la rue Franque. Une frange de la population turque accompagne les changements sociaux et économiques dus à l’interaction avec l’Occident.

La présence impériale à Smyrne

22Il importe au pouvoir ottoman de s’afficher dans l’espace, alors que la population non musulmane est majoritaire, dans une période de déclin international, où la souveraineté de l’Empire est menacée de part et d’autre des frontières par l’avancée de la Russie à l’est et la création d’États chrétiens balkaniques. Le konak est un grand bâtiment néoclassique. L’importance de ce centre administratif est comme symboliquement reconnue dans l’espace par l’Allemagne impériale, puissance à la croissance économique et politique rapide, qui fait cadeau d’une horloge mauresque au vilayet, en 1901. Cette horloge indique l’heure à l’européenne et fait face au konak. Elle évoque l’autre présent allemand à l’Empire, la fontaine monumentale, sur la place de l’Hippodrome à Constantinople. Elle rappelle l’existence des Alliés potentiels de l’Empire.

23Les casernes manifestent la force militaire de l’État. Smyrne est le lieu d’embarquement des troupes anatoliennes pour les théâtres d’opérations balkaniques. Les casernes sont un gage de l’appartenance de cette ville et de cette région à l’Empire. Des bâtiments de la rue Beyler sokağı abritent l’administration militaire, qui gère la conscription des chrétiens pendant la Première Guerre mondiale. Un lieu du pouvoir ottoman, honni par la population chrétienne, depuis l’établissement par les Jeunes- Turcs de la conscription pour les non-musulmans, qui signifie l’enrôlement dans des bataillons de travaux forcés, les amele taburu. Les karakols de la ville, c’est-à-dire les postes de police, sont disséminés dans la ville et ce sont eux qui symbolisent et appliquent le pouvoir ottoman. Même si l’entrée dans des domiciles non musulmans ne peut, théoriquement, avoir lieu qu’en présence du muhtar chrétien du quartier, le pouvoir de la police ottomane demeure un objet de crainte pour tous les habitants. Les Annuaires orientaux évitent de mentionner ces postes de police dans le tissu urbain, comme si ce service n’avait qu’une importance secondaire pour les utilisateurs.

Symbolique du territoire urbain

  • 32 Mantran, L’Expansion musulmane, viie-xie siècles, Paris, PUF, 1969 et 1991, p. 264 : « Jamais les (...)
  • 33 Tamdoğan-Abel, op. cit., p. 15 : « [..] il est apparu que les quartiers ne correspondaient pas de (...)
  • 34 Galland A., Le Voyage à Smyrne, Paris, Chandeigne, 2000.

24La ségrégation en quartiers homogènes et cloisonnés a été un idéal civilisationnel musulman de la première époque de l’expansion arabe32. Certains chercheurs questionnent cette vision anhistorique de la répartition des habitants dans les tissus urbains du monde musulman33. Pourtant, on trouve encore à la fin du xixe siècle des éléments qui soulignent une polarisation, sinon séparation, des groupes en ville, en particulier dans le vieux centre, celui qui était déjà bâti vers 1840. Ces éléments indiquent une continuité avec la description, donnée par Antoine Galland en 1678, d’une ville nettement séparée en communautés : « [Les maisons] sont divisées en treize mahallés ou quartiers, dont il y en a onze où il ne demeure que des Turcs. Les Grecs, les Arméniens et les Juifs en occupent trois, et les Francs un qui s’appellent Kassab Kedir34. »

25Vivre entre soi, c’est pouvoir profiter de l’offre de sa communauté, en termes religieux, sociaux, voire sémantiques : l’éducation, la santé, l’assistance sociale, l’organisation politique, les activités associatives de toutes sortes, notamment après 1908. Plus l’offre est riche et plus l’attrait du quartier sur les membres de la communauté est fort. Autre intérêt du quartier homogène, il permet de protéger les femmes des ardeurs des hommes de l’extérieur. Les familles trouvent important de marier leurs enfants dans leur propre groupe. L’endogamie est ressentie comme une nécessité vitale par les non-musulmans. Il est nécessaire de conserver les femmes de son groupe. La crispation est d’autant plus forte que tous les groupes ne sont pas à égalité juridique ; en effet, les hommes musulmans peuvent épouser des non-musulmanes, alors que l’inverse est impensable. Le groupe musulman ne donne pas de femmes aux autres, alors qu’il peut en prendre. Il est donc menaçant. Le contrôle social est accru dans le quartier homogène. Il permet de protéger l’homogénéité future du groupe. En particulier, la nuit, les femmes n’ont pas à traîner dans d’autres quartiers. La nuit, la séparation entre communautés est plus nette que le jour. La Smyrne diurne, bariolée et mélangée, s’oppose à la Smyrne nocturne, plus compartimentée.

  • 35 L’organisation en millets de la population ottomane n’est pas un invariant dans l’histoire de cet (...)
  • 36 Kontoyannis P., La Grécité des vilayets de Brousse et de Smyrne, Athènes, ADLU, 1919, p. 86 (gr.).
  • 37 Solomônidis Ch., L’Église à Smyrne, Athènes, 1960 (gr.). Les exemples sont très nombreux dans les (...)

26Au cours du xixe siècle, les différentes communautés se trouvent prises dans une dynamique d’affirmation identitaire, qui se traduit dans la cité. La formalisation du système des millets, à la faveur des décrets de réformes, puis la publication de règlements organisationnels des millets entraînent une même structuration politique à travers l’Empire des populations des différents millets35. Il faut institutionnaliser sa présence dans la ville. L’effort scolaire, sanitaire, culturel est de plus en plus voyant. La majeure partie de ces nouveaux bâtiments se trouve dans les quartiers ethniques classiques. L’observateur de la cité perçoit des logiques de conquête douce de l’espace urbain. Il s’agit pour tous d’être visibles. De s’affirmer présents auprès de bâtiments importants, que l’on entend concurrencer, comme les consulats européens à Smyrne, le konak ou même la mosquée ailleurs : « Ils construisirent, près de la mosquée et du konak ces deux fortins nationaux : l’église et l’école36. » L’affirmation des diverses communautés, au sein du système des millets trouve son expression la plus marquante dans la multiplication des lieux de culte monumentaux, en particulier chez les chrétiens depuis la fin du xixe siècle37.

27Même au niveau de bâtiments aussi symboliques que les églises ou les écoles, la croissance urbaine entraîne des relocalisations hors du quartier premier. Par exemple, l’École américaine se trouve à Paradis-Kızılcullu, en retrait de la ville, vers l’ouest. Si l’ancienne École évangélique se trouvait à côté des bezestens, dans le centre-ville ancien, relativement proche des quartiers juif et turc, les nouveaux bâtiments de cet établissement se trouvent plus à l’intérieur de la ville, dans des zones orthodoxes, mais dans des quartiers plus récents, situés plus au nord. Si le développement joue contre les répartitions tranchées des institutions communautaires, les traces d’un passé plus complexe n’ont jamais été complètement effacées non plus, comme le montre l’exemple de la paroisse orthodoxe Saint-Jean au sein du quartier turc. Dans les nouveaux quartiers ou banlieues de Smyrne, on peut trouver plusieurs bâtiments récents de diverses religions dans un périmètre réduit, alors qu’à Smyrne même, les bâtiments sont le plus souvent localisés dans leur quartier éponyme. De centraux d’un point de vue topographique, ces bâtiments deviennent de simples ajouts, dans les nouveaux lieux de concentration de la population.

  • 38 A contrario, l’affichage public, privé ou officiel, est aujourd’hui unilingue à Istanbul ou en Thr (...)

28L’affichage commercial courant est principalement en français, en italien, en grec, et éventuellement en arménien ou en turc ottoman. L’espace des rues à Smyrne est saturé par une multitude de systèmes de signes et d’alphabets différents. L’observateur occidental en est souvent décontenancé, mais il s’agit d’un phénomène habituel pour les habitants de cette région du monde, encore observable, dans une certaine mesure, à Beyrouth ou à Alep38. Les habitants de ces régions sont conscients de la multitude des langues dans leur espace quotidien, beaucoup sont plurilingues, quoique les compétences liées à l’écrit dans plusieurs langues soient sûrement plus rares. L’affichage plurilingue ne remplit donc pas uniquement une fonction indicative, mais sert aussi à marquer l’identité du propriétaire, concourt à une stratégie de séduction envers la clientèle, qui doit se sentir flattée d’être retenue, digne de se voir ainsi adresser une inscription, visible par tous, en sa langue propre. L’affichage commercial légitime la présence de divers groupes dans l’espace urbain. Il semble néanmoins, d’après la plupart des photographies de Smyrne, que les affiches commerciales en grec soient les plus nombreuses. La langue grecque marque le territoire, en dehors du quartier turc.

Notes

1 Georgiadès D., La Turquie actuelle, les peuples affranchis du joug ottoman et les intérêts français en Orient, Paris, 1892. Cf. chap. xxi, « Les ports et les quais de Smyrne », p. 331-366.

2 Presque tous les récits de voyage, en toutes langues, commencent par une description de ce panorama, pratiquement à toutes les époques. La construction des quais renforce encore l’éloge. Voir par exemple : Reynaud C., D’Athènes à Baalbeck, Paris, 1846, p. 49 ; Eudel P., Constantinople, Smyrne et Athènes. Journal de voyage, illustrations de Frédéric Régamey et A. Giraldon, Paris, 1885, p. 299 ; Marison F., O’er the Oceans and Continents with the Setting Sun, Chicago, 1909, ou Stark K. B., Nach dem Griechischen Orient, Reisestudien, Heidelberg, 1874, p. 181.

3 On trouve quelques voix discordantes parmi ces récits. Ainsi Reinach J. dans son Voyage en Orient, Paris, 1879, écrit : « La perle d’Orient, disaient les poètes et répètent aujourd’hui les rédacteurs d’itinéraires. J’ai le regret de ne pouvoir me joindre en conscience à ce chorus d’admirateurs. »

4 Krumbacher, op. cit., p. 248.

5 Ibid., p. 249.

6 Kontoyannis, op. cit., p. 335. Sur 40 000 habitants, les Turcs sont 25 000, les Grecs 10 000, les juifs 1 500, les Arméniens 300 et les Levantins et Européens 1 000.

7 Krumbacher, op. cit., p. 253 : « Au contraire de Smyrne, c’est l’élément turc qui domine dans la majeure partie de la ville ; les quartiers juif, arménien et grec sont situés à l’écart des principales artères de communication. »

8 DJB-6 715, Rapports commerciaux annuels du consulat impérial de Smyrne, t. IV, I.08-II.14, de Smyrne, le 18.XI.09, par le consul Mordtmann au chancelier impérial, von Bethmann-Hollweg.

9 Mantran R., Histoire d’Istanbul, Paris, Fayard, 1996, p. 306.

10 Handbook for Travellers in Turkey…, Londres, 1878, p. 260.

11 Annuaire des commerçants de Smyrne et de l’Anatolie, Smyrne, 1893, p. 39.

12 Phalbos Ph., Le Quartier franc de Smyrne, Athènes, ES, 1961. Cf. chap. IV, « Le levantinisme », p. 216-247 (gr.).

13 Krumbacher, op. cit., p. 272.

14 Handbook for…, op. cit., p. 262.

15 Cette réalité est en opposition avec le paysage urbain en Turquie actuelle. La plus extrême discrétion est de rigueur pour les non-musulmans.

16 Handbook for…, op. cit., p. 263.

17 Gelzer H., Geistliches und Weltliches aus dem Türkisch-Griechischen Orient, Leipzig, 1900, p. 242.

18 AMAEF-AT-CES-1891-1896, dp n° 43, du CGF, F. Rougon, à La Boulinière, ChF, le 6.IX.93, « Situation sanitaire de Smyrne ; nouvelles mesures prises contre l’épidémie cholérique ; souscription publique en faveur des malheureux ; stagnation continue des affaires commerciales ».

19 Handbook for…, op. cit., p. 263.

20 DJB-53 742, Rapports annuels du consulat impérial de Smyrne et de l’agence consulaire de Pergame, t. II, de novembre 1887 à fin 1889, f. n° 3, Smyrne, le 28.VIII.87, « Rapport sur la navigation et le mouvement commercial de l’année 1886 ».

21 Georgiadès D., Smyrne et l’Asie Mineure au point de vue économique et commercial, Paris, 1885. Cf. « L’établissement des quais et des droits de quai à Smyrne », p. 154-163, ainsi que « Annexes au tarif des droits de quai de la ville de Smyrne (19.VII.83) », p. 174-177.

22 Anastassiadou, op. cit., p. 142 et suiv.

23 Georgiadès, La Turquie actuelle…, op. cit., cf. « Les ports et les quais de Smyrne », p. 331- 366.

24 Georgiadès expose dans le détail ces péripéties du déploiement capitaliste occidental.

25 AMAEF-AT-CES-1878-1881, dp n° 163, du CGF, Pellissier, à Tissot, AF, le 7.I.81, « Nouvelles locales ».

26 AMAEF-AT-CES-1881-1884, dp n° 234, du CGF, Pellissier à Tissot, AF, le 13.II.82, « Au sujet de la vente de l’entreprise des quais de Smyrne ».

27 Jancard P., L’Anatolie, Paris, 1919, p. 21.

28 Phalbos Ph., « Les bezestens et les hans à Smyrne », p. 130-195, MCh, t. IX, 1961, p. 146 (gr.).

29 Phalbos, art. cit. Il est possible que l’auteur ait une certaine complaisance à décrire ces rapports sociaux. (gr.)

30 Ersoy B., Les Hans d’Izmir, Ankara, 1991 (tu.).

31 Annuaire oriental, 1883, p. 588, et Mikhaïl G. N., Guide grec, Athènes, 1920 (gr.).

32 Mantran, L’Expansion musulmane, viie-xie siècles, Paris, PUF, 1969 et 1991, p. 264 : « Jamais les musulmans ne laissèrent ignorer aux dhimmî qu’ils étaient de condition inférieure au sein de la société musulmane […] Le mépris des musulmans pour les dhimmî ne fut pas étranger à la ségrégation dans les villes, où chaque groupe religieux occupait son quartier. »

33 Tamdoğan-Abel, op. cit., p. 15 : « [..] il est apparu que les quartiers ne correspondaient pas de manière univoque à des communautés religieuses ou à des séparations claniques, et que dans leur agir les quartiers d’Adana ne jouaient pas comme des groupes ou des communautés homogènes. »

34 Galland A., Le Voyage à Smyrne, Paris, Chandeigne, 2000.

35 L’organisation en millets de la population ottomane n’est pas un invariant dans l’histoire de cet Empire. Cf. Braude B., « Foundation Myths of the Millet System », p. 69-88, in Braude B. et Lewis B., Christian and Jews in the Ottoman Empire, t. I, The Central Lands, 1982 ; Valensi L., « La tour de Babel : groupes et relations ethniques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », p. 817-838, Annales ESC, VII-VIII.86, n° 4.

36 Kontoyannis P., La Grécité des vilayets de Brousse et de Smyrne, Athènes, ADLU, 1919, p. 86 (gr.).

37 Solomônidis Ch., L’Église à Smyrne, Athènes, 1960 (gr.). Les exemples sont très nombreux dans les nouveaux quartiers chrétiens du nord-est de Smyrne.

38 A contrario, l’affichage public, privé ou officiel, est aujourd’hui unilingue à Istanbul ou en Thrace grecque.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search