Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Introduction

Texte intégral

1Smyrne (Izmir), la perle de l’Égée, fascine par son aspect humain chatoyant. Tous les groupes humains des Balkans et du Proche-Orient semblent s’y être côtoyés. On aimerait voir le xixe siècle levantin préfigurer le multiculturalisme moderne tant à la mode. La diversité humaine de la fin de l’Empire ottoman, à teinte dominante grecque orthodoxe toutefois, dans cette ville qui est ottomane depuis 1424-1425 est le fruit d’une histoire complexe, sans synchronie avec les histoires nationales d’Europe occidentale. Ce livre se propose de dépasser la prétendue patine Belle Époque, en étudiant d’un point de vue historique et de façon thématique la vie sociale dans la Smyrne ottomane. Il reprend l’essentiel de la thèse d’histoire, que nous avons soutenue en novembre 2002, à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

2Dans une première partie, nous présentons l’histoire de Smyrne et de sa région pour mettre en valeur l’enchevêtrement, toujours renouvelé, des populations dans cet espace. Ces processus n’ont pas été pacifiques, mais, à la fin du xixe siècle, Smyrne est une des villes les plus sûres de l’Empire et un exemple d’une modernité différente de celle de l’Europe occidentale, intégrant des populations diverses qui entendent bien le rester. Pour cerner les discours idéologiques manifestes qui agissent sur ces populations, la deuxième partie est consacrée à l’étude de certaines écoles. Celle-ci amène à mettre en doute la pérennité de la ville-échelle, ne serait-ce que dans les esprits. La troisième partie est dédiée à un ensemble d’activités hors des temps de travail : les fêtes, les réjouissances, l’émergence d’une vie de l’individu. Nous nous demandons comment ces phénomènes interagissent avec la multiplicité des populations, et si ces pratiques sont affectées par les discours qui contribuent à la divergence des histoires des groupes sur place. Puis, après ce temps festif, nous consacrons la quatrième partie à la vie politique des Smyrniotes et laissons entrevoir un modus vivendi ottoman de plus en plus remis en cause par tous les acteurs en place, quelle qu’ait été la relative douceur de vivre de ces rivages. Une cinquième partie est bien sûr dédiée à la fin de Smyrne.

3Alors que le propos couvre la période hamidienne de la fin des années 1870 et se termine à la veille de la Première Guerre mondiale pour la vie politique à Smyrne, nous nous sommes autorisé à dépasser cette date dans les chapitres traitant plus précisément de la vie sociale. Les phénomènes de cette nature ne changent pas radicalement du jour au lendemain. Les différentes sphères des activités humaines obéissent à des temporalités différentes. Des pratiques sociales légèrement plus tardives que 1914 peuvent révéler des faits culturels plus anciens.

4Il est ambitieux de vouloir accorder la même attention à tous les groupes smyrniotes, ainsi qu’à toutes les sources produites dans les nombreuses langues locales : turc ottoman, grec, arménien, judéo-espagnol pour ne citer que les principales. Ce projet dépasse vraisemblablement les capacités d’un seul chercheur. Nous avons néanmoins évité la spécialisation centrée sur une communauté qui aurait été ainsi mise en exergue et intronisée subrepticement sujet clef de cette histoire urbaine. Les Grecs, les juifs ou les Arméniens sont souvent pris comme objets uniques, car ils sont les sujets de l’Histoire pour certains auteurs. Nous traitons, bien sûr, de façon plus fouillée le cas des Grecs orthodoxes et des Arméniens apostoliques que celui des autres communautés. Malgré notre idéal d’exhaustivité, ces deux communautés sont mieux représentées ici. Mais elles ont déjà de nombreux points de divergence. Leurs discours, le plus souvent si parallèlement ethno-centrés, nous ramènent constamment à la pluralité de la cité. Nos connaissances linguistiques ne nous permettent pas d’utiliser les sources turques ottomanes. Néanmoins, les archives des kadıs de Smyrne ont brûlé en 1922. Or il s’agit de sources très prisées de l’histoire sociale ottomane. Par ailleurs, l’historiographie turque a recours, elle aussi, et largement, à des sources occidentales pour parler de Smyrne-Izmir. La consultation d’ouvrages turcs modernes prépare bien des surprises, à cet égard, en notes de bas de page. Ces lacunes sont à relativiser, dans la mesure où la population de la ville est majoritairement non turque. Nous nous sommes tenu, dans le corps du texte, à des transcriptions simples du grec moderne et de l’arménien occidental. Nous avons utilisé les graphies modernes pour le turc. Il n’y a pas de norme linguistique unique dans la cité étudiée. L’homogénéité des termes, que nous avons recherchée – surtout au niveau des ethnonymes et toponymes –, n’a pas à être totale.

  • 1 Les sources arméniennes sont systématiquement ignorées, même par les auteurs d’ouvrages récents. I (...)
  • 2 Georgelin H., « La fin de la société ottomane polyethnique dans les récits en grec », Études balka (...)
  • 3 AMAEF, dossier personnel, 2e série, n° 46, Paul Blanc.
  • 4 Par exemple, ce consul se passionne réellement pour les déboires des pouvoirs publics ottomans fac (...)
  • 5 Said E., Orientalism, New York, 1979 (2e éd.).

5Si nous avons écrit un ouvrage sur cette ville, c’est que nous avons pu utiliser des sources peu citées et peu croisées. Des fonds diplomatiques allemands, autrichiens, français, britanniques, grecs et arméniens ont été étudiés1. Il est bien sûr indispensable de travailler à partir de sources produites par les acteurs historiques, les habitants de Smyrne et des environs de la fin de l’Empire ottoman. Nous utilisons aussi des récits, souvent rédigés en grec, écrits par d’anciens habitants de Smyrne, qu’ils soient Grecs ou Arméniens2. Nous avons également travaillé aux archives de la tradition orale du Centre d’études d’Asie Mineure d’Athènes, où sont consignés de nombreux dossiers sur la région de Smyrne, réunissant des informations collectées auprès des réfugiés d’Asie Mineure de toutes catégories sociales. La distinction entre source externe et source interne au milieu smyrniote est une simplification utile, mais elle peut se révéler fallacieuse. Comment classer un consul français comme Paul Blanc, qui demeure en poste plusieurs années et passe toute sa vie dans l’Empire ottoman, occupant des fonctions à Alexandrie, Constantinople et Andrinople, et surtout dirige pendant dix-sept ans le consulat de France en Crète en pleine crise de l’Henôsis3 ? Sa première femme est la fille d’une famille catholique importante de Constantinople. Après son divorce, il se remarie avec Érasmie Lyghoumès, fille d’un ingénieur grec au service du khédive. Lui-même parle le grec moderne. En tant que diplomate français, il a la fibre du service de l’État et n’est pas en poste pour contribuer à détruire l’Empire. La politique de la France en Crète, soucieuse de la protection des musulmans, en est une preuve, même si celle-ci échoua. Ses avis et ses analyses de la situation dépassent le cadre de simples rapports sur la situation du vilayet quand celle-ci influe sur le sort des intérêts français. Blanc s’intéresse vivement, jusqu’à l’empathie, au monde dans lequel il vit4. Ainsi, certaines sources diplomatiques, dites occidentales, ont une valeur documentaire peu contestable. Il est légitime de ne pas se contenter, dans la mesure du possible, d’opinions ou de jugements occidentaux lors de l’étude de mondes extra-européens5. Mais il serait très hardi de rejeter toutes les informations venues d’ailleurs, de plumes européennes, lorsque celles-ci se révèlent à l’examen être de qualité, dans le but suspect de préserver l’authenticité et l’autorité des discours autochtones. En effet, certains discours, pour autochtones qu’ils puissent être, n’en sont pas moins fortement partisans et passionnés, tout aussi imbus de la supériorité du groupe dont ils sont issus que les dépêches des consuls venus de l’Occident si dominant.

  • 6 Cf. Noiriel G., « Un désir de vérité », p. 249-278, in Penser avec, penser contre, l’itinéraire d’ (...)

6Il est désormais fréquent que les historiens révèlent un peu de leur cheminement propre vers leurs sujets d’étude6. Cette pratique peut contribuer à éclairer leur démarche. Je ne peux justifier mon itinéraire par des raisons génétiques. Je ne descends d’aucun des groupes humains qui habitaient autrefois Smyrne. Mon intérêt pour cette aire géographique est purement intellectuel. Il est le fruit de rencontres et de hasards que j’ai accueillis avec curiosité, et parfois avec bonheur, dans ma vie personnelle. Je suis bien conscient qu’ils auraient pu être autres. Je souhaiterais ne pas être un cas isolé. Toute communautarisation intellectuelle prétend au « fait de nature ». En tant qu’historien et germaniste, j’éprouve les plus grandes réticences envers ce genre de prétentions. L’accueil institutionnel de ma recherche n’a été possible que parce qu’il existe des personnalités et des espaces républicains, indemnes de logiques identitaires, qui peuvent encore contribuer, quoique à rebours des tendances dominantes, à l’universalisation de tous les champs historiques. Ces réflexions rejoignent tristement la fin de l’histoire de Smyrne qui fait l’objet de l’ultime chapitre.

7En septembre 1922, la ville succombe, dans le feu et le sang, à la prétendue irréductibilité des « natures » nationales.

Notes

1 Les sources arméniennes sont systématiquement ignorées, même par les auteurs d’ouvrages récents. Il n’y a pratiquement pas d’histoire ottomane ou turque qui les prenne en compte.

2 Georgelin H., « La fin de la société ottomane polyethnique dans les récits en grec », Études balkaniques, Paris, n° 9, 2002.

3 AMAEF, dossier personnel, 2e série, n° 46, Paul Blanc.

4 Par exemple, ce consul se passionne réellement pour les déboires des pouvoirs publics ottomans face au bandit d’honneur, Çakıcı.

5 Said E., Orientalism, New York, 1979 (2e éd.).

6 Cf. Noiriel G., « Un désir de vérité », p. 249-278, in Penser avec, penser contre, l’itinéraire d’un historien, Paris, 2003.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search