Version classiqueVersion mobile

La fin de Smyrne

 | 
Hervé Georgelin

Remerciements

Texte intégral

1Je désire remercier ici certaines personnes et institutions qui ont contribué à rendre possible la rédaction de ce livre élaboré à partir de ma thèse de doctorat. Je ne serais pas venu isolé à l’écriture historique.

2De nombreux amis, collègues et enseignants ont contribué par leurs discours ou leurs discussions à mes travaux. Je désire remercier, à ce titre, Janine Altounian, Stéphane Astourian, Krikor Beledian, Giôrgos Benlisoy, le trop tôt disparu Philippe Blacher, Hamit Bozarslan, Nathalie Clayer, Leônidas Embiricos, Corinne Fortier, Hilmar Kaiser, Alp Yüçel Kaya, Harout et Marô Kurkdjian, Elke Hartmann, Martine Hovanessian, Clara Lefevre-Thibault, Despina Manganari, Gilles Pécout, Alexandre Popovic, Ara Sarafian, Gwendolyn Sasse, Nikos Sigalas, Malina Stamatova, Vahé Tachjian, Paylinée Tomassian, Yilmaz Turan, Saskia Walentowitz et, chaleureusement, Lucette Valensi.

3De plus, je voudrais évoquer avec reconnaissance, d’une part, mes amis Stavros Anestidis, directeur du Centre d’études d’Asie Mineure (CEAM), à Athènes, Raymond Kévorkian, conservateur de la bibliothèque Noubar Pacha, à Paris, et Bernard Lory, maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), qui m’ont tous trois accompagné pendant mes années de recherche, puis, d’autre part, l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA) d’Istanbul et l’École française d’Athènes (EFA), qui m’ont permis de séjourner dans ces deux villes héritières de l’Empire et d’y poursuivre mes travaux pendant quelques mois.

4Cet ouvrage a pu voir le jour grâce au concours de Michel Paboudjian, qui a contribué à l’iconographie, et Claude Mutafian, qui a facilité la publication. Je leur exprime ma gratitude. La touche finale de cette étude a pu être portée à l’Institut universitaire européen (IUE) de Florence, à la faveur d’une bourse de recherche Jean Monnet, au département d’Histoire et civilisations dirigé par Anthony Molho, pendant l’année 2003-2004 : que celui-ci soit cordialement remercié. J’adresse enfin mes remerciements à Brigitte Pennaguer à CNRS Éditions pour le suivi de l’ouvrage.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search