Version classiqueVersion mobile

La communication, point aveugle du métier de chercheur

 | 
Éric Dacheux
, 
Élise Aspord

Conclusion générale

Conclusion générale

Penser la communication scientifique comme pratique professionnelle méconnue

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, qui témoigne de près de cinq années d’un séminaire placé sous le sceau de l’interdisciplinarité large (mathématiques, histoire de l’art, biologie, sciences de la communication, physique, sciences de gestion, météorologie, sciences de l’éducation, sciences de l’ingénieur, philosophie, sciences du langage), poursuit trois objectifs :

  1. Un objectif ethnographique : donner à voir un travail interdisciplinaire en train de se faire. Donner les éléments pour comprendre le fonctionnement de nos séances, offrir un aperçu de la dynamique de nos échanges, faire toucher du doigt nos doutes, nos différences, notre plaisir aussi à mener une recherche sans aucune autre contrainte que celle d’explorer des voies nouvelles. Dans cette perspective nous avons choisi de présenter deux de nos séances de travail (première partie) et de proposer en annexe tout un ensemble de documents (verbatim, comptes rendus subjectifs, documents de préparation, etc.) offrant aux étudiants ou chercheurs s’intéressant à la fabrique de la science un accès à une matière brute préscientifique qui n’apparaît guère dans les produits finis que sont les articles scientifiques.

  2. Un objectif réflexif. Pourquoi s’engager dans un séminaire « Épistémologie de la communication scientifique » quand ce thème de recherche n’est pas notre thème principal ? Quelle est l’influence de ce travail interdisciplinaire non balisé sur notre recherche principale et notre vision de la science ? Cet aspect réflexif est principalement traité dans la seconde partie. Dans cette dernière, chaque participant a joué le jeu en éclairant sa collaboration à ce séminaire par un parcours de vie et a livré, dans son style propre, ses remarques personnelles. Ce travail réflexif, assez peu visible dans l’analyse scientifique classique, laisse entrevoir la place de l’homme chez le chercheur, montre comment caractère personnel et formation disciplinaire se conjuguent pour donner un regard singulier sur une aventure commune.

    • 1 a) Chacun a lu les textes des autres de la seconde partie.
      b) À partir de cette relecture, Élise Asp (...)

    Un objectif scientifique. Ces regards singuliers et différents sur ce séminaire permettent-ils, malgré tout, l’élaboration d’un savoir commun sur la communication scientifique ? Nous avons la faiblesse de le croire. Sans prétendre révolutionner la manière dont la science conçoit la communication scientifique, nos cinq années de travail nous ont permis de construire des désaccords féconds sur ce que nous entendons par communication scientifique. En premier lieu, nous nous sommes enrichis de nos différences pour construire un cadre commun, fruit d’une longue mais fructueuse démarche en plusieurs étapes.1

Un cadre commun d’analyse de la communication scientifique

2Un groupe de chercheurs appartenant à des disciplines très différentes, ayant des pratiques professionnelles éloignées, peut-il construire un savoir rationnel sur la communication scientifique ? Telle est la question implicite qui nous nourrit depuis cinq ans. La réponse est positive. Passer du temps à échanger entre chercheurs de disciplines différentes est un effort qui paye. Au fur et à mesure de nos travaux, nous avons développé une approche singulière de la communication scientifique. C’est cette approche qui, selon nous, est l’apport scientifique principal de notre groupe de chercheurs. Ce cadre d’analyse qui résulte de notre expérience commune est constitué de cinq éléments :

  1. La communication scientifique est une pratique professionnelle commune à tous les chercheurs enseignants-chercheurs. Certains travaillent dans des équipes multinationales de plusieurs centaines de membres, d’autres se confrontent seuls à des œuvres ; certains vont dans leur laboratoire à heures régulières, d’autres essayent de consacrer leurs vacances à la recherche ; certains manipulent des produits dangereux et sont confrontés à des règles d’hygiène et de sécurité très prégnantes, d’autres doivent juste se forcer à ne pas rester plus de deux heures de suite devant leur écran ; certains utilisent quotidiennement les mathématiques, d’autres n’ont jamais employé une formule dans un article scientifique, etc. En vérité, sous un même statut, se cachent des pratiques professionnelles très diverses. La seule commune, la seule non-pensée aussi, est la communication : proposer son sujet de thèse, rédiger un article, présenter une communication, répondre à une interview, etc. sont des activités que nous faisons tous et sur lesquelles les écrits scientifiques manquent.

  2. Cette pratique professionnelle est multidimensionnelle et multi-échelle. Elle doit être appréhendée dans toute sa complexité. La communication scientifique ne se réduit ni à la valorisation des résultats ou à la vulgarisation publique sur le plan externe ni à l’art de convaincre les pairs sur le plan interne. Au cœur de l’activité de recherche, elle englobe les discussions informelles entre pairs, les échanges avec les doctorants, le partage des savoirs avec la société civile, les questions liées à la publication scientifique (banques de données, classement des revues, archives ouvertes, etc.), à la médiation du savoir (musée, éducation populaire, intervention scolaire, etc.) et à sa médiatisation (le rôle des médias, les blogs scientifiques, l’open data, etc.), les problèmes de la construction de savoirs interdisciplinaires, comme ceux des rapports sciences/sociétés, de la place du chercheur dans une société de la connaissance en émergence, etc.

  3. Il est possible de construire un savoir interdisciplinaire sur cette pratique commune en se penchant ensemble sur des questions concrètes. C’est ce que nous avons appelé, à la suite de Christophe Duroure, des approches « micro-épistémologiques ». Certaines de ces approches ont été consacrées explicitement à des questions de communication (les rapports science et journalisme, la question de l’argumentation, etc.) mais, comme pour l’épistémologie, l’essentiel de la réflexion s’est construit de manière indirecte : c’est en réfléchissant sur nos pratiques, en butant sur des problèmes concrets que nous avons principalement réfléchi à la communication scientifique.

  4. Un travail dans la durée. Trop souvent confondue avec la communication publicitaire ou le journalisme, la communication est souvent associée à l’éphémère. Tout au contraire, ces années de séminaire nous ont fait prendre conscience de la nécessaire durée pour passer d’une confrontation de points de vue disciplinaires différents à l’élaboration d’un cadre interdisciplinaire commun. La communication c’est aussi du temps passé à construire nos désaccords, à comprendre pourquoi on ne se comprend pas, à rédiger noir sur blanc le savoir élaboré en commun.

  5. Un travail réflexif. La plus-value scientifique de notre travail ne tient pas tant dans les séances de séminaire consacrées à des problèmes spécifiques de la communication scientifique (le rapport avec les journalistes, les enjeux de la signature, etc.) que dans notre capacité d’inventer des méthodes collectives nous permettant, à partir de ce que nous avons éprouvé durant l’organisation et la réalisation de ce séminaire, de construire nos désaccords théoriques en mettant au jour les éléments de consensus et de dissensus.

3Cette approche spécifique constitue l’apport scientifique principal de notre séminaire. Elle nous semble autoriser la construction d’un savoir rationnel et interdisciplinaire sur une pratique clef. À partir de ce socle qui cherche à embrasser la globalité (mais non la totalité) de ce processus complexe qu’est la communication scientifique, il nous semble possible de creuser différentes questions. C’est ce que nous nous sommes efforcés de faire dans les lignes qui suivent.

La communication scientifique dans l’espace académique

4Nous avons, par soucis de pédagogie, choisi de distinguer les questions de communication à l’intérieur du monde académique de celles se déroulant à l’extérieur. Non pas que nous pensons que ces communications sont de natures différentes – non dans les deux cas, il y a des traces de rhétorique et de démonstration, de la raison et de l’émotion, des contraintes cognitives et des contraintes sociales, etc. – mais parce que nous sommes tombés d’accord sur le fait que la légitimation de ces communications obéit à des impératifs différents. Dans le cas de la communication scientifique académique, le régime de justification, pour parler comme Boltanski et Thevenot, est celui de la réfutabilité, de la critique des pairs, alors que dans l’espace public, le discours scientifique se trouve en concurrence avec d’autres types de discours (politiques, religieux, etc.) ayant des régimes de justification différents les uns des autres sans que le discours scientifique puisse imposer sa norme justificatrice. Dans le cadre de la communication académique, nous avons abordé plusieurs points. Fidèles à notre objectif de construction des désaccords, nous nous efforcerons de mettre en valeur, pour chacun de ces points, les points de consensus et de dissensus.

La signature : le reflet d’un habitus disciplinaire

  • 2 Séance organisée, le 21 février 2013, par P. Lachaume.

5La signature d’un texte scientifique n’est pas un simple paraphe permettant d’authentifier un texte. C’est un acte qui engage la responsabilité du chercheur et qui aura une influence sur sa carrière. Le problème est que cet acte obéit à des pratiques très différentes d’une discipline à l’autre : en physique on peut signer à plus de cent personnes en incluant les ingénieurs de recherche, tandis qu’en sciences de la communication il est rare qu’un texte comporte plus de quatre signatures. En cas de signatures multiples, dans certaines disciplines, c’est l’ordre alphabétique qui compte, dans certaines autres on met le rédacteur principal en premier, dans d’autres encore on le met en dernier, etc. La séance de séminaire que nous avons consacrée à ces différentes pratiques2 a montré l’extraordinaire hétérogénéité des usages. Or, ces usages ne sont généralement pas codifiés noir sur blanc, ils sont acquis par apprentissage au fil de la formation du chercheur. Ils sont donc le reflet d’un habitus disciplinaire et font alors obstacle à une évaluation scientifique entre pairs de disciplines différentes : comment savoir qui est le responsable intellectuel du papier, évaluer le dossier d’un collègue, etc. ; si on ne sait pas quel est le rôle de chaque signataire ?

Les schémas : un langage simplifié propre à chaque discipline

  • 3 Anecdote qui rejoint les propos d’Élise Aspord : « Une anecdote de l’été me revient en mémoire. C’e (...)

6Contrairement à une idée reçue dans le monde académique, cette forme de langage simplifié n’est pas universelle car les signes peuvent avoir des sens différents. Une flèche, en biologie ou en chimie, n’a pas la même signification. De même, le dessin d’une cellule varie suivant l’appartenance à une discipline. « Je me souviens lors de la soutenance de ma thèse, d’un ami historien qui n’avait pas compris, ni su interpréter ma représentation des cellules et qui en toute fin m’avait demandé ce que représentait le petit train au tableau ! » (Philippe Lachaume3). Mis au service de la communication, les schémas peuvent tout aussi bien servir d’illustration que faire œuvre d’outil rhétorique. Pour pouvoir les interpréter, il faut établir des règles. Règles qui diffèrent d’une discipline, voire d’un auteur, à l’autre. Nous semblions donc parvenir à un consensus, lorsque nous avons abordé la question de la distinction entre un graphique et un schéma. Or, la réponse ne fait pas l’unanimité. Ce que certains appellent schémas (ou cartes) ne recouvre pas les mêmes choses pour d’autres. Pour les informaticiens un schéma est « une représentation graphique simplifiée obéissant à des règles déterminées qui permet d’expliquer, de comprendre un processus » (un schéma électrique, par exemple). Au contraire, pour les géographes cette définition est celle de la carte et du graphique, le schéma n’obéissant qu’aux règles de celui qui le réalise.

Argumenter : peut-on échapper à la rhétorique et à la déduction ?

  • 4 Nous reprenons, pour ce texte, la définition de la rhétorique donnée par M.M. Carrilho : l’art de p (...)

7Dans toute communication scientifique – comme dans toutes les communications –, il y a trace d’une rhétorique4, donc une part de mise en scène du discours et une part de séduction, puisque la manière d’utiliser le langage est aussi le reflet de notre personnalité. Cette part rhétorique est-elle présente dans une démonstration scientifique ? Oui, dans le cadre d’une communication interdisciplinaire, puisque la force de l’argumentation présentée va dépendre de la capacité de chacun à se déplacer vers l’autre, à parler le langage de l’autre, à le séduire. Mais la question reste controversée dans le cadre d’une communication pair-à-pair, au sein d’une même discipline. La plupart des membres du groupe soutiennent la présence indélébile d’émotions dans ce type de démonstration – elle poursuit une finalité persuasive (convaincre l’auditoire), or, toute persuasion est un mélange d’émotion et de raison. Mais pour le mathématicien Alex Esbelin, l’argumentation est, au contraire, une manière de présenter un raisonnement qui exclut cette part rhétorique. La démonstration faite par l’un ne sera validée que lorsque l’autre aura pu la reproduire. Peut-être qu’un moyen de trancher ce dissensus est de distinguer entre une science en construction (par hypothèse soumise aux lois de la séduction du chercheur qui défend une approche) et une science établie (validée par les pairs donc indépendante de la personnalité du chercheur) ?

Des vocables communs, mais des épistémologies différentes

8Au sein d’une même discipline, les gens pensent souvent avoir un langage commun non conflictuel. Certaines idées sont implicites. Il y a de nombreux non-dits. Or, ces idées implicites et ces non-dits peuvent être sources de conflits. Cette idée est d’autant plus vraie lorsqu’il s’agit de s’adresser à ceux qui sont hors de la discipline. Prenons par exemple le terme de chaos. Si la notion de chaos déterministe est commune à tous les mathématiciens, en revanche, utilisée dans un autre contexte, son sens varie. On ne parle pas de la même chose. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on tente de s’accorder sur un objet compliqué comme l’est le nuage. Un nuage attracteur est dit chaotique mais il ne revêt pas les mêmes définitions chez tous les scientifiques. On n’emploie pas les mêmes méthodes. Il s’agit encore de questions épistémologiques différentes qui recoupent les questions autour de la communication. En mathématiques, on ne s’occupe pas de réalité et de fait la définition de chaos est stable. Chaque phénomène peut être modélisé par un système de chaos. Pour la physique, les mathématiques ne tiennent absolument pas compte de la nature. L’une et l’autre ne parlent pas de la même chose.

Traduire c’est communiquer donc interpréter

  • 5 « Il m’est plus difficile de lire en anglais des revues reposant sur des débats d’idées » (Phillipe (...)

9La traduction est un des piliers de la communication. Elle a cependant ses propres limites. En science de l’homme notamment, on éprouve parfois quelques difficultés à traduire, d’une langue à une autre, certains concepts5, en gardant le même degré de précision. Le monde et l’ordre des idées sont certainement plus difficiles à aborder. À titre d’exemple : « en France on parle d’“espace public”, en anglais de “public sphere”, ce qui n’est pas sans conséquence. Dans un cas, on se représente un espace ouvert, dans l’autre on évoque un espace fermé, alors que ces deux mots sont censés décrire la même chose. Les termes Big Bang, trou noir… sont des métaphores qui induisent également des représentations particulières. Le chercheur n’a pas toujours accès, pour un problème de langue notamment, au texte original. Identifier qui parle est donc primordial. Pour autant, l’exercice – malgré ses restrictions et cette ambivalence – est incontournable. On interprète toujours. La variabilité, l’interprétation sont à la base de la communication. Elles sont également au cœur du métier d’enseignant. Ce dernier ouvre une voie d’accès qui cadre, pour ensuite laisser à l’élève une force d’analyse suffisante, pour qu’il puisse désormais faire son propre choix. Si ce constat théorique est consensuel, les recommandations pratiques diffèrent. Pour la majorité des membres du groupe, l’anglais est incontournable et l’on doit publier et communiquer dans cette langue qui est devenue une linga franca sans laquelle il paraît difficile de développer une connaissance scientifique internationale ; pour d’autres, au contraire, la connaissance scientifique a tout intérêt à garantir la diversité culturelle des approches, des manières de penser, de résoudre et commenter une question scientifique et devrait encourager les traductions multilingues des papiers et des colloques.

La communication scientifique dans l’espace public

10Une des difficultés du scientifique qui communique sur ses travaux dans l’espace public réside dans le fait de vouloir calquer l’échange avec un public non averti sur le même mode que celui de l’échange entre collègues. Par ailleurs, les questions posées par des non-spécialistes sont souvent intéressantes parce que surprenantes ; et que répondre à une question en apparence simple (« qu’est-ce qu’un caillou ? ») n’est pas chose si aisée. De nombreuses discussions ont concerné ces aspects de la communication scientifique et si les visions restent très différentes, un consensus s’est pourtant rapidement établi : celui de distinguer, dans les rapports entre science et public, ce qui relève de la communication avec un public averti, un public intéressé ayant un vocabulaire et des connaissances scientifiques et ce que l’on appellera, faute de mieux, le grand public.

Nécessité de distinguer le public averti du grand public

  • 6 Les mercredis de la science sont une série de colloques grand public Son propos est de créer un esp (...)
  • 7 Astu’Sciences est une association de réseau rassemblant des acteurs qui œuvrent pour le développeme (...)

11La plupart du temps les manifestations scientifiques que nous organisons pour toucher le grand public, n’attirent, en réalité, qu’un public averti. Pour toucher ce public averti qui est le mieux placé ? Le chercheur, comme le soutient Philippe Lachaume se basant sur son expérience de 10 ans des « Mercredis de la science »6 ou un médiateur non spécialiste, comme le défend Pierre Bonton (se référant à l’excellent travail réalisé par les associations d’éducation populaire fédérées dans Astu’Sciences7 dont il assure la présidence) ? L’idéal ne serait-il pas de parvenir à une intervention à deux voix : celle du chercheur garant de la véracité scientifique mais qui reste parfois prisonnier de son jargon et de sa doxa disciplinaire, celle du militant d’éducation populaire transmettant, dans son vocabulaire, sa passion au risque parfois d’approximations scientifiques malvenues ?

Les deux obstacles de la communication grand public

12La communication avec le grand public se heurte à deux obstacles. Le premier, déjà dénoncé par Bachelard il y a plus de cinquante ans, est une représentation archaïque de la science : la science est la découverte d’une vérité éternelle et immuable. Vision entretenue par le fait que ce qui est donné dans l’espace public, ce sont les résultats avérés de la science ; les erreurs, les étapes intermédiaires, les limites méthodologiques de l’enquête ou de l’expérimentation ne sont guère mises en avant, y compris dans les musées scientifiques. Du coup, la communication avec le grand public se heurte frontalement à cette représentation qui ne correspond plus aux paradigmes épistémologiques présents dans l’espace académique. Le second problème communicationnel est lié, d’une part, à la remise en cause de la notion de progrès et, d’autre part, au rôle que la science peut jouer dans cette notion. Aujourd’hui, le savant fou fait peur, la techno-science inquiète, la prétention au monopole de l’expertise est remise en cause. Même si toute communication du scientifique dans l’espace public se heurte à ces deux problèmes, il convient néanmoins de distinguer ce qui est contact direct (les blogs par exemple) de ce qui passe par des intermédiaires : journalistes, institutions muséales, etc. Pour les blogs, force est de constater que, comme pour les revues de vulgarisation scientifique, le public touché est davantage un public averti que le grand public. Pour la diffusion médiatisée, il convient de distinguer l’espace médiatique soumis aux logiques de spectacularisation et de simplification où la recherche peut se trouver aux prises avec des enjeux sociétaux (OGM, nucléaire, climat, etc.), de l’espace muséal qui, moins directement aux prises avec ses logiques de spectacularisation et de simplification, peut contribuer à dépassionner le débat et vise, de plus en plus, à faire du spectateur un acteur de sa visite.

Médiation, médiatisation, art

13La question de la médiation muséale a été très peu abordée dans le groupe. L’idée commune est que le musée représente, contrairement aux médias, un espace où l’on peut dépassionner le débat, prendre le temps d’expliquer, donner l’envie d’en savoir plus. Reste qu’il convient de distinguer les expositions temporaires organisées par un chercheur à l’occasion d’un événement comme la « fête de la science » qui doivent surtout donner envie d’en savoir plus, des expositions permanentes qui, à l’image du « Palais de la découverte », doivent plutôt donner accès de manière simple à une culture scientifique.

14Le peu de réflexion sur le rôle des musées tient peut-être à la conviction profonde et presque naturelle pour des chercheurs appartenant à l’université Blaise-Pascal (mathématicien, philosophe et poète) de la nécessité de rapprocher culture scientifique et artistique. La science ne se réduit pas à la techno-science, c’est aussi une manière de regarder le monde, de changer son regard sur le monde. Dans cette perspective, s’efforcer de marier art et science n’est pas la recherche folle du mariage de la carpe et du lapin, mais un effort réfléchi pour nouer harmonieusement la dimension sensible et la dimension cognitive de la communication scientifique. Une voie d’accès avec le grand public souvent négligée par ceux qui réfléchissent aux rapports entre science et société, mais qu’il nous semble pourtant important d’explorer.

15Le clivage est profond dans le groupe entre ceux (appartenant souvent aux sciences de la nature) qui pensent que le journaliste doit faire relire son papier au scientifique qu’il cite ou qu’il interview pour garantir la qualité scientifique des propos tenus et ceux (appartenant souvent aux sciences sociales) pour qui, le journaliste étant le signataire du texte qu’il délivre, c’est lui et lui seul, en accord avec sa déontologie, qui peut on non décider de faire relire son papier. Par ailleurs, les chercheurs sont aussi des acteurs sociaux donc, eux aussi, en prise avec des enjeux sociaux. La difficulté d’intervention dans les médias vient du fait qu’ils sont souvent entre plusieurs chaises : celle de la partie prenante qui défend ses intérêts (recherche sur l’embryon, défense des grands équipements, par exemple), celle du citoyen qui défend ses convictions (changement climatique, introduction des ours, etc.) et celle de l’expert censé porter une parole dépassionnée, une vérité (scientifique) incontestable et pourtant contestée.

Le partage des savoirs

16La question du partage des savoirs ne rentre pas dans la dichotomie espace public / espace académique. Elle concerne aussi bien la communication entre pairs (la mise en commun des connaissances pour construire un programme de recherche interdisciplinaire par exemple), que la communication avec des acteurs de la société civile (la construction scientifique de nouveaux indicateurs de richesse par exemple). Nous avons abordé trois points.

Développer une approche non réductionniste du partage de savoirs

17Le partage des savoirs ne se réduit ni à l’exploitation d’un savoir autochtone par des chercheurs occidentaux (ce que l’on rencontre parfois en pharmacologie) ni à un échange entre spécialistes professionnels et spécialistes amateurs (ce que l’on croise souvent en astronomie ou en biodiversité) ni à un domaine singulier de la communication scientifique (le partage des savoirs peut se faire sans intervention de chercheurs, comme le montrent quotidiennement les réseaux réciproques d’échanges de savoir). Nous avons défini le partage des savoirs comme : « la mise en commun pour construire une connaissance commune ». « L’interaction avec des représentants d’institutions engagées dans les “partages de savoirs” met en lumière, non pas une similitude de posture des protagonistes (la diversité des publics orientant fortement dans des directions très différentes les cadres des cafés pédagogiques, ou ceux des associations travaillant avec les marginalisés de la société d’une part et les enseignants-chercheurs d’autre part), mais une même importance de la réflexion de chacun sur sa propre posture » (A. Esbelin).

Une question de communication scientifique centrale dans la perspective de la construction démocratique d’une société de la connaissance

18L’Union européenne s’est donné pour objectif la construction d’une société des savoirs performante, durable et inclusive. Ce qui est en jeu c’est, pour le vieux continent, l’émergence d’une société post-industrielle alors que les règles du jeu économique ont profondément évolué. « La division verticale du travail, le caractère presque universel de la loi des rendements décroissants, la séparation de la force de travail de la personne du travailleur, le paradigme de la valeur comme transformation et dépense d’énergie musculaire, la rareté et l’usure des biens et services, la divisibilité des facteurs, la loi de l’entropie généralisée et de l’usure des biens par leur usage, le caractère subalterne ou marginal des externalités en particulier les exigences de les solder à un niveau systémique écologique, tous ces traits qui façonnaient l’horizon de l’économie politique classique et néoclassique se retrouvent aujourd’hui remis en cause » (Moulier-Boutang, 2000, p. 2). Dans cette perspective, se saisir de la question du partage des savoirs est, pour les chercheurs, un moyen de se positionner autrement. Non plus de simples exécutants de politiques économiques visant à marchandiser la connaissance pour faire du profit, des producteurs de connaissances utiles, mais des acteurs d’un nouveau rapport à la connaissance qui, en réfléchissant, avec les acteurs de la société civile, à la place du citoyen dans la recherche et à la place du chercheur dans la citoyenneté, contribuent à l’élaboration d’une culture scientifique au service de l’intérêt général. Une société de la connaissance qui se construirait sans les citoyens a toutes les chances de devenir non démocratique.

La relation doctorant / directeur de thèse

19Est-ce que la question de l’enseignant et du doctorant participe du partage du savoir ? En France, il y a certainement une limite entre l’enseignement en master (on ne construit pas des savoirs) et le doctorat, où là, une barrière a été franchie : le doctorant construit une connaissance scientifique. Il y a là certainement une question de culture. En Angleterre, les élèves de master endossent le même rôle que ceux de doctorants ici. Dans le rapport d’un directeur de thèse avec son thésard, la dimension communication est de toute importance. Mais est-on dans la construction d’un savoir commun, dans le partage d’une connaissance non académique (les ficelles du métier de chercheur), dans le coaching d’un professionnel qui cherche ses marques ?

20Que dire au terme cet ouvrage, sinon : osons sortir des sentiers battus ! En effet, il apparaît que notre réflexion collective sur les trois aspects de la communication scientifique (la communication entre pairs, la communication dans l’espace public, le partage des savoirs) est le fruit d’une démarche expérimentale, qui au final, s’est révélé enrichissante. Elle a enrichi chacun des membres, la deuxième partie l’atteste, elle a aussi permis de nourrir la connaissance académique puisque nous avons su construire un cadre original d’analyse de la communication scientifique. Ainsi ce livre témoigne du fait qu’une approche interdisciplinaire très large, qui s’inscrit dans la durée et vise à une connaissance réflexive de la communication scientifique vécue comme une pratique professionnelle commune, débouche sur la construction d’un savoir rationnel, sur un objet injustement négligé par la communauté scientifique.

21Le lecteur attentif aura, en outre, noté que nous n’avons pas abordé une question qui percute pourtant souvent les travaux sur la communication scientifique : l’impact des technologies d’information et de communication. Ce n’est pas un souhait délibéré, juste le reflet de l’immensité de la tâche à accomplir si l’on veut, comme nous, avoir une approche globale (mais pas totale) de la communication scientifique. C’est aussi, à la réflexion, une originalité forte de notre approche, loin de tout déterminisme technologique, loin d’une pensée qui confond machines et humains sous le même vocable, nous revendiquons notre position de chercheurs : des hommes et des femmes qui tentent de comprendre un objet hors des sentiers battus, des routines disciplinaires et des théories à la mode. Des penseurs libres.

Notes

1 a) Chacun a lu les textes des autres de la seconde partie.
b) À partir de cette relecture, Élise Aspord, historienne de l’art, a rédigé un texte martyr qui a circulé entre plusieurs membres du groupe.
c) Comme tous les membres n’ont pas eu l’occasion d’ajouter leurs commentaires à ce texte martyr une réunion a été organisée le 23 juin 2013.
d) Les notes prises par Élise Aspord lui ont permis de refaire un nouveau texte martyr qui a été annoté et commenté par Alex Esbelin et Éric Dacheux. Ce texte annoté (la version 4 donc) a été retravaillé collectivement, le 4 juillet, dans la séance bilan clôturant l’année 2012-2013.
f) Sur la base de cette séance collective, Élise Aspord a repris la version 4 puis l’a transmise à nouveau à É. Dacheux qui l’a retravaillée à son tour et l’a transmise, pour avis, à tous les membres du séminaire participant à l’ouvrage collectif (version 6).
g) En juillet, cette version 6 de la conclusion a été modifiée en tenant compte des propositions suggérées par certains auteurs par mail.
h) La version 7 a été validée en septembre lors d’une ultime séance de travail.

2 Séance organisée, le 21 février 2013, par P. Lachaume.

3 Anecdote qui rejoint les propos d’Élise Aspord : « Une anecdote de l’été me revient en mémoire. C’est en observant des enfants de cultures différentes – ici allemande, japonaise et française – posant une multiplication que je me suis aperçue (chose dont je n’avais absolument pas conscience) qu’une opération aussi simple, si elle donne bien évidemment le même résultat, n’est en rien exécutée de la même façon. Il n’y a pas d’universalisme de la forme du signe “multiplier” par exemple ; de même pour le sens d’enchaînement du raisonnement ».

4 Nous reprenons, pour ce texte, la définition de la rhétorique donnée par M.M. Carrilho : l’art de parler et d’argumenter en public. La rhétorique, CNRS éditions, 2012.

5 « Il m’est plus difficile de lire en anglais des revues reposant sur des débats d’idées » (Phillipe Lachaume).

6 Les mercredis de la science sont une série de colloques grand public Son propos est de créer un espace de discussions au cœur de l’Université sur les objets de la recherche.

7 Astu’Sciences est une association de réseau rassemblant des acteurs qui œuvrent pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle auprès de tous (associations, collectivités, personnes, institutions…). Ces acteurs mettent en place au quotidien des actions qui rapprochent le public du milieu scientifique, technique et industriel. L’association inscrit son action dans le champ de l’éducation populaire et en complémentarité de l’école, dans une démarche d’utilité sociale et d’économie solidaire.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search