Version classiqueVersion mobile

La communication, point aveugle du métier de chercheur

 | 
Éric Dacheux
, 
Élise Aspord

Deuxième partie. Enseignements et regards d'une expérimentation

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Entretien Élise lors d’un voyage covoiturage animé par ces questions.

1Que ressort-il de cette réflexion menée par des chercheurs ayant participé au séminaire « Épistémologie de la communication scientifique », à savoir, successivement, un mathématicien, un chercheur en sciences de l’ingénieur, un météorologiste, un biologiste d’une part, et une historienne de l’art, un chercheur en sciences de gestion, un chercheur en sciences de l’information et de la communication, un linguiste et un spécialiste du développement durable, d’autre part ? Quel portrait collectif se dégage ? Quels enseignements en tirer ? Le premier, le plus évident, est la mise en lumière du processus au cœur de toute communication – la communication scientifique n’échappe donc pas à cette règle – celui de l’interprétation, de la ponctuation individuelle (Watzalwick, 1978), d’une construction de sens collective. Comme le dit D. Wolton (2005) le sens appartient au récepteur. Cette deuxième partie le confirme parfaitement : un séminaire, plusieurs réceptions. Le second enseignement a trait à la difficulté même qu’ont eu les auteurs à parler de leur expérience. Sans doute cela est-il dû à la double nature de l’objet présenté qui est à la fois résultat et processus. Il forme comme un échafaudage qui met au jour l’arrière-plan de l’enquête, la cuisine interne du chercheur : comment la réflexion avance, les méthodes internes utilisées… ; en un mot comment le scientifique travaille. Il permet de rentrer enfin dans la cuisine, mettre au jour ses émotions, ses éventuels partis-pris, ses sidérations, ses étonnements, ses contradictions, mais ne permet pas forcément de goûter les plats, d’apercevoir le travail finalisé présenté sur un beau plateau argenté. Le troisième élément de réflexion tient à la variabilité de la longueur des textes. Cette dernière reflète assez bien la dichotomie entre sciences de la nature dures et sciences humaines. Elle rentre en résonance avec une réflexion extérieure qui avait été faite par un mathématicien1 ; entre d’une part une science qui ne parle pas assez (les maths en l’occurrence) et une qui parle peut-être un peu trop (l’art par exemple). Malgré ces disparités encore un peu marquées, il est tout à l’honneur de chacun d’avoir répondu à l’impératif de rédaction que nous nous étions donné collectivement (mettre en avant ce que nous avions appris de notre discipline, des autres sciences, de la communication, de l’épistémologie). Nulle position de surplomb ni prédominance d’un chef de file mais mise en application d’une égalité et d’un souci démocratique librement exercés.

  • 2 Voir Le projet moral de 1987, http://ciret-transdisciplinarity.org/moral_project.php

2Plus généralement, l’aventure de ce séminaire semble rejoindre le travail engagé dans les années 1980 sur la transdisciplinarité par Basarab Nicolescu et les théoriciens de l’époque (avec une dynamique toujours présente, Edgar Morin entre autre). En effet, dans une « tentative de reconstituer une image cohérente du monde »2, fut mis en place le CIRET, Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires. Leur analyse d’un « décalage (important) entre (la) vision du monde qui émerge de l’étude des systèmes naturels et les valeurs qui prédominent encore en sciences humaines : « déterminisme mécaniste, le positivisme ou le nihilisme » ; avec pour cause évidente, notamment, « la fragmentation des connaissances », menant « à l’obscurcissement du sens » est intéressante et mérite d’être toujours questionnée. Notre métier consiste, pour partie au moins, à poser des problèmes publics (Burawoy, 2013). Les scientifiques sont aussi des citoyens, soucieux du devenir de la cité, de la diffusion des connaissances, d’où l’importance des controverses. Mais ce sont aussi des professionnels exerçant un métier singulier, dans un cadre de plus en plus corseté par les contraintes économiques et administratives. Ce séminaire et les textes qui en rendent compte, sont alors, sans doute – comme la plupart de nos écrits - un remède à l’ennui académique, aux guerres intestines futiles, aux règles universitaires stériles.

3Une autre question que pose cette deuxième partie est le rapport du chercheur à l’écriture. Plus précisément cette question est double :

  • 3 Séminaire « L’écriture de soi des historiens » du 6 octobre 2013 par le CRHEH (Carnet du Réseau Hi (...)
  • 4 La Fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte : un projet pour l’ANR-blanc 2013 du 24 janvier (...)

41-Quelle écriture de soi a-t-on3 ? La concertation autour de ce que représente notre métier de chercheur est également à rapprocher du mouvement à l’œuvre au niveau universitaire (notamment en Histoire) où récemment une ANR intitulée « Histinéraires » – où la fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte – a été lancée4. On se situe dans la problématique auto-réflexive initiée par Pierre Nora, avec une volonté bien marquée parmi les chercheurs de faire valoir des essais d’ego-histoire où on explique son itinéraire, qui l’on est, d’où l’on vient, pourquoi on a choisi telles études, tel sujet… Nous avons à cœur, dans un élan comparable, de « nourrir une véritable sociologie de la profession », non plus polarisée sur une seule et même discipline mais élargie cette fois-ci au champ pluridisciplinaire.

  • 5 Réponse faite à « Catherine Clément qui lui demandait un jour si quelque chose l’épuisait dans la (...)

52-Pourquoi écrire la science ? « Écrire c’est un labeur exténuant » (Claude Lévy-Strauss5), alors à quoi sert ce labeur ? La science n’est-elle compréhensible que de ceux qui la font ; où est-elle partageable (Klein, 2010, p. 19) ? Face à la montée de théories scientifiques nouvelles – abstraites, complexes et souvent contre-intuitives –, la place du scientifique dans le discours avec la société est plus que jamais décisive. Il faut que les choses soient dites pour avancer. Mais les dire ne fait pas forcément gagner en intelligibilité. Il faut se méfier « des sortilèges du langage » comme le rappelait Wittgenstein (selon Bouveresse, 2003). Notre façon de dire le monde détermine notre façon de le penser. Pour le physicien des particules et docteur en philosophie des sciences Étienne Klein (2010, p. 16) « L’écriture de la science serait un acte politique, le produit d’un souci démocratique, le fruit d’une conception très élevée de la culture pour tous… Ce moteur existe sûrement, mais je doute qu’il soit très puissant : les scientifiques qui trouvent l’énergie d’écrire la science (…) le font pour des raisons plus libidinales (…) On écrit parce qu’on se retrouve à écrire – parce que malheureusement, on n’arrive pas à s’en empêcher, à s’abstenir de coucher des phrases ».

6Pour conclure, l’attitude réflexive qui parcourt la seconde partie de cet ouvrage n’est aucunement indissociable du travail de chercheur. On retrouve, au contraire, partout à l’œuvre l’idée, chère au scientifique, d’exploration de l’inconnu. L’exigence de ce retour sur ce que sont ses propres pratiques, liée aux échanges interdisciplinaires et au devoir d’enseigner au mieux ce que l’on sait, sont certainement « le meilleur adjuvant de la pensée » (Klein, 2010, p. 30) La somme du travail accompli devrait permettre à ceux qui en sont les porteurs d’être de meilleurs professionnels, du moins d’être des guides un peu plus éclairés ne serait-ce que pour eux-mêmes (ce qui n’est déjà pas si mal). Cette obligation pour celui qui a participé à tout ce parcours, de faire un travail intellectuel et de s’interroger sur ce qu’il voulait dire, n’est en rien négligeable. « Si j’écris la science, c’est uniquement pour m’aider à la penser », note Étienne Klein (2010, p. 31). La démarche est ainsi faite à la fois de respect et de transgression : « respect pour l’ensemble des connaissances acquises, et transgression, pari que le meilleur moyen d’enrichir ces connaissances est de les remettre en question, d’explorer l’inconnu la recherche de connaissances nouvelles (…) C’est ce qui manque non seulement à l’information, mais à notre enseignement, à l’école, à l’université : la culture scientifique y est trop souvent considérée comme une somme de connaissances, alors qu’elle devrait avant tout être une appropriation de ce qu’est la démarche scientifique » (Klein, 2010 p. 61).

Bibliographie

Bibliographie

Ameisen, J.C., Klein E., Leglu D. Château N. (Préface), Ecrire la science, Paris, Les Presses de l’ENSTA, 1 avril 2010, Les actes (coll.).

Bouveresse, J., Essais III, Wittgenstein et les sortilèges du langage, Paris, Agone, avril 2003.

Lévy-Strauss C. in Kéchichian, P. « Un rapport permanent à la littérature », Le Monde, 4 novembre 2009.

Morin E., La méthode : Tome 3, La connaissance de la connaissance, Anthropologie de la connaissance. Ed. Points, avril 2014, (Points Essais Coll.).

Nicolescu B., La Transdisciplinarité, Ed. du Rocher, mars 1996.

Watzlawick P., La réalité de la réalité, Paris, Seuil, 1978.

Wolton D., Il faut sauver la communication, Paris, Flammarion, 2005.

Notes

1 Entretien Élise lors d’un voyage covoiturage animé par ces questions.

2 Voir Le projet moral de 1987, http://ciret-transdisciplinarity.org/moral_project.php

3 Séminaire « L’écriture de soi des historiens » du 6 octobre 2013 par le CRHEH (Carnet du Réseau Historiographie et Épistémologie de l’Histoire).

4 La Fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte : un projet pour l’ANR-blanc 2013 du 24 janvier 2013 par le CRHEH. Un de ses objectifs est de récupérer toutes les HDR d’histoire existant en France pour en faire une analyse. Il y a également un appel à la rédaction d’autobiographies des professeurs d’histoire et géographie retraités : on leur demande de parler de leur discours professionnel, comment ils ont enseignés l’histoire et la géographie ?…

5 Réponse faite à « Catherine Clément qui lui demandait un jour si quelque chose l’épuisait dans la vie » in Patrick Kéchichian « Un rapport permanent à la littérature », Le Monde, 4 novembre 2009.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search