Version classiqueVersion mobile

La communication, point aveugle du métier de chercheur

 | 
Éric Dacheux
, 
Élise Aspord

Deuxième partie. Enseignements et regards d'une expérimentation

Le séminaire vu par les chercheurs en sciences de l’homme

Texte intégral

Impressions (Élise Aspord, Histoire de l’art)

  • 1 Propos avérés également par Nicolas Charlet, historien de l’art, de la villa Médicis.

1Pour rendre compte de l’apport de ce séminaire, je vais peut-être commencer par ce qui m’a rendu perplexe. Et ce qui m’a rendu le plus perplexe c’est finalement ma propre perplexité (et la perplexité des autres membres, me semble-t-il) face à la non-prise en compte, jusqu’à maintenant, du bon usage de la connaissance, du comment et du pourquoi de nos analyses, du processus à l’œuvre lorsque nous conduisons une réflexion1. Nos échanges sont venus combler, pour moi, un vide ; cette absence de retour sur ce que veut dire au fond être chercheur. Passer la surprise, je me pose la question de savoir si une telle lacune est typiquement franco-française ? Je la laisse pour l’instant sans réponse.

  • 2 Notes personnelles prises lors de la réunion de travail interne de l’ISCC Auvergne le 6 décembre 20 (...)

2D’où, à partir de ce constat, le développement, dans un deuxième temps, de ce qui m’a intéressé. Comment parler de sa discipline ? Comment appréhender celle des autres ? Il ne m’a jamais été évident, depuis que j’ai intégré l’équipe « Communication et solidarité » et le séminaire « Épistémologie de la communication scientifique », d’adopter certaines règles qui prévalent en sciences sociales, tout simplement parce qu’elles ne m’étaient pas naturelles. Il me semble qu’en histoire de l’art, nous avons très peu de description factuelle sur la méthodologie, le lieu et l’heure des réunions, l’identité des participants, ce qui est dit, ce qui est fait, comment nous mettons en œuvre nos recherches, etc. Ce qui, bien au contraire, rentre tout à fait dans la démarche normale d’un chercheur en sciences sociales qui décrit aussi bien la théorie, les hypothèses avancées…, que les moyens de parvenir à ces fins (enquêtes qualitatives/quantitatives, études empiriques, analyses des résultats…). Pour autant, je découvre que ces errements sont partagés. On peut ainsi noter une certaine incompréhension entre chercheurs sur le bien-fondé d’une explicitation extrêmement poussée du travail de groupe. Pour certains elle n’est en rien primordiale (Alex Esbelin), pour d’autres elle est constitutive même de la recherche (Éric Dacheux)2.

  • 3 Mail du 21 décembre 2012.

3Il n’est pas si simple de parler de soi, de ne pas se réfugier derrière l’emploi du « on » ou « nous » impersonnel et d’utiliser le « je ». Là encore, il s’agit sans doute de traditions particulières, liées à une aire géographique bien déterminée. Les anglo-saxons (les anglais notamment) « sont certainement plus enclins à inclure des remarques à caractères personnels dans leurs ouvrages (les rubriques de remerciements, au début des livres, sont en général beaucoup plus bavardes que celle des chercheurs français) », fait remarquer Jean-François Luneau3.

  • 4 Pourrait-on dire dans toutes les sciences ? Comment décrire l’émotion suscitée par un manuscrit sig (...)
  • 5 Historien de l’art, université Blaise Pascal, département Métiers de la culture, Clermont-Ferrand. (...)

4Ma discipline est, par ailleurs, remplie de paradoxes. On a le devoir en histoire de l’art de s’effacer devant la thèse alors même que le travail sur des œuvres incite aux commentaires, à l’émotion personnelle et hautement subjective. « N’oublions-pas que le biais de l’affect est, en histoire de l’art4, très important », énonce Jean-François Luneau5. Or il convient à certains moments de regarder son reflet dans le miroir pour mieux se connaître, comprendre davantage sa démarche, structurer sa pensée… Ce sont tout autant de démarches nouvelles, de questionnements…, que j’apprends au cours de ces rencontres et qui font, pour moi, tout l’intérêt de ce séminaire.

Clichés des savoirs, clichés sur les savoirs : ce que j’ai appris des autres sciences

5Ce premier développement tente de se débarrasser de tout usage du stéréotype en science. Loin des généralités, des lieux communs, des poncifs… il rend compte de l’écoute que j’ai eue et de ce que j’ai pu apprendre de mes autres collègues scientifiques. Il relève toute aussi bien de la photographie, un instantané des sciences (en l’occurrence très personnel), qu’une réflexion sur ce que peuvent être les clichés en science, et que tous, très certainement, nous possédons (parfois sans le savoir). Je tente, tant que faire se peut, de retranscrire la parole des divers interlocuteurs qui sont intervenus depuis mon adhésion. Elles sont tirées de notes prises lors de chacune des interventions.

Transdisciplinarité

  • 6 Les rapports parfois orageux entre membres d’une même discipline ou de disciplines différentes ne l (...)
  • 7 Voir Christophe Duroure, parcours de vie, octobre 2012.

6La naissance et les contributions qui ont fait et font la richesse de ce séminaire montrent l’importance, pour les chercheurs présents, de ce qui devrait être le sel de la recherche : l’ouverture d’esprit6, le métissage (Michel Serres), l’importance donnée aux phénomènes contradictoires, à ce qui frotte. Or nous voici tous confrontés à un problème inhérent aux études, celle d’une double articulation périlleuse introduite par Christophe Duroure, membre du groupe : à l’arborescence des savoirs des premières années – nées des passions propres à chacun – succède un élagage de plus en plus affiné qui a pour but de faire de nous « des spécialistes utiles »7.

  • 8 Voir le séminaire « Peut-on encore sauver l’anglais dans la communication scientifique » (22 sept. (...)

7Je me suis toujours posée la question presque sacrilège de savoir si une connaissance presque illimitée sur un sujet qui ne fait que se resserrer est, ou non, signe d’intelligence ? Cette question, tous ici se la posent également, me semble-t-il (mais je n’en avais pas une conscience aussi accrue qu’aujourd’hui), et c’est cette soif presque inextinguible de partager des savoirs pour mieux enrichir leur domaine respectif qu’il convient enfin d’étancher. Je me rends compte ainsi que l’assise des autres chercheurs concernant la vision qu’ils ont de leur domaine n’est pas aussi stable que je pouvais le supposer et que des sciences (ou des pratiques8) qui paraissent dominantes peuvent révéler, elles aussi, des fragilités. Ainsi au-delà des réponses qui peuvent ou pourront être apportées au cours de ce séminaire, il convient plus que jamais d’encourager un savoir de la question.

  • 9 Intervention séminaire « Le partage des savoirs : première session » (1er mars 2012).
  • 10 Voir « L’activité du groupe Épistémologie de la communication scientifique au prisme de la pensée d (...)
  • 11 Professeur agrégé de philosophie, académie du Puy-de-dôme (entretien, nov. 2012).

8Selon l’orientation prise par ce séminaire, tout indique que les multiples regards de lecture rendent l’objet de la recherche sur lequel ces regards se fondent, d’un intérêt bien plus grand que pris séparément. Il importe d’intervertir les savoirs (« C’est plus intéressant quand l’économie parle d’écologie », Mulnet9). Faut-il, pour autant, asseoir, comme le préconise Patrick Bourgne, les bases d’un site de « non-spécialiste »10 ? Car une contradiction apparaît, celle d’être à la fois bon dans sa discipline et de s’ouvrir à l’interdiscipline. Ainsi, énonce Jérôme Rouland11, la transdisciplinarité n’est intéressante qu’à partir du moment où l’on maîtrise déjà une discipline, ce qui n’exclut pas, dans un premier temps, de travailler aux frontières de sa discipline et d’acquérir ainsi petit à petit des compétences dans plusieurs domaines. Nietzsche se définissait comme savant mais pas trop.

  • 12 Science autonome par rapport à l’économie, la politique…
  • 13 Voir Écrire la science de Jean Claude Ameisen (2010).

9La parole donnée permet d’apprécier les difficultés rencontrées par chacun, avec des différences ou au contraire des analogies selon qu’il s’agisse des sciences humaines (science de la gestion, sociologie, histoire de l’art) ou des sciences dures (mathématiques, physique, chimie, météorologie…12) ; des sciences en cours d’élaboration (SIC/TIC) ou des sciences bien établies (économie, sociologie…) ; des savoirs académiques ou des savoir-faire. Il m’est difficile d’affirmer si tous traversent une crise identitaire qualifiée de « majeure » – on pose moins la question de la lisibilité, de la légitimité des sciences dures que des sciences humaines – mais pour tous la question du savoir désincarné et de sa nécessaire réincarnation se pose. « Un scientifique ne se contente pas de “faire” de la science. Il doit aussi l’écrire. Mais si l’article pointu destiné à des spécialistes est encore de la science, un bon livre de vulgarisation est déjà, presque, de la littérature. » Plusieurs questions en découlent : « Pourquoi cette pulsion d’écrire, chez un chercheur ? Comment faire parler une équation ? La langue ordinaire peut-elle accueillir des concepts nés en dehors d’elle13 ? »

  • 14 Au sujet de la gestion. Op. cit.
  • 15 Ainsi en va-t-il des mathématiques et de la physique. Séance « Des usages mathématiques en sciences (...)

10Aurait-on atteint les limites d’autonomie des sciences, celles où, n’ayant plus de prise avec les autres, on finit par ne se parler qu’entre soi. J’aime ainsi l’idée de science parasite (Serres 1980) et de discipline sécante « qui se nourrit du savoir disponible », relevé par Patrick Bourgne14. Il nous reste à définir, tout au long de nos échanges, quelles sont les connaissances cruciales, les points stratégiques communs à tous ; à refuser les discontinuités, à s’intéresser à la compatibilité des points de vues. Comment faire que certains rapports incestueux entre disciplines deviennent vertueux15 ?

Émergence du savoir

  • 16 Il importe de savoir qu’elles ont été les voies sans issue, ce qui n’est pas toujours évident, les (...)

11Au cœur de notre rapport se situe la réflexion autour de l’émergence des « idées nouvelles » en science. Un savoir n’est jamais acquis, il se doit d’être en perpétuelle évolution… La définition faite par Callon (1986) d’un « fait scientifique » comme « séries de traductions relativement stable », plutôt que comme « mesure la plus exacte possible » est à ce titre une hypothèse judicieuse. Pour avancer dans l’incertain, importance est donnée aux controverses, aux polémiques « utiles » (celle sur les origines du monde, de l’humain, de l’art…), au développement de l’esprit critique, à la réflexion autour des échecs théoriques (Kuhn)16, à la force de l’argumentation (ou contre-argumentation)… qui tous traversent nos disciplines et dont j’ai été témoin au cours de ces séances.

12Tout cet effort de clarification n’a qu’un seul objectif : apprendre à mieux se connaître pour parler haut et clair de ce que l’on sait et de ce que l’on ne sait pas et attendre du retour de nos interlocuteurs ce même effort d’éclaircissement, en un mot : communiquer.

Le génie de la communication : ce que j’ai appris sur la communication scientifique

  • 17 À voix nue, France culture, interview de la fille de Cendrars.

13Qu’est-ce que la communication ? Il y a le verbe qui nomme et la parole qui transmet17. Le moteur, le postulat de départ inhérent à toute communication est l’incompréhension. La communication est la meilleure façon de gérer cette incompréhension. Ainsi demandez à chacun de dessiner un arbre, tous vont s’exécuter, mais aucun, bien que respectant les caractéristiques générales de ce qui est communément appelé un arbre, ne sera pareil. C’est de ce léger écart que naît le discours, l’échange. La communication exige un accord fort : même dans son tempo le plus véhément, houleux (« Penser c’est dire non », Alain), il importe d’accepter de se parler. Si tel n’est plus le cas, on ne se parle pas et la communication est rompue.

14Qu’est-ce que la communication scientifique ? On ne peut pas apprendre à communiquer et pourtant, s’il y a bien un lien aveugle inhérent à toutes les disciplines, c’est bien celui de la communication, celle qui consiste à avoir une prise de parole honnête, celle qui va à la conquête du lecteur, d’un auditoire, d’une classe. Il se pose, en effet, à tout chercheur la question de la transmission, de l’enseignement, de la pédagogie, de la didactique. La communication scientifique est donc l’ensemble des communications mises en œuvre par le scientifique : thèse, publication, interview… pour exposer et défendre ses idées. Elle est de trois ordres :

  • Vulgarisation (« descendre vers ») : asymétrie avec le lecteur

  • Médiation : rencontre citoyenne

  • Démocratisation : accession du plus grand nombre au savoir

15D’un éclairage à un autre et suivant le degré de vulgarisation, la stricte exactitude scientifique doit parfois céder le pas à la volonté louable d’éclairer au mieux, et le plus simplement possible, le citoyen. Or, dans cet effort de médiation, de captation du public – auquel les laboratoires ne sont pas toujours préparés –, il y a nécessairement perte d’informations.

Médiation scientifique : communication versus expression

  • 18 Séminaire « les schémas dans les différentes disciplines » (17 juin 2010 au Centre d’Etudes et de R (...)
  • 19 Voir séance « Argumenter », octobre 2012.

16Dans cette réciprocité de la science avec le public, le jeu avec les médias est crucial. Or dans le contexte de la science fondamentale, dont les applications ne sont pas toujours visibles d’emblée, ou de la science appliquée, transmettre la connaissance reste un exercice périlleux. Comment faire parler la science, faire voir de manière juste et avec des mots simples des phénomènes complexes. Les débats animés qui ont eu lieu sur les schémas18, l’analogie, la « preuve » par l’image (photo, vidéo…) prouvent que la question n’est pas tranchée19 et que le choix de ce qui est montré et de ce qui est volontairement caché, tu… est important.

17Comment à la fois s’adresser au plus grand nombre (mettre en commun, communiquer) et faire entendre sa singularité (son expression) ? Car tout l’art réside dans le bon dosage de ces deux entités, un peu à l’image du poète qui tout en se saisissant de la langue commune à tous, fait jouer la matière sonore d’une manière qui lui corresponde en propre. Si tel n’est pas le cas, on reste dans le domaine du langage-action qui n’exprime ni ne signifie, tel qu’on le retrouve chez les animaux (qui communiquent très bien par ailleurs) ou les enfants sauvages.

La maîtrise des outils

18Quelles histoires racontons-nous aujourd’hui ? De quels moyens disposons-nous pour les transmettre ? La maîtrise des outils reste primordiale que ce soit en amont pour la récolte d’informations, qu’en aval pour dispenser le savoir. De ce point de vue le numérique a bouleversé la recherche. On peut désormais se confronter au monde de chez soi.

  • 20 Ce laboratoire est pluridisciplinaire. Il a été fondé en 2008 mais n’est devenu une EA (Equipe d’Ac (...)

Parcours de vie d’Élise Aspord
Depuis ma plus tendre enfance mon éducation oscille entre art et science avec un père « terriblement » matheux dans l’âme (centralien) et une mère professeur de dessin. Si mes premiers amours se sont très tôt tournés vers les arts, les lettres, les sciences humaines au sens large (histoire, philosophie…) c’est par un curieux renversement que je me retrouve aujourd’hui à côtoyer – et ce pour mon plus grand bonheur intellectuel –, un monde nouveau, celui des sciences. De ce monde, qui me semblait à l’époque si loin, je prends ainsi un malin plaisir à ce qu’il fasse ainsi irruption dans le monde des historiens de l’art, prouvant ainsi que art, science et société sont plus que jamais étroitement liés.
Mon attachement à la région Auvergne s’est fait dans le courant du collège (Jeanne D’Arc), puis du Lycée (Ambroise-Brugière, Montferrand), lorsque ma famille s’y est établie pour des raisons professionnelles. Ainsi, si aucun lien familial n’était avéré, en revanche l’acclimatation a été telle que, ce qui devait n’être qu’une énième étape, a fini par être définitive. Après un cursus universitaire en histoire de l’art des plus classiques (Lyon II), un tournant s’opère durant ma maîtrise avec une première approche sur art et informatique (étude sur l’artiste Miguel Chevalier). Nous sommes au début des années 2000. Poursuivit à Grenoble puis Paris, ma thèse (après une incursion en DEA sur le rapport image et son), s’appuie sur les récents travaux en intelligence et vie artificielles, ainsi qu’en robotique, dans le domaine de l’art. Le mouvement est alors balbutiant et l’acquisition de données et d’analyse sur le sujet assez délicat.
Les choses se faisant par hasard (un hasard provoqué parfois), de même que mon entrée dans le groupe « Communication et solidarité »
20 est dû à ma rencontre avec Patrick Bourgne ; de même ma première participation à l’épistémologie s’est faite à l’invitation d’Éric Dacheux, alors directeur du groupe. Je fais ainsi modestement partie de l’élargissement voulu par le groupe, dans la recherche qui est la sienne, à savoir faire jouer les disciplines ensemble, être pluri-, inter-voire trans- disciplinaire afin de s’interroger sur ce qu’est la communication scientifique et sur le fait de savoir si une épistémologie en est possible et si même elle existe.
Il y a de ces notions qui nous sont familières par leur dénomination mais pas dans les faits, l’épistémologie comme la transdisciplinarité sont à ce titre des exemples typiques. Ainsi, il me faut bien avouer ma quasi-ignorance, il y a encore quelques mois, sur ce qu’on entendait par épistémologie, ne m’étant jamais aventurée sur ce terrain au cours de mes études ou du moins, même si je la pratiquais (l’expérimentation n’étant pas la meilleure des méthodes), ne m’étant jamais vraiment arrêtée sur une analyse approfondie de ma discipline en tant que telle. À ces problématiques liées à l’histoire de l’art, s’ajoutent celles concernant l’histoire de l’art contemporain : comment réfléchir sur une discipline alors même qu’elle est en cours d’acquisition ? Peut-elle, même prétendre pour certains, appartenir à l’histoire de l’art ? En quoi en est-elle proche ? En quoi elle en diffère ? L’expérimentation que je mène aujourd’hui sera sans doute l’épistémologie de demain mais comment la qualifier aujourd’hui, comment la penser ?
Malgré ces difficultés de mise en œuvre, je me rends compte combien mes préoccupations de fond – l’alliance art, science et technique à l’orée des nouvelles technologies – m’avaient empêchée de voir combien la forme – la production de connaissance – était intéressante en soi. Même si, on le voit, les réponses ne sont pas claires, une analyse approfondie de ma discipline et des autres sciences en tant que telle (leur nature, leur méthodologie, leur évaluation…), du moins pris dans l’histoire, me paraît essentiel. L’intégration à un tel groupe résulte ainsi du désir de démêler cet écheveau, de l’intérêt du partage, d’exposer des idées et d’en débattre ensemble. Ceci contrebute merveilleusement tout mon travail de thèse qui s’est fait beaucoup en autodidacte, traversée un peu solitaire, péchant, non par orgueil, mais par l’illisibilité due à cette frontière floue où je me situe (importance du travail à la marge).
Cette saine confrontation, ouverte sur la philosophie (voire la poésie), apportera peut-être des réponses aux questions que certains chercheurs se posent, quand à une trop grande spécialisation. Comment sortir de cette ornière ? Est-ce souhaitable ? Dans quelle mesure ? Pour quels chercheurs ? Comment régler la tension qui existe entre la communication (mettre en commun, transmettre) et l’expression qui, au contraire, est le signe de la singularité (de ce qui n’est justement pas commun) ? À travers ces questionnements, l’occasion nous est présentée d’analyser la communication et l’épistémologie à l’aune de chercheurs parmi lesquels de grands noms : Nietzsche, Foucault, Callon, Latour, Serres, Leibniz, Deleuze, Levy Strauss, Bachelard, Platon… auxquels il est ainsi donné l’occasion à nouveau de se mesurer. Cet ensemble, discuté ici afin d’en retirer le meilleur pour améliorer son rapport avec l’autre (collègue, lecteur, public…), avec ce qu’est la connaissance, la science, l’art, la société… sont parmi la genèse de ma présence ici.

  • 21 Ils y auraient plus de gens qui ont la télévision, que de gens ayant des toilettes (98 % pour l’un, (...)
  • 22 Op. cit.

19La relation avec les médias demeure compliquée. Pour autant on ne peut se passer des mass-medias qui sont, aujourd’hui, omniprésents21. Journaliste et chercheur sont les deux faces de la production de connaissance mais avec des logiques qui leur sont propres. On découvre alors tout autant l’importance dans la vulgarisation « du mensonge par omission » (Didier Mulnier22), que le besoin – pour vivre en démocratie – de donner une explication aux choses. Non pour l’imposer, mais pour qu’elle soit discutée en dehors des laboratoires : dans la rue, les foyers, les écoles, les universités, dans la société. Éduquer, non pour faire de tous les citoyens des experts, mais pour donner les moyens à chacun de mettre en place sa propre expertise.

La question de l’art

  • 23 « Imagination is more important than knowledge. For knowledge is limited, whereas imagination embra (...)
  • 24 Voir Patrick Bourgne, op. cit.

20« La science est fille de l’étonnement » (Aristote). « L’imagination est plus importante que le savoir »23. Dans ce besoin de formalisation, je prédis que l’art et l’histoire de l’art ont leur rôle à jouer, notamment à travers une approche qui, tout en étant maîtrisée (on ne fait pas n’importe quoi), permet un accès plus intuitif, plus sensoriel des sciences. « La révolution scientifique pour William Ivins, ne vient pas de l’esprit, de la philosophie ou même de l’œil. Elle vient de la vision. L’esprit va devenir scientifique en voyant le monde en perspective »24. Et quel outil mieux que les arts (plastiques, musicaux, design…) peut-il ainsi rendre visible l’invisible des cieux, de la matière, de la complexité de l’univers au premier quidam que nous sommes. Les sciences dures (la physique, les mathématiques) sont une force de puissance mais elles ne sont pas forcément la plus vraie. La connaissance va bien au-delà de ces frontières. Un artiste (un romancier, un poète, un peintre, un musicien…) est tout aussi compétent pour livrer une meilleure appréhension, compréhension du monde. Pour Rousseau le chant et la musique, cette façon de moduler, de rythmer le son pour atteindre l’autre, étaient premiers. La science ne peut se faire sans passion.

  • 25 Voir D. Mulnier. Mettre du musc (odeur du loup), faire entendre son cri… sont des moments forts d’u (...)
  • 26 Les carrières scientifiques étant quelque peu désertées, le besoin de communiquer auprès du grand p (...)

21Dans sa force de déstabilisation, d’appréhension innovante du monde, l’artiste (ou le designer) peut donner du grain à moudre au scientifique25. Il devient alors un merveilleux relais pour une science parfois en déshérence26. Et ce, si tant est qu’il prenne bien garde de ne pas résumer son acte à un « coup de com » (où certains artistes excellent par ailleurs) ou s’il est bien préciser ce qui dépend de l’art (l’intention, le concept, l’idée) et ce qui est relié stricto sensu à la science, au beau, sans amalgame possible (ce qui est loin d’être toujours évident, le pouvoir de l’image et la fascination pour la technique étant immense). Il convient de toujours avoir à l’esprit que l’art nous informe en effet autant sur le monde environnant que sur l’artiste, autant sur le vivre ensemble que sur l’humain et ses tourments, ses félicités intérieures.

Principe d’égalité : enseignement versus communication

  • 27 Cette affirmation peut être discutée.

22Par ailleurs comment se sortir du présupposé suivant qui impose, pour qu’il y ait communication, une égalité (à ce titre, rappelle Éric Dacheux, le métier d’enseignement ne peut être rangé dans cette catégorie : le professeur fait face aux élèves27). Comment être dans une relation de don contre don alors même que celui qui reçoit devient débiteur et de fait infériorisé par rapport au donateur ? Cela est vrai pour toute intervention impliquant un orateur spécialisé et un public souvent néophyte. Le public doit être amené progressivement à devenir un public éclairé, capable de demander des comptes aux chercheurs, aux politiques… et ainsi renverser la dialectique du savant et de l’apprenant.

Les institutions, l’université

23La sanction d’un diplôme, la publication d’un article, la participation à un colloque… permet en premier lieu une reconnaissance institutionnelle, que tous ceux qui veulent intégrer le milieu universitaire recherchent. C’est la question de la validation des acquis.

Science in progress

24À l’échelle de notre groupe, certains spéculent sur une science « en train de se faire ». Si l’on gagne en liberté, en revanche une science qui se construit répond à des règles de communication particulières, qui ne sont pas celles d’une science faite, où il s’agit seulement, dans ce cas, de communiquer des résultats « vrais » à d’autres communautés (François Vazeille). Ceci est particulièrement valable pour mon cas très personnel mais que je ne crois pas unique. Si l’histoire de l’art a une assise relativement ancienne maintenant, celle se penchant sur les phénomènes hypercontemporains ne l’est, par définition, pas. Or comment parler du temps qui passe ? Des avancées ou des reculs presque quotidiens ? Quelles épistémologies adopter ?

Question de langage

  • 28 Attention les mathématiques sont un outil de description, voire de communication et non une langue (...)

25Dès que la question de communiquer se pose, celle d’une langue commune se fait sentir28. C’est là qu’interviennent, comme dans de nombreux domaines, des problèmes au niveau sémantique. De quoi parle-t-on ? Le passage d’un domaine à un autre a besoin d’être explicité notamment autour des mots-« étiquettes ». Le mot n’est pas le sens mais un instrument qui donne une signification. On essaye de limiter le mot par ses emplois (c’est le principe des dictionnaires) mais le mot seul ne dit pas tout. Le problème n’est pas lorsque l’on sait que l’on est différent mais lorsque l’on croit penser la même chose.

  • 29 Anglais.
  • 30 Séance « Peut-on encore sauver l’anglais dans la communication scientifique ? » (cf. annexe).
  • 31 Article paru dans le On Newsstands Now de septembre 2003.

26Si l’on doit s’entendre sur les termes exacts que l’on emploie, en revanche il est apparu combien le multilinguisme était lui recommandé pour développer sa pensée29. La langue n’est pas seulement un véhicule, elle englobe toute une culture. « Avec l’utilisation d’une seule langue le cerveau est en sous-régime » (Michaël Oustinoff)30. Il importe donc d’en maîtriser au moins deux, voire plus. Une seule langue est restrictive et induit une façon de penser. Il en va de même pour tout outil : l’utilisation d’un seul logiciel peut nous formater (Voir « Powerpoint is evil » d’Edward Tufte, professeur émérite de Yale31).

Ce que j’ai appris sur les relations entre les sciences sociales et les autres sciences

27Comme le rappelle Éric Dacheux, l’Institut des sciences de la communication (ISCC) du CNRS porte son attention, depuis plusieurs années, sur le binôme science et société, mettant, par ailleurs, l’accent sur l’interdiscipline et ses difficultés de mise en œuvre. Qu’est ce qui est de l’ordre de l’interdiscipline ? Qu’est ce qui est de l’ordre de l’instrumentalisation (au sens non péjoratif du terme) d’un savoir au bénéfice d’un autre ? Est-il judicieux de vouloir créer davantage de disciplines ?

Approches sociologiques des sciences

28Il existe une approche sociologique des sciences, celle qui consiste pour un sociologue à s’interroger sur ce qu’est la science. Ces approches sont une des façons de faire de l’épistémologie. L’approche sociologique pose comme postulat que c’est le groupe sociologique qui détermine le comportement, et donc le comportement scientifique. La science n’est pas transparente, elle est aussi un enjeu social : enjeu de pouvoir, de domination…

Pouvoir

  • 32 Entretien, nov. 2012, op. cit.

29Au cœur de ces pratiques se pose la question de ce qu’est la science. Celui qui maîtrise a un ascendant indéniable sur l’ignorant. « Avoir la science » (les mathématiques notamment) veut-il dire « avoir le pouvoir » ? Pour Jérôme Rouland32 la science en tant que telle n’est pas affaire de pouvoir, ce n’est que lorsqu’elle se met au service des techniques et des technologies modernes qu’elle acquière une influence considérable. Ce sont ceux qui détiennent l’argent qui ont le pouvoir et certaines disciplines y sont sensibles plus que d’autres. Ainsi, il paraît impossible aujourd’hui de faire de la physique, de la médecine… sans un équipement conséquent. Le poids de l’économie dans ces recherches est alors primordial, contrairement à la philosophie, aux lettres, aux arts… qui, s’ils ont du mal à exister, n’ont pas pour autant à dépendre d’un tiers pour avancer.

Interférences sciences sociales et sciences dures

  • 33 Utilisation des modèles de gravité en économie du développement ; utilisation des mêmes logiciels ( (...)
  • 34 Séance 8 « Des usages mathématiques en sciences : langue commune ou outil de communication ? » (9 d (...)
  • 35 Idem.

30Certaines des interventions qui ont eu lieu nous ont renvoyés à l’existence d’une porosité de plus en plus étroite entre sciences sociales (économie, sociologie, psychologie, art…) et sciences dures (physique33, mathématique notamment). Ce fut le cas notamment lors de l’intervention de Catherine Simonet34 : « Certains problèmes économiques ne pourraient jamais être étudiés sans recours aux mathématiques ». Le Social Science Research Council annonçait même en 1956 que : « quiconque voudra faire des sciences humaines devra connaître les mathématiques : les probabilités, les dérivées partielles, les dérivées totales,… ». Certes c’est également l’époque des mêmes propos optimistes sur l’intelligence artificielle et on en a vu depuis les limites. Pour autant « un des auteurs les plus vindicatifs envers les mathématiques en économie a montré qu’il y a vingt ans seul 30 % des cinq plus grandes revues en économie était dédié aux mathématiques. Aujourd’hui ce taux avoisine les cent pour cent » (Catherine Simonet35).

31Alors qu’il est difficile de tromper un véritable homme de science devant une avalanche de chiffres, pour des gens ignorants, les mathématiques deviennent un instrument de communication, un outil rhétorique. C’est ce qu’on appelle la sophistique des mathématiques, qui a de la sagesse l’apparence, non la réalité. Ainsi il suffit de connaître les croyances de la foule et d’aller en son sens.

  • 36 A la fois recherche de données chiffrées, indiscutables et impossibilité à mettre la société entièr (...)
  • 37 Reproche était fait par Hayek et toute l’école autrichienne aux économistes que l’utilisation des m (...)

32Les frontières se brouillent et, on le constate, cette évolution touche tous les domaines. La chimie quantique sur ordinateur est-elle toujours de la chimie, s’interrogeait-on lors de ce même séminaire ? Cette recherche de scientificité des sciences sociales qui se considèrent parfois un peu schizophrènes36, doit être interrogée. Cela en dit certainement long sur la crise identitaire traversée par des domaines en émergence à la recherche de leur crédibilité. Quoi de mieux alors pour se faire qu’une formulation algébrique ? Mais attention tout en posant le problème, cet exercice peut aussi le clore37. Les mathématiques ne sont pas que des instruments de mesure, elles peuvent induire un comportement suivant la façon dont on en fait usage. Ainsi, il a été développé au fil de nos débats qu’il importe de se méfier de la façon dont les statistiques, bien que mathématiquement rigoureuses, peuvent être interprétées. Il se pose alors la question de ce que veut dire être très rigoureux en science.

Reflet dans le miroir : ce que j’ai appris sur l’épistémologie38

  • 38 Ce paragraphe s’appuie notamment sur une discussion menée avec Jérôme Rouland, déjà cité à maintes (...)

33Épistémologie : (1906, Lar. Illus) : Étude critique des sciences, destinée à déterminer leur origine logique, leur valeur et leur portée.

Qu’est-ce que l’épistémologie ?

34L’épistémologie (gr. épistêmê, science et logos, étude) est l’ensemble des règles qui régissent une science (histoire, méthode, principe). Ce furent d’abord les philosophes qui s’y dédièrent puis progressivement cette activité dévolue à tout scientifique soucieux de s’interroger sur les fondements de sa connaissance, de sa pratique.

35L’épistémologie qui est donc une branche de la philosophie pourrait se résumer en trois points :

  1. nature de la connaissance ;

  2. étude des méthodes d’acquisition ;

  3. méthode d’évaluation objective et subjective du savoir.

  • 39 « Les vraies sciences dures ce sont les mathématiques et la logique. Le reste consiste à passer de (...)

36Doit-on parler de l’épistémologie comme d’une science ? La question reste posée. Elle est concomitante de la question suivante : qu’est-ce que la science ? La science, c’est la connaissance vraie39. Une science doit pouvoir se nier, porter en elle les ferments de la critique (Voir Popper sur la réfutation). Ainsi, d’aucun parlerait davantage de l’épistémologie comme d’une connaissance. Elle se veut explicative, elle donne à comprendre une science. Ce souci de vouloir tout expliquer est proche de la construction d’une mythologie qu’il importe de questionner. Un peu, comme l’explique Popper (1990), la psychologie qui, de ce fait, ne peut, selon lui, être à proprement parlé qualifiée de science.

37Par ailleurs, l’épistémologie fluctue selon l’Histoire des hommes, diffère suivant les siècles, les disciplines. Dans Les mots et la chose, Foucault définit l’épistémologie comme une vision du monde propre à une époque. Elle diffère également selon les acteurs d’une même discipline. C’est le cas notamment en médecine où un distinguo existe entre le praticien, le médecin, l’homme de l’art (qui se place du point de vue des malades) et les chercheurs purs, les biologistes qui n’ont pas les mêmes questions.

Théorie de l’évolution épistémologique : la science en train de se faire

38Que faire lorsqu’une nouvelle théorie apparaît ? Comment les sciences prennent-elles en compte son émergence ? Comment structurent-elles les nouveaux savoirs ? Comment réfléchir sur une discipline alors même qu’elle est en cours d’acquisition. La science en train de se faire est le règne de l’invention, de la découverte. L’homme met en place des modèles, puis les abandonne. L’exemple de l’ampoule chez Bachelard est, à ce titre, significatif. Pour s’éclairer (passer de la bougie à l’ampoule), il a fallu changer de paradigme : passer de la combustion à la non-combustion. Une partie de notre réflexion s’étant faite sur l’émergence des « idées nouvelles » en science, comment qualifier ce qui est en jeu à ce moment-là et qui est bien spécifique à cet état du temps présent. Ainsi là où traditionnellement, il y a (à juste titre) dichotomie entre les concepts de science et de croyance, préexiste dans la gestation et le développement d’une science naissante, une frontière « floue » entre ces deux concepts nécessaire à son fonctionnement.

  • 40 Voir entretien avec Jérôme Rouland, op. cit.

39Il convient de ne pas évacuer les réticences qui me sont apparues, à moi-même tout d’abord, puis lors d’entretiens avec des personnes extérieures (notamment extérieures au milieu universitaire). Aux uns comme aux autres il nous a sauté aux yeux que l’utilisation systématique du mot épistémologie peut être considéré par certains comme un abus de langage. Au final, de quoi parle-t-on ? Au risque d’irriter encore davantage, il faudrait aborder l’aspect négatif du marketing scientifique : l’épistémologie de la communication serait-elle de cet ordre ? À nous d’en signer la véritable pertinence, s’il y a lieu, car la question est posée (m’a été posée40) et ne saurait être évacuée. Par ailleurs, nous avons peu discuté de l’aspect dynamique (évolution dans le temps) des réseaux de recherche, peut-être est-ce l’occasion ici. Par rapport à beaucoup de réseaux de communication courants qui sont en général périodiques et donc quasi-homogènes en flux temporels d’informations, les réseaux de recherche (comme les réseaux artistiques) sont extrêmement intermittents et/ou hétérogènes (flux d’information très variables dans le temps).

Conclusion

  • 41 Voir l’annexe 3 de ce livre qui reproduit ce schéma.

40La « machine à trouver » idéale existe-t-elle ? Question des plus difficile car on se doit, pour la construire, de prédéfinir toujours à l’avance ce que l’on observe. Dans sa définition pour une « épistémologie pratique », Christophe Duroure met en scène l’image des deux arbres interpénétrés ; emprunt qu’il fait notamment au concept de rhizome de Deleuze41. Elle diffère cependant de l’original et de son principe d’arborescence, de structure et de complexité fractale : « ce n’est pas une forêt ». « En physique, on a une lecture scientiste. Or il importerait d’aller au-delà du triangle de Kuhn. Si le milieu du schéma représente ce qui tend vers la recherche « utile » (ou validée) ; il conviendrait aussi par ailleurs de prendre en compte les branches de la modélisation et de l’expérimentation ». Si l’arbre de modèle n’a pas de coût important, ce n’est pas le cas de l’arbre de résultat qui peut alors se monnayer selon des valeurs importantes.

Communication

  • 42 Il était rappelé en introduction à cet ouvrage que la communication fut souvent considérée, par les (...)

41L’acte de partage de ce qui nous anime, la volonté de faire croître ce même feu dans le cœur d’un auditoire (expérimenté comme néophyte) reste un challenge de taille pour le chercheur, pas toujours paré à ce genre d’exercice, comme le rappelait ma propre perplexité en début d’article. Séduire un public42, tout en maintenant un niveau de connaissance de grande qualité, rendre compte de réalités complexes avec la finesse la plus accrue restent primordiaux. Mais cette capacité n’est pas forcément acquise. De fait souvent on explique mal.

42Communiquer, c’est transmettre avant tout du sens, avec toujours dans l’idée d’un léger décalage (cf. l’image de l’arbre que chacun dessine avec ses particularités). C’est dans ce pas de côté qu’apparaît toute la richesse du langage échangé. On a bien pour base un sens commun (tout le monde à l’évocation d’un arbre ne sera pas tenté de dessiner une table), mais chacun en aura une image qui lui est personnelle.

43Être différent, libre et autonome, est une des valeurs clefs de nos démocraties. Pour autant, vivre en société c’est aussi créer du commun avec du différent ! Comment alors aborder au mieux cette tension perpétuelle à l’œuvre dans tous les étages de la société ?

44Communiquer, c’est également perdre du temps, s’autoriser le droit d’expérimenter, de faire d’éventuelles erreurs (voire de faire la sieste et de ne penser à rien !). C’était notamment toute la saveur de ce travail en groupe et en marge des désidératas de la recherche académique pure.

Transdisciplinarité

  • 43 Voir France Culture sur Einstein semaine du 12 août 2013.

45La science n’est pas qu’affaire de génie : « s’il y avait 200 Picasso, 300 Dali, une douzaine d’Einstein, le monde serait insupportable » (Dali)43. Elle est surtout le résultat d’un travail acharné, d’un effort collectif (ou individuel) intense, qui souvent se révèle frustrant. Nietzsche tirait une immense frustration d’un projet sur la raison qui restait, à ses yeux, lacunaire. De même, il peut arriver qu’il faille près de 2000 ans pour que les observations rejoignent les intuitions du début (par exemple, les atomes des grecs de l’Antiquité).

  • 44 Entretien téléphonique avec Stéphane Troiscarré du 21 décembre 2012.
  • 45 La réunion des deux n’augurant en rien d’une supériorité par rapport à d’autres travaux.

46L’art, comme la science, est affaire de passion. Pour ce qui est de l’art, de l’histoire de l’art… ce n’est que progressivement qu’une réflexion sur les esthétiques et leur glissement se sont constitués. Pendant les siècles précédents les artistes étaient tout autant créateurs, architectes, que mathématiciens, penseurs… puis ils se sont mis à côtoyer des scientifiques (voir au xixe Turner par exemple et l’influence des mathématiques), mais c’est au cours du xxe siècle que le Bauhaus (1re moitié), Fluxus (2e moitié)… ont mené plus avant ces recherches44. Rares sont cependant les réalisations qui soient à la fois œuvre d’art et œuvre de science45.

  • 46 Pierre Cassou Nogez, p. 86.

47Ce séminaire est « une manière d’être ensemble », aussi bien entre universitaires de disciplines différentes, qu’entre chercheurs et acteurs du monde socio-économique. Il est question de promouvoir une « science en plein air, ouverte à tous ». Nous croyons en une science réflexive (qui aide à réfléchir) et publique (et qui de fait alimente judicieusement les débats) ; une science aux mains d’une communauté ouverte, élargie, faite de spécialistes et de non spécialistes. Pour autant, il n’y a pas volonté d’osmose totale et complète. Ce qui compte c’est le bonheur de partager une question plutôt que de se savoir seul dépositaire de la réponse. Permettre l’écoute, se sentir entendu est un principe de l’échange, pour autant ce pari n’est jamais gagné. Le travail interdisciplinaire, transdisciplinaire vécu ici tente d’atteindre ce dessein toujours perfectible. D’ailleurs dans les faits, la question des savoirs eux-mêmes est souvent occultée « car on pense que cela va de soi » (Alex Esbelin). Or rien n’est moins sûr. Si « les mathématiques sont implémentés dans une zone de l’esprit sans ego46 », je ne suis pas sûre que l’on puisse en dire de même de l’ensemble du monde des chercheurs. Ainsi, j’ai pu observer à diverses reprises le manque de transversalité des disciplines, qui peut parfois prêter à sourire. La subdivision au sein de chacune d’entre elles est ainsi souvent forte et un travail interne doit souvent être mené.

  • 47 Alain Damasio. Ibid., p. 42.

48J’espère, au travers de ce texte, tirant ma force des débats avec mes collègues en sciences dures et sciences humaines, contribuer à établir une réflexion autour du métier de chercheur en histoire de l’art, non pas en opposition aux autres, mais au sein de cet univers élargi qu’est la Recherche. Ce travail participe de la bienveillance qu’il nous faut avoir pour nos disciplines et celles des autres. J’ai cette heureuse impression, à travers tout ce parcours dédié à définir ce que l’on est, ce que l’on veut et ne veut pas de son métier, d’avoir gagné en maturité. Si cet exercice a permis à certains de pouvoir répondre à des questions qu’ils se posaient jeunes (et dont les conclusions ou développements sont proches de leurs idées de l’époque), pour d’autres (moi en l’occurrence), il fut le déclencheur salutaire pour répondre à des interrogations que, avouons-le, je ne me posais pas de manière aussi accrue. Gardons-nous cependant à l’esprit que « comprendre et sentir c’est l’œuvre d’une vie »47. Ces quelques pensées sont donc un hommage aux participants de bonne volonté de ce séminaire – chacune de leur vie enrichissant la mienne – et qui, sans eux, n’auraient peut-être jamais été formalisées. L’esprit de notre entreprise est, certainement, à rapprocher de l’icône célébrissime qu’est devenu un Einstein tirant la langue ; un mélange de jubilation et de liberté de pensée. De l’audace, toujours de l’audace…

Bibliographie

Ameisen, J. C., Klein E., Leglu D. Château N. (Préface), Ecrire la science, Paris, Les Presses de l’ENSTA, 1 avril 2010, Les actes (coll.), 64 p.

Bachelard G., Epistémologie (textes choisis par Dominique Lecourt), Paris, PUF, 2010 (1re éd. 1972), 224 p.

Callon M., « Eléments pour une sociologie de la traduction – La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint Brieux », L’année sociologique, no 36, 1986, p. 169-208.

Cassou-Nogues P., La Mélodie du tic-tac : et autres bonnes raisons de perdre son temps, Flammarion, septembre 2013, 301 p.

Cassou-Nogues P., Les démons de Gödel : Logique et folie, Le Seuil, 2007, 279 p.

Descartes, R., lettre-préface des Principes de la philosophie, Flammarion, 1999, 134 p. (1ère Ed. 1644).

Dupouey, P., Epistémologie de la biologie, Armand Colin, 2005, 128 p. (1ère Ed. 1990).

Feltz B., « Le réductionnisme en biologie. Approches historique et épistémologique », Revue philosophique de Louvain, 1995, vol. 93, no 93-1-2, p. 9-32.

Feyerabend, P., Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, Le Seuil, 1988, 349 p. (1re éd. 1975).

Foucault M., Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1990, 400 p.

Hempel C., Elément épistémologiques, Paris, Armand Colin, 224 p., 2012 (3e éd.).

Jacob F. Le Jeu des possibles, Paris, Livre de Poche, 1986, 124 p.

Kuhn T., La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 2008, 284 p. (1re Ed. 1962).

Latour B., Nous n’avons jamais été modernes, Editions La Découverte, 2005, 205 p.

Lovelock J., Homage to Gaia : The Life of an Independent Scientist, Oxford University Press, 2000.

Mayr E., The Growth of Biological Thought : Diversity, Evolution, and Inheritance, Belknap Press of Harvard University Press, 1982 (trad. fr. Histoire de la biologie. Diversité, évolution et hérédité, Fayard, 1989, 894 p).

Petitot J. ; Thom R., Sémiotique et théorie des catastrophes, Presses Universitaires de Limoges (PULIM), 1996, 59 p. (Coll. Actes Sémiotiques).

Piaget J. L’Epistémologie génétique, PUF, 1996, 128 p. (Collection : Que sais-je ?) (1re éd. 1970).

Popper K., in Post-scriptum à la logique de la découverte scientifique, tome 1, « Le réalisme et la science Broché », Editions Hermann, octobre 1990, 427 p.)

Popper K., Un Univers de propensions, Ed. Eclat, novembre 1992, 79 p. Tiré à part (Coll.)

Popper, K., La connaissance objective : Une approche évolutionniste, Flammarion, 2009, 578 p.

Reeves H. ; De Rosnay J., Coppens Y., Simonnet D., La Plus belle histoire du monde, Paris, 2004, 192 p.

Saint sernin B., Le rationalisme qui vient, Paris, Gallimard, Paris, 2007, 337 p.

Serres M. Hermès V, Le passage du Nord-ouest, Éditions de Minuit, Paris, 1980, 200 p.

Tufte, E., « Powerpoint is evil », in Wired, September 2003.

Emission de radio

Rencontre entre Yannick Grannec et Pierre Cassou-Noguès. France culture, Émission la grande table (2ème partie) du 12 octobre 2012.

L’activité du groupe « Épistémologie de la communication scientifique » au prisme de la pensée de Bruno Latour et de ses maîtres. » (Patrick Bourgne, Sciences de gestion)

49L’exercice imposé par cet ouvrage nécessite une analyse personnelle portant sur l’expérience du séminaire selon les quatre principales sources d’enrichissement potentielles de cette initiative :

  • la diversité des activités scientifiques représentées au sein de l’équipe,

  • l’objet de ce séminaire, à savoir l’analyse de la communication scientifique,

  • la coexistence au sein du collectif de plusieurs sciences dites sociales et de plusieurs sciences dites « dures »,

  • l’accent fort mis sur l’épistémologie par les membres de notre communauté.

50Je m’acquitterai de cette obligation d’une façon un peu particulière. En effet, j’ai choisi d’analyser les activités du groupe « Épistémologie de la communication scientifique » en m’appuyant sur un ensemble de pensées cohérent comprenant à la fois les réflexions de Bruno Latour et celles de ses mentors, qu’il s’agisse de Michel Serres, de Gabriel Tarde ou du célèbre philosophe allemand Gottfried Wilhelm Leibniz. J’avoue une fascination personnelle pour les écrits de ces auteurs, et ce à la fois pour quelque chose que je ne m’explique pas vraiment et pour une raison que je lie aux particularités de ma discipline : les sciences de gestion. Cet intérêt marqué a constitué, en outre, l’une des motivations principales pour participer aux travaux du groupe.

51Mon implication dans le groupe est liée surtout à la diversité des activités scientifiques en son sein ainsi qu’à la cohabitation de sciences dites sociales avec des sciences dites dures. Cette situation justifie l’utilisation de “lunettes” élaborées par des théoriciens qui ont placé au cœur de leur pensée la principale raison d’être de notre collectif à savoir les échanges interdisicplinaires.

52J’articulerai mon propos autour de trois parties. Dans un premier temps, je présenterai dans ses grandes lignes les particularités des sciences de gestion pour faire le lien avec mon intérêt croisé pour les pensées de Latour, Serres et Leibniz et les fondements du groupe « Épistémologie de la communication scientifique ». Dans une deuxième partie, je montrerai la pertinence de l’objet du groupe avant d’analyser, dans un dernier temps, son fonctionnement à partir de trois séances spécifiques.

Parcours de vie de Patrick Bourgne
Mon parcours universitaire démarre avec la préparation d’une thèse portant sur le développement des entreprises de services industriels. Ce sujet m’a amené à m’intéresser à la notion de réseau qui m’a rapidement fasciné. La fréquence de l’utilisation du terme dans la deuxième partie des années 90 dans les sciences de gestion alliée à un sentiment vivace de se retrouver face à un artefact capable de dépasser les frontières disciplinaires constitue, je le pense, les raisons principales de cette attirance. Elles expliquent ma participation à un groupe de réflexion informelle réunissant économistes, gestionnaires, anthropologues et informaticiens autour d’un verre pour échanger jusque tard dans la soirée sur les différentes facettes du signifiant réseau. Elles justifient la préparation d’un enseignement spécifique sur les réseaux sociaux dispensés aux étudiants de 3ème cycle en sciences de gestion. De tout cela, j’ai gardé une sensibilité particulière aux démarches qui tentent de dépasser les frontières assignées par les différentes disciplines. Cette quête de l’universalité est ce qui m’a attiré, tout de suite, dans la démarche du groupe.

Mon intérêt pour le groupe expliqué par les questionnements liés à ma discipline, les sciences de gestion

53Issu des sciences de gestion, qui souffrent à la fois des problèmes inhérents à toutes les sciences humaines et d’un problème identitaire face à des disciplines plus anciennes (sociologie, économie, psychologie…), je me suis posé, de façon récurrente, la question de l’apport spécifique du chercheur et de la nature des connaissances qu’il peut produire. Il faut souligner que les disciplines de gestion ont d’abord été justifiées par un besoin de formation. Ce besoin est à l’origine de multiples querelles dans le cadre français (Chessel, Pavis 2001) :

  • querelle sur les « bénéficiaires » des sciences de gestion qui a opposé H. Fayol (président du CNOF et fils du fondateur de la « doctrine administrative), partisan d’un dispositif de formation à la gestion ouvert à tous les niveaux hiérarchiques de l’entreprise, aux tenants d’une discipline de gestion réservée aux cadres,

  • querelle sur l’enseignement des sciences de gestion à l’université justifiée par le problème de l’enseignement de la gestion, discipline pour laquelle, comme pour la médecine, la théorie ne vaut que si elle s’accompagne d’un savoir-faire et d’une immersion dans le milieu de travail futur (vision qui ne fait pas l’unanimité).

54Ce n’est que dans un deuxième temps que s’est posée la question de la construction d’un corps de connaissances autonomes, alimenté par la recherche.

55À partir de là, il a fallu s’interroger sur les caractéristiques des sciences de gestion constituées par un ensemble de démarches explicatives ou opératoires et qui s’appliquent à la conduite des organisations (Cohen 1997). Ces connaissances, qui ont en commun la maîtrise des problèmes techniques ou empiriques cognitifs ou opératoires posés par la mise en œuvre d’un potentiel, comprennent trois composantes principales :

  • les pratiques : il s’agit d’« activités de guidage d’une entreprise » comprenant : l’encadrement du personnel et des activités techniques. Les pratiques peuvent s’assimiler à la fois à des démarches, techniques, procédures, modes d’intervention dont les effets sont concrets, mais qui conservent un caractère local,

  • les discours, qu’ils soient illustratifs ou « exhortatifs », sont constitués d’énoncés à mi-chemin entre le domaine pratique et cognitif, entre le local et le global

  • les connaissances théoriques ou techniques sont constituées d’énoncés analytiques ou explicatifs concernant le comportement des entreprises ou des acteurs individuels. Ces connaissances ne visent pas forcément une application concrète, mais une amélioration du cadre cognitif des décideurs.

56Ces trois composantes sont alimentées par trois « fournisseurs de savoirs » concurrents :

  • les praticiens (chefs d’entreprises, cadres),

  • les consultants,

  • les enseignants-chercheurs.

57Le savoir produit par les praticiens est naturellement incarné et trouve naturellement sa place dans une discipline au caractère opératoire. Il est par contre souvent « discrédité » par rapport au savoir académique. À l’inverse, le savoir produit par les consultants et les enseignants-chercheurs se lie plus facilement aux connaissances existantes tout en étant plus distant de la réalité des affaires.

  • 48 Frank Cochoy, dans son histoire du marketing (Cochoy 1999) a su montrer le caractère parasitaire de (...)

58Dans ce contexte, je partage la conviction intime que la valeur ajoutée d’un chercheur en sciences de gestion, réside dans sa capacité à s’abstraire des nombreux particularismes locaux liés à la fois aux spécificités des organisations ou des secteurs d’activités et des multiples réponses disponibles dans les différents savoirs institutionnalisés. Cela nécessite, entre autres, une mise en perspective des traductions du problème de gestion dans le langage des différents champs disciplinaires qui peuvent être concernés par ce problème (économie, sociologie, anthropologie, psychologie…). Cela revient à transformer les sciences de gestion48 en un « parasite » (Serres 1980), c’est-à-dire une discipline sécante qui se nourrit du savoir disponible, que celui-ci émane de praticiens ou de théoriciens dont la diversité des approches en constitue l’intérêt premier.

59Pour cette raison peut-être peu avouable, l’un des présupposés du groupe : être capable de dépasser les différences entre les différents domaines scientifiques (y compris entre les sciences humaines et les sciences exactes), m’a attiré.

L’intérêt du groupe à la lumière des réflexions de Michel Serres

60Ce présupposé nécessite l’adoption d’une posture spécifique qui n’est pas sans conséquence. Comme le dit Michel Serres (Serres 1972) « la multiplicité mouvante de ces nœuds impose l’idée qu’il n’y a pas de science reine, c’est-à-dire de science référence ». En conséquence, il faut rechercher une position acceptable capable de concilier les antagonismes. Cela signifie que les efforts doivent porter non pas sur la totalité des connaissances dans chaque sphère, mais sur les connaissances cruciales, les points stratégiques. Ces points constituent l’une des préoccupations majeures de Leibniz dont Michel Serres est un des spécialistes. Pour le philosophe allemand, il y a unicité du réel que la philosophie cherche à penser en remontant aux principes métaphysiques d’où émane toute chose singulière. Exprimé d’une autre manière, cela revient à poser le problème de l’universel à travers la diversité du réel. Ce problème selon Leibniz peut être résolu en associant l’universel à deux notions (Carvallo-Plus 2001, Fremont 2003) :

  • à une notion qu’élabore le philosophe pour comprendre la réalité. Ils sont communs à toute réalité, mais jamais donnés immédiatement à l’expérience. La pensée la construit par abstraction,

  • à une notion qui caractérise cette procédure du savoir qui saisit ses objets en s’abstrayant de leur détermination purement empirique. La détermination de cette méthode renvoie à la logique.

61L’idée de travailler de façon transversale à une épistémologie de la communication scientifique a été, à mes yeux, un moyen de trouver une illustration pratique à ces éléments théoriques. Le projet m’a paru d’autant plus intéressant et ambitieux qu’il poursuit l’objectif de faire travailler ensemble des spécialistes des sciences de la nature, des sciences formelles et des sciences humaines. Dans le dernier volume de sa série « Hermès », Michel Serres (Serres 1980) souligne avec beaucoup de poésie les rapports difficiles entre sciences humaines et sciences exactes :

« Le passage du Nord-Ouest fait communiquer l’océan Atlantique et le Pacifique, par les parages froids du Grand Nord canadien. Il s’ouvre, se ferme, se tord à travers l’immense archipel arctique, le long d’un dédale follement compliqué de golfes et chenaux, de bassins et détroits, entre le territoire de Baffin et la terre de Banks. Vous l’embouquez au détroit de Davis, il finit en mer de Beaufort. De là, courez le nord de l’Alaska vers les Aléoutiennes. Délivrance, vous donnez sur le Pacifique. Le voyage est difficile, les chemins sont rares et parfois barrés.
Les sciences exactes ne sont pas liées aux sciences humaines par un simple intervalle, une interface, ou un espace lisse. Le passage du Nord-Ouest correspond, en image, à leurs relations compliquées. La route est coupée, elle est libre, le voyage est une aventure, il dépend des lieux, du temps, des circonstances. Tracé sur une carte, le chemin est cependant spécial, original, chaque traversée le trouve différent. »

62C’est ce territoire qu’a choisi d’explorer Gabriel Tarde (Tarde 1993) à la fin du siècle dernier en explicitant les lois universelles de l’imitation qui concernent aussi bien la chimie, la physique, la biologie et la sociologie.

63Pour moi, les membres du groupe « Épistémologie de la communication scientifique » continuent sur cette voie en se transformant en explorateurs. C’est une contrée hostile constituée de multiples îlots agencés en labyrinthe qu’ils doivent affronter.

64Pour procéder à cette exploration et en reprenant un propos de Michel Serres, tout ce qui vient d’être dit revient à accepter que la vérité de la science soit de deux ordres : locale si elle dépend du référentiel régional et du système qui s’y insère ; globale elle est indépendante de toute référence. Il convient donc de trouver un site de « non-spécialiste », ce regard étant forcément un site mobile et/ou un chemin de la circulation conceptuelle. C’est une position dangereuse et instable.

65Tout ce que j’ai vécu et ressenti au cours de ma participation au groupe valide ces propos.

L’intérêt de trois séances de travail à travers le prisme des écrits de Bruno Latour

66J’ai été marqué plus particulièrement par trois séances : une séance sur l’utilisation de l’Anglais dans les communications scientifiques, une sur les schémas et une sur les relations entre les journalistes et les scientifiques.

67– Au cours de ces séances de travail, j’ai eu davantage l’impression de travailler à une anthropologie des sciences aux caractéristiques avant tout humaines qu’à une réflexion épistémologique froide et désincarnée. De façon claire, ma participation au groupe ne m’a pas apporté beaucoup de connaissances nouvelles quant aux savoirs locaux propres à chaque discipline. Je n’ai pas non plus le sentiment d’avoir progressé dans la connaissance fine de la façon dont les différents savoirs sont structurés dans les sciences de la nature et dans les sciences formelles. Par contre, j’ai le sentiment de m’être enrichi au contact des différentes personnes du groupe. Au lieu de parler de ce dont j’ai appris des autres sciences, il me paraît plus juste ici de parler de « ce que j’ai appris des participants au groupe ». Ce ne sont pas les disciplines froides et désincarnées qui m’on nourrit, mais ce sont les individus qui les pratiquent et qui les incarnent au sein du groupe avec toute leur singularité. Ils m’ont transmis une humilité et une propension constante à avoir en tête ce que l’on ne connaît pas et ce que l’on ne comprend pas. Ils m’ont transmis également une ouverture d’esprit seule capable de dépasser les poncifs de la pensée scientifique pour porter un regard singulier sur le monde qui nous entoure et y trouver des questions et quelquefois des réponses. Dans cette veine, j’ai été marqué par l’intérêt appuyé par les personnes du groupe issues des sciences exactes pour les sciences humaines. J’ai été marqué par la volonté des membres de sortir du champ scientifique d’origine pour se retrouver dans des postures inconfortables.

68Au cours de cette expérience, ce que j’ai appris sur la communication scientifique m’a conforté dans mon intérêt personnel pour les travaux de Bruno Latour. Tout ce que j’ai retenu met en avant le caractère hybride de la communication scientifique, qui emprunte à la fois à la rhétorique et à la raison. Selon moi, l’ouvrage Cogitamus (Latour 2010) soutient avec force cette thèse.

69Cela revient à penser les dispositifs (humains ou non humains) qui permettent de traduire la pensée du chercheur. Il est alors possible d’y voir un lien avec le schématisme kantien qui articule le monde noétique avec celui plus concret des phénomènes et des sensations.

70Il me semble que la langue constitue un de ces dispositifs. À ce titre, la séance sur l’anglais scientifique a montré qu’une chose allant de soi aujourd’hui et considérée comme neutre, pouvait avoir un impact sur le développement de savoirs a priori très éloignés de ces questions.

71La séance sur les schémas, dispositifs visuels, qui a réuni des géographes, des économistes, des physiciens, mathématiciens, biologistes et spécialistes des sciences de la communication a montré à la fois l’intérêt et l’universalité des questions qui tournent autour de la transformation en image(s) de phénomènes complexes. Cette transformation offre l’intérêt de permettre à l’œil de voir d’un seul coup plusieurs éléments disjoints. Elle pose néanmoins le problème de la justification du choix de ce qui est montré et de qui reste invisible. Elle est encore au centre des écrits de Bruno Latour (Latour 2006) qui fait référence à William Ivins en écrivant : « La révolution scientifique pour William Ivins, ne vient pas de l’esprit, de la philosophie ou même de l’œil. Elle vient de la vision. L’esprit va devenir scientifique en voyant le monde en perspective ».

72La séance sur le rôle des journalistes dans la communication scientifique a montré l’importance des relations entre les scientifiques et les médias. J’ai été très surpris notamment par l’intérêt porté par les physiciens et les biologistes pour cette question. Imprégné de l’aura d’une activité scientifique qui dévoile petit à petit les secrets d’une nature transcendantale, je ne m’imaginais pas que cette même activité puisse se passionner par la question de la mise en société de ces savoirs par le biais des médias de masse. Après réflexion, cet étonnement illustre selon moi la pertinence de ce que Bruno Latour (Latour 1997) a écrit et qui a suscité de vives réactions lors d’une présentation aux membres du groupe :

« Le théorème de Pythagore ou la constante de Planck s’étendent dans les écoles et dans les fusées, dans les machines et dans les instruments, mais ne sortent pas davantage de leur monde que les Achuar de leur village. Les premiers forment des réseaux allongés, les seconds des territoires ou des boucles, différences importantes et qu’il faut respecter, mais n’allons pas transformer pour autant les premiers en universaux et les seconds en des localités. »

73Si l’on garde en tête cette affirmation et si l’on accepte les conséquences un peu dérangeantes qui consistent à considérer le savoir scientifique comme une croyance, on est peut-être moins surpris du développement des controverses scientifiques. L’institution « science po » en a fait l’une de ses spécialités, ce qui montre l’immersion de la science dans l’espace publique et les rapports étroits entre science et politique.

74En ce qui concerne les relations entre les sciences exactes et les sciences humaines, j’ai surtout été frappé par l’importance des clichés et des stéréotypes qui rendent parfois difficiles les relations entre les deux territoires. Dès lors un travail de fond qui nécessite de faire travailler ensemble des chercheurs issus de domaines aussi différents nécessite du temps et de la patience. Aussi, j’ai le sentiment que le projet d’un groupe pluridisciplinaire sur l’épistémologie de la communication scientifique ne peut prétendre à la publication de savoirs nouveaux sans disposer du temps suffisant pour dépasser les poncifs. Cette contrainte lourde peut poser problème dans un contexte ou la visibilité du chercheur et son rendement sont primordiaux.

75En conclusion, j’ai le sentiment d’avoir vécu la différence entre l’épistémologie qui observe un champ de connaissances a posteriori et l’anthropologie des sciences qui observe la science en train de se construire. C’est la démarche humaine avec ses imperfections et ses apories qui m’a semblé prédominante.

Bibliographie

Carvallo-Plus S., Leibniz, Paris, Hachette, 2001.

Chessel M.–E., Pavis F., Le technocrate, le patron et le professeur, une histoire de l’enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, 2001.

Cochoy F., Une histoire du marketing, discipliner l’économie de marché, Paris, La Découverte, 1999.

Cohen E., « Épistémologie de la gestion », in Encyclopédie de la gestion, Paris, Economica 1997, p. 1158-1177.

Fremont C., Singularités : individus et relations dans le système de Leibniz, Paris, Vrin, 2003.

Latour B., L’espoir de Pandore – Pour une activité réaliste de l’activité scientifique, Paris, La Découverte, 2007.

Latour B., Nous n’avons jamais été moderne – Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte, 1997.

Latour B., Cogitamus : six lettres sur les humanités scientifiques, Paris, La Découverte, 2010.

Latour B., « Les “vues” de l’esprit – Une introduction à l’anthropologie des sciences et des techniques », Akrich M., Callon M., Latour B. (dir.), Sociologie de la traduction, Paris, Mines Paris, 2006.

Serres M., Hermès 2 : L’interférence, Paris, Les éditions de minuit, 1972.

Serres M., Le parasite, Paris, Grasset, 1980.

Serres M., Hermès 5 : Le territoire du nord-ouest, Paris, Les éditions de minuit, 1980.

Tarde G., Les lois de l’imitation, Paris, Kimé, 1993.

L’enjeu de la communication scientifique : la démocratie (Éric Dacheux, sciences de l’information et de la communication)

  • 49 Voir les travaux de F. Millerand (2009).
  • 50 Dans les principaux manuels d’introduction aux sciences de l’information et de la communication (Br (...)

76En 2009, l’appel, à projet de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), portant sur la création de séminaire pluridisciplinaire sur l’épistémologie comparée de l’information et de la communication était pour moi l’opportunité de construire en Auvergne un jeu gagnant-gagnant. D’un côté, je pouvais apporter à mes collègues chercheurs les travaux des sciences de l’information et de la communication (SIC) analysant comment la constitution d’une société de l’information modifiait certaines pratiques scientifiques (blogs scientifiques par exemple49), de l’autre, la rencontre avec des collègues d’horizons différents me permettait de mieux comprendre les enjeux et les difficultés de l’interdisciplinarité, terme revendiqué comme étant un des marqueurs clef de ma discipline50. Cinq ans plus tard, pour présenter un bilan personnel de ce séminaire, je vais m’efforcer de distinguer deux choses : mes conceptions de départ sur l’épistémologie et la communication scientifique que ce travail réflexif m’a permis d’identifier (première partie), les leçons que je retire des séminaires auxquels j’ai participé (deuxième partie).

La communication scientifique : révélateur de doxa épistémologiques différentes entre les sciences sociales et les autres sciences

77En participant à la rédaction collégiale du premier appel d’offre de l’ISCC avec F. Vazeille, C. Duroure et J. Longhi, j’avais en tête l’idée que ce qui faisait le plus obstacle à la communication entre chercheurs de sciences sociales et les autres chercheurs était moins ce qui s’entendait (le vocabulaire, les références théoriques) que ce qui ne se percevait pas (les conceptions différentes de ce qu’était la science). Cette hypothèse se basait sur des expériences pratiques (mes participations au conseil d’administration et au conseil scientifique d’universités pluridisciplinaires), mais aussi sur un cadre théorique présenté ailleurs (Dacheux, 2007) qui fait de la société un « ensemble des ensembles » (Braudel, 1981) articulant le politique (l’élaboration de la norme), l’économique (la subsistance et la valorisation de l’homme) et le symbolique (la circulation du croire entre des constructions collectives autonomes et/ou hétéronomes)

La science : une construction symbolique, deux conceptions de la connaissance

  • 51 Comme le célèbre « Dieu ne joue pas aux dés » d’Einstein.

78Dans ce cadre d’analyse, la science est donc une construction symbolique. Un processus social qui contribue à la réflexivité des individus et de la société. Comme toute construction symbolique, la science est en interaction conflictuelle avec les autres constructions symboliques celle du pôle immanent comme celle du pôle hétéronome. Il y a, bien sûr, des oppositions fortes entre ces deux pôles (entre science et religion, par exemple), mais aussi une grande porosité (des sciences se constituent autour de l’objet religion, la religion trouve dans la science de quoi mieux se comprendre, voire de quoi se justifier51). Sur le plan épistémologique, cette construction symbolique se caractérise par deux éléments : d’une part c’est la production de connaissance qui obéit à une méthode particulière (la réfutabilité de K. Popper), d’autre part, c’est une activité communicationnelle puisque une découverte ne devient vérité scientifique qu’après un long travail de mise en forme et la constitution d’un réseau qui lui apporte soutien et crédibilité (Latour, 1989). Si la science est une production et une activité communicationnelles, c’est parce qu’elle est portée par des chercheurs, des êtres sociaux. Cette double caractéristique commune (connaissance réfutable et communication persuasive rationnelle) peut laisser croire à une profonde unité de la science. C’est d’ailleurs sur la base de cette conviction unitaire que s’appuie Émile Durkheim, en 1895, pour fonder une science de la société qui analyse « les faits sociaux comme les choses » (Durkheim, 2009). Pourtant, cette manière positiviste de concevoir les sciences sociales sera critiquée, à la même époque, par Whilem Dilthey (1988) pour qui les sciences de la nature cherchent à expliquer (identifier les causes d’un phénomène) tandis que les sciences de l’esprit visent à comprendre, c’est-à-dire à délimiter le sens d’un phénomène.

La communication scientifique : un processus non réductible à la vulgarisation scientifique

  • 52 La doxa est, pour Pierre Bourdieu (1984), le savoir implicite propre à une société ; ce qui, dans u (...)

79Selon Paul Rasse (2002), sous le terme communication scientifique et technique, on désigne ce que l’on nommait au xixe la vulgarisation des sciences. Pourtant, la communication scientifique ne se réduit pas à cette relation externe science-société. La communication scientifique concerne aussi les relations internes, les échanges d’idées entre chercheurs à l’intérieur d’un laboratoire, dans un colloque ou à travers des revues. Or, dès que l’on entre dans un débat pluridisciplinaire entre chercheurs de sciences explicatives et chercheurs en sciences sociales, la communication devient compliquée en raison, principalement, d’un manque commun de connaissances en épistémologie. Faute d’une formation universitaire suffisamment conséquente, les chercheurs s’en tiennent à la doxa52 nourrissant leur champ disciplinaire : la vision, normative et enchantée, d’un savoir universel et atemporel, vrai, capable de justifier ses affirmations par des preuves pour la plupart des chercheurs en sciences explicatives ; la vision, sociologique et désenchantée, d’un savoir historique et partiel, fruit instable d’un consensus majoritaire entre chercheurs, pour beaucoup de chercheurs en sciences sociales rejetant le positivisme. En tout cas, c’est sur cette hypothèse explicite que s’est lancée la première saison du séminaire épistémologie de la communication scientifique. De quelle manière ce séminaire a-t-il fait évoluer ces conceptions théoriques que nous venons, a posteriori, de reconstituer ?

Point intermédiaire : une analyse nécessaire d’un point aveugle du métier de chercheur, mais une réflexion épistémologique qui reste au point mort

80Après cinq ans de fonctionnement et près de vingt séances organisées, que m’ont appris ces débats variés sur plusieurs aspects de la communication scientifique ? Tout d’abord, et c’est le plus important, que c’est un plaisir formidable et une chance inouïe que d’avoir la liberté d’explorer sans avoir la pression du résultat. Même si ces séances représentaient, pour tous, un travail supplémentaire par rapport à nos obligations académiques, elles constituaient des espaces de liberté intellectuelle, la preuve concrète que l’on peut encore prendre des risques intellectuels sans remettre en cause la survie financière de son laboratoire ou le déroulement de sa carrière. Une mise en parenthèses des contraintes administratives et financières à la fois bienvenue et cependant inquiétante : pourquoi ce droit à la libre découverte de nouveaux territoires intellectuels, de nouvelles méthodes de travail est-il si faible actuellement ? Bien sûr, d’autres éléments, plus factuels, se dégagent de ce travail au long cours. Conformément aux consignes éditoriales que nous nous sommes donnés collectivement, je les regrouperai en trois rubriques : ma perception des autres sciences, ma compréhension nouvelle de la dichotomie sciences dures/sciences sociales, mon nouveau regard sur la communication scientifique. Je dois préciser que cette interprétation subjective du séminaire se base autant sur les notes personnelles prises lors de ces séances que sur les documents de travail réunis par les collègues (note d’intention et compte-rendus subjectifs pour l’essentiel).

Ce que j’ai appris des autres sciences

  • 53 Droit, économie, science de gestion, histoire de l’art, civilisation, géographie, linguistique, soc (...)

81Le pari le plus difficile – le plus stimulant également – de ces différentes séances était de mettre en contact des chercheurs de tous les horizons. Bien entendu, toutes les disciplines ne furent pas représentées lors des séances mais un panel aussi large que celui que nous avons su réunir53 reste très rare.

a – Un statut académique unique mais des pratiques professionnelles très diverses

82Cette diversité, et c’est le premier point, m’a permis de prendre conscience de l’extrême disparité de nos pratiques professionnelles : de la manière de travailler (seul ou en équipe, dans un labo ou à l’extérieur, etc.) à la manière de signer un article (par ordre alphabétique, en nommant le contributeur principal en premier, etc.) en passant par l’encadrement des thèses (dès la titularisation en tant que MCF ou pas avant l’HDR, etc.), les budgets manipulés (de plusieurs millions d’euros à quelques centaines) ou l’évaluation (par la bibliométrie, des points attribués aux revues suivant leur rang, etc.), rien n’est en définitive commun à des professionnels partageant le même statut. Rien, si ce n’est peut-être, justement, la communication scientifique, qui ne saurait se réduire, comme je le croyais initialement à deux aspects (la communication entre société et grand public, la communication entre chercheurs). J’y reviendrais par la suite.

b – Les mathématiques : une connaissance aux multiples fonctions, mais pas forcément un outil universel de communication

83Étant « nul en math », ces dernières sont toujours restées pour moi assez mystérieuses. La seule fonction que je leur connaissais était politique (établir des statistiques pour lever l’impôt et gouverner) et positiviste : permettre aux sciences sociales de se réclamer de sciences dures en quantifiant des données. La séance sur les schémas et celle sur les mathématiques (voir la liste et le résumé des séances en Annexes) ont profondément enrichi cette vision. Tout d’abord, il se pourrait fort bien que les mathématiques soient des représentations graphiques de ce que l’on a souvent du mal à se représenter (l’infiniment petit ou l’infiniment grand par exemple). De même, c’est de la nécessité de mesurer correctement les terres afin de reconstituer les cadastres après les crues du Nil, de la volonté de compter les moutons de son troupeau et de l’ambition de construire des maisons qui ne s’effondrent pas d’elles-mêmes que sont nées les mathématiques. Loin d’être des jeux formels abstraits, les mathématiques décrivent certains états physiques. Mais les mathématiques ne sont pas seulement des outils descriptifs du réel, elles sont utilisées, en physique pour simuler la réalité et faire des propositions théoriques, tandis qu’en économétrie, elles peuvent être employées pour réfuter une nouvelle théorie. De plus, si les mathématiques peuvent faciliter la compréhension entre chercheurs utilisant les mêmes équations, les mêmes formules, elles sont devenues aujourd’hui un domaine trop grand, trop éclaté, pour être la langue scientifique parfaite et universelle dont rêvait Descartes.

c – L’importance grandissante de la question du partage du savoir

84Les deux séminaires consacrés à ce sujet m’ont permis de prendre conscience de cette thématique. Il ne s’agit plus de transmettre un savoir (celui des économistes du développement aux populations du tiers monde, par exemple), ou de l’extraire (s’approprier des recettes ancestrales pour trouver de nouvelles molécules en pharmacologie), mais de dialoguer avec des populations (les communautés Inuits pour les spécialistes du climat travaillant sur la neige, les plus démunis pour les sociologues), de manière à construire un savoir commun. L’enjeu est de développer un jeu gagnant-gagnant : construire une modélisation qui soit la plus proche du réel pour le chercheur, développer ses capacités d’action et de réflexion pour le citoyen. Suite à ces deux séminaires, je me demande si le leitmotiv d’ATD Quart Monde « ce qui se construit sans les pauvres se construit contre eux » ne pourrait pas facilement se généraliser à l’ensemble de la population « le savoir qui se construit sans les citoyens se fait contre eux »…

d – La méconnaissance des médias

85Au premier trimestre 2011, deux séances ont été consacrées à la communication vers le grand public. La première intitulée « Presse et science » a permis de confronter le point de vue d’une journaliste et des chercheurs. Les échanges ont montré très clairement que chacun avait en tête la temporalité très différente de chaque univers professionnel : le temps médiatique est beaucoup plus court et volatile que le temps de la recherche. Par contre, il est apparu clairement un divorce sur deux choses. La première est une asymétrie de connaissance. Si les journalistes scientifiques connaissent bien le monde académique, à l’inverse les chercheurs méconnaissent totalement les contraintes qui pèsent sur le journalisme. Les médias restent pour eux des boîtes noires, l’économie des médias, la précarité des journalistes et leur nécessaire polyvalence sont totalement ignorées. Deuxième chose, il existe deux visions qui ne parviennent pas toujours à s’accorder : celle du journaliste auteur de son texte, connaissant le public à qui il s’adresse et qui peut donc légitimement vouloir assumer seul le contenu du message qu’il diffuse, celle du chercheur qui parle en son nom mais aussi en celui de son institution et qui veut, tout aussi légitimement, que le message délivré soit parfaitement conforme à la vérité scientifique et qui peut alors chercher à relire le texte du journaliste avant diffusion. Un conflit de légitimité qui ne se produit pas quand le chercheur ne demande pas à relire le texte ou quand le journaliste propose cette relecture, mais qui se développe quand le journaliste refuse la relecture par le chercheur interrogé.

e – Une typologie des lois scientifiques

86Organisée en partenariat avec l’école doctorale « Droit - Science économique », la séance « La notion de loi dans différentes disciplines scientifiques » a été particulièrement éclairante. En effet, partant de la citation de Montesquieu la loi « est un rapport nécessaire qui dérive de la nature des choses « […]. le monde est formé par le mouvement de la nature or ces mouvements ont des lois invariables », François Vazeille a montré que le physicien, bien que cherchant à découvrir ces lois invariantes, en trouvent qui n’ont pas le caractère absolu et atemporel qu’on leur prête parfois. Effectivement, les lois des physiciens ne sont pas intangibles (elles évoluent comme celle de la chute des corps de Galilée à Einstein en passant par Newton), ne sont pas totalement universelles (elles ont un domaine de validité précis, le vide pour la chute des corps), ne sont souvent qu’approchées (la loi de Hubble-Lemaitre) même si l’utilisation de formules statistiques permet de les utiliser facilement. Autrement dit, comme le signalait en introduction la juriste Nadine Brejon, il y a bien deux types de lois : les contraintes subies (règles de droit imposées par le législateur) et les accords choisis (contrats librement consentis). Il m’a semblé, au terme de cette séance, que les lois scientifiques résultaient plus du deuxième registre (l’accord temporel au sein d’une communauté scientifique donnée) que du premier (la mise en lumière définitive de formules mathématiques rendant compte d’un phénomène dans sa totalité). De plus, les gestionnaires Pascal Lièvre et Pierre Mathieu ont introduit une deuxième typologie fort éclairante, entre, d’une part, les lois construites sur la régularité et d’autres sur les exceptions. Ce sont les dernières qui sont le plus utilisées en gestion pour comprendre, par exemple, quelles règles de gestion mettre en place en cas de crise (mieux vaut s’appuyer sur l’expérience des rares entreprises survivantes que sur celles des très nombreuses firmes disparues).

Ma compréhension nouvelle de la dichotomie sciences dures/sciences sociales

87Même si, comme je viens de le faire dans le paragraphe précédent, je peux attribuer à telle ou telle séance telle ou telle leçon m’ayant marquée, c’est, en réalité, dans la continuité de la réflexion sur les cinq ans que s’est opéré le changement le plus profond. En particulier, ma vision de départ sur la science s’est enrichie et débouche sur une nouvelle appréhension des rapports entre sciences dures et sciences sociales.

a – Des sciences dures hétérogènes

  • 54 La découverte de la nature atomique de la matière serait due à Daniel Sennert (1572-1637) qui était (...)

88Vues des sciences sociales, les sciences explicatives sont souvent perçues comme formant un tout compact marqué par une même méthode (formalisation mathématique, expérimentation) et une même pratique professionnelle (publication dans des revues anglo-saxonnes, utilisation d’équipements lourds). Ce séminaire m’a permis de remettre en cause cette unité. Les mathématiques sont bien à part des autres sciences dures, puisqu’elles ne reposent pas sur l’expérimentation, mais sur le principe de non-contradiction. Elles sont alors très proches de la logique développée par les philosophes. La biologie, avec son principe d’émergence (le passage de l’inerte au vivant), son affirmation du caractère irréversible de l’évolution, sa découverte de la singularité de chaque être vivant, n’est pas forcément sur la même conception positiviste de la science que les physiciens. Ces derniers étant d’ailleurs largement divisés entre ceux qui développent des théories mathématiques et ceux qui cherchent à les vérifier en créant des expérimentations. De même si, après Lavoisier, certains chimistes se réclament d’une « physique moléculaire », d’autres, n’oubliant pas ce que la chimie doit à l’alchimie54, renoncent aux grandes explications théoriques pour se consacrer à des problèmes industriels concrets. Il y a donc des pratiques professionnelles très différentes les unes des autres. Enfin, les séances sur le chaos et sur la notion d’intermittence ont amplifié ces différences entre-aperçues au détour de débats portant sur d’autres sujets. En effet, ces deux séances ont montré qu’il existe un clivage épistémologique important entre ceux qui maintiennent une vision déterministe de la science et ceux qui, marqués par toute une série de découvertes (l’indécidabilité, le principe d’indétermination, etc.) pensent qu’il faut abandonner la méthode classique (réductionniste et déterministe) au profit d’une autre méthode (relationnelle et variabiliste). Les sciences dures sont donc beaucoup plus hétérogènes que je ne le supposais au départ.

b – Des sciences sociales également très hétérogènes

89Cette hétérogénéité se retrouve, bien sûr, dans les sciences sociales. Entre la science économique se voulant, depuis Walras, « une science pure », c’est-à-dire mathématique et la psychologie expérimentale se livrant à des manipulations de variables reproductibles en laboratoire, il existe tout un pan des sciences sociales qui ne correspond pas à l’idée de démarche compréhensive proposée par Dilthey. D’autant plus que, dans le sillage du marxisme, s’est développée une tradition, très prégnante en France, d’une approche critique visant à lever le voile sur les mécanismes sociaux de domination qui a traversé l’ensemble des sciences sociales. De même, des pans entiers de la recherche en sciences sociales, comme l’ethno-archéologie ou la sociologie industrielle par exemple, reposent sur un raisonnement analogique qui n’est pas le raisonnement dialectique de la plupart des sciences sociales.

c – Une nouvelle typologie : l’opposition science de la nature / science de l’homme

90Ce constat d’une telle hétérogénéité dans chacun des domaines scientifiques couplé à mon insatisfaction de départ sur l’appellation « sciences dures », m’a conduit à rechercher d’autres typologies. La plus ancienne, chez les grecs, est la division entre logique (les règles du raisonnement), physique (l’étude de la nature) et éthique (l’analyse des règles qui doivent régir les hommes). Pour ma part, revenant au projet de l’Encyclopédie et cherchant une appellation qui ne définit pas implicitement de hiérarchie, ce séminaire m’a poussé à adopter une distinction d’objet entre sciences de la nature, d’un côté, et sciences de l’homme, de l’autre.

d – Une frontière plus floue entre sciences de la nature et sciences de l’homme

91Néanmoins, l’adoption de cette typologie n’implique pas nécessairement, dans mon esprit, la distinction entre une visée compréhensive d’un côté et une visée explicative de l’autre. À l’issue de ces cinq ans, la frontière me paraît plus floue. Premièrement, les pratiques professionnelles ne recoupent pas la dichotomie sciences de la nature/sciences de l’homme. Les chercheurs travaillant en psychologie expérimentale ont des pratiques professionnelles beaucoup plus proches de la physique expérimentale que de l’histoire. De même, la prétention de parvenir à des explications causales par les démonstrations mathématiques se retrouve aussi bien en physique fondamentale qu’en économétrie ou en sociologie quantitative. Deuxièmement, la frontière entre sciences de la nature et sciences de l’homme s’efface sous une même pression économique. Désormais, c’est l’ensemble de l’activité scientifique qui est perçue aujourd’hui par les acteurs politiques et économiques comme un facteur de compétitivité. Que ce soient dans les sciences de la nature (innovation technologique) ou dans les sciences de l’homme (innovation sociale), le monde académique est contraint de rationaliser sa production pour se mettre au service de la croissance. Cette vision utilitarisme soumet tous les chercheurs à la même exigence : produire plus sous la double contrainte de financements de fonctionnement qui diminuent et de tâches administratives qui augmentent.

  • 55 Pour conclure la préface de son livre « Les règles de la méthode sociologique », Durkheim écrit : « (...)

92Enfin, troisièmement, la distinction entre science de l’homme et science de la nature me paraît floue parce que toutes deux sont confrontées à l’idéologie et à la métaphysique. En effet, les Lumières dont sont issues ces deux domaines de recherches sont marquées par une véritable foi55 : la croyance que la raison peut tout expliquer (Scubla, 1988). La volonté de savoir ne peut jamais être totalement séparée de celle de vouloir exercer un contrôle sur le monde, ne serait-ce que pour y survivre (Caraça, 1999). Autrement dit, comme l’avance Foucauld (1989), on ne peut jamais totalement séparer savoir et pouvoir. Toutes les sciences constituent un moyen d’agir sur le monde et produisent des connaissances qui s’inscrivent dans des rapports sociaux. Du coup, tout pouvoir est aussi le lieu de formation d’un savoir (l’enfermement des fous permet de mieux connaître la folie) et réciproquement tout savoir permet l’exercice d’un pouvoir (la démographie permet de contrôler les populations). Prisonnières de l’idéologie, les sciences le sont aussi de la métaphysique. La volonté, dit J.-M. Besnier, d’unifier les connaissances à travers un minimum de lois peut s’interpréter comme « une concession à l’idéal métaphysique d’une totalisation » (Besnier, 1996, p. 106).

Parcours de vie de Eric Dacheux
Pourquoi me suis-je retrouvé embarqué dans l’aventure intellectuelle du séminaire « Épistémologie de la communication scientifique » ? Pour des raisons professionnelles, d’abord. En effet, venant d’être nommé (en 2006) professeur dans une UFR professionnalisante (Langues étrangères appliquées, commerce, communication), j’avais pour mission de créer un laboratoire de recherche pluridisciplinaire. Pour ce faire, j’avais besoin d’un appui scientifique : celui de l’Institut des sciences de la communication (ISCC) du CNRS. Cet institut, directement rattaché à la présidence du CNRS, était dirigé par D. Wolton avec lequel je travaillais depuis plus de dix ans. Or, l’ISCC a vocation à réfléchir aux rapports entre sciences et société, mais aussi aux difficultés de l’interdisciplinarité. C’est pourquoi, il a lancé, en 2008, un appel à proposition sur l’épistémologie de la communication. Appel auquel j’ai répondu en compagnie d’un physicien (François Vazeille), d’un linguiste (Julien Longhi) et d’un météorologue (Christophe Duroure). Notre proposition a été retenue ce qui a été, à la fois, un moyen de légitimer ma position au sein de l’université Blaise-Pascal et le début de ce cheminement intellectuel dont nous essayons, tous, de dresser le bilan dans cet ouvrage collectif.
En dehors de cet aspect professionnel, il y a, bien sûr, d’autres raisons de mon implication dans ce séminaire. La première est liée à mes recherches. Dix ans de travaux sur la communication des associations dans l’espace public m’ont permis de montrer que ce que les responsables associatifs nommaient généralement « problèmes de communication » cachaient, en réalité, des problèmes d’identité. D’où l’hypothèse que derrière les difficultés liées au travail interdisciplinaire se cachent moins des problèmes de communication (vocabulaire distinct, par exemple) que des problèmes d’épistémologie : des conceptions de la science très différentes qui font d’autant plus obstacles à la compréhension réciproque qu’elles sont cachées. La seconde est liée à mon engagement politique. Né dans une famille militante (mère au PS, père au PC, bonjour l’ambiance des repas au début des années quatre-vingt !), j’ai été – et je suis toujours – responsable associatif, militant syndical, élu local. Sans doute, parce que j’ai toujours eu la conviction que la démocratie – l’invention du vivre ensemble entre altérités radicales mais égales – était le meilleur chemin pour résoudre collectivement les problèmes d’un monde de plus en plus imprévisible. Du coup, je me suis retrouvé, et même épanoui, dans cette recherche collective tâtonnante où, chacun avançant sans savoir où nous devions aller, nous restions à l’écoute de nos différences pour tenter de construire un savoir collectif nouveau. Cette même histoire militante, conjuguée à mon activité de chercheur, m’a aussi poussé à réfléchir aux rapports entre sciences et démocratie. Recherchant un juste milieu entre un scientisme positivisme anti-démocratique (le gouvernement des meilleurs prôné par Platon ou Saint-Simon) et l’irréalisme d’une neutralité sociale de la science (comment penser, après Hiroshima, que le chercheur découvre et que la société dispose ?), il m’est apparu qu’il fallait explorer les chemins de la communication scientifique afin de mieux articuler science et démocratie.
La dernière raison, biographique, de ma forte implication dans ce séminaire est ma fierté d’être Auvergnat. Né à Paris d’une mère bretonne et d’un père auvergnat, j’ai grandi dans le Cantal puis dans la banlieue clermontoise. À 20 ans, j’ai quitté une ville que je ne supportais plus. Vingt ans plus tard, après avoir suivi mes études à Rennes et travaillé 10 ans à l’IUT de Roanne, je reviens sur « ma terre » avec la conviction que l’Auvergne est un territoire magnifique, à taille humaine où il est possible d’innover, de faire, ici, ce qui n’existe dans aucune université en tête du classement inepte de Shanghai. Le séminaire Épistémologie de la communication scientifique en est, à mes yeux, la meilleure illustration.

Un regard nouveau sur la communication scientifique

93Comme je l’ai indiqué dans la première partie de ce texte, ma définition liminaire de la communication scientifique était plus complexe que la simple diffusion scientifique, mais restait relativement restreinte : les échanges verticaux entre sciences et sociétés, les échanges horizontaux entre chercheurs. Les différentes séances du séminaire « Épistémologie de la communication scientifique » ont sensiblement complexifié cette vision sur trois points au moins.

a – L’influence de l’espace

94Sur le site clermontois, les sciences de l’homme sont concentrées principalement près du centre-ville clermontois autour du Jardin Lecoq, les sciences de la nature sur un plateau, celui des Cézeaux à Aubière. Les deux sites sont distants de moins de 5 km et sont reliés par un tramway. Pourtant, quel que soit le sujet, quand le séminaire se tenait dans un bâtiment des Cézeaux, la grande majorité de la salle était composée d’enseignants ou de doctorants en sciences de la nature et, inversement, quand le séminaire se développait au centre de Clermont, l’écrasante majorité était composée de personnes travaillant dans le domaine des sciences de l’homme. La situation du lieu de la séance exerce donc une influence sur la communication scientifique. De même, l’expérience a montré que la dynamique des échanges n’était pas la même dans un amphi ou dans des salles de cours. Ce que A. Muchielli (1991) avait d’ailleurs déjà mis en avant dans son ouvrage sur les situations de communication indiquant que certains éléments spatiaux pouvaient favoriser (ou au contraire faire obstacle à) la communication. Cette importance de l’espace dans la communication scientifique rejoint mes propres travaux sur l’épistémologie des sciences de l’information et de la communication (Dacheux, 2011) : la communication c’est, au fond, la recherche de la bonne distance (entre ouverture à l’autre et connaissance de soi, raison et passion, utilisation des technologies communicantes et communication directe, etc.). Mais cette dimension spatiale de la communication scientifique pose aussi problème, dans la mesure où la théorie de la relativité générale d’Einstein indique que :

« […] l’espace de Newton n’existe pas : c’est en réalité le champ gravitationnel. […] Telle est la théorie d’Einstein dénommée Théorie de la relativité générale. Il s’agit de « relativité » parce qu’il n’est plus possible de donner une localisation des objets dans l’espace, mais seulement une localisation relative de ceux-ci les uns par rapport aux autres, c’est-à-dire « relativement » aux autres. Et il s’agit de relativité « générale » car, bien que la théorie ait vu le jour en tant que théorie de la force de gravité, son importance est « générale » dans la mesure où elle modifie la notion d’espace et donc change notre compréhension du monde physique dans sa réalité » (Rovelli, 2008, p. 24-25).

95On touche là à ce qui est pour moi une aporie : comment la communication scientifique peut-elle rendre compte de la disparition de la notion d’espace (et, si l’on en croit le physicien C. Rovelli, celle de temps) quand elle est si ontologiquement liée à cette notion (et à celle de temps, puisque la communication, c’est du temps passer à essayer de construire des significations communes) ?

b – Le poids de l’argumentation

  • 56 La distinction entre vérité correspondance et vérité consensus est tirée de la lecture de Léna Sole (...)

96Les deux séances du séminaire sur l’argumentation ont mis au jour un fait que je n’avais pas forcément perçu tant il me paraissait banal : nos séances étaient des débats scientifiques suscitant argumentation et contre-argumentation et non le développement de démonstrations aboutissant à une seule conclusion logique. Ce constat renvoie à ce que nous avions dit dans la première partie de ce texte sur notre conception de l’activité scientifique (connaissances réfutables et processus de communication rationnelle), mais rejoint aussi les propos d’un positivisme critique comme celui de Popper. Ce qui fait la scientificité d’un énoncé, dit K. Popper, ce n’est pas son origine (sens, raison, imagination, etc.) mais sa finalité : être soumis à la validation des pairs : « L’objectivité des énoncés scientifiques réside dans le fait qu’ils peuvent être intersubjectivement soumis à des tests » (Popper, 1973, p. 41). Dès lors, « en prenant conscience, de l’énorme réseau cognitif et communicationnel qui s’étend sur tout le globe et qui se recrée en permanence, on peut considérer, que dans le fond, « la science est la « connaissance qui circule dans l’ensemble de la communauté scientifique » au cours de son activité professionnelle, institutionnalisée » (Caraça, 1999, p. 79). Pour le dire d’une autre manière, la science a, depuis Popper, abandonné la notion d’une « vérité correspondance » (entre l’énoncé scientifique et les faits) universelle et atemporelle, au profit d’une « vérité consensus », (est vrai ce qui est accepté par les pairs) temporaire et propre à une communauté scientifique donnée56. Du coup, épistémologie et sociologie de la science (Latour, 1989) rejoignent l’observation faite lors de ce séminaire : le mode principal de communication entre pairs n’est pas la démonstration, mais l’argumentation dialogique. Nous prenons le mot dialogique dans son sens le plus simple (qui renvoie à un dialogue entre plusieurs personnes). Cependant, si cette argumentation dialogique ou, pour reprendre les mots d’Habermas (1997), « cet agir communicationnel visant au consensus », est souvent le mode dominant de la communication scientifique entre pairs, elle n’en constitue pas l’unique modalité. La séance sur les mathématiques, par exemple, a mis en lumière que l’existence de désaccords scientifiques pouvait se traduire par des communications non verbales conscientes (se regarder avec des sourires entendus quand l’orateur aborde un sujet qui lui tient à cœur) ou non conscientes (regards fuyants lors d’une interpellation directe), des stratégies para-verbales de captation de l’auditoire (parler plus fort, laisser un temps d’arrêt avant la conclusion du raisonnement) ou de déstabilisation de l’orateur (toussotements, murmures inaudibles mais désapprobateurs, etc.), bref tout ce qui fait le sel de toute communication humaine qui, comme nous l’avons dit, est forcément ambiguë, ambivalente.

c – Une diversité qui reste à explorer

97Sur une durée de cinq ans, le séminaire a pu aborder de nombreux aspects de la communication scientifique : les controverses scientifiques, la relation aux médias, au grand public, la place de l’argumentation, le partage des savoirs, la place de l’anglais et des mathématiques dans les échanges scientifiques, le rôle des schémas, les difficultés de la communication interdisciplinaire, la polysémie du langage, la circulation/transformation de notions (chaos, intermittence, lois) d’une discipline à l’autre. De plus, les interventions extérieures et nos échanges préparatoires ont permis d’aborder plusieurs typologies de la communication scientifique. Celle de Levy-Leblond (2011) dissociant : la communication informelle (entre pairs lors de l’élaboration des résultats), la communication institutionnelle (divulgation officielle des résultats dans une revue ou un colloque), la communication publique (médias et conférences). Ou bien encore celle implicite, du comité d’éthique des sciences du CNRS qui distingue : la circulation lente des savoirs entre pairs, la transmission du savoir au grand public qui s’inscrit dans le droit du public à l’information scientifique et repose sur le devoir du chercheur d’expliciter les conditions de validité de sa découverte, la médiatisation du chercheur qui peut, par le phénomène du « vedettariat », conduire à masquer l’aspect collectif de la recherche, la quête et l’obtention des moyens économiques permettant la poursuite de la recherche (COMETS, 2011).

98Cependant, ces typologies et les thèmes abordés sont loin d’épuiser le sujet. Ainsi, beaucoup d’autres questions posées par la communication scientifique restent à aborder : l’impact des nouvelles technologies de la communication sur la circulation du savoir, l’élaboration de documents destinés à l’évaluation par les pairs et par des chercheurs d’autres disciplines, les différentes stratégies de rédaction et de soutenance de thèse, les us et les enjeux de la signature scientifique dans les différentes disciplines, la place des revues, le rôle attribué aux ouvrages personnels, la définition et le statut de l’expert, l’exposition scientifique, les liens entre art et sciences, la place du chercheur dans les débats publics, etc. Dit d’une autre manière, la communication scientifique est souvent abordée sous l’angle épistémologique (la fabrique du consensus scientifique, les obstacles à l’interdisciplinarité) ou l’angle culturel (la diffusion des connaissances scientifiques), trop rarement sous l’angle d’une pratique professionnelle qui est au cœur de l’activité scientifique. Du coup, la communication scientifique est un point partiellement aveugle de la connaissance scientifique. Et, au fond, ce séminaire a sans doute plus montrer l’intérêt d’un travail collaboratif entre chercheurs des sciences de la nature et chercheurs des sciences de l’homme pour étudier toute l’étendue de cette tâche aveugle, qu’à établir une connaissance académique de la communication scientifique.

Conclusion : un obstacle épistémologique qui n’est pas forcément celui qui avait été identifié

99Lors de la réponse au premier appel d’offre de l’ISCC, je pensais que l’obstacle principal à la communication scientifique était l’existence d’épistémologies différentes entre sciences dures et sciences sociales. Différences qui faisaient d’autant plus obstacle à la communication entre chercheurs de ces deux domaines, qu’elles n’étaient pas explicitées et restaient prisonnières d’une doxa explicative pour les sciences dures et compréhensive pour les sciences sociales. C’est sans doute sur ce point que le séminaire a le plus modifié ma compréhension des choses. D’un côté, comme je l’ai précisé plus haut, la distinction entre sciences de la nature et science de l’homme me semble aujourd’hui plus pertinente que celle entre sciences dures et sciences sociales. De l’autre, les clivages épistémologiques (par exemple, sur l’usage des mathématiques) me sont apparus traverser les disciplines des deux domaines et non faire frontière entre ces deux domaines. C’est pourquoi, je formulerai, ici, une autre hypothèse qui est très liée au point précédent (la communication scientifique comme pratique professionnelle négligée par la connaissance académique) : les obstacles à la communication interdisciplinaire sont principalement liés à l’incapacité de la science actuelle de penser la communication scientifique dans toute sa complexité.

Bibliographie

Bachelard G. (1938), La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1980.

Besnier J.-M., Les théories de la connaissance, Paris, Flammarion, 1996.

Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Seuil, 1984.

Braudel F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme, trois tomes, Paris, Armand Colin, 1980.

Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

Caraça J., Science et communication, Paris, PUF, 1999.

COMETS (1995), Rapport du comité d’éthique pour les sciences sur la communication scientifique, http://www.cnrs.fr, consulté le 19 janvier 2011.

Dacheux É. (coord.), La communication, Paris, CNRS éditions, 2011.

Dacheux É. (dir.), Communiquer l’utopie : économie solidaire et démocratie, Paris, l’Harmattan, 2007.

Dilthey W. (1910), L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Paris, Cerf, 1988.

Foucault M., Résumé des cours, Paris, Julliard, 1989.

Hermès, No 21, Sciences et médias, Paris, CNRS Editions, 1997.

Kuhn T., La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1962.

Latour B., La science en action, Paris, La découverte, 1989.

Lévy-Leblond M., sciences dits « dures » et traduction » in M. Oustinoff (coord.), Traduction et mondialisation, Paris, CNRS éditions, 2011.

Morin E., La complexité humaine, Paris, Flammarion, 1994.

Muchielli A., Les situations de communication, Paris, Eyrolles, 1991.

Popper K., (1934), Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973.

Rancière J., La Haine de la démocratie, Paris, La fabrique, 2005.

Ricoeur P., L’utopie et l’idéologie, Paris, Seuil, 1997.

Tarot C., « Les lyncheurs et le concombre ou de la définition de la religion quand même », MAUSS, No 22, 2003.

Wolton D., Il faut sauver la communication, Paris, Flammarion, 2005.

Un exercice réflexif et déstabilisant : l’épistémologie de la communication vue par un linguiste à partir de l’analyse de deux séances du séminaire (Julien Longhi, sciences du langage)

100Lorsque nous avons amorcé la constitution de ce séminaire avec Éric Dacheux et François Vazeille, les buts et perspectives de réalisations du projet étaient plutôt flous, et probablement différents selon les spécificités disciplinaires que nous connaissions. Nous étions également dans des situations professionnelles très différentes (chercheur confirmé en physique intéressé par la communication de la science pour François Vazeille, jeune et nouveau Professeur des Universités devant développer les SIC en Auvergne pour Éric Dacheux, et jeune docteur motivé par de nouvelles collaborations pour moi).

101J’ai été intéressé par deux aspects dans la démarche qui fut la nôtre :

  • l’aspect réflexif sur chaque discipline, et la confrontation aux autres disciplines, d’un champ voisin (sciences humaines et sociales) ou éloigné (sciences dites « dures » ou encore expérimentales) ;

  • l’intérêt, en tant que linguiste, de m’intéresser à la manière dont une discipline centrée sur le langage se prête à la communication scientifique : le linguiste a en effet la contrainte originale de devoir parler du langage avec le langage, ce qui en fait une science à part.

Le langage, la polysémie, et le vocabulaire spécifique à chaque discipline

102J’ai alors pris en charge l’organisation d’une séance du séminaire, dans laquelle j’ai souhaité faire intervenir un linguiste qui s’intéresse aux questions du sens, des déplacements de sens, de polysémie, etc. En effet, dès lors que l’on communique entre scientifiques de disciplines différentes, il apparaît que nous utilisons parfois un vocabulaire identique avec des sens différents ; ou encore que nous utilisons certains termes dans un sens particulier, contre-intuitif, voire à l’inverse plus intuitif que dans le langage courant. C’est ainsi que le 18 février 2010 nous avons reçu, à la MSH de Clermont-Ferrand, Yves-Marie Visetti, directeur de recherches au CNRS, au Centre de Recherche en Epistémologie Appliquée (CREA). En plus de ses compétences en tant que linguiste, l’intérêt de choisir cet intervenant résidait dans son parcours : d’abord chercheur en mathématique, il a ensuite orienté sa recherche en intelligence artificielle, avant de s’ancrer dans les sciences du langage, selon une perspective symbolique, sémiotique et phénoménologique.

103Sa conférence, et le débat qui suivrait, devait répondre au questionnement suivant : face aux besoins et nécessités de communiquer, la communauté scientifique est confrontée au problème du langage, que ce soit envers le grand public (vulgarisation, démocratisation) ou vers d’autres champs disciplinaires, les mots eux-mêmes, davantage que les idées et les thèses, ont un rôle à jouer dans la transmission et la circulation des savoirs. Dès lors, comment aborder le sujet (vu souvent comme un problème) de la polysémie ; comment, à partir de là, aborder d’autres points problématiques, comme celui des néologismes (apparition de nouveaux mots) ou de la néosémie (apparition de nouveaux sens). Ces questions, telles qu’elles sont posées en linguistique, sont souvent problématiques mais inopérantes dans les modèles logiques et grammaticaux, mais sont au contraire resituées autour des savoirs et des pratiques dans une perspective sémiotique et symbolique, telle que celle développée par Y.-M. Visetti.

104Après une présentation générale de ce contexte épistémologique de ma part, avec en particulier les fondements de la linguistique souvent oubliés par les sciences du langage, la conférence de Yves-Marie Visetti s’est attachée à réfléchir aux phénomènes de glissements et transpositions observés dans le cadre de fonctionnements linguistiques ordinaires, en discutant les principes d’homologie, d’analogie, de modèle ou de métaphore, parfois invoqués dans ce contexte. Une certaine complexité a été ressentie lors de cette conférence, voire un certain hermétisme, ce qui est peut-être finalement une preuve de la difficulté de communiquer auprès d’un public de scientifiques hors de son champ (ou encore, que « les cordonniers sont les plus mal chaussés »).

105Pour l’expliciter davantage, je reprendrai une citation de Olga Galatanu (1999, 47-49) :

« La signification lexicale est constituée à la fois d’un noyau (par analogie avec le noyau de l’atome) : traits dits « nécessaires », de catégorisation, et stéréotype associé au mot et de traits argumentatifs possibles qui relient des éléments du stéréotype à d’autres représentations sémantiques (ou stéréotypes d’autres mots) et qui se superposent […] Ces possibles argumentatifs peuvent être décrits comme des « nuages topiques », reliant les éléments du stéréotype du mot (noyau) à d’autres représentations sémantiques (électrons topiques) ».

106On peut ainsi considérer que le même mot aura le même « noyau » de sens d’un champ à l’autre, mais pas les mêmes traits argumentatifs, qui en font des sens spécifiques à chaque domaine. Ou encore, ce qui est dit par Pierre Cadiot (2002) : les noms seraient des indices de différenciation de phase susceptibles d’être appliqués dans des domaines variés. Par exemple, « chat » peut servir à indiquer des spécificités de comportement à l’intérieur de la classe des humains, ou des chiens :

  • 57 Conditions Nécessaires et Suffisantes, qui constituent un fondement des sémantiques logiques et/ou (...)

« Des indices très peu spécifiés, retravaillés par le domaine d’application, qui orientent le contenu interprétatif et traduisent une expérience immédiate avant de se développer vers une possible forme prédicative (attribution de caractéristiques-propriétés) : ‘ il est très paresseux’, ‘il (essaye de) monte(r) aux arbres’, ‘il est très indépendant’, etc. De telles prédications interprétantes ont un statut sémiotique très différent de celui des CNS57, ce sont plutôt des suites d’énoncés qui se constituent en stéréotypes montrant que rien n’interdit d’avoir à la fois les caractéristiques d’un chien et des caractéristiques de chat » (p. 6)

107Le sens est donc considéré comme index : l’usage des mots est largement guidé par l’impact anticipé de leur sens en discours. Cette démarche s’inscrit dans une conception phénoménologique du langage, voire de la communication, telle que la présentent par exemple Lebas et Cadiot (2003) :

« Le monde n’est pas du tout tel que nous croyons qu’il est, et si cette illusion est ce qu’il y a de plus vital pour notre équilibre psychologique, elle n’en reste pas moins une illusion, à laquelle le langage participe et qu’il ne subit donc pas. Parmi ces travaux, ceux sur lesquels nous voudrions plus particulièrement nous appuyer ont en commun de se réclamer, de près ou de loin, de la phénoménologie. Il semble que la linguistique ait ignoré l’enseignement de la phénoménologie, même si Jean-Claude Coquet (1992) a raison de voir en Benveniste, par exemple, un phénoménologue convaincu bien que non avoué. L’injustice est d’autant plus grande que l’inverse n’est pas vrai, puisque l’on relève à maintes reprises chez Merleau-Ponty une lecture phénoménologique des thèses différentielles de Saussure. Un article tel que Phénoménologie et linguistique de H.J. Pos (1939), par exemple, est resté totalement lettre morte auprès des linguistes, tant par ses propositions que par la problématique qu’il aborde. Or non seulement les options phénoménologiques sont d’une grande compatibilité avec l’observation de toutes les « strates » et les dimensions du langage, mais encore elles livrent une solution générale parfaitement claire au problème de l’articulation sens-référence, ainsi que nous nous attacherons à le démontrer. L’essence de cette solution réside dans un retour à l’expérience : le monde est une constitution compatible avec l’expérience parce qu’il est constitué par l’expérience. Plus particulièrement, la constitution des référents leur est extrinsèque, elle est fondée sur notre expérience. La solution générale de l’articulation sens-référence est alors énonçable avec une extraordinaire simplicité : les objets de la parole sont propres à l’activité linguistique en tant qu’ils sont en partie constitués par la dynamique langagière, mais sont aussi les mêmes que ceux auxquels le langage réfère. Ceci cesse précisément d’être paradoxal dès le moment que le réfèrent n’a d’autre essence que ses propriétés extrinsèques. Il y a ainsi, en contradiction avec les thèses « dualistes », continuité entre le monde conçu par la pratique langagière et le monde conçu par les autres pratiques ». (p. 4-5).

Parcours de vie de Julien Longhi
Le contexte institutionnel
En 2008, un appel à proposition sur l’épistémologie de la communication a été proposé par l’ISCC du CNRS, appel auquel j’ai donc répondu en compagnie d’un chercheur en SIC (Éric Dacheux), d’un physicien (François Vazeille) et d’un météorologue (Christophe Duroure). Le contexte social (sensibilité publique au risque scientifique de plus en plus forte) et démocratique (demande sociale de participation qui conduise les associations à produire leur propre expertise et à s’associer avec les laboratoires) nous semblait opportun pour nous interroger de manière pluridisciplinaire sur la notion de « communication scientifique ».
Descriptif du projet initial
Le projet déposé alors, intitulé Comsci (Communication Scientifique) était un projet pilote, un séminaire pluridisciplinaire SHS (sciences humaines et sociales) et SD (sciences dures) visant à mettre au jour les différences et les ressemblances dans la conception théorique de la communication scientifique dans les deux champs de la pensée scientifique. Dans un premier temps, ce séminaire était restreint à trois disciplines : SIC, physique, et sciences du langage, puis météorologie. Les premiers contacts ont naturellement montré que l’idée de communication scientifique n’était pas exactement la même pour nous. Loin de nier ces différences, il s’agissait de les mettre au jour tout en dégageant un socle commun, puis, petit à petit, d’ouvrir le débat à des disciplines différentes. Des séances de séminaires ont donc été mises en place, avec la rédaction de compte-rendu subjectifs diffusés et discutés entre les membres et participants de ce séminaire. Malgré quelques difficultés, notamment liées au caractère institutionnel atypique de ce projet, un certain succès, scientifique notamment a été rencontré, et a permis de prolonger le projet avec l’ISCC, et d’agréger autour de nous d’autres collègues, venus d’autres spécialités (biologie, mathématiques, économie, etc.).
Mes motivations personnelles et professionnelles
Une des raisons qui m’a poussé à amorcer puis à continuer dans ce groupe de recherche concerne d’abord mon intérêt intellectuel personnel dans l’interdisciplinarité et dans la réflexivité ; à ceci s’ajoutait un intérêt « professionnel » dans la mesure où ma discipline, la linguistique, est au carrefour de nombreuses autres disciplines et épistémologies : certains linguistes se revendiquent des sciences du langage (il existe des parcours en sciences du langage dans certaines universités), mais d’autres viennent plus largement des sciences humaines, par exemple de la littérature (et donc du côté de la langue française, ou de la poétique), des langues vivantes, mais encore des sciences cognitives (pour la linguistique cognitive), de la psychologie (pour la psycholinguistique), de l’histoire (pour certaines analyses de discours), de la sociologie ou des sciences de l’information et de la communication, de la philosophie du langage, etc. Il existe donc une pluralité de fondements aux recherches en linguistique, et cet aspect qui m’intéressait méritait selon moi d’être posé en objet de réflexion, et élargi à l’activité de recherche en général. Un centrement sur nos pratiques de communication semblait l’angle idéal pour fédérer des chercheurs de domaines très différents, mais animés par une même motivation et un même intérêt. Le démarrage du séminaire a donc permis à chacun de réfléchir sur la manière dont il communique dans sa discipline, et auprès des autres disciplines, ainsi qu’auprès des différentes types de publics.
Comme cela a été indiqué dans le compte-rendu subjectif ci-dessus, les acquis sont très importants, même s’ils sont parfois atypiques par rapport à nos pratiques traditionnelles. Mais c’est aussi une partie du métier de chercheur que de chercher à innover et à créer de nouvelles pratiques scientifiques.

108Tout cet ancrage linguistique, qui doit être complexe à aborder pour le non-linguiste, livre pourtant des pistes de réflexion sur le problème du langage dans la communication scientifique : les termes employés le sont en tant qu’ils cristallisent des propriétés conférées aux objets ou concepts donc il est question. Ces sens peuvent s’adosser à une strate de sens commune ou connue, mais ils sont avant tout propres à une situation d’énonciation spécifique, en l’occurrence pour ce qui nous intéresse la communication dans un champ scientifique spécifique. C’est aussi ce que nous avait livré Y.-M. Visetti dans sa conférence intitulée « Formes sémantiques : quelques modalités de transposition ». Partant de l’analogie perceptive, située au cœur de l’expérience sensible et pratique, il insistait sur le fait que l’activité de langage doit elle aussi se comprendre à partir du principe phénoménologique d’un primat de la perception (Merleau-Ponty). Son et sens sont perçus l’un comme l’autre – l’un par l’autre – avant que d’être éventuellement logiquement ou conceptuellement repris. D’où l’idée pour l’auteur de redéployer systématiquement cette analogie dans le cadre d’une théorie linguistique des formes sémantiques. Il s’agit de comprendre reprises et innovations, s’agissant des formes figées par lesquelles passe notre reconnaissance de la langue. Si la séance a été difficile à suivre pour les non-spécialistes, le message était probablement de décomplexer la communication

109Ayant constaté cette difficulté d’aborder le problème langagier par son versant théorique, une séance plus pratique a été mise en place, le 18 février 2011, et intitulée « La polysémie du sémantème « intermittent » en sciences « dures », « molles » et humaines ».

La séance sur la polysémie du sémantème « intermittent » en sciences « dures », « molles » et humaines : confrontation de mes travaux à ceux de mes collègues des sciences « molles » et « dures »

110Lors de ce séminaire, différents intervenants ont confronté leur usage du mot « intermittent » dans leur champ. Ce terme, employé en physique ou météorologie par exemple, n’est pas un concept d’analyse en sciences du langage. Cependant, et c’était là l’intérêt de la démarche, j’avais travaillé lors de ma thèse sur l’usage de ce terme dans la presse lors de la « crise des intermittents du spectacle » de 2004. J’avais donc présenté les résultats de mon travail linguistique, qui sont intégrés à la fin de cet ouvrage (voir Annexe 2).

111Pour éclairer également cette séance de séminaire, j’avais invité Emmanuel Chanal, jeune comédien clermontois et « intermittent du spectacle ». Cette interaction devait permettre de savoir si les sens du mot étaient perçus et ressentis de la même manière par une personne qui expérimentait le statut qui portait ce nom. Les échanges devaient aussi permettre de savoir si les usages du mot « intermittent » dans les différentes disciplines se faisaient avec une certaine cohérence entre disciplines, et avec la vie d’un intermittent. Il est selon moi ressorti de cette séance une bonne volonté de faire ressortir ce qu’est les concepts d’intermittent et d’intermittence dans leur champ, et les rendre compréhensible aux autres. Cependant, la tentation est toujours forte – voire nécessaire – pour le scientifique de ne pas vulgariser excessivement, ce qui a laissé, je crois, une certaine frustration chez les intervenants et spectateurs. Mais la bonne volonté a malgré tout permis d’avancer sur la sensibilisation des uns et des autres à l’implication de notre vocabulaire pour être compréhensible auprès des collègues des autres disciplines, et en tant que linguiste, j’en suis très content.

Les apports de ce séminaire

112J’ai été nommé en 2009 à l’université de Cergy-Pontoise, ce qui m’a naturellement éloigné du séminaire, même si j’ai néanmoins réussi à maintenir un contact assez actif les deux premières années. Sur mes trois ou quatre années de participation, ainsi que sur la démarche de co-fondation du séminaire, je tire un bilan très positif. Sur le plan intellectuel, le séminaire m’a permis de rencontrer des collègues qui manifestaient une réelle ouverture d’esprit sur l’activité scientifique dans son ensemble (les différentes disciplines) et sous ses différentes formes (dont la diffusion, démocratisation, vulgarisation). Ce lieu de réflexion a permis de confronter, pour chacun, de qui relève des implicites de notre discipline, et qui font parfois des préconstruits issus de blocages ou de positionnements dommageables. Par exemple, la portée sociale des travaux menés au CERN par François Vazeille, et la compréhension qu’il rend possible pour des phénomènes infiniment complexes, ou encore la réflexion permise dans les SIC sur nos pratiques citoyennes et démocratiques, et l’analyse réflexive qui peut en être faite, tout cela est rendu possible par l’existence même de ce séminaire, ou du moins de la volonté de ses membres et des collègues qui partagent les mêmes objectifs. Ces applications, parfois décriées dans leur sphère d’origine, sont pourtant d’une importance cruciale pour la compréhension de la recherche voire du monde dans lequel nous vivons. Si aujourd’hui je regrette d’avoir nécessairement une participation moins active à ce séminaire, je suis fier d’avoir contribué à son existence, et je suis optimiste sur le fait que mon chemin de chercheur croisera inévitablement ses membres ou ses préoccupations.

113Sur les aspects davantage théoriques, un point intéressant à noter dans les apports disciplinaires concerne les pistes que chacun peut entrevoir grâce au principe d’analogie : en effet, d’une discipline à l’autre, nous n’avons pas les mêmes pratiques, le même vocabulaire, les mêmes méthodologies voire les mêmes procédés de validation scientifique. Un des grands intérêts d’une telle démarche, à la fois épistémologique, pluridisciplinaire, et tournée vers les pratiques de communication, peut permettre à chacun d’enrichir son bagage disciplinaire par la confrontation aux autres approches. Si cette démarche bouscule les habitudes du chercheur, et rend parfois problématique la justification de telles interactions dans son domaine de spécialité, elle a en retour de nombreux avantages. Notre époque est bien sûr marquée par une spécialisation des chercheurs dans leur domaine de compétence (par exemple en linguistique, les travaux en phonétique n’ont aucun rapport avec ceux en linguistique textuelle, etc.) voire leur champ scientifique (même si par exemple les sciences humaines peuvent éventuellement parfois interagir pour des besoins institutionnels, ces manifestations sont souvent artificielles). Ce séminaire, né non pas de volontés politiques ou institutionnelles, mais d’une volonté scientifique et intellectuelle, a donc permis aux membre qui l’ont composé de manifester leur intérêt aux autres champs et disciplines, et permet, par l’analogie à établir entre chacune, de stimuler nos acquis et d’innover sur le plan théorique.

Bibliographie

Cadiot P., « La métaphore, ou l’entrelacs des motifs et des thèmes », Semen, 15, 2002. Disponible sur : http://semen.revues.org/​document2374.html

Galatanu O., « Argumentation et analyse du discours », Jalons, Turku, 1999, p. 41-54.

Lebas F. & Cadiot P., « La constitution extrinsèque du référent : présentation », Langages, 2003, 150, p. 3-8.

Impressions (Didier Mulnet, des SVT à l’éducation au développement durable)

114Invité presque par hasard à intervenir sur les modes de communication lors d’un séminaire, j’ai été surpris tout d’abord par le lieu du rendez-vous : un café qui fait aussi salle de lecture et d’échanges. Dans la salle il y avait des habitués que j’avais pour certains déjà rencontrés dans d’autres lieux (manifestations, coopérative de mai…), avec un va et vient autour de notre table où nous avions commencé par un repas convivial mais sans excès. Dans la petite salle dans l’arrière-cour où nous allons exposer, le parfum de l’ancien, une table en U, juste la place pour que tout le monde puisse s’installer. Des étudiants thésards, des collègues croisés au hasard des rencontres, et les gens avec qui on a partagé le repas… un parfum d’inconnu, le doute sur ce que je fais là, l’ambiance met en confiance, un vent d’empathie, mais le doute sur mes capacités à répondre aux attentes… Ai-je bien répondu à la question posée… Je vais parler des différents style pédagogiques employés pour communiquer dans différents contextes… Je privilégie quoi ? Le fond de la communication ou la forme ? Et puis un premier intervenant expose… ouf ! son exposé n’est pas une communication scientifique formelle, j’ai un peu de mal à voir où il veut nous emmener, mais progressivement, je comprends… et je rentre dans son récit… et c’est ainsi que je suis entré dans le groupe, par hasard et parce que la rencontre entre ces personnes tenait a priori de l’improbable, parce que les communications ne sont pas prévisibles… Non je ne trouverais pas la même chose dans un ouvrage… Alors me voilà…

Des clichés sur les matières aux pratiques réelles : ce que j’ai appris des autres sciences

115Issu des Sciences de la vie et de la Terre, je suis habitué à la dualité disciplinaire : il y a à mon sens plus de différences sur le plan épistémologique entre un géologue et un biologiste qu’entre un biologiste et un chimiste, ou entre un physicien et un géologue. En tant qu’écologue j’ai vécu dans le cadre de la recherche les interactions entre les stratégies d’échantillonnage statistique et la réalité concrète des prélèvements biologiques, entre les mesures physico-chimiques des paramètres des eaux et la détermination biologique des espèces, entre la modélisation mathématique des dynamiques de population et la vérification des résultats sur le terrain.

116De mon passage en lycée, j’ai retenu que ces distinctions n’ont pas le même sens, les codes disciplinaires sont moindres et ce qui prime c’est avant tout l’aptitude à mobiliser l’attention des élèves, à les intéresser ; la première compétence est de savoir communiquer. Alors, la question de la communication : qu’est-ce qui fait que « je m’en sors » et pas d’autres, mais pas tout le temps… Alors pour comprendre je rejoins l’IUFM pour apprendre à apprendre à des jeunes… mais c’est avant tout sur moi-même que j’apprends…

117En tant qu’enseignant à l’IUFM (ESPE maintenant), je côtoie tous les jours des collègues d’autres matières, des échanges ont lieu, on se connait, mais on ne franchit que rarement la barrière de la disciplinarité dans les pratiques, sauf moi qui suis obligé puisque le développement durable est par essence pluridisciplinaire et que j’ai besoin des autres…

118L’auteur s’efforcera dans le texte qui suit de dégager quelques traits saillants, sans faire référence aux différents intervenants des séminaires, de façon à dégager des pistes de réflexion et d’éviter le particularisme. De même il a fait le choix de ne pas mettre en avant les références bibliographiques.

Parcours de vie de Didier Mulnet
Partant d’une thèse d’Écologie Numérique portant sur la modélisation d’une dynamique de population animale, ma première rupture pédagogique a eu lieu lors de ma nomination en tant qu’enseignant de SVT en collège et lycée où j’ai dû me poser pour la première fois de ma vie la question de ce qu’était l’apprentissage. Séduit par l’enseignement, je suis resté enseignant dans le secondaire pendant plusieurs années avant de prendre un mi-temps à l’IUFM où j’ai été amené à analyser les pratiques de formation et les modes d’apprentissage. Cela a été pour moi la découverte de ce de ce qu’était la didactique, l’épistémologie et l’histoire des sciences.
Un second temps a été celui du passage de l’écologie au développement durable, des sciences « dures » aux sciences sociales avec l’histoire géographie, l’économie (incluant aussi les champs jusqu’alors inconnus pour moi de la psychologie, sociologie et anthropologie). Le passage d’une science expérimentale (qu’elle soit écologique en termes de recherche ou Sciences de la Vie et de la Terre en termes d’enseignement) à des objets mixtes (scientifiques et sociaux) m’a amené à une évolution/révolution de mes conceptions didactiques et épistémologiques. Le troisième temps de ma vie professionnelle a été d’une part le passage aux « éducations à » et le changement de nature du public (des élèves aux étudiants jusqu’à des adultes en formation, dans des formations pluri catégorielles).
De ce fait ce séminaire s’est imposé à moi, comme un cheminement naturel de par la grande diversité des thématiques abordées et des intervenants d’autant que le fil conducteur des séances était celui de la communication : l’un des problèmes majeurs que je rencontre en tant que formateur. Le croisement des visions étant mon quotidien en termes de formation, l’analyse croisée pluridisciplinaire m’apportait un cadre d’analyse de certaine de mes pratiques dans une vision pluridisciplinaire.

Pluridisciplinarité ou transdisciplinarité ?

119Au fil des séminaires la différence entre les universitaires disciplinaires et les intervenants « extérieurs » non intégrés dans des disciplines académiques m’apparait. Au départ la richesse des non-disciplinaires me séduit clairement. Je suis un peu perturbé, car je n’ai pas leurs « cadres de lecture » et ne possède donc pas les concepts et les auteurs qui font référence. Mais j’ai l’impression que tout est novateur, c’est une incitation à l’innovation. Là une distinction doit être faite entre les différentes interventions. Certaines sont a-disciplinaires (les problématiques soulevées ne se réfèrent à aucune discipline précisément identifiée) ; j’ai l’habitude avec mon travail dans le champ du développement durable qui est clairement a-disciplinaire. D’autres interventions sont quant à elles pluridisciplinaires, tentant de juxtaposer les disciplines alors que d’autres sont résolument transdisciplinaires établissant des ponts entre les disciplines, partagent des contenus et des méthodes.

120Certaines interventions sont-elles purement disciplinaires même si elles portent sur un même objet (séminaires sur les lois) ?

121Contrairement à mes a priori, ces séances ne visant à aucune disciplinarité a priori (sauf pour le coordonnateur de la séance) s’avèrent riches car différenciées. Les points de convergence et de divergence apparaissent progressivement au cours des exposés.

122Le danger de l’a-disciplinarité ou de la transdisciplinarité est celui de l’indétermination où l’absence de véritables différences en termes de contenu ou d’épistémologie confère au contenu un manque de contenus.

123Les spécificités sont évidentes entre l’épistémologie des mathématiques et des sciences expérimentales, elles le sont tout autant entre les sciences « dures » et les sciences sociales. Les démarches peuvent être très proches : la démarche d’investigation en sciences expérimentale est très proche de la démarche d’investigation journalistique. En envisageant ces spécificités sous l’angle de l’approche des questions socialement vives (tous les sujets n’en relèvent pas), la complémentarité entre les scientifiques et la société apparaît comme évidente : les données des sciences alimentent la sphère des controverses scientifiques et les débats dans la société celle des Questions Socialement Vives. Or ces deux sphères sont en interactions posent une série de problèmes. Quelles sont les interactions entre la sphère des controverses scientifiques et des QSV ? Quand les questions scientifiques passent-elles dans la société ? Y-a-t-il une interaction entre la sphère sociétale et la sphère scientifique ?

124Par ailleurs, en termes de communication, qu’est-ce qui va passer dans la sphère de l’école (par extension de l’enseignement), les éléments d’une controverse scientifique directement dans le champ de l’enseignement (c’est ainsi qu’a toujours procédé l’enseignement scientifique) ou la question socialement vive elle-même ?

125Selon les interventions dans les différents séminaires, les sujets se situaient soit dans le champ de la société ou des sciences, avec comme problème les problèmes de communication différents selon ce positionnement et les différences entre médiation scientifique, vulgarisation scientifique ou didactisation pour un enseignement.

126La complémentarité entre sciences dures et sociales apparaît aussi dans la communication sur ces questions. Les sciences dures ont une fâcheuse tendance à « refroidir les questions socialement vives » en réduisant la QSV à la résolution d’un simple problème scientifique.

Des mots pour le dire…

127Les mots ont un sens, mais la sémiologie n’est pas là pour uniformiser le sens des mots. Les différences de sens mis sur les mots, comme ont pu en témoigner certaines « empoignades » sur les termes de loi ou l’argumentation, montrent qu’il ne s’agit pas uniquement de querelles lexicales qui pourraient être résolues par l’adoption de tel ou tel mot, mais d’implicites porteurs de valeurs. L’argumentation en sciences humaines a pu être considérée comme une simple rhétorique par les sciences exactes. L’argumentation apportée en sciences exactes peut à l’inverse être considérée comme une forme de logique (déductive ou non déductive, examen des prémisses avec le danger des raisonnements circulaires ou du renversement de la charge de la preuve).

128La polysémie des mots (ou des lois) est une source de richesse ; elle permet de partager des objets communs (le développement durable en est un exemple, car ce terme mal ou non défini permet à tout le monde de s’exprimer), de laisser ces objets évoluer, se diversifier dans les différentes disciplines. Après cette phase d’appropriation et de diversification des mots, il convient, mais seulement après, de remettre un sens qui ne doit pas être le même entre les disciplines, mais qui doit être commun dans un champ disciplinaire et clarifié pour permettre les échanges entre disciplines.

Communiquer, des pratiques diversifiées : ce que j’ai appris sur la communication scientifique

Des modes de communication différents

129Les modes de communication sont-ils liés aux disciplines ou plutôt liés à des déterminants individuels. S’il existe des standards de communication universitaire privilégiant les supports visuels dans leur grande majorité, la structuration en diapositives, les textes courts, certains universitaires sont totalement sortis de ces clichés proposant des modalités plus proches de la médiation scientifique que de la communication académique. L’utilisation des témoignages a été diversifiée : des témoignages pour illustrer ou animer, pour authentifier ou prouver. Outre les supports conventionnels, des techniques d’animations issues de la médiation scientifique ont été mobilisées. Selon les thématiques et les lieux de séminaires (importance de l’effet contexte : topographie de la salle, placement et effectif du public…) ces modalités ont été conventionnelles ou plus innovantes. Le recours à l’émotion n’a été que peu utilisé ou seulement par certains communicants pour se mettre en empathie avec le public. On note là des différences importantes entre sciences « dures » et humaines.

Des stratégies de communication différentes

130Outre le parallélisme entre les démarches d’investigation scientifiques et journalistiques déjà citées comme point de convergence entre certains exposés, l’immense majorité des présentateurs avait pour objectif de ne pas verrouiller les sujets proposés. Dans certains cas il s’agissait de présenter une thèse pour débattre, dans d’autres l’exposé des différentes alternatives permettait d’ouvrir un autre type de débat. Peu de communications ont été réalisées sous forme d’une présentation ouverte sans problématisation apparente, pour laisser l’auditoire se construire lui-même son questionnement. Le recours à l’analogie et aux métaphores a été très différencié entre les sciences dures et humaines.

Ce que j’ai appris sur les interrelations entre les sciences

Le statut de la connaissance

131Le statut de la connaissance varie selon les sciences ; les savoirs savants propres aux sciences exactes et aux sciences expérimentales, laissent la place à des savoirs d’expérience en sciences humaines. La connaissance a été établie sur des positionnements généralement purement disciplinaires. Rares ont été les savoirs mixtes (d’origine pluridisciplinaires) mis en avant ou du moins il s’agissait alors de savoirs mixtes dans un domaine (celui des sciences exactes ou expérimentales ou des sciences de la communication).

132La question des savoirs stabilisés ou non est une question qui se pose différemment en sciences « dures » et humaines. Dans le premier cas il s’agit d’un savoir en construction alors qu’en sciences humaines il s’agit plus de savoir complexes pluridisciplinaires dans lesquels la « vérité » n’a pas le même sens puisqu’elle existe séparément dans différents champs.

Les savoirs hybrides

133Ces savoirs sont issus de plusieurs champs disciplinaires différents et contribuent à la mise en place de savoirs transdisciplinaires. Leur mise en place nécessite d’aller au-delà de la juxtaposition transdisciplinaire et fait appel à de nécessaires médiations puisque s’opposent différentes « vérités ».

134Il n’a que peu été question des compétences, qu’elles soient transversales ou spécifiques, individuelles ou collectives.

135Il y a nécessité d’une intrication entre les sciences de la nature et les sciences sociales, car la science n’est pas neutre, pointant les dangers de la simplification extrême. Il convient alors d’accepter l’incomplétude intrinsèque de chacun des domaines mobilisés dans l’ensemble de ces champs scientifiques, de reconnaître le danger de la naturalisation des questions de société (réduites à des problématiques de sciences dures) et d’être attentif aux idéologies transmises.

  • 58 Martinez, M.-L. (2011). « Construction des identités dans les interactions langagières au cœur des (...)

136La systématisation des relations top-down peu propices aux phénomènes d’émancipation ; ensuite son scientisme qui « gèlent tout ce qui fait controverse » et son réductionnisme qui « rend compliqué ce qui n’est que complexe »58. Faute de temps souvent, par facilité parfois, la communication par métaphore contribue à renforcer des représentations idéologiques non maîtrisées. Faute d’une véritable formation épistémologique, les techniques comportementalistes qui ont pourtant montré leurs limites sont systématisées.

Vous avez dit épistémologie ?

137L’épistémologie des savoirs (pris au sens des connaissances et non pas uniquement de la science) varie selon le statut de ces connaissances stabilisées ou non, du poids des représentations sociales, c’est ce que l’on appelle l’épistémologie interne qui a beaucoup de poids en sciences exactes et expérimentales.

138Mais l’épistémologie dépend aussi des conditions extérieures : du public, du contexte de formation ou de communication, de l’histoire régionale, des contextes historiques, politiques, économiques (épistémologie externe).

139L’épistémologie des mathématiques et de la philosophie sont très originales par rapport aux autres épistémologies. Mais il faut envisager des épistémologies très différenciées : en SVT uniquement pour la partie biologie, il existe une épistémologie très différente de la génétique, de la physiologie ou des interactions internes

140Concernant les savoirs hybrides tels ceux du développement durable, se mêlent plusieurs types d’épistémologie : géographie très différente de celle de l’histoire, écologie différente de celle de l’environnement… mais c’est dans la mobilisation simultanée d’épistémologies de l’histoire des sciences, des différents domaines (écologie, société…).

141Toute l’épistémologie des valeurs doit être prise en compte.

Notes

1 Propos avérés également par Nicolas Charlet, historien de l’art, de la villa Médicis.

2 Notes personnelles prises lors de la réunion de travail interne de l’ISCC Auvergne le 6 décembre 2012.

3 Mail du 21 décembre 2012.

4 Pourrait-on dire dans toutes les sciences ? Comment décrire l’émotion suscitée par un manuscrit signé d’un grand nom, par un témoignage recueilli, par la démonstration d’un théorème… ?

5 Historien de l’art, université Blaise Pascal, département Métiers de la culture, Clermont-Ferrand. Entretien du 14 décembre 2012.

6 Les rapports parfois orageux entre membres d’une même discipline ou de disciplines différentes ne le laissent pas toujours supposer (séminaire).

7 Voir Christophe Duroure, parcours de vie, octobre 2012.

8 Voir le séminaire « Peut-on encore sauver l’anglais dans la communication scientifique » (22 sept. 2011).

9 Intervention séminaire « Le partage des savoirs : première session » (1er mars 2012).

10 Voir « L’activité du groupe Épistémologie de la communication scientifique au prisme de la pensée de Bruno Latour et de ses maîtres », texte finalisé à l’occasion de cet ouvrage.

11 Professeur agrégé de philosophie, académie du Puy-de-dôme (entretien, nov. 2012).

12 Science autonome par rapport à l’économie, la politique…

13 Voir Écrire la science de Jean Claude Ameisen (2010).

14 Au sujet de la gestion. Op. cit.

15 Ainsi en va-t-il des mathématiques et de la physique. Séance « Des usages mathématiques en sciences : langue commune ou outil de communication ? », 9 Décembre 2010, Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand.

16 Il importe de savoir qu’elles ont été les voies sans issue, ce qui n’est pas toujours évident, les publications ne portant le plus souvent que sur les réussites (cf. ma thèse). L’histoire n’est faite que par les vainqueurs.

17 À voix nue, France culture, interview de la fille de Cendrars.

18 Séminaire « les schémas dans les différentes disciplines » (17 juin 2010 au Centre d’Etudes et de Recherches sur le Développement International).

19 Voir séance « Argumenter », octobre 2012.

20 Ce laboratoire est pluridisciplinaire. Il a été fondé en 2008 mais n’est devenu une EA (Equipe d’Accueil) qu’en 2012.

21 Ils y auraient plus de gens qui ont la télévision, que de gens ayant des toilettes (98 % pour l’un, 97 % pour l’autre).

22 Op. cit.

23 « Imagination is more important than knowledge. For knowledge is limited, whereas imagination embraces the entire world, stimulating progress, giving birth to evolution ». « What Life Means to Einstein », George Sylvester Viereck, The Saturday Evening Post, 26 october 1929, p. 17.

24 Voir Patrick Bourgne, op. cit.

25 Voir D. Mulnier. Mettre du musc (odeur du loup), faire entendre son cri… sont des moments forts d’un exposé ou d’une exposition.

26 Les carrières scientifiques étant quelque peu désertées, le besoin de communiquer auprès du grand public (scolaire notamment) se fait, pour les scientifiques, cruellement sentir.

27 Cette affirmation peut être discutée.

28 Attention les mathématiques sont un outil de description, voire de communication et non une langue commune.

29 Anglais.

30 Séance « Peut-on encore sauver l’anglais dans la communication scientifique ? » (cf. annexe).

31 Article paru dans le On Newsstands Now de septembre 2003.

32 Entretien, nov. 2012, op. cit.

33 Utilisation des modèles de gravité en économie du développement ; utilisation des mêmes logiciels (MATLAB).

34 Séance 8 « Des usages mathématiques en sciences : langue commune ou outil de communication ? » (9 dec. 2010).

35 Idem.

36 A la fois recherche de données chiffrées, indiscutables et impossibilité à mettre la société entière et ses multiples relations en équation.

37 Reproche était fait par Hayek et toute l’école autrichienne aux économistes que l’utilisation des mathématiques empêche le débat, empêche de discuter.

38 Ce paragraphe s’appuie notamment sur une discussion menée avec Jérôme Rouland, déjà cité à maintes reprises, et que je tiens à remercier tout particulièrement ici (entretien du 15 novembre 2012).

39 « Les vraies sciences dures ce sont les mathématiques et la logique. Le reste consiste à passer de l’ordre d’une idée à une construction extérieure (qui marche ou pas) », Jérôme Rouland (entretien op. cit.).

40 Voir entretien avec Jérôme Rouland, op. cit.

41 Voir l’annexe 3 de ce livre qui reproduit ce schéma.

42 Il était rappelé en introduction à cet ouvrage que la communication fut souvent considérée, par les protagonistes eux-mêmes, comme un « art de la séduction », voir supra, p. 5.

43 Voir France Culture sur Einstein semaine du 12 août 2013.

44 Entretien téléphonique avec Stéphane Troiscarré du 21 décembre 2012.

45 La réunion des deux n’augurant en rien d’une supériorité par rapport à d’autres travaux.

46 Pierre Cassou Nogez, p. 86.

47 Alain Damasio. Ibid., p. 42.

48 Frank Cochoy, dans son histoire du marketing (Cochoy 1999) a su montrer le caractère parasitaire de cette discipline.

49 Voir les travaux de F. Millerand (2009).

50 Dans les principaux manuels d’introduction aux sciences de l’information et de la communication (Breton, Proulx, 1989 ; Bougnoux, 1998 ; Maigret, 2003) on retrouve l’idée selon laquelle l’extraordinaire hétérogénéité de l’objet commande l’adoption d’approches plurielles.

51 Comme le célèbre « Dieu ne joue pas aux dés » d’Einstein.

52 La doxa est, pour Pierre Bourdieu (1984), le savoir implicite propre à une société ; ce qui, dans une communauté donnée, va tellement de soi que ce n’est plus discuté, remis en cause.

53 Droit, économie, science de gestion, histoire de l’art, civilisation, géographie, linguistique, sociologie, sciences de l’éducation et sciences de l’information et de la communication pour les SHS, mathématique, physique, chimie, biologie, sciences de l’ingénieur pour les sciences dures.

54 La découverte de la nature atomique de la matière serait due à Daniel Sennert (1572-1637) qui était alchimiste.

55 Pour conclure la préface de son livre « Les règles de la méthode sociologique », Durkheim écrit : « Il nous semble donc que, surtout en ces temps de mysticisme renaissant, une pareille entreprise peut et doit être accueillie sans inquiétude et même avec sympathie par tous ceux qui, tout en se séparant sur certains points », partagent notre « foi dans l’avenir de la raison » (Durkheim, 2009, p. 22, c’est nous qui soulignons).

56 La distinction entre vérité correspondance et vérité consensus est tirée de la lecture de Léna Soler (2000).

57 Conditions Nécessaires et Suffisantes, qui constituent un fondement des sémantiques logiques et/ou référentielles.

58 Martinez, M.-L. (2011). « Construction des identités dans les interactions langagières au cœur des situations éducatives et formatives », Mémoire d’habilitation à diriger des recherches.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search