Version classiqueVersion mobile

La communication, point aveugle du métier de chercheur

 | 
Éric Dacheux
, 
Élise Aspord

Première partie. Mémoire d'une expérimentation

Introduction

Texte intégral

1La chance et la difficulté de ce séminaire est d’être une démarche exploratoire. Il s’agit d’emprunter un chemin – celui d’une réflexion pluridisciplinaire très large sur un sujet très vaste : la communication scientifique vue comme pratique professionnelle – sans savoir exactement où mène ce chemin. Il ne s’agit pas d’emprunter une piste qui a toutes les chances d’être fructueuse, mais de prendre le risque d’une aventure intellectuelle collective qui peut échouer. Les raisons de l’échec possible sont en effet nombreuses. Beaucoup plus nombreuses et rationnelles, en tout cas, que la raison d’espérer le succès – qui se réduit à l’enthousiasme juvénile de chercheurs, heureux de se voir libérer des contraintes institutionnelles habituelles. Listons ces obstacles : méconnaissances interpersonnelles des chercheurs ; pari risqué d’une interdisciplinarité large concernant sciences de l’homme et sciences de la nature ; absence de soutien institutionnel interne à l’université ; dégradation du service public du supérieur se traduisant par un surcroît de tâches administrative et une pression à « produire utile » ; intervenants travaillant sur des sites géographiques différents ; difficultés à expliquer une démarche ouverte se construisant en marchant ; etc. Malgré ces difficultés, ce séminaire existe depuis cinq ans et, s’il ne rencontre pas un large succès populaire parmi les chercheurs auvergnats ou les doctorants, il s’articule autour d’un noyau dur qui s’est élargi progressivement au cours des ans et a su, grâce à la labellisation « Pôle Auvergne de l’Institut des sciences de la communication du CNRS », s’inscrire de manière durable dans le paysage institutionnel auvergnat.

2La visée de cette première partie est ethnographique : il s’agit de donner à voir la science en train de se faire. Non pas une science institutionnalisée qui cherche, comme au CERN, à vérifier à l’aide d’une instrumentation rigoureuse une construction théorique préalable ; mais une science expérimentale qui se cherche elle-même, qui peu à peu précise son objet et ses méthodes. Comment des chercheurs de disciplines très différentes (mathématiques, sciences physiques, histoire de l’art, communication, etc.) élaborent progressivement une démarche visant à établir un savoir collectif et réflexif visant à mieux cerner la communication scientifique et, à travers elle, à mieux comprendre les différentes approches épistémologiques qui traversent la recherche contemporaine ? Dans cette perspective ethnographique nous avons réuni des informations sur les thèmes, les intervenants, les lieux, etc., des séances du séminaire qui se sont déroulées jusqu’à aujourd’hui (Annexe 4). Ces séances se déroulent selon un schéma qui se veut identique même si, dans la réalité, ce schéma subit des modifications plus ou moins importantes selon les lieux et les intervenants. Voici donc le schéma théorique du déroulement d’une séance :

  1. Présentation du séminaire par un membre n’intervenant pas dans la séance.
  2. Présentation de la thématique et des intervenants par le ou les organisateurs.
  3. Interventions de deux ou trois invités dont le temps total ne doit pas dépasser une heure.
  4. Débat d’une heure, animé par l’organisateur de la séance.
  5. Pot convivial pour poursuivre la discussion et essayer de convaincre de nouveaux collègues de se joindre à nous.

3Précisons également que les thèmes et la périodicité des séances sont décidés collectivement, que chaque séance est préparée en amont par au moins une réunion de travail interne et que les lieux varient à la fois en fonction du thème et de la volonté des organisateurs de toucher tel ou tel public (la faculté de droit pour toucher les juristes, le bâtiment de physique pour joindre les physiciens, etc.). Enfin, il faut savoir que l’information publique sur la séance est assurée par une chargée de communication, Camille Citerne, qui réalise les affiches, fait le lien avec le webmaster de l’université et de la MSH et envoie des communiqués de presse. À condition, toutefois, que les documents nécessaires lui arrivent en temps et en heure (quinze jours avant la date prévue), ce qui n’a pas été toujours le cas.

4Comme plus de vingt séances se sont déroulées suivant ce schéma, il n’était ni souhaitable ni possible de rendre compte de manière exhaustive de ce séminaire. C’est pourquoi, pour atteindre malgré tout l’objectif ethnographique que nous nous sommes donné dans cette première partie, nous avons choisi de présenter deux séances qui nous semblent significatives. La première séance intitulée « Des usages mathématiques en sciences : langue commune ou outil de communication ? » se déroule lors de la deuxième année du séminaire. Par son thème transversal – les mathématiques – et par son déroulement – un débat désordonné –, elle reflète assez bien la première période de ce séminaire marquée par la volonté de recruter d’autres chercheurs en les provoquant un peu sur leur discipline d’une part, et une relative improvisation dans la préparation et la conduite de la réunion, d’autre part. Nous avons donc choisi de présenter un extrait rendant compte de cette séance qui a été, comme la plupart de nos séances, enregistrée sur magnétophone. Cet extrait est une reprise rendue lisible et, nous l’espérons, séduisante, du verbatim de la séance que nous gardons à disposition de tous les chercheurs intéressés.

5Le second document que nous présentons dans cette première partie, est très différent sur le fond et sur la forme. Il reflète en effet une nouvelle manière de travailler, adoptée à la rentrée 2012 : exploration d’un thème sur deux séances, puis bilan de capitalisation immédiat. Les textes réunis par Alex Esbelin ne sont pas les interventions faites par les participants lors des deux séances consacrées à l’argumentation, mais la reprise réflexive de ces interventions suite aux échanges les ayant nourries. Si elle ne capture pas en direct l’esprit qui anime les débats comme peut le faire la présentation de la première séance, elle permet en revanche de pénétrer à l’intérieur même de la pensée des participants. Elle donne à voir comment chacun, à partir de sa personnalité et de sa discipline, interprète de manière singulière une thématique pourtant traitée collectivement.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search