Version classiqueVersion mobile

La communication, point aveugle du métier de chercheur

 | 
Éric Dacheux
, 
Élise Aspord

Ouverture

La communication scientifique : le cœur même du métier de chercheur

Texte intégral

1La communication est souvent mal perçue par les chercheurs – c’est un art de la séduction qui conduit à simplifier outrageusement le réel, et une perte de temps. En même temps, c’est une contrainte institutionnelle de plus en plus forte : tous les opérateurs de recherche demandent une « valorisation » auprès des acteurs socio-économiques. C’est aussi le cœur même du métier de chercheur : pas de progression de la connaissance sans échanges d’informations entre pairs, négociations avec les financeurs, publications des résultats. Dans une société qui a soif de transparence et qui se méfie du scientisme – à une époque où les controverses scientifiques sont de plus en plus nombreuses –, il est donc nécessaire de se pencher de manière scientifique sur la communication scientifique. Comment ? De manière collective, pluridisciplinaire et empirique, ce que nous avons proposé en 2009. Et c’est cette aventure collective que nous allons nous efforcer de restituer dans cet ouvrage.

2Les personnes qui sont à l’origine de ce projet ne sont pas des spécialistes de la communication scientifique, mais des chercheurs qui s’interrogent sur leurs pratiques professionnelles de la communication. Il ne s’agit donc pas de proposer des recettes clefs en main ou de poser les bases épistémologiques d’un modèle performant de communication scientifique, mais de rendre compte d’une recherche-action en cours, non pas de proposer un résultat avéré, un but atteint, mais de dresser le contour des réflexions en construction, un chemin qui se fait en marchant.

Épistémologie et communication

3L’épistémologie et la communication sont, dans le monde académique, un peu comme l’air que l’on respire dans la vie quotidienne : incolore et inodore. L’épistémologie est cachée dans l’ombre des réflexions théoriques qui positionnent le laboratoire ; la communication n’est que l’un des aspects de l’activité scientifique. Mais comme pour l’air, invisibilité ne veut pas dire inutilité. C’est même tout le contraire : il n’y a pas de vie humaine sans échanges respiratoires, il n’y a pas de science sans réflexions épistémologiques ni échanges communicationnels. Mais qu’est-ce qu’au juste que l’épistémologie ? Comment définir la communication ?

Une remise en cause nécessaire de l’épistémologie

« Le savoir scientifique a atteint un niveau où des questions philosophiques surgissent d’elles-mêmes, sans échappatoires possibles. Devant des notions aussi peu familières que l’indiscernabilité des particules, l’antimatière, la non-séparabilité, etc., le chercheur ne peut s’en tenir au vieux précepte : “Explore le comment et ne te soucie de rien d’autre”. Des questions telles que “Qu’est-ce que la cause, les données empiriques, les modèles, la vérité, la réalité, à quoi la science donne-t-elle accès ? etc.” ne peuvent pas ne pas se poser à lui. Ce sont là des interrogations qui relèvent certes de la philosophie générale mais qui, du fait même qu’elles surgissent sous la baguette du scientifique, appartiennent tout autant à la philosophie des sciences et, de ce fait, à l’épistémologie bien comprise ».

4Cette citation de Bernard Espagnat (2000, p. 3), membre de l’Institut, montre tout à la fois l’enjeu d’une réflexion épistémologique et la difficulté à définir l’épistémologie. Selon le Trésor de la langue française, le mot épistémologie a deux emplois : le premier, vieilli, fait de l’épistémologie « l’étude de la connaissance scientifique en général » ; le second, usuel, définit l’épistémologie comme « la partie de la philosophie qui a pour objet l’étude critique des postulats, conclusions et méthodes d’une science particulière, considérée du point de vue de son évolution, afin d’en déterminer l’origine logique, la valeur et la portée scientifique et philosophique ». Il y a donc deux conceptions différentes que nous allons rappeler brièvement.

Fonder la connaissance

5Cette acception, ancienne et large, de l’épistémologie se retrouve principalement dans la pensée anglo-saxonne. Il s’agit d’élaborer une théorie de la connaissance. Comme cette théorie est censée fonder toutes les autres, elle est indépendante de toutes les autres. Son objet ne se retreint donc pas à la science, mais concerne toutes les connaissances humaines. Dans cette acception, la tâche de l’épistémologue est, comme le précise J.-M. Besnier, « d’élaborer une connaissance de la connaissance », tâche d’autant plus urgente et complexe que chacun se rend compte que « plus nous savons et plus nous découvrons combien nous ignorons » (Besnier, 1996, p. 8).

Nature, concepts, méthodes et résultats de la science

6Cette définition est le sens le plus récent, mais aussi le plus restreint du mot épistémologie. C’est cette acception qui domine en France. Comme l’indique Léna Soler, cette seconde conception confère deux caractéristiques majeures à l’épistémologie : c’est un discours réflexif (il s’agit de faire retour sur la science), donc dépendant de l’avancée des connaissances scientifiques ; et c’est aussi un discours critique (l’épistémologie discute du bien fondé et de la portée des propositions et des méthodes scientifiques, Soler, 2000).

7Le problème majeur, selon nous, est que quelle que soit l’acception que l’on retienne, l’épistémologie n’est généralement pas enseignée aux chercheurs. Considérée du point de vue institutionnel comme une partie de la philosophie, elle reste trop souvent confinée aux amphis de Lettres. Pourtant, s’interroger sur ce qu’est la connaissance, ou questionner les résultats et les méthodes de sa discipline, nous semble être au cœur même du métier de chercheur. C’est pourquoi notre but, dans ce séminaire, n’était pas de développer un débat pointu entre spécialistes reconnus de l’épistémologie, mais au contraire, de faire communiquer des chercheurs – et des citoyens intéressés par la recherche – venant d’horizons scientifiques très différents (des mathématiques à la linguistique en passant par la météorologie et l’économie). Autrement dit, il nous semblait important non pas de produire de grands discours sur les avantages et inconvénients de telle ou telle épistémologie théorique, mais plus pragmatiquement de présenter un état des lieux conflictuel de ce que c’est que l’épistémologie « vécue » dans chaque discipline, dans chaque laboratoire, équipe, individu – de partir du terrain. En effet, sous des apparences consensuelles, ces « épistémologies vécues » cachent des a priori (dogmatiques, éthiques ou méthodologiques) et des « postures » philosophiques plus profondes (idéalistes, matérialistes ou pragmatiques). Postures qui, justement, se révèlent dans la communication entre chercheurs.

La communication, ou l’impensé du métier de chercheur

8Pour les uns, la communication est synonyme d’écoute, d’échange, d’ouverture à l’autre. Source de compréhension, elle est « l’ange pacifique » qui construit une communauté scientifique conviviale. Pour les autres, au contraire, la communication est synonyme de publicité, de marketing, des relations publiques : un art de la manipulation qui, comme un cancer, ronge la science. Il convient de renvoyer dos à dos ces deux visions simplistes.

Compréhension & séduction

9La communication est souvent associée à la notion de compréhension. Communiquer c’est se comprendre ; une communication est réussie lorsque chacun parvient à se mettre d’accord. Cette vision naïve se retrouve dans les propos des étudiants, mais aussi, comme l’indique Philippe Breton (1992), dans beaucoup de discours consacrés aux technologies de la communication. L’idée, formalisée par Norman Wiener – le père de la cybernétique –, étant qu’en échangeant des informations en temps et en heure, on parvienne à éviter les conflits.

  • 1 En 1629, dans une lettre au Père Mersenne, Descartes affirme qu’il est possible d’inventer une lang (...)

10Pourtant, les travaux des chercheurs en sciences de la communication insistent, au contraire, sur l’impossibilité d’une compréhension totale. En réalité, se comprendre parfaitement est presque impossible. Nous sommes des individus ayant des corps, des cerveaux, des expériences différentes. Nous interprétons librement ce que l’on nous dit à l’aide de références culturelles qui ne sont pas forcément celles des personnes qui s’adressent à nous. Nous utilisons des codes (langue, musique, danse, etc.) sans les maîtriser totalement. Nous sommes enclins à des sentiments qui nous bouleversent (amour, peur, douleur, etc.) mais que l’on ne sait traduire qu’imparfaitement. De fait, nous sommes confrontés au paradoxe suivant : nous communiquons pour mieux nous comprendre et, ce faisant, générons de l’incompréhension. C’est ce paradoxe qui explique les difficultés quotidiennes de la communication entre les individus. Or, ces problèmes d’expression, de compréhension ainsi que les maux psychologiques (timidité, frustration, etc.) et sociaux (violence, racisme, etc.) qu’ils alimentent, conduisent, presque mécaniquement, à rêver d’un monde où la compréhension réciproque serait totale. On retrouve des traces de ce rêve dans les discours entourant le lancement de chaque nouvel outil de communication (la radio, la télévision, Internet, etc.), mais on en reconnaît également des traces dans le mythe de Babel et les projets de langue universelle ou internationale qui, de Descartes (1629) à Zamenhof (1887), traversent les siècles1.

11Loin de cette vision idyllique de la communication perdure, depuis Platon et sa prévention à l’égard de la rhétorique, une vision soupçonneuse voire carrément hostile. La communication est un instrument, un outil pour convaincre l’autre de faire ce qu’on lui dit, un média qui « vend du temps de cerveau disponible à des annonceurs ». La communication n’est pas du côté de la raison, mais de la séduction. Elle ne vise pas le vrai mais le vraisemblable. Elle n’ouvre pas à l’autre, elle permet de le manipuler. D’ailleurs, ce que l’on appelait jadis les agences de publicité, ne sont-elles pas devenues aujourd’hui des agences de communication qui développent – avec les mêmes méthodes et les mêmes outils – des campagnes particulièrement ruineuses pour des marques de lessives, des candidats aux élections, des ONG caritatives ? Plus grave, la plupart des techniques de communication que l’on présente comme des progrès humains, ne sont-elles pas, à l’origine, des inventions à usages militaires destinées à accroître le pouvoir de l’État sur son territoire et celui de ses voisins ?

12En vérité, la communication est un processus profondément ambivalent, profondément ambigu. C’est cette ambivalence qui fait toute la richesse de la communication et justifie son intérêt scientifique. Cette ambiguïté ontologique de la communication est aujourd’hui redoublée par le fait que la communication est aussi un secteur industriel qui englobe les médias, la publicité, le conseil, la télécommunication, l’informatique. Ce secteur est central dans la construction d’une société de la connaissance. C’est pourquoi la science, autre acteur central, doit s’y intéresser.

Variations disciplinaires

13Si la communication est une activité scientifique impensée par les chercheurs, c’est aussi un terme utilisé dans des articles pour décrire certains phénomènes. Or, la conceptualisation de ce terme diffère d’une discipline à une autre, ce qui complexifie encore le projet d’une réflexion pluridisciplinaire sur la communication scientifique. À titre d’illustration, voici quatre définitions scientifiques de la communication. La liste n’est bien entendu pas exhaustive.

La communication en sciences sociales

14En sciences sociales, la communication est tout à la fois une relation humaine et la construction d’un monde commun : relation humaine, parce qu’elle participe à l’élaboration de liens sociaux qui sont marqués par l’intrication étroite de la passion et de l’intérêt, de la tradition et de la modernité, du hasard et du projet ; construction d’un monde commun parce qu’elle est ce qui permet, dans une perspective constructiviste, à des êtres humains radicalement différents les uns des autres de construire une réalité commune propre à une culture donnée (Watzlavick, 1978) – ce qui bien entendu pose la question, à l’heure de la globalisation, de la difficile rencontre des cultures.

La communication vue par les sciences et techniques de l’information et de la communication (STIC)

15Dans les STIC – Sciences usant des formules mathématiques, à ne pas confondre avec les SIC sciences sociales de l’information et de la communication –, la communication est, à la suite des travaux de C. Shannon (Théorie mathématique de la communication, 1948), définie comme la transmission d’informations. Il s’agit de la circulation de données entre un émetteur et un récepteur ; données qui peuvent être perturbées justement lors du codage par l’émetteur ou du décodage par le récepteur, mais aussi lors de la circulation dans le canal. Cette définition se retrouve, implicitement, dans de nombreuses sciences du vivant lorsqu’on parle par exemple de « communication » entre cellules ou de « communication » entre animaux.

La communication vue par les sciences cognitives

  • 2 Dan Sperber, « La Communication et le sens », dans Yves Michaud (éd.), Qu’est-ce que l’humain ? Uni (...)

16Contre cette vision mathématique, s’est construite une définition cognitiviste de la communication, qui insiste non pas sur l’acte de coder et de décoder, mais sur la capacité d’inférence du cerveau. Dans cette optique, communication verbale et pensée ne sont plus de même nature : la pensée est une computation mentale de l’univers environnant bien plus riche que des énoncés linguistiques, puisque le message linguistique n’est qu’une représentation incomplète des pensées du locuteur qui doit être recomposée et complétée par l’auditeur. En ce sens, rédiger un article scientifique ne revient pas à mettre des pensées sur du papier, mais à laisser des traces d’encre qui vont être lues, les pensées restant inaccessibles à autrui dans le cerveau du scripteur. Pour le dire autrement, « La communication humaine est un effet secondaire de la capacité d’attribuer des états mentaux à autrui. Le trait qui, plus que tout autre, distingue les êtres humains des autres espèces animales auxquelles ils sont apparentés, ce n’est pas comme on le pense souvent le langage – encore qu’évidemment le langage joue un rôle fondamental –, c’est cette capacité méta-représentationnelle2. »

La communication par les sciences du langage

  • 3 Austin, 1970, p. 41 et p. 42.

17Les sciences du langage permettent, quant à elles, d’insister sur une dimension importante de la communication : sa performativité. Ainsi, Benveniste (1966) constate deux illusions du langage qui seraient que la langue serait un des truchements de la pensée et que la langue serait un décalque d’une logique inhérente à l’esprit. Dans ses conférences, Austin montre en quoi l’usage de la parole est aussi une modalité de l’agir. Il part du problème que l’on rencontre face à certaines affirmations qui sont des non-sens. Il existe en effet des énonciations de verbes ordinaires à la première personne du singulier au présent de l’indicatif voix active, qui ne décrivent, ne rapportent et ne constatent rien, qui ne sont ni vraies ni fausses : elles sont telles que « l’énonciation de la phrase est l’exécution d’une action qu’on ne saurait décrire comme étant l’acte de dire quelque chose ». Austin donne un certain nombre d’exemple, comme Je baptise ce bateau Liberté, Je vous déclare mari et femme, etc. Énoncer la phrase dans un pari ou un lègue par exemple, c’est faire. Quel nom donner à cette phrase ? Austin a sa réponse : « Je propose de l’appeler une phrase performative », en référence au verbe to perform, qui « indique que produire l’énonciation c’est exécuter une action »3.

18On le voit, ces quatre exemples, forcément réducteurs, montrent la richesse et la complexité de la communication. Cette dernière, comme la science d’ailleurs, ne va jamais de soi. C’est pourquoi les chercheurs devraient y réfléchir plus qu’ils ne le font. Épistémologie et communication ne peuvent pas, dans une société où les médias et les TIC jouent un rôle si conséquent, rester les points aveugles de l’activité scientifique. De plus, c’est pour lui-même, pour mieux comprendre ce qu’il fait et s’accomplir dans son travail, que le chercheur a intérêt à interroger ces deux notions. Enfin, cet intérêt bien compris est aussi, probablement, une des conditions de l’avancée de la connaissance scientifique : « On ne peut faire avancer la science, en plus d’un cas, qu’à condition de faire communiquer des théories opposées » (Bourdieu, 1984, p. 24).

Une expérimentation, un séminaire

19Au printemps 2009, l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) – directement rattaché à la présidence du CNRS pour réfléchir aux enjeux liés à l’interdisciplinarité et aux relations sciences-sociétés –, lance un appel à projets exploratoire. Éric Dacheux (sciences de l’information et de la communication), Julien Longhi (sciences du langage) et François Vazeille (physique), ont répondu à cet appel en choisissant de s’inscrire dans l’une des thématiques proposées : « Épistémologie comparée des concepts d’information et de communication dans les grandes disciplines scientifiques ». Il s’agissait, à l’origine, de monter un séminaire pluridisciplinaire, associant les sciences humaines et sociales (SHS) et les sciences de la nature, visant à mettre à jour les différences et les ressemblances dans la conception théorique de la communication scientifique dans ces deux champs de la recherche. Cet objectif scientifique se doublait d’un objectif institutionnel : élargir petit à petit l’équipe de base de façon à créer une dynamique de site pluridisciplinaire pouvant conduire à la création d’un pôle auvergnat de l’ISCC. Au bout d’un an (2010), cet objectif institutionnel n’était que partiellement atteint car seules deux personnes étaient venues renforcer l’équipe organisatrice : Christophe Duroure (météorologue) et Catherine Simonet (doctorante en économie). Néanmoins la qualité des séminaires tenus et l’enthousiasme communicatif des deux nouveaux arrivants ont conduit à prolonger ce séminaire, en répondant à un nouvel appel à projet de l’ISCC. Fort de l’expérience acquise, cette nouvelle mouture du séminaire s’est articulée autour de deux éléments : une nouvelle finalité scientifique et la volonté d’expérimenter une autre méthode.

Une nouvelle finalité scientifique

20Très vite, nous nous sommes rendu compte que nous ne mettions pas les mêmes choses sous le vocable de « communication scientifique ». Certains pensaient aux relations entre les chercheurs et les médias, d’autres à la communication entre pairs, d’autres enfin à la communication entre scientifiques de disciplines différentes. De même, nous avons vite constaté que ce qui faisait obstacle à la communication entre chercheurs d’origines scientifiques distinctes était moins la confrontation d’épistémologies explicitées et assumées, que la méconnaissance de l’épistémologie de sa propre discipline. C’est pourquoi, nous avons défini deux nouveaux axes de recherche :

1° La communication comme point aveugle du métier de chercheur

21De la thèse (discussion sur le choix du sujet avec son directeur, soutenance devant un jury) au prix Nobel (réseaux de relations qui plaident pour vous, discours public lors de la remise, interviews dans les médias) en passant par les colloques internationaux (communication aux pairs) et la publication d’articles dans les revues reconnues, la communication est tellement au cœur de l’activité scientifique qu’on finit par ne plus la voir. Elle demeure par conséquent largement impensée. Épistémologiquement s’entend, car cela fait bien longtemps que des institutions comme le CNES, la NASA ou le CERN ont compris tout l’intérêt stratégique d’une communication performante avec le grand public et les agences de financement pour obtenir des crédits de recherches. Peu pensée, mais pas totalement impensée. Les philosophes (d’Aristote à Bachelard en passant par Dewey) se sont intéressés aux problèmes de la vulgarisation de la science, des chercheurs reconnus se sont également penchés sur cette question (J.M. Lévy Leblond, G. de Gène, G. Charpak). De plus, les travaux de sociologie des sciences s’intéressent aux controverses scientifiques (Latour, 1989) ; les sciences de l’information, à travers des questions comme celles des archives ouvertes, produisent d’utiles travaux sur les questions de l’accessibilité à l’information scientifique ; la science politique consacre des recherches au rôle des experts (scientifiques ou non) dans l’espace public ; les sciences de la communication interrogent, à la marge, les rapports entre sciences et médias (Hermès, no 21, 1997), etc. Cette liste n’est pas exhaustive, l’un des objectifs de ce séminaire était de la compléter et de l’enrichir.

2° Des épistémologies singulières et isolées

22Les travaux d’E. Mayr (biologiste), de R. Thom (géomètre) ou d’A. Chalmers (historiens des sciences) montrent, qu’il n’y a pas de consensus des spécialistes sur la définition de l’activité scientifique alors même que le contexte académique est marqué par un positivisme logique adopté, implicitement, par les chercheurs, les gestionnaires des organismes de recherche et le grand public curieux se sentant concerné par l’activité scientifique. Cette absence de consensus sur l’activité de recherche et la présence corrélative d’une grande variété des épistémologies implicites sont cependant masqués par deux faits :

  • L’existence d’un vrai consensus (ancien et de plus en plus étayé historiquement) sur les résultats de la recherche, ce que les humanistes acceptent pour vrai, ce qui est écrit dans les revues scientifiques, ce que l’on apprend au lycée.

  • La faiblesse de la formation à l’épistémologie dans le cursus des chercheurs. Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui, ignorant qu’il existe un débat rationnel sur la nature de l’activité scientifique, pensent naturellement que leur pratique scientifique est la seule et unique science possible et imaginable.

23Dès lors, les problèmes rencontrés lors des discussions interdisciplinaires sur un sujet commun (la notion de chaos ou d’intermittence, par exemple) sont bien plus qu’un problème d’usages différents d’un même terme d’une discipline à l’autre (ce que chacun admet assez facilement) : ils sont le révélateur d’épistémologies implicites qui expliquent, en partie, ces différences d’usages.

La volonté d’expérimenter une nouvelle méthode

24Les séances du séminaire et plus encore, les séances de préparation de ce séminaires, nous ont permis d’expliciter nos hypothèses de travail et par conséquent de proposer une méthode capable de les faire fructifier. Le groupe de travail appuie énormément sa réflexion sur l’aspect multidisciplinaire et l’étude comparée de la communication entre les différentes sciences.

Hypothèses & méthodes de travail

25Le séminaire qui se poursuit depuis septembre 2010 repose sur trois hypothèses successives :

  1. de l’injonction institutionnelle, la communication scientifique à destination du grand public ne repose pas sur un paradigme explicite, même si certains travaux (Besnier, 1996 ; Latour, 1989 ; Caraça, 1999) semblent pouvoir constituer les fondations de la construction d’un tel paradigme.

  2. l’absence de cette explicitation, les chercheurs développant une communication scientifique se sont largement appuyés sur un paradigme implicite, une doxa (Bourdieu, 1984), qui diffère fortement entre les sciences humaines et sociales et les sciences de la nature.

  3. conséquent, en confrontant les acteurs, il est possible d’expliciter l’implicite et de mettre à jour les points de convergence et de divergence entre ces communications.

26Ce socle d’hypothèses nous a conduit à proposer deux grands principes méthodologiques :

  • Mettre l’accent sur la « communication conflictuelle » plutôt que sur le « transfert d’informations ». C’est dans la discussion scientifique, dans la confrontation de points de vue que se construit petit à petit un paradigme.

  • Se concentrer sur des études de cas « micro-épistémologiques ». C’est-à-dire sur des sujets bien documentés mais d’intérêt public « secondaire » – relativement épargnés par des conflits socio-politico-économiques –, afin de permettre une analyse plus sereine des conflits proprement épistémologiques. En limitant la controverse à des discussions scientifiques qui n’ont pas pénétré l’espace médiatique, il nous semble donc possible de relever les implicites épistémologiques que dévoile le débat contradictoire, sans tomber dans une lutte affective ou des affrontements idéologiques qui n’épargnent pas les chercheurs aux prises avec des enjeux sociaux (OGM, nucléaire, etc.).

27Ces deux principes méthodologiques se sont concrétisés par la formulation d’une méthode que nous nous sommes efforcés de suivre sans y parvenir totalement. Cette méthode, qui a donné son architecture au séminaire, peut se résumer par les éléments suivants :

  • Débat contradictoire. Il s’agit de proposer des intervenants (généralement deux) d’horizons différents ayant des points de vue éloignés de manière à susciter un débat avec la salle. Dans la plupart des cas, la séance dure deux heures, la première heure étant consacré à la présentation du séminaire et aux interventions des conférenciers, la seconde aux échanges.

  • Convivialité. Chaque séance se termine par un pot de l’amitié, de manière à installer un climat convivial favorisant la poursuite des discussions de manière plus informelle, et à faciliter ainsi le recrutement de nouveaux membres pour l’équipe organisatrice.

  • Ouverture [vers tous les publics]. Si ce séminaire permet à des chercheurs de s’interroger sur leur métier en dehors de tout enjeu académique, il est aussi ouvert aux doctorants, aux étudiants, aux journalistes, aux responsables associatifs et à toutes les personnes désireuses de participer (pas d’inscription préalable, diffusion systématique d’un communiqué de presses aux médias locaux).

  • Alternance. Chaque séance est organisée par un membre différent de l’équipe organisatrice qui assure la logistique de l’organisation. Elle se déroule alternativement dans un centre de SHS situé au centre-ville de Clermont-Ferrand, et dans un centre de SF, situé au campus des Cézeaux, à Aubière, banlieue contiguë de Clermont.

  • Événement. Pour susciter l’intérêt d’une communauté auvergnate où il n’existait aucune tradition de recherche en communication, nous avons cherché à inviter des chercheurs extérieurs ayant un renom dépassant leur discipline d’origine, mais en dehors de Dominique Wolton, nous n’avons pas connu un franc succès dans nos démarches.

  • Traçabilité. Pour garder une trace de ce séminaire et nourrir les débats, nous avons décidé qu’à chaque séminaire au moins un membre de l’équipe organisatrice ferait un compte rendu subjectif de la séance, tandis que l’animateur de la séance encouragerait les personnes dans la salle à faire de même. Ces comptes rendus subjectifs sont mis en ligne sur un site internet spécifique. https://sites.google.com/​site/​epistemologieenauvergne/​

Originalité du séminaire

28L’originalité de ce séminaire qui apporte la matière première à cet ouvrage collectif est multiple :

  • Une pluridisciplinarité étendue. Il s’agit de croiser différentes approches en donnant la primauté à la dimension épistémologique de la communication scientifique sur sa dimension instrumentale. La plupart des approches concernant la communication scientifique sont soit monodisciplinaires (sociologiques, par exemple) soit centrées sur la mise en œuvre pratique : le comment. L’approche retenue est centrée sur les fondements épistémologiques et, surtout, ne se contente pas d’une pluridisciplinarité restreinte à un domaine (SHS par exemple), mais ambitionne une pluridisciplinarité élargie (concernant l’ensemble des domaines de la recherche).

  • Une inscription dans la durée. Ce séminaire, qui continue toujours son aventure expérimentale, dure depuis plus de cinq ans, ce qui permet de réfléchir aux différentes temporalités de la communication scientifique : celle courte d’une séance, celle plus longue d’un séminaire annuel, celle encore plus longue de la construction d’un savoir commun sur plusieurs années.

  • La liberté d’expérimenter, sans injonction de produire un résultat. À une époque où les contraintes budgétaires et l’idéologie libérale génèrent une rationalisation de la recherche – qui conduit, dans les appels d’offre, à demander aux chercheurs les résultats qui seront le fruit de recherches qu’ils n’ont pas encore menées –, on ne peut que souligner la liberté accordée par l’Institut de sciences de la communication du CNRS qui – dans la lignée de l’indiscipline défendue par son directeur (Wolton, 2012) – a offert la possibilité d’expérimenter sans jamais demander des résultats opérationnels. Une attitude qui autorise la prise de risque nécessaire à une recherche exploratoire mais qui, malheureusement, devient un luxe.

  • La définition de la communication comme la dimension commune de toutes les disciplines. Du chercheur qui monte une expérience pendant vingt ans au CERN avec près de mille collègues, au littéraire qui analyse seul un texte oublié du xvie siècle, en passant par le météorologue qui analyse des données fournies par son ordinateur, etc., ces individus n’ont pas la même pratique quotidienne de la science. Pourtant, tous doivent, à un moment ou à un autre, rédiger un projet pour les financeurs, soumettre un article dans une revue, présenter une communication dans un colloque, expliquer leurs recherches à des non-spécialistes, etc. C’est peut-être parce qu’elle est à ce point imbriquée dans l’activité de recherche que peu prennent le temps de réfléchir à une pratique paraissant, à tort, si « naturelle ».

29En lisant ces lignes, on aura compris que l’enjeu scientifique de ce séminaire n’est pas de déboucher sur un manuel méthodologique de la communication des chercheurs s’adressant au grand public, mais sur l’identification des problèmes épistémologiques et communicationnels qui surgissent dans les différentes situations de communication scientifique qu’un chercheur rencontre au cours de sa vie professionnelle. En effet, dans un contexte institutionnel marqué par la réforme du CNRS et des universités mettant la recherche à la une de l’actualité, dans un contexte économique de crise où les experts scientifiques sont amenés à donner leur avis, dans un contexte social marqué par une « société du risque » où la sensibilité publique aux erreurs scientifiques est de plus en plus forte, dans un contexte démocratique marqué par une demande sociale de participation qui conduit les associations à produire leur propre expertise et à s’associer avec les laboratoires ; dans un contexte européen, enfin, visant à faire de l’UE une société de connaissance compétitive et inclusive, il semble opportun de s’interroger (via une approche pluridisciplinaire) sur la notion de « communication scientifique » et les obstacles épistémologiques qui se dressent sur sa route.

30Pour ce faire, cet ouvrage s’organise en quatre parties distinctes. La première a pour objectif de donner à voir le séminaire. La seconde fait part des leçons subjectives que des participants ont pu tirer. La troisième est constituée par la conclusion générale, élaborée de manière collective. La dernière regroupe en annexes des documents factuels à visée illustrative.

  • 4 Demande à eric.dacheux@univ-bpclermont.fr.

31La première partie a donc une visée ethnographique : faire comprendre au plus grand nombre comment nous nous sommes efforcés de construire une pensée collective commune, malgré des disciplines et des épistémologies différentes. Pour ce faire, nous avons choisi de présenter deux séances qui nous semblent représentatives du déroulement général de nos discussions. La première séance, consacrée aux mathématiques comme langage commun des scientifiques, est le fruit d’une transcription d’un enregistrement sonore. L’intégralité de ce verbatim est disponible pour les chercheurs désireux de l’exploiter4, mais pour le confort de lecture de tous, nous avons décidé de présenter une version beaucoup plus courte des interventions et des débats. La deuxième séance se centre sur un autre thème transdisciplinaire : l’argumentation. Cependant, elle se présente sous une forme différente, non pas un enregistrement impersonnel des discussions, mais la confrontation de regards subjectifs scientifiquement construits. Cette première partie peut se lire indépendamment de la seconde, plus réflexive, qui montre comment chacun, en fonction de sa disponibilité, de son parcours de vie et de sa discipline s’est approprié le séminaire. Cette seconde partie met en balance d’un côté le regard des sciences de la nature et de l’autre celui des sciences de l’homme. Ces regards individuels sont ensuite repris de manière commune dans une conclusion générale collective qui s’efforce de mettre en lumière les points d’accord et de désaccord entre les participants à ce séminaire. En annexes, enfin, nous nous sommes efforcés de mettre à disposition un matériel empirique de première main pouvant nourrir les analyses de ceux qui cherchent à comprendre comment la science tâtonnante s’efforce de se construire chaque jour. Un livre expérimental pour rendre compte d’une démarche innovante.

Bibliographie

Bibliographie

Ardoino J., Information et Communication, Paris, Éditions d’organisation, 1964.

Austin J.-L., Quand dire, c’est faire, Paris, Le Seuil, 1970.

Benveniste É., Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, 1966.

Besnier J.-M., Les théories de la connaissance, Paris, Flammarion, 1996.

Borzeix A., Bouvier A., Pharo P., Sociologie et connaissance, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Bougnoux D., Introduction aux sciences de la communication, Paris, La Découverte, 1998.

Bougnoux D., La communication contre l’information, Paris, Hachette, 1995.

Bourdieu P., Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

Breton P., L’utopie de la communication, Paris, La découverte, 1992.

Caraça J., Science et communication, Paris, PUF, 1999.

Caillé A., « Engagement sociologique et démarche idéaliste-typique », Sociologie du travail, vol. 41, no 3, 1999.

Chalmers A. F., Qu’est-ce que la science ?, Paris, La découverte, 1987.

Dion E., Invitation à la théorie de l’information, Paris, Le Seuil, 1997.

Espagnat B., Préface du livre de L. Soler, Introduction à l’épistémologie, Paris, Ellipses, 2000.

Feyerabend P., Contre la méthode : l’anarchisme méthodologique, Paris, Le Seuil, 1979.

Grize J.-B., « Argumenter, c’est davantage montrer que démontrer » in A. Borzeix, A. Bouvier, P. Pharo, Sociologie et connaissance, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Hecht E., Vincent C., « L’irruption des lois du marché dans la biologie transforme-t-elle le rôle du scientifique ? », Enjeux, mai, 1998.

Hermès, No 21, Sciences et médias, Paris, CNRS Éditions, 1997.

Latour B., La science en action, Paris, La découverte, 1989

Morin E., La complexité humaine, Paris, Flammarion, 1994.

Mucchielli A., Les situations de communication, Paris, Eyrolles, 1991.

Ollivier B., Observer la communication : Naissance d’une interdiscipline, Paris, CNRS Éditions, 2000.

Pedler E., Sociologie de la communication, Paris, Nathan, 2000.

Quéré L., « La cognition comme action incarnée » in A. Borzeix, A. Bouvier, P. Pharo., Sociologie et connaissance, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Soler L., Introduction à l’épistémologie, Paris, Ellipses, 2000.

Watzlawick P., La réalité de la réalité, Paris, Le Seuil, 1978.

Watzlawick P., Beavin, J.H., Jackson Don D., Une logique de communication, Paris, Le Seuil, 1972.

Wolton D., Indiscipliné : 35 ans de recherches, Paris, Odile Jacob, 2012.

Wolton D., Penser la communication, Paris, Flammarion, 1997.

Notes

1 En 1629, dans une lettre au Père Mersenne, Descartes affirme qu’il est possible d’inventer une langue universelle facile à apprendre, à prononcer et à écrire qui permettrait aux paysans de « mieux jurer de la vérité que ne le font maintenant les philosophes ». Citation que l’on retrouve dans beaucoup de sites consacrés à l’Esperanto, langue universelle initiée par L.L. Zamenhof.

2 Dan Sperber, « La Communication et le sens », dans Yves Michaud (éd.), Qu’est-ce que l’humain ? Université de tous les savoirs, vol. 2, Paris, Odile Jacob, 2001.

3 Austin, 1970, p. 41 et p. 42.

4 Demande à eric.dacheux@univ-bpclermont.fr.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search