Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les coptes d’Égypte sous Nasser

 | 
Brigitte Voile

Troisième partie. « L’époque des miracles est-elle revenue ? »

Chapitre VIII. Les apparitions de la Vierge à Zaytûn : avril 1968 - avril 1970

Texte intégral

  • 1 P. Zaki, Our Lord’s Mother Visits Egypt in 1968, Le Caire, 1977, p. 20 ; M. Nil, Les Apparitions d (...)

1Les récits des apparitions de la Vierge à l’église de Zaytûn dans la banlieue nord du Caire apparaissent dans la presse égyptienne dans la seconde quinzaine d’avril 1968, conférant à cette zone assez récente de la capitale égyptienne une célébrité inattendue. Le terme zaytûn, qui signifie « olive », a donné son nom à cet ancien village qui se consacrait autrefois à la culture de l’olivier. Dans les premières décennies du xxe siècle, Zaytûn a été absorbée par la capitale égyptienne pour constituer l’un de ses quartiers périphériques. En 1968, il abrite, entre autres, les nombreux nouveaux migrants fraîchement arrivés du Delta ou du Saïd. Son église est récente : elle fut construite en 1924 à l’initiative de Khalîl Lane, un notable copte de la ville, sur un terrain lui appartenant. La Vierge serait apparue à Khalîl Lane, en 1918, pour lui réclamer une église, et lui aurait promis qu’elle reviendrait, cinquante ans plus tard, pour la bénir1.

  • 2 Watanî, 21 avril 1968, p. 1.

2L’église de Zaytûn, de petite taille, est surmontée de trois dômes dont le plus important est couronné d’une croix. C’est au-dessus de ce dernier que la première vision de la Vierge est localisée par des habitants du quartier le soir du 2 avril 1968. Le déroulement de la première apparition suit, dans l’édition comme dans la presse, le même scénario, qui se décompose en trois scènes : la première scène est constituée par le témoignage de ceux qui sont donnés comme les premiers témoins de l’apparition. Il s’agit de trois employés musulmans de la société de transports publics qui jouxte l’église. Outre que les coptes utilisent souvent la figure du musulman pour attester du miracle d’un saint chrétien, preuve s’il en était de ses pouvoirs, il faut noter que les musulmans vénèrent la Vierge et fréquentent, en Égypte, ses pèlerinages ; une sourate du Coran lui est consacrée. Selon les sources, les trois employés rapportent les premiers la vision dont ils ont été l’objet le soir du 2 avril 1968 : celle d’un rayon lumineux très puissant sur la grande coupole de l’église, puis d’une fille vêtue de blanc, agenouillée au-dessus de la coupole à côté de la croix. Selon leur témoignage, la jeune fille se lève bientôt et se met à évoluer sur la coupole très pentue de l’édifice. Les trois employés pensent alors à une personne qui est sur le point de se suicider. La seconde scène est composée par la description des cris qui fusent en direction du dôme, à partir du groupe qui s’est formé autour des trois employés ; on hèle la jeune fille, la suppliant de ne pas sauter ; la police arrive sur place et prend place autour de l’église. La troisième scène débute par le cri soudain d’une femme qui s’élève dans la foule : « Sittinâ Maryam ! Sittinâ Maryam ! » (La Vierge Marie ! La Vierge Marie !)2. L’assemblée se met à genoux et les prières commencent à s’élever.

  • 3 « Alûf hafala kanîsa fî al-Zaytûn. Kull layla. Fî intizâr tayf li-l-‘Adhrâ’ » (« Des milliers de p (...)

3D’après le dossier de presse, les foules commencent à se rassembler autour de l’église dès que cette anonyme voix de femme désigne la Vierge, même si la seconde apparition n’est signalée que le 9 avril 1968, soit une semaine plus tard. Les habitants du quartier et de la capitale tout entière se déplacent en masse : on parle de plusieurs milliers de personnes, de toutes confessions et de tous horizons, qui se rassemblent tous les soirs dans des installations de fortune pour passer la nuit aux abords de l’église. Le 27 avril 1968, le grand quotidien égyptien Al-Ahrâm consacre une page entière à l’événement, décrivant les foules qui attendent la vision (tayf) de la Vierge et donnant la parole aux nombreux témoins, chrétiens et musulmans, qui déclarent l’avoir vue3.

  • 4 Voir la version bilingue arabe-italien de la déclaration patriarcale dans G. Giamberardini, Il Cul (...)

4Face à l’ampleur prise par les événements, et suite aux multiples récits de miracles qui commencent à circuler, Cyrille VI constitue, le 23 avril 1968, une commission composée de plusieurs prélats chargés de se rendre sur les lieux afin de recueillir des témoignages et d’établir un rapport. Une dizaine de jours plus tard, la commission rend son rapport et le lendemain, le 4 mai 1968, une conférence de presse est donnée au centre patriarcal pour confirmer, de manière tout aussi éclatante qu’officielle, l’apparition de la Vierge en Égypte. Une déclaration du patriarcat est lue face aux micros et caméras des nombreux organes de presse présents. Elle précise que la Vierge est apparue sur le dôme de l’église de Zaytûn à de nombreuses reprises depuis le soir du 2 avril 1968, date de la première apparition. Elle donne des indications sur les différentes formes de l’apparition et sur les mouvements de cette dernière sur le dôme de l’église et autour de lui. Elle insiste sur le fait que de nombreux témoins, de différentes confessions, ont déclaré avoir vu l’apparition. Enfin, elle confirme les témoignages de ceux qui disent avoir été touchés par des miracles de guérison4.

DES NUAGES AUX ÉTOILES : LES FORMES D’UNE APPARITION

5Outre les membres qui ont rédigé le rapport, plusieurs prélats sont présents lors de la conférence de presse. Parmi eux, Athanase, l’évêque de Beni Suef, déclare avoir été lui-même témoin du phénomène et décrit ce qu’il a vu à la quinzaine de journalistes présents :

  • 5 « Mu’tamar sahafî li-batrîrkiyyat al-aqbât » (« Conférence de presse au patriarcat des coptes »), (...)

L’apparition a pris des formes multiples, la plus belle étant celle où on voyait la Vierge en entier. J’ai vu moi-même cette vision extraordinaire à 2 h 45 mardi dernier. J’avais vu auparavant deux pigeons, puis une lumière très faible comme une lampe qu’on allume et qui commence à briller. À travers cette lumière est apparue une sorte de corps un peu gazeux ou vaporeux qui a tout de suite pris une forme très claire. Cette vision est restée de la sorte jusqu’à 5 heures du matin. Elle n’a cessé de se mouvoir sur le côté droit et gauche en ouvrant les bras et en les tendant vers le peuple comme si elle le saluait ou lui donnait la bénédiction5.

  • 6 Mu‘jizat al-Zaytûn, zuhûr al-‘Adhrâ’ (Le Miracle de Zaytûn, l’apparition de la Vierge), Le Caire, (...)

6La description d’Athanase concerne l’apparition du 20 avril 1968, réputée avoir été la plus longue de toutes celles qui se sont déroulées jusqu’en avril 1970. Comme dans le cas de la majorité des témoignages, cette description évolue au fil des récits de l’évêque : « Elle [la Vierge] était très nette, on la voyait très clairement. Sa robe bougeait avec des reflets au-dessus de la coupole. » Puis, dans une autre déclaration : « C’est indescriptible. » Enfin, dans une interview, le prélat associe ce qu’il a vu à la représentation de « la vierge triste » : [Le nuage] avait la forme de la Vierge que l’on appelle la Vierge triste et c’est l’image où elle ferme les yeux6. »

  • 7 Voir un récit de miracle par une icône représentant la Vierge portant l’enfant dans l’Histoire des (...)
  • 8 J. M. Vansleb, Nouvelle Relation en forme de journal d’un voyage fait en Égypte en 1672 et 1673, P (...)

7Comme dans le cas de l’apparition des saints, on pourrait penser que les descriptions que les témoins donnent de l’apparition de la Vierge en avril 1968 sont reliées aux images ou aux icônes sur lesquelles ils la voient habituellement représentée. L’iconographie copte, aussi bien ancienne que moderne, représente une Vierge à l’enfant, conformément à la théologie copte, qui voit en la Vierge la Théodokos, la mère de Dieu7. Elle est aussi montrée chevauchant l’âne avec Joseph et Jésus sur des icônes illustrant la fuite de la Sainte Famille en Égypte, point sur lequel nous aurons l’occasion de revenir. À la fin du xviie siècle, parlant de l’apparition des saints à l’église de Damienne dans le Delta, Vansleb témoigne que les coptes voient bien la Vierge leur apparaître selon les traits de cette iconographie : « S’ils voient [l’ombre] d’une femme qui porte un enfant entre ses bras, ils disent que c’est la sainte Vierge car c’est ainsi qu’ils la voient dépeinte dans leurs églises8. »

  • 9 M. Sâdiq, « Mu‘jizât shifâ’jadîda bi-kanîsat al-Zaytûn » (« Nouveaux miracles de guérison à l’égli (...)

8Il est frappant de constater que, à l’instar d’Athanase, les témoins des apparitions de 1968 ne retiennent pas tous ces deux descriptions. Citons l’exemple de Najîb Antûn, commandant de l’air ; il décrit la Vierge debout, les bras écartés, dans « une robe bleu ciel, auréolée de couleur céleste qui tire vers le doré9 ». C’est qu’une seconde iconographie sert de modèle à l’apparition : l’iconographie latine. Dans le cas des chrétiens maronites dont certains sont témoins de l’apparition, nulle surprise à ce que cette dernière prenne la forme des images pieuses sulpiciennes, les maronites étant rattachés à Rome. Ainsi du témoignage de monsieur Robert, magasinier à la bibliothèque de la Sainte-Famille au Caire :

Je suis d’abord allé me confesser à l’église Saint-Joseph à Daher avant de me rendre à l’église de Zaytûn. Je l’ai vue à l’intérieur du dôme, de profil, agenouillée sur un petit banc et se balançant légèrement. Elle était floue et je ne distinguais pas bien son visage. Elle était de petite taille, de la taille d’une « communiante ». Autour de moi, des gens la voyaient, d’autres pas. Je ne sais pas ce que les autres voyaient.

9On reconnaît dans les descriptions des fidèles coptes plusieurs images typiques de cette iconographie latine, telle celle de la Vierge triste évoquée par Athanase : celle de la Vierge se tenant debout dans une longue robe, entourée éventuellement d’un voile, les mains jointes ou tenant un rameau d’olivier, ou bien celle de la communiante agenouillée sur son prie-Dieu, les mains ouvertes en prière devant elle. Ce phénomène n’est qu’en partie surprenant : si les missions catholiques ont bel et bien échoué dans leur tentative de ramener les coptes dans le giron du dogme latin, elles ont en revanche diffusé largement au sein de la communauté les images et les vignettes pieuses de la Vierge et des saints qui sont imprimées par milliers à partir de la fin du xixe siècle, au point que les coptes les ont intégrées dans leur propre iconographie : nombre de livrets hagiographiques des années 1960 sont illustrés par ces images sulpiciennes à commencer par les livrets consacrés à la Vierge qui paraissent en 1968 et qui montrent une Vierge aux traits très éloignés de ceux dont elle est dotée sur les icônes des églises et des monastères coptes.

  • 10 Ghrîghûryûs, Al-‘Adhrâ’ fî al-Zaytûn, taqrîr ‘an waqâ’i‘ al-zuhûr (La Vierge à Zaytûn, rapport sur (...)
  • 11 M. Sâdiq, article cité, p. 3. Voir d’autres témoignages parus à l’automne 1968 : M. Sâdiq, « Li-l- (...)

10L’apparition se manifeste sous de multiples aspects, y compris auprès d’un même témoin, comme on l’a vu dans le cas d’Athanase. L’évêque Gregorius déclare par exemple avoir expérimenté pas moins de dix formes différentes d’apparition10. Les descriptions témoignent d’une variété de représentations qui ne sont pas toutes rattachables à des modèles connus, comme celles qui mentionnent le surgissement d’une lumière plus ou moins violente prenant des consistances multiples : vapeur, nuage, rayon, colonne, torche, étoiles11. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point.

  • 12 M. Sâdiq, « Al-hamâm alladhî yantaliq fî al-fadâ’ » (« Les colombes qui surgissent dans l’air »), (...)
  • 13 L. Leroy, « Les couvents des chrétiens »…, p. 197. Voir aussi Târîkh alkanâ’is wa-l-adyâr (Histoir (...)

11L’odeur d’encens qui accompagne certaines des apparitions et la présence au-dessus du dôme de ce que les témoins décrivent comme des colombes (hamâm) et qui reviennent fréquemment dans les témoignages, correspondent en revanche à des motifs connus. S’agissant des colombes, les témoins les voient comme des taches de lumière qui passent au-dessus du dôme sans battre des ailes et qui disparaissent rapidement. Elles sont en général au nombre de sept et forment des figures, croix, lignes parallèles ou V de la victoire12. L’apparition de colombes est fréquente chez les coptes contemporains : on en trouve trace notamment dans les sources concernant les mouleds. Elle est déjà notée par Maqrîzî au xve siècle à la fête du monastère d’Atrib dédié à la Vierge : « Sa fête a lieu le vingt-et-unième jour de ba’ûna. Ach-Chabouchti rapporte que, ce jour-là, une colombe blanche pénètre dans le sanctuaire sans que l’on sache d’où elle vient, et on ne la revoit qu’à la fête suivante13. » L’association de la Vierge et de la colombe est par ailleurs ancienne dans la liturgie copte dans laquelle on trouve un hymne à la Vierge qualifiant cette dernière de « colombe de la bonté ». On le voit, la phénoménologie de l’apparition de 1968 se présente en réalité comme un mélange de motifs anciens connus, de motifs empruntés au christianisme latin et de motifs inédits qui peuvent varier selon la subjectivité de chaque témoin.

  • 14 HPEC, II, 3.
  • 15 H. Ayrout, « Note sur les fellahs », Cahiers d’histoire égyptienne, 9, Le Caire, 1957, p. 65-67.

12Les conditions de l’apparition doivent être à leur tour définies et considérées. Il s’agit d’apparitions qui se déroulent devant des foules cosmopolites chrétiennes et non chrétiennes, en dehors de tout contexte religieux de type pèlerinage par exemple. On trouve dans l’hagiographie copte de nombreuses mentions d’apparitions de la Vierge à des saints hommes tels Chenouda, Jean Khamé ou Samuel ou bien à des patriarches, la plus célèbre étant l’apparition de la Vierge au patriarche Abraham au xie siècle, relatée dans l’Histoire des Patriarches14. Mais il s’agit là d’apparitions personnelles au saint, dans un rêve ou devant son icône. Dans les sources anciennes, on l’a vu, on trouve quelques mentions d’apparitions collectives de la Vierge, mais seulement dans le cadre de pèlerinages, dont celui de Damienne, cité plus haut. En ce qui concerne la période contemporaine, peu de traces : H. Ayrout, qui rédige en 1957 un article sur le pèlerinage de Dayr al-‘Adhrâ’, ne mentionne pas d’apparition de la sainte15. On ne trouve pas non plus de mention d’apparitions collectives de la Vierge dans les recueils de miracles de la Vierge parus en 1968, qui contiennent aussi bien des récits de miracles tirés de sources coptes, anciennes et modernes, que de sources éthiopiennes par exemple. En réalité, les conditions dans lesquelles se déroulent les apparitions de 1968 demeurent sans modèle connu chez les coptes.

  • 16 A. Cameron, « Continuity and Change in Sixth Century Byzantium », Byzantion, XLIX, Bruxelles, 1979 (...)
  • 17 F. Barisic, « Le siège de Constantinople par les Avares et les Slaves en 626 », Byzantion, XXIV, 1 (...)

13C’est du côté de Byzance qu’il faut se tourner pour trouver un modèle dans le récit des apparitions de la Vierge qui, selon les sources hagiographiques grecques, se sont déroulées à Constantinople en 626. Dans ces apparitions qui surviennent alors que la ville est assiégée par les Avars, la Vierge apparaît sur les remparts de la ville, en face de l’église de Blachernae qui lui est dédiée, aussi bien à l’ensemble de la population de la ville qu’aux assiégeants eux-mêmes, à commencer par leur chef, le Khagan16. Les habitants de la ville la voient sous les traits d’une jeune femme brandissant une épée et encourageant les combattants à rougir les eaux de la cité impériale avec le sang des ennemis. L’inscription des apparitions de 626 au Synaxaire de Constantinople, utilisé par les melkites d’Égypte, montre, là encore, qu’on a affaire à l’influence éventuelle d’un modèle exogène à la communauté17. Si la Vierge de Zaytûn n’apparaît pas, en 1968, sous les traits d’une figure guerrière, le contexte de guerre est, en revanche, bien présent dans l’esprit de tous ceux qui voient l’apparition. La défaite de la guerre des Six Jours face à Israël, un an auparavant, ampute l’Égypte de la péninsule du Sinaï et se traduit par l’occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem Est par l’armée israélienne. Cette opération militaire laisse, dans la population égyptienne ainsi que dans tout le monde arabe, un profond sentiment d’humiliation. Nasser envisage, suite à la défaite, de quitter le pouvoir. Dans ces conditions, nulle surprise que les apparitions de la Vierge soient interprétées, par l’ensemble des Égyptiens, comme un signe à haute valeur politique.

CONTRE LES JUIFS ET POUR LA FOI : LES SENS D’UNE APPARITION

  • 18 Outre Al-Ahrâm, il s’agit de Al-Akhbâr et de Al-Jumhûriyya.

14La conférence de presse organisée par Cyrille VI au Centre patriarcal le 4 mai 1968 a pour objet non seulement, comme nous l’avons vu, de confirmer les apparitions de la Vierge de façon officielle, mais aussi de lui donner un sens ou, plutôt, des sens. Là n’est pas la moindre des caractéristiques, sur laquelle nous reviendrons d’ailleurs, des apparitions de 1968 : c’est en effet la hiérarchie ecclésiastique de la minorité chrétienne du pays qui dote l’événement d’un discours et lui confère une signification à portée nationale. Le lendemain de la conférence de presse, les trois grands quotidiens du pays titrent en première page sur l’événement et Al-Ahrâm, le plus important d’entre eux, passe à la une une photo supposée de l’apparition18. L’Église copte et son patriarche se retrouvent ainsi, en ces temps de défaite et de dépression, les porte-parole, à l’échelle de l’Égypte tout entière, de l’ensemble des Égyptiens.

La dénonciation d’Israël

  • 19 « Mu’tamar sahafî… », article cité.
  • 20 « Al-Qâhira ta‘îsh fî mu‘jizat zuhûr al-‘Adhrâ’ » (« Le Caire vit dans le miracle de l’apparition (...)
  • 21 M. Taklâ, « Al-ma‘nâ al-haqîqî li-mu‘jizat zuhûr al-sayyida al-‘Adhrâ‘ fîMisr » (« Le vrai sens du (...)
  • 22 G. H. ‘Azir, « Al-muslimûn aqrab ilâ al-nasârâ min al-yahûd qatalat al-Masîh » (« Les musulmans so (...)
  • 23 « Qadâsat al-bâbâ Kîrillus yu’akkid mas’ûliyyat al-jahûd fî salbi al-Masîh » (« Le pape Cyrille VI (...)
  • 24 « Al-bâbâ Kîrillus yastankir al-‘udwân ‘alâ al-masjid al-Aqsâ » (« Le pape Cyrille condamne l’agre (...)

15On l’a dit, ce sont les principaux évêques, tous des proches de Cyrille VI, qui orchestrent la conférence de presse. Elle se divise en deux parties : la première est consacrée à la lecture, par Athanase, du communiqué officiel de l’Église copte qui confirme l’apparition. La seconde est constituée des réponses faites aux journalistes par les évêques. Répondant à la question d’un journaliste, l’évêque Gregorius mentionne le premier le contexte politique : « C’est un signe des cieux pour nous dire que Dieu est avec nous et sera à nos côtés, explique-t-il. La crise que nous vivons est en voie de disparition. Le fait que les juifs aient envahi les endroits sacrés de Jérusalem attriste la Vierge. C’est un signe du ciel pour nous dire que Dieu est mécontent de ce qui se passe à Jérusalem et que nous gagnerons avec la volonté de Dieu19. » Aussitôt, le thème est repris par l’ensemble du clergé et l’apparition est présentée comme une consolation « pour compenser les pèlerins égyptiens de leur incapacité de se rendre en Terre sainte après que l’ennemi a fermé les portes20. » En réalité, c’est Cyrille VI lui-même qui interdit, suite à l’occupation israélienne, le voyage des pèlerins coptes à Jérusalem. Quoi qu’il en soit, cette interprétation est reprise par toute la presse égyptienne et conforte, chez les coptes, un discours antijuif dont les fondements se veulent théologiques. Le terme d’« Israël » est rarement employé : on fustige « les juifs » (al-yahûd), accusés d’avoir annexé la terre de Palestine où est né le Christ. « Ils l’ont crucifié, expose M. Taklâ dans les colonnes de Watanî, et ils n’ont mérité que la malédiction […]. La terre de Palestine est peuplée par les voleurs, les guerriers et les tueurs. La Terre sainte et les lieux de culte sont vides21. » À vrai dire, on note l’existence d’une thématique antijuive au sein de la communauté copte avant la guerre de 1967. Régulièrement, des articles dénoncent l’existence de l’État d’Israël et accusent les juifs, en tant qu’assassins du Christ22. Ces derniers font fonction d’ennemi commun avec les musulmans et, à ce titre, ils constituent le ciment de l’unité nationale entre coptes et musulmans, comme en témoignent certains discours prononcés sur le thème par Cyrille VI lui-même23. À partir de 1967, cette entente atteint son apogée et s’exprime sur le terrain politique. Dans des interviews, Cyrille VI s’engage directement aux côtés de Nasser pour défendre la politique arabe face à Israël. Il prononce notamment un discours virulent pour dénoncer le contrôle de l’esplanade de la mosquée al-Aqsâ par l’État hébreu24. Surtout, il donne la consigne à tous les évêques, et notamment à l’évêque Samuel, chargé des relations œcuméniques, de défendre la politique arabe dans toutes les conférences internationales où ils se rendent : les prélats de l’Église copte deviennent, objectivement, les ambassadeurs de Nasser à l’étranger.

Une du journal Al-Ahrâm du 5 mai 1968.

16Dans ce contexte, l’apparition de 1968 est vue comme une répétition de la fuite en Égypte. Elle est en effet présentée comme un deuxième exil de la Vierge suite à l’occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem Est par Tsahal ; et les journalistes de prédire que, de la même manière que la Vierge retourna en Palestine « quand les mécréants furent partis », elle y retournera « quand les juifs l’auront quittée, car leur force et leur puissance finiront par s’affaiblir et disparaître ».

La référence au voyage de la Sainte Famille

  • 25 L. Valensi, La Fuite en Égypte, Paris, 2002 ; O. Meinardus, The Holy Family in Egypt, Le Caire, 19 (...)
  • 26 P. Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient…, 1985, p. 323-325.
  • 27 M. Martin, « La province d’Asmunayn : historique de sa configuration religieuse », Annales islamol (...)
  • 28 Ibid, p. 25, note 3.

17L’apparition est l’occasion de mettre en avant les liens privilégiés qui, selon les coptes, unissent la figure de la Vierge à l’Égypte. Ils se constituent en même temps que se développe au sein de la communauté copte la légende du voyage de la Sainte Famille en Égypte. Cette légende veut que, suite au décret du roi Hérode ordonnant l’exécution de tous les nouveau-nés, Joseph et Marie se soient réfugiés en Égypte, où ils auraient séjourné quelque temps avant de retourner en Palestine25. On peut repérer les étapes du développement de cette légende à travers les sites dédiés à la Vierge et notamment les monastères, qui dessinent sur la carte égyptienne l’itinéraire de la Sainte Famille. Ce dernier semble ne s’être fixé qu’assez tardivement. Avant la conquête arabe, deux sites seulement commémorent la venue de la Sainte Famille en Égypte : une église aux environs de Memphis à côté du Caire et un arbre miraculeux à Ashmûnayn en Haute-Égypte26 ; quant aux monastères, aucun n’est dédié à la Vierge avant le viie siècle27. Le premier itinéraire de Jésus et Marie n’apparaît qu’à la fin du xie siècle, comportant trois sites dans le Delta, deux au Vieux-Caire et cinq en Haute-Égypte. Selon Maurice Martin, l’installation tardive d’une tradition, dont on note les évolutions à travers l’histoire des monastères et des églises dédiés à la Vierge, correspond à une réponse des coptes face à l’islamisation du pays : « […] Si, pour le musulman, la venue de Jésus, tenu pour prophète par l’islam, anticipe et justifie l’établissement de la religion du Prophète en Égypte, pour le copte, en sens inverse, elle appuie l’appartenance première et définitive du pays à la communauté. Cette rencontre “islamo-chrétienne” masque en fait une controverse et une tension28. »

  • 29 G. Giamberardini, op. cit., p. 406-408.
  • 30 Voir les travaux en cours de R. Butros (IFAO) ; G. Graf, Geschichte der christlichen-arabischen Li (...)

18Un autre signe du marquage chrétien que les coptes entendent donner à la figure de la Vierge en Égypte est visible dans la formation d’un corpus textuel relatant les nombreux miracles et prodiges attribués à l’intercession de la Vierge. Là encore, la liturgie constitue le principal vecteur de diffusion de la réputation charismatique de la Vierge au sein de la communauté. Au xive siècle, sous le patriarcat de Mathieu Ier (1378-1408), un synode se tient au Vieux-Caire à l’église de la Mu‘allaqa, elle-même dédiée à la Vierge, au cours duquel un canon est promulgué décidant d’introduire un livre des miracles de la Vierge dans le Synaxaire. Le canon stipule qu’il sera lu publiquement dans les églises dédiées à la Vierge les dimanches et lundis ainsi qu’à l’occasion des fêtes de la Vierge29, selon un rituel dont la pompe donne une idée de l’éclat que la hiérarchie compte désormais accorder au culte de la Vierge en Égypte. G. Giamberardini note que cette disposition, unique en son genre, a donné un caractère officiel aux contes mariaux et leur a assuré une vaste diffusion en Égypte et en Éthiopie. Cet essor se traduit notamment par la multiplication des manuscrits arabes consacrés aux miracles de la Vierge dont certains n’ont été découverts que récemment30. Cette tradition textuelle se développe jusqu’à l’arrivée de l’imprimé en Égypte qui prend, comme on l’a vu, la relève.

  • 31 U. Zanetti, « Matarieh, la sainte Famille et les baumiers », AB, 111, 1993, p. 21-68.
  • 32 À la fin du xixe siècle, les jésuites achètent un terrain sur le site, y édifient une église et y (...)
  • 33 « Biyân al-maqarr al-bâbawî yu’akkid zuhûr al-‘Adhrâ’ » (« Un communiqué du Centre patriarcal conf (...)

19Nulle surprise dans ces conditions que les apparitions de la Vierge prennent, en 1968, une telle ampleur chez les coptes. Les apparitions sont l’occasion d’ajouter une station de plus aux étapes qui ont marqué le passage de la Vierge en Égypte. L’église de Zaytûn ne se trouve-t-elle pas toute proche du jardin de Matariyya, où la Sainte Famille est réputée avoir séjourné après avoir d’abord trouvé refuge à l’église Saint-Serge au Vieux-Caire ? L’une des traditions relatives à l’épisode de la fuite en Égypte rapporte en effet que la Sainte Famille a séjourné en ce lieu, près d’un puits, où Marie lava les vêtements de Jésus31. Sur le site poussait un baumier produisant une sève précieuse ; au Moyen Âge, cette dernière fut convoitée aussi bien par les patriarches coptes, qui l’utilisaient dans la fabrication du Miron (saint chrême), que par les sultans, qui l’offraient en cadeau à leurs hôtes de marque. D’après U. Zanetti, l’existence de cette station de la Sainte Famille remonte dans les textes coptes à la fin du viie siècle. L’eau du puits, aux vertus miraculeuses, attira les pèlerins et une église fut construite sur le site au xiie siècle. Cette dernière fut confisquée par les musulmans, qui construisirent une mosquée dans la zone. Du Moyen Âge à l’époque contemporaine, tous les voyageurs qui ont traversé l’Égypte ont attesté de la réputation du lieu auprès des Égyptiens, qui viennent boire l’eau miraculeuse du puits32. L’apparition de la Vierge à Zaytûn en 1968 trouve ainsi sa raison, comme ne manque pas de le souligner la déclaration officielle du patriarcat : « Elles se sont produites […] à l’église copte-orthodoxe de la Vierge rue Tûmân-Bây dans le quartier de Zaytûn, sur le chemin entre Matariyya et Le Caire, et il est confirmé historiquement que la Sainte Famille a bien emprunté ce chemin au cours de son périple en Égypte33. » Le thème est repris dans la presse comme dans l’édition. On y retrace inlassablement le périple de la Vierge en Égypte, marquant d’un nouveau lieu chargé de gloire le caractère chrétien du pays. « La Vierge est passée par cette région pour fuir Bethléem, et elle s’est arrêtée dans ce lieu précis pour se reposer », note un journaliste dans Watanî.

Pour le retour à la foi des Égyptiens

  • 34 M. Sâdiq, « Mu‘jizât shifâ’ jadîda… », article cité, p. 2-3.

20La dénonciation de l’esprit matérialiste et du manque de foi constitue un autre point fort des sens donnés à l’apparition. L’évêque Athanase développe ce point lors de la conférence de presse, insistant sur le fait que l’apparition survient « dans un monde qui vit dans le doute […] pour approfondir la foi des gens au moment où ils ont le plus besoin de croire en Dieu » ; les journaux se répandent en récits de conversion d’athées ou de sceptiques, chrétiens ou musulmans : « J’ai vu la Vierge dans son corps de lumière. J’ai cru ce que je voyais et j’ai commencé à réciter des versets à la gloire de la Vierge », rapporte, par exemple, Hamdî Hirâz, membre du conseil d’État et secrétaire de l’Union socialiste arabe de Zaytûn34. L’aspect œcuménique de l’apparition est mis en valeur par la hiérarchie copte qui entend parler au nom de l’Égypte tout entière. « Son apparition ne se limite pas aux chrétiens, précise l’évêque Samuel lors de la conférence de presse, mais à l’ensemble des citoyens, et c’est un bon signe de l’unité bénie. »

Un discours pour les coptes

  • 35 « Le Vatican a envoyé un émissaire privé [mandûb khâs] ; il a vu la Vierge et a écrit un rapport o (...)

21Si les significations données à l’apparition de Zaytûn par les prélats de l’Église copte visent à faire sens aussi bien pour les musulmans que pour les coptes, un discours à usage interne ne s’en développe pas moins au sein de la communauté. Il concerne tout d’abord la valorisation de l’Église copte par rapport aux autres Églises chrétiennes, et plus généralement par rapport aux Occidentaux. Les journalistes mentionnent à longueur de colonnes les déplacements en masse des pèlerins américains et européens vers Zaytûn et mettent en valeur l’écho dont les apparitions bénéficient en Europe, notamment en France et en Allemagne. Surtout, ils se plaisent à mentionner les apparitions de la Vierge à Lourdes en France et à Fatima au Portugal, en insistant sur le fait que, contrairement à celles de Zaytûn, elles ne furent ni collectives ni répétées dans le temps ; enfin, un large écho est donné aux visites que les prélats des autres confessions font sur le site, comme par exemple Stéphane Ier, patriarche des coptes catholiques, ou l’émissaire du Vatican qui, selon Watanî, déclare avoir vu la Vierge35. Mais là encore, c’est un rôle de rassembleur que les coptes entendent se donner, en mettant l’accent sur le symbole œcuménique que cette affluence vers l’Égypte représente, et référence est faite, par les journalistes, aux temps premiers du christianisme, lorsque les grands conciles n’avaient pas encore divisé les chrétiens en Églises rivales.

22Ces postures à usage œcuménique côtoient l’auto-apologie à laquelle l’Église et la communauté coptes se livrent à l’occasion des apparitions. Si des femmes et des hommes de tous horizons se rassemblent au pied du dôme de la petite église de Zaytûn, c’est bien la preuve de l’ère exceptionnelle que les coptes sont en train de vivre.

  • 36 Watanî, 491, 12 mai 1968, p. 3, encadré.

23L’événement est en effet relié aux cérémonies qui ont couronné, un mois auparavant, le retour des reliques de Marc sur le territoire égyptien : si la Vierge apparaît, c’est pour bénir l’imposante cathédrale dédiée au saint en plein centre du Caire, dont l’inauguration a braqué les feux de l’actualité sur la communauté copte et sur son patriarche Cyrille VI. Une fois encore, les coptes attribuent à la figure de ce saint patriarche l’origine des baraka dont ils pensent bénéficier. « L’Orient est le berceau de la spiritualité et de la foi, note Jirjis Matâ, directeur du Centre patriarcal, et si l’apparition a lieu en ce moment, c’est que les prières que le grand patriarche fait matin et soir ont porté leurs fruits. Les miracles sont toujours accompagnés de prières et nous attendons encore davantage de miracles par les prières du grand patriarche. » On retrouve ici le schéma de la double intercession que nous avons signalé dans le chapitre précédent. Dans la presse et dans les livrets qui traitent des apparitions, l’accent est mis sur les liens privilégiés qui unissent la famille du patriarche à la Vierge. Un récit de miracle de cette dernière au profit de l’un des frères de Cyrille VI, lorsqu’ils étaient enfants, par l’intercession d’Abraham du Fayyoum, vient illustrer ces liens. L’enfant étant atteint d’une maladie incurable, le père du patriarche aurait adressé une lettre à l’évêque charismatique, à laquelle il aurait reçu la réponse suivante : « Ton fils ira mieux car la mère de Dieu le protège. » Le soir même, le malade aurait vu la Vierge lui apparaître et aurait été guéri sur-le-champ. Depuis cet épisode, le futur Cyrille VI aurait allumé jour et nuit une bougie devant l’image de la Vierge. « C’est peut-être la Vierge qui lui a éclairé le chemin pour qu’il rejoigne la croix de Dieu », conclut un journaliste36. L’association de Cyrille et de la Vierge ne tarde pas à être dotée d’une iconographie : à la veille du premier anniversaire des apparitions, en avril 1969, une photo de Cyrille VI se tenant aux côtés d’une représentation de la Vierge est imprimée à des milliers d’exemplaires en vue d’être distribuée aux pèlerins qui se pressent à l’entrée de l’église de Zaytûn.

24Toutefois, le patriarche semble avoir voulu garder une certaine distance physique par rapport aux foules qui se pressent autour de l’église de Zaytûn au moment des apparitions. Sa discrétion est en effet remarquable : il est absent lors de la conférence de presse du 4 mai 1968 et, à ma connaissance, il ne se déplace pas une seule fois sur le site de Zaytûn pour veiller avec les pèlerins dans l’attente de l’apparition. Interrogé sur ses relations avec la Vierge, il aurait mentionné sa familiarité ancienne avec elle, faisant référence à l’épisode de la guérison miraculeuse de son frère, et évoqué les fréquentes visions qu’il a d’elle :

  • 37 M. Fawzî, Al-bâbâ Kîrillus wa ‘Abd al-Nâsir (Le pape Cyrille VI et Abd al-Nasser), Le Caire, 1993 (...)

Je la vois depuis ma jeunesse […]. En 1910, elle est apparue dans la maison de ma famille […] Avec ses habits lumineux et sa couronne étincelante […].
Et ce jour-là, elle a donné la guérison au malade de la maison et cet événement a eu une influence profonde dans l’esprit de tous les membres de la famille […] et dans le mien. Et de son icône émanait un rayonnement de baraka dans la maison […] et cet épisode ne m’a jamais quitté37.

25En réalité, on peut penser que des motifs bien concrets poussent le patriarche à se montrer discret sur le site de Zaytûn, notamment le désir de contenir le déchaînement de bigoterie des fidèles coptes qui, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, ont tendance à l’associer à la Vierge dans les miracles dont ils se disent bénéficiaires au moment des apparitions. Cet enthousiasme des foules vis-à-vis des miracles de leurs saints, pendant et après les apparitions, pose en effet, comme nous le verrons plus loin, quelques problèmes à la hiérarchie copte qui est amenée à intervenir à plusieurs reprises pour rappeler aux fidèles le sens et les limites de l’intercession.

L’ÉTAT ET LES APPARITIONS : DE LA COMMUNICATION ET DES AFFAIRES

26Si Cyrille VI s’abstient de se mettre par trop en scène au moment des apparitions, tel n’est pas le cas de Nasser qui, d’après M. Fawzî, se rend promptement sur le site de Zaytûn en compagnie de Hussayn al-Shâf‘aî, secrétaire de la Haute Assemblée islamique. Nasser passe la nuit dans la maison d’un marchand de fruits qui fait face à l’église de Zaytûn ; M. Fawzî laisse entendre que Nasser aurait vu la Vierge à cinq heures du matin. Pour ma part, je n’ai pas trouvé trace de cet épisode dans les sources des années 1960 : aucune trace de l’épisode n’apparaît dans Al-Ahrâm. Il m’a été toutefois confirmé, au service des microfilms du journal, que ce récit avait circulé oralement.

  • 38 N. ‘Ayd al-Fatah, Al-mushaf wa al-sayf. Sirâ‘ al-dîn wa al-dawla fî Misr (Le Coran et l’épée : com (...)

27La première raison qui pousse, en fait, l’État égyptien à se préoccuper de l’événement est politique : survenant pendant le mois de ramadan, les apparitions prennent une ampleur considérable chez les musulmans, qui témoignent nombreux et se reconnaissent dans le discours nationaliste tenu par la hiérarchie copte. Selon N. ‘Ayd al-Fatah, auteur d’un livre sur les rapports entre la religion et l’État en Égypte, les apparitions de 1968 marquent même le départ de la « résurrection religieuse » qui s’empare des Égyptiens après la défaite de 196738. L’une des raisons de ce phénomène tient en partie à une conviction qui se répand dans le pays : si les Israéliens ont gagné la guerre, c’est parce qu’ils l’ont faite pour des raisons religieuses. Nasser emprunte aussi ce chemin : dans son premier discours après la défaite, il indique que la religion doit jouer un rôle plus important dans la société égyptienne, ce qui lui vaut un tonnerre d’applaudissements. Dans ces conditions, nul doute que le ra’îs prenne au sérieux les foules qui se pressent autour de la petite église de Zaytûn. Une seconde raison pousse l’État égyptien à se préoccuper des apparitions : Nasser voit immédiatement le bénéfice économique et médiatique que l’Égypte peut tirer de l’événement. C’est pourquoi l’État se montre très présent aux côtés de la hiérarchie copte. L’accès aux médias des prélats coptes est, par exemple, facilité : dans une émission diffusée à une heure de grande écoute sur la chaîne de télévision nationale le soir du 9 mai 1968, les évêques Gregorius et Athanase narrent les détails de l’apparition et des miracles qui s’ensuivent, après qu’une grande croix est apparue sur l’écran. Si les coptes peuvent se réjouir de la publicité inattendue qui est faite à leur Église, le chef de l’État y voit pour sa part l’occasion de mettre en place une vaste entreprise de communication dont les débouchés se veulent avant tout économiques, dans une Égypte humiliée par la guerre et désertée par les touristes.

  • 39 Sur l’affluence des foules qui se pressent autour de l’église et sur l’organisation des lieux, P. (...)

28L’État s’implique en effet dans la gestion des apparitions dès leur reconnaissance officielle par Cyrille VI. Le ministre de l’Intérieur, Sha‘râwî Jumba, prend lui-même en main les opérations de sécurité publique. Il s’agit notamment de rendre la zone accessible aux foules en contrôlant les voies d’accès à l’église et de veiller au bon encadrement des pèlerins. Le garage de transports publics qui jouxte l’église est par exemple transféré pour faire de la place aux pèlerins, et les arbres qui entourent le site sont taillés de manière à ce que les visiteurs ne soient pas tentés de les escalader pour mieux voir l’apparition ; des barrières sont par ailleurs installées pour délimiter la zone dans laquelle sont accueillis les pèlerins ; ces derniers peuvent, pour quelques piastres, louer une chaise39. L’ensemble de ces mesures sont prises en collaboration avec la paroisse de Zaytûn ; une réunion, à laquelle assiste entre autres le général Anwar Salâm, maire des quartiers nord du Caire, se tient d’ailleurs dans l’enceinte de l’église le 7 mai 1968.

  • 40 Al-qiddîs Mâr Murqus al-bashîr… (Saint Marc l’Évangéliste…), Le Caire, 1968.
  • 41 En 1968 se tient à Paris la grande exposition consacrée aux trésors de la tombe de Toutankhamon, m (...)

29Mais une gestion des apparitions à plus long terme est immédiatement envisagée ; elle est confiée cette fois au ministère du Tourisme. Un représentant de ce dernier, Walîm Farîd, participe à la conférence de presse du 4 mai 1968 ; chargé de suivre l’évolution des événements, il rédige au cours de l’été 1968 plusieurs rapports sur les apparitions qui sont envoyés à toutes les ambassades égyptiennes à l’étranger ainsi qu’aux agences de tourisme. Des dossiers de presse sont joints à ces rapports, comportant de nombreux articles émanant des différents journaux parmi lesquels Watanî figure en bonne place. L’événement est clairement cadré par le ministère du Tourisme, qui indique qu’il s’agit là d’une « affaire religieuse et patriotique », considérée par l’État égyptien comme de la plus haute importance. Témoin de l’investissement mis dans l’affaire, une brochure sur le voyage de la Sainte Famille en Égypte est publiée par le ministère du Tourisme à destination des compagnies aériennes ainsi qu’une carte qui en figure les principales étapes dont, bien sûr, celle de Zaytûn. Le gouvernement va même jusqu’à collaborer à la publication d’un livre consacré, d’une part, aux apparitions et aux miracles qui les accompagnent et, d’autre part, à l’inauguration de la cathédrale Saint-Marc40. Un timbre commémorant l’inauguration est d’ailleurs édité à l’occasion. On le voit, l’État égyptien fait main basse sur les thèmes communautaires coptes. L’écho que rencontrent à l’étranger les apparitions de la Vierge à Zaytûn et le nombre de pèlerins, européens et américains, qu’elles drainent vers l’Égypte entre 1968 et 1970, font en effet prendre conscience aux dirigeants égyptiens de l’atout que représente le patrimoine chrétien de l’Égypte dans la relance du tourisme et dans la diffusion de son image à l’extérieur. Les coptes participent largement à ce processus : non seulement ils y trouvent un moyen de se faire connaître à l’étranger mais ils bénéficient encore, sur place, des implications qu’il entraîne. En effet, toutes les facilités sont offertes à plusieurs équipes de télévision, américaines et européennes, venues sur place pour réaliser, par exemple, des reportages sur les sites commémorant le voyage de la Sainte Famille. Elles font découvrir aux téléspectateurs occidentaux la dimension chrétienne de l’Égypte, connue plutôt jusqu’alors pour ses temples pharaoniques41. Dans les années qui suivent les apparitions, l’État investit dans l’aménagement des rues du Vieux-Caire, l’ancien quartier chrétien de la ville où se trouvent d’antiques églises dont les fondations datent pour certaines du ive siècle ; les premières infrastructures, hôtels ou aires de repos, se développent sur la route de la Sainte Famille ainsi qu’à proximité des grands monastères, notamment dans la zone du désert du Wadi Natroun, le berceau du monachisme égyptien. À cette époque apparaît la notion de « tourisme religieux » : une « commission permanente pour le tourisme religieux » (lajna dâ’ima li-l-siyâha al-dîniyya) est créée en 1970. Elle a pour mission de pérenniser la manne touristique que les apparitions de Zaytûn ont entraînée. On le voit, l’événement a bien contribué au développement moderne du tourisme égyptien en même temps qu’il a fait connaître la communauté copte d’Égypte en dehors des frontières du pays. Pendant deux ans, la Vierge apparaît, à intervalles plus ou moins réguliers, aux foules autochtones et aux étrangers qui continuent de faire le déplacement. Mais les apparitions en elles-mêmes ne sauraient susciter l’engouement qui les entoure sans la puissante force évocatrice de leur corollaire : les miracles.

LES MIRACLES DE ZAYTÛN : MODÈLES ET CRÉATIONS

  • 42 J. M. Vansleb, Nouvelle Relation en forme de journal d’un voyage fait enÉgypte en 1672-1673, Paris (...)
  • 43 L. Leroy, « Histoire d’Abraham le Syrien », ROC, 14, 1909, p. 380-400.

30Le terme de « corollaire » est un peu abusif : toutes les apparitions de saints et notamment celles de la Vierge ne s’accompagnent pas systématiquement de miracles. Elles sont considérées, en soi, comme des miracles. Vansleb, par exemple, ne note pas de récits de miracles prolongeant l’apparition de la Vierge au pèlerinage de Damienne42. Les seuls récits de miracles que l’on note dans les sources sont rattachés à des apparitions individuelles de la Vierge, telle l’apparition au patriarche Abraham, qui entraîne le déplacement de la montagne du Muqattam43 ; encore faut-il rappeler que l’apparition se produit pendant le sommeil du patriarche, suite à de nombreuses prières devant son icône. On ne peut toutefois pas dire qu’on a affaire, avec les miracles de Zaytûn, à une création : en réalité, les miracles de la Vierge à Zaytûn ne font que renvoyer au répertoire des miracles qui se produisent devant ses icônes ; on retrouve ici le lien formel, décrit plus haut, qui existe entre l’icône et l’apparition.

  • 44 Voir notamment Arba‘ûn mu‘jizât li-l-sayyida al-‘Adhrâ’ (Quarante miracles de la Vierge), Le Caire (...)
  • 45 Min mu‘jizât al-‘Adhrâ’(« Miracles de la Vierge »), Mâr Jirjis, 5-6, mai-juin 1968, p. 28-30.
  • 46 Mu‘jizat al-Zaytûn…, op. cit., p. 39-40.
  • 47 M. Sâdiq, « Tajallat al-‘Adhrâ’ masâ‘a al-sabt wa fajr al-ahad », « La Vierge est apparue samedi s (...)

31Les demandes de miracles qui sont faites devant les icônes de la Vierge par les fidèles des années 1960, que ce soit dans les églises ou à l’occasion des pèlerinages qui lui sont consacrés, concernent principalement la guérison de maladies et la fertilité. Elles ne se distinguent pas en cela de celles adressées aux autres saints dont les icônes ont aussi la réputation d’être miraculeuses comme celles de Georges ou de Damienne. Les guérisons sont particulièrement demandées devant l’icône de la Vierge, conformément au répertoire ancien de ses miracles où sont relatées de nombreuses cures opérées par son intercession44. La demande de fertilité n’apparaît que peu au sein de ce répertoire ; on la trouve en revanche fréquemment en hagiographie, comme dans la Vie de Ménas par exemple : le saint vient au monde après que sa mère a fait une prière à la Vierge pour lui demander une progéniture. Concernant les miracles relatifs aux apparitions de Zaytûn, on constate que la presque totalité d’entre eux concerne des guérisons alors que les cas de fertilité sont quasiment absents. O. Meinardus, décrivant le rituel que les femmes en quête d’enfant exécutent devant les icônes de la Vierge, insiste sur le fait que leur prière est accompagnée du glissement, sous la vitre protégeant l’icône, de petites pièces de monnaie. On peut se demander si l’absence de ce rituel n’est pas à l’origine du peu de récits de miracles de fertilité dans le cas des apparitions de Zaytûn. Cela ne règle pas pour autant la question des guérisons, dont la demande se fait devant l’icône, accompagnée du geste de toucher cette dernière avec la main. C’est que la dimension tactile n’est pas absente des miracles de Zaytûn : nombre de récits relatent des cas de malades guéris de leur maux au bras ou au doigt après que le fidèle a levé la main vers l’apparition, comme s’il voulait la toucher. C’est notamment le cas du récit de Wajîh Razq, auteur de la célèbre photo de l’apparition parue dans Al-Ahrâm et accidenté du bras un an auparavant : « Je pouvais bouger mon bras, explique-t-il, mais pas vers le haut. Quand la Vierge est apparue, j’ai entrepris de la photographier et j’ai vu ma main se lever vers le haut et bouger comme avant l’accident45. » C’est aussi le cas du témoignage de S. Husnî Ahmad, atteint d’une affection au doigt : « Quand j’ai vu la Vierge tendre sa main vers moi, j’ai levé ma main et soudain j’ai trouvé le sang en train de saigner avec abondance de mon doigt […]. Le lendemain la douleur était partie. Les médecins m’ont dit que j’étais guéri46. » Les miraculés ont parfois la sensation d’être directement touchés, comme dans le cas de cette fidèle atteinte d’arthrite au genou : « Lors de ma deuxième visite, j’ai senti comme une main qui me touchait à l’endroit où j’avais mal et j’ai senti des fourmis dans tout le corps. La douleur a disparu et ma jambe est redevenue saine47. » On trouve aussi de nombreux miracles relatifs au sens par lequel l’apparition est appréhendée : la vue. Le malade atteint d’une lésion à l’œil voit la Vierge et est guéri. Dans la majorité des cas, la vision de la Vierge permet la guérison, sans qu’aucun geste particulier soit effectué dans sa direction et quelle que soit la localisation de la maladie dans le corps.

32Les voyages de la baraka. Le répertoire des guérisons de Zaytûn, tel qu’on peut l’appréhender dans les très nombreux reportages qui s’égrènent dans la presse communautaire du printemps 1968 au printemps 1970, ainsi que dans les livrets hagiographiques, couvre toutes sortes de maladies, plus ou moins graves. Ce répertoire ne présente en lui-même aucune originalité : comme dans le cas de Georges, les maladies ont simplement évolué avec le temps. On note la récurrence de certaines d’entre elles, comme l’asthme, les cassures de membre suite à des accidents de voiture, les problèmes intestinaux…, toutes pathologies liées peu ou prou à la vie moderne et urbaine.

  • 48 M. Sâdiq, « Tajallat al-‘Adhrâ’ ‘iddat marrât » (« La Vierge est apparue de nombreuses fois »), Wa (...)

33L’intérêt du dossier des miracles de Zaytûn ne réside donc pas dans une éventuelle typologie des guérisons mais plutôt dans le fait qu’il constitue une matière ethnographique riche quant aux descriptions, par les miraculés, de la façon dont la baraka de la Vierge les a atteints. On le constate à travers les témoignages des fidèles tout au long des deux années où se répète l’apparition, la baraka se déploie dans l’espace grâce à différents véhicules que l’on peut, éventuellement, comparer avec des modèles connus. Toutefois, comme on l’a dit, la majorité des miracles se produisent sur place, par la simple vision de la Vierge. L’intéressé voit l’apparition et guérit. Il arrive que le malade ne bénéficie de la guérison que le lendemain, ou deux ou trois jours après, une fois rentré chez lui. Dans certains cas, la Vierge apparaît dans le sommeil du patient le soir même ou le lendemain de sa visite à Zaytûn, sous les même traits que l’apparition : « J’ai vu la Vierge apparaître sur le dôme de l’église, explique une fidèle atteinte d’une maladie intestinale, ensuite elle m’est apparue une fois rentrée chez moi, et son aspect était le même que celui que j’ai vu de mes yeux à l’église. Elle m’a annoncé que j’allais guérir […] Je me suis réveillée ; la douleur avait disparu et les symptômes de la maladie s’étaient évanouis48. » On reconnaît ici un schéma hagiographique connu. On l’a vu, les saints apparaissent fréquemment lors de visions nocturnes, pendant le sommeil des fidèles. Ici, la vision nocturne prolonge l’apparition. Elle en revêt les mêmes caractéristiques miraculeuses mais le rapport qu’elle instaure avec le patient est plus personnel : contrairement à l’icône et à l’apparition, la vision nocturne n’est pas muette : elle s’adresse au malade et lui parle. Plus atypiques sont les cas dans lesquels la baraka touche des malades qui, sur place, ne voient pas l’apparition ou bien qui se trouvent éloignés physiquement du site de Zaytûn. Les journalistes en font mention à de nombreuses reprises : il n’est pas besoin de voir pour être guéri. C’est que la baraka n’est pas transmise par la seule apparition : elle peut être véhiculée aussi bien par la pluie qui s’abat à l’occasion sur la zone que par l’air qui entoure l’église. Elle voyage aussi à plusieurs centaines de kilomètres de Zaytûn, jusqu’en Haute-Égypte ou au Soudan par exemple. L’icône de la Vierge qui se trouve au domicile du demandeur ou le journal qui relate, dans ses colonnes, les récits des autres miraculés, servent alors d’objets transitionnels. Ils déclenchent une vision nocturne faisant fonction d’apparition. En effet, dans ces récits, la référence est bien faite à Zaytûn, comme le relate une habitante de Samâlût :

  • 49 Ibid.

Les médicaments n’avaient pas d’effet sur la dysenterie chronique qui m’affectait et j’en ai supporté les tourments jusqu’à ce que je me tienne devant l’icône de la Vierge qui est dans ma maison de Samâlût et que je demande son intercession. Je désirais ardemment la voir alors qu’elle apparaissait à son église de Zaytûn, et le lendemain, la Vierge m’est apparue dans un rêve et elle m’a informée de ma guérison et cela s’est réalisé : je me suis réveillée le lendemain et j’étais guérie de ma dysenterie chronique49.

34Si le lien que l’icône établit entre un demandeur éloigné et l’apparition n’est somme toute pas étonnant dans la mesure où il s’agit dans les deux cas d’une représentation de la Vierge, plus surprenants sont les cas où la baraka de la Vierge est véhiculée par les comptes rendus de miracle imprimés dans la presse. On en trouve un bon exemple dans le récit par une mère de la guérison de sa fillette paralysée, qui se situe à Khartoum, au Soudan.

  • 50 « Al-Sûdân tatahadath ‘an Mu‘jiza jadîda » (« Le Soudan parle d’un nouveau miracle »), Watanî, 519 (...)

Ma fille ‘Afâf était paralysée depuis l’âge de trois ans et rien ne se mouvait chez elle à part les yeux et la bouche. Je la nourrissais depuis cette époque avec du liquide et j’étais très triste de son état. J’ai lu dans la presse locale le miracle de l’apparition de la Vierge à madame Suzanne à Port-Soudan et de sa guérison de la paralysie. Alors je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer et sans m’en rendre compte, je touchai le journal de la main et je criai du fond de mon cœur : « Ô, Vierge Marie, guéris ma fille. » C’était le samedi 28 septembre 1968. Vers minuit, j’ai vu une jeune fille toute de blanc vêtue, comme les nonnes, qui entrait dans la pièce où je dormais, qui a pris ma fille dans ses bras et j’ai appelé ma fille aînée en lui disant : « Sohal, viens voir, la nazaréenne veut me prendre ma fille ! » Cette nonne a mis de l’eau sur ma fille, sur toutes les parties de son corps et j’ai entendu une voix qui disait : « Ô Vierge, ô pure. » Alors j’ai commencé à trembler et comme je tremblais très fort, la montre que je portais au bras a cogné le lit et s’est cassée. À ce moment-là, je me suis réveillée […]. À aucun moment j’ai pensé que la vision que j’avais eue cachait un miracle […]. Je croyais que c’était juste un rêve et le dimanche matin […] j’ai demandé à ma fille aînée de préparer à manger pour ma petite fille […] et nous étions très surprises, sa sœur et moi, quand on a vu que la fillette […] se levait, se mettait sur le lit et tendait les bras pour manger […]50.

35On le voit, comme dans le cas des miracles d’Abraham, les outils de la modernité transforment le schéma traditionnel de l’intercession. Elle opère désormais, à longue distance et à travers des objets transitionnels profanes. On entre ainsi dans un processus inflationniste qui aboutit à la multiplication des miracles, le journal véhiculant la baraka et diffusant en retour les récits de miracles qui y sont liés, etc. Mais quel que soit le support, le rituel demeure le même, mettant là encore en jeu la prière et le toucher.

36Selon les sources, la Vierge elle-même exige que le récit de ses miracles reçoive l’assentiment collectif de la communauté, dans l’enceinte de son église de Zaytûn et auprès de la commission chargée de les valider, sur laquelle nous reviendrons plus loin. Elle emprunte pour ce faire un moyen qui est, dans l’hagiographie, surtout réservé aux saints militaires : le miracle punitif. De nombreux récits relatent en effet qu’ayant négligé d’aller proclamer en public le miracle dont il a été le bénéficiaire, le demandeur a été atteint par un regain du mal, comme dans le cas de la femme atteinte d’arthrite au genou que nous avons évoqué plus haut :

  • 51 M. Sâdiq, « Tajallat al-‘Adhrâ’ masâ’a… » (« La Vierge est apparue samedi »), article cité.

Je ne voulais pas annoncer ce miracle, jusqu’à ce que des symptômes apparaissent à mon autre genou et j’ai réalisé que c’était à cause de mon manquement à annoncer le miracle de guérison de mon genou gauche. Alors je me suis rendue à l’église pour annoncer le premier miracle reconnaissant mon manquement et demandant pardon, alors Dieu a répondu à ma supplique et a accepté l’intercession de la Vierge pour moi et mon autre jambe a guéri51.

37Cet emprunt au registre des miracles des saints militaires n’est pas le seul : on trouve aussi quelques récits dans lesquels la preuve du miracle apparaît sur le vêtement du fidèle sous la forme d’une tache de sang en forme de croix, comme dans le cas des exorcismes effectués, par exemple, par l’intercession de Georges.

38À tous ces miracles, les coptes des années 1960 veulent apporter la caution de la science et si, comme on vient de le voir, nombre de motifs sont anciens, le regard porté sur eux se veut moderne. La hiérarchie copte donne elle-même le ton en cherchant, du côté de la médecine, la justification des miracles. Dès le lendemain de la reconnaissance officielle des apparitions par le patriarcat, une commission de médecins est nommée : il s’agit de vérifier l’authenticité des miracles de guérison en leur apportant la caution des hommes de l’art. Le souci est le même dans la presse communautaire et dans l’édition, où sont cités, dans nombre de récits, les noms des médecins, appartenant ou non à la commission, qui ont certifié la guérison. On se trouve ici en présence d’une première. À partir des années 1970, les auteurs d’hagiographies ajoutent en effet, aux récits de miracles de guérison, la reproduction de certificats médicaux qui, selon eux, en attestent la véracité. Dans les années 1980, la tendance se développe : on joint au dossier médical des miraculés dont on relate la guérison la reproduction de la radiographie des zones atteintes par la maladie.

DE LA VIERGE ET DES ATOMES : L’APPARITION ET LA SCIENCE

39La méthode d’approche de tous les phénomènes dont les coptes se déclarent désormais témoins se veut donc scientifique et, tout au long des deux années qui suivent les premières apparitions, la discussion scientiste bat son plein au sein de la communauté. Les coptes des années 1960 n’entendent pas se laisser taxer de crédulité et prétendent apporter aux phénomènes une caution scientifique. Pour chaque phénomène observé, un spécialiste est consulté, censé apporter une réponse définitive sur la question. Concernant par exemple l’apparition de pigeons lumineux autour du dôme de Zaytûn, M. Sâdiq interroge le directeur du zoo du Caire. Ce dernier explique en quoi il ne peut s’agir de pigeons, ces oiseaux étant incapables de voler la nuit, de se déplacer aux vitesses décrites par les témoins et de former un V de la victoire. Et le journaliste de conclure qu’il s’agit donc bien d’un phénomène surnaturel.

  • 52 Mu‘jizat al-Zaytûn…, op. cit., p. 43-45. Voir aussi R. al-Sîsî, « Zuhûr alsayyida al-‘Adhrâ’ : bay (...)
  • 53 Mu‘jizat al-Zaytûn…, op. cit., p. 28-29.
  • 54 M. Taklâ, « Ahdath anbâ’ al-‘ulûm » (« Dernières nouvelles des sciences »), Watanî, 19 mai 1968, p (...)

40L’un des buts recherchés est d’éloigner les accusations d’affabulation en établissant la nature objective des phénomènes. Les évêques sont les premiers à emprunter cette voie, notamment Gregorius, l’évêque de la Recherche scientifique et des Hautes Études. Il affirme en effet sa croyance dans l’incarnation des esprits, arguant que la science en admet la possibilité. Deux professeurs de l’université d’‘Ayn-Shams, Ra‘ûf Abîd, psychologue, et Muhammad Qinâwî, médecin, confirment le propos, citant des expériences menées à Londres et à Oxford au cours desquelles l’esprit de personnes décédées aurait été pris en photo à l’aide d’appareil utilisant des rayons ultraviolets52. Les références à la physique nucléaire et aux théories sur la naissance de l’univers sont aussi mises à contribution. Ainsi, l’évêque de Beni Suef, Athanase, évoquant le corps lumineux qui lui est apparu à Zaytûn, indique dans une interview : « J’ai pensé à ce moment-là aux théories scientifiques sur la formation du monde à partir de brouillards puis de corps denses, et je me disais : “on dirait que les esprits apparaissent dans une forme matérielle lumineuse et ceci figure la genèse […]. La scène nous donne un aperçu de la formation du monde spirituel”53. » En fait, on constate que les images empruntées au registre scientifique enrichissent le vocabulaire utilisé pour décrire l’apparition. On repense ici aux nuages lumineux ou aux torches de lumière intense décrits par les témoins, et qui sont, comme on l’a vu, sans modèle connu en hagiographie. La comparaison de ces phénomènes lumineux avec des réactions atomiques est faite, par la négative certes, par certains journalistes, qui précisent qu’il ne s’agit d’une lumière « ni atomique, ni nucléaire » [Laysa ish‘â‘ dharriyyan aw nawawiyyan]54 ».

41Référence est aussi faite à l’atome, « indestructible et indivisible, qui garde ses propriétés lors des réactions chimiques », pour faire la démonstration que la science croit en certaines forces « imperceptibles par les sens ». Une autre préoccupation des coptes est de montrer que les scientifiques et les philosophes eux-mêmes croient dans les phénomènes surnaturels. Des philosophes anciens et modernes, comme Thalès, Platon, Comte, Renan ou Spencer, sont appelés à la rescousse pour rappeler la primauté de l’idée par rapport à la matière, pour établir qu’il est antiscientifique de nier ce que l’on ne connaît pas, et pour affirmer que le progrès scientifique permet d’approfondir les perceptions spirituelles et religieuses. De tous ces raisonnements, plus ou moins contradictoires et confus, ressort in fine que les miracles sont des phénomènes réels qui ont été voulus par Dieu, désireux de montrer que sa puissance divine est supérieure aux sciences.

42On retrouve ici le débat entre science et religion qui agite, en 1968, la société égyptienne tout entière, sur toile de fond de défaite contre Israël. Ce débat se développe, dans les sources coptes, à propos des événements de Zaytûn. Le miracle, qui appartient à Dieu, en ressort vainqueur de la science, qui n’appartient qu’à l’homme. Mais, signe des temps, le verdict est posé au nom même de la science.

LA MULTIPLICATION DES RÉCITS DE MIRACLES APRÈS 1968

43La circulation accélérée et élargie des récits de miracles apportée par les médias, la publicité que leur font par ailleurs la hiérarchie et le clergé coptes, enfin la caution scientifique que les médecins et autres savants semblent leur apporter, créent un climat dans lequel fleurissent, à partir du printemps 1968, mille récits merveilleux, principalement dans la presse. Il ne s’agit pas là d’une rupture spectaculaire avec le reste de la décennie. On l’a vu, les récits de miracles ne manquent pas avant 1968, mais à partir de cette date, on assiste à une intensification de la fréquence de ces derniers et surtout à un développement des commentaires qui leur sont liés. Cette tendance ne fait que traduire l’effervescence qui s’empare de la communauté copte. L’apparition de Zaytûn déclenche notamment une série de rumeurs sur l’apparition de la Vierge dans d’autres sites, créant des mouvements de foule inconsidérés. En juin 1968, quinze personnes meurent piétinées par la foule dans l’église copte Saint-Michel (quartier de Choubra), dans laquelle plusieurs milliers d’habitants du quartier tentent de pénêtrer, convaincus que la Vierge y apparaît.

  • 55 « Zuhûr al-Shahîd Mâr Jirjis » (« Apparition du martyr saint Georges »), Watanî, 1er juin 1969, 54 (...)
  • 56 Shinûda, « Al-qiddîs al-falistînî Mâr Jirjis » (« Le saint palestinien saint Georges »), Mâr Jirji (...)
  • 57 « Mu’tamar yadumm ‘ulamâ’ al-muslimîn wa rijâl al-dîn al-masîhiyyîn wa alsha‘b » (« Une Conférence (...)

44La ferveur s’empare aussi de la province. Georges apparaît à Tantâ dans le Delta le 14 avril 1969, date de la fête de Shamm al-nasîm, quelques jours après le premier anniversaire des apparitions de Zaytûn55. Les habitants de la ville et des villages avoisinants se déplacent en foule pour assister à l’apparition qui se produit au-dessus de l’église de Kafra al-Hamrâ et se répète pendant deux semaines. Les témoins déclarent voir l’icône même du saint monté sur son cheval, entourée dans certains cas de son cadre. Certains ne voient qu’une partie de l’icône, tel ce fidèle qui dit voir apparaître le cou d’un cheval dans une lumière en forme de rayon. Parfois, l’icône apparaît au milieu d’une étoile sur laquelle certains témoins déclarent voir aussi apparaître une croix. Cette dernière est par ailleurs décrite, notamment par un témoin musulman, comme entourée d’une lumière verte. On le voit, on retrouve ici le même mélange de motifs typiques et atypiques de l’hagiographie que dans les descriptions de la Vierge à Zaytûn. Mais la vision de l’apparition en tant qu’icône s’est désormais imposée. L’association qui a été faite clairement, par exemple par Athanase, entre les deux types de représentations au sujet des apparitions de Zaytûn, est probablement à l’origine de cette évolution. L’étoile brillante et la lumière verte sont quant à elles deux éléments de description plus obscurs mais comment ne pas songer, en considérant le second, aux néons verts qui parent mosquées et tombeaux de saints musulmans, comme celui du grand saint al-Sayyid al-Badawî qui se trouve précisément à Tantâ, faisant de la ville l’un des plus grands centres de pèlerinage musulman en Égypte ? Comme dans le cas de Zaytûn, musulmans tout autant que chrétiens sont témoins de l’apparition. D’ailleurs cette dernière est saluée dans la foule au cri de Allâhu Akbar et le sens qui y est donné est exclusivement politique : si le grand saint militaire, dont on a vu plus haut l’importance qu’il revêt auprès de tous les Égyptiens, se manifeste en cette période de crise, c’est pour demander « la victoire pour la nation arabe (alnasr li-l-umma al-‘arabiyya) ». Seuls quelques cas de guérison, non détaillés, sont signalés pour cette apparition, qui constitue un exemple supplémentaire de l’implication que prend, au cours des années 1960, la figure de Georges dans des thèmes à teneur franchement politique. Si Georges intervient, comme on l’a vu, pour protéger les coptes des visées néfastes des islamistes, il réunit aussi autour de lui chrétiens et coptes dans leur combat national. Ses origines sont d’ailleurs rappelées et il est qualifié à l’occasion de « saint palestinien56 ». Un congrès entre ulémas, personnalités religieuses chrétiennes et fidèles des deux religions, se tient d’ailleurs en septembre 1969 à Tantâ, dans l’enceinte même de l’église consacrée au martyr, expression, s’il en est, du désarroi des Égyptiens face à la défaite. Le sionisme y est dénoncé de façon virulente et l’union sacrée derrière Nasser y est proclamée solennellement57.

  • 58 M. Taklâ, « Hal ‘âda ‘asr al-mu‘jizât ? » (« L’époque des miracles est-elle revenue ? »), Watanî, (...)

45Un autre type de désarroi se révèle, dans le Delta encore, à travers l’apparition de l’archange Michel, en juin 1970, à Zaqâzîq, dans l’église qui lui est dédiée. Ce désarroi ne s’exprime pas ici à travers une revendication politique mais à travers la demande d’intercession, de la part de milliers de fidèles, auprès d’un jeune diacre âgé de 14 ans, Ra‘ûf Jûrj, qui aurait vu l’archange Michel. Les fidèles se précipitent bien sûr pour voir l’apparition mais aussi pour recevoir, de la part du jeune diacre, une onction d’huile miraculeuse. En effet, le bruit court que l’archange aurait déposé une fiole contenant de l’huile sous l’oreiller du jeune homme, lui demandant d’en oindre les malades58.

46L’archange Michel est vu, aux dires mêmes des témoins, selon son icône, doté de ses longues et larges ailes ; comme la Vierge, il donne la bénédiction « au peuple de la province de la Sharqiyya (Sha‘b al-Sharqiyya) », apparaissant en hauteur à une foule tellement dense qu’elle bloque les abords et les accès de l’église. Tout comme celle de Zaytûn, l’apparition de Zaqâzîq est reliée au voyage de la Sainte Famille en Égypte. En effet, l’archange apparaît dans une petite église construite en 1945 dans une zone où, d’après les coptes, la Sainte Famille aurait séjourné. La légende rapporte qu’au moment de son passage, les temples et les statues des divinités païennes érigées dans la région s’écroulèrent lors d’un tremblement de terre. Une croix enfouie dans le sol, témoin de la présence d’une ancienne église, aurait d’ailleurs été retrouvée au moment du creusement des fondations de l’église, preuve, s’il en était besoin, de la sacralité du lieu. Cet épisode illustre l’importance donnée au voyage de la Sainte Famille en Égypte, dont Zaytûn a dessiné, en 1968, une étape supplémentaire. L’apparition de l’archange jette la lumière sur l’histoire de la petite église isolée qui attire soudain des milliers de pèlerins. Mais ici, le sens donné à l’apparition n’est pas politique : il n’est pas fait mention du contexte de guerre ni de la présence en masse des musulmans, comme dans le cas des apparitions de la Vierge à Zaytûn et de Georges à Tantâ, même s’il est précisé que le curé de l’église, Murqus Yahû, est apprécié par les chrétiens tout autant que par les musulmans, à cause de ses « exemples convaincants et de ses prises de position courageuses ».

  • 59 M. Taklâ, « Ahibbû ba‘dakum ba‘dan » (« Aimez-vous les uns les autres »), Watanî, 23 août 1970, 61 (...)

47Les miracles liés à l’apparition de zaqâzîq mettent en scène le schéma de la double intercession que nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises. Contrairement à la Vierge qui apparaît aux fidèles pour oindre elle-même leurs parties malades, Michel intervient, comme on l’a mentionné, par l’intercession d’un jeune diacre. Mais il arrive qu’un malade se déclare guéri à la seule vision de l’archange. Toutefois, dans la majorité des cas, les malades se déclarent guéris après que le jeune diacre les a enduits (rashama) d’huile miraculeuse. L’atmosphère de ferveur qui entoure les apparitions et les miracles de l’archange prend des proportions de plus en plus spectaculaires : les fidèles racontent, entre autres, que la célèbre parole du Christ « aimez-vous les uns les autres » est apparue gravée en lettres de sang sur le bras du jeune homme et que l’inscription réapparaît lorsqu’on l’efface, preuve, s’il en est, qu’elle est tracée dans une matière céleste et non terrestre59.

  • 60 « Istimrâr tajallî al-‘Adhrâ’ » (« La continuité de l’apparition de la Vierge »), Watanî, 600, 14 (...)

48L’enthousiasme religieux exprimé par la communauté ne va pas sans mobiliser une fois encore la hiérarchie ecclésiastique. Cyrille VI demande à Gregorius de former une commission qui se rend sur place le 19 juillet 1970. Elle est chargée, comme à Zaytûn, d’établir la véracité de l’apparition et de valider les miracles dont les fidèles se déclarent les bénéficiaires. Il s’agit tout autant de donner un cachet officiel aux phénomènes que de fixer un cadre pour canaliser le désir de miracles qui s’empare des foules. Le problème n’est pas nouveau : dès le printemps 1968, Athanase tente de freiner « l’imagination débordante » des fidèles. Il indique qu’il ne faut pas croire tout ce que l’on voit et rappelle que le diable répète, auprès des âmes faibles, les apparitions mensongères. Il met aussi en garde les fidèles sur la nécessité, en cas d’apparition, de consulter des proches, de jeûner et de prier, bref, de prendre le temps de la réflexion, à l’image de ce qu’a fait le patriarcat copte dans le cas des apparitions de Zaytûn. Gregorius intervient pour sa part pour expliquer que la Vierge ne peut apparaître en de multiples endroits en même temps, précisant que Dieu seul en détient le pouvoir. Une pédagogie ecclésiastique des miracles s’installe peu à peu, rappelant au besoin les cadres religieux établis, notamment sur la question de l’intercession. La tendance à la transmission en chaîne de la baraka qui semble se développer parmi les fidèles laïcs pose en effet problème à la hiérarchie copte qui y voit, à juste titre, la déliquescence de sa propre fonction : « Beaucoup guérissent par l’intercession de la Vierge, explique Gregorius dans les colonnes de Watanî, mais il n’est pas juste que la personne qui a guéri aille de son rôle de malade qui a reçu la guérison au rôle de personne qui donne la guérison aux gens. Il faut prendre beaucoup de précautions avec ce genre de chose pour que ne se confondent pas la corde et l’archet60 ». L’évêque rappelle au passage que la bénédiction avec le signe de croix fait partie du travail des prêtres : « Personne hormis un prêtre ne peut le pratiquer, de même qu’il n’est pas permis aux laïcs de pratiquer aucune prérogative des prêtres qui peuvent seuls étendre les mains ou faire le signe de croix sur le front des gens. » En même temps qu’ils constituent les figures de proue de la publicité faite à l’apparition des saints et aux miracles de ces derniers, les évêques tentent de canaliser la ferveur des fidèles, dont la demande de prodiges semble sans limite.

  • 61 Ghrîghûryûs, op. cit., p. 43.

49C’est que pour les coptes, « l’ère des miracles » est de retour, sous le haut patronage de leur saint patriarche, Cyrille VI, dont on a vu qu’il était placé au plus haut grade de la sainteté. Si les miracles se multiplient, c’est pour faire revenir les coptes à la foi des origines. La référence est celle des premiers siècles du christianisme, qui voient non seulement triompher la cohorte des martyrs mais aussi celle des grands moines faiseurs de miracles, bref, celle de l’âge au cours duquel la vision chrétienne du monde devient hégémonique en Égypte. Là se trouve le lien que les coptes établissent entre la période qu’ils vivent et celle à laquelle ils font référence : en cette fin des années 1960, ils ont l’impression, à la lueur de l’apparition des saints et de la multiplication des miracles de ces derniers, dont les musulmans se déclarent aussi bénéficiaires, que leur vision du monde enveloppe de nouveau l’Égypte. La version que la hiérarchie copte donne de la une du journal Al-Ahrâm daté du 5 mai 1968 dans le rapport rédigé par Gregorius est, de ce point de vue, révélatrice : contrairement à ce que l’on constate sur l’original, la photo montrant l’apparition et le titre de l’article qui lui est associé occupent toute la une du journal61.

Version copte de la une du journal Al-Ahrâm du 5 mai 1968.

50Cette fiction, que les coptes construisent, est nourrie par l’abondance des témoignages musulmans qui cautionnent les apparitions et les miracles des saints coptes. Mais si les musulmans sont atteints tout comme les coptes par le désarroi lié à la défaite et amorcent eux aussi, comme nous l’avons vu, un retour à la foi, c’est bien vers leur propre religion qu’il se fait. On l’a vu, tout au long des années 1960, on constate un regain de fréquentation dans les mosquées et un développement de l’islamisme, dont on a déjà évoqué le caractère intolérant et violent à l’égard des coptes. Après 1967, la tendance s’accentue. Ainsi, au moment même où la communauté pense rejoindre la gloire de son passé en embrassant l’ensemble des Égyptiens, se produit en réalité la fracture qui aboutit à mettre dos à dos, dans les années 1970, deux communautarismes, dont l’un impose sa loi à l’autre. À partir de cette période, les musulmans désertent les pèlerinages coptes, et les manifestations de ferveur populaire, rassemblant coptes et musulmans, n’ont plus cours. L’ère charismatique que les coptes ont pensé vivre pendant dix ans s’éteint d’une part avec la mort de Cyrille VI et d’autre part avec le cruel retour à la réalité que représentent les troubles confessionnels du début des années 1970. À ce titre, on peut penser qu’elle n’a constitué que le miroir inversé de ce qui se profilait, à savoir un affaiblissement accru de la communauté copte. On trouve, dans l’Histoire des Patriarches, un modèle charismatique équivalent avec le patriarcat de Mathieu Ier (1378-1408), saint patriarche à qui les coptes prêtent les plus grands pouvoirs dont celui de ressusciter les morts et de tenir les musulmans sous l’emprise de ses charismes, au moment même où la communauté copte est au plus mal. Mais peut-on parler pour autant de répétition ?

Notes

1 P. Zaki, Our Lord’s Mother Visits Egypt in 1968, Le Caire, 1977, p. 20 ; M. Nil, Les Apparitions de la Vierge en Égypte, 1968-1969, Paris, 1980, p. 73.

2 Watanî, 21 avril 1968, p. 1.

3 « Alûf hafala kanîsa fî al-Zaytûn. Kull layla. Fî intizâr tayf li-l-‘Adhrâ’ » (« Des milliers de personnes se rassemblent à l’église de Zaytûn toute la nuit dans l’attente de l’apparition de la Vierge »), Al-Ahrâm, 27 avril 1968, p. 1.

4 Voir la version bilingue arabe-italien de la déclaration patriarcale dans G. Giamberardini, Il Culto mariano in Egitto, 3, Publicazioni dello Studium Biblicum Franciscanum (éd.), 8, Jérusalem, 1978, p. 434-437. Une littérature copte voit le jour immédiatement après la confirmation patriarcale : S. Nasîm, Misr tastaqbil al-‘Adhrâ’ (L’Égypte accueille la Vierge), Le Caire, 1968 ; Zuhûr al-‘Adhrâ’ wa madlûlâtuhu (L’Apparition de la Vierge et ses significations), Alexandrie, 1968.

5 « Mu’tamar sahafî li-batrîrkiyyat al-aqbât » (« Conférence de presse au patriarcat des coptes »), Watanî, 490, 5 mai 1968, p. 2.

6 Mu‘jizat al-Zaytûn, zuhûr al-‘Adhrâ’ (Le Miracle de Zaytûn, l’apparition de la Vierge), Le Caire, 1968, p. 22 ; Athanâsyûs, « Hawla zuhûr al-‘Adhrâ’ » (« Autour de l’apparition de la Vierge »), Madâris al-ahad, 5-6, mai-juin 1968, p. 10.

7 Voir un récit de miracle par une icône représentant la Vierge portant l’enfant dans l’Histoire des Patriarches d’Alexandrie (viiie siècle) : J. Den Heijer, « Miraculous Icons and their Historical Background », dans H. Hondelink (éd.), Coptic Art and Culture, Le Caire, 1990, p. 89-98.

8 J. M. Vansleb, Nouvelle Relation en forme de journal d’un voyage fait en Égypte en 1672 et 1673, Paris, 1677, p. 158-162.

9 M. Sâdiq, « Mu‘jizât shifâ’jadîda bi-kanîsat al-Zaytûn » (« Nouveaux miracles de guérison à l’église de Zaytûn »), Watanî, 491, 12 mai 1968, p. 3.

10 Ghrîghûryûs, Al-‘Adhrâ’ fî al-Zaytûn, taqrîr ‘an waqâ’i‘ al-zuhûr (La Vierge à Zaytûn, rapport sur la réalité de l’apparition), Le Caire, 1968, p. 78-110. Le livre contient aussi plusieurs photos de l’apparition.

11 M. Sâdiq, article cité, p. 3. Voir d’autres témoignages parus à l’automne 1968 : M. Sâdiq, « Li-l-marra al-thâlitha tatajallâ al-‘Adhrâ’ bi-kanîsatiha bi-l-Zaytûn masâ’a al-sabt » (« La Vierge apparaît pour la troisième fois à son église de Zaytûn samedi soir »), Watanî, 519, 24 novembre 1968, p. 2-3.

12 M. Sâdiq, « Al-hamâm alladhî yantaliq fî al-fadâ’ » (« Les colombes qui surgissent dans l’air »), Watanî, 491, 12 mai 1968, p. 2.

13 L. Leroy, « Les couvents des chrétiens »…, p. 197. Voir aussi Târîkh alkanâ’is wa-l-adyâr (Histoire des églises et des monastères), S. al-Suryânî (éd.), Le Caire, 1984, vol. 1, fol. 30a. Il s’agit de l’édition du manuscrit d’Abû’l-Makârim.

14 HPEC, II, 3.

15 H. Ayrout, « Note sur les fellahs », Cahiers d’histoire égyptienne, 9, Le Caire, 1957, p. 65-67.

16 A. Cameron, « Continuity and Change in Sixth Century Byzantium », Byzantion, XLIX, Bruxelles, 1979, p. 3-35, 42-46.

17 F. Barisic, « Le siège de Constantinople par les Avares et les Slaves en 626 », Byzantion, XXIV, 1954, p. 371-395.

18 Outre Al-Ahrâm, il s’agit de Al-Akhbâr et de Al-Jumhûriyya.

19 « Mu’tamar sahafî… », article cité.

20 « Al-Qâhira ta‘îsh fî mu‘jizat zuhûr al-‘Adhrâ’ » (« Le Caire vit dans le miracle de l’apparition de la vierge »), Watanî, 490, 5 mai 1968, p. 2.

21 M. Taklâ, « Al-ma‘nâ al-haqîqî li-mu‘jizat zuhûr al-sayyida al-‘Adhrâ‘ fîMisr » (« Le vrai sens du miracle de l’apparition de la Vierge en Égypte »), Watanî, 495, 9 juin 1968, p. 7.

22 G. H. ‘Azir, « Al-muslimûn aqrab ilâ al-nasârâ min al-yahûd qatalat al-Masîh » (« Les musulmans sont plus proches des chrétiens que les juifs meurtriers du Christ »), Watanî, 15 décembre 1963, p. 5, et Shinûda, « Al-masîhiyya lâ ta‘tarif biwujûd dînî li-Isrâ’îl » (« Le christianisme ne reconnaît pas l’existence religieuse d’Israël »), Watanî, 10 juillet 1966, p. 5.

23 « Qadâsat al-bâbâ Kîrillus yu’akkid mas’ûliyyat al-jahûd fî salbi al-Masîh » (« Le pape Cyrille VI affirme la responsabilité des juifs dans la crucifixion du Messie »), Mâr Jirjis, 16, 1964, p. 40.

24 « Al-bâbâ Kîrillus yastankir al-‘udwân ‘alâ al-masjid al-Aqsâ » (« Le pape Cyrille condamne l’agression contre la mosquée al-Aqsâ »), Watanî, 24 août 1969, p. 4.

25 L. Valensi, La Fuite en Égypte, Paris, 2002 ; O. Meinardus, The Holy Family in Egypt, Le Caire, 1997 (5e éd.).

26 P. Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient…, 1985, p. 323-325.

27 M. Martin, « La province d’Asmunayn : historique de sa configuration religieuse », Annales islamologiques, 23, 1987, p. 24-25.

28 Ibid, p. 25, note 3.

29 G. Giamberardini, op. cit., p. 406-408.

30 Voir les travaux en cours de R. Butros (IFAO) ; G. Graf, Geschichte der christlichen-arabischen Literatur, Cité du Vatican, 1944-1953, vol. 1, p. 252-257, et L. Villecourt, « Les collections arabes des miracles de la Sainte Vierge », Analecta Bollandiana, 42, 1924, p. 21-68, 266-287.

31 U. Zanetti, « Matarieh, la sainte Famille et les baumiers », AB, 111, 1993, p. 21-68.

32 À la fin du xixe siècle, les jésuites achètent un terrain sur le site, y édifient une église et y organisent un pèlerinage annuel. Cf. C. Mayeur-Jaouen, « Un jésuite français en Égypte, le père Jullien », dans Itinéraires d’Égypte. Mélanges offerts au père Maurice Martin, C. Décobert (éd.), Le Caire, 1992, p. 213-247.

33 « Biyân al-maqarr al-bâbawî yu’akkid zuhûr al-‘Adhrâ’ » (« Un communiqué du Centre patriarcal confirme l’apparition de la Vierge »), Watanî, 490, 5 mai 1968, p. 2.

34 M. Sâdiq, « Mu‘jizât shifâ’ jadîda… », article cité, p. 2-3.

35 « Le Vatican a envoyé un émissaire privé [mandûb khâs] ; il a vu la Vierge et a écrit un rapport où il affirme la vision dont il a été témoin ; il l’a envoyé au Vatican », Watanî, 490, 5 mai 1968, entrefilet p. 1.

36 Watanî, 491, 12 mai 1968, p. 3, encadré.

37 M. Fawzî, Al-bâbâ Kîrillus wa ‘Abd al-Nâsir (Le pape Cyrille VI et Abd al-Nasser), Le Caire, 1993 (3e éd.), p. 78-79.

38 N. ‘Ayd al-Fatah, Al-mushaf wa al-sayf. Sirâ‘ al-dîn wa al-dawla fî Misr (Le Coran et l’épée : combat de la religion et de l’État en Égypte), Le Caire, 1984, p. 40.

39 Sur l’affluence des foules qui se pressent autour de l’église et sur l’organisation des lieux, P. Zaki, op. cit., p. 27-28, et R. Bullivant, « The Visions of the Mother of God in Zeitun », Eastern Churches Review, 3, 1970-1971, p. 75-76.

40 Al-qiddîs Mâr Murqus al-bashîr… (Saint Marc l’Évangéliste…), Le Caire, 1968.

41 En 1968 se tient à Paris la grande exposition consacrée aux trésors de la tombe de Toutankhamon, mise au jour par H. Carter et lord Carnavon en 1922.

42 J. M. Vansleb, Nouvelle Relation en forme de journal d’un voyage fait enÉgypte en 1672-1673, Paris, 1677, p. 156-163.

43 L. Leroy, « Histoire d’Abraham le Syrien », ROC, 14, 1909, p. 380-400.

44 Voir notamment Arba‘ûn mu‘jizât li-l-sayyida al-‘Adhrâ’ (Quarante miracles de la Vierge), Le Caire, 1967, et Y. HABÎB, Mu‘jizât al-sayyida al-‘Adhrâ’ ‘an aqdam al-wathâ’iq al-athariyya (Miracles de la Vierge selon les plus anciens documents), Alexandrie, 1968. Voir le compte rendu de ces recueils dans G. Giamberardini, op. cit., p. 410-416.

45 Min mu‘jizât al-‘Adhrâ’(« Miracles de la Vierge »), Mâr Jirjis, 5-6, mai-juin 1968, p. 28-30.

46 Mu‘jizat al-Zaytûn…, op. cit., p. 39-40.

47 M. Sâdiq, « Tajallat al-‘Adhrâ’ masâ‘a al-sabt wa fajr al-ahad », « La Vierge est apparue samedi soir et dimanche à l’aube », Watanî, 30 mars 1969, p. 2.

48 M. Sâdiq, « Tajallat al-‘Adhrâ’ ‘iddat marrât » (« La Vierge est apparue de nombreuses fois »), Watanî, 556, 1er aôut 1969, p. 2.

49 Ibid.

50 « Al-Sûdân tatahadath ‘an Mu‘jiza jadîda » (« Le Soudan parle d’un nouveau miracle »), Watanî, 519, 24 novembre 1968, p. 1.

51 M. Sâdiq, « Tajallat al-‘Adhrâ’ masâ’a… » (« La Vierge est apparue samedi »), article cité.

52 Mu‘jizat al-Zaytûn…, op. cit., p. 43-45. Voir aussi R. al-Sîsî, « Zuhûr alsayyida al-‘Adhrâ’ : bayna ‘ilm al-nafs wa madhhab tahdîr al-arwâh » (« L’apparition de la Vierge : entre psychologie et spiritisme »), Watanî, 19 mai 1968, p. 7.

53 Mu‘jizat al-Zaytûn…, op. cit., p. 28-29.

54 M. Taklâ, « Ahdath anbâ’ al-‘ulûm » (« Dernières nouvelles des sciences »), Watanî, 19 mai 1968, p. 2.

55 « Zuhûr al-Shahîd Mâr Jirjis » (« Apparition du martyr saint Georges »), Watanî, 1er juin 1969, 546, p. 2.

56 Shinûda, « Al-qiddîs al-falistînî Mâr Jirjis » (« Le saint palestinien saint Georges »), Mâr Jirjis, 6, juin 1969, p. 10-13.

57 « Mu’tamar yadumm ‘ulamâ’ al-muslimîn wa rijâl al-dîn al-masîhiyyîn wa alsha‘b » (« Une Conférence réunit des ulémas musulmans, des hommes de religion chrétiens et le peuple »), Watanî, 21 septembre 1969, p. 4.

58 M. Taklâ, « Hal ‘âda ‘asr al-mu‘jizât ? » (« L’époque des miracles est-elle revenue ? »), Watanî, 19 juillet 1970, 605, p. 2.

59 M. Taklâ, « Ahibbû ba‘dakum ba‘dan » (« Aimez-vous les uns les autres »), Watanî, 23 août 1970, 610, p. 2.

60 « Istimrâr tajallî al-‘Adhrâ’ » (« La continuité de l’apparition de la Vierge »), Watanî, 600, 14 juin 1970, p. 2.

61 Ghrîghûryûs, op. cit., p. 43.

Table des illustrations

Légende Une du journal Al-Ahrâm du 5 mai 1968.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Version copte de la une du journal Al-Ahrâm du 5 mai 1968.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540