Version classiqueVersion mobile

La petite musique des territoires

 | 
Nicolas Canova
, 
Philippe Bourdeau
, 
Olivier Soubeyran

Deuxième partie. La musique au cœur de l'analyse territoriale

Quand le terroir a lieu

Ce que la musique fait au vigneron

Hélène Douence, Daniele Laplace-Treyture et Frédéric Tesson

Résumé

Très souvent, et non sans quelque exagération, le monde viticole français affiche un ancrage géographique et historique présenté comme des plus anciens. Les petites appellations n’échappent pas à la règle lorsqu’elles organisent ou s’associent à des événements commerciaux et festifs censés célébrer un « terroir folklore » faisant une large place aux traditions. Aussi pouvait-on s’attendre à ce que leur ouverture à la musique se fasse dans le sens d’un répertoire avant tout classique et/ou vernaculaire. Sans délaisser ce registre – d’ailleurs conforme à l’imaginaire de certains consommateurs – les vignobles de Jurançon et de Saint-Mont ont su s’en affranchir pour s’ouvrir à des styles musicaux à la fois urbains et très contemporains. Et l’assemblage a pris, dans la durée. On explicitera d’abord le sens qu’a ce parti pris d’une ouverture vers l’altérité dans la construction de l’identité des vignerons ; on envisagera ensuite les valeurs communes autour desquelles vignerons et musiciens cultivent leurs différences, et on évaluera enfin les conditions d’une appropriation territoriale durable d’un lien du vin et de la musique par les communautés locales.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Les « terroirs/territoires » viticoles mobilisent des données naturelles associées à une dimension culturelle susceptibles de leur conférer identité et cohérence. Ils sont construits en légitimité par une labellisation qualitative circonscrite spatialement (AOC, AOVDQS,…) et par un puissant discours très officiellement intégré dans le dossier même de la demande de reconnaissance. Ils sont portés par des collectifs structurés, constitués par les acteurs de la sphère économique concernée et profondément ancrés dans le paysage et dans le territoire local qu’ils contribuent à façonner et à faire vivre. Ainsi, ces terroirs viticoles s’imposent comme des formes particulièrement abouties de territoires, et leur médiatisation par le produit qu’ils représentent constitue un vecteur de reconnaissance, voire d’appropriation, relativement cohérent et reconnu.

À propos de la culture en général, et de la musique en particulier, on peut rappeler qu’elles sont souvent parties prenantes d...

Auteurs

Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR-SET
helene.douence-jouhet@univ-pau.fr
daniele.laplace-treyture@univ-pau.fr
frederic.tesson@univ-pau.fr

Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR-SET
helene.douence-jouhet@univ-pau.fr
daniele.laplace-treyture@univ-pau.fr
frederic.tesson@univ-pau.fr

Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR-SET
helene.douence-jouhet@univ-pau.fr
daniele.laplace-treyture@univ-pau.fr
frederic.tesson@univ-pau.fr

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search