Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les coptes d’Égypte sous Nasser

 | 
Brigitte Voile

Deuxième partie. Les saints et leurs miracles

Chapitre IV. Le paysage hagiographique copte des années 1960

Texto completo

1Qui sont, au cours des années 1960, les saints anciens dont les Vies sont proposées à la lecture des coptes ? Pour répondre à cette question, il faut se référer aux sources internes à la communauté, ancrées dans la continuité de l’histoire copte, à savoir les textes liturgiques commémorant les saints, tel le Synaxaire, le plus important d’entre eux. On aurait tort toutefois de parler ici d’un corpus immuable à l’origine purement communautaire : l’hagiographie copte s’est développée sur des modèles grecs, dont l’école d’Alexandrie a été pour l’Égypte la grande pourvoyeuse. Jusqu’au viie siècle environ, la langue des lettrés égyptiens est restée le grec, et à quelques exceptions près, les écrivains et pères de l’Église égyptienne se sont tous exprimés dans cette langue. Toutefois, cette situation ne pouvait répondre aux attentes du public, totalement ignorant du grec, et dont l’édification religieuse réclamait une adaptation des textes dans les différents dialectes. Un travail de traduction s’est donc rapidement imposé aux hagiographes et à partir du ve siècle, une production directement en langue copte a vu le jour. Le copte n’était certes pas la langue des docteurs, mais elle n’était pas dépourvue de sa propre tradition littéraire. Des auteurs s’exprimaient déjà dans cette langue, rédigeant homélies, récits édifiants, textes monastiques et apocryphes. Le plus important d’entre eux est Chenouda, fondateur au ive siècle du monastère Blanc en Haute-Égypte, dont les sermons et les homélies sont restés célèbres. Traductions savantes du grec d’un côté, productions locales et populaires de l’autre, c’est dans le jeu d’interpénétration entre ces deux pôles que se sont fixés, entre le ive et le ixe siècle, les traits de l’hagiographie copte.

ORIGINES ET CARACTÈRES DE L’HAGIOGRAPHIE COPTE

  • 1 Sur ce thème, T. Baumeister, Martyr invictus, Münster, 1972.
  • 2 Selon l’expression de S. Binon, Essai sur le cycle de saint Mercure, martyr de Dèce et meurtrier d (...)
  • 3 De Lacy O’ Leary, The Saints of Egypt, Amsterdam, 1974 (2e éd.), p. 101.
  • 4 J. Schwartz, « Dioclétien dans la littérature copte », BSAC, 15, 1958-1960, p. 151-166.
  • 5 G. Van den Berg-Onstwedder, « Diocletian in the Coptic Tradition », BSAC, 29, 1990, p. 87-122. Voi (...)
  • 6 É. Amélineau, Les Actes des martyrs de l’Église copte, Paris, 1890, p. 63.
  • 7 É. Amélineau, « Le christianisme chez les anciens coptes », Revue des religions, 14, 1887, p. 308- (...)
  • 8 G. Reeg, Die Geschichte von den Ten Märtyren, Tübingen, 1985.

2Les Vies de martyrs constituent la majeure partie de cette hagiographie des origines. C’est là, entre réécritures et insertions, que le génie copte s’est le plus largement exprimé, notamment autour du thème de la « vie indestructible »1 : les récits rivalisent de cruauté, exposant les multiples tortures que l’empereur idolâtre fait endurer en vain au martyr. L’abondance de miracles et de prodiges, traduisant le goût effréné des Égyptiens pour le surnaturel, voire le « monstrueux », constitue le point commun à toutes les Vies2. Après la rupture de Chalcédoine, ces dernières concernent de plus en plus des héros égyptiens, à la réputation parfois locale, chaque village ou monastère revendiquant ses propres saints. Les saints militaires comme Mercure, Georges ou Victor Stratelate, très populaires en Égypte, gardent les faveurs des hagiographes qui égyptianisent les Vies, comme en témoigne le cycle dit « de Basilide », qui relate le martyre d’Antiochènes haut placés à la cour de Dioclétien3. Ce corpus est connu d’après des manuscrits coptes mais la localisation des passions à Antioche laisse supposer la rédaction première dans cette ville de récits dont s’inspirèrent par la suite les adaptateurs coptes4. Le traitement de la figure de l’empereur est révélatrice de leur style : Dioclétien, devenu suppôt de Satan qu’il appelle « papa », prend les traits d’un chrétien égyptien apostat, ancien berger qui faisait danser ses chèvres de manière diabolique. Après s’être emparé du pouvoir à la suite de son mariage avec la fille de Condilianos, il fabrique lui-même soixante-dix idoles en or qu’il impose à l’adoration de son peuple5. Un autre personnage, familier des passions coptes, se trouve lui aussi égyptianisé : il s’agit du gouverneur d’Alexandrie, Arien, chargé d’exécuter les décrets de Dioclétien. Sous la plume des auteurs coptes, Arien est présenté comme un chrétien apostat qui, après avoir endossé le rôle du persécuteur, revient à sa foi d’origine et devient à son tour martyr6. D’autres traits récurrents caractérisent les passions coptes, comme l’omniprésence des archanges Michel et Gabriel auprès des martyrs. É. Amélineau y a vu, dans une interprétation datée, la pérennité d’anciennes divinités pharaoniques7. Il faut surtout émettre l’hypothèse d’un emprunt à la littérature juive, en partie rédigée à Alexandrie, qui montre dans certains midrashs les archanges Uriel et Michel aux côtés de martyrs juifs8. Le sang, l’eau et le lait qui coulent de la tête coupée des martyrs constituent une autre particularité des passions coptes dans laquelle É. Amélineau a vu une illustration des idées que les coptes avaient sur la composition du corps humain.

  • 9 G. Graf, Geschichte der christlichen-arabischen Literatur, Cité du Vatican, 2 vol. 1944-1953.
  • 10 É. Amélineau, « Un document copte du xiiie siècle. Le martyre de Jean de Phanidjôit », Journal asi (...)

3Après l’invasion arabe, dans la seconde moitié du viie siècle, motivations religieuses et politiques se rejoignent dans l’hagiographie copte ; les Vies des martyrs symbolisent la résistance à des formes d’oppressions ultérieures à leur époque. Les personnages prennent une dimension de plus en plus nationale, sans compter bien sûr l’arrivée de ces nouvelles figures que sont les néo-martyrs, qui nourrissent les récits hagiographiques jusqu’à la fin du xvie siècle9. Le grec est pratiquement totalement abandonné à partir du viie (mais les traductions se poursuivent jusqu’au xie siècle), au profit du copte, qui reprend provisoirement vie après l’invasion arabe. Il devient la langue des hagiographes jusqu’au xie siècle environ, avant de céder la place à l’arabe, langue dans laquelle est traduite une partie du corpus. La dernière Vie de saint rédigée en copte est celle du martyr Jean de Phanidjôit ; elle date du début du xiiie siècle10.

  • 11 S. A. Naguib, « Martyr and Apostate : Victor, son of Romanos and Diocletian. A Case of Intertextua (...)

4À l’occasion du passage à l’arabe, les Vies de saints subissent de nouvelles modifications. La cour de Dioclétien évolue au fil des recopiages d’une cour martiale à la romaine, telle que la tradition grecque et copte l’avait dépeinte, à une communauté orientale. Les luttes de palais et les intrigues de harem prennent place au sein des récits ; les généraux des versions grecques et coptes deviennent wazîr (ministre). L’Égypte des différentes périodes apparaît en arrière-plan, comme dans la Vie de Victor : la beauté du héros est comparée à celle des roses du mont Baramuda ; le corps du martyr est momifié ; Martha se lamente à la façon des musulmanes à l’annonce de la mort de son fils ; on la voit s’embarquer sur le Nil à la recherche de son corps11.

LES SOURCES LITURGIQUES DE L’HAGIOGRAPHIE COPTE

  • 12 R. G. Coquin, « Le Synaxaire des coptes », AB, 96, 1978, p. 351-365, et « Synaxarion, copto-arabic (...)
  • 13 C’est notamment le cas de la recension établie par R. Basset. Cf. R. Basset, « Le Synaxaire arabe (...)

5Le Synaxaire copte arabe constitue la principale source de l’hagiographie copte. Ce texte à usage liturgique réunit un grand nombre de Vies de saints, martyrs et héros de l’Église copte dont les commémorations se répartissent sur l’ensemble des jours de l’année, chaque saint étant fêté au jour connu de sa mort. Le Synaxaire contient aussi quelques récits concernant des personnages de l’Ancien ou du Nouveau Testament, à commencer par Jésus et Marie, ou des événements de l’histoire religieuse de l’Égypte chrétienne. Son ordre est inspiré en partie par le Synaxaire de Constantinople, dont certaines des notices ont d’ailleurs été traduites telles quelles. On connaît peu de chose sur la date de sa compilation qui fut réalisée à partir de deux corpus différents : l’un émanant de Haute-Égypte et l’autre du Delta12. Une partie de ce travail a été réalisée à la fin du xiie siècle et au début du xiiie siècle par Butrus al-Jamîl, évêque de Malîj, et Mikhâ’îl, évêque d’Atrib, à partir des Vies écrites antérieurement que l’on lisait jusqu’à cette date séparément les unes des autres. Tous les saints égyptiens ne figurent pas au Synaxaire, certains saints locaux notamment ; d’autres figures, absentes des recensions égyptiennes, sont en revanche commémorées en terre byzantine. Les traductions du Synaxaire qui ont été faites par les savants européens au début du xxe siècle ont été établies à partir de manuscrits tardifs et partiels, si bien que certaines sont finalement totalement fictives13. La version du Synaxaire utilisée aujourd’hui chez les coptes est basée sur des manuscrits plus anciens, dont certains, datés du xiie siècle, sont directement attribués à Butrus al-Jamîl.

  • 14 E. Maher Ishaq, « Difnar », CE, 3, 1990, p. 900-901.
  • 15 B. Evetts, « History of the Patriarchs of the Coptic Church of Alexandria », PO, 10, p. 531.
  • 16 G. Graf, Geschichte der christlichen arabischen Litératur…, p. 541.
  • 17 T. Orlandi, « Hagiography, coptic », CE, 4, 1990, p. 1191-1197.

6Le Difnar, collection de cantiques commémorant les saints, est une autre source de l’hagiographie copte. Le contenu de ce livre, rédigé en copte, semble avoir été remanié à partir du texte arabe du Synaxaire, car beaucoup de noms propres sont en fait des reprises des formes arabes. Comme les notices du Synaxaire, les cantiques du Difnar sont associés à chaque jour du mois et chantés durant les différents offices de la journée. De nombreux auteurs attribuent leur compilation à Gabriel Ibn Turayk (1131-1145), mais des références à cet ouvrage sont faites dès le viiie siècle. Les copies du Difnar sont très rares ; celle du patriarcat copte date de 179014. Dernière source importante de l’hagiographie copte : les homélies et les recueils de miracles, rédigés en langue copte après avoir été tout d’abord traduits du grec entre le ve et le viiie siècle. Les premières homélies ont servi de modèles pour des productions ultérieures telle l’homélie de l’ermite Ménas écrite par Sévère, évêque de Sanabû, au ixe siècle15 ou celle dédiée au patriarche Mathieu le Pauvre (1378-1408). Beaucoup d’homélies ont été aussi consacrées aux anges et à leurs miracles, comme le note G. Graf16. Les recueils de miracles collectionnent quant à eux la liste des miracles attribués au saint au cours de sa vie et au moment de sa mort. Certains ont été conservés, comme celui du martyr Ménas17.

LES ÉVOLUTIONS DU SYNAXAIRE AU xxe SIÈCLE

  • 18 O. Meinardus, « A comparative study on the sources of the Synaxarium », BSAC, 17, 1963-1964, p. 11 (...)
  • 19 Les deux autres patriarches sont Mathieu III (1631-1646) et Cyrille III (1235-1243).

7Quelles modifications le Synaxaire a-t-il subies dans les premières décennies du xxe siècle18 ? L’édition de 1912 compte 636 commémorations dont 131 concernent des personnages bibliques, 139 des patriarches et des évêques, 191 des martyrs, 159 des ermites ou des moines, 16 des événements historiques (conciles par exemple). L’édition de 1936 varie peu en termes quantitatifs puisqu’elle regroupe 637 commémorations. Toutefois, quelques changements interviennent à l’intérieur de cette collection. Cinq nouveaux patriarches coptes sont commémorés. Parmi eux, trois figures contemporaines : Cyrille IV (1854-1861), Cyrille V (1874-1927) et Jean XIX (1928-1942)19. On consacre une notice à Cyrille V moins de dix ans après sa disparition alors que les canons de l’Église copte imposent un délai de cinquante ans après la mort avant toute inscription au Synaxaire ; quant à Jean XIX, on commémore son arrivée sur le trône patriarcal alors même qu’il est encore en place. Cyrille V avait de la même façon autorisé, quinze ans avant sa mort, l’inscription de sa désignation comme patriarche dans l’édition du Synaxaire de 1912. Cette entrée de patriarches contemporains au sein de la recension de 1936, qui intervient durant la période au cours de laquelle la querelle entre laïcs et clergé bat son plein au sein de la communauté copte, a pour pendant celle d’autres figures de la hiérarchie ecclésiastique : Basile, métropolite de Jérusalem († 1899) mis en place en 1856 par Cyrille IV, bénéficie lui aussi d’une inscription dans l’édition de 1936, trente-sept ans seulement après sa mort. Un autre personnage contemporain, Joseph, évêque d’Akhmîm († 1862), fait son apparition dans la recension, en conformité cette fois avec les délais prescrits.

  • 20 K. Sâlih Nakhla, Kitâb al-Sinaksâr, Le Caire, 1951.
  • 21 Voir le tableau des nouveaux saints inscrits au Synaxaire de 1951 à la fin de ce chapitre.
  • 22 Sur le sort des coptes sous la domination musulmane, G. Wiet, « Kibt », EI 1 , II, p. 1048-1061. V (...)
  • 23 E. Sivan, L’islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux croisa (...)
  • 24 R. Suryâl, Al-mujtama‘ al-qibtî fî Misr fî al-qarn 19 (La communauté copteen Égypte au xixe siècle(...)

8L’édition du Synaxaire de 1951, qui ne concerne que les six derniers mois de l’année copte20, voit le texte se grossir de 74 commémorations dont 13 concernent des événements ou des personnages de l’Ancien et du Nouveau Testament. Vingt-cinq nouvelles inscriptions sont consacrées à des patriarches, vingt à des martyrs, neuf à des saints hommes, six à des néo-martyrs21. Une commémoration est consacrée au pape romain Célestin. Les nouveaux patriarches sélectionnés pour entrer au Synaxaire de 1951 appartiennent aux périodes médiévales, modernes et contemporaines, mis à part trois d’entre eux ayant vécu avant le xe siècle. On inscrit neuf nouveaux patriarches pour la période allant du xiie au xvie siècle. Dix patriarches sont fêtés pour les seuls xviie et xviiie siècles. Le xixe siècle est représenté quant à lui par Pierre vii et le xxe siècle par Jean XIX († 1942) et Macaire († 1945), dont on relate les Vies quelques années seulement après leur mort. La période glorieuse du christianisme égyptien n’est pas absente : vingt figures de martyrs sont commémorées dont treize sont reprises d’anciennes recensions après avoir été écartées des éditions de 1912 et de 1936. Six des neuf saints hommes nouveaux commémorés appartiennent à cette même période, les notices de cinq d’entre eux étant reprises d’anciennes recensions. Toutefois, c’est bien la période allant du xe siècle au xxe siècle qui est mise en valeur à travers les nouveaux saints inscrits au Synaxaire de 1951 : on l’a constaté en ce qui concerne les patriarches ; la présence de six néo-martyrs à leurs côtés confirme cette tendance. Les biographies de deux d’entre eux, Abû al-‘Alâ’ et Abû Najâ, sont situées sous le calife al-Hakim dont le règne fut marqué par une vague de persécutions sans précédent à l’encontre des chrétiens22 ; un troisième martyr, Bashnûna al-Maqqârî, fut brûlé sous le gouvernement du vizir Shawar, à la fin de la période fatimide, caractérisée par des luttes de factions pour le pouvoir dont chrétiens et juifs ont fait les frais à plusieurs reprises ; le martyre du quatrième personnage, Marie l’Arménienne, eut lieu vers 1260, au début de la période mamelouke, dans un climat de lutte contre les croisés néfaste aux chrétiens « de l’intérieur »23. Deux personnages ayant vécu au xixe siècle, le mu‘allim Malatî et Sîdhum Bishây, sont aussi élevés au rang de martyrs. Le premier, fonctionnaire au service des Français durant l’expédition d’Égypte, fut décapité au Caire par la populace quelque temps après le départ des occupants. Quant au second, accusé d’avoir insulté la religion musulmane, il fut lynché par la foule à Damiette en 1844, neuf ans avant l’émancipation des coptes par Sa‘îd Pasha. Par l’inscription au Synaxaire de 1951 de ces deux personnages, la hiérarchie copte des années 1950 souligne clairement la contemporanéité de la notion de martyre ; elle est revivifiée au sein de la recension par l’importance même du nombre des figures anciennes et médiévales qui sont ajoutées, au moment même où la communauté entame, dans un contexte menaçant, son repli sur elle-même. Par ailleurs, l’enrichissement du Synaxaire en figures des siècles sombres du christianisme égyptien, au cours desquels la communauté copte, réduite au rang de minorité, s’est affaiblie tant sur le plan religieux que culturel, témoigne de la croyance renouvelée que la communauté copte porte à l’efficience de ses saints. La mise en valeur d’une sainteté copte contemporaine dans l’édition de 1951 est de ce point de vue parlante : sept personnages des xixe et xxe siècles y sont inscrits. S’ajoutent aux trois patriarches et aux deux néo-martyrs cités plus haut deux saints hommes : Sarapamon, évêque de Minûfiyya († 1856), rendu célèbre par ses exorcismes et particulièrement celui de Zahra, fille de Méhémet Ali, et Abraham, évêque du Fayyoum († 1914), dont les charismes se manifestèrent de son vivant et après sa mort, comme nous le verrons plus loin24. Le délai prescrit n’est pas non plus respecté pour l’inscription au Synaxaire de ce dernier saint. Ces infractions successives infligées au droit canonique révèlent le besoin urgent des coptes de se donner, au seuil des années 1950, des repères identitaires forts et rapprochés dans le temps. L’accent est mis particulièrement sur les patriarches qui se trouvent, par leur mention dans le Synaxaire, élevés en masse au rang de saints. On ne peut ici que songer au cas de Cyrille VI qui incarne quelques années plus tard, de manière spectaculaire, cette sanctification de la fonction patriarcale et symbolise, de façon éclatante, la dimension contemporaine de la sainteté copte.

LE PANTHÉON COPTE DES ANNÉES 1960

9Au début des années 1960, les coptes disposent d’un Synaxaire riche de 716 commémorations dont l’écrasante majorité concerne des saints. Une trentaine d’inscriptions seulement se rapportent à des événements historiques, tels les grands conciles, ou à d’autres types d’événements, cataclysmes par exemple, interprétés comme des signes divins. On peut à juste titre penser que ce corpus a constitué une source importante de l’édition hagiographique durant la période. Des réserves doivent être portées à cette appréciation. Si l’écrasante majorité des 120 saints dont la Vie est traitée dans l’édition au cours des années 1960 dispose bien d’une notice dans le Synaxaire, 22 d’entre eux en revanche, martyrs comme Bujûl le Prêtre, saints hommes comme Bînûfiyûs ou docteurs de l’Église tel Grégoire de Nazianze, ne trouvent pas leur place dans ce dernier, ce qui représente un pourcentage non négligeable de près de 20 %. Une question se pose immédiatement quant aux 99 autres personnages : selon quels critères ont-ils été sélectionnés parmi les quelque 700 saints dont le Synaxaire copte rapporte alors les vies ?

Le rappel des grandes figures fondatrices

  • 25 Sur Marc, voir chapitre V ; sur la Vierge, voir chapitre VIII.

10La Vierge et saint Marc sont les deux personnages auxquels le plus grand nombre de Vies est consacré au cours des années 1960. Quatorze livrets hagiographiques au moins paraissent sur la Vierge au cours de la décennie, dont neuf sont édités à la suite des supposées apparitions de Zaytûn en 196825. Cette même année, quatre livrets paraissent sur Marc à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle cathédrale qui lui est dédiée, après que ses reliques ont été ramenées de Venise au Caire par le patriarche en personne. Trois autres livrets sont édités sur le saint au cours de la décennie.

  • 26 « Vie d’Isaac, patriarche d’Alexandrie de 886 à 889, écrite par Mina, évêque de Pchati », texte co (...)
  • 27 L. Leroy, « Histoire d’Abraham le Syrien, patriarche copte d’Alexandrie », ROC, 14, 1909, p. 380-4 (...)

11La position de ces deux figures sur le devant de la scène au cours des années 1960 n’est pas fortuite. Chacun d’eux tient en effet une place privilégiée dans le panthéon copte, Marc en tant que fondateur et premier patriarche de l’Église copte, la Vierge en tant que mère de Dieu (Théodokos) bien sûr, mais surtout en raison du séjour supposé de la Sainte Famille dans différents sites et églises égyptiens. Ils sont, historiquement, les deux intercesseurs les plus sollicités par les coptes en période de crise : Marc intervient en cas de danger au plus haut de la hiérarchie religieuse ; il se tient, en compagnie de Pierre, aux côtés du patriarche Isaac (686-689) lorsque ce dernier est menacé d’avoir la tête tranchée par l’émir ‘Abd al‘Azîz26. Il en va de même pour la Vierge, qui est la figure la plus fêtée dans le Synaxaire copte (32 commémorations). Son intercession est demandée pour les affaires les plus graves : c’est vers son icône que se tourne le patriarche Abraham (975-978) alors que le calife al-Mu‘izz lui demande de prouver la validité de la foi chrétienne en faisant s’ébranler la montagne du Muqattam27.

12Les saints fondateurs du monachisme égyptien tels Bishoy, Antoine, Chenouda, Macaire, Pacôme, Maxime et Damien ont aussi les faveurs de l’édition hagiographique des années 1960. De deux à cinq Vies sont consacrées à chacun d’eux au cours de la décennie. Ces livrets paraissent alors que la symbolique du retour au désert, vu comme l’écho contemporain de l’Église des origines et incarné par le renouveau monachique, constitue le centre de la politique communautaire de Cyrille VI. Ces figures, qu’il s’agisse des moines, de la Vierge ou de Marc, représentent des repères dans l’historiographie que les coptes se sont construite depuis le début du xxe siècle. Figures saintes certes, mais avant tout, pour les coptes, figures historiques dont les livres qui sont consacrés à l’histoire de la communauté retracent avec engouement les faits glorieux. Il retrouvent, avec le grand développement éditorial des années 1960, leur place au sein de l’hagiographie.

  • 28 G. Viaud, Les Pèlerinages coptes en Égypte d’après les notes du Qommos Jacob Muyser, Le Caire, 197 (...)
  • 29 J. M. Vansleb, Nouvelle Relation en forme de journal d’un voyage fait en Égypte en 1672 et 1673, P (...)
  • 30 Sur Georges, voir chapitre V.

13De nombreuses figures prennent place aux côtés des grands saints fondateurs de l’Église copte. On peut penser que leur popularité a été le principal critère conduisant à l’édition de leur Vie. De ce point de vue, les pèlerinages constituent une bonne indication28. Lorsque l’on considère la carte des mouleds égyptiens au cours des années 1960, il est frappant de constater que la grande majorité des saints qui font l’objet des publications hagiographiques ne donnent leur nom à aucun d’eux. À l’inverse, Damienne, martyre de la période de Dioclétien à laquelle est dédié à Bilqas dans le Delta l’un des pèlerinages les plus populaires et les plus anciens d’Égypte, déjà signalé par Vansleb en 176029, ne s’illustre pas dans le champ éditorial. Cette sainte, qui n’entre au Synaxaire qu’en 1936, ne donne son nom qu’à deux livrets hagiographiques jusqu’à la fin des années 1960. C’est que la sainteté ne constitue pas une catégorie homogène : les héros des mouleds ne se distinguent pas forcément dans l’hagiographie et inversement. Précisons sur ce point que s’agissant des coptes, comme nous le verrons plus loin, il n’est pas là question pour autant d’une fracture entre sainteté savante et sainteté populaire. La Vierge fait exception : elle compte non seulement le plus grand nombre de commémorations liturgiques et de livrets hagiographiques, mais aussi le plus grand nombre de pèlerinages ; quatorze lui sont consacrés dans les années 1960 ; elle se trouve sur ce point à égalité avec Georges qui, en revanche, à l’image de Damienne, se fait plus discret sur le plan éditorial ; il compte toutefois trois livrets hagiographiques au cours de la période et surtout de nombreux articles dans la presse30.

La mise en avant des saints locaux

14En réalité, l’édition hagiographique copte des années 1960 fait poindre sur le devant de la scène des héros jusqu’alors secondaires, qui apparaissaient, au mieux, dans le chapelet ininterrompu et pour ainsi dire indifférencié des commémorations liturgiques et dont la réputation s’était répandue principalement dans le cadre local. Ces saints sont les grands bénéficiaires du développement hagiographique de la période : ils viennent désormais prendre place au panthéon copte aux côtés des personnages fondateurs tels Antoine ou Pacôme, dont la réputation a de longue date largement dépassé les frontières de l’Égypte. À la volonté d’affirmer l’appartenance communautaire de ces grandes figures de la sainteté répond, à partir du début des années 1960, celle de donner un statut sinon de même dimension, du moins national, à des personnages demeurés jusqu’alors plus en retrait. C’est le cas notamment de nombreux saints du Delta et de Haute-Égypte, fief historique de la communauté copte, auxquels les éditions de Giza consacrent, comme nous l’avons vu, une collection entière.

  • 31 De Lacy O’leary, op. cit., p. 278.
  • 32 Voir la traduction de Maqrîzî par L. Leroy, « Les couvents des chrétiens », ROC, 13, 1908, p. 40.
  • 33 A. Papaconstantinou, Le Culte des saints en Égypte, des Byzantins aux Abbassides, Paris, CNRS, 200 (...)

15Certains d’entre eux, reconnus sur le plan liturgique et cultuel, ont une réputation déjà bien établie au sein des communautés locales et parfois même au-delà, ainsi Buqtur Shû, soldat de la région d’Assiout martyrisé sous Dioclétien31 ; un pèlerinage annuel se tient sur le site de l’ancien monastère qui lui a été consacré au nord d’Abnûb dès l’époque chrétienne. Au xve siècle, l’historien Maqrîzî note la permanence du pèlerinage en dépit de l’abandon du monastère par les moines32. Inscrit dans les anciennes recensions du Synaxaire, le saint disparaît de la collection pour réapparaître dans l’édition de 1936. Un autre saint, du Delta cette fois, se trouve dans un cas comparable : Abâ Nûb al-Nahîsî, saint enfant martyr de Dioclétien, présent dans toutes les recensions connues du Synaxaire, dont le pèlerinage à son église de Samannûd attire, dans les années 1960, de nombreux pèlerins. Il est difficile de se prononcer sur l’ancienneté du culte rendu à Abâ Nûb : G. Viaud n’évoque aucun pèlerinage ancien le concernant et A. Papaconstantinou ne note que deux mentions anciennes concernant ce nom, qui peut recouvrir deux saints différents33. Maqrîzî mentionne pour sa part que son monastère se trouve en ruine. Le culte aurait-il disparu au cours du Moyen Âge, entraînant un effacement provisoire de la réputation du saint ? Le fait que Maqrîzî situe le martyre d’Abâ Nûb sous la domination arabe semble plaider dans ce sens.

  • 34 N. Salîm, Mâr Yûhannâ al-Hiraqlî (Jean de Héraclie), Giza, 1966, p. 29-30.
  • 35 N. Salîm, Al-qiddîsân Abâ Qustûr wa Abâ Kulûj (Les deux saints Qustûr et Kulûj), Giza, 1966, p. 11
  • 36 N. Salîm, Abâ Bujûl al-jundî… (Bujûl le soldat…), Giza, 1966, p. 1.

16D’autres saints, moins bien dotés du point de vue hagiographique et cultuel, se trouvent d’autant plus mis en lumière par l’édition de leur Vie. Ainsi, Yûhannâ al-Hiraqlî, général chrétien martyrisé : présent dans une seule des recensions manuscrites du Synaxaire datée de 1825, il est inscrit en revanche dans les éditions de 1912 et de 1936. Une église porte son nom dans le village de Umm al-Qusûr34 ; aucun pèlerinage ne lui est consacré mais l’auteur de sa Vie indique qu’il est tout de même fêté chaque année dans son église le jour anniversaire de sa mort, le 4 Ba’ûna. L’existence d’une église portant le nom du saint est parfois la seule trace tangible de sa présence : ainsi de Qustûr, prêtre martyrisé sous Dioclétien, qui n’apparaît dans aucune des recensions du Synaxaire et auquel aucun pèlerinage n’est dédié ; seule, la petite église de Bardanuha dans le district de Beni Mazar témoigne de l’ancrage du saint dans la région35. Enfin, il arrive qu’une simple icône perpétue la mémoire d’un saint, comme dans le cas de Bujûl al-Jundî, autre martyr des persécutions de Dioclétien, absent du Synaxaire. Il ne donne son nom à aucune église, à aucun monastère et à aucun pèlerinage, mais son icône, placée dans une petite église du village de Talâ près de Minyâ, indique que le saint bénéficie d’une réputation dans la province36. La découverte, dans l’église, d’un hymne ancien rédigé à la gloire du saint témoigne du culte que les coptes locaux lui attribuent.

  • 37 N. Salîm, Abtâl majhûlûn (Héros inconnus), Giza, 1970, p. 38.

17Pour d’autres saints, l’édition de la Vie constitue une promotion plus spectaculaire encore puisqu’il s’agit en effet pour eux d’une nouvelle naissance. Ainsi du moine Hirmînâ, évêque de Qaou et contemporain d’Athanase, présent dans les anciennes recensions du Synaxaire, « illustre chez les chrétiens » du Moyen Âge qui lui consacrent un monastère, mais inconnu dans l’hagiographie du xxe siècle et dépourvu de tout culte local. Un prêtre martyrisé sous Dioclétien se trouve dans le même cas, Maksî al-Qass, inconnu du Synaxaire, dont il ne reste plus trace de la petite église qui lui avait été dédiée dans la région de Bahnasa37. Parfois, seul le nom du saint a subsisté, accolé à celui d’une localité, tel celui d’un évêque de l’époque chrétienne, Fîs, formant le nom de la ville de Minyâ al-Fîs, l’actuelle Minyâ, dans la région d’Assiout. La publication de la Vie accentue le rayonnement ou revivifie le souvenir de toutes ces figures. Bien qu’un seul livret hagiographique soit en général consacré à chacun d’entre eux, ils prennent place, dès le début des années 1960, sur les rayons des bibliothèques aux côtés des plus grands.

Lumière sur les saints médiévaux

  • 38 Târîkh hayât al-qiddîs al-‘azîm Anbâ Barsûm al-‘Aryân (Histoire de la vie du grand saint Barsûm le (...)
  • 39 Al-qiddîs Farîj al-shahîr bi-l-Anbâ Ruways (Le saint Farîj dit Anbâ Ruways), Le Caire, 1963, 1969.
  • 40 N. Nasir Razq, Al- Anbâ Murqus al-Antûnî (Marc al-Antûnî), Le Caire, 1970.

18Les saints de l’époque médiévale ne sont pas nombreux mais les hagiographes des années 1960 ne leur confèrent pas moins le grade de grands intercesseurs de la communauté copte au même titre que leurs illustres ancêtres de la période chrétienne. Barsûm le Nu († 1317) est le plus important d’ente eux. L’ancienneté du culte qui lui est rendu à son monastère de Ma‘sara dans la banlieue du Caire, attesté dès le xve siècle par Maqrîzî, ainsi que sa présence dans toutes les recensions du Synaxaire, témoignent de la popularité du saint au sein de la communauté. Barsûm le Nu bénéficie de quatre éditions de sa Vie par Mahabba entre 1962 et 197138, ce qui le place parmi les saints les mieux pourvus du point de vue hagiographique. Les raisons de ce succès sont-elles à chercher du côté d’une identification forte des coptes des années 1960 avec leurs ancêtres des années sombres de la période mamelouke ? L’apparition sur la scène hagiographique de deux autres saints de la même période semble plaider en ce sens. Anbâ Ruways († 1404), qui ne fait son entrée au Synaxaire qu’en 1912, mais à qui un pèlerinage annuel est consacré dans son église du Caire, compte deux éditions de sa Vie au cours de la décennie39. Un troisième saint, Murqus al-Antûnî, donné pour avoir vécu sous le patriarcat de Mathieu Ier (1378-1408), fait son entrée. Un seul livret lui est consacré40, certes, mais le fait est à remarquer quand on sait que le saint est inconnu au Synaxaire, qu’il n’a jamais été représenté et qu’il n’a laissé son nom à aucun édifice, à aucun site ni à aucun hymne.

L’exaltation des saintes femmes et des martyres

  • 41 A. W. Walîm Razq, Shahîdât al-masîhiyya (Martyres du christianisme), Assiout, 1965 ; Y. Habîb, Sha (...)

19Les figures féminines, qui représentent 15 % environ des commémorations du Synaxaire, profitent elles aussi de la poussée hagiographique des années 1960 pour se hisser, dans le palmarès de la sainteté, au même rang que leurs homologues du sexe masculin. Quatorze saintes bénéficient d’une Vie en propre et de nombreuses figures sont évoquées au sein de trois recueils de Vies de saintes femmes et de martyres publiés au cours de la décennie41. La présence des femmes évolue au sein de l’hagiographie copte non pas tant en termes quantitatifs qu’en termes qualitatifs, par la longueur des textes qui relatent leurs Vies et par la teneur des commentaires qui les accompagnent, mettant en avant leur héroïsme et leurs charismes.

  • 42 R. Basset, « Le Synaxaire arabe jacobite », PO, 1, p. 258.
  • 43 Y. Habîb, Al-shahîdân Abâdîr wa ukhtuhu Îrâ’î (Les deux martyrs Apater et sa sœur Irène), Alexandr (...)
  • 44 N. Salîm, Al-Anbâ Bâkhûm wa ukhtuhu Dâlûshâm (Pacôme et sa sœur Dâlûshâm), Giza, 1967.

20Là encore, l’édition dessine son propre paysage : si les saintes de l’époque chrétienne les plus commémorées au Synaxaire, présentes dans toutes les recensions, telles Barbara et Julienne, fêtées chaque année à leur église du Vieux-Caire, Anastasie, Marie l’Égyptienne, Marina la moniale, Takla et Pélagie, bénéficient chacune d’une Vie, des figures plus effacées sur le plan liturgique viennent prendre place à leurs côtés, telle Théodora, inscrite dans une seule recension du Synaxaire42, ou Damienne qui, comme nous l’avons vu, n’entre dans ce dernier qu’en 1936 malgré le culte qui lui est rendu chaque année à son monastère de Bilqas dans le Delta. D’autres saintes, jusqu’alors relatives à des personnages masculins, notamment en tant que sœurs, acquièrent subitement une existence autonome. C’est Irène, sœur d’Apater, Sarah, sœur de Bahnâm, Dâlûshâm, sœur de Pacôme. Si les deux premières, martyres de l’époque chrétienne, sont mentionnées au Synaxaire au côté de leurs frères avec lesquels elles subissent le maryre43, tel n’est pas le cas de Dâlûshâm qui n’apparaît pas dans la notice consacrée à Pacôme. L’édition de la Vie de cette dernière, associée à celle de son frère, la fait surgir au grand jour en tant que fondatrice du monachisme féminin44. Quant aux deux premières dont la Vie est associée à celle de leur frère au sein des livrets comme dans les notices du Synaxaire, on leur consacre des paragraphes ou des chapitres entiers, qui exaltent leur vertus.

21La reconnaissance de la sainteté féminine au sein de la communauté copte des années 1960 se révèle de façon explicite à travers l’édition des trois recueils qui lui sont consacrés ; l’un d’eux, Shahîdât al-masîhiyya (Martyres du christianisme), rassemble cinquante-huit figures de martyres et de néo-martyres dont les Vies s’échelonnent des premiers siècles chrétiens jusqu’au viiie siècle, donnant à toutes ces héroïnes le statut de phares et de gardiennes de la foi copte, au même titre que les hommes. La convocation des femmes, à partir du début des années 1960, à la mise en valeur de la sainteté copte, participe du mouvement qui vise à faire de tous les membres de la communauté des acteurs à part entière de la vitalité de l’Église des origines. Les Vies de saintes et les collections de figures féminines présentent aux jeunes filles coptes, devenues lectrices et membres à part entière des réseaux culturels et caritatifs, des figures exemplaires auxquelles s’identifier, et autant de modèles glorieux à imiter.

Le triomphe des martyrs

  • 45 I. Sabrî Ma‘ûd, Majmû‘at al-qisas al-masîhiyya (Collection de contes chrétiens), s.d. ; A. Hanâ Bu (...)
  • 46 Y. Habîb, Al-qiddîs al-shahîd Barlâhâ (Le saint martyr Barlâhâ), Alexandrie, 1969, et Al-shahîdân (...)
  • 47 Voir les Vies qui leur sont consacrées en bibliographie.

22La mise en avant des figures de martyrs, loin de se cantonner au seul champ de la sainteté féminine, constitue la principale caractéristique du paysage hagiographique des années 1960 : ces dernières consolident non seulement leur position dans la liturgie mais encore font une percée remarquable dans l’édition. Plusieurs collections de Vies de martyrs paraissent dès le début des années 196045 et de nombreuses Vies se consacrent à mettre en valeur l’existence et surtout la mort exemplaires de ces héros. Ainsi, le martyrologe copte prend dans l’édition une ampleur particulière : les martyrs, qui ne regroupent que 30 % des commémorations du Synaxaire, représentent dans l’édition quasiment 50 % des saints traités, si l’on compte les figures présentées dans les collections. On a vu que nombre d’entre eux se recrutaient parmi les saints locaux et les saintes femmes. En réalité on a affaire, là encore, à une mosaïque de figures. Les grands saints militaires tels Georges, Mercure ou Ménas, inscrits dans toutes les recensions du Synaxaire et auxquels des pèlerinages, parfois anciens, sont consacrés, côtoient des figures inconnues des commémorations liturgiques comme Barlâhâ ou Dîdîmûs46. De nombreux saints qui sont présents au Synaxaire comme Bahnâm, Ya‘qûb al-muqatta‘ ou Iklîmandûs47, mais qui n’ont donné leur nom à aucun pèlerinage ni à aucun site, font leur apparition sur le devant de la scène. Là encore, comme dans le cas des saints locaux, beaucoup de ces saints ne bénéficient que d’un seul livret au cours de la décennie, mais si l’on considère la valeur ajoutée à la réputation d’un saint que représente l’édition de sa Vie, on mesure la promotion dont bénéficient toutes ces figures de martyrs. Les auteurs des livrets ne se contentent pas de narrer la vie de leurs héros : il consacrent aussi de longs passages à expliciter le sens du martyre, à en justifier la validité au sein de la communauté copte contemporaine et du christianisme en général, à exhorter les lecteurs à en imiter les modèles. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point.

Les différentes facettes du paysage hagiographique copte

23Étant donné le tableau formé par l’édition hagiographique copte, entièrement tourné vers une sainteté resituée dans un cadre exclusivement communautaire, mettant en avant des personnages secondaires et parfois atypiques, mais dont les charismes brillent, sous la plume des auteurs, des feux les plus brillants de la sainteté, on ne s’étonnera pas que certains saints, très présents dans la liturgie, se trouvent sous-représentés dans l’édition hagiographique des années 1960. Ainsi des docteurs de l’Église, des patriarches et des évêques, qui représentent 22 % des figures du Synaxaire : ils n’en représentent que 12 % dans l’édition, avec 11 livrets publiés. Les personnages étrangers à la communauté, c’est-à-dire les saints hommes dont aucun épisode de la vie ne s’est déroulé en Égypte, sont eux aussi quasiment absents, alors même que leur présence au Synaxaire est relativement bien fournie. Les quelques cas relevés concernent des docteurs de l’Église : Cyrille de Jérusalem, Grégoire de Nazianze, Basile de Césarée, célébrés avant tout pour leurs apports théologiques et dogmatiques. On se trouve ici à l’extrême limite du genre hagiographique.

  • 48 Hayât al-matûb al-zakî Anbâ Abrâm usquf al-Fayyûm (Vie du pur Abraham, évêque du Fayyoum), Le Cair (...)

24Il faut aussi souligner la sous-représentation des saints contemporains dans l’édition par rapport à la présence massive de ces derniers dans les entrants du Synaxaire de 1951. Des nombreuses figures de saints qui émergent chez les coptes à partir de la seconde moitié du xixe siècle et que nous évoquerons plus loin, peu franchissent le cap de l’édition hagiographique au cours des années 1960. Il faudra attendre la décennie suivante pour voir se multiplier les Vies de saints contemporains. On constate là un mouvement inverse de celui noté dans l’hagiographie à usage liturgique qui, comme nous l’avons vu, devance l’appel en ce qui concerne l’inscription au Synaxaire des nouveaux saints. Les figures contemporaines ne sont toutefois pas totalement absentes du champ éditorial des années 1960 : deux Vies du patriarche Cyrille IV, entré au Synaxaire de 1936, et une Vie de l’évêque Sarapamon, entré dans la recension de 1951, paraissent au cours de la décennie. Cyrille VI, quant à lui, bénéficie de deux livrets hagiographiques, qui sont publiés immédiatement après sa mort et qui, à ce titre, peuvent être classés parmi la production hagiographique de la période. Surtout, Abraham du Fayyoum († 1914), avec quatre Vies publiées au cours de la décennie vient se placer en haut du tableau hagiographique48. Inscrit dès 1951 au Synaxaire et bénéficiant d’un pèlerinage au monastère al-‘Azab où se trouve son tombeau, dans l’oasis du Fayyoum, Abraham connaît une flambée de popularité au cours des années 1960 en raison du cinquantenaire de sa mort en 1964. On constate toutefois des points communs entre le choix des saints entrant dans la recension du Synaxaire de 1951 et les figures dominantes du paysage éditorial : des catégories de saints se trouvent mises en valeur dans les deux registres, martyrs, saints médiévaux, même si l’entrée d’un nouveau venu au Synaxaire ne se traduit pas forcément par l’édition d’une Vie.

25Des différences entre le tableau de la sainteté dessiné par l’édition et celui esquissé dans la presse sont aussi à noter. Cette dernière partage avec l’édition l’exaltation de la Vierge et de Marc, la mise en avant des saints fondateurs du monachisme ; elle se rapproche en revanche, par sa glorification des patriarches, des tendances exprimées dans l’hagiographie à usage liturgique, qui traduisent évidemment les choix de la hiérarchie cléricale. La presse fait fonction à ce titre de chambre d’écho de l’institution religieuse du fait des liens, organiques parfois, qui l’unissent à elle, comme dans le cas du magazine des Écoles du dimanche. Le paysage hagiographique composé par l’édition semble finalement traduire le mieux, du fait même de sa dispersion, de la diversité de ses sources et de ses auteurs, le panthéon qui domine de manière informelle au sein même de la communauté. Les rééditions des Vies de Barsûm le Nu et d’Abraham du Fayyoum auxquelles procède l’éditeur privé Mahabba au cours de la décennie donnent un bon exemple du goût des fidèles. Mais ce dernier n’est pas le seul critère qui préside aux choix des éditeurs. Faire découvrir de nouveaux saints aux membres de la communauté et approfondir leur connaissance des saints les plus connus constitue un second critère, pédagogique cette fois.

LA DIFFICILE CONCILIATION DE L’ENCYCLOPÉDISME ET DE LA VULGARISATION

  • 49 K. Sâlih Nakhla, Târîkh al-qiddîs Mâr Murqus al-bashîr kârûz al -diyâr almisriyya (Histoire de sai (...)

26Un grand nombre des Vies publiées à partir des années 1960 se présente en réalité comme un montage d’extraits de documents originaux et de travaux de coptisants, de recopiages de textes anciens publiés dans les collections européennes, de traduction en arabe de documents en langues européennes, eux-mêmes traduits du copte, du grec et, parfois, du syriaque et de l’éthiopien. K. Sâlih Nakhla assure s’inspirer de 20 ouvrages en langues européennes et de 28 en langue arabe pour écrire sa version de la Vie de Marc49. Comme lui, plusieurs auteurs lisent le français, l’anglais et le latin et accèdent ainsi aux éditions européennes. Il est rare qu’un ouvrage soit composé à partir d’une seule source, comme c’est le cas de la Vie de Paul, simple traduction en arabe d’un manuscrit copte.

27L’abondance de la documentation utilisée est en effet aux yeux des hagiographes la meilleure preuve de la volonté encyclopédique qui les anime. Cette dernière vient renforcer l’effort de mise en valeur de certaines catégories de saints. C’est à cette lumière qu’il faut comprendre l’apparition des 22 saints coptes inconnus aux commémorations du Synaxaire copte. On a vu que certains d’entre eux étaient des héros locaux qui accédaient, via l’édition de leur Vie, à une notoriété plus grande. D’autres sont plus étrangers à la communauté. La boulimie encyclopédique fait en effet, à l’aube des années 1960, feu de tout bois : la base documentaire peut devenir en elle-même une motivation suffisante pour faire connaître un nouveau saint, même si ce dernier n’appartient pas au répertoire copte ancien et qu’il n’a laissé la trace d’aucun culte, autrement dit même s’il est inconnu des coptes. À ce titre, le mouvement éditorial fait fonction d’intégrateur dans le panthéon copte de saints à la carrière hagiographique jusqu’alors exogène. Ainsi, les auteurs des années 1960 font surgir de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, du Livre du paradis de Pallade ou des lettres de Cassien de nouvelles figures comme Bînûfiyûs, Butamina ou Apollonia, connues jusqu’alors des seuls familiers de la culture savante, pour les mettre à la portée du grand public.

L’utilisation des manuscrits : traductions et originaux

  • 50 Y. Habîb, Al-qiddîs al-shahîd Barlâhâ (Le saint martyr Barlâhâ), Alexandrie, 1969.

28Les éditions françaises ou anglaises des Vies de saints coptes contenues dans les fonds de manuscrits orientaux des grandes bibliothèques européennes constituent d’autres sources de l’hagiographie copte des années 1960. Il va sans dire que les auteurs n’ont pas franchi les rives de la Méditerranée pour partir à la rencontre des textes. C’est à leur version publiée dans les grandes collections disponibles sur le territoire égyptien, telles la Patrologia Orientalis, la Patrologia Greca, ou bien dans les publications de sociétés savantes ou d’instituts imprimées en Égypte, telles celles de la Société d’archéologie copte ou de l’Institut français d’archéologie orientale, que les hagiographes se reportent en grande partie. Les auteurs ont ainsi beaucoup recours à R. Basset, qui publie entre 1903 et 1929 dans la Patrologia Orientalis une recension du Synaxaire copte à partir de manuscrits arabes datant pour certains du xive siècle. Sont aussi abondamment exploitées les collections de Vies de martyrs ou de saints coptes établies par É. Amélineau, H. Hyvernat, H. Delehaye, De Lacy O’Leary, qui utilisent comme sources de leurs travaux des manuscrits grecs, coptes, syriaques ou arabes. En ce qui concerne les manuscrits orientaux, le détour par les auteurs européens est nécessaire dans certains cas, les hagiographes ne connaissant pas ces langues. Y. Habîb compose par exemple sa Vie du martyr Barlâhâ à partir de la traduction française d’une homélie de Sévère d’Antioche publiée, en version bilingue syriaque-français, par M. Brière dans la Patrologia Orientalis en 191650. De l’utilisation de toutes ces sources surgissent non seulement des Vies originales, mais aussi de nouvelles figures, tels Dîdîmûs, Amûn ou Bamwâ, autant de saints égyptiens dont les fidèles des années 1960 découvrent l’existence et le parcours d’ascète ou de martyr.

  • 51 P. Chéneau, Les Saints d’Égypte, 2 vol., Jérusalem, 1923, Voir le détail des sources utilisées par (...)
  • 52 Les ouvrages et articles de ces auteurs sont cités en bibliogaphie.

29Parfois, des sources très secondaires sont mises à contribution par les hagiographes comme l’ouvrage sur les saints d’Égypte composé en 1923 par P. Chéneau à partir de sources telles que le martyrologe écrit au viiie siècle par l’érudit anglo-saxon Bède le Vénérable, ou ceux écrits, au ixe siècle, par l’archevêque de Vienne Adon, d’une part, et par le moine bénédictin Usuard, d’autre part51. On mesure ici l’éloignement par rapport aux textes sources que représente cette documentation, utilisée dans de nombreux ouvrages au moment même où l’objectif avancé par les hagiographes est celui de la réappropriation du patrimoine textuel des coptes. Les hagiographes exploitent aussi abondamment les travaux des auteurs ayant consacré un ou plusieurs livres à l’histoire de la communauté et de l’Église copte, de ses bâtiments et de ses sites : E. White, B. Evetts, A. J. Butler, O. Meinardus52 et bien sûr É. Amélineau, également traducteur et éditeur d’hagiographie.

  • 53 M. H. Tâdrus, « Al-mu’arrikh al-kanîsî al-râhil al-shammâs Yûsuf Habîb Yûsuf, 1909-1981 » (« L’his (...)
  • 54 D. ‘Azîz, Abâ Nûb al-nahîsî (Abâ Nûb de Nahîs), Giza, 1962.

30Les manuscrits inédits constituent une troisième source des livrets hagiographiques de la période. Ils proviennent pour une partie des bibliothèques des monastères réformés du Wadi Natroun, notamment le monastère des Syriens et Saint-Macaire, qui ouvrent leurs portes aux auteurs coptes. Le fonds de manuscrits conservé au Musée copte est lui aussi abondamment exploité : un ami de Y. Habîb, retraçant dans la presse sa biographie, s’attarde longuement sur ses allers-retours au Caire afin de recopier des extraits de Vies de saints servant à la fabrication de ses livrets hagiographiques53. Enfin, certains manuscrits proviennent des églises locales dans lesquelles sont découverts, de manière parfois fortuite, des documents oubliés. D.‘Azîz, prêtre à l’église de la Vierge à Samannûd dans laquelle se trouvent les reliques du martyr Abâ Nûb, y trouve par exemple un manuscrit relatant la vie du martyr, remontant, selon lui, au xvie siècle ; il lui sert de base pour l’écriture d’un livret hagiographique consacré au martyr54. La mise au jour de ces textes est une conséquence de l’intérêt porté aux églises qui, autrefois délaissées ou bien fréquentées à l’occasion des cérémonies religieuses et des mouleds, sont désormais considérées comme détentrices d’un patrimoine culturel, non seulement architectural et pictural, mais aussi textuel.

La simplification et l’adaptation des documents anciens

  • 55 Voir I. Sabrî Ma‘ûd, Majmû‘at al-qisas al-masîhiyya… (Collection d’histoires chrétiennes), Le Cair (...)

31La conjugaison des deux impératifs de l’érudition et de la vulgarisation constitue la spécificité de la production hagiographique copte des années 1960. Dans son introduction à une anthologie de Vies de saints et de martyrs de la région d’Akhmîm publiée au cours de la décennie dans la collection « Cercle du savoir copte orthodoxe », Z. Riyâd, historiographe de la communauté, auteur d’une histoire des coptes à l’époque contemporaine, expose cette double nécessité de répandre chez les lecteurs les textes originels (al-nusûs al-asliyya) des Vies de saints tout en les mettant à la portée du plus grand nombre par le recours à un style facile55.Les auteurs dénoncent à bas mots le pillage de cet héritage par les Européens et, se réappropriant les textes, ils n’hésitent pas à les retoucher et à les remanier pour les mettre à la portée du plus grand nombre.

  • 56 D. ‘Azîz, op. cit., p. 1.
  • 57 Y. Habîb, Al-qiddîs al-Anbâ Yû’annis, (Saint Jean), Alexandrie, 1968.

32On peut, de manière schématique, répartir les interventions des hagiographes sur les sources qu’ils utilisent en deux catégories : la simplification des textes et l’aménagement stylistique. L’organisation du texte en paragraphes et en chapitres ordonnés intervient tout d’abord pour donner un rythme au récit et guider le fidèle dans sa lecture. Les Vies des saints hommes sont en général composées selon une répartition en cinq chapitres : la naissance et l’éducation du saint ; son retrait du monde et son ascèse ; sa vie de moine ; ses miracles ; l’histoire de ses reliques et des sites qui lui sont consacrés. Au cours de la réorganisation du texte, des passages susceptibles de décourager le lecteur peuvent être raccourcis ou supprimés : « Dieu nous est venu en aide pour le remanier [tanqîh] et pour l’organiser [tartîb] de manière à faciliter au lecteur sa compréhension et sa lecture », explique D.‘Azîz56. À l’inverse, si la documentation manque sur telle ou telle période de la vie du saint, l’auteur peut pallier la lacune en donnant lui-même une idée de la partie manquante, l’essentiel étant que le lecteur ait affaire à une histoire homogène, retraçant toute la vie du saint, de sa naissance à sa mort. Ainsi, dans la Vie de Jean, prêtre de Scété du viie siècle écrite en 1968 par Y. Habîb57, l’auteur explique : « Bien que l’histoire ne rapporte rien sur la période de sa jeunesse et sur sa première vie, il est évident qu’il vivait une vie pure, consacrée au jeûne, à la prière, à la confession, à l’étude des livres saints, au point qu’il désirât très tôt la vie de moine. »

  • 58 Sur ce thème, voir aussi B. Voile, « Hagiographie et communauté copte au xxe siècle : naissance d’ (...)

33Pour rendre les épisodes de la Vie du saint plus vivants aux yeux du lecteur, les auteurs peuvent être amenés à ajouter des dialogues ou à allonger ceux qui existent dans les sources58. Le style romanesque est aussi de rigueur pour camper l’ambiance au début d’un chapitre. Ainsi, dans une Vie de Daniel de Scété, alors que ce dernier se trouve aux abords d’un couvent :

Tandis que l’ombre de la nuit rampait sur le village, un groupe d’hommes se dirigeait vers le monastère de la Vierge. De taille élevée, vêtu des habits du moine, tenant dans sa main un grand bâton en palmier et s’appuyant dessus, il [Daniel] marchait avec prestance et calme. Il ne fallut qu’un instant avant qu’il ne frappât de son bâton à la porte du monastère.
Une voix étouffée monta de l’intérieur :
« Qui es-tu ? »
L’homme répondit d’une voix calme :
« Dis à la supérieure du couvent que le pauvre Daniel, prêtre de Scété, se trouve à la porte. »
La sœur répondit de l’intérieur :
« Un instant, mon père, que j’informe la mère. »
Il lui dit alors : « Dis-lui de me recevoir chez vous pour que je me repose. »

Un paysage et une mise en représentation de la sainteté spécifiques

34Le paysage hagiographique copte des années 1960 constitue une création, en mettant tout d’abord en scène un panthéon inédit, dans lequel apparaissent des saints nouveaux et au sein duquel les saints locaux, les figures des siècles sombres et les femmes tiennent une part aussi importante que les grands saints du répertoire liturgique. La composition des Vies est elle aussi une création : construites à partir de sources parfois très éloignées et très différentes les unes des autres, elles présentent une vision de la sainteté et, à travers elle, de la communauté tout entière, qu’il s’agit maintenant d’examiner.

Liste des saints entrés au Synaxaire de 1951

Mois de barmahât

Nouvelles commémorations

Nouvelles commémorations

Commémorations reprises d’anciennes recensions

Commémorations reprises d’anciennes recensions

Mois de barmûda

Nouvelles commémorations

Nouvelles commémorations

Saints repris d’anciennes recensions

Saints repris d’anciennes recensions

Mois de bashons

Nouvelles commémorations

Nouvelles commémorations

Saints repris d’anciennes recensions

Saints repris d’anciennes recensions

Mois de ba’ûna

Nouvelles commémorations

Nouvelles commémorations

Saints repris d’anciennes recensions

Saints repris d’anciennes recensions

Mois de mesore

Nouveaux saints commémorés

Nouveaux saints commémorés

Saints repris d’anciennes recensions

Saints repris d’anciennes recensions

Mois de nasî

Nouvelles commémorations

Nouvelles commémorations

Mois de abîb

Nouveaux saints commémorés

Nouveaux saints commémorés

Saints repris d’anciennes recensions

Saints repris d’anciennes recensions

Notas

1 Sur ce thème, T. Baumeister, Martyr invictus, Münster, 1972.

2 Selon l’expression de S. Binon, Essai sur le cycle de saint Mercure, martyr de Dèce et meurtrier de l’empereur Julien, Paris, 1937, p. 59. Voir aussi P. Peeters, « Traductions et traducteurs dans l’hagiographie orientale à l’époque byzantine », AB, 40, 1922.

3 De Lacy O’ Leary, The Saints of Egypt, Amsterdam, 1974 (2e éd.), p. 101.

4 J. Schwartz, « Dioclétien dans la littérature copte », BSAC, 15, 1958-1960, p. 151-166.

5 G. Van den Berg-Onstwedder, « Diocletian in the Coptic Tradition », BSAC, 29, 1990, p. 87-122. Voir aussi Y. Nessim Youssef, « La genèse d’une légende copte sur l’enfance du roi Dioclétien », BSAC, 28, 1986-1989, p. 107-109.

6 É. Amélineau, Les Actes des martyrs de l’Église copte, Paris, 1890, p. 63.

7 É. Amélineau, « Le christianisme chez les anciens coptes », Revue des religions, 14, 1887, p. 308-345.

8 G. Reeg, Die Geschichte von den Ten Märtyren, Tübingen, 1985.

9 G. Graf, Geschichte der christlichen-arabischen Literatur, Cité du Vatican, 2 vol. 1944-1953.

10 É. Amélineau, « Un document copte du xiiie siècle. Le martyre de Jean de Phanidjôit », Journal asiatique, février-mars 1887, p. 113-189.

11 S. A. Naguib, « Martyr and Apostate : Victor, son of Romanos and Diocletian. A Case of Intertextuality in Coptic Religious Memory », Temenos, 29, 1994, Londres, p. 101-113, et, du même auteur, « The Martyr as Witness, Coptic and Copto-arabic Hagiographies as Mediators of Religious Memory », Numen, 41, 1994, Leyde, p. 223-254.

12 R. G. Coquin, « Le Synaxaire des coptes », AB, 96, 1978, p. 351-365, et « Synaxarion, copto-arabic », CE, 7, 1990, p. 2172.

13 C’est notamment le cas de la recension établie par R. Basset. Cf. R. Basset, « Le Synaxaire arabe jacobite », PO, volumes cités, 1904-1929.

14 E. Maher Ishaq, « Difnar », CE, 3, 1990, p. 900-901.

15 B. Evetts, « History of the Patriarchs of the Coptic Church of Alexandria », PO, 10, p. 531.

16 G. Graf, Geschichte der christlichen arabischen Litératur…, p. 541.

17 T. Orlandi, « Hagiography, coptic », CE, 4, 1990, p. 1191-1197.

18 O. Meinardus, « A comparative study on the sources of the Synaxarium », BSAC, 17, 1963-1964, p. 111-156.

19 Les deux autres patriarches sont Mathieu III (1631-1646) et Cyrille III (1235-1243).

20 K. Sâlih Nakhla, Kitâb al-Sinaksâr, Le Caire, 1951.

21 Voir le tableau des nouveaux saints inscrits au Synaxaire de 1951 à la fin de ce chapitre.

22 Sur le sort des coptes sous la domination musulmane, G. Wiet, « Kibt », EI 1 , II, p. 1048-1061. Voir aussi, du même auteur, « L’Égypte arabe, de la conquête arabe à la conquête ottomane, 642-1517 » dans G. Hanotaux, Histoire de la nation égytienne, vol. 4, Paris, 1937.

23 E. Sivan, L’islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux croisades, Paris, 1968, et R. W. Bulliet, Conversion to Islam in the Medieval Period, Harvard, 1979.

24 R. Suryâl, Al-mujtama‘ al-qibtî fî Misr fî al-qarn 19 (La communauté copteen Égypte au xixe siècle), Le Caire, s.d., p. 29-31.

25 Sur Marc, voir chapitre V ; sur la Vierge, voir chapitre VIII.

26 « Vie d’Isaac, patriarche d’Alexandrie de 886 à 889, écrite par Mina, évêque de Pchati », texte copte édité et traduit en français par É. Porcher, PO, 11, 1915, p. 300-380.

27 L. Leroy, « Histoire d’Abraham le Syrien, patriarche copte d’Alexandrie », ROC, 14, 1909, p. 380-400.

28 G. Viaud, Les Pèlerinages coptes en Égypte d’après les notes du Qommos Jacob Muyser, Le Caire, 1979.

29 J. M. Vansleb, Nouvelle Relation en forme de journal d’un voyage fait en Égypte en 1672 et 1673, Paris, 1677, p. 156-170.

30 Sur Georges, voir chapitre V.

31 De Lacy O’leary, op. cit., p. 278.

32 Voir la traduction de Maqrîzî par L. Leroy, « Les couvents des chrétiens », ROC, 13, 1908, p. 40.

33 A. Papaconstantinou, Le Culte des saints en Égypte, des Byzantins aux Abbassides, Paris, CNRS, 2001.

34 N. Salîm, Mâr Yûhannâ al-Hiraqlî (Jean de Héraclie), Giza, 1966, p. 29-30.

35 N. Salîm, Al-qiddîsân Abâ Qustûr wa Abâ Kulûj (Les deux saints Qustûr et Kulûj), Giza, 1966, p. 11.

36 N. Salîm, Abâ Bujûl al-jundî… (Bujûl le soldat…), Giza, 1966, p. 1.

37 N. Salîm, Abtâl majhûlûn (Héros inconnus), Giza, 1970, p. 38.

38 Târîkh hayât al-qiddîs al-‘azîm Anbâ Barsûm al-‘Aryân (Histoire de la vie du grand saint Barsûm le Nu), Le caire, 1962, 1967, 1968, 1971. Bien qu’il s’agisse de rééditions, il existe toutefois des variantes entre chacune d’elles.

39 Al-qiddîs Farîj al-shahîr bi-l-Anbâ Ruways (Le saint Farîj dit Anbâ Ruways), Le Caire, 1963, 1969.

40 N. Nasir Razq, Al- Anbâ Murqus al-Antûnî (Marc al-Antûnî), Le Caire, 1970.

41 A. W. Walîm Razq, Shahîdât al-masîhiyya (Martyres du christianisme), Assiout, 1965 ; Y. Habîb, Shahîdât ‘afîfât (Pures martyres), Alexandrie, 1967, et Qiddîsât tâ’ibât (Pures saintes), Alexandrie, 1968.

42 R. Basset, « Le Synaxaire arabe jacobite », PO, 1, p. 258.

43 Y. Habîb, Al-shahîdân Abâdîr wa ukhtuhu Îrâ’î (Les deux martyrs Apater et sa sœur Irène), Alexandrie, 1970, et M. ‘Abd al-Masîh Mikhâ’îl, Al-qiddîsân alshahîdân Mâr Bahnâm wa Sâra ukhtuhu (Les saints martyrs Bahnâm et Sarah sa sœur), Alexandrie, 1965. Irène et Sarah sont fêtées respectivement au 28 tût et au 14 kîhak.

44 N. Salîm, Al-Anbâ Bâkhûm wa ukhtuhu Dâlûshâm (Pacôme et sa sœur Dâlûshâm), Giza, 1967.

45 I. Sabrî Ma‘ûd, Majmû‘at al-qisas al-masîhiyya (Collection de contes chrétiens), s.d. ; A. Hanâ Bustâ, Ruwâ’i‘ min siyar al shuhadâ’ (Merveilles des Vies des martyrs), Alexandrie, 1962 ; I. Bîshoy, Târîkh al-shuhadâ’ (Histoire des martyrs), Le Caire, 1965 ; H. Armânyûs, Shuhadâ’ al-aqbât fî ‘asr al-rûmân (Martyrs des coptes à l’époque romaine), Giza, 1968 ; S. Tâwdurûs al-Suryânî, Al-istishhâd fî almasîhiyya (Le Martyre dans le christianisme), Le Caire, 1969, et Fî dhikrâ shuhadâ’ almasîhiyya (En mémoire des martyrs du christianisme), Le Caire, 1971.

46 Y. Habîb, Al-qiddîs al-shahîd Barlâhâ (Le saint martyr Barlâhâ), Alexandrie, 1969, et Al-shahîdân Anbâ Sarâbâmûn wa Anbâ Dîdîmûs (Les martyrs Sarapamon et Dîdîmûs), Alexandrie, 1970.

47 Voir les Vies qui leur sont consacrées en bibliographie.

48 Hayât al-matûb al-zakî Anbâ Abrâm usquf al-Fayyûm (Vie du pur Abraham, évêque du Fayyoum), Le Caire, 1959, 1968 ; M. Sa‘îd, Al-qiddîs al-Anbâ Abrâm (Le saint Abraham), Le Caire, 1965 ; Ghrîghûryûs, Al-qiddîs al-Anbâ Abrâm (Saint Abraham), Le Caire, 1971.

49 K. Sâlih Nakhla, Târîkh al-qiddîs Mâr Murqus al-bashîr kârûz al -diyâr almisriyya (Histoire de saint Marc l’Évangéliste, prédicateur de l’Égypte), Le Caire, s.d.

50 Y. Habîb, Al-qiddîs al-shahîd Barlâhâ (Le saint martyr Barlâhâ), Alexandrie, 1969.

51 P. Chéneau, Les Saints d’Égypte, 2 vol., Jérusalem, 1923, Voir le détail des sources utilisées par P. Chéneau dans vol. 2, p. 595-596.

52 Les ouvrages et articles de ces auteurs sont cités en bibliogaphie.

53 M. H. Tâdrus, « Al-mu’arrikh al-kanîsî al-râhil al-shammâs Yûsuf Habîb Yûsuf, 1909-1981 » (« L’historien clérical le diacre Yûsuf Habîb »), Watanî, 9 mars 1997, p. 9. Voir aussi T. Ya‘qûb Malatî, Al-shammâs Yûsuf Habîb sadîq al-qiddîsîn (« Le diacre Yûsuf Habîb ami des saints »), Madâris al-ahad, 4 mai 1982, p. 38-40.

54 D. ‘Azîz, Abâ Nûb al-nahîsî (Abâ Nûb de Nahîs), Giza, 1962.

55 Voir I. Sabrî Ma‘ûd, Majmû‘at al-qisas al-masîhiyya… (Collection d’histoires chrétiennes), Le Caire, s.d., p. 5-6.

56 D. ‘Azîz, op. cit., p. 1.

57 Y. Habîb, Al-qiddîs al-Anbâ Yû’annis, (Saint Jean), Alexandrie, 1968.

58 Sur ce thème, voir aussi B. Voile, « Hagiographie et communauté copte au xxe siècle : naissance d’un courant éditorial », R. Chih et D. Gril (éd.), Le Saint et son milieu, IFAO, Le Caire, 2000, p. 187-201.

Índice de ilustraciones

Título Nouvelles commémorations
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-1.jpg
Archivo image/, 58k
Título Commémorations reprises d’anciennes recensions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-2.jpg
Archivo image/, 28k
Título Nouvelles commémorations
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-3.jpg
Archivo image/, 22k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-4.jpg
Archivo image/, 32k
Título Saints repris d’anciennes recensions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-5.jpg
Archivo image/, 24k
Título Nouvelles commémorations
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-6.jpg
Archivo image/, 55k
Título Saints repris d’anciennes recensions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-7.jpg
Archivo image/, 9,6k
Título Nouvelles commémorations
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-8.jpg
Archivo image/, 34k
Título Saints repris d’anciennes recensions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-9.jpg
Archivo image/, 30k
Título Nouveaux saints commémorés
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-10.jpg
Archivo image/, 29k
Título Saints repris d’anciennes recensions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-11.jpg
Archivo image/, 36k
Título Nouvelles commémorations
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-12.jpg
Archivo image/, 15k
Título Nouveaux saints commémorés
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-13.jpg
Archivo image/, 32k
Título Saints repris d’anciennes recensions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2486/img-14.jpg
Archivo image/, 29k

© CNRS Éditions, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540