Version classiqueVersion mobile

La petite musique des territoires

 | 
Nicolas Canova
, 
Philippe Bourdeau
, 
Olivier Soubeyran

Première partie. Musique et géographie : vers une science normale ?

Sérénade d’un géographe de la onzième heure

Jean-Marie Romagnan

Résumé

L’auteur se propose de présenter son parcours de recherche. Formé à l’origine à la sociologie et à la gestion, il n’est pas du « sérail » géographique. C’est sur le tard de sa carrière universitaire que, incité par son expérience d’amateur persévérant et expérimenté de la pratique musicale, il se remettra à la géographie, partiellement abordée durant ses études supérieures. Après une remise à niveau commencée en 1994, il entreprendra une thèse en géographie sur le thème : géographie, activités musicales et développement local. Cette thèse, la première du genre, sera soutenue en 2001. L’auteur évoque successivement sa problématique, sa méthodologie et sa démarche conceptuelle ainsi que les principaux résultats de son travail de terrain. La recherche sur le terrain a été conduite sur un département de la Région PACA. Plus qu’une géographie de la musique, c’est une analyse géographique par l’activité musicale in situ. Prenant appui sur la métropolisation et les nouvelles formes de territorialisation, il montre comment l’analyse des couples musique/lieu et musique/territoire peut être un bon géoindicateur des dynamiques territoriales.

Texte intégral

En guise d’avant-propos1

  • 1 Jean-Marie Romagnan, ex-maître de conférence de l’université de Toulon et du Var, a été invité à p (...)
  • 2 Jury de soutenance de thèse le 1er décembre 2001 – Président : Jean-Pierre Augustin (Université de (...)

1Le comité éditorial à l’initiative de cet ouvrage collectif me donne la parole pour un avant-propos. Je le remercie pour ce privilège et pour le plaisir qu’il me fait. Je remercie plus particulièrement Nicolas Canova pour avoir rappelé et présenté comme « article phare », ma première publication scientifique en géographie – La musique : un nouveau terrain pour les géographes – publiée en 2000 dans la revue Géographie et Cultures, no 36 (Canova, 2010). Une soutenance de thèse suivra en décembre 2001 avec le titre : Géographie, Activités Musicales et Développement local – l’exemple des Alpes-de-Haute-Provence. Elle aura lieu deux ans avant de prendre ma retraite comme enseignant, à l’université de Provence, UFR de Géographie et Aménagement. Cet article et cette recherche au long cours prendront pour la première fois les relations Géographie et Musique comme axe principal de recherche. Cette thèse, première du genre comme le rappellera le jury de soutenance2, aura nécessité six ans de travail, de réflexion théorique et d’enquête de terrain pour l’analyse des activités musicales in situ sur l’ensemble d’un département français. À l’époque, cet article « phare » auquel il est fait habituellement référence, se proposait d’introduire et de justifier une nouvelle problématique et un nouveau terrain d’exploration géographique. Je souhaiterai ici aller plus loin et confronter les acquis de ma propre recherche aux préoccupations des recherches actuelles en présentant en particulier, ma démarche méthodologique.

Avant propos dis-je…

  • 3 Cf. Introduction du présent ouvrage.

2Car je me réjouis qu’une équipe de chercheurs géographes de l’université de Grenoble mobilise ses compétences ainsi que des talents venus d’ailleurs (urbanisme, philosophie, sciences politiques, musique, etc.) pour faire un état des travaux et engager une réflexion croisée et collective sur les liens entre Géographie, Territoire et Musique. Il s’agira de mettre « La musique au cœur de l’analyse territoriale qui abordera des exemples concrets de lien entre musique et aménagement du territoire… La musique comme outil réflexif des sciences du territoire »3. Par contraste, lorsque, en juin 1994, j’ai lancé mon projet de recherche et de thèse, je me suis trouvé, intellectuellement parlant, bien seul. J’ai d’abord découvert, chemin faisant, qu’il n’y avait rien sur le thème des relations entre Géographie et Musique. Le relevé des sujets de thèse sur dix ans, dans le bulletin de l’Intergéo 1985-1996, me montrera l’absence de recherche à ce niveau. Le seul texte qui fait référence et autorité à l’époque, c’est l’article de Jacques Levy paru en 1994 : Espaces, contrepoints, des géographies musicales, dans les cahiers de l’IRCAM

3Avant propos aussi… Car revenir en arrière, douze ans après la présentation des mes travaux de recherche et six ans la publication d’un dernier article, me donne la possibilité d’une courte mise en perspective et d’une courtoise confrontation avec mes plus jeunes collègues toujours « dans la carrière ». À la lumière de mon propre parcours, je conçois que ma position de jeune chercheur, sexagénaire à l’époque, est un peu paradoxale ! J’avoue donc dans ces conditions, avoir un peu du mal à comprendre les raisons de leurs difficultés à rendre légitimes des recherches sur les liens entre géographie, territoire et musique… comme si, entre leurs temps et le mien, les informations avaient mal circulé… les problématiques sociétales et géographiques avaient tellement changé, ainsi que la formation géographique universitaire ! ? Il y a des questions que je n’ai pas eu à me poser, en particulier avec la littérature anglo-saxonne. Pour moi, Murray Schaefer (1979) a été ma seule référence, car j’avais assez à faire avec la géographie française et le travail d’investigation sur le terrain ! Il me fallait prouver le mouvement en marchant. Peut-être ai-je manqué d’une « épistémologie critique » ? Mais personne ne m’en proposait à l’époque, et on a plutôt salué l’innovation de la démarche.

  • 4 Nicolas Canova, Musique et inertie disciplinaire, in présent ouvrage.

4Je souhaite indiquer, par différence, les conditions de mon travail de recherche par rapport aux conditions actuelles auxquelles ont été confrontés Nicolas Canova et ses collègues Bourdeau et Soubeyran (2013). En effet, la publication collective qu’ils dirigent et coordonnent se présente comme un ouvrage venant secouer « les inerties intellectuelles… pour penser le lien entre musique et territoire »4. Ils constatent aussi, comme à regret, que « la musique malgré son explosion sociétale tarde à s’affirmer comme objet scientifique ». Comme le dit d’une autre façon N. Canova, s’intéresser aux relations entre géographie et musique, ça ne fait pas sérieux dans le domaine de la recherche universitaire. Pour ma part, je n’ai pas eu à me confronter à toutes ces « inerties ». J’indiquerai donc tour à tour, ma situation professionnelle et intellectuelle, la mise en place de mes conditions de recherche et comment j’ai cheminé dans mon apprentissage de chercheur géographe.

Ma situation professionnelle et intellectuelle

5Je me présenterai volontiers comme un géographe de la onzième heure. Quand je me décide de reprendre un travail de thèse en doctorat, j’ai 56 ans. Je suis enseignant en IUT (Université de Toulon et du Var), assistant titulaire depuis une douzaine d’années. Mon enseignement se fait en sciences humaines appliquées à la gestion compte tenu de ma double compétence (sociologie et gestion), au département Techniques de Commercialisation. En outre, je codirige avec une collègue, géographe pur jus (agrégation), une formation spécialisée en tourisme. Nous décidons ensemble de reprendre des travaux de recherche.

6Le choix de mon thème de recherche s’est imposé à moi, à la convergence de plusieurs courants de ma vie intellectuelle, professionnelle et artistique. Pour ma collègue, un sujet plus classique en géographie des transports : Étude de l’effet d’axe en développement (Mestre, 1999). Pour moi, ce sera un sujet sur lequel il n’y a rien : Développement musical et aménagement du territoire. Nous instaurerons, au début en tout cas, une sorte de compagnonnage de fait. Cela sera précieux pour se motiver au démarrage et m’aidera par la suite sur certains aspects (la cartographie par exemple). Par ailleurs, j’ai dans mes relations de sympathie, un collègue, Jean-Paul Ferrier, figure éminente de la géographie dans la région et professeur à l’UFR de géographie d’Aix-en-Provence. Par curiosité intellectuelle, je m’étais intéressé à ses recherches « Leçons de Territoires » sur la région PACA (1983). En juin 1994, il accepte le principe du projet de recherche que je lui présente. Pour moi la motivation est double : intérêt intellectuel et intérêt artistique. En effet, ma pratique artistique musicale d’amateur persévérant et assez expérimenté a commencé à l’âgé de dix ans comme « petit chanteur » dans une manécanterie chargée de chanter les offices religieux dans la cathédrale de Marseille. L’expérience se continua par la participation aux JMF (Jeunesses Musicales de France) et au mouvement choral À Cœur Joie. Puis, comme étudiant et jeune enseignant (1961-1965), je codirigeai une chorale universitaire d’étudiant à Aix-en-Provence et, en 1973, je participai, à l’université de Toulon et du Var, à la fondation de l’Ensemble Vocal Universitaire. Mais c’est surtout l’expérience de chanteur acteur, coorganisateur de spectacles vivants musicaux dans le Var, au début des années 1990, qui allaitme rendre sensible aux problèmes de développement et d’aménagement culturel et musical.

Mise en place de mes conditions de recherche

7Contrairement à ma collègue, j’ai dû faire un DEA de conversion thématique, comme préalable requis, car ma formation géographique avait été partielle et ancienne. C’était normal et j’ai été ravi de retrouver les bancs d’une école doctorale interuniversitaire, en géographie (Aix, Avignon, Montpellier, Nice). J’ai pu satisfaire mon intérêt pour la géographie (amour de jeunesse abordé en propédeutique, puis avec un certificat de licence en géographie humaine (1960) qui faisait partie du cursus de la licence de sociologie), avec des camarades étudiants qui avaient, en moyenne, trente ans de moins que moi. Ma première lecture en août 1994 sera : Qu’est-ce que la géographie de Jacques Scheibling (1994). Suivront les séminaires de l’école doctorale avec différentes approches méthodologies et conceptuelles, travaux à rendre et mémoire de DEA à soutenir, jusqu’en juin 1995. Tout cela va me mettre dans le bain puis, progressivement, à niveau pour replacer et confirmer mon thème de recherche. J’approfondis Ferrier (1996), je découvre Claval, Brunet, etc. La deuxième découverte importante se fait en août 1995 avec l’ouvrage de Jean-Pierre Augustin : Sport, Géographie et Aménagement. Pour moi, c’est du pain béni ! Puisque Augustin étudie les nouvelles formes de territorialisations et d’aménagement urbain avec le sport, je peux donc faire de même avec l’étude des activités musicales in situ, comme nouveau mode de médiation socio-spatiale et de territorialisation. De plus, la suite des publications d’Augustin et de ses partenaires avec l’ouvrage collectif : Lieux culturels et contexte de villes (1998), me permet d’entrevoir l’extension de l’analyse des nouvelles formes de territorialisation au domaine socioculturel et artistique, donc à la pratique musicale aussi !

Mon questionnement

8Mon questionnement a été le suivant. Comme l’a fait J.-P. Augustin à propos des activités sportives sur le territoire, il m’a fallu prendre en compte l’ensemble des acteurs, des métiers et des processus qui interviennent dans le fonctionnement du système musique local, et de faire le lien avec les lieux, les territoires, les réseaux et l’ensemble du processus de territorialisation généré par les activités musicales in situ. Voici les questions auxquelles j’ai dû répondre : Qui organise l’activité musicale ? Dans quel domaine (formation, création, diffusion) ? Dans quel style de musique (classique, jazz, musiques actuelles, musiques traditionnelles, etc.) ? Qui sont les prestataires (les différents métiers) et pour quel public ? Quel type de lieux et d’équipements est concerné ? Quel est le contexte socio-spatial du lieu ? Quels sont les mouvements de population, les flux d’informations et de décisions entraînés par l’activité musicale ? Quels sont les territoires réels ou imaginaires ainsi que les réseaux auxquels l’activité musicale fait référence ? Autant de questions préalables pour repérer et analyser les dynamiques territoriales grâce à l’activité musicale in situ.

9Me servant de caution intellectuelle, les travaux de J.-P. Augustin ont tout de suite été mon fil d’Ariane. Par ailleurs, contrairement à l’approche préconisée par Jacques Lévy d’une sorte de géographie des arts (qu’il reprend dans son ouvrage le Tournant géographique, 1999), j’ai développé une approche centrée, non pas sur la musique avec un grand M, mais sur les pratiques et activités musicales in situ en liaison avec le développement local. Pour moi, ça change tout, car cela permet de prendre en considération, dans ses rapports au lieu, l’ensemble du dispositif du « système musical local ». De plus, je me suis intéressé à l’ensemble des pratiques musicales d’une région donnée (un département : celui des Alpes-de-Haute-Provence), en prenant appui sur la base de données de l’ARCADE, organisme régional de développement et d’aménagement culturel et musical pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Tout cela a été complété par six ans d’enquête de terrain pour situer les différents acteurs du système « musique local » (avec des styles différents de pratique musicale et d’organisation socio spatiale), dans l’ensemble du dispositif socio-spatial. C’est dans ce contexte-là que j’ai proposé dès 2000, le concept de l’activité musicale in situ comme « géoindicateur », dont je revendique la paternité dans ce nouveau contexte.

10Autre fil conducteur, la référence aux processus de métropolisation. Pour mon directeur de recherche, J.-P. Ferrier (1996, 1998a, 1998b) comme pour d’autres, Augustin, Volle (1996) ou Claval (1993), les nouvelles pratiques sportives, socioculturelles ou artistiques s’insèrent et s’inscrivent comme nouvelles pratiques socio-spatiales et nouvelles formes de territorialisation. Les phénomènes de métropolisation instaurent un nouveau mode de civilisation dans la façon d’habiter, de se représenter et d’organiser l’espace. Ainsi pour Paul Claval, lorsqu’il évoque à propos de la métropolisation, les nouveaux modèles qui interviennent dans l’appropriation et l’organisation du territoire, et les nouveaux styles de vie qui en résultent :

« La vie active commence plus tôt et se termine plus tard. Les gens ont plus de temps pour jouir de la vie. Ils deviennent sensibles à la qualité de leur environnement, aux pollutions qui l’affectent et aux possibilités de plein air, de sport, de spectacles et de manifestation culturelle qu’il offre. »

11Et un peu plus loin :

« Il vaut mieux aujourd’hui pour une région, jouir d’un climat agréable, être située entre mer et montagne, avec des villes chargées d’histoires et musées que de disposer de ressources minières ou de terrains agricoles fertiles : La Provence, longtemps considérée comme déshéritée, attire aujourd’hui les foules. » (Claval, 1993, p. 256).

12Il en est de même avec J.-P. Augustin. Dans la conclusion de mon article « phare », je faisais référence, dès 2000, aux propositions conceptuelles d’Augustin (1998). Il montre ainsi le rôle et « l’instrumentalisation de la culture » dans la transformation des villes et des territoires :

« La place de la culture qui ne cesse de s’affirmer dans les villes occidentales initie un nouveau rapport au monde. La diversification des activités, des institutions et des espaces qui lui sont liés est un élément majeur des transformations urbaines offrant aux chercheurs de larges pistes d’analyse, d’interprétations et de propositions. » (Augustin, 1998).

13Je reprendrai, à mon compte le concept de « métapole culturelle » qu’il propose alors. Cela sert à montrer, comme le dit la conclusion de mon article, « le rôle des équipements et des évènements culturels dans la transformation des villes et dans l’apparition de nouvelles formes d’urbanité liées au processus de métropolisation… On passe ainsi d’une conception d’une ville machine héritée du fordisme, à une ville festive et culturelle qui génère de nouvelles formes de sociabilité et de territoire urbain. » C’est dans cette perspective que se situe cette exploration sur les territoires en musique : célébration du territoire et de la musique (Romagnan, 2000).

14Enfin, dernier fil conducteur : ma formation et mon expérience élargies en sciences humaines m’ont permis une approche « de regards croisés » comme le recommande les différents auteurs de cet ouvrage collectif. Ainsi, j’ai pu prendre appui sur les travaux de sociologie de la musique (Hennion, 1993) et de l’ethnomusicologie (Aubert, 1995), de l’économie (d’Angelo, 1995) et de l’histoire (Corbin, 1994 et Gumplowicz, 1987) ainsi que de l’anthropologie du sonore (Augoyard, 1995). De plus, ma propre expérience variée d’amateur de musique persévérant et assez expérimenté m’a bien aidé à la fois pour être crédible auprès des acteurs rencontrés et pour comprendre les processus en marche sur le terrain d’enquête.

Présentation de la méthodologie de recherche

15L’approche de regard croisé permettra de bénéficier des apports d’autres disciplines de sciences humaines, plus avancées dans l’étude des pratiques musicales (sociologie, ethnomusicologie, histoire et économie). Par ailleurs, ma propre expérience musicale et de coorganisateur de spectacles musicaux dans le Var, dans un cadre associatif et semi-professionnel, m’avait donné, de l’intérieur, un aperçu de la complexité du fonctionnement du « système musical ». Cela m’amènera à l’élaboration d’une démarche de recherche impliquant l’usage de trois « outils », trois démarches d’investigations reliées entre elles (Romagnan, 2001, p. 115). Comment s’est fait ce choix ? En reprenant à mon compte la belle métaphore musicale, entendue lors d’un séminaire doctoral, de la bouche de J.-P. Ferrier. La relation entre le chercheur et sa méthodologie de recherche est semblable à celle de l’organiste. Ce dernier, en fonction de l’œuvre qu’il interprète ou de l’improvisation qu’il réalise, utilisera tel type de jeu à sa disposition. Il en est de même pour le chercheur. Après l’année de DEA, puis le travail de recherche conceptuelle et d’enquête exploratoire, une méthodologie et des outils se sont imposés à moi pour écrire et jouer ma partition de recherche. Je situerai donc trois instruments ou approches au service d’une démarche géographique d’ensemble :

  1. Démarche statistique et de recensement pour repérer et construire mon unité de compte : les deux couples (musique/lieu et musique/territoire) ;
  2. Démarche d’analyse systémique de production des activités musicales in situ ;
  3. Démarche diachronique et d’enquête qualitative pour déterminer le « quantum » d’information historique et de temporalité nécessaires à la compréhension du système musical et spatial actuel.

16Ces trois démarches sont au service d’une visée méthodologique globale dans l’esprit de la pensée complexe, au sens où l’entend Edgar Morin (Morin, 1996). Dans cet esprit, je définirai comme démarche géographique d’ensemble, le jeu des différents niveaux d’analyse géographique (micro, méso, macro) et leurs liaisons grâce, en particulier, à la dialectique du territoire et du réseau.

1) Démarche statistique et de recensement

17Ce sont les bases de données de l’Arcam (jusqu’en 2000, puis Arcade) qui répertorient depuis 1985, pour l’ensemble des six départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les activités et pratiques musicales. Ses données bénéficient d’une indexation multicritère (Romagnan, 2001, p. 121 et 122). J’ai dû utiliser également des statistiques en provenance de l’Éducation nationale avec des critères d’élaboration différents. Une harmonisation des données a été nécessaire entre les deux provenances statistiques. Pour cela, j’ai pris la décision d’unifier mon unité de compte géographique (le couple musique/lieu) en considérant le niveau de l’aire territoriale minimale ou se prennent les décisions pour l’activité musicale en question. J’ai pu ainsi, pour les deux cent soixante-quatre unités de compte de ce département, situer le couple musique lieu et territoire. Comme on peut donc le comprendre, la recherche des données n’est pas un long fleuve tranquille. Cela justifie bien les remarques presque poétiques de Roger Brunet :

« La qualité d’un chercheur s’apprécie en partie à son ingéniosité dans la collecte et dans le traitement des données, car celles-ci ne sont rien moins que données, leur conquête opposant autant d’embûches que celles de la Toison d’Or et le Graal. » (Brunet, 1993)

2) Démarche d’analyse systémique

18L’approche systémique fait partie des outils méthodologiques à la disposition des géographes (Le Berre cité par Scheibling, 1994 et Brunet, 1993). Je souhaite donc proposer une représentation adaptée à l’analyse des territoires en musique. Dans la définition qu’il donne, Roger Brunet rappelle que :

« Les espaces géographiques sont façonnés par des systèmes spatialisés. On peut évaluer l’énergie du système spatial où entrent en interaction les forces de travail, l’information, les ressources et le capital, par l’intermédiaire des forces de production. » (in Les mots de la géographie, p. 471)

19La transposition aux territoires en musique peut se faire de cette façon. J’ai déjà évoqué le fonctionnement du système musique dans ses aspects économiques ainsi que le jeu de relations et transactions entre les différents opérateurs, prestataires ou partenaires, ressources qui interviennent dans le processus de mise en œuvre des activités musicales in situ. Si l’entrant (input) implique bien les ressources, le capital et toutes les informations nécessaires à la réalisation des activités musicales ; l’extrant (output) est constitué par la production d’activités musicales (de tout type et de tout style) ainsi que les lieux aménagés à cet effet. En voici une illustration graphique commentée pour une collectivité locale de type « petite ville moyenne ». Les cercles représentent les organismes décideurs, fournisseurs de ressources et organisateurs d’activités musicales. Le rectangle représente la boîte noire. C’est là que se passent les décisions qui vont permettre la production, en extrants, des activités musicales et des lieux aménagés à cet effet. Cela va se traduire de façon opérationnelle par un calendrier de manifestations (cours, stages concerts, festivals, spectacles vivants et animations musicales, etc.), par un choix de lieux et d’équipements, d’affectation de budget et de ressources, par des mouvements de populations (musiciens, publics, organisateurs,…) Après réalisations, il en résultera un feed-back qui se traduira par la réputation (compte rendu dans la presse, réactions du public et effet de bouche à oreille) (cf. figure no 1). Pour d’autres applications plus focalisées sur un organisme producteur d’activité musicale (école de musique par exemple), je renvoie à mon article (Romagnan, 2003).

3) La démarche d’analyse diachronique

20Il s’agit de situer par cette démarche d’analyse la dimension historique et les héritages dont le phénomène géographique actuellement observé est la résultante. Pour cela, j’ai rencontré et interviewé une quarantaine de responsables du département des Alpes-de-Haute-Provence (Maires ou adjoints à la culture, directeurs de service culturel ou de MJC, artistes musiciens, responsables de festival ou d’association culturelle, professeurs de musique, facteurs d’instrument, etc.). J’ai pu ainsi recueillir leurs témoignages (récit de vie de dix à quarante ans d’expérience), à propos de leur engagement, de leur relation à la musique et à ce territoire. J’ai d’ailleurs désigné certains d’entre eux, à cause de leurs actions au long cours et de leurs initiatives comme « héros du développement local culturel et musical ». J’ai pu avoir accès à des documents (archives, compte-rendu de délibérations et rapports d’activité, programmes de concert, documents de communication touristique et culturelle, etc.). Tout cela m’a permis de recouper mes informations et d’enrichir ma compréhension du fonctionnement actuel du système musical local dans ses relations aux lieux, aux territoires et au développement local. Cela m’a aussi donné l’occasion de mettre en valeur l’action des acteurs du système musical local et de mieux situer leur conception des enjeux sociaux et territoriaux du développement local de leur département ou de leur ville.

Représentation du système de production des activités musicales in situ dans et pour une collectivité locale urbaine (couple musique-lieu) J.M Romagnan nov. 1999

Représentation du système de production des activités musicales in situ dans et pour une collectivité locale urbaine (couple musique-lieu) J.M Romagnan nov. 1999

21En conclusion, la mise en œuvre de cette démarche de recherche m’a permis de croiser entre elles, sans en privilégier aucune a priori :

  • Méthodes quantitatives et statistiques d’une part, et méthodes qualitatives de l’autre ;
  • Approche contextuelle (état des lieux et des territoires en musique) et approche diachronique ou génétique ;
  • Approche systémique des processus et approche dialectique des territoires et des réseaux, à travers le fil conducteur du couple musique/lieu et musique/territoire.

Les principaux acquis de cette recherche

22L’exemple des Alpes-de-Haute-Provence illustre bien comment l’analyse des territoires en musique permet de déchiffrer les dynamiques territoriales et de mettre en perspective les transformations de cet écoumène, depuis l’après-Deuxième Guerre mondiale. À cette époque, il est considéré alors comme un arrière-pays plus ou moins déshérité de la région Aix-Marseille. En ce temps-là, 45 % de la population active travaillait dans le secteur agricole. Ce département appelé Basses-Alpes est au plus bas de son déclin démographique (83 300 habitants en 1946). Mais à partir des années 1950, des changements démographiques, identitaires et territoriaux vont progressivement transformer « l’écoumène » (c’est-à-dire le cadre de vie humain et naturel spécifique) de ce qui deviendra les Alpes-de-Haute-Provence (AHP). D’abord, c’est la reprise démographique à partir de 1954 (84 300 habitants) qui ira continuant de nos jours (139 600 habitants en 1999).

23Cette croissance sera très accélérée pour certaines villes comme Manosque qui multipliera par trois, en moins de trente ans, sa population. Ensuite, des prises de conscience identitaire commencent à se manifester avec, par exemple, la création en 1952 d’associations d’origine locale comme « Alpes de Lumière », chargées de défendre et de promouvoir le patrimoine et la culture alpine et provençale. Dans le même temps, de nouveaux modes d’occupation et d’organisation du territoire se mettent en place avec le développement des résidences secondaires et des stations de ski. Mais l’évènement spatial probablement le plus important fut la construction du barrage de Serre-Ponçon (1960) avec l’aménagement hydroélectrique et la régulation définitive du cours de la Durance. D’autres évènements sont venus transformer l’organisation territoriale de ce département, concrétisant à la fois des changements dans les rapports aux lieux et aux paysages, comme dans les conceptions en matière d’aménagement et de développement du territoire. Comme ils sont connus, je les énumère rapidement :

  • Transformations paysagères et des réseaux de circulation avec le développement de l’autoroute, et ses conséquences sur les transports, l’économie locale, l’environnement, la circulation et la mobilité des personnes (Digne est maintenant à moins d’une heure d’Aix-en-Provence) ;
  • Préservations et transformations paysagères avec la création des parcs naturels ;
  • Transformations de l’organisation urbaine avec la rénovation des centres-ville, le développement des nouveaux quartiers et des périphéries, le développement des zones d’activités industrielles et artisanales, des équipements sportifs, culturels, touristiques et de loisirs et universitaires (création d’un IUT à Digne) ;
  • Transformations sociologiques avec de nouvelles populations permanentes, de nouvelles façons de vivre, de nouveaux besoins. En particulier, il convient de rappeler l’évolution de la population active dans laquelle la place de l’agriculture n’est plus que de 6 % alors que celle du secteur tertiaire représente les deux tiers du total. De plus, ce département attire du monde en population permanente puisqu’en 1999, le solde migratoire positif était de 10 000 habitants.

24Ainsi ce territoire département fait partie maintenant, comme le rappelait J.-P. Ferrier (1998) des espaces de métropolisation peu densifiés.

25C’est précisément, à la fois en résonance avec les changements de la société française, et pour répondre aux nouveaux besoins des populations que le développement culturel et musical va accompagner ces évolutions géographiques et sociologiques.

La place des activités musicales dans ce nouveau contexte

26C’est dans ce contexte qu’il faut situer et analyser les activités musicales in situ, car le développement de ces activités sur ce territoire va être concomitant et révélateur de ces transformations. On va assister, dans le même temps, à la montée en puissance du rôle de l’environnement et du patrimoine, à l’importance du tourisme et du loisir, à l’importance du local, du pays et de la décentralisation. En effet, à partir des années 1975-1980, les collectivités territoriales en liaison avec l’État vont lancer une politique volontariste de développement local, culturel et musical. Par exemple, dès 1982 ce département va se doter, à partir d’un partenariat État-Conseil général et avec le soutien logistique de l’association régionale de coordination des activités musicales (Arcam), d’une association départementale d’animation musicale, chargée d’organiser la formation et la pratique musicale. Dans le même temps, les principales villes (Manosque, Digne, Château-Arnoux, Sisteron) mettaient en place une politique culturelle et, dans certains cas, des services culturels municipaux. Par ailleurs, les écoles municipales de musique de Digne et de Manosque, créées dans les années 1960 vont voir leurs compétences reconnues comme école nationale de musique en 1984. Les collectivités territoriales (communes et département) se sont fortement investies dans le développement culturel et musical. Mais elles ne sont pas les seules. En effet, au plan national comme au plan départemental, il faut tenir compte du rôle de l’Éducation nationale et des associations à vocation éducative et militante (souvent à l’origine d’initiative culturelle et musicale dans les années 1960). Entre ses différents acteurs du développement culturel et musical, les logiques d’action, les objectifs, les rapports au lieu, au territoire et au temps ne sont pas les mêmes. Déchiffrer les territoires en musique implique de tenir compte de ces différentes approches. Pour les AHP, je distinguerai quatre types d’acteurs principaux du développement culturel et musical local : le Conseil Général, l’Éducation nationale, les associations éducatives et militantes (Fédération des œuvres laïques, Centres musicaux ruraux, Alpes de Lumière, Fédération des MJC), les principales villes de ce département, sans oublier le rôle de quelques personnalités (les « héros » du développement culturel et musical).

  • 5 Parmi les principaux festivals : Les Nuits de la Citadelle à Sisteron, les festives de Font Robert (...)

27Sur 20 ans, depuis 1980, on peut mesurer le chemin parcouru. D’abord, par l’évolution quantitative des prestations et des activités musicales in situ : on passe ainsi d’une quarantaine recensée en 1981, à plus de 260 en 1998-1999. Ensuite, par l’évolution qualitative des prestations et des offres proposées, qui montre une vie culturelle et musicale conséquente. Ainsi, ce département fait partie de ceux où le Conseil Général dépense le plus par habitant pour la culture (musique, patrimoine, musées, spectacles vivants, etc.). De plus, il représente à lui seul 10 % des festivals de musique de la région dont certains ont acquis une réputation nationale et internationale5. Par ailleurs, il possède 1 école de musique pour 5 000 habitants (1 pour 10 000 habitants dans les Bouches-du-Rhône), 1 chorale pour 7 000 habitants (1 pour 16 000 habitants dans les BdR). Autre exemple, celui de l’enseignement primaire capable de mobiliser pour la réalisation des « classes chantantes » en 1997-1998, près de 7 000 élèves, soit la moitié des effectifs. Enfin, comme indicateur des dynamiques sociales et territoriales, le développement culturel et musical de ces vingt-cinq dernières années apparaît comme fortement associé à des enjeux territoriaux, politiques, de légitimité culturelle et identitaire, de faire-valoir symbolique.

  • 6 Augustin, 1998, p. 9-24.
  • 7 Le district de moyenne Durance a été créé en 1990 autour de la ville centre la plus importante, Ch (...)

28En effet, la forte demande sociale et l’engouement pour la musique (premier loisir culturel des Français) ont conduit les collectivités locales, dès les années 1975-1980, à s’impliquer dans la réalisation d’équipement et dans l’animation culturelle et musicale. De plus, l’engagement plus conséquent de l’État à partir de 1982, et le succès de la fête de la Musique, ont conforté l’impact symbolique et médiatique des activités musicales. Dans ces conditions, la mise en place d’équipement ou de festival a été intégrée à des opérations de revalorisation des centres-ville et de valorisation identitaire et symbolique (comme à Manosque par exemple). Comme je l’ai déjà indiqué plus haut, J.-P. Augustin parle de « métapole culturelle » pour marquer l’importance depuis ses vingt-cinq dernières années des équipements et des animations sportives, socioculturelles et artistiques dans les nouvelles formes d’organisation urbaine et de territorialité6. Mais cela peut donner lieu aussi à des conflits de leadership. Ainsi, durant les années 1980, entre la municipalité de Manosque et la Maison des jeunes et de la culture (MJC) ; ou entre la municipalité de Château-Arnoux et la cité industrielle de Saint-Auban, propriété de Péchiney à l’époque7, pour la prééminence dans la gestion culturelle et dans la définition de l’intérêt général culturel et musical. Il faut ajouter à cela un climat de rivalité « interville » dans le département qui durera jusqu’en 1995. Depuis, un effort de coopération s’est instauré entre les principales villes dans le cadre du « réseau des villes », mais également, pour assurer une meilleure synergie, entre collectivités locales, Éducation nationale et tissu associatif. L’activité musicale et culturelle peut devenir ainsi (aussi) un outil fédérateur, un liant social pour compenser les disparités de ce département contrasté et écartelé par ses conditions physiques et orographiques (hautes montagnes, collines et plateaux, vallée de la Durance) et par les usages territoriaux qui en résultent.

Conclusion

  • 8 Augustin J.-P. et Malaurie C., 1997, « Le territoire-monde du surf », Géographie et Cultures, no 2 (...)

29L’activité musicale in situ, envisagée sans a priori esthétique, peut devenir un bon fil conducteur pour déchiffrer les territoires en musique. Cette analyse m’a permis de montrer à la fois les « ailleurs » de la musique et les « ailleurs » du territoire. En effet, parler de la musique, ce n’est pas uniquement être catalogué dans l’artistique et le culturel, car la musique, par sa transversalité, touche de nombreux secteurs de la vie sociale : éducatif, festif, symbolique et identitaire, sociopolitique, technologique et économique, mode de consommation. Par ailleurs, parler du territoire, c’est montrer comment le culturel, l’artistique et le musical sont fortement associés à des enjeux d’ancrage identitaire et de requalification du territoire (pour redonner du sens) dans lesquels la musique joue un rôle important à côté du patrimoine, du festif, du sportif, du goût pour le local et l’environnement. De plus, « l’ailleurs » et le « mondial » sont aussi présents, car la musique, comme le sport et la danse, fait partie des phénomènes de « territoire-monde », selon l’expression de certains géographes, qui font s’élargir les frontières de notre patrie imaginaire jusqu’aux confins de la Terre8.

30Au terme de cette rétrospective, j’ai conscience d’avoir pu assumer à ma manière ce nouveau rôle du géographe, comme le proposait J.-P. Volle (1996) « le géographe décrypteur ». Faisant le bilan des vingt-huit années de recherche dans sa thèse d’État, il indiquait à la lumière de son expérience, le changement de posture et du rôle du géographe :

« Le géographe descripteur devait céder place au géographe décrypteur de réalités profondes en mouvement, du mal repéré, du caché, du difficilement identifiable. »

31Et faisant allusion aux sports et aux loisirs comme nouveau terrain d’investigation pour dire et penser autrement le territoire, et prenant appui sur les travaux de J.-P. Augustin, il précise :

« Il y aurait des modèles de répartition et de diffusion des pratiques sportives qui diraient le territoire aussi bien que d’autres critères retenus par les analyses habituelles. »

32J’espère avoir contribué à cette aventure que cet ouvrage collectif prolonge et renouvelle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Angelo (d’) M., 1997, Socio-économie de la musique en France : diagnostic d’un système fragile, Paris, La documentation française.

Aubert L., 1995, « Les ailleurs de la musique : paradoxe d’une société multiculturelle », La musique et le monde, Internationale de l’Imaginaire, no 4, Arles, Actes sud.

Augoyard J.-F., 1995, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », L’espace géographique, no 4.

Augustin J.-P., 1995, Sport, Géographie et Aménagement, Paris, Édition Nathan.

Augustin J.-P., Malaurie C., 1997, « Les territoires-monde du surf », Géographie et Cultures, no 21, p. 119-130.

Augustin J.-P., 1998, « 3 Villes et Cultures. Un nouveau rapport au monde », in Lieux culturels et contexte de villes, Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Brunet R. et al., Les mots de la géographie, Paris, Reclus-La documentation française, 1993.

Canova N., 2010, « Perspectives géographiques pour la musique : la mobilisation du flamenco comme ressource territoriale », Carnet de géographes, no 1, revue en ligne.
2013, « Musique et inertie disciplinaire en géographie », in Canova et al., 2014, La petite musique des territoires, CNRS Éditions.

Canova N., Bourdeau P., Soubeyran O., 2014, « Penser les liens entre musique et territoire », in Canova et al., 2014, La petite musique des territoires, CNRS Éditions.

Claval P., 2003, Initiation à la géographie régionale, Paris, Nathan Université.

Corbin A., 1994, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans la campagne française du xixe siècle, Paris, Albin Michel.

Ferrier J.-P., 1983, Leçon du territoire. Nouvelle géographie de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Aix-en-Provence, Edisud.
1998a, « Pour une lecture post-urbaine de la France méditerranéenne », in Petites et grandes villes du bassin méditerranéen, Études autour de l’œuvre d’Étienne Dalmasso, Rome, École française de Rome.
1998b, Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires, Lausanne, Éditions Payot.
1998c, « Métropolisation des espaces non densifiés », Aix-en-Provence, UMR ESPACE, 3 p.

Gumplowicz P., 1987, Les travaux d’Orphée : 150 ans de vie musicale amateur en France, Paris, Aubier.

Hennion A., 1993, La passion musicale – une sociologie de la médiation, Paris, Métaillé.

Intergéo, 1985-2000, Bulletin publié par Prodig.

Lévy J., 1994, « Espaces et contrepoints des géographies musicales », in Espaces, Les cahiers de l’IRCAM, Éditions de l’IRCAM, Paris, Centre Georges Pompidou.
1999, Le tournant géographique, Paris, Belin.

Mestre C., 1999, L’axe durancien à l’amont du pont Mirabeau : Analyse spatiale et effets d’axe de communication en développement, Thèse de doctorat en géographie, Institut de géographie, Université de Provence.

Morin E., 1996, Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil.

Romagnan J.-M., 2000, « La musique : un nouveau terrain pour les géographes », Géographies et Cultures, no 36, p. 107-126.
2001, Géographie, activités musicales et développement local : l’exemple des Alpes-de-Haute-Provence, thèse de doctorat, UFR des sciences géographiques et de l’aménagement, Université de Provence, Aix-en-Provence.
2003, « L’activité musicale in situ au service de l’analyse géographique : l’école de musique du district de moyenne Durance (Alpes-de-Haute-Provence) », Revue Méditerranée, no 1-2.

Schafer R.-M., 1979, Le paysage sonore, Paris, Lattés.

Scheibling J., 1994, Qu’est-ce que la Géographie ?, Paris, Hachette.

Volle J.-P., 1996, Ville et Région : Approches de la question urbaine en Bas-Languedoc, thèse de doctorat d’État, Université de Toulouse le Mirail.

Notes

1 Jean-Marie Romagnan, ex-maître de conférence de l’université de Toulon et du Var, a été invité à participer par cet avant-propos à la présentation de cet ouvrage collectif. Ses travaux de recherche ont été parmi les premiers, dès l’an 2000, à aborder les relations entre Géographie, Musique et Territoire

2 Jury de soutenance de thèse le 1er décembre 2001 – Président : Jean-Pierre Augustin (Université de Bordeaux 3), Directeur de recherche : Jean-Paul Ferrier (Université de Provence), Rapporteur : Jean-Paul Volle Université de Montpellier 3, Autres membres du jury : Jacques, Wolfmann (Professeur des universités et directeur de l’Ensemble Vocal Universitaire de Toulon et du Var), Bernard Maarek (professeur associé et directeur de l’Arcade).

3 Cf. Introduction du présent ouvrage.

4 Nicolas Canova, Musique et inertie disciplinaire, in présent ouvrage.

5 Parmi les principaux festivals : Les Nuits de la Citadelle à Sisteron, les festives de Font Robert à Château-Arnoux, les rencontres musicales de Haute Provence à Forcalquier, les enfants du jazz à Barcelonnette, le festival de musique du monde à Manosque, les rencontres internationales de l’accordéon à Digne, le festival de Simiane la rotonde, etc.

6 Augustin, 1998, p. 9-24.

7 Le district de moyenne Durance a été créé en 1990 autour de la ville centre la plus importante, Château-Anoux-Saint-Auban, avec cinq autres communes, pour constituer un ensemble de prés de 13 000 habitants (recensement de 1999) au carrefour de la Durance et de la Bléone).

8 Augustin J.-P. et Malaurie C., 1997, « Le territoire-monde du surf », Géographie et Cultures, no 21, p. 119-130.

Auteur

Artiste et géographe mjm.romagnan@dbmail.com

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search