Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les coptes d’Égypte sous Nasser

 | 
Brigitte Voile

Première partie. Prémices et données d’une décennie charismatique

Chapitre II. L’hagiographie dans l’édition copte – 1959-1971

Texte intégral

1La littérature hagiographique copte, c’est-à-dire les Vies de saints, constitue la source principale pour évaluer le recours massif des coptes des années 1960 au registre du miraculaire comme élément fondamental de la cohésion communautaire. Elle est le témoin des représentations collectives et du discours qu’ils mettent en œuvre pour se fédérer, des images autour desquelles ils se rassemblent. Mais cette littérature se dérobe à la recherche, demeure en partie insaisissable. Il ne s’agit pas d’une caractéristique intrinsèque, mais d’une conséquence du statut et de la gestion de l’écrit dans la société égyptienne contemporaine.

2Jusqu’à la création du dépôt légal par Nasser en 1954, il n’existait pas, en Égypte, d’inventaire ni d’archivage systématique de la production éditoriale nationale, et les catalogues existants ne traduisent qu’une vision parcellaire de la réalité du fait de l’extrême dissémination des sources. À partir de 1954, chaque ouvrage publié a dû posséder un numéro et figurer au catalogue annuel de la Bibliothèque nationale égyptienne où un exemplaire devait être déposé. Mais, encore de nos jours, tous les livres ne figurent pas au catalogue, loin s’en faut, ni ne sont archivés : beaucoup d’entre eux sont publiés sans apparaître officiellement. C’est particulièrement le cas pour la production religieuse en général, musulmane ou chrétienne. La littérature hagiographique, émanant parfois de toutes petites sources éditrices et à usage exclusivement communautaire, échappe particulièrement au crible du recensement officiel. L’absence d’un archivage systématique de cette littérature par les coptes, tant en amont, au niveau des éditeurs, qu’en aval, au niveau des organismes susceptibles d’effectuer ce travail comme les bibliothèques de sociétés savantes, les musées ou les monastères, la laisse en partie dans l’ombre. Pour l’approcher, il faut avoir recours à un patient travail de terrain dans les bibliothèques de certaines églises ou dans des fonds privés. Surtout, il faut se reporter aux catalogues et aux fichiers établis par les bibliothécaires des congrégations catholiques établies au Caire, franciscains, jésuites et dominicains, qui ont collecté et archivé une partie des ouvrages. S’agissant de la production éditoriale copte en général, seule la confrontation entre plusieurs sources de renseignements permet d’avoir une idée du rapport entre les différents domaines et apporte une vue sur le long terme. Cette constatation est d’autant plus valable pour la littérature hagiographique.

  • 1 A. Ibrâhîm Nasîr, Al-kutub al-‘arabiyya allatî nushirat fî Misrxixe (Les Livres arabes publiés e (...)
  • 2 Sur les évolutions de la production éditoriale égyptienne, Y. Gonzalez-Quijano, Les Gens du livre. (...)
  • 3 A. Ibrâhîm Nasîr, Al-kutub al-‘arabiyya allatî nushirat fî Misr. 1900-1925 (Les Livres arabes publ (...)
  • 4 Al-nashra al-misriyya li-l-matbû‘ât, 1961-1965 (Catalogue des publications égyptiennes, 1961-1965) (...)

3Jusque dans les années 1960, l’histoire de la communauté et de l’Église coptes, la spiritualité, la dogmatique, les Écritures et leur commentaire, ont épuisé l’ensemble des activités éditoriales de la communauté copte. Quelques livres traitent du statut personnel, de la famille, de l’éducation des enfants ou du mariage, mais ils restent marginaux. Depuis son apparition dans les années 1850 jusqu’à la fin du xixe siècle, cette production est restée extrêmement réduite1. Elle représente, dans la seconde moitié du xixe siècle, moins de 1 % de l’ensemble de l’édition égyptienne2. Elle ne commence à augmenter sensiblement qu’entre 1900 et 1925, sous l’impulsion de la politique des associations, mais jusqu’aux années 1960, elle demeure infime, environ 1,7 % de la production nationale3. La période de Cyrille VI marque un bond en avant dans l’absolu, aux alentours de 200 %, mais le pourcentage relatif de l’édition copte demeure faible : après un pic à 4,4 %, elle ne représente plus, en 1970, que 2,4 % de l’ensemble de l’édition égyptienne. Quelques domaines nouveaux comme le service de l’Église sont abordés. Une nouvelle catégorie, jusque-là très marginale, apparaît à leur côté : l’hagiographie. Elle vient enrichir le catalogue officiel des publications égyptiennes d’une nouvelle rubrique : al-qiddîsûn, les saints4.

MESURES DE L’HAGIOGRAPHIE COPTE AU xxe SIÈCLE

  • 5 P. Nourrit, « La réorganisation des coptes shismatiques », Relations d’Orient, juillet 1911, p. 37 (...)
  • 6 B. Voile, « Hagiographie et communauté copte au xxe siècle : naissance d’un courant éditorial », d (...)

4L’hagiographie ne vient prendre place au sein de l’édition copte qu’à partir du début du xxe siècle. Au xixe siècle, on ne trouve pratiquement aucune trace d’édition de Vies de saints. Le jésuite P. Nourrit note dans l’une de ses lettres que les coptes « font des éditions de quelques pères orientaux », sans plus de précision5. Le catalogue de A. Ibrâhîm Nasîr pour le xixe siècle ne contient quant à lui aucune référence de Vie de saint. Il faut attendre le début du xxe siècle pour trouver trace d’un courant éditorial copte en hagiographie6. Ce dernier se développe jusqu’au seuil des années 1960 mais ne représente pas moins, pour la période considérée, qu’une part infime de l’édition chrétienne : environ 3,9 %.

  • 7 Sur le culte de Georges en Égypte et sur son cycle hagiographique, voir chapitre V.
  • 8 E. Sidawy, « Le Mouled d’Abou Guerg », Revue du monde égyptien, 1, 1921, p. 146-152, 225-234. Voir (...)

5Il est difficile de commenter cette production, probablement très lacunaire. On peut toutefois faire quelques commentaires sur les saints qui y sont le plus évoqués. Avec quatre livrets qui lui sont consacrés, Georges est le saint le plus représenté. La popularité de Georges chez les coptes est attestée tout au long de leur histoire à travers les récits de miracles opérés par ses icônes, ou survenus lors des différents pèlerinages qui lui sont consacrés7. Au début du xxe siècle, le saint jouit toujours de la même popularité dans la communauté. Les descriptions qui sont faites de ses mouleds, aussi bien par les observateurs coptes qu’européens, en témoignent clairement8.

  • 9 De Lacy O’leary, The Saints of Egypt, Amsterdam, 1974 (2e éd.), p. 168.

6Aux côtés de Georges, avec chacun trois livrets qui leur sont consacrés, prennent place Marc, Antoine, Athanase et Jean Chrysostome. Marc a bien entendu les faveurs des hagiographes de la période qui, tout comme les historiographes d’ailleurs, sont soucieux de mettre en valeur les origines apostoliques de leur Église, au moment même où la communauté entame la grande écriture de son histoire. Antoine, en tant que fondateur du monachisme, Athanase comme évêque d’Alexandrie illustre pour sa lutte contre l’arianisme, font quant à eux partie des grandes figures grâce auxquelles l’Égypte a marqué le christianisme, tant oriental qu’occidental, de son empreinte. On ne s’étonnera pas de ce choix : dans cette première partie du xxe siècle où les coptes subissent la pression des missions venues d’Europe et des États-Unis, il s’agit de mettre en avant les figures les plus prestigieuses : leur aura dépasse largement les frontières de l’Égypte, et permet d’affirmer du même coup l’identité spécifique et inaliénable de l’Église copte. D’ailleurs, qu’il s’agisse de Marc, d’Antoine ou d’Athanase, ce sont bien ces mêmes figures que l’on retrouve dans l’historiographie copte de la période, élevées au rang de personnages historiques à part entière. Jean Chrysostome, pour sa part, semble un peu en décalage par rapport à ces saints. Considéré comme l’un des grands docteurs de l’Église, il naquit à Antioche au ive siècle et n’a que peu de rapports avec l’Égypte. Mais il est inscrit dans toutes les recensions du Synaxaire et nombre de ses homélies ont été traduites en langue copte9. La publication de ces textes, dans cette première moitié du xxe siècle, témoigne de la volonté que la communauté déploie pour se réapproprier son héritage textuel.

7Dès les premières années de la décennie 1960-1970, la proportion de l’hagiographie augmente fortement au sein de la production copte : d’après les chiffres du dépôt légal égyptien, elle représente 10,4 % de cette dernière en début de décennie pour atteindre un peu moins de 14 % en 1970. D’après les catalogues de Dâr al-kutub, la Bibliothèque nationale égyptienne, le genre suit non seulement la poussée de l’ensemble de l’édition copte dans les années 1960, mais connaît une progression particulièrement spectaculaire puisque le nombre de titres publiés est multiplié par trois entre 1959 et 1970. Si l’on complète les titres répertoriés par le dépôt légal égyptien par ceux identifiés grâce aux différents catalogues, fichiers et fonds disponibles, on se rend compte que sa progression dans l’absolu est spectaculaire. Pour trois livrets hagiographiques identifiés pour l’année 1959, on en compte 27 pour l’année 1968, l’année des supposées apparitions de la Vierge dans la banlieue du Caire. La production retombe à 22 en 1969 et 24 en 1970. L’année de la mort de Cyrille VI, la production marque un nouveau recul avec seulement 16 titres publiés. Malgré cette baisse en fin de décennie, l’hagiographie représente le secteur de l’édition copte qui connaît le plus fort développement sous le patriarcat de Cyrille VI. Inexistante au xixe siècle, extrêmement marginale dans la première moitié du xxe siècle, elle se développe rapidement dans les années 1960 et rejoint en importance les autres domaines.

8En réalité, les publications hagiographiques coptes des années 1960 ont sûrement été plus nombreuses. Des séries ou des collections restent incomplètes. L’hypothèse qu’une source n’ait pas été découverte doit toujours être retenue. La question des tirages reste aussi en suspens. Les maisons d’édition ne conservent pas leurs archives, y compris une grande maison comme Mahabba. On peut toutefois estimer que les tirages en hagiographie s’échelonnent entre 500 et 2 000 exemplaires pour chaque titre.

LA FORME DES LIVRETS HAGIOGRAPHIQUES

  • 10 Shinûda, Murqus al-rasûl, al-qiddîs wa-l-shahîd (L’apôtre Marc, le saint et le martyr), Le Caire, (...)

9La grande fragilité de l’ouvrage frappe en premier lieu lorsque l’on a en main un livret hagiographique copte des années 1960. La brochure est souvent défectueuse et le papier, jauni, s’effrite sous les doigts. Sa qualité est médiocre, à l’image de celui utilisé pour la fabrication de l’écrasante majorité des publications égyptiennes de la période. Elles sont imprimées sur une matière très bon marché, produite sur place, ce qui permet aux éditeurs de pratiquer des prix très bas ne dépassant pas quelques livres égyptiennes. Mis à part quelques exceptions, les livrets hagiographiques coptes des années 1960 ne comportent que quelques dizaines de pages et sont édités dans des formats de poche ; quant à leur couverture, elle est confectionnée, la plupart du temps, en papier ou en carton souple. C’est le cas par exemple pour la Vie de saint Marc publiée par le Collège clérical à l’occasion du retour des reliques du saint en Égypte en 196810.

10La plupart des livrets portent sur la couverture une représentation du saint dont ils retracent la vie, icône copte ou parfois image sulpicienne dans les cas où, comme saint Georges, le saint fait aussi l’objet d’un culte en Europe. Les emprunts de ce type ne sont pas nouveaux chez les coptes. On les constate depuis que les missions catholiques ont importé leur propre iconographie en Égypte à la fin du xixe siècle. Certains livrets ne comportent pas d’illustration sur la couverture, soit que l’édition soit trop bon marché, soit que le saint n’ait fait l’objet d’aucune représentation.

  • 11 Al-qiddîs Mâr Murqus al-bashîr (Saint Marc l’Évangéliste)…, Le Caire, 1968.

11La photographie est abondamment présente en ouverture des livrets, notamment pour témoigner des autorités dont l’auteur ou l’éditeur veut se prévaloir. La plus fréquente est évidemment celle du patriarche Cyrille VI, presque toujours représenté en frontispice. La légende de la photo indique alors ses titres. Elle peut être, dans certains cas, raccourcie ou, à l’inverse, complétée par une formule familière, demandant à Dieu bonne santé et longue vie pour le patriarche. Il arrive que la photo d’un autre personnage prenne place aux côtés de Cyrille VI dans les premières pages des livrets hagiographiques : Gamal Abd al-Nasser. C’est le cas lorsque la Vie a été écrite à l’occasion d’un événement religieux auquel a participé le ra’îs, comme l’inauguration de la cathédrale Saint-Marc à ‘Abbâsiyya au Caire en 196811.

12Lorsque la Vie émane d’une édition provinciale, une photo de l’évêque local prend éventuellement place derrière celle de Cyrille VI, mais Chenouda, évêque des Instituts et de l’Enseignement religieux depuis 1962, est la figure la plus souvent représentée en seconde position. C’est surtout le cas dans les publications de l’association des Écoles du dimanche que Chenouda chapeaute officiellement. Enfin, en troisième position, une photo de l’auteur lui-même est parfois ajoutée, mais les cas sont assez rares.

  • 12 Hayât al-matûb al-zakî Anbâ Abrâm… (Vie du pur Abraham…), Le Caire, 1959.
  • 13 M. Shukrî, Abû Qîr, Alexandrie, 1960.

13Les illustrations à l’intérieur des livrets hagiographiques sont relativement abondantes et il est rare de trouver un livret qui n’en comporte aucune. Il s’agit la plupart du temps d’icônes représentant le saint. En ce qui concerne les saints hommes contemporains, la photographie fait son apparition : dans une Vie parue en 1959, le saint homme Abraham († 1914) est représenté debout devant la porte de l’évêché du Fayyoum12. À part ce cas isolé, les photos représentent le plus souvent les monastères ou les églises qui sont dédiés aux saints. On trouve aussi assez fréquemment les photos de leurs tombeaux, des autels qui leur sont consacrés dans différentes églises ou des cylindres contenant leurs reliques. L’iconographie peut aussi être profane, par exemple une vue contemporaine de la ville où le saint s’est illustré : la Vie d’Abû Qîr publiée par l’association Mâr Mînâ en 1960 comporte en début de volume plusieurs photos représentant la plage d’Aboukir avec baigneurs et parasols13.

  • 14 Sîrat al-Anbâ Bûlâ (Vie de Paul), Damiette, 1969.

14Si l’essentiel de chaque livret hagiographique est composé du récit de la vie du saint, d’autres éléments textuels peuvent s’y ajouter. En général, l’ouvrage comporte une introduction (muqaddima) dans laquelle l’auteur explique les raisons de la publication de la Vie. Dans les éditions provinciales, l’introduction peut être complétée par un mot de l’évêque local, tel Aghabyûs, évêque de Sanabû et Dayrût, qui signe en 1969 un préambule à une Vie de Paul éditée par l’église Saint-Georges de Damiette14. Lorsqu’un institut officiel copte participe à l’édition, c’est son représentant qui prend la plume. D’autres personnalités peuvent être invitées à s’exprimer, l’objectif étant de donner du poids à la publication. En plus des textes de présentation que l’on trouve en début de Vie, les livrets hagiographiques comportent éventuellement en fin de volume une table des matières et une bibliographie des ouvrages utilisés par l’auteur. Une grande partie des Vies publiées sous Cyrille VI sont en fait des Vies recomposées à partir de matériaux épars.

LES ÉDITEURS DES LIVRETS HAGIOGRAPHIQUES

  • 15 M. Jirjis, Al-bâbâ Kîrillus al-sâdis (Le pape Cyrille VI), Damanhûr, 1971.

15L’édition hagiographique copte des années 1960 est une édition urbaine, concentrée sur les deux plus grandes villes du pays : Le Caire et Alexandrie. L’origine de dix titres reste inconnue. Alexandrie arrive en première position. Avec 80 titres parus pendant la décennie, elle concentre 49,6 % de la production. Le Caire, avec 62 titres, représente 38,5 %. La province, quant à elle, ne compte que 9 titres, dont deux éditions d’auteur, soit 5,5 %. Deux livrets émanent du monastère des Syriens (Dayr al-Suryân) situé dans le désert du Wadi Natroun au sud-ouest d’Alexandrie. Premier monastère réformé selon la règle de saint Pacôme, il se dote d’une imprimerie dès 1951. Les moines de Dayr al-Suryân publient surtout des ouvrages sur le dogme ou des études liturgiques. Une Vie est publiée par un évêché, ce qui constitue une exception pour la période, et quatre par des églises. Ces dernières assurent, sur l’ensemble du pays, l’essentiel de l’édition hagiographique de la période. Dès les années 1950, elles regroupent en leur sein la plupart des activités de la communauté, que ce soit sur le plan éducatif ou social. Dès lors, rien d’étonnant à ce qu’elles soient présentes dans le domaine de l’édition. Leur production couvre tous les domaines, de la réédition de livres anciens à la publication de petits livres édifiants à destination des enfants, en passant par la spiritualité. La liturgie arrive en bonne position : sermons des grands noms de l’Église copte, cantiques, psaumes, prières récitées à l’occasion de la Semaine sainte ou de Noël. En ce qui concerne l’hagiographie, les églises publient non seulement la Vie des saints auxquels elles sont dédiées, mais aussi celles des saints célèbres de l’Église copte connus de tous les fidèles, tels Chenouda ou Macaire, ainsi que celles des saints locaux et des martyrs. Les églises des grandes villes sont les plus actives, en particulier celles d’Alexandrie comme on le verra plus loin. Toutefois, les petites églises locales n’hésitent pas à se faire aussi éditrices à l’occasion d’une commémoration ou d’un événement particulier, telle l’église de l’Archange Michel à Damanhûr, ville natale de Cyrille VI, qui édite le premier livret hagiographique sur le patriarche peu après sa mort15.

Exemple d’une photo de Cyrille VI utilisée en ouverture d’un livret hagiographique. « L’heureux trônant sur le siège de saint Marc. Sa Sainteté l’Anbâ Cyrille VI, 116e pape d’Alexandrie et patriarche de la prédication de saint Marc. » © Cliché Jean-Claude Fernandes.

  • 16 D. el-Khawaga, « Le renouveau copte et l’édition », Bulletin du CEDEJ, 25, 1989, p. 111-116.

16Au Caire, vingt-trois titres d’hagiographie sont issus de l’édition professionnelle. Cette dernière est principalement représentée par la maison d’édition Mahabba. Fondée en 1928, Mahabba est, historiquement, la plus importante maison d’édition copte. Depuis les années 1930, elle assure en grande partie la publication des livres de la communauté bien que sa politique commerciale et éditoriale ait plus été tournée vers la satisfaction du « désir de consommation piétiste16 » que du côté de l’engagement dans le mouvement de Réforme. Elle est surtout connue pour sa production iconographique : vignettes et images à l’effigie des saints, représentations du Christ et de la Vierge, posters d’églises ou de monastères, etc. Avec son imprimerie et sa librairie installées en plein cœur du quartier de Choubra, au centre du Caire, elle a conservé jusqu’à aujourd’hui une place prépondérante. Elle attire à elle les auteurs les plus connus et les notables de la communauté qui désirent se faire publier. Entre 1959 et 1971, Mahabba publie quinze Vies de saints sur une production que l’on peut évaluer à plusieurs centaines d’ouvrages, si l’on se base sur les catalogues de Dâr al-kutub. Autant dire que cela représente un pourcentage minime des livres qui sortent de son imprimerie. Les grands saints de l’Église copte ont les faveurs de l’honorable maison : Marc et Macaire pour la période chrétienne, Barsûm le Nu pour l’époque médiévale et Abraham du Fayyoum pour la période contemporaine, dont la Vie est réimprimée cinq fois entre 1928 et 1968. La plupart du temps, les livrets hagiographiques qui sortent de Mahabba ne sont pas signés sauf lorsqu’ils émanent d’une personnalité, telle Iris Habîb al-Misrî, historiographe de la communauté et hagiographe de Cyrille VI.

17Deux autres petites maisons d’édition de la capitale égyptienne publient aussi de l’hagiographie au cours de la période : Shikûlânî et Dâr al-jihâd. Dâr al-jihâd est avant tout une imprimerie. Cette maison semble avoir disparu à la fin des années 1960. En 1968, elle édite trois ouvrages de circonstance, un rapport sur les apparitions de la Vierge à Zaytûn et deux Vies de Marc dont on inaugure cette même année la nouvelle cathédrale au siège patriarcal, dans le quartier d’‘Abbâsiyya au Caire. Shikûlânî existe toujours, rue Al-mustashfâ dans le quartier de Shikûlânî à Choubra. On peut y rencontrer le fils de son fondateur, le diacre Basilyûs Mikhâ’îl, qui était professeur à l’association des Écoles du dimanche de l’église Saint-Georges voisine. Ce dernier a fondé sa librairie-maison d’édition en 1954 « par amour du christianisme et du service [khidma] ». Le fils perpétue l’activité de son père dans les locaux de la petite boutique familiale où les fidèles du quartier se fournissent en livres religieux et en objets de piété de toute sorte. La documentation disponible fait apparaître cinq livrets hagiographiques émanant de Shikûlânî pour les années 1960. C’est peu pour une maison d’édition qui, d’après les dires de son actuel propriétaire, a connu de belles heures au cours de la période, mais Shikûlânî, comme Mahabba, ne possède pas d’archives. Toutefois, la maison d’édition étant aussi une librairie et un magasin de bondieuseries, on peut penser que l’activité éditoriale était annexe, voire marginale.

18Trente-neuf livrets hagiographiques publiés au Caire dans les années 1960 émanent pour leur part de l’édition non professionnelle. La « Maison des diacres » (Bayt al-shammâsa) de Giza constitue le foyer le plus important. Il s’agit d’une structure dont la vocation est d’accueillir les étudiants de Haute-Égypte venus faire leurs études à l’université du Caire. Depuis sa création dans les années 1940, elle est aussi le centre de nombreuses activités pastorales et éducatives. Dans les années 1960, la « Maison des diacres » publie de nombreux ouvrages à destination de la jeunesse, traitant du service de l’Église et de la pratique religieuse. Elle édite aussi de l’hagiographie. Seize titres paraissent entre 1959 et 1971.

  • 17 Voir H. M. Legrand, « Le Renouveau copte », Istina, 2, 1961-1962, p. 133-150.

19La « Maison de la consécration » (Bayt al-takrîs) arrive en seconde position. Sa structure se rapproche de celle d’un monastère. Fondé en 1959 par le moine Matta al-Maskîn à Helwân dans la banlieue du Caire, Bayt altakrîs est un foyer hébergeant une communauté religieuse regroupant moines et laïcs « qui font vœu de chasteté et table commune »17. Bayt altakrîs assure la logistique des ermites du Wadi-Rayân à qui sont livrés chaque semaine livres, médicaments et vivres. Dès sa création, Bayt altakrîs s’investit dans l’édition et la presse communautaires. Le plus gros de ses publications consiste en ouvrages spirituels souvent signés par Matta Al-Maskîn lui-même. Mais le foyer publie aussi de l’hagiographie. Six titres paraissent dans la décennie, dont certains en collaboration avec Dayr al-Suryân ou le journal Murqus, fondé en 1959 par Matta al-Maskîn.

  • 18 F. A. ‘Abd al-Malâk, Al-qiddîs Yûhannâ al-Tabâ’îsî al-mutawahhid… (Saint Jean de Taba’is le solita (...)

20Avec six titres publiés, les éditions d’auteur sont à égalité avec Bayt al-takrîs. Les techniques utilisées par les imprimeurs permettent d’assurer facilement de petits tirages, aux alentours de 500 exemplaires, si bien que n’importe quel fidèle peut contribuer à répandre la réputation d’un saint. L’ouvrage en question est diffusé soit à l’église dédiée au saint, soit par correspondance. L’adresse de l’auteur est alors indiquée en quatrième de couverture. Les auteurs-éditeurs sont des fidèles ou des religieux particulièrement investis dans la vie de la communauté. Ils indiquent sur la couverture de l’ouvrage publié leur grade dans l’Église, leur activité au sein de la communauté, parfois, leurs diplômes. ‘Abd al-Nûr Sayfayn ‘Abd al-Masîh, qui publie en 1959 une Vie de Chenouda, donne sur la page de garde l’indication suivante : « Diacre, licencié ès-lettres (histoire et archéologie) de l’université d’Alexandrie, responsable de l’association des Écoles du dimanche à Alexandrie. » Certains auteurs indiquent aussi leur profession, tel F. A. ‘Abd al-Malâk, assistant social dans les écoles secondaires à Assiout, qui publie une Vie de Jean le Solitaire en 196318.

21Le reste de l’édition non professionnelle au Caire au cours de la période se répartit entre quatre pôles : quatre livrets sont édités par des églises à l’initiative des Écoles du dimanche, trois par l’Association des amis du livre saint en collaboration avec l’église Saint-Marc de Choubra, trois par l’évêché des Hautes Études et un par le Collège clérical. Ces deux institutions sont bien éditrices mais leur production concerne principalement les études liturgiques et doctrinales.

22À Alexandrie, le rapport entre l’édition professionnelle et non professionnelle est le même, mais dans de tout autres proportions : quatre titres sont issus de l’édition professionnelle contre soixante-seize pour l’édition non professionnelle. L’édition professionnelle est représentée par la petite maison Dâr Al-karnak. Elle publie, entre 1964 et 1967, quatre Vies de saints parues dans une collection intitulée « Miracles du Messie et de ses saints » et disparaît du paysage éditorial copte. Au sein de l’édition non professionnelle, il faut mentionner, outre les éditions d’auteur qui comptent six livrets, l’association Saint-Ménas (Mâr Mînâ), créée en 1945. Son activité éditoriale est axée sur l’histoire de l’Église copte et du monachisme égyptien. En dix ans, l’association ne publie que trois titres d’hagiographie, signés par son principal animateur, Munîr Shukrî.

23Les soixante-sept autres titres émanent de quatre églises alexandrines, mais deux d’entre elles, l’église Saint-Ménas du quartier de Flaming et l’église de la Vierge et Joseph dans le quartier de Sumûha, ne publient chacune qu’un seul titre. L’église Saint-Georges dans le quartier du Sporting et l’église de la Vierge dans le quartier de Muharram Bey coéditent à elles seules soixante-cinq titres d’hagiographie entre 1959 et 1971, soit 40,3 % de la production totale.

24Ainsi s’esquisse la hiérarchie des principaux centres éditeurs d’hagiographie dans l’Égypte copte des années 1960. Les églises Saint-Georges et de la Vierge à Alexandrie arrivent en première position avec soixante-cinq titres parus. Bayt Al-Shammâsa au Caire occupe la seconde place avec seize titres ; Mahabba, où sont publiés quinze titres, arrive en troisième position. Toutefois, il serait inexact de faire des deux églises alexandrines le principal centre éditorial copte des années 1960. Si l’on se réfère au catalogue de Dâr al-kutub, Mahabba reste, tous genres confondus, la première source éditrice copte des années 1960.

LES GRANDS CENTRES ÉDITEURS : SPORTING ET MUHARRAM BEY

  • 19 Sur l’histoire de l’église Saint-Georges d’Alexandrie, voir L. Sîdârûs, Alqummus Bîshoy kâmil (Le (...)

25C’est non loin de la station de tramway Sporting proche du centre-ville d’Alexandrie que voit le jour, en 1959, le plus gros centre éditeur d’hagiographie des années 1960. Bientôt, le nom de la station en devient le sigle, prenant le pas sur le nom de la petite église qui est à l’origine de toutes les publications : l’église Saint-Georges. En 1959, il ne s’agit en réalité que d’un sommaire bâtiment construit sur un terrain acheté en 1957 par le patriarcat en vue de créer une paroisse pour les ouailles du quartier, obligées de se déplacer vers des églises éloignées pour assister aux offices. Dès l’accession de Cyrille VI au patriarcat, l’église est construite et un prêtre y est nommé, Bîshoy Kâmil, qui devient au cours de la décennie l’une des figures charismatiques de la communauté. Nul doute que la personnalité de ce prêtre inspiré ait joué un rôle déterminant dans l’ampleur prise par l’église du Sporting en matière éditoriale. Très vite, les premières publications voient le jour à son initiative et à celle de l’équipe de jeunes gens qui l’entourent19. D’après la documentation disponible, on peut évaluer à une centaine le nombre de titres émanant du Sporting pour la décennie. La part la plus importante de la production est consacrée à la littérature spirituelle à destination des enfants et à l’hagiographie. Deux séries d’ouvrages sont consacrées à l’édition des œuvres de Chenouda et de Sévère d’Antioche. Le Sporting édite aussi des textes liturgiques et des traductions en arabe de documents coptes anciens.

  • 20 Voir chapitre III.

26À l’origine du Sporting et demeurant associé à lui tout au long des années 1960, le centre de Muharram Bey fut le berceau de l’édition copte à Alexandrie. L’église de la Vierge est créée en 1935 dans le quartier de Muharram Bey, à proximité de la faculté des sciences. Cette situation géographique n’est pas étrangère à l’activité culturelle et éditoriale qui se développe très tôt au sein de l’église. Les jeunes étudiants coptes de l’université voisine fournissent en effet à la paroisse « l’exubérante troupe » (al-qatî‘ al-mutadaffiq) qui anime les nombreuses activités éducatives organisées dans l’enceinte de l’église. Parmi eux, le jeune Samî Kâmil, qui deviendra plus tard Bîshoy Kâmil, premier prêtre de l’église Saint-Georges du Sporting, et Yûsuf Habîb, l’hagiographe le plus prolixe de l’Égypte copte des années 196020.

  • 21 Al-yûbîl al-dhahabî (Le Jubilé d’or), p. 34-43.

27L’église de Muharram Bey se distingue dès sa création par ses activités éditoriales. Elle produit dans un premier temps des images des saints, puis des livrets sur la langue et l’histoire coptes, enseignées dans le cadre paroissial. Le livre du cinquantenaire de l’église indique une production de plus de soixante livres en cinquante ans sur les sujets suivants : l’histoire de l’Église, la spiritualité, la dogmatique, les livres pour les jeunes, les paroles des Pères et le service de l’Église. La documentation réunie pour les années 1960 indique une production hagiographique substantielle21.

28Les indications portées en quatrième de couverture des livrets émanant du Sporting et de Muharram Bey désignant la plupart du temps comme éditeur les deux églises réunies, on peut considérer qu’il s’agit là de coéditions. Chacune des deux églises a probablement publié séparément tel ou tel ouvrage. Dans quelques cas en effet, n’est mentionnée en quatrième de couverture des fascicules que l’une ou l’autre. Toutefois, compte tenu du flou entourant les conventions éditoriales dans l’Égypte des années 1960, et compte tenu du fait qu’une seule et même équipe de prêtres, de diacres et de jeunes gens semble avoir animé les deux centres, on considérera qu’il s’agit dans tous les cas d’une seule et même source éditrice que l’on désignera sous l’étiquette du Sporting. Le Sporting ne se distingue pas seulement par l’importance de sa production hagiographique mais aussi par l’efficacité de sa diffusion éditoriale. Ses livrets hagiographiques ainsi que sa littérature spirituelle sont, au cours des années 1960, distribués dans l’ensemble du réseau des librairies coptes en Égypte.

L’ÉDITION COPTE ET L’ÉDITION ISLAMIQUE À TRAVERS L’ÉTUDE DES CATALOGUES

29Il n’est pas de meilleur repère pour évaluer l’importance prise par l’hagiographie copte au sein de l’édition égyptienne au cours du xxe siècle que de la comparer avec son homologue islamique. Les musulmans représentent plus de 90 % des Égyptiens et à ce titre il n’y a rien d’étonnant à ce que la production éditoriale islamique égyptienne apparaisse dans les catalogues dans de tout autres proportions que la production chrétienne. Les éditions du Coran et des Hadiths, les livres sur le dogme et les principes de la foi islamique ainsi que l’hagiographie dominent au sein de cette production. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : pour le xixe siècle, 2 400 livres traitant de la religion musulmane sont recensés pour un total de 7 830 livres ; pour la période 1900-1925, cette production est de 2 350 titres pour un total de 8 375 ouvrages répertoriés. Elle représente alors 28 % de l’ensemble des publications recensées.

  • 22 Voir A. Ibrâhîm Nasîr, op. cit., xixe siècle, A. Ibrâhîm Nasîr, op. cit., 1900-1925, A. Ibrâhîm Na (...)
  • 23 A. M. Mansûr, op. cit.

30Malgré ces chiffres impressionnants, la proportion des livres touchant à la religion musulmane ne cesse de décroître au long du xxe siècle jusqu’au début des années 1960. Elle s’abaisse d’abord à 21 % pour la période 1926-1940 puis à 8,7 % entre 1940 et 195522. Cette chute s’explique principalement par l’apparition de nouveaux secteurs éditoriaux, comme ceux relatifs aux sciences sociales ou aux sciences fondamentales et appliquées qui, à partir des années 1940, répondent aux besoins des jeunes étudiants des universités du Caire et d’Alexandrie. Entre 1940 et 1956, période au cours de laquelle s’est développé l’enseignement supérieur égyptien, les rubriques relatives aux sciences sociales dépassent, avec 2 435 titres, celles consacrées aux religions (diyânât) qui ne totalisent que 1 542 titres. Les rubriques consacrées aux sciences dites « dures » totalisent pour leur part 1 265 titres23.

  • 24 G. Kepel et Nazih N. M. Ayubi, op. cit.

31Toutefois, la production islamique continue de progresser dans l’absolu entre 1926-1940 et 1940-1956 puisqu’elle passe respectivement, pour ces périodes, de 1 258 titres à 1 300, c’est-à-dire de 83 à 86 livres en moyenne par année. Ce n’est qu’au cours de la période 1956-1960 que la production baisse en tant que telle, avec 370 titres représentant une moyenne annuelle de 74 titres. Les livres relatifs à la religion musulmane ne représentent plus alors dans les catalogues que 4,8 % de l’édition égyptienne. Cette chute significative correspond à la période de répression du régime envers les groupes militants islamistes dont une partie de l’activité est concentrée sur l’édition24. Baisse effective de la production ou passage dans la clandestinité d’une partie de cette dernière ? Les deux hypothèses sont à retenir. On a vu qu’une partie de l’édition religieuse égyptienne, chrétienne et islamique, a échappé dès les années 1950 aux organismes de contrôle des livres imprimés mis en place par Nasser. Il faut aussi tenir compte de la censure qui a pu s’opérer au niveau de Dâr al-kutub, organisme d’État et éditeur des catalogues des publications égyptiennes à partir de 1956.

32Au cours des années 1960, le recentrage sur le religieux qui s’opère chez les musulmans, au moment même où l’étau se desserre quelque peu autour des groupes islamistes, a des conséquences sur la production éditoriale musulmane ; en effet, cette dernière remonte à nouveau dans les catalogues, pour atteindre, en 1970, 9,4 % de l’ensemble des publications égyptiennes recensées.

33On mesure alors l’évolution du rapport entre les productions chrétienne et islamique. Représentant respectivement 0,6 % et 30 % de la production de livres en Égypte au xixe siècle, leur rapport passe, en 1970, à 2,4 % pour 9,4 %. La production éditoriale chrétienne, qui ne représentait au xixe siècle que 2 % de la production musulmane, atteint dans les catalogues 25 % de cette dernière à la fin des années 1960. On évalue alors le chemin parcouru par les coptes sur la voie du développement d’une identité communautaire tout au long du xxe siècle. Le parallèle couramment établi entre musulmans et coptes sur le recentrage des deux groupes autour du religieux à partir des années 1940 atteint ici ses limites. Chez les coptes, on a bel et bien affaire, en matière éditoriale, à une poussée interne de longue durée, dont l’évolution positive prend racine dès les débuts du xxe siècle, alors que chez les musulmans, il est plutôt question de mouvements éditoriaux liés aux conjonctures sociales et politiques.

  • 25 A. Ibrâhîm Nasîr, op. cit., xixe siècle, p. 246. Sur le cycle de al-Badawî : C. Mayeur-Jaouen, Al- (...)

34Les musulmans ont aussi leurs saints et, depuis le xiiie siècle il existe une hagiographie islamique commémorant les hauts faits de ces derniers. L’étude des rubriques des catalogues disponibles intitulées al-qâda aldîniyyûn (les chefs religieux) ou rijâl al-dîn (les hommes de la religion) qui regroupent, aux côtés des Vies de saints, des biographies d’hommes célèbres ou de chefs religieux montre, depuis le xixe siècle jusqu’à la veille des années 1960, la supériorité de l’édition hagiographique musulmane sur son homologue chrétienne. En effet, dès le xixe siècle, les musulmans éditent des Vies de leurs saints les plus populaires, tel al-Badawî, dont les premières Vies imprimées paraissent dès les années 186025.

35À partir des années 1960, les productions hagiographiques musulmane et copte se rapprochent en volume. En 1968, l’hagiographie copte, avec 17 titres recensés, dépasse, pour la première fois, l’hagiographie musulmane qui ne compte que 11 titres. Cette avance se confirme en 1969, année qui voit l’hagiographie copte quasiment doubler en volume son homologue islamique, avec 23 titres recensés contre 12. En 1970, les deux productions reviennent presque à égalité avec 24 titres répertoriés pour les coptes contre 23 pour les musulmans.

36On le voit, l’étude des catalogues montre que l’hagiographie n’est pas seulement le secteur éditorial qui connaît le plus grand développement au sein de la production copte des années 1960. Il s’impose au sein de l’ensemble de la production religieuse égyptienne comme un genre spécifique aux coptes, du fait de son volume et de sa diffusion au sein du groupe. Il traduit, de façon tangible, le grand rassemblement de la communauté copte autour de ses saints et des miracles de ces derniers.

Tableau 1. Progression de l’édition copte au sein de l’édition égyptienne (xixe siècle à 1960)

Tableau 1. Progression de l’édition copte au sein de l’édition égyptienne (xixe siècle à 1960)

Tableau 2. Progression de l’édition copte au sein de l’édition égyptienne (1961 à 1970)

Tableau 2. Progression de l’édition copte au sein de l’édition égyptienne (1961 à 1970)

Tableau 3. Les livrets hagiographiques coptes (1959 à 1971)

Tableau 3. Les livrets hagiographiques coptes (1959 à 1971)

Tableau 4. Tableau de l’édition hagiographique au Caire

Tableau 4. Tableau de l’édition hagiographique au Caire

Tableau 5. Tableau de l’édition hagiographique à Alexandrie et en province

Tableau 5. Tableau de l’édition hagiographique à Alexandrie et en province

Tableau 6. L’hagiographie copte dans les catalogues de Dâr al-kutub

Tableau 6. L’hagiographie copte dans les catalogues de Dâr al-kutub

Tableau 7. L’édition islamique dans l’édition égyptienne (xixe siècle à 1955)

Tableau 7. L’édition islamique dans l’édition égyptienne (xixe siècle à 1955)

Tableau 8. L’édition islamique dans l’édition égyptienne (1956 à 1970)

Tableau 8. L’édition islamique dans l’édition égyptienne (1956 à 1970)

Tableau 9. L’hagiographie copte et islamique dans les catalogues de la Dâr el-kutub (1961 à 1970)

Tableau 9. L’hagiographie copte et islamique dans les catalogues de la Dâr el-kutub (1961 à 1970)

Liste des titres des livrets hagiographiques coptes identifiés publiés entre 1959 et 1971, classés par éditeur et par date de publication

37Les références complètes des livrets cités dans les chapitres sont indiquées en bibliographie.

Dâr al-Jihâd

38Saint Marc l’Évangéliste, 1968.

39Miracle de Zaytûn, Apparition de la Vierge, 1968.

40Saint Marc l’Évangéliste, s.d.

Shikûlânî

41L’Archange Michel, 1964.

42Vie de la Vierge Marie et son apparition, 1969.

43Le grand martyr saint Victor, 1970.

44Marc al-Antûnî, 1971.

Dâr Majalla Murqus et Bayt al-takrîs

45Vie de Pélagie, 1963.

46Rencontre d’Antoine et de Paul (trad. de saint Jérôme), 1965.

47La Vierge Marie, Théodokos, 1967.

48Sainte Monique, mère d’Arastinus (trad.), 1968.

49Antoine, ascète évangélique, 1968.

50Histoire du martyre de Pierre, s.d.

Giza

51Vie des trois Macaire (en collaboration avec Dayr al-Suryân), 1962.

52Abâ Nûb al-Nahîsî, 1962.

53Souvenirs d’ermites russes, 1963.

54Vertus de la vie des saints, 1965.

55Vie de Anbâ Hirmînâ, 1966

56Iqlâdyûs et saint Victor, 1966.

57Jean al-Hiraqlî, 1966.

58Abû Qustûr et Kulûj, 1966.

59Abâ Bujûl al-Jundî et Abâ Bujûl al-qass, 1966.

60Abâ Hûr et Abâ Fîs, 1967.

61Bîshoy et Bisantaus, 1967.

62Pacôme et sa sœur Dâlûshâm, 1968.

63Martyrs coptes à l’époque romaine, 1970.

64Vie d’André, 1970.

65Héros inconnus, 1970.

66Combat des saints, 1971.

67Anbâ Basâda, s.d.

Évêché des Hautes Études (EHE) – Collège clérical (CC) Patriarcat (P)

68LaVierge à Zaytûn, rapport sur l’apparition (EHE), 1968

69Dioscore l’Alexandrin (EHE), 1968.

70Marc l’apôtre, le saint, le martyr (CC), 1968.

71Le Synaxaire (P), 1970.

72Anbâ Abraham (EHE), 1971.

Association Saint Ménas (ASM) – Amis du livre saint (ALS)

73Abû Qîr (ASM), 1960.

74Le martyre dans le christianisme (ALS), 1969.

75Vie d’Antoine par Athanase (ALS), 1970.

76En souvenir des martyrs chrétiens (ALS), 1971.

77Grégoire de Naziance (ASM), 1971.

78Cyrille IV (ASM), s.d.

Sporting

79Histoire de Jean le Petit, 1959.

80Maxime et Damien, 1960.

81Macaire l’Alexandrin, 1961.

82Merveilles des Vies des martyrs, 1962.

83Moïse le Noir, 1963.

84Macaire le Martyr, 1963.

85Arnatius et Polycarpe, 1963.

86Mâr Abîmâ, 1963.

87Jacob le pur combattant, 1963.

88Les pères du désert, 1, 1963.

89Les pères du désert, 2, 1964.

90Anbâ Daniel, prêtre de Scété, 1964.

91Les martyrs Quzman et Damien et leurs sœurs, 1964.

92Marie la pure et Anbâ Abraham, 1964.

93Mar Bahnâm et Sarah sa sœur, 1965.

94Benjamin de Scété, 1965.

95Afdûkiyâ la pure, 1966.

96Le patriarche Anbâ Isaac, 1966.

97Pacôme, père du monachisme, et Tâdrus son disciple, 1967.

98Pures martyres, 1967.

99Benjamin, 1968.

100Anastasia la solitaire de Scété, 1968.

101Anbâ Chenouda, chef des solitaires 1968.

102L’intercession des saints, 1968.

103L’apparition de la Vierge et sa signification spirituelle, 1968.

104Pourquoi Dieu permet-il les tourments des saints ?, 1968.

105Pures saintes, 1968.

106Miracles de la Vierge, 1968.

107Intercède pour moi, Mère, 1968.

108Macaire le Grand, ses sermons et son monastère, 1968.

109Anbâ Jean, 1968.

110Anbâ Bînufiyûs, le saint prêtre, 1968.

111Taklâ Himânût, l’Éthiopien, 1969.

112Bamwâ et Amon, 1969.

113Barlâhâ, le martyr, 1969.

114Conte chrétien. Derrière la montagne, 1969.

115Maxime et Damien, 1969.

116Serge et Wakus, 1969.

117Zénon, 1969.

118Le patriarche Sévère d’Antioche, 1969.

119Tâdrus et Théodora la pure, 1969.

120Cyrille de Jérusalem, 1969.

121Apater et Irène 1970.

122Thècle la vierge, 1970.

123Le patriarche Pierre, sceau des martyrs, 1970.

124Anbâ Bîshoy, 1970.

125Abû Nafar, l’ermite, 1970.

126Le patriarche Athanase, 1970.

127Anbâ Aghaton, 1970.

128Iklamandus l’Alexandrin, 1970.

129Basile et Grégoire, 1970.

130Barbara et Juliana, 1970.

131Abâ Arâ, 1970.

132Samuel et les monastères du Fayyoum, 1970.

133Paul le simple, 1970.

134Mathieu le Pauvre, 1970.

135Qîr et Jean, 1970.

136Bifnûtî le solitaire, 1970.

137L’évêque Basûrâ, 1970.

138Sarapamon et Dîdîmûs, 1970.

139Marina la moniale, 1970.

140Flimûn et Arien, 1971.

141Bishoy et Paul de Tamûhî, 1971.

142Jean Khamé, le prêtre vierge, 1971.

143Isidore, 1971.

144Sikhîrûn le soldat, 1971.

145Conte chrétien. L’adorateur ascétique, 1971.

Sans éditeur

146Salut à la Vierge, 1964.

147Anbâ Zusîmâ, 1964.

148Patriarches, 1966.

149Mercure Abû Sayfayn, 1969.

150Barbara, 1971.

151Saints, 1971.

152Damienne, s.d.

Églises – Dayr al-Suryân (DS)

153Basile le Grand (DS), 1960.

154Éphrem (DS), 1961.

155Farîj Anbâ Ruways, 1963.

156Le martyr égyptien Saint Ménas, 1963.

157Martyres chrétiennes, 1965.

158Ibshâ et Pierre, 1966.

159Quarante miracles de la Vierge, 1967.

160Sarapamon, évêque de Minûfiyya, 1968.

161Paul, 1969.

162Farîj, Anbâ Ruways, 1969.

163Le martyre et le témoignage, 1969.

164Promesse de la lumière, 1970.

165Le pape Cyrille VI, 1971.

166Le prince des martyrs saint Georges, 1971.

167Souvenir des martyrs chrétiens, 1971.

168Notice sur le monastère Abû Sayfayn, 1971.

169Paul l’apôtre, 1971.

Mahabba

170Anbâ Abraham, 1959.

171Vie de Paul, 1961.

172Marie l’égyptienne et Zuzîmâ le prêtre, 1962.

173Jacob, le père des pères, 1962.

174Barsûm le Nu, 1962.

175Histoire d’Élie, 1966.

176Barsûm le Nu, 1967.

177Adam, 1967.

178L’Égypte reçoit la Vierge, 1968.

179Barsûm le Nu, 1968.

180Le bienheureux Abraham, 1968.

181Le martyre et le témoignage, 1968.

182Quarante miracles de la Vierge, 1968.

183Le Synaxaire, 1969.

184La Vierge et Damienne, 1969.

185Saint Marc le Prédicateur, 1969.

186Barsûm le Nu, 1971.

Édition à compte d’auteur

187Le grand saint Chenouda, 1959.

188Fête du centenaire de Cyrille IV, 1961.

189Jean al-Taba’îsî, le solitaire de la montagne d’Assiout, 1963.

190Arsène, professeur des fils du roi, 1963.

191Anbâ Abraham, 1965.

192Histoire des martyres, 1965.

193Georges le Romain, 1966.

194Marc l’Évangéliste, 1968.

195Extraits de la vie de saint Marc, 1968.

196Les monastères égyptiens contemporains, 1968.

197La Vierge et sa venue en Égypte, 1968.

198Résumé de l’Histoire des Patriarches, 1969.

199Michel, chef des anges, 1969.

200Anbâ Bîshoy, 1969.

201Cyrille VI, 1971.

202Série de contes chrétiens, s.d.

203Jacob le découpé, s.d.

204Anbâ Bîshoy, s.d.

Dâr al-Karnak

205La Vierge Marie, 1964.

206Marc, prédicateur de l’Égypte, 1965.

207Georges, prince des martyrs, 1967.

208Georges le Rival, 1969.

Notes

1 A. Ibrâhîm Nasîr, Al-kutub al-‘arabiyya allatî nushirat fî Misrxixe (Les Livres arabes publiés en Égypte au xixe siècle), Le Caire, 1990.

2 Sur les évolutions de la production éditoriale égyptienne, Y. Gonzalez-Quijano, Les Gens du livre. Édition et champ intellectuel dans l’Égypte républicaine, Paris, 1998 ; Le Livre arabe et l’édition en Égypte, Bulletin du CEDEJ, 25, 1989.

3 A. Ibrâhîm Nasîr, Al-kutub al-‘arabiyya allatî nushirat fî Misr. 1900-1925 (Les Livres arabes publiés en Égypte. 1900-1925), Le Caire, 1983.

4 Al-nashra al-misriyya li-l-matbû‘ât, 1961-1965 (Catalogue des publications égyptiennes, 1961-1965), Le Caire, 1966, p. 921.

5 P. Nourrit, « La réorganisation des coptes shismatiques », Relations d’Orient, juillet 1911, p. 373.

6 B. Voile, « Hagiographie et communauté copte au xxe siècle : naissance d’un courant éditorial », dans R. Chih et D. Gril (éd.), Le Saint et son milieu, IFAO, Le Caire, 2000, p. 187-201.

7 Sur le culte de Georges en Égypte et sur son cycle hagiographique, voir chapitre V.

8 E. Sidawy, « Le Mouled d’Abou Guerg », Revue du monde égyptien, 1, 1921, p. 146-152, 225-234. Voir aussi G. Legrain, Louxor sans les pharaons, Bruxelles, 1914.

9 De Lacy O’leary, The Saints of Egypt, Amsterdam, 1974 (2e éd.), p. 168.

10 Shinûda, Murqus al-rasûl, al-qiddîs wa-l-shahîd (L’apôtre Marc, le saint et le martyr), Le Caire, 1968. À noter l’emploi du terme ambigu de rasûl, apôtre. Je reviendrai sur les qualificatifs accordés au saint par les coptes dans le chapitre v.

11 Al-qiddîs Mâr Murqus al-bashîr (Saint Marc l’Évangéliste)…, Le Caire, 1968.

12 Hayât al-matûb al-zakî Anbâ Abrâm… (Vie du pur Abraham…), Le Caire, 1959.

13 M. Shukrî, Abû Qîr, Alexandrie, 1960.

14 Sîrat al-Anbâ Bûlâ (Vie de Paul), Damiette, 1969.

15 M. Jirjis, Al-bâbâ Kîrillus al-sâdis (Le pape Cyrille VI), Damanhûr, 1971.

16 D. el-Khawaga, « Le renouveau copte et l’édition », Bulletin du CEDEJ, 25, 1989, p. 111-116.

17 Voir H. M. Legrand, « Le Renouveau copte », Istina, 2, 1961-1962, p. 133-150.

18 F. A. ‘Abd al-Malâk, Al-qiddîs Yûhannâ al-Tabâ’îsî al-mutawahhid… (Saint Jean de Taba’is le solitaire…), Assiout, 1963.

19 Sur l’histoire de l’église Saint-Georges d’Alexandrie, voir L. Sîdârûs, Alqummus Bîshoy kâmil (Le prêtre Bîshoy Kâmil), Alexandrie, 1979.

20 Voir chapitre III.

21 Al-yûbîl al-dhahabî (Le Jubilé d’or), p. 34-43.

22 Voir A. Ibrâhîm Nasîr, op. cit., xixe siècle, A. Ibrâhîm Nasîr, op. cit., 1900-1925, A. Ibrâhîm Nasîr, op. cit., 1926-1940, et A. M. Mansûr, Dalîl al-matbû‘ât almisriyya, 1940-1956, Le Caire, s.d.

23 A. M. Mansûr, op. cit.

24 G. Kepel et Nazih N. M. Ayubi, op. cit.

25 A. Ibrâhîm Nasîr, op. cit., xixe siècle, p. 246. Sur le cycle de al-Badawî : C. Mayeur-Jaouen, Al-Sayyid al-Badawî, un grand saint de l’Islam égyptien, IFAO, Le Caire, 1994.

Table des illustrations

Légende Exemple d’une photo de Cyrille VI utilisée en ouverture d’un livret hagiographique. « L’heureux trônant sur le siège de saint Marc. Sa Sainteté l’Anbâ Cyrille VI, 116e pape d’Alexandrie et patriarche de la prédication de saint Marc. » © Cliché Jean-Claude Fernandes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Tableau 1. Progression de l’édition copte au sein de l’édition égyptienne (xixe siècle à 1960)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 2. Progression de l’édition copte au sein de l’édition égyptienne (1961 à 1970)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 3. Les livrets hagiographiques coptes (1959 à 1971)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 4. Tableau de l’édition hagiographique au Caire
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 5. Tableau de l’édition hagiographique à Alexandrie et en province
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 6. L’hagiographie copte dans les catalogues de Dâr al-kutub
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 7. L’édition islamique dans l’édition égyptienne (xixe siècle à 1955)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tableau 8. L’édition islamique dans l’édition égyptienne (1956 à 1970)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau 9. L’hagiographie copte et islamique dans les catalogues de la Dâr el-kutub (1961 à 1970)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2483/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540