Version classiqueVersion mobile

La petite musique des territoires

 | 
Nicolas Canova
, 
Philippe Bourdeau
, 
Olivier Soubeyran

Introduction

Penser les liens entre musique et territoire

Nicolas Canova, Philippe Bourdeau et Olivier Soubeyran

Texte intégral

De la géographie aux sciences sociales

1Vu du monde anglophone de la recherche en sciences sociales, un « cultural turn » (Cook et alii., 2000) s’est produit depuis les années 1990. Les « cultural studies » deviennent une référence et percolent l’ensemble des sciences humaines et sociales. De nouveaux enjeux émergent des formes, objets et pratiques culturelles, abordés dans le sens restreint d’activités artistiques ou dans une version plus large englobant les modes de vie contemporains. Une lecture actualisée du monde est à la base de ces enjeux. Elle passe notamment par l’arrivée d’objets scientifiques insolites et de sujets novateurs. Elle entend, entre autres, prendre en compte les questions en marge, rejetées et oubliées des analyses traditionnelles, traiter notamment du banal et du quotidien, s’ouvrir à l’implicite et à l’éphémère, donner sa chance au détail, à l’invisible, à l’immatériel. À l’intérieur de ce courant, la musique occupe une place non-négligeable. Comme nous le montre la multiplication des travaux sur ce sujet, elle s’est construit une place incontestable dans les sciences sociales et notamment dans les disciplines abordant le territoire, offrant alors des pistes de recherches fécondes.

2En France, les récentes propositions de Guiu (2006), Raibaud (2009) et Canova (2014) montrent le regain d’intérêt que soulève la question. La notion de territoire y est posée dans une perspective interdisciplinaire que nous revendiquons également, ce qui fonde la prétention de cet ouvrage à participer à l’échange qui s’opère entre les sciences sociales. C’est toutefois d’un point de vue géoculturel que c’est fait le recueil des textes qui suivent. Cette orientation indique une volonté de creuser un versant réflexif en interrogeant les bases épistémologiques de son lien à la musique ainsi que le point de vue des autres sciences sociales sur cette question.

  • 1 Tolila, 2001, p. 4.
  • 2 Cf. Claval, 2003, p.

3Pourtant, toutes les attentes des chercheurs en termes d’ouverture ne sont pas nécessairement satisfaites. Au début des années 2000, la musique, malgré son « explosion » sociétale, tarde à s’affirmer comme objet scientifique. D’un côté, on constate l’omniprésence de la musique dans la société : « le public des manifestations musicales se porte bien, les festivals de musique se multiplient, les écoles de musique sont pleines à craquer, les initiatives scolaires peinent à suivre une demande sociale de plus en plus vaste et exigeante […] bref partout on fait de la musique »1. De l’autre côté, on continue de percevoir le décalage dans son acceptation. « Pourquoi les géographes ne pourraient-ils pas poser leur regard sur la musique ? »2. Si le renversement de tendance attendu est bien à l’œuvre, les travaux scientifiques qui en font un objet générique se font rares ; la musique restant encore un objet (trop) spécifique. On constate encore quelques réticences de la part de géographes, d’autres sciences du territoire et plus généralement une méconnaissance collective face aux possibles qu’ouvre ce sujet.

4Effet et cause de cette réticence, il est probable que le faible nombre de chercheurs dans le domaine et, sur un autre plan, le peu d’engagement à se frotter à la production anglophone, plus riche et ancienne, n’aident pas.

  • 3 Imberty, in Escal et Imberty, 1994, p. 7.
  • 4 Pistonne, in Escal et Imberty, 1994, vol. 2, p. 196.
  • 5 Jones, 2005, op. cit., p. 725.
  • 6 Ibid.

5Le double volume de La musique au regard de sciences humaines et des sciences sociales, sous la direction de Escal et Imberty (1997), s’est attaché à montrer « la diversité conceptuelle et épistémologique d’un champ de recherches parfois encore débutantes »3. Une première constatation illustre la géographie par son absence. Une autre montre que « la complexité même des discours et des démarches récentes les contraint à développer les méthodes comparatives et la transdisciplinarité »4. C’est justement ce qui caractérise les travaux récents en sciences du territoire et ce que nous engageons avec cet ouvrage collectif. Les bilans actuels continuent de mettre en garde contre le décalage science/société. « Musique et sciences humaines. Rendez-vous manqués ? » posait comme question le Revue d’Histoire des Sciences Humaines (no 14, 2006). Jones (2005) dénonce également « a general lake of investigation of music at work across the social sciences »5. Il appuie cette idée en se référant alors à Marek Korczynski qui « argues “there is a huge gap in the sociological knowledge of the role of music within work” since “just as sociologists of work have failed to look at music, the sociologists of music have consistently failed to look at work” (2003 :314-315) »6. Alors qu’Adorno publiait en 1962 son Introduction à la sociologie de la musique, un colloque parisien annonçait (seulement) 25 ans de sociologie de la musique ! Dans ce regard scientifique sur la production sociale qu’est la musique, « ce qui est nouveau, c’est que la confrontation des travaux des musicologues et des sociologues permet d’innover en proposant des thèmes insolites de recherche et de protocoles méthodologiques » (Green, 2000). L’étonnement qui a gravité autour de l’absence de travaux pour la sociologie, les sciences politiques ou encore la philologie, montre alors que la géographie, déjà en marge des possibilités selon l’avis commun, n’a pas fini de (se) surprendre.

  • 7 Huit disciplines représentées lors des Rencontres de Grenoble (2009).

6Dans les années 2010, la démarche qui occupe la sellette et œuvre dans la multiplication des travaux rime avec pluridisciplinarité. Les travaux sur l’environnement sonore en urbanisme et en architecture, sur les pratiques musicales en anthropologie ou ethnologie, la reconnaissance de la musicologie comme discipline scientifique, ainsi que les recherches en sciences politiques et en sciences de l’information et de la communication sont de plus en plus interconnectés. Aussi, la mobilisation de ces travaux, qui va de pair avec le rapprochement constaté entre des chercheurs de différentes disciplines7, permet de mobiliser des concepts, méthodes et outils inhabituels pour certains. Mais, cela ne constitue pas en soi une solution aux problèmes épistémologiques que soulève l’objet. La résolution de ces derniers ne passerait-elle pas avant tout par une critique intégrée ?

Penser le territoire comme lieu d’articulation

  • 8 Institut de Géographie Alpine et Centre d’Etudes et de Recherches sur les Montagnes Sèches et Médit (...)

7C’est en partant de la géographie que l’analyse musicale a trouvé au sein du territoire une porte vers l’interdisciplinaire. Cette notion, à l’instar de la notion de place du côté anglo-saxon, draine des « sciences » qui revendiquent son étude. Comme le montrent les récents travaux, le territoire « est passé de la situation de descripteur du maillage spatial (au sens juridico-administratif), au statut de concept opératoire rendant compte de la réalité complexe des constructions socio-économiques ancrées dans un espace physique. Ce concept de territoire renvoie tout autant aux aspects formels : distribution dans l’espace de matérialités naturelles et construites, découpages politiques, juridiques et administratifs ; qu’aux aspects liés au sens de ces formes : idéologies spatiales, représentations, systèmes de valeurs »8. Il arbore donc une définition plurielle, allant d’un espace lissé par une autorité spécifique (État, Région, province,…) à la construction sociale induite par la mobilisation collective de ressource dans la dimension du projet, en passant par les trajectoires individuelles, les réseaux mondiaux et la multi-appartenance. Le territoire s’éloigne petit à petit de sa dimension spatiale originelle pour s’enraciner dans l’immatériel et le réticulaire.

8Depuis les années 1970, le territoire est devenu un véritable enjeu pour la géographie francophone et donne lieu à de vifs débats opposant les « territorialistes » aux « spatialistes », lorsqu’il ne s’agit pas de discuter de la notion elle-même. Aussi, même si les auteurs qui le mobilisent ne sont pas toujours d’accord sur sa définition, le territoire est certainement à la base de la plus forte transversalité dans les travaux sur la musique. Celle-ci apparaît comme inhérente au processus de territorialisation, que ce soit en tant qu’objet ou en tant que sujet. Les dynamiques qui la lient à l’espace accusent alors une prétention moindre, du moins dans les travaux francophones, puisqu’ils se préoccupent majoritairement des systèmes de localisation et de diffusion d’un coté, et de la place matérielle et physique du son dans l’espace de l’autre. Mais l’espace n’a pas ici le même statut que le territoire et il peut d’ores et déjà être admis que les deux ne s’opposent pas, bien au contraire.

9Un regard sur la question anglophone mérite également d’être posé. La notion de place est en train de percer du côté francophone pour alimenter la thématique musicale où elle est parfois traduite par « lieux », « place » ou « endroit », voire de plus en plus souvent mobilisée telle quelle.

  • 9 « A “local musical space” can be thought of as a territory in which a “community of musical taste” (...)

10Bonnemaison (2003), proposait de faire le lien direct entre la définition disciplinaire du territoire et celle de place. Il supposait que la rigidité du vocable territory ne permettait pas de prendre en compte les avancées de sa traduction francophone initiale et que, par conséquent, celle de place en assumait les contours. La proposition de Lovering (1998) nous indique que cette hypothèse n’est pas stérile9 et, qui plus est, que la musique pourrait bien avoir un rôle à jouer dans cette réunion conceptuelle.

Perspectives thématiques

11En voulant s’inscrire dans la dynamique qui structure la recherche sur les liens entre musique et territoire, cet ouvrage entend donc participer à la construction de ponts interdisciplinaires. Après les premières initiatives qui ont ouvert le champ des possibles en la matière (Guiu, 2006 ; Raibaud, 2009), notamment par le croisement fécond de la géographie et des différentes sciences sociales intéressées par les rapports entre musique et territoire, nous proposons de continuer le mouvement en posant plus explicitement le pouvoir heuristique des objets musicaux et particulièrement les modalités de l’action collective. Nous nous inscrirons alors dans une dynamique de résonnance, dans une continuité épistémologique, en revenant sur les travaux existants pour en présenter de nouveaux.

12Dans la première partie de cet ouvrage, intitulée Musique et géographie : vers une science normale ?, c’est le statut cumulatif des recherches qui est interrogé. L’exploration des raisons de la situation de la musique en géographie en est l’objet principal. Son entrée tardive dans la discipline, sa faible légitimité initiale, l’étonnement qu’elle continue de susciter, et la nécessité de justification que cela implique sont mis en regard avec les avancées précoces du côté anglophone et son apport réflexif aux sciences géographiques. Ceci avec deux objectifs : d’une part, poursuivre le travail d’intégration de la musique en géographie et d’autre part mieux comprendre les enjeux disciplinaires et pluridisciplinaires. Cette thématique constitue un point de départ pour nombre de travaux, lorsqu’elle n’en est pas l’objet principal. Pour autant, si nous faisons assez volontiers le lien entre eux, la résolution des problèmes épistémologiques du corpus reste un chantier ouvert.

13Cinq propositions illustrent cette première partie. Jean-Marie Romagnan y fera une (ré)apparition attendue les chercheurs impliqués dans la thématique. Alors qu’il est à l’origine d’un article phare paru en 2000 dans la revue Géographie et Cultures, article largement utilisé dans les bibliographies actuelles, Romagnan est sorti du circuit universitaire juste avant l’avancée collective initiée en 2006. Avec cette nouvelle proposition, qui décrit et explique son parcours spécifique et ses propositions alors inédites, il retrouve sa place dans un collectif désireux de s’entretenir avec lui.

14Yves Raibaud, qui emboite le pas, va dans le sens d’une émancipation de la discipline qui passerait par un élargissement des thématiques, la non-exclusivité du regard géographique et une indispensable curiosité envers l’altérité. Pour ce, il nous propose de faire un détour par les travaux portés actuellement en France. Il pose la question du retard de l’objet dans la discipline avant de montrer quels sont les sujets d’actualité, les styles musicaux choisis, les orientations thématiques et méthodologiques reprises ou en émergence du côté français. Il revient de manière systématique sur l’objet et sur la pensée disciplinaire pour comprendre les liens de co-construction qui les unissent. Le rôle majeur du territoire s’affirme une fois de plus.

15Nicolas Canova revient ensuite sur un point récurrent dans nombre de travaux : l’effort d’affirmation de la musique comme objet spécifiquement géographique. Il semble en effet qu’à l’intérieur de la géographie comme dans l’ensemble de la société, juxtaposer les termes musique et géographie provoque un certain étonnement, lorsqu’il ne s’agit pas d’en refuser l’idée. Face à cet écueil, les géographes travaillant sur la musique ont élaboré un argumentaire stratégique constitué d’un véritable arsenal justificatif. Pourtant, nous continuons encore aujourd’hui de tenter de légitimer le sujet face à un étonnement persistant. L’auteur examine alors la structure de cette justification avec pour objectif d’en comprendre la construction, mais surtout de voir en quoi elle a pu participer, à son tour, d’une forme d’inertie disciplinaire en géographie.

16À la suite, Michelle Duffy et Gordon Waitt semblent coller parfaitement aux préoccupations françaises et à leurs recherches d’ouverture. D’un côté, ils représentent la prise de contact entre les francophones et les anglophones travaillant sur la musique. De l’autre côté, ils abordent « la dimension corporelle […] pour laquelle la géographie de langue anglaise se montre bien plus à l’aise que la production française » (Hancock C., 2001 : 97). En nous proposant de travailler sur l’espace du quotidien, ils reprennent implicitement la question territoriale dans un sens socioculturel proche des travaux développés en France. La pratique de l’espace, sa mise en musique et la construction de représentations induites, à leur tour productrices de « place », engagent la discipline dans une nouvelle voie au futur prometteur. C’est alors la dimension émotionnelle qui interpelle la discipline dans laquelle cette question reste encore en retrait.

17Henri Dorion propose à son tour de répondre à une question particulière qui prend tout son sens dans le contexte canadien de ses recherches : existe-t-il une musique nordiste ? En répondant à une série d’interrogations qu’impose le titre explicite de son article, il aborde les représentations que se font musiciens et chercheurs de réalités éloignées. Le Nord, est le bouquet d’images qu’il représente, oscille entre objet d’étude et sujet la construction musicale et géographique.

  • 10 Romagnan, 2000, sous l’influence de J.-P. Volle.

18La seconde partie de cet ouvrage positionne la musique au cœur de l’analyse territoriale. De ce point de vue elle devient un géo-indicateur10 dans la mesure où il existe une géographie des formes musicales, des sons, des lieux de production, de diffusion, d’écoute. Les lieux semblent donc produire des musiques différenciées, qui sont porteuses d’identités territoriales et d’attachement. La musique s’accompagne de structures et d’infrastructures spécifiques qui marquent l’espace, comme le montre Frédéric Lamantia avec l’exemple de l’opéra. Ces musiques constituent alors un matériau pour décrire et analyser des idéologies territoriales et leur généalogie. La musique est un objet d’étude pour la géographie sociale et culturelle, mais aussi pour des géographies industrielles, économiques, du tourisme, du pouvoir, etc. La musique devient donc un outil d’aménagement et de développement territorial. Noémie Lefebvre l’illustre avec Marcel Landowski qui participe de la démocratisation culturelle par le biais aménagiste. Ainsi, la musique apporte une « plus-value territoriale », que ce soit sur les plans économique, social ou culturel, dans les projets de développement durable et les nouvelles formes de gouvernance. La proposition d’Hélène Douence, Danièle Laplace-Treyture et Frédéric Tesson en témoigne avec la dynamique jazz-vin dans le sud-ouest français. À son tour, Yaël Epstein aborde, avec le cas du quartier de la Guillotière à Lyon, le rôle de la musique dans les différents modes de recompositions territoriales. La musique devient ainsi une composante commune de l’action collective.

19Nombre de formes musicales qui se sont épanouies au xxe siècle ont contribué au développement des images, valeurs, mythes et pratiques de la mobilité, que ce soit sous l’angle des « tournées » (Bourdeau, 2009), des hybridations musicales (world music) ou des errances et nomadismes musicaux (New Age, travellers, sound systems au long cours). Aujourd’hui, les flux numériques audio et vidéo (web, réseaux TV) sont en train de compléter, sinon de relayer les flux physiques de musiciens. Alors que les musiques actuelles ont largement hésité entre ancrage géographique et nomadisme, à l’exemple du blues, une heuristique musicale serait féconde et pertinente pour interroger la question de moins en moins consensuelle des mobilités.

20Les cinq textes qui structurent cette partie centrale nous montrent alors en quoi les propositions théoriques se doivent d’être référées à des expériences de terrain. En effet, si elles permettent de nourrir la thématique d’exemples concrets, elles sont surtout l’occasion de faire se rencontrer les réalités épistémologiques avec des réalités territoriales, condition sine qua non de la démarche réflexive dans lequel s’engagent aujourd’hui les travaux.

21Dans une troisième partie, dénommée « La musique : un outil réflexif pour les sciences du territoire », se posent plus clairement les perspectives d’élargissement théorique de l’entrée musicale. Il est connu que l’art, dans certaines de ses manifestations, anticipe des évolutions sociétales. En cela, il est un opérateur prospectif. Les recherches qui exploitent cette voie se croisent ici. Par exemple, les nouvelles formes de pilotage de l’action publique (gouvernance, processus délibératifs, design et créations collectives, multiplications des publics) nous placent devant une mutation de la pensée aménagiste. Dans ce contexte, Olivier Labussière interroge la figure du médecin-musicien. Dès lors, comment penser la maîtrise, l’anticipation, bref les éléments clefs d’une discipline de l’action qui serait véritablement autre chose qu’un modèle réductionniste de « l’avenir en plan » ? Dans cette mesure, certaines formes musicales et orchestrales peuvent nous aider à comprendre autrement les fondements des phénomènes collectifs. L’architecture et l’urbanisme sont sur le devant de la scène pour guider cette pensée prospectiviste, et Arnaud Hollard pose son regard sur les processus créatifs qui s’y rattachent.

22Le son est également l’objet d’aménagement sur les territoires. Avec l’aménagement sonore, il semble se produire un déplacement des conditions de l’efficacité aménagiste : de la raison au sensible à l’affect, et à une augmentation de l’échelle de son intervention, le territoire, l’architecture, mais aussi l’action sur le corps. Ainsi, la musique est-elle non seulement un géo-indicateur, mais également un médiateur. À ce titre, elle est un instrument de communication et donc de pouvoir. La ritournelle, chère à Gilles Deleuze et Félix Guattari, est en ce sens devenue une référence pour nombre de travaux qui étudient la dimension sonore du lien social, à l’instar de la proposition de Manola Antonioli. De récentes affaires ont montré l’utilisation du son comme technologie de dissuasion (éloigner des clientèles jeunes de certains espaces commerciaux, par exemple). Il convient par exemple d’explorer la piste de « l’oreille du pouvoir », en référence à « l’œil du pouvoir ». Inversement, l’utilisation de la musique peut être aussi au service de l’émancipation. Enfin, la mobilisation de la musique comme des sons peut engendrer des actions d’esthétisation des espaces, et intervenir dans la construction de territoires « sans qualités » ou pathologiques. La notion d’ambiance devient efficiente dans ces contextes d’action, comme nous le montre Solène Marry dans son texte.

23La musique, si elle ne permet peut-être pas de « déssaturer » radicalement le territoire, c’est-à-dire d’augmenter la superposition des usages de l’espace (un vieux rêve de l’aménageur), constitue tout du moins un moyen de comprendre et d’agir sur les interférences entre espaces publics et privés. En clôturant cette dernière partie, Alain Milon nous permet de comprendre que ces questions ne sont pas sans contours au-delà desquels il faut penser les espaces indéfinis et infinis que produit et consomme la musique.

24Comme le confirme l’avancée des travaux sur la musique, la thématique donne l’occasion de s’ouvrir davantage à une coopération entre les sciences humaines et sociales, ainsi qu’à l’international. C’est donc une invitation au dialogue que nous réitérons par le présent ouvrage. Et plaidant pour une multiplication des échanges, nous appuyons les perspectives qu’ouvrent le dialogue et l’échange interculturels. Musique et territoire entretiennent des liens forts et constructifs : parlons-en encore !

Bibliographie

Références bibliographiques

Adorno T.-W., 1994[1962], Introduction à la sociologie de la musique – douze conférences théoriques, Mésigny, Contrechamps.

Brandl E., Prevost-Thomas C., Ravet H. (dir.), 2012, 25 ans de sociologie de la musique, L’Harmattan.

Bonnemaison J., 2004, Culture and space, conceiving a new cultural geography, I.-B. Tauris, London-New-York.

Bourdeau P., 2009, « Les Rolling Stones en tournées », La Géographie, no 6 nouvelle formule, p. 84-88.

Campos R., Donin N., Keck F., 2006, « Musique, musicologie, sciences humaines : sociabilités intellectuelles, engagements esthétiques et malentendus disciplinaires (1870-1970) », in Revue d’Histoire des Sciences Humaines, no 14, dossier « Musique et sciences humaines : rendez-vous manqués ? », p. 3-18.

Canova N., 2014, La musique au cœur de l’analyse géographique, L’Harmattan.

Claval P., 2003[1995], La géographie culturelle, Nathan.

Cohen S., 1998, “Sounding out the city : music and the sensuous production of place”, in A. Leyshon, D. Matless, G. Revill (eds.), 1998a, The place of music, Guilford Press, New York, p. 269-291.

Connell J., Gibson C., 2004, “World music : deterritorializing place and identity”, in Progress in Human Geography, vol. 28, no 3, p. 342-361.

Cook I., Crouch D., Naylor S., Ryan J. (dir.), 2000, Cultural Turns/geographical Turns, Prentice Hall, Harlow.

Escal F., Imberty M. (dir.), 1997, La musique au regard des sciences humaines et des sciences sociales. Actes du colloque, Maison des sciences de l’homme, Paris, 10 et 11 février 1993, l’Harmattan.

Green A-M., (dir.), 2000, Musique et sociologie. Enjeux méthodologiques et approches empiriques, l’Harmattan.

Guiu C. (dir.), 2006, « Géographie et musiques : quelles perspectives ? », Géographie et cultures, no 59.

Halfacree K.-H., Kitchin R.-M., 1996, “‘Manchester Rave On’ : placing the fragment of popular music”, in Area, no 28, vol. 1, p. 47-55.

Hancock C., 2001, « La géographie postcoloniale. “L’empire contre-attaque” », in Staszak et alii., Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Mappemonde, Belin, p. 95-98.

Hudson R., 1995, “Making music work ? Alternative regeneration strategies in a desindustrialised locality : the case of Derwentside”, in Transactionsofthe Institute of British Geographers, no 20, vol. 4, p. 460-473.

Ingham J., Purvis M., Clarke D., 1994, “Hearing places, making spaces : sonorous geographies, ephemerals rhythms and the Blackburn Warehouse parties”, in Environment and planning D : Society and Space, no 17, p. 283-305.

Jones K., 2005, “Music in factories : a twentieth-century technique for control of the productive self”, Social & Cultural Geography, vol. 6, no 5, p. 723-744.

Lovering J., 1998, “The global Music Industry”, in A. Leyshon, D. Matless, G. Revill (eds.), 1998, The place of music : music, space and the production of place, Guilford Press, New York, p. 31-56.

Raibaud Y. (dir.), 2009, Comment la musique vient au territoire ?, MSHA, Pessac.

Romagnan J.-M., 2000, « La musique : un nouveau terrain pour les géographes », in Géographie et Cultures, no 36, p. 107-126.

Tolila P., 2001, « préface », in Gomard, Hennion et Maisonneuve, Figures de l’amateur : Formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui, La Documentation française.

Notes

1 Tolila, 2001, p. 4.

2 Cf. Claval, 2003, p.

3 Imberty, in Escal et Imberty, 1994, p. 7.

4 Pistonne, in Escal et Imberty, 1994, vol. 2, p. 196.

5 Jones, 2005, op. cit., p. 725.

6 Ibid.

7 Huit disciplines représentées lors des Rencontres de Grenoble (2009).

8 Institut de Géographie Alpine et Centre d’Etudes et de Recherches sur les Montagnes Sèches et Méditerranéennes, Université de Grenoble (38), France. Cf. par exemple la revue Montagnes Méditerranéennes, 2004, no 20 et 2005, no 22.

9 « A “local musical space” can be thought of as a territory in which a “community of musical taste” identifiable to its participants emerges and is sustained by an apparatus of creation, production and consumption. (Cf. Cohen, 1998 & Hudson, 1995) » (Lovering J., 1998, p. 47).

10 Romagnan, 2000, sous l’influence de J.-P. Volle.

Auteurs

Institut de géographie alpine – Université de Grenoble UMR CNRS PACTE-Territoires
canovanicolas@yahoo.fr
ph.bourdeau@free.fr
soubeyra@ujf-grenoble.fr

Institut de géographie alpine – Université de Grenoble UMR CNRS PACTE-Territoires
canovanicolas@yahoo.fr
ph.bourdeau@free.fr
soubeyra@ujf-grenoble.fr

Institut de géographie alpine – Université de Grenoble UMR CNRS PACTE-Territoires
canovanicolas@yahoo.fr
ph.bourdeau@free.fr
soubeyra@ujf-grenoble.fr

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search