Version classiqueVersion mobile

Les sens du Halal

 | 
Florence Bergeaud-Blackler

Deuxième partie. Dynamiques exogènes du halal : minorisation et résistance

Halal carcéral

Claire de Galembert, Corinne Rostaing et Céline Béraud

Texte intégral

  • 1 Etant entendu que le Halal dépasse aujourd’hui que la question de l’alimentation conforme aux pres (...)
  • 2 Céline Béraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing, Des Dieux et des hommes en prison. Rapport (...)

1Comment s’exprime et se configure la normativité islamique en prison et quelles sont les réponses apportées à cette exigence en matière alimentaire par les différents acteurs concernés, qu’il s’agisse des détenus ou de l’institution et de ses personnels ? Cette contribution propose quelques éléments de réponse à ces questions en se centrant exclusivement sur la question alimentaire, étant entendu que le halal excède aujourd’hui largement cette question1. Elle s’appuie sur une recherche sur le fait religieux en prison récemment achevée. Cette recherche2 (voir encadré) n’a – et c’est important de le préciser – pas eu pour objet le halal en tant que tel. Elle ne s’est pas davantage concentrée sur l’islam puisqu’elle a concerné l’ensemble des religions.

  • 3 Le nombre de détenus musulmans reste approximatif sachant que nombre de détenus font le ramadan sa (...)

Commanditée par la Direction de l’Administration pénitentiaire (DAP), cette recherche ethnographique, menée dans huit prisons (aussi bien des établissements pour peine que des maisons d’arrêt), nous a conduit à mener des observations (notamment dans les cuisines ou la préparation des cantines) et à réaliser des entretiens avec 15 aumôniers musulmans (aumôniers locaux, régionaux et l’aumônier national), 70 détenus de confession musulmane et 22 surveillants se réclamant de l’islam. Cet échantillon n’a aucune ambition de représentativité. Faute de statistiques religieuses (Dargent, 2010), il est d’ailleurs difficile de quantifier la part de l’islam, pourtant réputé « première religion carcérale ». À titre indicatif en 2012, l’administration pénitentiaire a recensé 12 000 détenus déclarant vouloir faire le Ramadan (sur 68 000 détenus environ)3.

2Notre échantillon comprend toutefois un nombre non négligeable d’interviewés se revendiquant de l’islam (74), cette islamité allant, selon les personnes, de la stricte observance à un rapport plus distancé, assimilant l’islam à une culture plus qu’à une religion. Encore faut-il préciser que nos guides d’entretiens élaborés sur la base du plus petit dénominateur commun entre les diverses religions malgré des questions relatives aux contraintes religieuses en termes d’alimentation ne spécifiaient pas le halal. Le sujet n’a toutefois pas manqué d’apparaître sans sollicitation directe et l’on peut considérer méthodologiquement nos observations d’autant plus significatives que la question a émergé spontanément.

3Le premier enseignement de cette enquête réside dans le constat que le halal – au sens de prescriptions religieuses relatives à l’alimentation– n’est pas un objet majeur de revendication de la part des détenus musulmans. Présente, cette revendication ne s’exprime du moins pas de manière aussi centrale que les demandes relatives au culte collectif ou aux visites des aumôniers en cellule, encore très aléatoires dans certains établissements. Même lorsque la question de la discrimination est mentionnée, le halal reste peu évoqué se cantonnant à quelques remarques ponctuelles dénonçant un traitement différentiel des juifs et des musulmans. De manière significative le sujet apparaît également peu dans nos entretiens avec les aumôniers musulmans : deux sur huit seulement l’ont évoqué. Le sujet apparaît enfin rarement dans les entretiens avec les personnels si l’on met à part ceux qui sont en charge des cuisines et des cantines.

4Cette place relative du halal dans nos entretiens peut tenir à l’effet inhibiteur de l’incarcération sur l’expression de la normativité islamique, cet effet jouant à plusieurs niveaux. En premier lieu, le contexte, assimilé à l’impur, peut rendre la problématique halal/haram moins pertinente ou légitime : des détenus de tradition islamique ont souligné d’ailleurs le caractère paradoxal de l’investissement de certains de leur coreligionnaires dans une stricte observance au regard de leur statut de délinquant ou de criminel. En second lieu, les contraintes liées à l’incarcération sont considérées par certains comme un motif religieusement valable de suspension de l’exigence de respect des normes religieuses en matière d’alimentation. Enfin, le caractère encore très limité de la prise en charge de l’islam par l’institution relègue cette question au rang de question secondaire en comparaison d’autres considérations religieuses plus prioritaires évoquées ci-dessus. Ce à quoi peut venir s’ajouter une logique d’autocensure de la part de certains détenus musulmans qui hésitent à se montrer « trop musulmans » de peur d’être considérés comme « radicaux ».

5Mais ces effets inhibiteurs ne doivent pas être surestimés. L’enfermement n’empêche pas le développement de pratiques allant dans le sens de l’islamisation de l’alimentation (Bergeaud-Blacker, 2012). « Ombre portée » du monde (Fassin 2015), la prison n’est pas un monde hors de la société. Et quelles que soient les contraintes de l’incarcération, on y observe comme ailleurs l’apparition d’un islamic way of life s’exprimant aussi bien à travers les mises en scène de soi (par le vêtement, le marquage du corps ou la gestuelle) que des conduites marquant une différenciation au nom de la religion. Si la prison freine l’emprise des normes islamiques sur certains détenus, elle ne l’empêche pas. Elle peut même chez certains l’exacerber, l’investissement dans la religion constituant pour une partie minoritaire de détenus une ressource pour surmonter l’épreuve carcérale.

  • 4 Le Monde, 27 et 29/11/2013 ; Le Parisien, 27 et 29/11/2013 ; LBfmtv, 27/11/2013 ; Le Figaro, 28/11 (...)
  • 5 Décision TA de Grenoble, 7 novembre 2013. M. AB c/ Directeur centre pénitentiaire de Saint-Quentin (...)

6Le monde pénitentiaire n’échappe donc pas, comme d’autres administrations (Papi, 2012), aux effets de la transformation des modes de consommation des personnes se référant à l’islam (Bergeaud-Blackler, Bernard, 2010 ; Kepel, 2011). La DAP, qui s’acquitte a minima de ses obligations en matière de respect de la liberté religieuse (en comparaison avec certains États européens voisins), se trouve aujourd’hui confrontée à revendication accrue de menus halal qui n’hésite plus à user la voie juridique pour se faire entendre. Le succès en 2013 du recours administratif d’un détenu arguant du principe de laïcité pour contester le refus de l’établissement de lui servir un repas halal l’illustre4. La décision du tribunal administratif5 qui a fait suite à sa requête est révélatrice de la situation d’une administration prise aujourd’hui entre, d’un côté, les demandes de la population pénale en matière d’alimentation halal et, de l’autre, des pressions de plus en plus fortes des droits et de leurs gardiens, l’enjoignant à reconsidérer des arrangements institutionnels jugés insuffisamment respectueux du libre exercice du culte garanti par le principe de laïcité.

7Après une brève description de la manière dont la DAP organise la prise en charge du particularisme alimentaire des musulmans, nous examinerons comment cette prise en charge, « minimaliste » (en comparaison ce qui se passe chez certains de nos voisins européens), semble aujourd’hui de plus en plus bousculée. Puis, dans un second temps, nous exposerons les diverses manières dont les individus s’identifiant à l’islam tentent, malgré les limites de l’offre institutionnelle, de s’acquitter des impératifs liés au halal. On s’attachera, ce faisant à ne pas détacher le sens de la revendication et/ou consommation de nourritures halal du contexte carcéral où elles prennent place.

Une prise en charge institutionnelle minimaliste entre variations locales et rappels au droit

  • 6 Evoquée notamment dans la note relative à la pratique du culte en détention du 16 juillet 2014. A (...)

8En vertu de la loi de séparation, les pouvoirs publics sont, en prison, comme dans tout service public où la liberté d’aller et de venir des usagers est limitée, tenus de faire en sorte que le libre exercice du culte soit respecté. Cela confère à la laïcité une tournure particulière puisqu’il en résulte des obligations positives en matière d’organisation et de financement de l’aumônerie ainsi que d’activités cultuelles. Le respect de la liberté religieuse justifie également que les détenus puissent bénéficier, à titre individuel, d’une assistance spirituelle et disposer en cellule des objets nécessaires à la pratique religieuse (tapis, tefillins, bibles, coran etc.). Il implique également la prise en compte des exigences alimentaires liées à des prescriptions religieuses. L’article 354 du code de procédure pénale dispose ainsi que l’alimentation doit « dans la mesure du possible tenir compte des convictions philosophiques ou religieuses » des détenus, ce que rappelle le règlement intérieur type des établissements pénitentiaires élaboré en 20136. Comme l’indique cependant la réserve explicite formulée (« dans la mesure du possible »), les droits du détenu en matière alimentaire ne sont pas absolus mais sujets à d’éventuelles restrictions imputables à des considérations sécuritaires ou aux contraintes de l’organisation carcérale.

Une prise en compte minimaliste…

9Au regard de ces prescriptions juridiques et de la comparaison internationale, force est de constater que l’AP s’acquitte de ses obligations sur un mode minimaliste, même si des évolutions sont en cours. La réponse institutionnelle s’est longtemps résumée à l’offre de repas sans porc. Ces repas, qualifiés localement de « sans porc », « musulmans » ou « confessionnels », sont de longue date proposés parallèlement aux repas ordinaires. La viande de porc y est remplacée par de la viande de volaille ou de bœuf. Cette offre alternative peut s’accompagner de protocoles spécifiques visant à éviter tout contact des mets avec la chair porcine, ou de présence de cette composante sous des formes dérivées dans certaines denrées. Comme l’explique ce technicien restauration d’une Maison Centrale :

On sert le repas avec des chariots en inox à double compartiment : « sans porc et sans viande » d’un côté et normal de l’autre. Quand j’ai rôti de porc, je mets un rôti de dinde. On a deux auxis qui sont particulièrement attentifs à ce qu’il n’y ait pas de porc dans nos produits, ils sont très vigilants sur les fonds sur la gelée par exemple. On fait super attention. Mais parfois on ne sait pas ce qu’il y a dans le produit. On a identifié des produits qui contenaient du porc, maintenant je demande le contenu précis avant de commander. On a eu un problème de pâté croute pour Noël avec de la farce de porc. Mais c’était pas marqué. Quand ça arrive c’est par erreur : c’est que personne ne l’a vu. On a toujours des terrines de poisson à côté au cas où. Ici, on fait des menus améliorés. Et quand on cuit, on fait des cuissons séparées, on a un petit four pour cuire les rôtis à part.

  • 7 N’étaient proposés que des plats de substitution en cas de menu contenant du porc.

10Cela étant, le menu sans porc a été longtemps le seul régime alternatif aux régimes dits « normaux » ou « valides ». La distribution de plateaux repas individualisés, qui remplacent le service des repas à partir de grandes norvégiennes7, bien que favorisant la pluralité des régimes (médicaux et sanitaires), n’a donné lieu à aucune prise en compte supplémentaire des particularismes religieux.

  • 8 Les cantines correspondent à un système d’achats de produits (alimentaires ou non) qui permet aux (...)

11Depuis 2007, les établissements ont toutefois été encouragés à développer des « cantines »8 spécifiques qualifiées selon les établissements de cantines « orientale », « halal », « confessionnelle », « méditerranéenne ». Cette offre vise autant à répondre aux exigences du halal qu’à ajuster l’offre de nourriture à des habitudes alimentaires qui, sous l’effet de la diversité culturelle et de l’affirmation des individualismes alimentaires (Fischler, 2013) tendent à se particulariser. Une cantine halal ne se compose pas exclusivement de produits halal : elle peut comprendre de la pâte brick, dattes, farine de sésame, café turc et autres denrées du sud de la Méditerranée. Leur usage par l’institution comme « variable d’ajustement » ne satisfait que partiellement la demande. D’abord, la gamme de produits halal se révèle limitée, et ce particulièrement en matière de produits carnés. En conformité aux règles d’hygiène cadrant l’offre alimentaire, peu offrent de la viande fraiche, revendication majeure des personnes détenues. Ensuite, leur coût peut être prohibitif pour une bonne partie des détenus. Enfin, l’offre et les prix très variables d’un établissement à l’autre suscitent un sentiment d’arbitraire chez les détenus qui sont nombreux à circuler d’une détention à l’autre.

  • 9 Des initiatives avaient été prises préalablement à des niveaux intermédiaires de l’AP pour tenter (...)
  • 10 Notre enquête nous a permis de constater de ce point de vue un véritable changement en comparaison (...)

12Un autre changement récent mis en œuvre par la DAP pour répondre aux spécificités alimentaires liées à l’islam consiste dans le « dispositif Ramadan », entré en vigueur en 2009. Aux détenus désireux de jeûner durant cette période, il est désormais demandé de se manifester quelques jours avant. Un seul repas leur est distribué le soir, un repas spécifiquement conçu pour répondre aux exigences du jeûne diurne (portions et grammage en protéines plus importants). Avec ce repas leur est servi « la collation ramadan » (composée de jus de fruit, céréales et de fruits secs) destinée à compléter le petit déjeuner. Cette innovation participe d’une politique de rattrapage à l’égard de l’islam impulsée en 2006, laquelle s’est manifestée, entre autres, par l’accroissement significatif du nombre d’aumôniers musulmans. Jusque là, le Ramadan ne faisait l’objet d’aucune prise en charge particulière : les deux repas étaient servis comme à l’accoutumée, à charge pour le détenu de conserver le repas de midi pour le consommer le soir ainsi que son dîner. De ce point de vue, un seuil a été franchi9 qui marque une véritable évolution institutionnelle en termes de reconnaissance de l’islam10, même si les retombées de cette politique restent limitées concernant la question alimentaire.

… sujette à des variations locales

13Ce rapide survol de la réponse institutionnelle aux demandes de halal serait incomplet si l’on n’évoquait l’hétérogénéité des solutions bricolées localement. L’enquête en établissement a rapidement permis de constater les différences existant d’un site à l’autre en matière de prise en charge de la religion en général et des prescriptions alimentaires liées à la religion en particulier. Le monde carcéral n’a pas l’apanage de ces laïcités négociées localement. Là encore le parallélisme avec d’autres administrations, et notamment avec l’administration scolaire, est de mise (Papi, 2012). De fait, si la composition du régime alimentaire des détenus est fixée par l’AP, ce sont très largement les économats et les cuisines des établissements qui la gèrent localement. Ces marges de manœuvre laissées aux établissements se reflètent à travers les appellations hétérogènes des menus, intitulés alternativement « confessionnel », « sans porc » ou « musulman » en adition aux régimes « normaux » « médicalisé », « végétariens », etc. De manière intéressante, l’étiquetage de régimes alimentaires induit, dans certains établissements, une logique de re-confessionnalisation du repas sans porc. Ainsi dans un centre de détention dans lequel le menu sans porc est devenu le menu de référence, le repas offrant du porc est usuellement qualifié de « repas chrétiens » par les personnels en charge de la cuisine.

14Ces gestions locales peuvent conduire, au-delà de ces variations taxinomiques, à des écarts non négligeables dans les solutions pratiques mises en œuvre. Dans certains établissements, il y a une vingtaine d’années, on en est venu à supprimer purement et simplement la distribution de viande porcine. Ce fut le cas notamment à Nanterre qui fit ce choix afin de s’épargner les problèmes d’organisation de chaines de repas porc et sans porc et les coûts que cela générait. Si cette conception radicale de la neutralité alimentaire n’est aujourd’hui plus de mise, certains établissements ont choisi de faire du menu sans porc le menu de référence, à charge pour les détenus désireux de consommer du porc de se manifester auprès de la direction pour en bénéficier. Ce mode de gestion ne va cependant pas sans susciter des résistances du côté des détenus et de la part de certains personnels qui voient d’un mauvais œil qu’on « en fasse trop pour l’islam ». Une telle pratique est assimilée à une forme de démission identitaire, la consommation de porc et parfois même d’alcool prenant ici une valeur symbolique d’emblème national (Birnbaum, 2013).

15Ces différences locales s’expriment également de manière flagrante à travers l’inégale offre de viande fraiche halal selon les régimes de détention. Inexistante dans les maisons d’arrêt, cette offre est tolérée au sein de la majorité des maisons centrales. Cette offre, déjà ancienne dans une des maisons centrales étudiées, serait le fait d’un directeur de confession juive, ayant dirigé la prison de Riom, établissement qui a longtemps été spécialisé dans l’accueil de ceux qu’on appelaient encore les Nord-Africains. Cette pratique, jugée par l’économe lui-même comme « borderline » au regard des normes sanitaires (le fournisseur ne disposant pas de camion réfrigéré), est mise au compte d’un arbitrage faisant valoir la paix sociale et le maintien de l’ordre sur la sécurité alimentaire. Comme le dit Lionel, technicien restaurateur dans une autre centrale offrant elle aussi de la viande fraiche halal :

« Ici, aucun directeur n’a jamais osé revenir là-dessus même si c’est interdit. (…). C’est interdit certes mais si on revient sur cette offre, on met le feu à la prison. Les directeurs préfèrent assurer la tranquillité de la gestion. Cela engendre une certaine sécurité dans l’établissement, même si les directeurs prennent des risques en termes alimentaires. (…) Les détenus qui ont circulé dans d’autres établissements savent que c’est exceptionnel ».

16Ces exemples illustrent le mélange de hasard (l’intervention personnelle de tel ou tel acteur qui va contribuer à un changement) et de nécessité (le maintien de l’ordre dans la détention, l’alimentation représentant un enjeu particulièrement sensible) qui préside aux réponses données localement. On trouve également trace de cette logique dans les écarts existant au moment du Ramadan ou lors des fêtes religieuses en matière d’offre de denrées alimentaires : alors que certains établissements acceptent que des aumôniers musulmans organisent la distribution de mets préparés par les familles des détenus ou une mosquée locale, d’autres soit ne bénéficient pas d’une telle offre de la part de l’aumônier soit refusent de s’ouvrir à une telle pratique.

« Auxis-ramadan » et fours musulmans : des exceptions locales

  • 11 Un auxi est un détenu rémunéré, affecté au service général, au ménage et au service des repas.

17Deux spécificités propres à un établissement méritent d’être ici signalées tant elles sont exemplaires à la fois de la progression des normativités islamiques en matière alimentaire et des logiques de négociations existant à l’échelle locale. Il s’agit tout d’abord des postes « d’auxi-ramadan »11 créés pour servir la collation Ramadan lors de la mise en place du dispositif Ramadan en 2009 (voir supra). Comme l’explique le chef de détention :

En général on désigne une ou deux personnes sur la liste (de ceux qui se sont inscrits pour bénéficier du dispositif ramadan). Mais si on prend quelqu’un qui n’est pas sur la liste, on a essayé, ça pose problème. C’est refusé par ceux qui reçoivent la collation. C’est pas verbalisé « mécréant » mais ils veulent que ce soit quelqu’un qui fait partie du groupe. Ce qui apparaît c’est que dans ce petit groupe là il y a des gens qui ont une interprétation assez rigide et posent la question de la pureté.

  • 12 La présence durable d’un four en cellule étant interdite, il est convenu qu’un four soit laissé da (...)

18La logique d’accommodement ne s’en tient pas là. Si la hiérarchie a refusé que ces détenus supervisent la préparation de la soupe servie dans la collation, elle a en revanche obtempéré lorsque demande lui a été faite de mettre à leur disposition aux étages12 des fours réservés à la cuisson d’aliments sans porc. L’appellation du four pose toutefois problème. Soucieux des normes laïques, le chef de détention attache de l’importance à ce que le four soit appelé « four sans porc » par opposition aux fours « ordinaires » et non « four musulman ». Cela n’a pas empêché cette dernière appellation de s’imposer aussi bien chez les détenus que chez les personnels. La présence de tels fours, observée dans aucun autre établissement enquêté, est révélatrice de la capacité des détenus à peser sur l’administration surtout lorsque celle-ci n’est pas sûre d’être dans « son bon droit ». En ce sens, elle met en relief l’incertitude normative dans laquelle se trouvent les personnels. Comme le dit un gradé :

[…] le souci c’est qu’on se dit que sur certaines choses on n’est pas sûr d’être dans notre bon droit. Alors on demande à la DI (délégation interrégionale) et la DI ne nous répond jamais. … Donc c’est « normalement moi je dirais que… non attendez, je vais demander à la centrale ». Et à la centrale en général c’est « oui effectivement il y a matière à recours, mais effectivement là il n’y a rien qui dit que… donc à vous de voir si vous voulez prendre le risque ». Donc retour à la case départ ! Ensuite en local, c’est bien gentil tout cela mais il faut qu’on fonctionne. Donc après on priorise. Donc moi je préfère lâcher sur un four sans porc, leur dire (aux musulmans) « OK pas de souci ». Et quand ils commencent à sortir sur la coursive en djellaba, ou aller faire la prière sur la cour (pratiques interdites par le règlement) leur dire « ça n’est pas possible. Ici on vous respecte, on vous laisse quand même vivre votre religion et votre pratique religieuse. Vous voyez bien que quand on peut et qu’on rentre dans le cadre légal on vous laisse faire, voire même un peu plus !

  • 13 On retrouve dans cet exemple une logique incrémentale ou de surenchère revendicative observée dans (...)

19La mise à disposition des fours ne satisfait pourtant pas tout le monde du côté des détenus. Elle est à la source de malentendus – plus ou moins volontaires – sur les ayant droit. Une partie des détenus se considérant comme musulmans (quel que soit leur degré d’observance) revendiquent la possibilité d’user de ce four quand bien même ils ne mangent pas halal. D’autres exigent qu’ils soient réservés à ceux qui observent scrupuleusement les normes halal, estimant la cuisson alternative de viande halal et non halal comme une transgression des normes islamiques en matière alimentaire. Cette controverse à conduit à une nouvelle revendication : celle d’un four « halal » dédié exclusivement à la cuisson de produits halal. Le refus par la direction de l’établissement s’est accompagné de l’explicitation des règles d’usage du four, considéré comme accessible à tous les musulmans, y compris ceux ne consommant pas exclusivement de la viande halal13.

20Ces particularismes locaux évocateurs des marges de manœuvre dont disposent les établissements s’inscrivent dans un contexte de juridicisation de la relation carcérale mettant aux prises des personnels peu sûrs de ce que le droit permet et interdit et des détenus musulmans de plus en plus conscients des ressources que constitue le recours à l’argumentation juridique et à l’arme judiciaire (Galembert, Rostaing, 2014).

Des appels et rappels au droit accrus

  • 14 Rappelons que cette Autorité administrative indépendance, créée dans le sillage de recommandations (...)

21Le respect des obligations de l’administration pénitentiaire en matière de prescriptions alimentaires liées à la religion a fait en 2011 l’objet d’un rappel à l’ordre par le Contrôleur général des lieux privatifs de liberté (CGLPL)14. Dans un avis très médiatisé sur l’application du principe de laïcité dans les institutions fermées, Jean-Marie Delarue a considéré en effet qu’il était « urgent » d’organiser l’offre de menus halal. Ceci tant au vu de l’importance que revêt l’alimentation en institution fermée et des effets sanitaires de la privation de viande sur certains détenus, qu’en raison d’une exigence de mise en conformité avec le droit. Le contrôleur a notamment dénoncé le dévoiement de certaines pratiques, et en particulier la proposition de régimes végétariens comme repas de substitution en raison des carences alimentaires auxquelles elle conduit. Il a préconisé de s’orienter vers la fourniture de viandes et autres aliments préparés selon les rites approuvés par les autorités religieuses. Etude de marché à l’appui, il a insisté sur le coût nullement prohibitif de la viande halal.

  • 15 CEDH 7 décembre 2010, Jakobski c/Pologne, no 18429/06.
  • 16 En substance, selon cette décision, le principe de laïcité impose que la République garantisse le (...)
  • 17 Le Monde, 29 novembre 2013.

22Cet avis adossé non seulement aux sources du droit national mais encore à la jurisprudence de la cour Européenne des Droits de l’Homme15 n’est à l’évidence pas étranger au succès du recours administratif formé en 2013 par un détenu de la prison de Saint-Quentin Fallavier. Dans la décision sans précédent à laquelle cette requête a conduit, le tribunal administratif a condamné l’établissement l’enjoignant, dans un délai de deux mois, d’assurer la distribution de repas composés de viandes halal, sous astreinte de 500 € par jour de retard. De manière significative, la justification de la décision reprend largement l’argumentation juridique exposée dans l’avis du CGLPL16. La DAP, clamant haut et fort son hostilité au service de repas halal, a instantanément fait appel de la décision et demandé la suspension de l’exécution de l’injonction du tribunal17. Selon les prises de position de la direction et du ministère de la Justice, le respect du principe de laïcité n’obligerait pas bien au contraire, l’administration à servir de tels repas. La directrice de la DAP s’est fait fort de rappeler les ajustements que permettent, d’une part, la fourniture de biens halal via les cantines, d’autre part, les éventuels compléments apportés par les aumôniers lors des fêtes religieuses. Elle n’a en outre pas manqué de faire écho aux propos de l’aumônier national musulman estimant que la situation présente était satisfaisante. Elle a, de plus, argué des difficultés techniques se heurtant à l’aménagement d’une telle offre :

  • 18 « Ce serait extrêmement compliqué dans tout le système de la chaîne alimentaire actuelle des établ (...)

Non seulement nous y sommes hostiles [aux repas religieux], mais nous pensons que c’est impossible à mettre en œuvre dans les établissements pénitentiaires. Ce serait extrêmement compliqué dans tout le système de la chaîne alimentaire actuelle des établissements qui ne sont absolument pas conçus pour servir des repas qui obéissent à des rites confessionnels, halal ou casher. Nos cuisines ne sont absolument pas pensées pour segmenter de cette manière le service des repas18.

  • 19 Le Monde, 23 juillet 2014.

23Le ministère de la Justice a obtenu provisoirement gain de cause. La Cour d’appel de Lyon s’est depuis prononcée en sa faveur en juillet 2014. A rebours du tribunal de Grenoble, elle a considéré que « compte tenu de la possibilité pour les détenus de bénéficier de repas sans porc ou de repas végétariens, de la possibilité de disposer de repas adaptés lors des principales fêtes et de la possibilité d’acheter de la viande halal par l’intermédiaire de la cantine, un juste équilibre était ménagé entre les nécessités de service public et les droits des personnes détenues en matière religieuse »19.

24Cette bataille judiciaire n’est pas close : l’avocat du détenu a fait part de son intention de porter l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Mais quoi qu’il en soit de son issue, la plainte du détenu à l’origine de ce débat est illustrative de l’existence de revendications croissantes en matière de viande halal et de l’écho que celles-ci sont susceptibles de trouver dans la sphère juridique nationale.

25Dans ce qui suit, nous nous proposons de poursuivre notre propos en inversant la perspective en passant du point de vue l’institution à celui de ses usagers, et plus particulièrement de ses usagers se réclamant de l’islam.

Le halal dans la relation carcérale

26L’alimentation au sein des institutions fermées est un enjeu sensible, un enjeu dont il est courant de dire chez les personnels qu’il « peut faire péter la taule ». Les détenus opposent des logiques de résistance à l’uniformisation des menus : ils transforment les plats proposés par l’administration pour « leur donner du goût », les préparent « à leur façon », les recomposent grâce aux produits cantinés, toutes ces manières de faire pouvant s’assimiler à des formes de bricolage alimentaire. Ils se plaignent régulièrement des plats proposés, peuvent jeter tout ou partie du repas qui leur est servi par la fenêtre ou encore initier des mouvements collectifs pour du pain mal cuit (comme nous l’avons observé dans une maison centrale), exiger de la viande fraîche, l’extension de l’offre de produits proposés par les cantines, le cas échéant, des produits halal.

À chacun son halal…

  • 20 Les écoles enregistrent les premières demandes de repas halal : l’exemption du porc ne suffit pas, (...)

27S’agissant des pratiques alimentaires des détenus s’identifiant à l’islam, le constat de F. Khosrokhavar, réalisé il y a près de dix ans, reste aujourd’hui largement valable : il y a « autant de comportements alimentaires que de détenus » (2004 : 132). Les interviewés musulmans témoignent d’habitudes alimentaires variables oscillant entre un régime halal strict et un régime non halal, et des évolutions selon les périodes ou les occasions. Si certains estiment que l’univers de contrainte dans lequel ils se trouvent justifie des entorses aux prescriptions religieuses, tel n’est pas le cas de tous. Comme à l’école, un certain nombre de détenus musulmans ne se satisfont pas des repas de substitution20 et tentent de trouver des façons de rester fidèles aux prescriptions religieuses en matière alimentaire.

Du menu sans porc au menu végétarien

28Au menu sans porc, seule alternative il y a vingt ans, les musulmans les plus orthodoxes préfèrent aujourd’hui le menu végétarien. Ainsi Wasal écrit-il au service des cuisine de son centre de détention pour signaler « qu’il ne souhaite ni manger de porc ni manger de viande ». Et de préciser « celle qui est distribuée lors des repas fournis par les services de restauration du CD étant à ma connaissance ni halal ni casher, je souhaiterais dorénavant si possible bénéficier d’un régime alimentaire autre (…) et plus approprié à ma personne ». Ce que Wasal prend le temps d’expliquer dans sa lettre Yasser, détenu dans le même centre de détention, l’exprime de manière plus directe « je suis musulman. Je souhaiterais un régime végétarien ».

29Ce basculement sur les repas végétariens serait un phénomène nouveau selon les personnels. Manuelle, surveillante en maison d’arrêt, constate ainsi :

Beaucoup prennent le repas végétarien ici. Avant, quand je travaillais à M., les femmes ne demandaient pas si souvent des repas… halal (en fait, sans porc), maintenant elles sont plus exigeantes, elles demandent plus, c’est exagéré. Avant, on servait le repas et celles qui ne voulaient pas de porc prenaient le plat de substitution. On n’avait pas tous ces repas différents. Il n’y avait pas toute cette demande pour le halal.

30Cette exigence « nouvelle » peut être une source de tensions entre personnels et détenus, surtout au moment de la distribution des repas et ce particulièrement dans les maisons d’arrêt où les effectifs de détenus ne cessent de fluctuer. Valentine, surveillante de maison d’arrêt originaire des Antilles, se plaint de la complication des tâches liée à cette pluralisation des menus pointant du doigt le contrôle social exercé au nom de la religion.

Ici, elles se surveillent beaucoup, il y a une sorte de pression entre elles. Celle qui arrive doit faire comme les autres. Par exemple, le ramadan, elle doit le faire même si elle ne l’a jamais fait. Même si elle ne le faisait pas dehors. Pour faire partie du groupe. Elles vivent beaucoup sous le regard des unes les autres. Elles se surveillent. Mais je trouve que souvent, elles ne connaissent pas bien la religion, mais elles font comme si. C’est une façon de nous embêter, de revendiquer, quoi. Elles ont plus de droits, elles ont droit à un repas végétarien ou sans porc. Nous, cela nous complique la vie surtout quand la cuisine, ils se trompent et ne nous donnent pas le bon nombre de repas. Après, c’est à nous de gérer et de voir avec la détenue mécontente. […] Je pense qu’elles mangent de tout dehors mais ici, cela va leur permettre de nous embêter.

  • 21 On retrouve ce manque de confiance dans les prisons anglaises et galloises. Beckford, Joly et Khos (...)

31Cela étant, la confusion du repas halal avec le menu sans porc n’est pas rare chez les personnels. A plusieurs reprises, des personnels ont garanti que la viande servie dans les repas était halal. L’un d’eux a même téléphoné à la cuisine pour le vérifier quand nous lui affirmions le contraire. Plusieurs gradés ont reconnu leur ignorance, incapables de nous répondre sur ce point. Ces doutes et flottements suscitent réserve et méfiance chez les détenus à l’égard des nourritures qui leur sont servies et certains préfèrent, dans le doute, se rabattre sur les repas végétariens21, comme nous le dit Nassera, 30 ans, qui déplore les carences alimentaires qui s’ensuivent :

J’ai choisi le repas végétarien car je ne mange pas de viande ici car je ne sais pas si la viande est halal. A force, avec le menu végétarien, il y a des carences. Ce qui nous manque, c’est la viande. Je mangeais beaucoup de viande halal dehors.

32Adil, 48 ans, d’origine algérienne, dénonce lui aussi les conséquences sanitaires de cette option :

Et ben la viande, ceinture, voilà. La viande, on la rêve, voilà. On l’imagine. Et ben ça manque. Bien sûr et puis j’ai eu une anémie… et je suis pas l’seul à avoir eu une anémie hein, on est quelques-uns à avoir un problème d’anémie par rapport justement à un manque de fer. C’est un problème pour moi. Enfin pour moi et pour tous les musulmans pratiquants en fait.

Les cantines comme ressource d’ajustement

33Un nombre non négligeable de détenus de confession musulmane s’accommodent bon gré mal gré de la situation en complétant les menus végétariens par l’achat de produits halal via les cantines. Les cantines proposent, on l’a vu, une offre de plus en plus étendue de produits halal, de la charcuterie des produits cuisinés et de la viande cuite. Ce développement des produits cuisinés qui ne se limite pas à la viande correspond bien à l’extension mondiale de l’offre halal (Haenni, 2005) et à la marchandisation du halal dans notre système de distribution. Jouir de cette possibilité a cependant un coût pour la personne détenue et tous sont loin de pouvoir l’assumer. Ces produits sont d’autant plus inaccessibles aux détenus les plus pauvres que leurs prix sont plus élevés en prison. Kefti, incarcéré en maison centrale, bien que satisfait de l’offre en produits halal, s’en plaint :

Ici je suis plutôt satisfait sur les cantines, ils ont un bon halal, cantine méditerranéenne… Le seul problème c’est que l’administration pénitentiaire prend une trop grosse marge sur les produits. Les prix sont astronomiques. J’ai l’impression que c’est encore pire pour les produits halal. Quand on fait la comparaison des prix c’est hallucinant. C’est du 50 ou du 80 % en plus.

34Leïla, incarcérée en centre de détention, ne peut cantiner des produits halal que lorsque ses moyens financiers le lui permettent.

J’ai pris le menu sans porc. Je ne mange pas de viande rouge. Je ne mange pas de viande rouge, parce que la viande rouge, en détention, elle n’est pas cuite. Il y a toujours du sang. Donc, la viande avec du sang, c’est interdit, tout simplement. Ce n’est pas conseillé. Après, je vais prendre tout ce qui est cantine halal, mais c’est en fonction des moyens financiers aussi. Je prends sans porc, halal dès que possible, ou viande blanche, blancs de poulet, des choses comme ça. Dès qu’on peut solliciter du halal, tant mieux. Mais après, voilà, avec toute notre bonne volonté, on fait un maximum pour manger comme il se doit.

35De plus, la gamme de produits offerts ne satisfait pas toujours les détenus du fait de l’impossibilité d’acheter de la viande halal fraîche dans la plupart des prisons (sauf les maisons centrales comme on l’a vu).

Halal de contrebande…

  • 22 Le recours aux colis de fin d’année (appelés colis de Noël) est l’occasion pour les personnes inca (...)

36L’impossibilité pour les détenus de maison d’arrêt de « cantiner » de la viande fraîche halal, afin de la faire cuire comme ils le souhaitent peut donner lieu à des mouvements ou blocages. Mais les canaux légitimes de protestations restent limités en prison. Si des détenus comme Leïla cherchent à respecter leurs prescriptions alimentaires par des moyens licites au regard du règlement carcéral (le recours à la cantine ou aux colis de fin d’année)22, d’autres n’hésitent pas à mobiliser des moyens illicites pour accéder à de la viande halal. Ces adaptations secondaires (Goffman, 1968), témoignent des risques que sont prêts à prendre pour combler les manques induits par ce monde de la rareté qu’est la prison.

  • 23 Ce détenu dispose d’argent lié aux trafics pour lesquels il a été condamné (pour Infractions à la (...)
  • 24 Ce qu’avait d’ailleurs déjà constaté F. Khosrokhavar (2004 : 131-132).

37Mustapha, musulman pratiquant de 33 a opté pour le menu végétarien mais raconte manger halal dedans comme dehors. D’abord, il mange moins souvent de la viande en prison, ensuite il effectue de fréquents achats en cantine, car il a – contrairement à d’autres codétenus – des moyens financiers23. Il a en outre recours à des moyens illicites puisque ses proches prennent le risque d’amener lors de leurs visites de la viande halal qu’il mange au parloir24.

À chaque détention que j’fais, à chaque fois que j’rentre en prison, je perds 7-8 kilos facilement. Pourquoi ? Par rapport à la viande. Parce que depuis que j’suis ici, ben à part… j’me démerde pour manger au parloir mais au sein d’la détention, on n’a pas l’droit, y a pas d’viande halal donc je n’en mange pas. C’qui n’est pas halal, je ne l’mange pas. A la rigueur, casher… J’touche du bois mais j’ai les moyens de faire ma propre nourriture, de cuisiner moi-même mais pour ceux qui n’ont pas… Moi, j’en connais plein qui mangent et pourtant c’est des musulmans pratiquants. Dehors ils n’étaient pas amenés à manger de la viande pas halal. Et ici ils m’disent : « Je n’peux pas, j’suis obligé de manger d’la viande. »

38Un autre moyen illicite utilisé dans certaines maisons d’arrêt est l’envoi par-dessus les murs de colis de viande fraiche dans des bouteilles en plastique. Des détenus, depuis leur fenêtre de cellule, avec beaucoup de patience et d’habileté, s’emploient à récupérer ces colis par un système de crochets fabriqués à partir de fourchettes et de filets pour ensuite les livrer au commanditaire par le biais des yoyos. Cette pratique, dont certains aumôniers affirment qu’elle n’est pas nouvelle, révèle l’étanchéité relative des murs dressés par l’institution totale (Goffman, 1968).

39Les détenus qui organisent les projections de viande sont des hommes disposant en prison de téléphones portables et de relais à l’extérieur comme à l’intérieur. Si la majorité des détenus sont issus de milieux défavorisés et relativement pauvres, quelques détenus disposant d’argent issu de trafics ou de braquages, ont les moyens financiers d’organiser ce trafic et savent s’imposer pour ne pas être dénoncés. « C’est réservé à certaines personnes », comme l’explique Adil, d’origine algérienne :

Parce qu’on a entendu parler qu’y avait… régulièrement des projections d’viande.
Ouai mais les projections, c’est le téléphone, c’est l’chichon… La viande, ouais mais alors c’est rare enfin voilà. Moi j’vous l’dis, c’est quelques personnes parce que les projections, c’est pas du 100 % sûr. C’est du 50, 50 et voilà, la personne elle ne va pas lui envoyer tout les jours son beefsteak voilà. Je vis à l’intérieur… mais voilà, c’est pas donné à tout l’monde parce qu’il faut quand même trouver une personne qui vienne, il faut trouver une personne qui vienne projeter enfin voilà, donc c’est pas donné à tout l’monde. C’est réservé à certaines personnes qui ont leurs amis dans l’quartier et voilà, ils ont envie d’un morceau d’viande et tu viens, tu projettes…

40Ces projections de viande ne se font pas tout au long de l’année. Le personnel constate une plus grande fréquence au moment du ramadan (dans une des prisons étudiées, plusieurs colis de 3 à 10 kilos de viande sont envoyés chaque jour du mois du jeûne).

  • 25 Certaines définitions déclarent halal ce qui ne contient, ou n’a été en contact avec aucune substa (...)

41Ce qui se joue dans ce trafic, ce n’est pas seulement d’obtenir de la viande conforme aux prescriptions religieuse, c’est aussi faire entrer des produits interdits en détention. Les colis récupérés par l’administration pénitentiaire contiennent à la fois de la viande fraîche supposée halal, placée dans des bouteilles en plastique, et de l’alcool ou de la résine de cannabis. Or, le contact de viande halal avec des denrées considérées comme haram25 suffit à la rendre impure. Kader, un surveillant en maison d’arrêt, de confession musulmane qui fait le ramadan « sans avoir besoin de le crier sur les toits » raconte : « J’ai déjà récupéré des paquets de 10 kilos pendant le ramadan. On voit le steak halal et la bouteille d’alcool. Cela n’est pas sérieux ! »

42Ce trafic, présenté surtout comme ayant un enjeu religieux, celui d’avoir de la viande halal, est révélateur du flou existant : s’agit-il de fournir de la viande fraîche ou de la viande halal ? L’enjeu pour ceux qui organisent et prennent par à ces trafics est-il le respect des règles religieuses ou de s’enrichir ou encore de conquérir un statut au sein de la population pénale en défiant l’administration pénitentiaire ?

Le halal comme enjeu entre détenus

43Au vu des risques pris que supposent ces pratiques clandestines, on ne peut que s’interroger sur ce qui s’y joue. Le risque encouru par ceux qui récupèrent et stockent les paquets peut sembler en effet disproportionné par rapport au fait de manger un steak ou une côtelette halal. Et ce d’autant plus que la perte fréquente de paquets qui ne peuvent être récupérés par les détenus qui les ont commandés (mauvais lancer, récupération par les personnels pénitentiaires, entre autres) rend une cette pratique coûteuse. Selon un détenu, un colis sur deux serait perdu. Ces adaptations secondaires sont évocatrices du contexte carcéral. Monde de promiscuité et de violences, la prison contraint les personnes incarcérées à vivre sous le regard des autres détenus et à s’engager dans des logiques intégratives (la volonté de faire groupe) afin de se protéger. Elles revêtent aussi un enjeu plus symbolique lié à la purification morale, la valorisation d’une identité religieuse.

Le contrôle du groupe

44La promiscuité carcérale contraint aux compromis, aux concessions, et parfois même à se soumettre à la loi du plus fort, soit par respect des pratiques majoritaires soit de peur d’être exclu et ostracisé. Des régularités significatives peuvent ainsi s’observer dans certains étages ou bâtiments : c’est le « menu sans porc » qui est choisi dans certains étages alors que dans d’autres, c’est le menu végétarien qui prévaut. Ces régularités peuvent s’expliquer par une tentative de l’administration de regrouper les détenus par affinités ethniques et religieuses mais ce n’est pas toujours le cas. Quoiqu’il en soit, partager sa cellule (ce qui est la règle en maison d’arrêt) soumet à des solidarités contraintes. Et il peut arriver que des non musulmans ou des musulmans ne se pliant pas aux interdits alimentaires se soumettent par courtoisie ou diplomatie aux normes alimentaires islamiques (en évitant de manger du porc) ou encore, lorsque le rapport de force avec leur(s) co-cellulaire(s) les y contraint, pour « éviter les embrouilles ». Cela peut se traduire par l’interdiction d’entreposer du porc ou de la charcuterie non halal dans le réfrigérateur, voire conduire à s’aligner sur le régime alimentaire de son codétenu.

45Cette promiscuité renforce la force du contrôle social du groupe dès lors qu’il existe. La personne supposée musulmane qui en transgresse les normes se voit bien souvent rappeler les « bonnes pratiques ». Tel est le cas d’Aziz, d’origine marocaine, qui se définit comme un « musulman sur les papiers, athée mais croyant en Dieu » :

Ben oui j’ai mangé beaucoup de porc [à l’extérieur] mais ici je n’en mange pas, c’est une question de respect par rapport à d’autres gens, par rapport à la population pénale, pour ne pas être montré du doigt, c’est une façon de dire… une question de respect et pour ne pas être montré du doigt. « Tiens c’est un musulman, tiens il mange du porc ».

46Les gages de piété que donne un respect des prescriptions religieuses peuvent parfois consister en une manière de compenser une ignorance des préceptes fondamentaux de l’islam (Khosrokhavar, 2004 : 132). Le respect rigoureux des pratiques – faire le Ramadan jusqu’au bout, ne jamais manger de porc, manger toujours halal (quitte renoncer à la viande) – peut être un moyen de forcer le respect des autres détenus.

47Ndour, un sénégalais de 36 ans, incarcéré en maison d’arrêt à qui il arrive de manger de la viande non halal, résiste à cette pression parce qu’il est armé pour le faire théologiquement (il a suivi l’école coranique au Sénégal) et physiquement (il s’agit d’un ancien champion de boxe) :

Et il y a les gamelles. C’est rare qu’on ait de la bonne viande dans la semaine. Quand on a de la bonne viande, si je mange, on me dit que je ne suis pas un bon musulman, que la viande n’est pas halal. Je réponds : « Est-ce que tu es halal dans ta tête ? Si tu l’étais, tu ne serais pas là aujourd’hui. » La religion, ils la montrent. C’est l’extérieur. Pour moi, la vraie croyance est dans le cœur. C’est la foi.

48C’est aussi le cas de Norsin, ancien converti à l’islam, qui confirme qu’il en va d’un rapport de force :

Je n’en ai pas trop dit, ni que j’étais redevenu bouddhiste. J’ai dit que j’avais arrêté la prière et tout ça parce que je n’étais pas bien. Ils disent qu’au contraire c’est quand on n’est pas bien…
Vous ne leur dites pour votre religion…
Non. Il ne faut pas.
Ça ne passerait pas ?
Ce serait suicidaire. (…) Il y en a qui disent : « Tu dis que tu es musulman et tu ne manges pas halal. » Ce sont souvent des conflits comme ça. Ça ne va pas jusqu’aux poings.
C’est une sorte de violence morale.
En fait, ça dépend de la personne. Si c’est un faible, ça va poser problème. Si c’est un costaud, il peut manger du cochon, on ne lui dira rien.

49Pesant est le regard des autres comme le raconte Halim, 42 ans, qui explique le refus général d’accepter la nourriture servie par l’administration pénitentiaire, non pas pour des raisons religieuses mais par rapport aux codétenus. « Taper dans le chariot, c’est la honte ». Halim, musulman non pratiquant, s’amuse de voir que « le jour des nuggets de poulet, tout le monde en prend », y compris ceux qui se sont inscrits au repas végétarien. La pression du groupe se fait cependant sentir quand il reconnaît avoir opté pour le menu végétarien en détention alors qu’il mangeait la viande (sauf le porc) au quartier arrivant :

  • 26 Au quartier arrivants, les détenus sont seuls en cellule et ne subissent pas la pression du groupe (...)

Le mec il n’pratique pas, il dit « Moi je n’veux pas manger leur viande », mais en fait, ce n’est pas par rapport à la religion, ça n’a rien à voir avec ça. C’est parce qu’ils s’disent que c’est sale, la cuisine est sale et les gens qui travaillent dedans ils sont sales.
Vous, vous mangez la viande d’ici… ?
Non, je n’mange pas leur viande. En c’moment, j’mange pas leur viande, mais quand j’suis aux arrivants, je mange la viande, mais pas l’cochon26. Et même pour ceux qui y’a marqué végétarien et qui s’disent musulmans, passez quand y’a les nuggets, vous allez voir, ils les prennent tous. Voilà. C’est juste par rapport à son codétenu ou la cellule d’en face en fait, c’est pas par rapport à Dieu hein. Parce que c’est… son codétenu ou son collègue de l’étage, il le voit prendre dans l’chariot. Il y a des réflexions, « Ouai, t’as pas honte, tu tapes dans l’chariot » comment on dit. Cela veut dire que tu bouffes de la bouffe de la détention. À l’époque, on disait halal mais en vrai y’a pas de halal, c’est juste tu bouffes la bouffe de la prison, c’est pour ça qu’on dit « Tu tapes dans l’chariot ».
Donc ce n’est pas une histoire de halal ou pas halal, c’est de ne pas manger la nourriture de la détention.
Exactement, juste pour faire le beau, voilà. Mais quand ils sont au mitard ou aux arrivants, ils n’ont pas l’choix, ils prennent 2-3 barquettes. Des fois ils les laissent de côté les barquettes qui restent et quand il revient de promenade, le gars qui soit disant fait la prière, halal et tout, il va passer, il va les chourave, il va les voler les barquettes pas halal hein, alors qu’il peut les prendre sans les voler hein, mais c’est pour pas qu’on le voit. Après, quand il arrive en détention, là il fait l’ancien, végétarien, mais comme c’est devenu une habitude. Mais ça n’a rien à voir avec la religion. Cela n’a rien à voir avec halal ou pas halal, c’est qu’le gars, il a envie d’bouffer d’la viande. Il a envie d’bouffer des merguez. Il a envie d’bouffer d’la viande hachée.

50Le choix du halal renvoie ainsi à des usages de l’islam dont les ressorts ne sont pas nécessairement religieux. Si l’alimentation contribue à la logique intégrative, elle est également constitutive d’une frontière symbolique : elle fonctionne comme un « marqueur, sélectionné en fonction des rapports avec les autres groupes » (Rodier, 2010 : 59). Cette logique distinctive passant par les pratiques alimentaire vaut pour d’autres groupes. Ainsi de ces détenus corses avaient pendu un saucisson à l’entrée de leur gourbi (petite cuisine à l’étage en maison centrale) pour signaler aux « barbus » qu’ils ne sont pas les bienvenus.

L’enjeu symbolique de purification morale

51Les détenus pourvoyeurs de ce trafic, même s’ils apportent du cannabis à certains, peuvent se sentir exonérés de leurs délits par le fait qu’ils apportent de la viande halal, un bien pur, à d’autres ou aux mêmes détenus. Ils satisfont des demandes plurielles – sacrées et profanes – tout en symbolisant une forme d’engagement contre l’administration pénitentiaire.

52La souillure, provoquée par la commission d’actes illégaux, nécessite des rituels de purification (Douglas, 1971). Le halal, renvoie à des notions morales comme le respect, la justice, la droiture, a une valeur positive qu’il faut afficher. Il peut être vu comme un acte public de dépollution morale. Des détenus jouent sur les deux tableaux, ils se présentent comme pratiquant tout en continuant des petits trafics, ils prient et ils « dealent » (Mohammed, 2012). D’autres détenus s’engagent dans une pratique religieuse forte, ils rattrapent les prières qu’ils n’ont pas toujours respectées, font le ramadan jusqu’au bout et mangent « complètement » halal selon leur expression dans l’espoir de remettre les compteurs à zéro, d’effacer l’ardoise, ou encore d’être présentable au jugement dernier. Ils cherchent par une nette séparation du pur et de l’impur à « se refaire une virginité ». L’interdit qui frappe la chair de carnivores doit être mis en relation avec l’interdit du meurtre : il s’agit symboliquement de maîtriser la pulsion meurtrière en tout sujet (Benkheira, 2000 : 199). La séparation rituelle, ici symbolisée par le choix du « tout halal » constitue un moment positif entre mort et renaissance rituelle qui peut avoir « le pouvoir de refaire un homme » (Douglas, 1971 : 113). Ingurgiter du halal, du pur, permettait ainsi de se purifier, de réintégrer la communauté humaine malgré les crimes commis. Ces pratiques alimentaires peuvent dans certains cas participer d’une discipline du corps que s’impose celui qui cherche à sortir de la délinquance – sortir d’un mode de vie pour entrer dans un autre en signifiant haut et fort le changement tant pour soi-même (comme force de rappel d’une volonté de retour à la « voie droite ») que pour les autres (via la visibilité du changement et les contraintes relationnelles qu’il impose : ne plus manger ensemble par exemple).

Conclusion

53Sans prendre la tournure d’une revendication « saillante » en monde carcéral, la frontière symbolique du halal est bien présente en prison, et ce quelles que soient les géométries variables que revêt celui-ci selon les individus et les contextes locaux. La plongée dans le monde carcéral qu’a permis notre enquête donne un aperçu des manières dont certains détenus musulmans s’attachent à faire valoir les prescriptions religieuses en matière alimentaire en s’arrangeant des contraintes qu’imposent le contexte carcéral. Il semble bien que cette demande de halal va croissant tant du point de vue économique (Riaz, Chaudry, 2004 ; Bergeaud-Blackler, 2012) qu’identitaire (Mintz, Du Bois, 2002). Ce que confirme par ailleurs, la dimension prise par le halal dans le rapport entre les personnels musulmans et non musulmans dont nous n’avons pu traiter ici. Cela étant, le halal revêt sans aucun doute des significations propres pour les détenu, le contexte carcéral exacerbant à la fois les effets de contrôle social et les enjeux de purifications morales. Autant d’aspects qui mériteraient d’être explorés de manière plus fines mais qui renvoient à des résultats plus généraux sur les usages du religieux auxquels a abouti notre enquête, laquelle rappelons-le, ne s’est pas cantonnée à l’islam.

Bibliographie

Bibliographie

Beckford J., Joly D., Khosrokhavar F., Les musulmans en prison en Grande-Bretagne et en France, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, coll. « Atelier de recherche sociologique », 2005.

Benkheira M. H., Islam et interdits alimentaires. Juguler l’animalité, Paris, PUF, 2000.

Beraud C., Galembert C. De, Rostaing C., Des Dieux et des hommes en prison, rapport remis à la Direction de l’Administration Pénitentiaire, mai 2013.

Bergeaud-Blackler F., « De la viande halal à l’halal food : comment le halal s’est développé en France », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, no 3, 2005, p. 125-147.

Bergeaud-Blackler F., « Halal : d’une norme communautaire à une norme institutionnelle », Journal des anthropologues, 106-107, 2006, p. 77-103.

Bergeaud-Blackler F., « Islamiser l’alimentation ». Marchés halal et dynamiques normatives, Genèses, 89, 2012, p. 61-87.

Bergeaud-Blackler F., Brisebarre A-M., « Halal et restauration collective », La nouvelle vie ouvrière, HS no 3, 2005, p. 46-47.

Bernard B., Bergeaud-Blackler F., Comprendre le halal, Edipro, 2010.

Birnbaum P., La république du cochon, Paris, Seuil, 2013.

Cesari J., Être musulman en France aujourd’hui, Paris, Hachette Littératures, 1997.

Dargent C., « La population musulmane de France : de l’ombre à la lumière ? », Revue française de sociologie, 51-2, avril-juin 2010, p. 219-246.

Douglas M., De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte (La Découverte-poche), 2005 [1971].

Fassin D., L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Seuil, 2015.

Fischler C., Les alimentations particulières. Mangerons-nous encore ensemble demain ?, Paris, Odile Jacob 2013.

Fregosi F., Penser l’islam dans la laïcité. Les musulmans de France et la République. Paris, Fayard (Les dieux dans la cité), Paris, Fayard, Pluriel, 2011 (2008).

Galembert C. de (en coll. avec Mustapha Belbah), « Le Conseil Français de Culte Musulman à l’épreuve des territoires », French Politics Culture and Society, Vol. 23, no 1, 2005, p. 76-86.

Galembert C. de, Rostaing C., Dossier « La prison comme “laboratoire” des usages sociaux du droit », Droit et Société, 2014, no 87.

Goffman E., Asiles, Paris, Minuit, 1968.

Haenni P., L’islam de marché. L’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil, 2005.

Kepel G., Banlieue de la République, Paris, Gallimard, 2011.

Khosrokhavar F., L’islam dans les prisons, Paris, Balland, 2004.

Kusha H. R., Islam in American Prisons, Ashgate, coll. “Law, justice and power”, 2009.

Mohammed M., Les sorties de la délinquance. Théories, méthodes, enquêtes, Paris, La découverte, 2012.

Papi S., « Islam, laïcité et commensalité dans les cantines scolaires publiques ou comment continuer à manger ensemble “à la table de la République” », Hommes & Migrations, no 1296, 2012, p. 126-135.

Poulain J.-P. 2002. Sociologies de l’alimentation. Les mangeurs et l’espace social alimentaire, Paris, PUF (Sciences sociales et sociétés).

Rodier C., « De la rareté d’une consommation à l’élaboration d’une norme : le halal ou comment l’exceptionnel devient banal », Anthropozoologica, 45(1), 2010, p. 59-66.

Rhazzali M. K., L’Islam in carcere. L’esperienza religiosa dei giovani musulmani nelle prigioni italiane, Milan, Franco Angeli, coll. « Politiche migratorie », 2010.

Rostaing C., « Processus de judiciarisation carcérale : le droit en prison, une ressource pour les acteurs ? », Droit et Société, no 67, 2007, p. 577-595.

Notes

1 Etant entendu que le Halal dépasse aujourd’hui que la question de l’alimentation conforme aux prescriptions de l’abattage rituel (Bergeaud-Blacker, 2012).

2 Céline Béraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing, Des Dieux et des hommes en prison. Rapport remis à la Direction de l’Administration Pénitentiaire, Mai 2013.

3 Le nombre de détenus musulmans reste approximatif sachant que nombre de détenus font le ramadan sans s’inscrire dans ce dispositif tandis que d’autres s’inscrivent pour des raisons qui n’ont souvent rien avoir avec la religion. On est donc loin des 50 ou 70 % de musulmans évoqués régulièrement par la presse.

4 Le Monde, 27 et 29/11/2013 ; Le Parisien, 27 et 29/11/2013 ; LBfmtv, 27/11/2013 ; Le Figaro, 28/11/2013 ; Libération, 29/11/2013 ; France Info, 29/11/2013 ; La Croix, 29/11/2013 ; Rue89, 29/11/2013, L’express, 29/11/2013 ; Le Nouvel Observation, 29/11/2013, etc.

5 Décision TA de Grenoble, 7 novembre 2013. M. AB c/ Directeur centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier. Requête no 1302502.

6 Evoquée notamment dans la note relative à la pratique du culte en détention du 16 juillet 2014. A noter que la règle 22 relative à la liberté de conscience et de religion des Règles pénitentiaires européennes prévoit elle aussi que les « exigences liées à des convictions religieuses soient prise en compte dans le régime alimentaire des détenus ».

7 N’étaient proposés que des plats de substitution en cas de menu contenant du porc.

8 Les cantines correspondent à un système d’achats de produits (alimentaires ou non) qui permet aux personnes incarcérées d’améliorer leur quotidien en fonction de leur pécule. Les détenus passent commande de produits, choisis à partir de listes, qui leur sont ensuite livrés.

9 Des initiatives avaient été prises préalablement à des niveaux intermédiaires de l’AP pour tenter d’améliorer la condition des musulmans. Notamment peu après la création du CORIF par Pierre Joxe en 1989, la piste a été explorée par des cadres de l’AP d’adopter le système des barquettes halal élaborées pour l’armée lorsqu’elle se trouve sur des théâtres d’opération, conformément à une directive de 1990. Cette solution s’est révélée peu satisfaisante. D’une part, contenant des aliments en partie lyophilisés, cette solution adéquate de manière provisoire ne l’est pas sur la durée. D’autre part, et de manière significatives, ces propositions émanant des cadres de certains services de l’AP, et notamment des services PMJ (Population sous mains de justice) en charge de l’impulsion de politiques sociales en faveur des détenus et soucieux de promouvoir une meilleure reconnaissance de l’islam dans les années 1990, se sont heurtées à une fin de non recevoir au niveau de la direction.

10 Notre enquête nous a permis de constater de ce point de vue un véritable changement en comparaison du panorama dressé par Farhad Khosrokhavar en 2004 sur l’islam en prison (2003).

11 Un auxi est un détenu rémunéré, affecté au service général, au ménage et au service des repas.

12 La présence durable d’un four en cellule étant interdite, il est convenu qu’un four soit laissé dans les bureaux des surveillants aux étages de manière que les détenus puissent en disposer ponctuellement en cellule.

13 On retrouve dans cet exemple une logique incrémentale ou de surenchère revendicative observée dans d’autres contextes nationaux. Dans les prisons anglaises servant de la viande halal (ce qui n’est pas le cas systématiquement) de nouvelles exigences sont apparues touchant aux modalités de service des repas halal telles que l’exigence que ceux-ci soient distribués exclusivement par des détenus de confession musulmane (Beckford et al., 2005 : 140-149).

14 Rappelons que cette Autorité administrative indépendance, créée dans le sillage de recommandations européennes, a pour but d’assurer une meilleure protection des droits fondamentaux dans les lieux privatifs de liberté via la visite programmée ou inopinée des établissements et la publication de rapports et d’avis sur différents sujets destinés à alerter les pouvoirs publics sur d’éventuels manquements.

15 CEDH 7 décembre 2010, Jakobski c/Pologne, no 18429/06.

16 En substance, selon cette décision, le principe de laïcité impose que la République garantisse le libre exercice des cultes ce qui implique que l’administration assure aux détenus de confession musulmane des menus comportant de la viande conforme aux prescriptions rituelles de l’islam.

17 Le Monde, 29 novembre 2013.

18 « Ce serait extrêmement compliqué dans tout le système de la chaîne alimentaire actuelle des établissements qui ne sont absolument pas conçus pour servir des repas qui obéissent à des rites confessionnels, halal ou casher. Nos cuisines ne sont absolument pas pensées pour segmenter de cette manière le service des repas ». Libération, 29 novembre 2013.

19 Le Monde, 23 juillet 2014.

20 Les écoles enregistrent les premières demandes de repas halal : l’exemption du porc ne suffit pas, une très petite minorité d’entre elles incluent un approvisionnement en viande sacrifiée selon le rite musulman (Bergeaud-Blackler et Brisebarre, 2005, 46).

21 On retrouve ce manque de confiance dans les prisons anglaises et galloises. Beckford, Joly et Khosrokhavar (2005 : 148) évoquent les controverses en dépit des assurances données à la fois par le personnel de restauration ainsi que par les imams que la nourriture servie était bel et bien halal. »

22 Le recours aux colis de fin d’année (appelés colis de Noël) est l’occasion pour les personnes incarcérées de faire rentrer de la « bonne » viande : les familles peuvent déposer entre fin décembre et début janvier un colis alimentaire de 3 à 5 kilos pour les fêtes et les détenus musulmans demandent souvent à leurs proches de la viande fraîche halal, viande qui doit être précuite pour des raisons de conservation (pas de possibilité de mettre tous les colis reçus dans un réfrigérateur).

23 Ce détenu dispose d’argent lié aux trafics pour lesquels il a été condamné (pour Infractions à la Législation sur les Stupéfiants).

24 Ce qu’avait d’ailleurs déjà constaté F. Khosrokhavar (2004 : 131-132).

25 Certaines définitions déclarent halal ce qui ne contient, ou n’a été en contact avec aucune substance haram ou illicite, c’est-à-dire lorsqu’il ne contient pas de nourritures prohibées : sang, alcool, certaines espèces animales (F. Bergeaud-Blacker, 2012).

26 Au quartier arrivants, les détenus sont seuls en cellule et ne subissent pas la pression du groupe comme en détention.

Auteurs

Claire de Galembert (ISP, Paris), Chargée de recherche CNRS à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP) - ENS de Cachan, Galembert@ens-Cachan.fr.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search