Version classiqueVersion mobile

Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie

 | 
Marwa Daoudy

Deuxième partie. Objet de la négociation

Chapitre III. Les projets d’exploitation en amont (GAP) : les facteurs de contrainte exogènes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’identification des variables de contrainte exogènes est importante, pour une meilleure appréciation de la position de pouvoir des acteurs, lors des négociations. Les besoins socio-économiques de la Turquie seront identifiés, de même que les retombées prévues par le pays, en termes de production d’énergie, d’exportations agricoles et de développement économique dans les régions pauvres. En cherchant à atteindre une sécurité sociétale, par la stabilisation économique des régions rebelles du Sud-Est anatolien, la Turquie aura favorisé une situation d’insécurité dans sa lutte contre le séparatisme kurde. Ainsi, l’entreprise du GAP s’accompagne de contraintes intérieures importantes qui se traduisent par des dilemmes socio-économiques, culturels, environnementaux et financiers, caractéristiques de l’entreprise de projets de si grande envergure. Sur les enjeux internes se greffent des contraintes extérieures. En effet, des campagnes internationales ont mobilisé écologistes et militants ...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search