Version classiqueVersion mobile

Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie

 | 
Marwa Daoudy

Première partie. Concept

Chapitre premier. Eau, négociation, sécurité, asymétries et effet d’emboîtement : concepts et débats

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il s’agit à présent de clarifier la démarche intellectuelle permettant au lecteur d’identifier les concepts qui éclaireront les étapes de l’analyse. L’interaction entre la Syrie et les autres riverains semble caractéristique d’une situation de « dilemme structurel1 », puisque nous verrons que l’acteur relativement dépendant parvient à obtenir un résultat satisfaisant de l’acteur, plus puissant, avec lequel il négocie. La Turquie, État en amont initiateur du GAP, se trouve en position de pouvoir favorable grâce à sa situation géographique et ses ressources économiques et militaires. Elle peut appliquer une politique unilatérale de maximisation de son potentiel hydraulique, par augmentation de ses capacités de stockage et infrastructures de livraison. Ces politiques ne peuvent se faire sans réactions de la part des autres riverains et les acteurs se trouvent confrontés à un dilemme de sécurité, puisque ce contexte d’asymétrie des pouvoirs crée une situation d’insécurité pour le rivera...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search