Version classiqueVersion mobile

Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie

 | 
Marwa Daoudy

Introduction. La symbolique de l’eau, une ressource aux enjeux multiples

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Plutôt que d’être nécessaire à la vie, l’eau est la vie elle-même », disait Saint-Exupéry. L’analyse des relations internationales nous révèle l’importance grandissante de l’eau, nécessaire aux besoins des populations, de l’agriculture aux industries. Et plus des deux tiers de l’offre globale d’eau douce est figée dans les glaciers et les couches polaires. Selon le Conseil mondial de l’eau et l’Organisation mondiale de la santé, 40 % de la population mondiale est confrontée à des pénuries chroniques, sans disposer, au début du xxie siècle, de services d’assainissement appropriés1. En outre, 250 bassins fluviaux internationaux concentrent près de 40 % de la population mondiale. Cet enjeu est d’autant plus exacerbé dans une région aride et semi-aride comme le Moyen-Orient. En traversant les frontières nationales, l’eau enchaîne les États riverains dans une situation d’interdépendance. Cette dépendance mutuelle est aggravée, dans le cadre des bassins de l’Euphrate et du Tigre, par l’...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search