Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés palestiniens du Liban

 | 
Mohamed Kamel Doraï

Conclusion

Texte intégral

1L’accroissement de la mobilité internationale des réfugiés palestiniens et leur dispersion dans un nombre grandissant de pays occidentaux redéfinissent en partie les termes dans lesquels se pose la question du droit au retour. La dispersion des réfugiés et l’acquisition par un certain nombre d’entre eux d’une nationalité occidentale ne risquent-elles pas d’apparaître comme une alternative de fait au retour ? En d’autres termes, cette mobilité peut-elle être interprétée comme une réinstallation définitive dans un pays tiers et comme substitut à l’exercice du droit au retour ? Les effets géopolitiques à long terme de l’émigration de près de 100 000 Palestiniens du Liban et l’évolution de la structure même de la diaspora sont difficiles à mesurer aujourd’hui. Le phénomène est encore récent et les négociations entre les éléments ayant pris part aux conflits israélo-arabes n’en sont qu’à leurs prémisses. Quelques éléments de réponse peuvent cependant être avancés à partir du discours produit par les réfugiés palestiniens et des développements récents des formes de mobilisation politique des Palestiniens installés dans les pays européens et en Amérique du Nord.

  • 1 Le texte du paragraphe concerné est formulé comme suit :
    « 11. [L’Assemblée générale] décide qu’il (...)

2La question du droit au retour des Palestiniens s’appuie sur l’article 11 de la résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations Unies1. Le droit au retour et/ou à l’indemnisation des réfugiés palestiniens y est défini sur une base individuelle indépendamment de la détention éventuelle d’une quelconque nationalité, du lieu de résidence actuel ou de l’inscription dans les registres de l’UNRWA. Il faut rappeler que ce dernier organisme a produit une définition administrative du réfugié palestinien qui n’a pas vocation à servir de base légale à un quelconque règlement de la question, mais qui a été élaborée pour venir en aide aux réfugiés dans le besoin. Les termes généraux employés dans la résolution de l’ONU garantissent donc le droit au retour des réfugiés palestiniens, où qu’ils se trouvent et quel que soit leur statut juridique actuel.

3Si le droit international semble clair, les réalités socio-spatiales induites par l’installation d’un nombre croissant de réfugiés palestiniens en Europe ou en Amérique du Nord soulèvent de nombreuses interrogations. Certains Palestiniens voient dans l’émigration des réfugiés issus des camps, et dans l’accueil qui leur est fait en Europe, une façon détournée de régler la question de leur droit au retour en les réinstallant définitivement dans des pays tiers. Il semble cependant difficile d’évaluer la validité d’une telle assertion. Ces migrations sont sous-tendues par des réseaux migratoires mis en place par les réfugiés eux-mêmes qui échappent en partie aux institutions diasporiques palestiniennes comme aux États concernés. Même si certains pays européens traitent de façon spécifique les demandes d’asile qui émanent de Palestiniens, la tendance est plutôt à la fermeture des frontières. Cette vision peut cependant être confortée par l’acception de plus en plus humanitaire, et de moins en moins politique, de la notion de réfugié. Ne seraient alors considérés à terme comme réfugiés, et donc comme prétendants potentiels au droit au retour, que ceux qui demeurent dans les camps ou qui se trouvent au Moyen-Orient dans une situation socio-économique difficile.

4La dispersion, l’acquisition d’une nationalité européenne ou nord-américaine peuvent-elles remettre en cause le sentiment d’appartenance à la diaspora ou à la communauté palestinienne ? En conséquence, la revendication du droit au retour tendrait-elle alors à diminuer ? Une réponse positive aux deux questions précédentes impliquerait qu’il existe un lien entre le statut de réfugié, le sentiment d’appartenance et la situation juridique d’un individu, voire sa situation matérielle.

  • 2 A. Portes, « Globalization from Below : The Rise of Transnational Communities », Transnational Com (...)

5De nombreux exemples, autres que palestiniens, montrent que le sentiment d’appartenance peut perdurer, même lorsque des groupes sont considérés comme totalement « intégrés » à leur société d’accueil. L’exemple des diasporas arménienne ou juive est révélateur. Ces groupes ont su résister à l’épreuve du temps et de la dispersion. Il est utile de rappeler à ce propos que le mouvement national palestinien, tel qu’il existe aujourd’hui, est en partie né dans la diaspora. Il faut ajouter à cela que plus de cinquante années d’exil, dans des pays arabes réputés culturellement proches des Palestiniens, n’ont en rien altéré le sentiment d’appartenance des Palestiniens ni leurs revendications au retour. La dispersion en Europe ou en Amérique du Nord ne représente qu’une extension spatiale de la diaspora. Ce changement d’échelle a d’ailleurs fait évoluer les réseaux de solidarité locaux en réseaux transnationaux, sans remettre en cause les fondements de l’identité palestinienne. Le maintien de l’identité en exil n’est pas propre aux réfugiés palestiniens. Alejandro Portes2 relève par exemple que les migrants originaires du Salvador qui résident aux États-Unis maintiennent des liens forts avec leur village d’origine. Ces derniers sont d’autant plus forts que les migrants sont d’origine rurale et qu’ils ont été contraints de quitter leur pays en raison de la guerre civile.

  • 3 M. Issa, Palestinians from Lubya in Denmark. Dreams and Realities, Copenhague, Danish Refugee Coun (...)

6Mahmoud Issa3 a montré dans son étude sur les Palestiniens originaires du village de Loubia en Palestine, qui résident aujourd’hui au Danemark, que ces derniers continuent de se revendiquer comme Palestiniens et attachent une grande importance à la préservation de leur droit au retour, même s’ils se sentent aussi tout à fait « chez eux » au Danemark. Ce discours concerne autant les Palestiniens âgés que les plus jeunes. Ces derniers, qui n’ont connu que le Danemark, ont adopté le mode de vie danois, mais continuent à se sentir pleinement palestiniens.

  • 4 Cet aspect est développé par S. Westwood et A. Phizacklea, Trans-Nationalism and the Politics of B (...)

7La communauté palestinienne qui réside en Europe ou en Amérique du Nord poursuit d’ailleurs son activité politique, sous des formes différentes. On assiste au développement du secteur associatif palestinien qui s’intéresse plus particulièrement à deux thématiques : le droit au retour et la défense des Palestiniens des territoires occupés et autonomes. Depuis quelques années, ce mouvement a pris de l’ampleur et les milieux associatifs palestiniens, à travers l’Association des Palestiniens de France ou le Palestinian Return Centre au Royaume-Uni, sont actifs et organisent des manifestations, des expositions, des pétitions, diffusent de l’information sur la société palestinienne et le droit au retour des réfugiés. Les cinquante ans de la Nakba ont été célébrés dans la diaspora et des rassemblements ont eu lieu dans les grandes capitales européennes. De la même façon « le jour de la terre » (30 mars), qui rappelle la lutte des Arabes israéliens – ou Palestiniens d’Israël – pour préserver leurs terres, est aujourd’hui un événement commémoré chaque année dans la diaspora. La célébration d’événements marquants, ou de fêtes nationales, dans l’exil est l’un des facteurs qui permettent de maintenir le sentiment d’appartenance en diaspora4.

8En Europe ou en Amérique du Nord, une attention moindre est portée aux différences régionales et locales qui existent au sein de la société palestinienne. Le sentiment d’appartenance se construit à une échelle nationale, et c’est le fait d’être palestinien qui est revendiqué et qui génère une capacité de mobilisation. Les élites intellectuelles, parmi lesquelles Edward Saïd qui résidait aux États-Unis et Elias Sanbar ou Marwan Bishara, en France, jouent un rôle moteur dans la diffusion de l’information et le soutien au peuple palestinien. On observe, avec la croissance de la communauté palestinienne en Europe et en Amérique du Nord, un développement de mouvements actifs dans la défense des intérêts et des droits des Palestiniens en Europe, plutôt qu’un recul du sentiment d’appartenance. Si la persistance de l’identité palestinienne semble assurée, comment le « processus de paix » affectera-t-il les réfugiés ?

LES RÉFUGIÉS PALESTINIENS : UNE QUESTION DÉMOGRAPHIQUE ET GÉOPOLITIQUE

  • 5 J. Lévy, « Proche-Orient : mauvaises rencontres », in M.-F. Durand, J. Lévy et D. Rétaillé, Le Mon (...)
  • 6 Jacques Lévy reprend ici la distinction opérée par Tönnies entre la communauté, fermée et détermin (...)
  • 7 Les réfugiés palestiniens originaires de la bande de Gaza arrivés en Jordanie par suite de la guer (...)

9La question des réfugiés palestiniens est certainement l’un des dossiers les plus sensibles qui demeurent en suspens, avec celui de la répartition de l’eau, au Moyen-Orient. Si le problème des réfugiés doit être abordé à l’échelle régionale en raison de la dispersion des Palestiniens dans l’ensemble des États voisins d’Israël, il renvoie les États prenant part au conflit, sauf peut-être la Syrie, au cœur même de leur fonctionnement politique. Pour expliquer la permanence des tensions au Proche-Orient, Jacques Lévy5 propose l’hypothèse suivante : les États de la région, qui n’ont pour la plupart pas encore achevé leur construction étatique, connaîtraient un déficit de société et une surdétermination communautaire6. Les États ont donc de grandes difficultés à transcender les découpages communautaires qui les constituent. Le poids démographique des réfugiés palestiniens comme l’hypothèse de leur retour renvoient donc à la question de la formation des États de la région et de leurs fondements. En Jordanie, par exemple, près de la moitié des habitants sont d’origine palestinienne. Bien qu’ils aient presque tous obtenu la nationalité de leur pays d’accueil7, la question des réfugiés palestiniens concerne le pouvoir jordanien parce qu’elle touche à la structure démographique de sa population.

10C’est encore davantage le cas pour le Liban dont les institutions actuelles sont fondées sur une balance communautaire héritée du recensement de population de 1932, ainsi que des rapports de pouvoir de l’époque. La parité entre chrétiens et musulmans est aujourd’hui obsolète. La présence de plus de 400 000 réfugiés palestiniens, dont l’écrasante majorité est de confession musulmane sunnite, représente un défi pour les autorités de ce pays dont la population totale est estimée à environ 3 500 000 individus. Le souhait des gouvernements libanais successifs de voir les réfugiés palestiniens quitter leur territoire – ce qu’ils nomment le « refus de l’implantation » – est donc lié à des considérations de politique interne, tout autant, voire plus, qu’à la recherche d’une solution durable et juste au conflit israélo-palestinien.

  • 8 Le quotidien L’Orient – Le jour a titré : « Près de 23 000 réfugiés palestiniens vivent dans l’ang (...)

11Les autorités libanaises ont mis en place un arsenal législatif qui vise à exclure les Palestiniens de toute forme d’intégration au Liban. La classe politique libanaise est aujourd’hui unanime pour refuser toute mesure qui pourrait favoriser l’intégration des Palestiniens, la presse libanaise se faisant souvent l’écho de cette question. La question palestinienne resurgit d’ailleurs de façon épisodique dans les médias lorsque, par exemple, le ministère de l’Intérieur demande la révision des dossiers de naturalisation promulgués en 1994, les Palestiniens étant les premiers visés par cette requête8. Maintenus en marge de l’économie, du système de protection sociale – certes restreint – et de la vie politique libanaise depuis le départ de l’OLP, les réfugiés palestiniens se trouvent marginalisés au Liban plus que dans tout autre pays d’accueil de la diaspora. Un nombre croissant de réfugiés, s’ils ne demandent pas leur installation définitive au Liban, réclament le respect de leurs droits élémentaires, comme un accès sans discrimination au marché du travail, à l’éducation et au système de protection sociale. L’absence de perspectives d’intégration au Liban comme l’arrêt du processus de paix poussent un nombre croissant de réfugiés à chercher un autre pays d’accueil, plus propice à une installation à long terme.

  • 9 Y. Courbage, « Redistribution des cartes démographiques au Proche-Orient », Revue d’études palesti (...)
  • 10 E. Zureik, « Palestinian Refugees and the Right of Return », Palestine – Israel Journal of Politic (...)
  • 11 M. Hassassian, « The Evolution of the Palestinian Refugee Problem », Palestine – Israel Journal of (...)

12Dans le cas d’Israël, la question du retour des réfugiés palestiniens renvoie aussi à des problématiques internes à cet État et à son mode de légitimation. Comme le relève Youssef Courbage, « au moment où le processus de paix israélo-palestinien paraît embourbé, la question démographique en Israël et en Palestine prend un relief particulier, celui qu’elle avait eu à des moments charnières de l’histoire, au début du mandat britannique, à la création de l’État d’Israël en 1948, lors des négociations préalables aux accords de Camp David en 1978, ou depuis le déclenchement de l’Intifada en 19879 ». Israël se présente comme l’État des Juifs. Sa politique d’immigration a toujours eu pour objectif de maintenir la balance démographique entre Juifs et non Juifs au bénéfice des premiers. Le retour hypothétique de la totalité des réfugiés palestiniens de 1948, ainsi que de leurs descendants directs, inverserait la balance démographique au profit des Palestiniens sur le territoire israélien, avec pour conséquence la remise en cause du caractère majoritairement juif de l’État israélien10. Israël présente le droit au retour des réfugiés comme une question de sécurité, qui touche donc à sa souveraineté en tant qu’État11. L’enjeu est de taille pour Israël et les termes de l’équation peuvent se résumer ainsi : comment aboutir à un règlement juste de la question des réfugiés palestiniens, condition sine qua non à l’établissement d’une paix juste et durable dans la région, sans risquer de déstabiliser les fondements de l’État israélien ? Face à l’unanimité contre le droit au retour en Israël, comment aboutir à une solution équitable de la question des réfugiés palestiniens ?

LA FORMATION DE L’ÉTAT PALESTINIEN : LOGIQUE TERRITORIALE CONTRE DROIT AU RETOUR ?

  • 12 Les positions développées au sein de l’OLP sur la question des réfugiés sont abordées dans The Fin (...)

13Depuis le lancement du processus de paix au début des années 1990, le dossier des réfugiés soulève aussi de nombreuses interrogations au sein de l’OLP12. Quelle place les réfugiés de la diaspora occupent-ils dans la définition de la politique palestinienne ? Quel peut être l’impact de la stratégie territoriale engagée par la centrale palestinienne depuis la conférence de Madrid sur le droit au retour des réfugiés palestiniens ? La logique de souveraineté territoriale, qui suppose l’édification d’un appareil étatique, disposant de frontières internationalement reconnues, pose la question de la définition du peuple qui doit exercer sa souveraineté. Les choix actuels opérés par l’OLP s’inscrivent dans une logique apparemment contraire à celle qui a permis le développement du mouvement national palestinien depuis sa création dans les années 1950 et 1960. C’est dans la diaspora que la centrale palestinienne a trouvé sa légitimité et c’est autour des organisations de fedayin nées dans les camps de l’exil que s’est formée la politique palestinienne. Le droit au retour des réfugiés était alors un des principaux piliers de la politique palestinienne.

  • 13 La question des réfugiés palestiniens est discutée dans le cadre du « processus de paix » mis en p (...)

14À la suite de la guerre du Golfe, la stratégie de l’OLP est modifiée. La construction d’un État, dont la base territoriale se situe sur une partie de la Palestine mandataire, devient l’objectif premier. La question du droit au retour des réfugiés est reléguée aux négociations sur le statut final qui auraient dû prendre fin en 1999 et qui n’ont toujours pas abouti13. La majeure partie des organisations politiques palestiniennes se recentrent sur les territoires palestiniens, composés de fragments de la Cisjordanie et d’une partie de la bande de Gaza. L’attention comme les financements de la communauté internationale se portent sur ces territoires devenus autonomes. Dans le même temps, l’UNRWA est dans une situation financière de plus en plus critique et réduit progressivement ses services. Privés de perspectives politiques, les réfugiés se trouvent aussi privés d’un certain nombre de services de base dans l’exil.

  • 14 H. Khashan, « The Despairing Palestinians », Journal of South Asian and Middle Eastern Studies, vo (...)

15L’ancrage territorial actuel dans les territoires autonomes prive en partie l’OLP de sa capacité à activer des réseaux de soutien dans la diaspora. Une partie des réfugiés dans l’exil, plus particulièrement les catégories les plus défavorisées qui vivent dans les camps au Moyen-Orient, ne se reconnaissent plus dans cette institution, plus occupée à gérer ses affaires internes et à édifier un pouvoir territorialisé qu’à entretenir et consolider les réseaux de la diaspora14. La stratégie territoriale, telle qu’elle a été entamée avec les accords d’Oslo en 1993, entraîne une baisse de légitimité de l’OLP auprès des réfugiés qui peuplent les camps de l’exil, ceux-là mêmes qui ont contribué à légitimer la centrale palestinienne dans le monde arabe et sur la scène internationale, après la défaite arabe de 1967. La question de l’édification d’un État palestinien se trouve aujourd’hui en partie déconnectée de celle du droit au retour des réfugiés, puisque la proclamation de l’État n’est pas, ou n’est plus, conditionnée par le retour des réfugiés.

LE BLOCAGE ACTUEL DES NÉGOCIATIONS ISRAÉLO-PALESTINIENNES SUR LES RÉFUGIÉS

16C’est dans ce contexte régional, et dans le cadre des dynamiques internes à chacun des acteurs en présence, qu’il faut comprendre la situation de blocage dans laquelle se trouvent les négociations sur les réfugiés palestiniens, depuis leur lancement au début des années 1990. De nombreux observateurs soulignent que la question des réfugiés est l’un des dossiers les plus sensibles des pourparlers de paix. Il est aussi l’un des plus anciens puisqu’il a été abordé dès 1949.

  • 15 R. Khalidi, « The Palestinian Refugee Problem : A Possible Solution », Palestine Israel Journal of (...)

17Les réfugiés ont classiquement trois possibilités quant à leur avenir : le retour dans leur pays d’origine, leur installation dans leur pays de premier accueil ou la réinstallation dans un pays tiers. Quelles modalités sont envisageables dans le cas des réfugiés palestiniens, compte tenu de la situation politique actuelle ? Rashid Khalidi15 ainsi que d’autres intellectuels palestiniens, comme Elias Sanbar, proposent des « solutions alternatives » à la question des réfugiés, qui permettraient de satisfaire un nombre suffisant de personnes, tant chez les Palestiniens que chez les Israéliens. Parmi elles, la plus répandue consiste en la reconnaissance par Israël du principe du droit au retour des Palestiniens. Le retour effectif de réfugiés serait négociable et limité, en fonction des capacités et des possibilités d’accueil d’Israël et des territoires sous autorité palestinienne. Le futur État palestinien devrait être celui de l’ensemble des Palestiniens où qu’ils résident. Un passeport palestinien leur serait octroyé, ce qui leur donnerait la citoyenneté palestinienne ainsi que la possibilité de se rendre en visite en Palestine ou de trouver du travail à l’étranger. Cette dernière mesure concerne essentiellement les Palestiniens du Liban, dont la situation est actuellement précaire. Des compensations seraient données par l’État israélien aux réfugiés qui ne pourraient ou ne voudraient pas rentrer en Palestine, les droits étant calculés sur une base individuelle. Donna

  • 16 D. E. Arzt, Refugees into citizens. Palestinians and the End of the Arab-Israeli Conflict, New Yor (...)
  • 17 Uri Avneri, un député israélien qui milite de longue date pour le dialogue israélo-palestinien, pr (...)

18E. Arzt16 propose sensiblement le même type de solution, passant par l’octroi de la citoyenneté palestinienne aux réfugiés, accompagné du retour d’un nombre limité de réfugiés de 1948 dans l’actuel État d’Israël, qu’elle estime pouvoir s’élever à 75 000 individus17.

  • 18 Ce sommet a réuni, à partir du 11 juillet 2000, sous l’égide des États-Unis et de son président Bi (...)
  • 19 R. Malley et H. Agha, « Camp David : The Tragedy of Errors », The New York Review of Books, vol. 4 (...)
  • 20 On trouve une version en français de ce document reproduite dans Le Monde diplomatique de septembr (...)

19Les positions entre les deux parties qui négocient semblent de prime abord difficilement conciliables. Certains négociateurs qui ont pris part au sommet de Camp David18, en juillet 2000, ont relevé que la question des réfugiés était certainement celle où le moins de progrès avaient été réalisés19. Des avancées se sont cependant dessinées lors des pourparlers entre Israéliens et Palestiniens à Taba en janvier 2001. La position de la partie israélienne est résumée dans un document de travail sur les réfugiés palestiniens établi à Taba20. Même si ce document n’a pas de valeur légale, puisque les pourparlers engagés n’ont pu aboutir à cause des élections israéliennes qui n’ont pas reconduit l’équipe ministérielle d’Ehoud Barak, il permet de percevoir de réelles avancées. Le droit au retour des réfugiés palestiniens est clairement mentionné, ainsi que la résolution 194 (paragraphes 6 à 8). Quatre perspectives, non chiffrées, sont envisagées : le retour en Israël, le retour dans le futur État palestinien, la réhabilitation dans les pays de résidence actuelle et la réinstallation dans des pays tiers. Le texte mentionne l’aspect volontaire de l’inscription dans l’un des programmes précédemment cités (paragraphe 8). Le texte palestinien renvoie à la résolution 194 pour définir le statut de réfugié (paragraphes 5, 6a et 6b). Il précise que les réfugiés du Liban, s’ils le choisissent, doivent être autorisés à revenir s’installer en Israël, et qu’ils doivent obtenir la nationalité israélienne (paragraphe 26).

LES PALESTINIENS : DES RÉFUGIÉS « À PART » ?

20Longtemps les Palestiniens ont constitué une catégorie de réfugiés « à part ». L’expression même de cette singularité réside dans le traitement que la communauté internationale leur a réservé en créant pour eux une agence spécifique, l’UNRWA. La durée exceptionnelle de son exil singularise cette population par rapport aux autres réfugiés de par le monde. Cependant, depuis une dizaine d’années, son parcours s’apparente de plus en plus à ceux d’autres communautés de réfugiés en quête d’une terre d’asile toujours plus éloignée de leur pays d’origine. La mondialisation forcée des parcours migratoires des réfugiés palestiniens dénote-t-elle la fin progressive d’une spécificité ? Parallèlement, la territorialisation du mouvement national palestinien génère une redéfinition de la place qu’occupe chaque segment au sein de la diaspora. L’extérieur a été jusqu’à la fin des années 1980 le centre palestinien et une ressource identitaire qui traverse de façon horizontale l’ensemble des communautés dispersées. Dans les années 1990, le centre de gravité de la diaspora réintègre le territoire de la Palestine historique et concentre les fonctions politiques et identitaires. L’extérieur se trouve alors relégué au rang de périphérie. La mise en place du processus de paix a donc modifié en profondeur la géographie de la diaspora. Les implications spatiales de cette redéfinition sont doubles : les camps de réfugiés et leurs habitants sont de plus en plus isolés au sein de l’organisation de l’espace diasporique palestinien, et des dynamiques migratoires se développent qui échappent aujourd’hui aux logiques des institutions diasporiques.

21Cependant, l’avenir de cette organisation socio-spatiale est suspendu à la fin des tensions au Moyen-Orient et à l’installation d’une paix durable et juste pour l’ensemble des parties impliquées dans les conflits israélo-arabes. L’OLP a longtemps joué un rôle central dans la structuration de la société palestinienne de la diaspora. En Jordanie dans la deuxième moitié des années 1960, puis au Liban dans les années 1970, la lutte armée et la renaissance institutionnelle palestinienne ont constitué le pivot central de la mobilisation politique et identitaire au sein du mouvement national palestinien en exil. L’OLP devient dans les années 1970 un quasi-État sans territoire, qui montre sa capacité à se restructurer dans l’exil à chaque crise politique majeure. Aujourd’hui, le clivage entre l’intérieur, où les contours d’un futur État palestinien se dessinent avec difficulté, et l’extérieur est sans cesse grandissant, la question des réfugiés et de leur avenir étant reléguée au second plan derrière celle de l’édification d’un État indépendant. Les demandes répétées de la part des Israéliens selon lesquelles les Palestiniens devraient renoncer au droit au retour en échange de la formation d’un État palestinien, ne peuvent être acceptées par les dirigeants palestiniens actuels ; en effet, en se centrant sur la création d’un État territorialisé, la question des réfugiés se trouve marginalisée de facto au risque de créer une fracture profonde entre le futur État palestinien et la diaspora.

Notes

1 Le texte du paragraphe concerné est formulé comme suit :
« 11. [L’Assemblée générale] décide qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage devant être réparé par les gouvernements ou autorités responsables.
« Donne pour instructions à la Commission de conciliation de faciliter le rapatriement, la réinstallation et le relèvement économique et social des réfugiés, ainsi que le paiement des indemnités, et de se tenir en liaison étroite avec le directeur de l’Aide des Nations Unies aux réfugiés de Palestine, et, par l’intermédiaire de celui-ci, avec les organes et institutions appropriés de l’Organisation des Nations Unies. » (Extrait de X. Baron, Proche-Orient, du refus à la paix. Les documents de références, Paris, Hachette, 1994, p. 115-116.)

2 A. Portes, « Globalization from Below : The Rise of Transnational Communities », Transnational Communities Working Paper Series, Oxford, Institute of Social and Cultural Anthropology (<http://www.transcomm.ox.ac.uk>), n° WPTC-98-01, 1997.

3 M. Issa, Palestinians from Lubya in Denmark. Dreams and Realities, Copenhague, Danish Refugee Council, 1995.

4 Cet aspect est développé par S. Westwood et A. Phizacklea, Trans-Nationalism and the Politics of Belonging, New York, Routledge, 2001.

5 J. Lévy, « Proche-Orient : mauvaises rencontres », in M.-F. Durand, J. Lévy et D. Rétaillé, Le Monde. Espaces et systèmes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques et Dalloz, 1993, p. 405-429.

6 Jacques Lévy reprend ici la distinction opérée par Tönnies entre la communauté, fermée et déterminée, et la société, ouverte et contractuelle.

7 Les réfugiés palestiniens originaires de la bande de Gaza arrivés en Jordanie par suite de la guerre des Six-Jours, en 1967, n’ont pas obtenu la nationalité jordanienne et demeurent donc apatrides.

8 Le quotidien L’Orient – Le jour a titré : « Près de 23 000 réfugiés palestiniens vivent dans l’angoisse de perdre la nationalité libanaise », 19 mai 2003.

9 Y. Courbage, « Redistribution des cartes démographiques au Proche-Orient », Revue d’études palestiniennes, n° (70) 18, nouvelle série, 1999, p. 62.

10 E. Zureik, « Palestinian Refugees and the Right of Return », Palestine – Israel Journal of Politics, Economics and Culture, vol. ii, n° 4, 1995, p. 35-40 ; S. Gazit, « Solving the Refugee Problem : A Prerequisite for Peace », ibid., p. 65-70.

11 M. Hassassian, « The Evolution of the Palestinian Refugee Problem », Palestine – Israel Journal of Politics, Economics and Culture, vol. 2, n° 4, 1995, p. 29-34 ; S. Tamari, « The Future of Palestinian Refugees in the Peace Negociations », ibid., p. 8-14.

12 Les positions développées au sein de l’OLP sur la question des réfugiés sont abordées dans The Final Status Negociations on the Refugee Issue : Positions and Strategies, Ramallah et Jérusalem, PLO (Département of Refugee Affairs), 2000.

13 La question des réfugiés palestiniens est discutée dans le cadre du « processus de paix » mis en place au début des années 1990 au sein de trois groupes de négociations différents, dont les problématiques et les champs de compétence se recoupent. Le premier est le Groupe de travail sur les réfugiés. Il a été créé lors de la mise en route des négociations multilatérales à Madrid en 1991, au côté de quatre autres groupes (Contrôle de l’armement et sécurité régionale, Eau, Développement économique et Environnement). Dirigé par le Canada, il est composé de six délégations du Proche-Orient : Israël, Jordanie, Palestine, Égypte, Syrie et Liban. Ces deux derniers pays ont boycotté les réunions, qui se sont interrompues en décembre 1995. Ce groupe a pour but d’aider au règlement de la question des réfugiés. Il aborde la question sous un angle essentiellement humanitaire, et non politique. Le deuxième groupe de travail s’est constitué à l’échelle des négociations bilatérales entre Israël et ses homologues palestiniens d’une part, et jordaniens d’autre part. Les accords d’Oslo de 1993 entre les Palestiniens et les Israéliens précisent que la question des réfugiés – comme celle du statut de Jérusalem, des colonies israéliennes, de l’eau ainsi que des frontières – sera discutée lors des négociations sur le « statut permanent ». Le problème des réfugiés et des déplacés est aussi abordé dans les négociations bilatérales entre Israël et la Jordanie qui comportent un volet concernant les réfugiés palestiniens. Un troisième groupe de travail est issu des négociations entre Palestiniens et Israéliens. Les deux parties ont décidé de créer un Comité quadripartite (incluant la Jordanie et l’Égypte) pour discuter de la question des personnes déplacées par la guerre des Six-Jours en 1967.

14 H. Khashan, « The Despairing Palestinians », Journal of South Asian and Middle Eastern Studies, vol. 16, n° 1, 1992, p. 2-17.

15 R. Khalidi, « The Palestinian Refugee Problem : A Possible Solution », Palestine Israel Journal of Politics, Economics and Culture, vol. 2, n° 4, 1995, p. 72-78.

16 D. E. Arzt, Refugees into citizens. Palestinians and the End of the Arab-Israeli Conflict, New York, A Council on Foreign Relations Book, 1997.

17 Uri Avneri, un député israélien qui milite de longue date pour le dialogue israélo-palestinien, propose de permettre le retour en Israël de 50 000 réfugiés palestiniens par an pendant dix ans, soit 500 000 personnes. Ce chiffre est sensiblement le même que celui proposé par Taisir Amre, un négociateur palestinien, haut responsable au sein de l’ANP, qui demande le retour de 10 % des réfugiés actuels sur le territoire israélien. Toutes ces solutions se fondent sur un accès des réfugiés palestiniens à la citoyenneté de leur pays d’accueil (cf. U. Avneri, « Le retour, droit inaliénable », Confluences Méditerranée : Israël – Palestine, la violence ou le droit, n° 37, 2001, p. 83-90, et T. Amre, « The Palestinian Refugees in the Context of the Middle East Peace Process and Regional Cooperation », Institute on Global Conflict and Cooperation Conference, Vouliagmeni [Grèce], 4-8 novembre 1994).

18 Ce sommet a réuni, à partir du 11 juillet 2000, sous l’égide des États-Unis et de son président Bill Clinton, une délégation israélienne dirigée par le premier ministre Ehoud Barak et une délégation palestinienne dirigée par le président de l’Autorité nationale palestinienne, Yasser Arafat. L’objectif de cette rencontre était de négocier un accord définitif entre les parties, sur un temps court, à l’image des négociations israélo-égyptiennes dites de « Camp David ». Le sommet se solde par un échec. De nombreuses controverses existent depuis lors sur les responsabilités de l’échec. Robert Malley, un collaborateur de Bill Clinton présent sur place, a rédigé en collaboration avec un observateur palestinien un article intéressant sur la question. Pour un point de vue palestinien, on peut se référer à A. Haniyyé, « Ce qui s’est réellement passé à Camp David », Revue d’études palestiniennes n° (77) 25, nouvelle série, 2000, p. 3-28, et pour la vision israélienne, au livre de l’ancien ministre des Affaires étrangères israélien Shlomo BEN AMI, Quel avenir pour Israël ? Paris, PUF, 2001.

19 R. Malley et H. Agha, « Camp David : The Tragedy of Errors », The New York Review of Books, vol. 48, n° 13, 9 août 2001, p. 59-65, et A. Haniyyé, art. cit., 2000.

20 On trouve une version en français de ce document reproduite dans Le Monde diplomatique de septembre 2001 (p. 15). Sa version en anglais ainsi que le texte palestinien qui lui répond se trouvent sur le site : <http://www.monde-diplomatique.fr>.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search