Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés palestiniens du Liban

 | 
Mohamed Kamel Doraï

Seconde partie. De la déstabilisation des réfugiés palestiniens au Liban à la structuration d’un espace transnational

Chapitre VI. La redéfinition du champ migratoire des Palestiniens du Liban : l’émergence d’un espace transnational

Texte intégral

1La dispersion, l’attachement symbolique à la Palestine et l’installation des réfugiés dans leurs espaces d’accueil participent à notre sens de l’émergence d’une diaspora au sein de laquelle les migrations et les pratiques transnationales jouent un rôle structurant central. Si les principales vagues migratoires analysées dans le chapitre précédent ont chacune leurs spécificités et leurs dynamiques propres, il est possible de dégager un certain nombre d’éléments structurants communs à l’ensemble de ces flux. L’accès aux ressources – comme l’information, les moyens financiers et le capital social de façon plus générale – est l’un des facteurs transversaux qui déterminent l’amplitude et l’extension spatiale des migrations. Les différentes vagues migratoires ne doivent pas être déconnectées les unes des autres ; elles s’inscrivent dans une dynamique migratoire commune dont les racines plongent dans l’exode de 1948, qui a débouché sur une restructuration de la société palestinienne dans l’exil. Cette dernière forme le tissu à partir duquel des réseaux de solidarité se sont réorganisés à l’échelle locale, pour ensuite se projeter dans l’espace transnational avec le développement de l’émigration vers l’Europe. Le contexte géopolitique régional actuel, marqué par le piétinement des négociations de paix, et plus particulièrement du volet ayant trait aux réfugiés, contribue à développer l’instabilité spatiale de la population palestinienne du Liban.

LES RÉSEAUX MIGRATOIRES PALESTINIENS : DIASPORA ET/OU COMMUNAUTÉ TRANSNATIONALE ?

  • 1 E. Sanbar, « La diaspora palestinienne. Entretien avec Elias Sanbar », Hérodote, n° 53, 1989.
  • 2 B. Kodmani-Darwish, La Diaspora palestinienne, Paris, PUF, 1997, p. 181.
  • 3 Pour cette question, on peut se référer à M. K. Doraï, « Les Palestiniens : vers l’émergence d’une (...)

2L’utilisation du terme « diaspora » pour désigner l’organisation socio-spatiale palestinienne depuis 1948 est critiquée par certains auteurs, comme l’historien palestinien Elias Sanbar qui est réticent à employer le terme de diaspora parce que la dispersion des Palestiniens est récente et que leur statut de réfugiés apatrides les différencie de l’archétype juif 1. Bassma Kodmani-Darwish, pour sa part, s’interroge : « Alors, diaspora ou réfugiés ? Là encore la réalité mouvante du sujet suggère que les Palestiniens de l’exil sont des réfugiés partiellement diasporisés et que la création d’un État contribuera à accélérer et achever le processus de diasporisation2. » La dispersion des Palestiniens, leur installation – certes subie et perçue comme provisoire –, ainsi que l’intensité des relations entre les différents pôles d’installation dessinent les contours d’une diaspora3. Le concept de diaspora permet de comprendre les pratiques spatiales des réfugiés (i. e. leurs modes d’implantation et leur mobilité) en articulant les logiques qui les sous-tendent aux échelles locale et transnationale.

Les éléments constitutifs de la diaspora palestinienne

  • 4 E. Ma Mung (dir.), Mobilités et investissements des émigrés. Maroc, Tunisie, Turquie, Sénégal, Par (...)

3Les Palestiniens sont une communauté de réfugiés qui se sont constitués en diaspora du fait de leur installation durable dans leurs pays d’accueil respectifs à partir d’un même espace de départ, la Palestine, et du système de réseaux transnationaux qu’ils ont développé pour permettre de maintenir l’unité de la communauté malgré la dispersion spatiale. Nombre d’institutions diasporiques traversent de façon horizontale l’ensemble des communautés palestiniennes, comme l’OLP et les nombreuses organisations qui gravitent autour. Elles entretiennent les relations entre les différents pôles de la diaspora. Les dynamiques migratoires qui se développent entre les pôles de la diaspora, comme les relations entre la Jordanie et les pays du Golfe, le Liban et l’Europe, ou entre les territoires palestiniens et les États-Unis, sont une des composantes de l’interpolarité des relations, telle qu’elle est définie par Emmanuel Ma Mung4.

  • 5 A. Médam, « Dans l’espace-temps des Juifs », Espaces et sociétés, n° 72, 1992, p. 9-30.

4Alain Médam5 distingue les diasporas cristallisées des diasporas fluides. Les premières sont anciennes, elles sont dotées d’institutions organisées qui gèrent leurs activités. Elles prennent souvent part au pouvoir dans le pays d’accueil. Leur mobilité géographique est réduite. Elles se sont implantées durablement dans leur pays d’accueil respectif. Au contraire, les diasporas fluides seraient, elles, en voie de stabilisation. Elles sont plus faiblement organisées que les premières et moins stabilisées géographiquement. Elles sont susceptibles de changer de pays d’accueil assez brutalement en fonction des aléas politiques qu’elles subissent. Les Palestiniens s’inscrivent dans cette dernière catégorie. Leur mobilité actuelle, l’émergence de nouveaux pôles diasporiques en Europe, comme le recentrage en direction des territoires autonomes débuté en 1993, montrent la grande fluidité spatiale de la diaspora. L’auteur établit une seconde distinction entre les diasporas dynamiques et celles qui sont amorphes. Les premières connaissent une très grande efficacité de leurs réseaux transnationaux. Les Palestiniens mobilisent leurs ressources transnationales pour pallier les difficultés économiques, juridiques et politiques dans leur pays d’accueil, et constituent une diaspora dynamique.

  • 6 M. Bruneau, « Espaces et territoires de diasporas », L’Espace géographique, t. 23, n° 1, 1994, p. (...)

5Si Alain Médam dresse une typologie des diasporas essentiellement basée sur le degré de cohésion de l’organisation diasporique, Michel Bruneau6 propose, lui, une typologie basée sur ce qui fonde l’organisation de la diaspora. Il relève que le lien de parenté fonde toute diaspora. Selon l’auteur, trois éléments expriment alors la spécificité des diasporas : 1) l’entreprise comme dans le cas des Libanais ; 2) la religion pour les Juifs ou les Grecs pontiques ; 3) la politique chez les Tibétains ou les Palestiniens. Chaque diaspora fonde son organisation autour d’un de ces trois principes ou de plusieurs d’entre eux. Le rôle joué par l’OLP dans l’organisation des communautés palestiniennes dispersées, l’importance de la revendication du droit à un État et du droit au retour des réfugiés font du politique un des éléments fondateurs et moteurs de la diaspora palestinienne.

  • 7 G. Sheffer, « Ethnic Diasporas : A Threat to their Hosts », in M. Weiner (dir.), International Mig (...)

6Gabriel Sheffer7 opère, lui, une distinction entre les diasporas n’ayant pas d’État d’origine, ou ayant été privées de leur État d’origine (stateless), et celles qui en ont un (state-based). Dans le premier cas, on retrouve les Palestiniens et les Tibétains. Ce qui distingue les diasporas est surtout le type d’organisation communautaire qui influe sur la cohésion de celles-ci. Trois types de réseaux prédominent dans cette organisation. Ce sont les réseaux politiques, économiques et culturels. Ces trois éléments forment la base même de la diaspora. L’ancienneté de la diaspora est un élément qui joue considérablement sur le degré d’organisation de la communauté, c’est donc un élément fondamental. Les diasporas ethno-nationales sont une des formes spécifiques que peuvent prendre les diasporas et qui correspondent au cas palestinien.

  • 8 G. Sheffer, « A New Field of Study : Modern Diasporas in International Politics », in G. Sheffer ( (...)

7La diaspora ethno-nationale est constituée d’une minorité ethnique dispersée dans les différents pays d’accueil. Ici, la notion de « minorité » ne doit pas être comprise au sens numérique du terme. Une minorité ethnique peut être un groupe ethnique majoritaire en nombre, mais minoré socialement. Par exemple, les Palestiniens, bien que largement majoritaires en nombre en Jordanie, constituent une minorité ethnique face à la discrimination relative qu’ils subissent en termes de représentation politique et de participation au pouvoir. Selon Gabriel Sheffer8, même lorsque le processus d’acculturation est avancé dans les sociétés d’accueil, l’existence de la diaspora ethno-nationale n’est pas remise en cause. Les réseaux transnationaux continuent alors d’exister à l’état dormant et peuvent être réactivés si nécessaire.

  • 9 A. Portes, L. E. Guarnizo et P. Landolt, « The Study of Transnationalism : Pitfalls and Promise of (...)

8Ces trois auteurs basent leur typologie essentiellement sur le degré de développement des réseaux transnationaux ainsi que sur le type de réseaux mis en place, qui recouvre les trois aspects – économique, politique et culturel – développés par A. Portes, L. E. Guarnizo et P. Landolt9. Après avoir relevé les éléments qui à notre sens permettent de définir une diaspora palestinienne, nous présentons des éléments de réflexion qui contribuent à montrer l’apparition d’une communauté transnationale. Les deux concepts, loin d’être antinomiques, se complètent, puisque les Palestiniens ont un rapport au territoire d’origine et ont atteint un degré d’institutionnalisation qui les range du côté des diasporas ; mais de nouvelles formes de mobilité et de circulation, plus réversibles et plus souples, se développent dans le même temps. Ces nouveaux modes d’organisation, qui concernent les espaces migratoires et les réseaux économiques, tendent à faire émerger au sein de la diaspora une communauté transnationale, puisqu’ils échappent en partie aux institutions diasporiques comme l’OLP.

Vers l’émergence d’une communauté transnationale au sein de la diaspora

  • 10 S. Hanafi, Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la constructio (...)

9Plusieurs éléments constitutifs des communautés transnationales se retrouvent dans le cas palestinien. Dans le domaine économique, on peut constater la formation de petits « commerces créés par les migrants revenus dans leur pays d’origine », ce dernier devant être compris ici comme le pays de départ du migrant palestinien et non comme la Palestine elle-même. Nous avons pu observer la création de commerces, à Amman ou à Tyr, par des migrants palestiniens revenus de pays du Golfe ou d’Europe du Nord avec un petit capital réinvesti lors du retour. D’autres migrants de retour créent des petits ateliers d’artisanat. On trouve aussi chez les élites palestiniennes des entrepreneurs transnationaux, archétypes des communautés transnationales, comme par exemple la famille Shuman qui a créé l’Arab Bank, première banque du Moyen-Orient, qui dispose de succursales dans le monde entier. Sari Hanafi10 propose plusieurs exemples d’entrepreneurs palestiniens transnationaux aux États-Unis, au Canada et en Égypte. Le cas du développement économique de la ville de Ramallah en Cisjordanie, grâce aux capitaux de la diaspora, en est un des exemples les plus significatifs.

  • 11 F. Charillon et A. Mouftard, « Les élections du 8 novembre 1993 et le processus de paix », Maghreb (...)
  • 12 S. Hanafi, op. cit., 1997, p. 28.

10C’est cependant au niveau politique que la diaspora palestinienne semble le plus près de s’approcher du fonctionnement des communautés transnationales. Des « comités politiques par ville d’origine » sont créés par les Palestiniens dans chaque camp et groupement au Liban. Ce système d’organisation se poursuit dans une certaine mesure en Europe, où les solidarités par ville ou village d’origine se perpétuent. On trouve aussi des « partis politiques nationaux présents à l’étranger ». L’OLP dispose de nombreuses ambassades et délégations dans le monde. Les principaux partis politiques palestiniens (Fateh, FPLP, FDLP) disposent tous de bureaux dans la majorité des pays où résident les communautés palestiniennes – le camp de Rashidiyyeh au Sud-Liban est, par exemple, le centre principal du Fateh pour le Liban. La Jordanie, le seul pays arabe qui a accordé la naturalisation à la majorité des Palestiniens résidant sur son territoire, compte de nombreux élus d’origine palestinienne, et la politique palestinienne fait partie du programme de nombreux partis politiques jordaniens. Quatre partis « palestiniens » ont participé à l’élection législative jordanienne du 8 novembre 1993 : le Parti de l’unité populaire, le Parti progressiste démocratique jordanien, le Parti démocratique du peuple palestinien et le Parti démocratique jordanien d’unité populaire. Leur programme est essentiellement tourné vers l’unité arabe et la libération de la Palestine11. Sari Hanafi12 note de la même façon que les Palestiniens canadiens sont impliqués dans la politique de leur pays d’accueil. On retrouve des Canadiens d’origine palestinienne dans les instances dirigeantes des deux grands partis : le parti libéral et le parti conservateur.

Les élites palestiniennes, noyau de la communauté transnationale

  • 13 L. Radi, « Les élites palestiniennes en Jordanie : les réseaux comme stratégie de survie », in A. (...)

11La mise en place de réseaux transnationaux répond à une nécessité d’adaptation des élites palestiniennes face à l’absence d’État et de territoire propre. Bien que les élites ne constituent qu’une frange minime de la diaspora, leur rôle est important et peut être précurseur des évolutions futures de l’ensemble de la diaspora. La création d’un État palestinien et la normalisation des relations entre Israël et ses voisins arabes pourraient permettre aux Palestiniens d’établir des relations effectives avec leur pays d’origine, par le biais de visites régulières, d’investissements, sans pour autant quitter leur lieu de résidence actuelle, où pour partie ils sont intégrés au tissu socio-économique et politique, comme c’est le cas en Jordanie. Le choix d’opter pour des résidences et une activité économique séparées entre deux pays peut être une solution viable pour certains Palestiniens, d’autant plus que 90 % de la diaspora palestinienne se trouve aux frontières de la Palestine et que l’espace concerné est de taille réduite. L’évolution politique du pays d’origine est donc déterminante dans la structuration future de la diaspora. Lamia Radi13 relève que le caractère transnational des réseaux familiaux de la bourgeoisie palestinienne de Jordanie se développe après l’exode de 1948. Les réseaux actuels d’élites palestiniennes trouvent tous leurs origines dans l’organisation sociale palestinienne d’avant 1948. Ils se sont adaptés à la dispersion des élites entre les capitales arabes et le monde occidental. Dans les années 1960, les élites palestiniennes ont acquis des nationalités occidentales (américaine, canadienne, européennes de l’Ouest) qui leur donnent une certaine liberté de circulation et aussi une protection juridique. Une partie des élites palestiniennes s’installe en Europe de l’Ouest ou en Amérique du Nord, mais continue de revenir régulièrement en Jordanie ou dans les territoires occupés. Les enfants de ces élites sont envoyés dans ces mêmes pays pour parfaire leur niveau en langue arabe et entretenir des liens étroits avec leur réseau familial, base de l’identité de la bourgeoisie palestinienne.

  • 14 S. Hanafi, Hona wa honaq : nahwa tahlil lil ‘alaqa bin al-shatat al-falastini wa al markaz (« Ici (...)

12Sari Hanafi14 observe que des entrepreneurs palestiniens du Canada font la navette entre ce pays et le Golfe pour leurs affaires. Ils préfèrent rester vivre au Canada, en raison de la liberté dont ils jouissent et pour assurer l’éducation de leurs enfants. Ils pratiquent donc ces mouvements de va-et-vient caractéristiques des communautés transnationales. L’espace transnational dans lequel évolue la diaspora palestinienne est formé de réseaux dont la construction est essentiellement à base ethnique. La réintégration de l’espace palestinien depuis les accords d’Oslo et le retour de Yasser Arafat dans les territoires autonomes a permis la mise en place de liens effectifs (économiques, politiques, aller-retour) entre les communautés expatriées et leur pays d’origine. Les Palestiniens américains conservent des liens très étroits avec la Palestine (achat d’une maison, envoi des enfants pour étudier l’arabe, mariage, envoi de capitaux) et surtout avec la ville de Ramallah en Cisjordanie. Ils développent parallèlement leur installation dans leur pays hôte. C’est dans ce cadre que les élites palestiniennes de la diaspora, du fait de l’intensification de leurs rapports avec la Palestine et du développement de leurs réseaux économiques entre leur pays d’accueil et leur pays d’origine, construisent à notre sens les bases d’une communauté transnationale. Les élites palestiniennes, grâce à une stratégie d’acquisition de nationalités occidentales, organisent leur vie entre deux espaces (leur pays d’accueil et la Palestine) ou plus (les espaces d’implantation des autres communautés palestiniennes).

Des pratiques transnationales émergentes chez les Palestiniens défavorisés

13Cependant, d’autres formes de « transnationalisme par le bas » (transnationalism from below) se développent à partir des camps de réfugiés palestiniens, le transnationalisme permettant la réactivation de réseaux de solidarité familiaux et villageois qui traversent les frontières nationales des pays d’accueil. Des stratégies d’acquisition de nationalités européennes se développent aussi dans les couches les plus défavorisées de la diaspora, qui leur permettent de voyager et d’assurer l’avenir de la famille dans un ailleurs plus stable politiquement, juridiquement et économiquement. Ces réseaux transnationaux de solidarité se structurent autour des filières migratoires créées par les migrants palestiniens et permettent la mise en place, tant dans le pays de départ que dans le pays d’accueil, d’un commerce ethnique qui se développe parfois entre les deux pays, constituant ainsi un espace de circulation transnational. C’est le cas par exemple pour certains garagistes palestiniens au Liban, qui importent des pièces détachées et des voitures d’occasion depuis l’Allemagne grâce à leurs contacts avec des migrants palestiniens installés sur place. Les commandes sont passées par télécopie et l’argent circule par virements bancaires. Ce système permet à des petits garagistes, au Liban, de se procurer des pièces d’occasion au meilleur prix en Europe. Le commerce est fondé sur une relation de confiance entre les deux pôles du réseau et sur une bonne connaissance tant des besoins du marché au Liban, que des pièces disponibles et de leur prix en Europe. C’est sur la qualité de l’information et la rapidité de sa circulation que repose le système. Ce type de commerce n’est cependant pas très développé en raison des faibles capacités économiques des Palestiniens.

  • 15 Cf. M. K. Doraï, J. Al Husseini et J.-C. Augé, « De l’émigration au transfert ? Réalités démograph (...)

14Si les pratiques migratoires diffèrent en fonction des catégories sociales, la variable religieuse ne semble pas pertinente dans le cas des Palestiniens du Liban. L’instrumentalisation de l’appartenance religieuse, qui entraînerait une forte émigration de Palestiniens chrétiens issus des territoires occupés15, ne semble pas avoir été transposée au Liban. Après avoir mené une série de douze entretiens auprès de familles chrétiennes, pour majorité de rite orthodoxe grec, dans la région de Tyr, il ne paraît pas justifié d’opérer une distinction dans leurs comportements migratoires. Deux éléments permettent d’ailleurs d’expliquer cette constatation. Le premier est que les Palestiniens chrétiens vivent dans les mêmes conditions que leurs homologues musulmans et sont soumis à la même législation restrictive. Le deuxième est lié au fait que, dans le contexte libanais, les Palestiniens chrétiens sont considérés avant tout comme des Palestiniens. Lors des attaques des camps palestiniens de Beyrouth en 1975-1976 par les milices de la droite chrétienne, les Palestiniens chrétiens ont subi le même sort que l’ensemble des Palestiniens. De fait, une très faible attention est portée à la confession chez les Palestiniens en général, et en particulier au Liban.

Des retours volontaires peu nombreux

15Certains retours volontaires vers le Liban peuvent être considérés comme l’expression d’une pratique transnationale. Bien que l’Europe se présente comme un espace refuge pour les Palestiniens du Liban, et que la majeure partie d’entre eux aient obtenu la nationalité de leur pays d’accueil ou des permis de séjour de longue durée, on assiste à des retours, certes peu nombreux, vers le Liban. Il s’agit là de retours volontaires et non d’expulsions. Deux principales raisons sont évoquées par ces Palestiniens revenus au Liban. La première, et la plus courante, est la difficulté de s’intégrer à la société d’accueil. Abdallah a vécu près de vingt ans à Göteborg en Suède avec ses parents et ses frères. Il a obtenu la nationalité suédoise ainsi qu’un travail stable. Vers l’âge de 40 ans, il a choisi de revenir vivre dans la région de Tyr, pour se marier et ouvrir un commerce.

« Je suis revenu en 1996 ici. En Suède, j’ai travaillé dans un restaurant pendant quelque temps, ensuite pendant quatre ans dans la construction et dans l’industrie. Le dernier travail que j’ai fait, c’était traducteur dans les camps de réfugiés près de Stockholm. Je n’avais aucun problème particulier, mais je ne me sentais pas bien en Suède. Ma famille est toujours là-bas. Mon père touche la retraite, il attend que ma mère aussi y ait droit pour revenir ici. Là-bas mes parents n’ont pas de vie sociale, ils sont analphabètes et ils n’ont pas appris le suédois. »

16La deuxième raison est qu’après avoir acquis la nationalité de leur pays d’accueil, certains réfugiés reviennent vivre au Liban avec un statut qui leur est beaucoup plus favorable que celui de réfugié palestinien, puisqu’ils sont considérés comme des étrangers européens. De plus, en cas de difficultés, ils peuvent toujours rejoindre l’Europe, sans visa. La nationalité acquise en Europe est alors perçue comme une garantie pour l’avenir. Elle fait partie d’une stratégie à long terme qui vise à minimiser les risques liés au statut précaire et contraignant de réfugié. Cette pratique d’acquisition d’une nationalité avantageuse s’apparente fortement à celle des Palestiniens aisés qui résident en Europe et utilisent la nationalité de leur pays d’accueil pour se déplacer.

17Les structures mises en place par les Palestiniens des camps et des groupements relient leurs pays d’accueil, en l’occurrence le Liban, avec les différents pôles migratoires européens. Dans ce dispositif, la Palestine, en tant qu’espace physique, est contournée, du fait du contexte politique et juridique, mais elle demeure présente de façon symbolique, comme ressource et référent identitaire central. Le pays d’accueil (le Liban) se substitue de fait au pays d’origine (la Palestine) comme base de départ des réseaux transnationaux de solidarité. C’est la configuration diasporique de la communauté palestinienne qui permet d’utiliser la dispersion comme une ressource. Les camps sont des « morceaux de Palestine » en exil à partir desquels la société palestinienne se réorganise et se redéploie vers d’autres espaces, par la mise en place de champs migratoires structurés.

LES RESSOURCES DE L’EXIL : LE DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX FAMILIAUX ET VILLAGEOIS

Quel cadre d’analyse pour l’émigration actuelle ?

  • 16 La notion de communauté transnationale désigne « des communautés composées d’individus ou de group (...)

18Deux cadres d’analyse s’avèrent pertinents pour cette étude. Le premier relève de l’étude des réseaux familiaux et villageois qui permettent de relier le local au transnational, autrement dit la communauté dans le pays de départ et les relations entretenues entre cette dernière et les migrants. Le deuxième se situe à une plus petite échelle d’analyse, puisqu’il s’agit de replacer ces réseaux dans la dynamique socio-spatiale globale de la diaspora. Ces nouvelles formes de mobilité, qui échappent en partie aux logiques des institutions diasporiques, posent la question de l’émergence d’une communauté transnationale au sein de la diaspora palestinienne16.

De réfugiés à migrants ?

19L’analyse en termes de réseaux migratoires des mobilités palestiniennes fournit un cadre intéressant qui permet de dépasser le caractère juridique imposé par le terme « réfugié », dont l’origine est enracinée dans le droit international. Plus de cinquante ans d’exil ont produit un éventail de situations différentes, allant des réfugiés apatrides vivant toujours dans les camps des pays du Moyen-Orient aux riches investisseurs résidant dans les pays du Golfe ou possédant la nationalité de pays occidentaux. Une importante diversité de statuts sociaux, juridiques, économiques et de trajectoires personnelles coexiste au sein même de la catégorie « réfugié palestinien ». Comme le note Liisa Malkki :

  • 17 L. H. Malkki, « Refugees and Exile : From “Refugee Studies” to the National Order of Things », Ann (...)

« Les réfugiés ne constituent pas un domaine naturellement autodéfini de la connaissance anthropologique. Les mouvements de population forcés ont une extraordinaire diversité de causes, historiques et politiques, et concernent des populations qui, bien que toutes déplacées, se trouvent dans des situations et des conjonctures différentes. Il semble donc que le terme “réfugié” ait une utilité analytique, non comme un label pour caractériser une sorte ou un type de personnes ou de situations, mais seulement comme une vaste catégorie légale ou descriptive qui inclut en son sein différents statuts socio-économiques, différentes histoires personnelles et différentes situations psychologiques et spirituelles. Les mouvements de population involontaires ou forcés présentent toujours l’aspect d’une constellation de processus sociopolitiques et culturels beaucoup plus larges17. »

Les réfugiés et les théories migratoires

  • 18 F. E. Kunz, « Exile and Resettlement : Refugee Theory », International Migration Review, n° 53-54, (...)
  • 19 G. Loescher et L. Monahan (dir.), op. cit., 1990 ; M. Weiner, op. cit., 1993.
  • 20 A. H. Richmond, Global Apartheid. Refugees, Racism, and the New World Order, Toronto, New York, Ox (...)

20Les premières tentatives pour construire un modèle théorique concernant les mouvements de réfugiés ont mis l’accent sur les facteurs de répulsion (push factors) 18. Des études plus récentes ont mis en avant le rôle des facteurs géopolitiques dans la production des flux de réfugiés19. Si les facteurs de répulsion comme les relations internationales sont des facteurs importants dans la compréhension des flux de réfugiés, peu de travaux ont pris en considération les dynamiques générées par les réfugiés eux-mêmes. La durée de l’exil comme les différents types d’interaction avec les sociétés d’accueil génèrent également des formes de mobilité. Richmond relève à ce propos que « la distinction entre [mouvement] libre et forcé ou volontaire et involontaire est trompeuse. Tout comportement humain est contraint. […] Cependant, le degré de liberté peut varier. L’autonomie et l’efficacité des individus et des groupes sont déterminées par le contexte. Il serait plus approprié de reconnaître un continuum à l’une des extrémités duquel les individus et les groupes seraient dynamiques et à l’autre réactifs20 ».

  • 21 S. Shami, op. cit., 1993.

21Seteney Shami21 note qu’au Moyen-Orient la distinction entre migration volontaire et involontaire n’est pas toujours adaptée. L’auteur suggère que les déplacements forcés entraînent généralement des migrations de travail pour faire face à la pauvreté et à la rupture des liens sociaux liées à l’exil. L’émigration des Palestiniens du Liban reflète cette complexité. En premier lieu, ils sont considérés comme réfugiés au Liban parce qu’ils ont été contraints de quitter leur pays en 1948 et qu’ils ont obtenu le statut de réfugiés tant par le biais de l’UNRWA que par celui de l’État libanais. Puis la guerre civile libanaise, les invasions israéliennes, les difficultés économiques ainsi que la discrimination juridique dont ils font l’objet les ont poussés à émigrer pour trouver un emploi, un pays d’asile ou une situation juridique plus stable en Europe ou dans un autre pays arabe, essentiellement dans les pays producteurs de pétrole. L’émigration des Palestiniens du Liban ne peut pas être considérée seulement comme forcée, mais comme s’inscrivant dans de nouvelles formes de migration transnationale entre les différentes communautés palestiniennes dispersées. Les interactions avec la société d’accueil, en l’occurrence libanaise, sont également un élément clé dans la compréhension de l’émigration palestinienne. On peut émettre l’hypothèse que l’ampleur de l’émigration libanaise depuis plus d’un siècle vers l’Amérique du Sud et du Nord ainsi que vers l’Afrique est un élément central à prendre en considération dans l’étude des mouvements migratoires palestiniens.

« Transnationalisme forcé22 » ? L’émergence des réseaux migratoires

  • 22 Cette expression est empruntée à Michael P. Smith qui relève que « [les études sur] les diasporas (...)
  • 23 S. Shami, « Transnationalism and Refugee Studies : Rethinking Forced Migration and Identity in the (...)
  • 24 R. Black, art. cit., 2001, p. 66.

22Dans la seconde moitié des années 1990, nombre d’études se sont intéressées aux liens entre les réfugiés et le transnationalisme23. Ces études ont contribué à intégrer de façon plus systématique le rôle joué par les États dans la formation des réseaux migratoires. Comme le relève Richard Black, « mettre l’accent sur le rôle joué par les réfugiés dans les activités transnationales pourrait contribuer à reconsidérer les visions les plus idéalistes du transnationalisme par le bas comme un processus mené par les populations elles-mêmes, qui bénéficient des effets de la globalisation et des facilités de déplacement dans le monde moderne24 ».

23Si les Palestiniens participent à des pratiques transnationales pour s’adapter à un nouvel environnement au Liban et en Europe, ils demeurent toujours des réfugiés – et/ou demandeurs d’asile – fortement tributaires du contexte politique au Moyen-Orient et des politiques d’asile en Europe. Parce que les Palestiniens sont des réfugiés, leurs activités transnationales sont fortement déterminées par l’attitude de leurs pays de départ et de destination, comme le mentionne Östen Wahlbeck :

  • 25 Ö. Wahlbeck, art. cit., 2002, p. 228.

« On peut soutenir que les relations sociales des réfugiés créent une communauté transnationale qui n’est pas limitée par les frontières géographiques des pays d’origine ou d’installation. […] Il existe cependant des différences significatives entre les migrants ordinaires et les réfugiés dans la forme et le contenu des relations sociales transnationales. On peut dire que les réfugiés entretiennent des relations distinctives avec le pays qu’ils ont été forcés de quitter et le pays où ils se sont involontairement installés25. »

24L’étude de la diaspora palestinienne comme celle de l’émergence en son sein d’une communauté transnationale palestinienne doivent être replacées dans un cadre analytique plus vaste. Il est nécessaire de prendre en compte les contraintes exercées pas les États dans les espaces d’arrivée, mais aussi de départ et de transit, comme un des facteurs qui déterminent l’évolution des dynamiques migratoires des Palestiniens. Ces structures socio-spatiales en développement sont en partie le produit des pressions exercées par les autorités libanaises sur les réfugiés, comme des politiques migratoires en matière d’asile mises en place par les pays européens.

La mise en place des réseaux migratoires des Palestiniens du Liban vers l’Europe

25Les réseaux migratoires mis en place par les Palestiniens du Liban, qui reposent sur les solidarités familiales et villageoises, s’inscrivent dans la même logique que les réseaux de sociabilité développés à l’échelle des camps et des groupements. C’est leur extension spatiale qui a crû, du local vers le transnational. Les Palestiniens installés en Europe depuis les années 1960 ont servi de tête de pont pour les réseaux migratoires, qui ont connu un essor dans les années 1980.

De l’espace du camp à l’espace migratoire, du local au transnational

  • 26 T. Faist, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxfo (...)

26Thomas Faist26 relève que l’immobilité relative des populations et leur mobilité sont deux phénomènes animés par les mêmes dynamiques. Les ressources socio-spatiales créées dans les camps et les groupements palestiniens sont mobilisées par leurs habitants à l’échelle locale pour améliorer leurs conditions de vie. Les ressources inhérentes aux liens entre les membres d’un groupe, comme la solidarité, les contraintes, la circulation de l’information, le capital social, se développent localement. La mise en place de réseaux migratoires permet le transfert de ces ressources du local vers le transnational ; elles sont alors potentiellement utilisables par les migrants. Un espace social transnational émerge lorsque la migration, qu’elle soit le fait de travailleurs migrants ou de réfugiés, donne lieu à un échange entre le pays de départ et celui d’arrivée. Cet échange inclut non seulement des personnes, mais aussi des biens, de l’information, des symboles et des pratiques culturelles.

27L’auteur poursuit et observe que l’analyse des migrations en termes de réseaux migratoires souffre de deux carences : elle n’explique pas la relative immobilité de la majeure partie des migrants potentiels et elle n’aborde pas la question de l’émergence des réseaux migratoires. Il propose de considérer que, dans un premier temps, le capital social est un facteur qui limite la mobilité ; puis, lorsque les réseaux migratoires se développent, ils deviennent un élément moteur de l’émigration. Ce cadre d’analyse est pertinent pour la compréhension des dynamiques migratoires des Palestiniens du Liban. Longtemps ces derniers ont été peu mobiles du fait de la densité des réseaux de solidarité et d’entraide à base familiale et villageoise à l’échelle des camps et des groupements. La déstructuration de ces espaces, comme celle des réseaux de solidarité à base locale, entamée avec l’invasion israélienne en 1982, entraîne le départ de nombreux réfugiés vers l’Europe du Nord. De nouvelles formes de solidarité se développent alors dans un espace migratoire transnational, qui soutiennent et accélèrent l’émigration. L’installation de primo migrants est l’élément central qui déclenche la mise en place de réseaux migratoires parce que ces derniers cristallisent le capital social. La migration se développe lorsque le capital social ne fonctionne pas uniquement à l’échelle locale, mais comme une courroie de transmission à l’échelle transnationale (transnational transmission belt).

28Les facteurs qui aboutissent à la mise en place et au développement des réseaux transnationaux sont multiples et résultent d’une dynamique politique propre au contexte libanais et de facteurs géopolitiques moyen-orientaux. Jusqu’au début des années 1980, le contexte juridique restrictif qui touche les Palestiniens au Liban a été contrebalancé par une forte présence de l’OLP. La centrale palestinienne a fourni du travail et des prestations sociales aux populations palestiniennes les plus défavorisées. Le mouvement national palestinien, alors fortement structuré, proposait aussi une solution politique à la question des réfugiés en faisant du droit au retour le fer de lance de son combat. Le démantèlement de l’OLP et son éclatement géographique en 1982, puis, plus tard, la mise en place du processus de paix à Oslo, qui renvoie le problème des réfugiés à des négociations futures, ont réduit l’efficacité des réseaux de solidarité à l’échelle locale. L’émigration est devenue un objectif pour de nombreux réfugiés, parce qu’elle permet de sortir d’une situation perçue comme sans issue par les Palestiniens les plus défavorisés. L’Europe apparaît alors comme une solution de substitution face à un retour de plus en plus improbable en Palestine à moyen terme ou à une installation durable au Liban dans un contexte de plus en plus hostile à la présence palestinienne.

À l’origine des réseaux migratoires : les premiers Palestiniens en Europe du Nord

29L’arrivée des premiers Palestiniens du Liban en Europe du Nord, essentiellement en Allemagne et en Suède, dans les années 1960 et 1970, ne concerne qu’un faible effectif de réfugiés, quelques centaines en Suède et quelques milliers en Allemagne. Leur présence a cependant joué un rôle moteur dans l’organisation des réseaux migratoires qui se mettent en place dans les années 1980 et se développent dans les années 1990. Plusieurs réfugiés installés dans les années 1980, ou plus tard, expliquent le choix de leur destination par la présence d’un ou plusieurs membres de leur famille, de leur camp ou de leur groupement d’origine dans le pays d’accueil.

30Les premiers arrivants, souvent des jeunes hommes seuls et diplômés, ont bénéficié d’un accueil favorable en Europe du Nord et ont rapidement obtenu des permis de résidence de longue durée, voire la nationalité de leur pays d’accueil, ainsi que du travail. La majeure partie de ceux que nous avons pu rencontrer se sont mariés à des Allemandes ou à des Suédoises. Ils ont pu tisser des réseaux de relations diffus avec leur société d’accueil. Cela leur permet de préparer l’arrivée de nouveaux migrants, puisqu’ils maîtrisent les rouages institutionnels et économiques locaux. C’est le cas en Allemagne, par exemple, où plusieurs personnes d’origine palestinienne exercent la profession d’avocat. Ils accompagnent dans leurs démarches les Palestiniens qui demandent la régularisation de leur situation en Allemagne. En Suède, plusieurs réfugiés palestiniens rencontrés à Göteborg et à Stockholm se sont insérés dans le marché du travail dans le domaine de l’aide sociale aux étrangers, soit en tant que traducteur, soit comme travailleur social dans les foyers pour étrangers nouvellement arrivés, ou dans le secteur associatif. Leur connaissance du système suédois facilite l’arrivée de nouveaux réfugiés palestiniens.

31L’adaptation des nouveaux arrivants est aussi facilitée par la présence d’entrepreneurs palestiniens et arabes de façon plus générale, comme à Berlin. Les Palestiniens trouvent assez facilement du travail dans les secteurs de la restauration, du petit commerce ou du bâtiment, dans lesquels la présence de main-d’œuvre étrangère est assez importante et où les Palestiniens arrivés de longue date ont investi. Il s’agit essentiellement de la restauration rapide ou d’épiceries de petite taille. Leur adaptation est d’autant plus aisée que ces secteurs embauchent une importante main-d’œuvre non déclarée. Bon nombre de Palestiniens en situation irrégulière s’insèrent sur ce segment du marché du travail au noir. Nous avons pu aussi remarquer, lors des entretiens que nous avons effectués auprès de migrants revenus au Liban après une expérience en Allemagne, le développement, certes marginal, d’activités illicites comme le trafic de stupéfiants, fortement rémunérateur au dire des personnes rencontrées. Avec l’argent provenant de ces activités, les personnes rencontrées pratiquaient le commerce « à la valise » de vêtements de marque occidentaux revendus ensuite au Liban.

L’importance des camps et des groupements dans la structuration d’un espace migratoire transnational

32Les réseaux migratoires à base villageoise et familiale sont les supports principaux des filières d’émigration du Liban vers l’Europe du Nord. Ils jouent un rôle important dans quatre domaines principaux : la collecte des fonds nécessaires pour émigrer, le regroupement familial comme stratégie migratoire, la circulation de l’information entre pays de destination et pays de départ et l’adaptation des nouveaux arrivants.

Réseaux migratoires et collecte des fonds nécessaires pour émigrer

33Les sommes investies dans les voyages et absorbées par les nombreux intermédiaires sont comprises entre 4 000 et 7 000 dollars et dépendent des destinations. Lors de nos entretiens au Sud-Liban, nous avons rencontré des familles entières qui ont tenté de partir, ce qui permet d’évaluer les sommes investies – et perdues, pour ceux qui ont connu l’échec – à plus de 15 000 dollars dans certains cas. Plusieurs familles rencontrées, entre autres dans le camp de Borj Shémali, le plus défavorisé de la région de Tyr, ont vendu tous leurs biens, y compris leur habitation et leurs meubles, pour partir. Un échec les met dans une situation socio-économique très difficile. Il faut rappeler que la majeure partie des réfugiés palestiniens n’ont pas de revenu fixe puisqu’ils travaillent comme journaliers. Les revenus de ces derniers se situent donc aux alentours de 200 dollars par mois. Très peu de réfugiés peuvent donc payer seuls le prix induit par l’émigration, au regard de leurs revenus mensuels. Les personnes qui désirent émigrer empruntent le plus souvent dans les réseaux familiaux et villageois.

34La collecte des fonds dans son entourage proche représente plusieurs avantages. Tout d’abord, dans la plupart des cas, les migrants potentiels ne sont pas solvables ; aucun organisme financier ne leur prêterait de l’argent. Il faut donc trouver des modes de financement informels alternatifs. Les sommes en jeu sont importantes, puisqu’elles représentent plusieurs milliers de dollars par individu. La famille étendue, voire les membres du même village d’origine, se cotisent pour rassembler les fonds nécessaires. Il est rare qu’une ou deux personnes disposent de la somme nécessaire. Il s’agit d’un prêt collectif. Une fois la somme prêtée, le débiteur se retrouve à l’étranger. Seule l’appartenance du migrant à un réseau fortement structuré et identifié garantit aux créanciers le remboursement de la somme prêtée. Il s’agit d’une relation de confiance. Arrivé à destination, le migrant rembourse sa dette en envoyant de l’argent à ses créanciers. Le plus souvent, l’argent transite lors du retour de proches dans leur camp ou groupement d’origine au Liban. L’importance des relations entre la communauté de départ et le groupe expatrié est primordiale dans le fonctionnement de ce système de solidarité financière. Ce mécanisme est très efficace lorsque la base du réseau est familiale. Plus le réseau s’élargit en dehors de la sphère familiale – touchant par exemple le village ou le voisinage –, moins il est efficace. Le cas le plus observé est le suivant : le père part travailler en Allemagne, puis, lorsque ses revenus le lui permettent, il fait venir son fils aîné ; suivent alors les autres fils (ou frères) et vient ensuite le reste de la famille, c’est-à-dire la femme (ou mère) et les filles (ou sœurs).

Réseaux migratoires, mariage et regroupement familial

35Les seules ressources financières, si elles facilitent la prise en charge d’une partie du coût de la migration, ne permettent pas d’obtenir un droit de résidence légale en Europe. Il est utile de rappeler que, depuis la fin des années 1980, il est très difficile pour les Palestiniens d’obtenir le statut de réfugié en Europe. La majeure partie tente donc d’immigrer clandestinement dans l’espoir de se faire régulariser par la suite. Les réseaux migratoires à base familiale et villageoise sont une ressource très importante pour les migrants qui veulent saisir l’opportunité d’obtenir rapidement un titre de séjour légal en Europe.

36Certains Palestiniens qui sont arrivés dans les années 1960, mais surtout pendant les années 1970, ont fondé une famille dans leur pays d’accueil. Dans nombre de ces familles rencontrées, les parents préfèrent que leurs filles se marient avec des musulmans, et de préférence avec des Palestiniens originaires du même camp ou groupement au Liban. Ce type de mariage est facilité par le fait que les filles disposent dans la plupart des cas de la nationalité allemande, suédoise ou danoise. Lors des retours estivaux au Liban, elles se marient, puis font venir leur époux en Europe. Une jeune Palestinienne responsable de l’Union de femmes pour le groupement de Chabriha expose la façon dont se passent ces mariages :

« Les gens partent par le biais de mariages avec des Palestiniennes émigrées qui reviennent en été. Elles choisissent un mari, et elles lui donnent les papiers. Il y en a tous les ans. Les parents préfèrent marier leurs filles ici qu’au sein de la société européenne. Quand elle a une carte de séjour ou la nationalité, elle se marie et retourne faire les papiers dans son pays de résidence en Europe pour son mari. Entre-temps, elle prend une maison là-bas. »

37Interrogée sur la nature des mariages, sa réponse est sans ambiguïté : il s’agit de mariages effectifs et non de mariages blancs. Ce sont les relations communautaires qui priment ; la question des papiers est l’un des avantages de ce type d’union, mais n’est pas le seul but recherché.

« Ce sont de vrais mariages, comment pourrait-il en être autrement ? Les gens qui habitent ici sont tous des proches, ce n’est pas concevable de faire un mariage blanc. La fille vient et choisit un mari, elle ne peut pas le laisser tomber là-bas. Les mariages blancs existent, mais ça n’est jamais arrivé ici à Chabriha. Cette situation crée des problèmes pour les filles qui sont ici. Elles ne trouvent pas à se marier, elles doivent travailler le plus souvent. La situation économique fait que les jeunes pensent plutôt se marier avec une fille qui vit à l’étranger. »

38En Suède, nous avons rencontré des jeunes Palestiniens contraints de faire un mariage blanc pour obtenir des papiers. Il semble cependant que cette pratique, difficile à assumer pour les jeunes migrants, soit limitée. Les conséquences sur l’espace de départ sont importantes. Parce que l’émigration est le fait d’hommes jeunes, les jeunes filles se retrouvent en surnombre par rapport aux jeunes hommes en âge de se marier. Beaucoup de jeunes Palestiniennes éprouvent des difficultés à se marier ; elles restent donc chez leurs parents et travaillent le plus souvent comme ouvrières agricoles.

39Zoubeir, un jeune du camp d’Al Buss, témoigne de la façon dont il a quitté le Liban pour s’installer en Allemagne :

« Je suis né en 1972, j’ai habité ici dans le camp d’Al Buss jusqu’à ce que je me marie avec ma cousine […]. Ma cousine est née en Allemagne et a la nationalité allemande. Cela fait vingt-deux ans que sa famille vit en Allemagne. Elle est venue ici, je me suis marié avec elle et elle m’a fait venir en Allemagne en 1994. Je suis entré dans le cadre du regroupement familial. Ce qui fait que je suis arrivé légalement. J’ai obtenu une carte de séjour d’un an renouvelable et j’ai pu travailler. »

  • 27 D. Abdulrahim, art. cit., 1993, p. 74-75.

40Son expérience s’est cependant soldée par un échec. Deux mois avant qu’il ne puisse obtenir sa carte de séjour de longue durée en Allemagne, sa femme l’a quitté en prenant leur fille. Il n’a pu alors obtenir ses papiers, malgré les nombreux recours qu’il a entamés auprès de la justice en tant que père d’un enfant de nationalité allemande. Il a été contraint de quitter le territoire allemand en mars 1999 et a donc regagné le Liban, où il réside toujours, ce qui dénote la précarité juridique des nouveaux arrivants, qui ne bénéficient plus des mêmes conditions d’accueil que ceux entrés en Europe auparavant. Les cas de divorce demeurent toutefois rares, selon Dima Abdulrahim27.

Réseaux migratoires et circulation de l’information

41La migration est souvent la résultante d’une stratégie communautaire ou familiale pour augmenter les revenus ou minimiser le risque de fluctuation des revenus. L’exécution de tels objectifs nécessite un flux constant de ressources, d’informations et de personnes qui assurent le fonctionnement et la pérennité du système.

42Dans le cas des Palestiniens du Liban en Europe, ces deux aspects se vérifient. Face à la crise économique qui frappe les réfugiés palestiniens, l’émigration d’un ou de plusieurs membres de la famille permet d’assurer l’envoi de fonds de façon assez régulière. Ainsi, selon nos observations, les personnes restées sur place, le plus souvent âgées, disposent d’un revenu moyen mensuel compris entre 100 et 200 dollars. Les communautés palestiniennes d’Europe fournissent aussi des fonds plus importants de façon ponctuelle, en cas de dépenses élevées, par exemple pour une opération chirurgicale. Ainsi, à Jall al Bahr, une famille a réussi à récolter en moins d’une semaine les fonds nécessaires à l’opération de l’un de ses membres, soit 2 500 dollars, en se faisant envoyer 2 000 dollars d’Allemagne et du Danemark, où réside plus de la moitié de la famille. L’utilisation du téléphone permet une circulation rapide de l’information. L’argent est transféré par virement à partir d’un compte bancaire européen vers un compte libanais, ou par le truchement d’organismes privés spécialisés.

43La circulation de l’information passe le plus souvent par des canaux immatériels, la circulation des personnes se limitant à ceux qui disposent d’une nationalité européenne ou d’un titre de séjour de longue durée. Les visites annuelles sont donc le fait de Palestiniens installés de longue date dans le pays d’accueil. Le courrier électronique est devenu un outil de communication assez fréquemment utilisé, puisque moins coûteux que le téléphone, et plus fiable et plus rapide que la poste classique. Dans le camp d’Al Buss, où l’installation d’une ligne de téléphone est interdite, un épicier a fait parvenir une ligne de téléphone depuis l’extérieur du camp, avec une rallonge téléphonique, et a connecté un ordinateur à Internet de façon à envoyer et recevoir du courrier électronique. Les habitants du camp pouvaient donc envoyer du courrier à leur famille en Europe, pour 1 500 livres libanaises (un peu moins d’un euro), soit seulement 500 livres libanaises de plus que le prix d’un appel local.

44La permanence des réseaux de solidarité entre les Palestiniens d’Europe et ceux restés au Liban ne pose pas encore problème puisque les arrivées les plus importantes ont eu lieu dans les années 1980 et sont donc relativement récentes. Les Palestiniens nés en Europe sont cependant de plus en plus nombreux. Jusqu’à aujourd’hui, et d’après les entretiens que nous avons effectués auprès de cette catégorie de population à Stockholm et parmi ceux qui sont revenus au Liban en visite, ils accordent une grande importance au maintien des relations avec leur camp ou groupement d’origine. Il est cependant difficile d’entrevoir quels seront les modes de solidarité qui verront le jour dans l’avenir, et si ces derniers perdureront. Le développement de l’émigration clandestine représente un obstacle de taille à la circulation de l’information et des personnes du fait de l’illégalité dans laquelle se trouvent les Palestiniens. Lors de nos entretiens, nous avons pu observer que, dans le cas des migrants clandestins, les relations avec l’espace d’origine sont faibles, voire inexistantes, jusqu’à ce que ces derniers obtiennent des papiers. Cependant, on peut noter une intense activité des associations de jeunes Palestiniens installés légalement en Europe, pour la défense du droit au retour ou la création d’un État palestinien.

Réseaux migratoires et adaptation des migrants dans le pays d’accueil

  • 28 D. T. Gurak et F. Caces, « Migration Networks and the Shaping of Migration Systems », in M. M. Kri (...)

45L’adaptation des migrants a souvent été expliquée par la faculté de ces derniers à activer leurs réseaux familiaux et/ou communautaires dans leurs espaces d’accueil. Ces réseaux forment la base de l’organisation de la communauté migrante, ce qui permet de la structurer et de maintenir des liens avec la société d’origine. Une des utilités du réseau réside dans la baisse du « coût de la migration » (dans tous les sens du terme) à travers la diffusion des informations dans différents cercles de migrants potentiels28.

46Dans le pays d’arrivée, les proches ainsi que des personnes du même village d’origine en Palestine ou du même camp de réfugiés jouent un rôle important. C’est le cas pour la majeure partie des migrants rencontrés en Suède, ou des Palestiniens qui se sont installés en Allemagne. Ce sont ces réseaux qui leur permettent de trouver un emploi ou un logement dès leur arrivée. Cette fonction d’adaptation est un facteur très important relevé dans le discours des candidats à l’émigration.

47Si les réseaux de solidarité jouent un rôle majeur pour l’adaptation des migrants nouvellement arrivés grâce, entre autres, à la multiplicité des liens faibles tissés entre les migrants déjà installés sur place et la société d’accueil, les contraintes qui pèsent sur les réfugiés palestiniens demeurent lourdes en Europe. Étant privés de nationalité, donc considérés comme apatrides, l’obtention d’un statut juridique stable et reconnu et de la nationalité de leur pays d’accueil est une des conditions nécessaires à l’adaptation à long terme des Palestiniens. Seul un statut reconnu leur permet de trouver un emploi, un logement et le droit de circuler librement. Dans un contexte où les politiques d’asile et d’immigration sont de plus en plus restrictives en Europe, le développement des réseaux transnationaux est entravé et un nombre croissant de Palestiniens résident en Europe avec des statuts précaires et provisoires.

Un exemple de fonctionnement d’un champ migratoire transnational. Le cas des Palestiniens du camp d’Al Buss

  • 29 Nous reprenons ici la définition de Gildas Simon : « Le champ migratoire est, ici, défini comme l’ (...)

48Les échanges entre migrants et communautés restées sur place au Liban aboutissent à l’émergence de champs migratoires29 distincts, au sein de l’espace migratoire des Palestiniens du Liban en Europe. Les réseaux migratoires mis en place, comme l’effet des politiques d’accueil en Europe qui concernent les réfugiés, ont une influence sur la répartition géographique des migrants. Les flux se dirigent donc de façon préférentielle vers des espaces d’accueil particuliers, où résident des membres de la communauté arrivés précédemment. Dans le cas palestinien, les contraintes inhérentes au statut légal des « réfugiés migrants » conditionnent en partie le « choix » du pays de destination. C’est donc la combinaison de facteurs juridiques, qui dépendent des politiques d’État, et de facteurs socio-spatiaux, qui résultent des dynamiques propres des groupes migrants, qui permet de comprendre le fonctionnement des champs migratoires palestiniens du Liban vers l’Europe et leurs recompositions spatiales actuelles.

49Nous avons pu observer plusieurs cas de figure significatifs au Sud-Liban. Nous prendrons l’exemple du camp d’Al Buss, qui illustre clairement les dynamiques migratoires des réfugiés palestiniens et leurs évolutions spatio-temporelles. Dans les années 1970, un groupe de jeunes Palestiniens diplômés décide de quitter le Liban. Ils ont trois motivations principales : trouver du travail, ce qui est difficile au Liban en raison des contraintes légales, obtenir un statut juridique reconnu internationalement et fuir les combats qui débutent au Liban. L’Allemagne de l’Ouest leur apparaît comme un espace favorable, puisque l’entrée par Berlin-Est ne nécessite pas de visa. L’installation en Allemagne de l’Ouest est facilitée par une politique d’asile souple et la situation de l’emploi y est bonne. Ils s’insèrent dans le marché du travail en se dispersant dans plusieurs villes d’Allemagne de l’Ouest puis, une fois leur situation stabilisée, beaucoup s’installent à Berlin. Ils développent leur activité dans le secteur de la restauration et du bâtiment. Ils entretiennent des relations étroites avec leur espace de départ par l’envoi d’argent à leur famille restée sur place, puis par des visites régulières lorsqu’ils acquièrent la nationalité allemande ou une carte de séjour de longue durée, qui leur permet de circuler librement. Ils font ainsi venir leurs frères, grâce à l’argent économisé et à leur tissu de relations avec leur société d’accueil. Leur insertion dans la société allemande est favorisée par le fait que la plupart se sont mariés avec des Allemandes.

50Dans les années 1980, à la suite de l’invasion israélienne, le champ migratoire des Palestiniens d’Al Buss est modifié de façon brutale. Le camp est détruit par les bombardements israéliens et nombre de réfugiés sont déplacés à l’intérieur du Liban. Certains, comme les blessés, ou ceux dont les habitations sont totalement détruites, cherchent à quitter définitivement le Liban. La connexion entre migrations internes et migrations internationales se fait à cette époque. Le Danemark et la Suède ouvrent leurs portes aux réfugiés. L’Allemagne continue d’accueillir quelques nouveaux arrivants. Le champ migratoire s’étend donc à de nouveaux espaces plus au nord, tandis que l’Allemagne, principal pôle d’accueil, devient essentiellement un pays de transit vers la Scandinavie. Alors que, dans les années 1970, les réseaux mis en place par les migrants déterminent l’extension spatiale du champ migratoire, dans la première moitié des années 1980, ce sont les politiques d’accueil des pays européens qui déterminent les principaux pays de destination.

51Par la suite, la situation économique et politique des Palestiniens au Liban se dégrade et l’émigration se poursuit. Les pays européens révisent dans la deuxième moitié des années 1980 leurs politiques d’asile dans un sens plus restrictif. La migration devient clandestine ou prend la forme du regroupement familial. Les communautés palestiniennes déjà installées sur place jouent un rôle important dans l’entretien des flux migratoires dans ces deux cas de figure. Les flux d’information, d’argent et les réseaux établis dans les sociétés d’accueil sont les éléments principaux qui permettent l’arrivée de nouveaux « réfugiés migrants ». Un véritable espace de circulation d’informations, de biens immatériels et, dans une moindre mesure, de personnes se forme entre les Palestiniens d’Al Buss et ceux d’Europe. Le champ migratoire est alors fortement structuré et efficace, puisqu’il permet de contourner les contraintes légales et financières auxquelles les postulants à l’émigration doivent faire face.

52Dans les années 1990, l’espace migratoire des Palestiniens d’Al Buss subit une autre modification. Les frontières européennes sont de plus en plus difficiles à franchir et les trois principaux pays d’accueil des Palestiniens – Allemagne, Suède et Danemark – contrôlent de plus en plus sévèrement les entrées sur leur territoire. De plus, la situation économique en Europe se dégrade. Dans le même temps, la donne change au Liban. Les accords de Taëf marginalisent la communauté palestinienne et le processus de paix mis en place à Oslo n’offre pas de perspectives à court terme pour les réfugiés de 1948. L’économie du Liban traverse une phase difficile. Les Palestiniens cherchent alors à se réinstaller dans un pays tiers afin d’obtenir une nationalité reconnue et un droit d’accès aux services sociaux élémentaires. Nombreux sont ceux qui tentent d’émigrer vers l’Europe. Les communautés déjà installées sur place servent de relais aux nouveaux migrants et diffusent de l’information sur les nouveaux pays susceptibles d’accueillir des Palestiniens. L’extension spatiale du champ migratoire s’élargit et touche des pays comme le Royaume-Uni ou la Belgique. Malgré la fermeture croissante des frontières européennes, les trois principaux pays d’accueil continuent de jouer un rôle central dans le dispositif migratoire des Palestiniens d’Al Buss – par le biais des migrations illégales ou du regroupement familial –, mais ce dernier s’ouvre sur de nouveaux espaces.

Des trajectoires socio-économiques contrastées dans les pays d’accueil

  • 30 D. Abdulrahim, art. cit., 1993 ; S. Assar, op. cit., 1995, M. Issa, op. cit., 1995.

53L’insertion des réfugiés palestiniens dans leur société d’accueil dépend étroitement de deux facteurs corrélés : leur statut juridique et la date de leur arrivée en Europe. La littérature disponible sur le sujet est presque inexistante, à l’exception d’études ponctuelles30. À partir de nos observations de terrain, nous avons pu dégager trois cas de figure distincts.

Des premiers arrivants bien intégrés dans leur société d’accueil

54Les réfugiés qui sont arrivés dans les années 1960 et 1970 ont pour la plupart obtenu assez rapidement des cartes de résidence de longue durée et, dans un deuxième temps, la nationalité de leur pays d’accueil, que ce soit en Suède, au Danemark ou en Allemagne. L’accès à la nationalité de leur pays d’accueil a été facilité pour les réfugiés palestiniens, parce que ceux-ci étaient considérés comme apatrides sur le territoire européen. Ils sont arrivés dans un contexte de croissance économique. Les taux de chômage étaient faibles dans leur pays d’accueil, ce qui a favorisé leur insertion dans le marché du travail. Cette première période est aussi marquée par l’arrivée de réfugiés diplômés qui se sont insérés dans l’industrie ou les services en tant que techniciens ou ingénieurs. Il est utile de rappeler que les premiers Palestiniens sont arrivés dans le cadre d’une coopération entre l’UNRWA et des entreprises suédoises. En Suède, une partie des Palestiniens s’est dirigée vers le secteur du travail social, très développé dans ce pays. Effectivement, les Palestiniens sont parmi les premiers migrants arabes installés dans ce pays. Lorsqu’ils maîtrisent la langue suédoise, ils peuvent devenir traducteurs pour les services de l’État suédois ou travailleurs sociaux auprès des nouveaux migrants arabes, venus d’Irak ou du Liban. Une Palestinienne arrivée dans les années 1970 du Liban, qui réside aujourd’hui à Göteborg, témoigne :

« J’ai appris le suédois et je travaille maintenant dans un bureau d’aide sociale aux étrangers. Comme j’ai vécu les mêmes problèmes qu’eux, je comprends mieux leurs difficultés. Je sais qu’il est difficile d’arriver dans un pays où il n’y a pas beaucoup d’arabes. »

55Il s’agit là d’un important débouché pour les femmes palestiniennes. Le secteur de la restauration est aussi une branche privilégiée par les Palestiniens, surtout en Allemagne. Ils ont créé leur propre affaire et développé une forme de commerce ethnique avec l’ouverture de restaurants proposant des spécialités moyen-orientales ou la vente de produits palestiniens, libanais ou syriens.

56Durant cette période, l’essentiel des arrivées sont le fait d’hommes seuls. La plupart se sont mariés avec des Allemandes ou des Suédoises. Ils ont rapidement appris la langue de leur pays d’accueil. Une nouvelle génération de Palestiniens est maintenant née en Europe. L’étude réalisée par Mahmoud Issa au Danemark comme les entretiens que nous avons effectués auprès de jeunes Palestiniens, à Göteborg et à Stockholm, montrent que ces derniers conservent des liens étroits avec la Palestine – beaucoup font le voyage vers la Palestine/Israël et développent dans le secteur associatif des activités liées à la culture palestinienne ou aux événements politiques en relation avec la défense des droits des Palestiniens. Cette génération se sent européenne, mais continue de revendiquer pleinement son appartenance au peuple palestinien. Un certain nombre d’entre eux ont d’ailleurs été inscrits par leurs parents dans les registres de l’UNRWA, en tant que réfugiés palestiniens du Liban.

Des situations plus contrastées dans les années 1980

57À la suite de l’invasion israélienne de 1982, un nombre important de réfugiés est arrivé en Europe du Nord et en Allemagne. L’accueil pour ces réfugiés a été plus difficile à mettre en œuvre dans les pays d’arrivée, qui ont eu tendance, comme l’Allemagne, à refuser l’installation sur le sol de nouveaux demandeurs d’asile. Beaucoup ont été admis au titre de réfugiés de facto ; ils ne bénéficient donc pas d’un droit de séjour permanent ni, dans la plupart des cas, du droit au travail ou à l’éducation. Il faut noter qu’ils sont arrivés dans un contexte de fort ralentissement économique et de hausse du chômage en Europe, ce qui n’a pas facilité leur insertion dans le marché du travail. De plus, la montée de sentiments xénophobes est un facteur non négligeable au milieu des années 1980 en Europe, qui a contribué à ralentir l’intégration des réfugiés.

58Les Palestiniens arrivés durant cette période ont fui un conflit dans lequel les civils étaient pris pour cible. Beaucoup sont arrivés blessés et traumatisés. Le niveau d’éducation et de formation d’un certain nombre de jeunes Palestiniens du Liban est à cette date beaucoup plus faible que celui de leurs prédécesseurs. Les écoles et les centres de formation de l’UNRWA ou de l’OLP ont régulièrement cessé leur activité pendant la guerre civile qui a déchiré le pays à partir de 1975. Plusieurs cas de figure se présentent. Les personnes diplômées ont pu rapidement s’intégrer dans le marché du travail, comme leurs homologues de la période précédente. D’autres n’ont pas eu cette chance et ont éprouvé plus de difficultés à apprendre la langue de leur pays d’accueil. Ils se retrouvent sans emploi et vivent de l’aide sociale. Une femme palestinienne qui vient du Liban et qui habite dans une banlieue défavorisée, au nord de Göteborg, l’atteste :

« Je ne travaille pas. Ici, il y a beaucoup d’étrangers au chômage. C’est comme en France, il y a du racisme. Je suis bénévole dans l’Association des femmes et enfants arabes. Je ne touche que l’aide sociale pour vivre. Comme ils ne reconnaissent pas mon diplôme de secrétariat que j’ai obtenu au Liban, je dois recommencer ici mes études. »

59Ce dernier cas de figure concerne essentiellement les Palestiniens qui ont trouvé refuge au Danemark ou en Suède. Ils résident dans les quartiers périphériques des grandes agglomérations scandinaves, à Malmö, Göteborg, Stockholm, Copenhague ou Århus, où se concentrent les populations réfugiées irakienne, iranienne et somalienne.

Un déficit d’intégration pour les derniers arrivants

60Les derniers arrivés ne bénéficient pas des mêmes conditions que leurs homologues entrés en Europe avant les années 1990. Les pays de l’Union européenne ont fermé leurs frontières et la majeure partie des réfugiés palestiniens franchissent aujourd’hui de façon illégale les frontières de leur pays d’accueil. Ils ne disposent donc pas de papiers qui leur permettent de travailler, voire de résider légalement sur le territoire européen. Ils se retrouvent démunis, en marge dans leur société d’accueil, au même titre que bon nombre de demandeurs d’asile déboutés ou de migrants clandestins. Ils travaillent essentiellement dans deux secteurs d’activités, la restauration et le bâtiment, qui emploient des travailleurs non déclarés. Un jeune Palestinien du groupement de Nahr al Samir, revenu d’Allemagne, parle des difficultés à s’intégrer sans avoir le droit de travailler :

« Je suis arrivé en Allemagne en 1987, par Berlin-Est. Je suis passé à l’Ouest et ils m’ont donné des papiers pour six mois renouvelables. Je n’avais pas le droit de travailler. Mon frère qui habitait en Allemagne m’a aidé à trouver un travail au noir dans un restaurant, c’est courant comme activité quand on n’a pas de papiers. »

61Pour eux, les perspectives d’intégration dans leurs sociétés d’accueil sont limitées et soumises à la régularisation de leur situation. Leurs revenus sont faibles ; ils vivent donc dans les quartiers les plus défavorisés des grandes métropoles européennes, souvent en sous-louant à plusieurs un appartement, ou une pièce dans un appartement. Les derniers arrivants vivent donc dans une situation précaire, qui contraste avec celle des réfugiés arrivés avant les années 1990. Les contraintes juridiques propres aux pays d’accueil sont en partie responsables de cet état de fait qui marginalise les déboutés du droit d’asile comme les migrants clandestins.

***

62Le développement des mobilités des Palestiniens est sous-tendu par la mise en place de réseaux transnationaux, qui sont en fait la projection des réseaux de solidarité locaux dans un espace transnational. L’important développement de ces réseaux, le rôle symbolique fort que joue la Palestine dans leur structuration, les institutions qui traversent de façon horizontale l’ensemble des communautés dispersées sont des éléments qui participent à l’émergence et à la structuration de la diaspora palestinienne. La dispersion est utilisée comme une ressource qui permet de contourner en partie les difficultés que connaissent certaines communautés, comme celle du Liban, et de nouveaux pôles diasporiques, comme l’Europe du Nord, émergent. Dans le même temps, certaines formes de mobilité, qui échappent en partie aux logiques diasporiques, tendent à se développer. Elles sont le fait d’élites ou de Palestiniens défavorisés qui font circuler des biens et de l’information entre leur lieu de résidence habituel, la Palestine et/ou leur premier pays d’accueil, et qui tendent à former une communauté transnationale. Les contraintes géopolitiques, tant dans les espaces de départ que d’arrivée, ne doivent pas être négligées parce qu’elles contribuent à façonner le destin des communautés de réfugiés dans le monde, et plus particulièrement celui des Palestiniens du Liban, exposés à de nombreuses pressions.

Notes

1 E. Sanbar, « La diaspora palestinienne. Entretien avec Elias Sanbar », Hérodote, n° 53, 1989.

2 B. Kodmani-Darwish, La Diaspora palestinienne, Paris, PUF, 1997, p. 181.

3 Pour cette question, on peut se référer à M. K. Doraï, « Les Palestiniens : vers l’émergence d’une diaspora de réfugiés ? », in L. Antéby-Yemini, W. Berthomière et G. Sheffer, Les Diasporas, deux mille ans d’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 211-223.

4 E. Ma Mung (dir.), Mobilités et investissements des émigrés. Maroc, Tunisie, Turquie, Sénégal, Paris, L’Harmattan, 1996.

5 A. Médam, « Dans l’espace-temps des Juifs », Espaces et sociétés, n° 72, 1992, p. 9-30.

6 M. Bruneau, « Espaces et territoires de diasporas », L’Espace géographique, t. 23, n° 1, 1994, p. 5-18.

7 G. Sheffer, « Ethnic Diasporas : A Threat to their Hosts », in M. Weiner (dir.), International Migration and Security, Boulder, Westview Press, 1993.

8 G. Sheffer, « A New Field of Study : Modern Diasporas in International Politics », in G. Sheffer (dir.), Modern Diasporas in International Politics, Londres, Croom Helm, 1986, p. 1-15.

9 A. Portes, L. E. Guarnizo et P. Landolt, « The Study of Transnationalism : Pitfalls and Promise of an Emergent Research Field », Ethnic and Racial Studies, vol. 22, n° 2, 1999, p. 217-237.

10 S. Hanafi, Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne, Le Caire, Les Dossiers du CEDEJ, 1997.

11 F. Charillon et A. Mouftard, « Les élections du 8 novembre 1993 et le processus de paix », Maghreb-Machrek, n° 144, 1994, p. 40-54.

12 S. Hanafi, op. cit., 1997, p. 28.

13 L. Radi, « Les élites palestiniennes en Jordanie : les réseaux comme stratégie de survie », in A. Colonomos (dir.), Sociologie des réseaux transnationaux. Communautés, entreprises et individus : lien social et système international, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 137-156.

14 S. Hanafi, Hona wa honaq : nahwa tahlil lil ‘alaqa bin al-shatat al-falastini wa al markaz (« Ici et là-bas : vers une analyse de la relation entre la diaspora palestinienne et son centre »), Ramallah, Muwatin et Jérusalem, Institute of Jerusalem Studies, 2001.

15 Cf. M. K. Doraï, J. Al Husseini et J.-C. Augé, « De l’émigration au transfert ? Réalités démographiques et craintes politiques en Jordanie », Maghreb-Machrek, n° 176, été 2003, p. 75-92.

16 La notion de communauté transnationale désigne « des communautés composées d’individus ou de groupes établis au sein de différentes sociétés nationales, qui agissent à partir des intérêts et des références communs (territoriales, religieuses, linguistiques), et qui s’appuient sur des réseaux transnationaux pour renforcer leur solidarité par-delà les frontières nationales » (R. Kastoryano, « Immigration, communautés transnationales et citoyenneté », Revue internationale des sciences sociales, n° 165, 2000, p. 353).

17 L. H. Malkki, « Refugees and Exile : From “Refugee Studies” to the National Order of Things », Annual Review of Anthropology, n° 24, 1995, p. 496.

18 F. E. Kunz, « Exile and Resettlement : Refugee Theory », International Migration Review, n° 53-54, 1981, p. 43-51.

19 G. Loescher et L. Monahan (dir.), op. cit., 1990 ; M. Weiner, op. cit., 1993.

20 A. H. Richmond, Global Apartheid. Refugees, Racism, and the New World Order, Toronto, New York, Oxford, Oxford University Press, 1994, p. 55.

21 S. Shami, op. cit., 1993.

22 Cette expression est empruntée à Michael P. Smith qui relève que « [les études sur] les diasporas de réfugiés ont produit des catégories conceptuelles nouvelles et utiles comme le transnationalisme ambivalent et même le transnationalisme forcé » (M. P. Smith, « Preface », in N. Al-Ali et K. Koser (dir.), New Approaches to Migration ? Transnational Communities and the Transformation of Home, Londres et New York, Routledge, 2002, p. xiii).

23 S. Shami, « Transnationalism and Refugee Studies : Rethinking Forced Migration and Identity in the Middle East », Journal of Refugee Studies, vol. 9, n° 1, 1996, p. 326 ; N. Al-Ali, R. Black et K. Koser, « Refugees and Transnationalism : The Experience of Bosnians and Eritreans in Europe », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 27, n° 4, 2001, p. 615-634 ; R. Black, « Fifty Years of Refugee Studies : From Theory to Policy », International Migration Review, vol. 35, 2001, p. 57-78 ; K. Koser, « From Refugees to Transnational Communities ? », in N. AL-Ali et K. Koser (dir.), op.cit., p. 138-152 ; Ö. Wahlbeck, « The Concept of Diaspora as an Analytical Tool in the Study of Refugee Communities », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 28, n° 2, 2002, p. 221-238.

24 R. Black, art. cit., 2001, p. 66.

25 Ö. Wahlbeck, art. cit., 2002, p. 228.

26 T. Faist, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxford, Clarendon Press, 2000.

27 D. Abdulrahim, art. cit., 1993, p. 74-75.

28 D. T. Gurak et F. Caces, « Migration Networks and the Shaping of Migration Systems », in M. M. Kritz, L. L. Lin et H. Zlotnik, International Migration Systems. A Global Approach, New York, Oxford University Press, 1992, p. 150-176 ; M. Boyd, « Family and Personal Networks in International Migration : Recent Developments and New Agendas », International Migration Review, vol. 23, n° 87, 1989, p. 638-669

29 Nous reprenons ici la définition de Gildas Simon : « Le champ migratoire est, ici, défini comme l’ensemble de l’espace structuré par les flux migratoires et relationnels, espace parcouru, pratiqué, vécu par les populations migrantes » (G. Simon, « Le concept de champ migratoire », in Table ronde GEOFORUM : Champs migratoires et structures urbaines, Aix-en-Provence, mai 2000).

30 D. Abdulrahim, art. cit., 1993 ; S. Assar, op. cit., 1995, M. Issa, op. cit., 1995.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search