Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés palestiniens du Liban

 | 
Mohamed Kamel Doraï

Seconde partie. De la déstabilisation des réfugiés palestiniens au Liban à la structuration d’un espace transnational

Chapitre V. Les nouvelles routes de l’exil. L’émigration des Palestiniens du Liban vers l’Europe

Texte intégral

1La diaspora palestinienne, après cinquante années d’exil, s’ouvre vers de nouveaux espaces, de plus en plus éloignés de sa région d’origine (voir carte 13, p. 172). Des filières migratoires se sont mises en place entre le Liban et des pays d’Europe comme l’Allemagne, la Suède et le Danemark. De nombreux réfugiés palestiniens, en quête d’un avenir plus sûr, d’un statut juridique stable ou de conditions de vie meilleures, quittent le Liban. Les parcours migratoires de ces Palestiniens se complexifient et intègrent de plus en plus d’étapes successives avant de trouver un aboutissement. L’espace européen n’est pas un simple espace d’accueil, isolé, sans connexion avec le reste de la diaspora ; il occupe une place à part entière dans l’organisation diasporique palestinienne. Bien qu’en marge géographiquement des grandes zones d’implantation des communautés palestiniennes de l’exil, l’expérience des Palestiniens en Europe est intéressante à bien des égards et montre leur forte capacité d’adaptation à des environnements politiques et économiques différents.

2Il faut cependant penser la création de ces filières migratoires dans un cadre plus vaste, celui de la question de l’émigration de la communauté palestinienne du Liban. Cette question se pose étant donné l’importance numérique du phénomène. Effectivement, on estime que plus de 100 000 Palestiniens du Liban, soit près du quart de la population totale, vivraient actuellement à l’étranger. L’amplitude et la direction des flux migratoires sont déterminées par l’articulation de trois facteurs. L’importance des exodes internes pendant la guerre civile a pour conséquence la remise en cause de la présence palestinienne sur le sol libanais qui se traduit par le refus de la majeure partie de la classe politique libanaise de l’implantation des Palestiniens. Dans le même temps, les pays arabes producteurs de pétrole ferment leurs frontières à la main-d’œuvre palestinienne par suite des prises de position de l’OLP pendant la guerre du Golfe.

Carte 13.La diaspora Palestinienne dans le monde les années 1990
(Excepté Palestine/Israël, Jordanie, Liban, et Syrie)

3En dernier lieu, la question des réfugiés palestiniens de 1948 demeure en suspens depuis la signature des accords d’Oslo et prive les Palestiniens du Liban de toute perspective d’avenir. Cette question constitue pourtant l’un des dossiers clés dans le règlement des conflits israélo-arabes et israélo-palestinien aux côtés des questions de l’eau, des frontières, de Jérusalem et des colonies israéliennes dans les territoires occupés en 1967. Sans remettre en cause leur droit au retour, les Palestiniens du Liban revendiquent cependant l’accès à un certain nombre de droits fondamentaux, comme le droit au travail, à la santé et à l’éducation. Face à la dégradation de leur niveau de vie depuis près de dix ans, beaucoup de jeunes Palestiniens choisissent l’exil pour essayer de se bâtir un avenir.

LES PAYS ARABES PRODUCTEURS DE PÉTROLE : LA FERMETURE D’UN DÉBOUCHÉ MIGRATOIRE RÉGIONAL

4Avec la hausse du prix du pétrole dans les années 1970, les Palestiniens se sont intégrés au système migratoire moyen-oriental, alors en plein essor. Il s’agit d’une main-d’œuvre pour partie diplômée, arabophone et mobile, qui s’intègre rapidement aux structures économiques locales. Cependant, les Palestiniens qui résident dans les pays arabes producteurs de pétrole sont maintenus dans une situation juridique précaire. La précarité de leur condition s’est exprimée avec force pendant la guerre du Golfe. La majeure partie des Palestiniens est en effet expulsée du Koweït en 1990. Cet épisode est aussi symptomatique de la fragilité de l’OLP comme acteur diasporique sur la scène politique moyen-orientale. La centrale palestinienne devait-elle privilégier la défense des Palestiniens qui résidaient dans le Golfe, ou ce qu’elle estimait être ses intérêts politiques et stratégiques ? L’expulsion en 1995 des Palestiniens installés en Libye vient confirmer la précarité des Palestiniens dans les pays arabes producteurs de pétrole.

La place des Palestiniens du Liban dans les migrations vers les pays arabes producteurs de pétrole

  • 1 A. Bourgey, « Importance des migrations internationales de travail dans l’Orient arabe », in A. Bo (...)

5Les migrations des Palestiniens, à partir de leurs pays d’accueil respectifs, vers les pays producteurs de pétrole se développent dans les années 1970, avec l’augmentation de la rente pétrolière1. D’importantes communautés palestiniennes se forment dans les pays du Golfe ; le Palestinian Central Bureau of Statistics estime qu’elles regroupent plus de 500 000 individus en 1981, qui se concentrent essentiellement au Koweït et en Arabie Saoudite.

Tableau 15. Population Palestinienne dans les pays du Golfe en 1981

Tableau 15. Population Palestinienne dans les pays du Golfe en 1981

Source : Palestinian Central Bureau of Statistics, 1982.

La Libye, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis : des destinations privilégiées pour les Palestiniens du Liban

  • 2 P. Gorokhoff, « Les Palestiniens au Koweït », in A. Bourgey et P.-Y. Pechoux (dir.), Migrations et (...)
  • 3 L. Radi, « Les Palestiniens du Koweït en Jordanie », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 144, 1994, p (...)

6Il est difficile d’évaluer précisément la part qu’occupent les Palestiniens du Liban dans cette population. Philippe Gorokhoff2, dans son étude sur les Palestiniens au Koweït, note que la majeure partie des 300 000 Palestiniens qui se trouvent dans ce pays possède des passeports jordaniens. Il relève aussi qu’à partir de 1976, les autorités koweïtiennes tentent de limiter les entrées de Palestiniens, cela en relation avec le début de la guerre civile libanaise. Lamia Radi3 indique que sur les 400 000 Palestiniens qui résident au Koweït avant la guerre du Golfe de 1990, 350 000 ont des passeports jordaniens. Les 50 000 restant viennent de Gaza ou ont des titres de voyage libanais ou yéménites. Les entretiens que nous avons effectués auprès de migrants palestiniens originaires du Liban montrent, pour leur part, que ces derniers se sont plutôt dirigés vers l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. Cette migration a concerné plusieurs milliers de Palestiniens du Liban, sans qu’il soit possible de déterminer leur nombre exact.

  • 4 B. Khader, « Les migrations vers le Golfe », Relations internationales, n° 66, 1991, p. 183-198 ; (...)

7Dans un premier temps, les pays producteurs de pétrole font appel à une main-d’œuvre qualifiée (ingénieurs, cadres, enseignants, personnel médical et paramédical) pour combler leur déficit démographique. Par la suite, le rapide développement du secteur du bâtiment accroît de façon importante les besoins en main-d’œuvre peu qualifiée. La migration concerne alors un plus grand nombre d’individus, dont des Palestiniens du Liban peu qualifiés4.

8La Libye a, quant à elle, accueilli un nombre important de réfugiés palestiniens venus du Liban. Certains sont arrivés dans la deuxième moitié des années 1970. À l’époque, le régime libyen donnait assez facilement des visas d’entrée aux Palestiniens et recrutait une importante main-d’œuvre étrangère, essentiellement des Égyptiens et des Tunisiens. Abou Zeinab, un Palestinien du groupement de Jall al Bahr, près de Tyr, est arrivé lors de cette première phase.

« Au début des années 1970, je travaillais à l’hôpital de Jbeil au Liban. J’ai eu des problèmes parce que j’étais palestinien. J’ai alors voulu quitter le Liban. Mais il fallait un visa pour aller dans les pays arabes, et ils n’en donnaient que difficilement aux Palestiniens. En 1973, la Libye donnait des visas. J’y ai trouvé du travail comme infirmier. Ils m’ont donné un visa longue durée, puis une carte de résident. En 1978, ma situation financière s’est améliorée, alors je suis revenu me marier au Liban avec une Palestinienne, et j’ai emmené ma femme avec moi. »

  • 5 F. Nasrallah, « Lebanese Perceptions of the Palestinians in Lebanon : Case Studies », Journal of R (...)

9À la suite de l’invasion israélienne de 1982, de nombreux Palestiniens du Liban ont décidé de quitter le pays et certains se sont dirigés vers la Libye qui continuait de les accueillir en tant que travailleurs. Au milieu des années 1990, près de 15 000 Palestiniens détenteurs d’un document de voyage libanais, sur un total de 30 000 Palestiniens en Libye, résidaient dans ce pays5.

Les pays du Golfe : un espace de transit vers l’Occident dans les années 1980

10Les pays du Golfe ont été, pendant les années 1980, des espaces de transit vers l’Europe. Certains migrants palestiniens y ont élaboré des projets migratoires à long terme pour s’installer dans les pays occidentaux. Les pays du Golfe présentent alors plusieurs avantages à cet égard. Le niveau de salaire permet d’économiser la somme nécessaire pour préparer son voyage vers l’Europe. À cela il faut ajouter qu’il est plus facile d’obtenir un visa pour l’Europe à partir des pays du Golfe qu’à partir du Liban pour les Palestiniens. De plus, pour certains Palestiniens diplômés, l’expérience professionnelle acquise sur place peut être valorisée en Occident. En dernier lieu, certains poursuivent leurs études dans les Émirats arabes unis, parce que leurs diplômes sont mieux reconnus que les diplômes libanais en Occident. Un habitant du groupement de Bourgholiyyeh, qui a travaillé longtemps dans les Émirats arabes unis, le confirme :

« Mon père travaillait seul à Abou Dhabi. Avec la guerre civile au Liban il nous a dit de le rejoindre, il avait peur pour nous. Il travaillait dans une entreprise pétrolière, nous dans des commerces. Certains ont poursuivi leurs études. En 1982, à cause du manque de travail sur place et des restrictions imposées aux Palestiniens, certains de mes frères sont partis au Danemark et aux États-Unis depuis les Émirats. C’est plus facile d’obtenir les papiers pour l’Europe ou les États-Unis de là-bas que d’ici. Moi, je suis resté environ vingt ans, je suis revenu en 1995. Il n’y avait plus de travail et la vie était trop chère. »

Des situations juridiques précaires et réversibles

Précarité des statuts et concurrence de la main-d’œuvre asiatique

11Les États du Golfe ont mis en place des politiques migratoires strictes qui limitent les possibilités d’installation des migrants sur le long terme. Les Palestiniens n’échappent pas à cette règle. Ces pays ne permettent pas aux migrants d’obtenir la nationalité de leur pays de résidence. Le plus souvent, les migrants disposent d’un contrat de travail à durée déterminée. La durée de validité de leur titre de séjour est calquée sur le contrat de travail. De plus, dans la majeure partie de ces pays, les migrants doivent quitter le territoire une fois arrivés à l’âge de la retraite puisqu’ils n’exercent plus d’activité. À l’exception du Koweït, où l’immigration palestinienne est passée d’une migration d’hommes seuls à une migration familiale – mais qui ne concerne que peu de Palestiniens du Liban –, et de la Libye, où nombre de Palestiniens ont pu faire venir leur famille, la migration est plutôt le fait d’hommes seuls. Il s’agit donc d’une migration temporaire, individuelle et qui ne permet pas l’amélioration du statut juridique des réfugiés palestiniens, puisque leur installation dans ces pays est temporaire. La migration est perçue comme une source de revenus qui permet de faire vivre la famille restée au Liban.

  • 6 M. Lavergne, « Golfe arabo-persique : un système migratoire de plus en plus tourné vers l’Asie », (...)
  • 7 G. Simon, op. cit., 1995, p. 369.

12Il faut ajouter à cela que la politique de recrutement de main-d’œuvre s’est modifiée dans les années 1980 avec l’arrivée de plus en plus importante de travailleurs venus d’Asie, essentiellement des Philippines, du Sri Lanka, de l’Inde, du Pakistan, de Thaïlande et de Chine6. On passe de dix mille entrées par an en 1971 à un million en 19887. Cette tendance ne fait que s’accroître depuis la guerre du Golfe. Les travailleurs asiatiques sont essentiellement recrutés par des agences gouvernementales ou privées, pour des contrats à durée déterminée de courte durée. Ils touchent des salaires deux à quatre fois moindres que les Yéménites ou les Palestiniens.

L’expulsion des Palestiniens du Koweït et de la Libye

  • 8 S. Shami, « Mobility, Modernity and Misery : Population Displacement and Resettlement in the Middl (...)

13La guerre du Golfe a engendré d’importants mouvements de population. La majeure partie des migrants installés dans ces pays, qu’ils soient asiatiques, yéménites, égyptiens ou palestiniens, les ont quittés. Entre 3 et 4 millions de personnes ont donc été contraintes de fuir les hostilités8. À la suite de cet épisode, les Palestiniens se trouvent exclus du système migratoire régional.

  • 9 L. Radi, art. cit., 1994, p. 57-58.
  • 10 L. Radi, art. cit., 1994 ; N. Van hear, « The Impact of Involuntary Mass Return to Jordan in the W (...)
  • 11 Y. Besson, art. cit., 1997, p. 337.

14Après l’invasion du Koweït par l’Irak en 1990, près de 200 000 Palestiniens quittent le Koweït parce qu’ils sont opposés à l’occupation irakienne et pour se mettre à l’abri du conflit. 20 000 autres Palestiniens sont expulsés par les autorités koweïtiennes à la suite du conflit en 19919. Le retour involontaire des Palestiniens du Koweït vers la Jordanie10 a eu un impact notable sur la société jordanienne, étant donné l’ampleur numérique du phénomène. Les effets au Liban sont mineurs étant donné le peu de Palestiniens qui détenaient des documents de voyage libanais. L’UNRWA estime que 450 familles palestiniennes du Liban ont été expulsées du Koweït11. Quoi qu’il en soit, les Palestiniens du Koweït l’une des communautés les plus stables depuis de longues années et relativement prospère, ont été ramenés à leur statut de réfugiés. La départ forcé des Palestiniens du Koweït rend peu opérante la distinction entre migration volontaire et migration forcée. Peut-être ont-ils quitté la Jordanie comme travailleurs migrants et y sont-ils revenus comme réfugiés contraints de quitter leur pays de résidence ?

  • 12 F. Nasrallah, art. cit., 1997, p. 355-357 ; A. Shiblak, « A Time of Hardship and Agony : Palestini (...)

15L’expulsion des Palestiniens de Libye en 1995 concerne, elle, directement les Palestiniens du Liban, puisqu’il est possible d’estimer leur nombre à près de 15 000 individus. À cette date, Kadhafi décide d’expulser l’ensemble des Palestiniens qui résident sur son territoire vers Gaza, pour démontrer les imperfections des accords d’autonomie signés par l’OLP, et plus précisément le fait que la question des réfugiés reste sans solution. L’entrée des réfugiés à Gaza a été refusée par Israël, qui contrôle les frontières internationales des territoires autonomes palestiniens. De toute façon, seule une minorité des Palestiniens qui vivaient en Libye étaient originaires de la bande de Gaza ; une grande partie venait du Liban. Ce dernier pays a refusé, comme les autres pays arabes, d’accepter sur son territoire les Palestiniens expulsés de Libye, même s’ils détenaient un titre de voyage émis par les autorités libanaises. Tout Palestinien détenant un tel document de voyage devait obtenir un visa d’entrée pour le Liban délivré par une ambassade libanaise, après approbation du ministère de l’Intérieur libanais. Ne disposant du droit de résidence dans aucun autre pays, des familles entières se sont retrouvées bloquées dans un camp à Salloum, à la frontière entre la Libye et l’Égypte. Le Liban a traité la question sous un angle politique, en affirmant que le pays ne pouvait accueillir les réfugiés palestiniens à chaque fois que ceux-ci étaient expulsés d’un pays et que le Liban n’avait pas vocation à être un pays de réinstallation pour les Palestiniens12. Le Liban a ensuite accepté le retour d’une partie des Palestiniens qui détenaient des titres de voyage libanais, d’autres ont pu se réinstaller en Libye.

16Abou Zeinab, un Palestinien du groupement de Jall al Bahr, a dû quitter la Libye où il résidait depuis vingt-deux ans. Le trajet de retour a été long et entrecoupé de multiples étapes, à cause, entre autres, de l’embargo aérien qui frappait la Libye à cette date.

« Les Libyens ont regroupé les Palestiniens sur la frontière. Il y a eu des problèmes avec les autorités égyptiennes. Les policiers sont venus chez moi et ils ont voulu que je parte à la frontière égyptienne. Je leur ai dit que moi je venais du Liban et que je ne repartirais que vers le Liban, c’est la frontière la plus proche avec la Palestine. J’ai quand même dû quitter la Libye. Je suis parti par Malte, avec l’embargo sur la Libye il n’y avait pas d’avion. De là j’ai été en Égypte, puis vers la Syrie et ensuite je suis arrivé au Liban. Le voyage a été difficile… Mais ils m’ont laissé entrer. »

Le tarissement du débouché régional et le report des migrations vers l’Europe

17La participation des Palestiniens du Liban au système migratoire moyen-oriental a été plus faible que celle des Palestiniens de Jordanie, de Cisjordanie ou de Gaza. Leur intégration limitée à ce système est liée au fait que les « travailleurs réfugiés » palestiniens ont été assimilés par les pays d’accueil à la direction politique de l’OLP, et donc considérés comme des acteurs politiques potentiellement déstabilisateurs ou dangereux pour les régimes en place. Les deux facettes de la réalité migratoire des Palestiniens du Liban – réfugiés et migrants économiques – sont indissociables l’une de l’autre, et ces derniers sont soumis aux aléas politiques et économiques régionaux.

18Les pays arabes producteurs de pétrole se présentent donc comme des espaces migratoires temporaires et ne peuvent être considérés comme des pays de réinstallation à plus ou moins long terme. Ils ne peuvent constituer alors que des solutions de rechange temporaires pour les Palestiniens qui fuient les hostilités au Liban ou qui recherchent, dans l’attente d’une solution politique à la question des réfugiés palestiniens, un statut juridique stable et pérenne. L’Europe est devenue un espace refuge depuis les années 1980 pour de nombreux réfugiés. L’Europe présente toujours un fort attrait pour cette population puisque ceux qui arrivent à s’y installer légalement obtiennent un permis de résidence ou même la nationalité de leur pays d’accueil. Les Palestiniens y trouvent aussi des emplois avec un niveau de salaire élevé, en comparaison avec ceux pratiqués au Liban. On assiste donc au report des migrations palestiniennes vers l’Europe, puisque le débouché régional s’est tari.

UN CONTEXTE JURIDIQUE DE PLUS EN PLUS RESTRICTIF DANS LES PRINCIPAUX PAYS D’ACCUEIL EUROPÉENS

19L’émigration des Palestiniens du Liban vers l’Europe est le résultat de la conjonction de deux facteurs principaux. D’un côté, le contexte libanais a fortement favorisé et précipité l’exil de cette population. De l’autre, l’Europe a longtemps développé une politique d’asile plutôt « favorable » à l’accueil des réfugiés palestiniens. Après la fermeture des frontières européennes, ce sont les réseaux migratoires formés et entretenus par les communautés palestiniennes expatriées qui ont permis l’entrée de Palestiniens.

L’Europe du Nord et l’Allemagne : un espace choisi ?

  • 13 A. Böcker et T. Havinga, Asylum Migration to the European Union : Patterns of Origin and Destinati (...)

20Anita Böcker et Tetty Havinga13 s’interrogent sur les facteurs qui déterminent la répartition des réfugiés dans l’Europe communautaire. Les auteurs se placent dans la perspective théorique développée par Richmond qui distingue les migrants actifs (proactive) des migrants réactifs (reactive), les réfugiés faisant partie de la deuxième catégorie. Richmond souligne cependant qu’il existe un continuum entre les deux catégories. Il est donc nécessaire pour comprendre les flux de réfugiés d’avoir recours aux analyses plus classiques des flux migratoires, qui prennent en compte une multiplicité de facteurs pour étudier la destination des flux de migrants.

21Il convient alors de s’interroger sur les éléments qui permettent de comprendre la présence d’une assez forte population palestinienne en Europe du Nord et en Allemagne. Anita Böcker et Tetty Havinga relèvent que la présence de nombreux Moyen-Orientaux en Scandinavie est difficile à expliquer. Les auteurs concluent dans leur étude que la destination des réfugiés vers un pays d’accueil en Europe ne relève que rarement d’un choix conscient et rationnel, et encore moins d’un quelconque calcul des avantages ou désavantages à s’installer dans tel ou tel pays. Le choix d’un pays est souvent lié à la présence de proches ou d’amis dans ce pays, ou fonction d’informations qui sont véhiculées sur les conditions d’accueil plus ou moins favorables. À cela il faut jouter les liens linguistiques, culturels ou coloniaux et historiques qui existent entre les régions d’accueil et celles de départ. Ces facteurs jouent un rôle dans l’accueil de nombreux réfugiés turcs en Allemagne, ou vietnamiens en France. Il n’existe toutefois pas de liens culturels, historiques ou linguistiques entre les Palestiniens au Liban d’un côté, et l’Europe du Nord ou l’Allemagne de l’autre.

22Plusieurs facteurs peuvent expliquer à notre sens la présence de communautés palestiniennes en Europe du Nord et en Allemagne. Les fondements actuels du droit des réfugiés ont été élaborés sur une période qui débute en 1922, date correspondant à l’arrangement de Genève du 5 juillet 1922 relatif à la délivrance de certificats d’identité aux réfugiés russes (« passeport Nansen »), et qui se termine le 14 décembre 1950 par la création du HCR, suivie de la conférence de Genève du 28 juillet 1951. Le droit des réfugiés qui évolue d’une acception collective à une approche individuelle tend à exclure les Palestiniens du statut de réfugié ainsi défini. Les principaux pays européens qui accueillent des Palestiniens ont traité de façon spécifique la question des réfugiés palestiniens pour ensuite fermer leur porte à cette catégorie de population, entraînant le développement de filières clandestines d’immigration. Les politiques d’asile de l’Allemagne, du Danemark et de la Suède ont été parmi les plus souples d’Europe, et ces trois pays ont accueilli un grand nombre de réfugiés depuis les années 1980. Un certain nombre de réfugiés ont été dirigés par des organisations internationales, comme le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), vers ces pays. Les modalités d’entrée sur le territoire, déterminées par la politique des visas, jouent aussi un rôle important. En l’absence d’autres possibilités, les demandeurs d’asile se dirigent vers les pays qui n’imposent pas la possession d’un visa ou dans lesquels les modalités d’obtention d’un visa sont plus souples. La situation géographique des pays d’accueil a tendance à être négligée lorsque ces derniers sont éloignés de la zone de départ. Il nous semble cependant important de la prendre en compte. Les trois principaux pays d’accueil des Palestiniens – l’Allemagne, la Suède et le Danemark – sont proches et la circulation entre eux est aisée. Les réfugiés, une fois arrivés dans l’un des trois pays, ont longtemps pu demander l’asile dans les deux autres pays en cas de refus. L’Allemagne est souvent la porte d’entrée pour les deux autres pays. À cela on peut ajouter la présence d’une communauté déjà installée sur place qui facilite l’arrivée et l’installation des réfugiés, par le biais d’une aide matérielle, mais aussi en fournissant des informations sur le pays de destination. Depuis les années 1970, un petit nombre de Palestiniens du Liban résident en Allemagne ainsi qu’en Suède. L’organisation des filières migratoires est elle aussi déterminante. Elle repose sur la combinaison des trois facteurs précédemment évoqués, auxquels il faut ajouter les stratégies mises en place par les passeurs dans le pays de départ et dans les pays d’arrivée.

23Le cadre juridique dans lequel s’inscrivent les réfugiés palestiniens est abordé ici dans ses trois dimensions : la dimension nationale, avec l’évolution du droit d’asile dans chacun des trois États concernés ; la dimension palestinienne, qui concerne le traitement spécifique des réfugiés palestiniens dans ces mêmes pays ; et la dimension européenne, avec la mise en place d’une législation commune au sein de l’Union européenne, qui s’est traduite par l’accord de Schengen et, plus récemment, par la convention de Dublin.

Les réponses des principaux États d’accueil

  • 14 J.-P. Hocké, « Beyond Humanitarism. The Need for Political Will to Resolve Today’s Refugee Problem (...)
  • 15 G. Loescher, « Introduction : Refugee Issues in International Relations », in G. Loescher et L. Mo (...)

24Le traitement des réfugiés palestiniens lors de leur arrivée en Europe est problématique pour les pays d’accueil. Puisque les Palestiniens ont quitté les espaces d’intervention de l’UNRWA, ils ne relèvent plus de la compétence de cet organisme. Dans le même temps, ils se trouvent exclus en pratique du champ d’application de la convention de Genève de 1951. Les Palestiniens, aux côtés d’autres groupes de réfugiés comme les Tamouls, les Kurdes ou les Afghans, démontrent l’inadaptation de la législation internationale au traitement d’un nombre croissant de réfugiés14. Dans les trois pays étudiés, l’accueil des réfugiés palestiniens est tributaire des changements législatifs concernant le droit d’asile en Europe, mais est aussi traité de façon particulière étant donné le caractère extrêmement sensible du conflit israélo-palestinien. Gil Loescher15 relève que les politiques d’asile sont souvent le symbole de la politique étrangère des pays d’accueil. C’est le cas pour la question des réfugiés palestiniens. Si elle comporte un versant humanitaire, elle est aussi un enjeu et un symbole du positionnement politique des pays d’accueil européens. L’accueil ou le refoulement de ces demandeurs d’asile est fortement conditionné par l’attitude du pays d’accueil face au conflit israélo-palestinien. Le cas suédois, plus largement traité, est exemplaire en la matière.

La notion de réfugié de facto : ouverture ou limitation du droit d’asile en Europe ?

  • 16 J. Cels, « Responses of European States to de facto Refugees », in G. Loescher et L. Monahan (dir.) (...)

25Johan Cels16 distingue trois catégories de demandeurs d’asile en Europe : ceux qui remplissent les critères de la convention de Genève de 1951, ceux qui tentent d’entrer en Europe pour des raisons économiques, et les réfugiés de facto, qui ne remplissent pas les conditions définies par la législation internationale pour prétendre au statut de réfugiés, mais qui ne peuvent retourner dans leur pays d’origine pour des raisons humanitaires. Cette troisième catégorie forme l’essentiel des demandeurs d’asile qui se sont présentés aux frontières européennes dans les années 1990. Les groupes les plus représentés sont ceux qui fuient des conflits ou des guerres civiles, comme les Tamouls du Sri Lanka, des Iraniens et des Irakiens qui s’exilent par suite de la guerre entre leurs deux pays, ou des Libanais et des Palestiniens qui fuient la guerre civile au Liban. Le statut de réfugié de facto a été créé dans les années 1970 avec l’augmentation des flux de demandeurs d’asile en Europe issus de pays du tiers-monde. Les pays scandinaves ont été précurseurs en la matière, puisque ce statut est apparu dans leur législation dès les années 1960. Ce statut assure une protection contre le refoulement et permet l’octroi de droits élémentaires dans la société d’accueil, à l’exception du droit au travail et à l’éducation, ainsi qu’un droit de résidence temporaire dans le pays d’accueil.

26La reconnaissance de ce statut diverge fortement au sein de l’Union européenne et en fonction de la période considérée. Les Tamouls ont, par exemple, été considérés par certains pays comme des réfugiés de facto, et par d’autres comme des migrants clandestins. Le HCR a critiqué la politique restrictive adoptée par les gouvernements allemand et suisse à l’égard des réfugiés tamouls, iraniens et palestiniens à partir de 1984-1985. Le cas des Palestiniens du Liban s’apparente à celui des Tamouls puisque les deux populations subissent les conséquences d’une guerre civile, dans le cadre d’une lutte de libération nationale, même si les Tamouls luttent sur leur propre territoire alors que les Palestiniens sont en exil.

  • 17 Ibid., p. 193.

27La définition de ce statut présente deux avantages majeurs pour les pays d’accueil. En termes géopolitiques, la création de ce statut permet aux États qui l’octroient de ne pas altérer leurs relations avec l’État d’origine des réfugiés de facto, puisqu’en terme de droit international ils n’ont pas reconnu ces demandeurs d’asile comme des réfugiés à part entière. En termes de politique migratoire, l’octroi de ce statut n’est pas codifié dans la législation internationale en tant que tel. La liberté d’action des États est donc grande. La Suède a, par exemple, octroyé de façon plus ou moins généreuse ce statut en fonction de ses besoins économiques et de la situation de l’emploi à l’échelle nationale17.

La Suède : une politique d’accueil généreuse, mais parfois sélective

  • 18 L’Office des migrations suédois en dénombre 13 000, auxquels il faut ajouter les Palestiniens pour (...)
  • 19 Ce texte élargit la possibilité d’octroi du statut de réfugié limitée en termes géographiques et t (...)
  • 20 Nous reproduisons ici la politique d’immigration suédoise telle qu’elle est définie par l’Office n (...)

28L’importance de la communauté palestinienne en Suède – estimée à près de 20 000 individus18 – est la conséquence de trois facteurs principaux : une politique volontariste d’accueil des réfugiés, une grande sensibilité à la question palestinienne à partir de la deuxième moitié des années 1970 et la proximité géographique de l’Allemagne où réside une importante communauté palestinienne. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la Suède est un pays d’accueil de réfugiés. Elle a ratifié la convention de Genève de 1951 et le protocole de New York de 196719. De plus, la Suède est un pays donateur de premier rang à l’UNHCR et à l’UNRWA. La politique officielle d’immigration20 est basée sur l’égalité de traitement entre immigrants et citoyens suédois. Elle peut être résumée en trois mots : égalité (égalité de droits et d’obligations, égales opportunités), liberté de choix (possibilité de développer son propre héritage culturel dans la limite des valeurs de base de la société suédoise) et partenariat (participation et responsabilité dans le développement de la société).

29Les demandeurs d’asile qui arrivent en Suède sont dirigés dans un premier temps vers un des centres d’accueil pour réfugiés où une enquête est menée afin qu’ils puissent obtenir un permis de résidence. Si l’investigation menée débouche sur une réponse positive, le réfugié est réinstallé dans une municipalité ou transféré dans un centre d’hébergement en attendant une réinstallation ultérieure. Selon la loi suédoise, chaque réfugié est considéré dans sa dimension individuelle ; aucun traitement spécifique ne peut donc être accordé à une communauté dans son ensemble. En raison de l’application du principe de l’égalité de traitement, les réfugiés se voient octroyer immédiatement les droits sociaux élémentaires pour faciliter leur intégration dans la société suédoise. Les droits politiques leurs sont donnés après trois ans de résidence.

Le Danemark : une courte période d’ouverture

30Le Danemark a représenté au milieu des années 1980 un espace d’accueil pour de nombreux réfugiés palestiniens du Liban et ce pour trois raisons principales : entre 1984 et 1986, ce pays a pris des dispositions juridiques très favorables à l’accueil des réfugiés, une attention particulière a été portée à la situation des Palestiniens du Liban et ce pays se situe au carrefour entre l’Allemagne et la Suède, deux pays où résident d’importantes communautés palestiniennes. On compte au Danemark une population palestinienne équivalente à celle qui réside en Suède, soit environ 20 000 personnes.

La politique d’asile du Danemark

  • 21 F. Liebaut, Legal and Social Conditions for Asylum Seekers and Refugees in Western and European Co (...)
  • 22 B. Mac Guire, « Lebanese Asylum Applicants in Denmark 1985-1988 : Political Refugees or War Emigra (...)

31La politique d’asile du Danemark repose sur la convention de Genève de 1951 et le protocole de New York de 1967, ainsi que sur l’« Aliens Act » de juin 1983, amendé par la suite21. En 1984, les autorités danoises ont révisé leur loi concernant l’asile, en permettant à toute personne qui se présentait aux frontières danoises pour demander l’asile d’être acceptée sur le territoire danois et d’avoir le droit que sa demande d’asile soit examinée. Le 17 octobre 1986, le Parlement danois abroge cette loi et refuse l’accès à son territoire à toute personne venue d’un pays sûr, afin de stopper le flux de demandeurs d’asile déboutés installés en Allemagne qui tentaient leur chance au Danemark. Pendant deux ans, le Danemark s’est présenté comme un espace d’accueil favorable pour les réfugiés avant de se conformer en 1986 aux politiques menées par la plupart des pays européens22.

Le traitement spécifique des réfugiés palestiniens

  • 23 Ibid., p. 666.

32Durant cette période d’ouverture, le Danemark accueille essentiellement des réfugiés palestiniens et libanais. Les deux populations ne sont pas traitées de la même façon. Les Libanais ne peuvent prétendre au statut de réfugié politique selon la loi danoise, puisqu’ils sont considérés comme des victimes de la violence qui règne dans ce pays et qu’ils ne peuvent prouver dans leur majorité qu’ils sont persécutés personnellement, conditions sine qua non pour obtenir le statut de réfugié politique. Leurs situations ont été étudiées individuellement. Le cas des Palestiniens est, lui, traité de façon différente. Les autorités danoises ont reconnu que la situation des Palestiniens du Liban était si problématique à cette époque que l’examen individuel des dossiers a été suspendu. L’ensemble des réfugiés palestiniens apatrides qui se présentent à la frontière danoise se voient accorder l’asile par la direction des Étrangers en un ou deux mois. Les quelques Palestiniens qui disposent de la nationalité libanaise sont quant à eux traités comme les autres ressortissants libanais. Le plus souvent, les Palestiniens et les Libanais sont regroupés dans les mêmes camps d’accueil gérés par la Croix-Rouge, ce qui cause des tensions entre ces deux groupes23. On peut estimer qu’environ 10 000 réfugiés palestiniens arrivent au Danemark durant les années 1980.

L’Allemagne : un espace d’accueil ouvert jusqu’en 1993

33L’Allemagne joue un rôle central dans le dispositif migratoire des Palestiniens du Liban, comme pays de résidence et de transit. La communauté palestinienne y est certainement la plus importante d’Europe avec peut-être 30 000 individus.

  • 24 Cité par F. Moderne, Le Droit constitutionnel d’asile dans les États de l’Union européenne, Paris, (...)
  • 25 Ibid. ; A. Schnabel et F. Van Geest, « Pour une approche globale », Esprit, n° 209, 1995, p. 123-1 (...)

34Ce pays a mis en place à partir de 1949 une politique d’asile libérale. Le droit d’asile est inscrit dans l’article 16 de la Loi fondamentale allemande. L’alinéa 2 précise que « les persécutés politiques jouissent du droit d’asile24 ». Par la suite, la Cour constitutionnelle allemande a précisé la notion de « persécution politique ». Elle met en avant les éléments matériels, plus que les éléments psychologiques, et écarte les demandes dont le fondement principal est économique. L’acception de la notion de persécution politique est élargie pour se mettre en conformité avec la convention de Genève de 1951. Les guerres civiles ne rentrent pas dans ce cadre quand aucune autorité étatique ne peut être identifiée comme responsable de la persécution25. Cependant, en 1978, le Bundestag se penche sur la question des réfugiés qui fuient des situations de guerre et de persécutions collectives. Des permis de résidence sont octroyés, entre autres, aux Tamouls, aux Afghans et aux Palestiniens. Ils ne peuvent être refoulés d’Allemagne et bénéficient d’une aide matérielle ainsi que d’une carte de séjour, ces deux derniers éléments dépendant de la politique propre à chaque Land d’accueil. En 1984-1985, cette politique d’accueil est remise en cause.

  • 26 G. Loescher et L. Monahan (dir.), op. cit., 1990, p. 13.

35Il faut ajouter qu’au-delà d’un dispositif législatif souple, les réfugiés ont été en partie instrumentalisés dans les relations entre la République fédérale d’Allemagne (RFA) et la République démocratique allemande (RDA) jusqu’à la chute du mur en 1989. Gil Loescher26 note que les autorités est-allemandes ont facilité jusqu’en 1986 le passage de réfugiés arrivés sur son territoire – venus du tiers-monde en direction de Berlin-Ouest –, pensant que l’arsenal législatif favorable à l’accueil de réfugiés ne serait pas capable d’absorber tant de personnes. Fin 1992, près d’un million et demi de réfugiés résidaient en Allemagne, alors que seulement 100 000 ont obtenu officiellement l’asile.

  • 27 D. Abdulrahim, art. cit., 1993, p. 58-77.

36Au début des années 1980, seule une minorité de réfugiés palestiniens installés à Berlin-Ouest a obtenu un permis de résidence de longue durée. La majeure partie d’entre eux conserve le statut de demandeurs d’asile qui les expose au risque d’expulsion d’Allemagne de l’Ouest. À partir de 1982, les nouveaux arrivants sont contraints de s’installer dans des centres d’hébergement prévus à cet effet, ce qui restreint leur liberté et ralentit leur insertion dans la société allemande. Cette insertion est freinée par la restriction imposée par les autorités allemandes pour accéder au marché du travail. En 1980, les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de travailler pendant les deux années qui suivent leur arrivée. Cette période est portée à cinq ans en 1986. Les Palestiniens se tournent donc à partir de cette date vers le secteur informel, essentiellement la restauration. Cela a pour effet de renforcer leur précarité. En octobre 1987, puis en juin 1989, la situation de nombreux demandeurs d’asile palestiniens est régularisée et leur accès au marché du travail, à l’éducation et à l’aide sociale est facilité27.

  • 28 F. Moderne, op. cit., 1997, p. 37-41.
  • 29 Ces chiffres sont fournis par Eurostat, données de la base NewCronos, thème « demande d’asile », 2 (...)

37En mai 1993, l’Allemagne décide de réviser l’article 16 de la Loi fondamentale, dans le but de faire baisser le nombre de demandeurs d’asile en facilitant, entre autres, le refoulement des personnes qui n’entrent pas dans le cadre juridique défini. Si le droit d’asile pour les persécutés politiques figure toujours dans l’article 16, toute une série de restrictions de son champ d’application sont désormais présentes. L’État de provenance ou de passage du demandeur d’asile est pris en compte. Toute personne venue, ou qui est passée, par un pays sûr ne peut plus désormais demander l’asile en Allemagne. Cela exclut toute personne qui se présente à une frontière terrestre allemande, puisque l’Union européenne fait partie des pays sûrs, ainsi que la Suisse28. Cette réforme réduit considérablement le nombre de demandes, qui passent de 438 181 en 1992 à 127 210 en 199429.

LES PRINCIPALES PHASES D’ARRIVÉE DES PALESTINIENS EN EUROPE

38Les situations juridique, économique et politique peu favorables, auxquelles il faut ajouter la guerre civile libanaise ainsi que les invasions israéliennes, ont poussé les Palestiniens du Liban à émigrer de façon assez importante vers l’Europe. D’autres pays de départ comme la Syrie ou les territoires occupés et autonomes palestiniens sont aussi concernés. L’Europe, selon les entretiens que nous avons réalisés, est rarement le fait d’un choix volontaire et rationnel. Pour un certain nombre de Palestiniens, la présence de proches a été un facteur décisif dans leur choix. Pour d’autres, des organisations humanitaires les ont dirigés directement vers la Suède ou le Danemark. Pour la majorité d’entre eux, l’Europe est l’ultime étape d’un parcours migratoire complexe, composé de séjours brefs et d’expulsions hors de plusieurs pays européens, liés à leur absence de statut et de nationalité, et à l’impossibilité de retourner au Liban à cause de la guerre. Les pays d’Europe qui les acceptent comme résidents apparaissent alors comme des espaces refuges qui, par leurs dispositions juridiques, leur permettent d’obtenir un droit d’installation sur le territoire européen. L’arrivée des Palestiniens en Europe, qui a débuté dans les années 1960, s’est déroulée en quatre phases principales, qui se différencient par le nombre d’arrivées et le type de migration.

D’une migration de travailleurs à la recherche d’une terre d’asile

39Alors que jusque dans les années 1970 peu de Palestiniens sont arrivés en Europe et qu’ils sont venus essentiellement pour travailler, pendant les années 1980 et 1990 le nombre d’arrivées a augmenté de façon importante et l’on trouve de plus en plus de réfugiés politiques et de Palestiniens qui vivent dans des situations très difficiles.

L’arrivée de quelques étudiants dans les années 1960

  • 30 S. Assar, « The Palestinian Refugees. Analysis and Comparison of Two Recipient Countries’ Behaviou (...)

40Cette première phase de la migration palestinienne concerne essentiellement la Suède. Le premier groupe de Palestiniens, formé d’étudiants originaires du Liban mais aussi de Jordanie, de Syrie et de Cisjordanie, venus pour se former professionnellement, est arrivé en 1962. C’était un programme de courte durée. La majorité de ces Palestiniens sont rentrés chez eux ; seuls 40 sont restés en Suède30. Un certain nombre d’entre eux se sont mariés avec des Palestiniennes lors de leurs retours périodiques dans leur pays d’accueil. Malgré leur situation sociale assez privilégiée par rapport aux Palestiniens arrivés ultérieurement, ils éprouvent, pour certains d’entre eux, des difficultés d’intégration.

41Nous avons pu rencontrer un de ces Palestiniens à Göteborg. Ce dernier est originaire de Syrie ; nous présentons cependant son cas car celui-ci est similaire à l’ensemble de ceux qui sont arrivés à cette époque. Ahmed a choisi, à la fin de ses études, de s’installer en Suède, essentiellement en raison des possibilités d’emploi sur place et de l’importante différence de niveau de vie entre la Suède et la Syrie. Il travaille dans l’industrie automobile. Il est retourné plusieurs fois en Syrie, sans jamais s’y installer de nouveau. Il s’est ensuite marié à une Palestinienne de Syrie à Damas. Ils se sont installés en Suède par le biais du regroupement familial. Bien que toute sa famille ait la nationalité suédoise, il projette de retourner en Syrie. Essentiellement, d’après lui, en raison des difficultés d’intégration qu’il connaît en Suède. Cette impression est partagée par de nombreux interlocuteurs rencontrés en Suède. Cela est dû en partie à la prise en charge très importante des populations immigrées par les services sociaux suédois, qui tend à marginaliser ces populations en les maintenant dans un système d’assistance qui à tendance à rendre leur intégration à la société suédoise plus difficile.

Les premiers « migrants réfugiés » arrivent dans les années 1970

42Quelques centaines de travailleurs palestiniens viennent en Suède dans le cadre d’accords entre l’UNRWA et des entreprises suédoises comme Volvo. C’est en tant que réfugiés qu’ils peuvent intégrer ce programme de migration de travail mis en place par l’UNRWA. De plus, le statut de réfugié privant les Palestiniens du Liban du droit au travail, certains sont contraints de s’exiler pour subvenir à leurs besoins.

  • 31 Pour les réfugiés et apatrides, il faut avoir résidé entre trois et cinq ans en Suède (cette durée (...)

43Un certain nombre d’entre eux décident de rester en Suède. Cela s’explique par la différence de niveau de vie entre le Liban – mais aussi la Syrie ou les territoires occupés – et la Suède, et par la possibilité d’obtenir la nationalité suédoise31. Ils font ensuite venir leur famille dans le but d’une installation définitive. D’après les entretiens que nous avons réalisés, on rencontre aussi des travailleurs migrants plus classiques qui viennent du Liban, mais aussi de Syrie. Leur départ du Liban est motivé par la volonté de trouver un emploi, mais s’effectue aussi en raison de problèmes administratifs liés à leur statut juridique précaire.

44C’est durant cette même période que se sont développées les arrivées de Palestiniens en Allemagne, qui sont beaucoup plus nombreuses que dans le cas de la Suède. Il s’agit surtout des travailleurs migrants qui tentent de s’y établir parce que la situation économique est bonne et qu’elle leur permet de s’installer durablement dans ce pays. Zoubeir, un Palestinien d’une quarantaine d’années né dans le camp d’Al Buss, raconte la façon dont il s’est rendu en Allemagne :

« Avec mes frères, nous sommes partis d’ici pour obtenir le statut de réfugié, par une voie légale. On partait de Beyrouth vers Berlin-Est, puis on passait à Berlin-Ouest et on demandait l’asile politique. Je me suis installé à Aachen en 1979 et j’y suis resté jusqu’en 1982. Après je suis revenu à Berlin. Je me suis installé chez mes frères. Puis j’ai rencontré une Allemande et on s’est marié en 1989. J’ai maintenant la nationalité allemande, comme mes frères qui vivent là-bas. »

45Il s’agit là d’un parcours migratoire classique, qui se compose de deux étapes : une première pour entrer en Europe via Berlin-Est, puis une seconde d’installation en Allemagne de l’Ouest après l’obtention du statut de réfugié. Si la majeure partie des Palestiniens a pu obtenir des permis de résidence permanents voire pour certains la nationalité allemande, d’autres n’ont eu que des permis de résidence temporaires renouvelables, liés à l’octroi du statut de réfugié de facto. Au début des années 1980, certains n’ont pas été renouvelés et des Palestiniens ont dû regagner le Liban. C’est le cas de ce Palestinien qui réside aujourd’hui dans le groupement d’Abou al Aswad, près de Tyr :

« Je suis parti en Allemagne en 1976. L’émigration a commencé à ce moment-là, des jeunes gens commençaient à partir d’ici. Le premier parti faisait venir les autres en leur envoyant une carte de visite pour obtenir un visa. Je suis parti parce que la situation était mauvaise, pas seulement la situation économique, mais aussi la situation politique et sociale. J’ai travaillé dans des restaurants, dans des usines, dans des hôtels, j’ai fait plus d’un métier. Je n’ai jamais obtenu la nationalité. Je suis revenu en 1982. La raison de mon retour c’est que l’Allemagne ne nous a pas renouvelé nos cartes de séjour. Nous n’avions pas de carte de séjour permanente. Tous ceux avec qui j’étais sont repartis avec moi. »

La principale vague d’arrivée : les réfugiés dans les années 1980

46Les principaux pays d’accueil durant cette phase sont la Suède et le Danemark. Les réfugiés arrivent principalement après l’invasion israélienne du Liban en 1982, puis durant la Guerre des camps.

Note : La courbe reproduite ici représente les apatrides. La Suède n’enregistre pas les Palestiniens, mais indique que cette catégorie concerne dans sa majorité des Palestiniens. Pour les Libanais, les chiffres des années 1981, 1982 et 1983 ne sont pas disponibles.
Source : Migrations verket, 2005.
Figure 2. Les arrivées de réfugiés Palestiniens et Libanais en Suède (1981-2003)

  • 32 S. Assar, op. cit., 1995.
  • 33 L’augmentation récente du nombre de demandes d’asile de Palestiniens en Suède est essentiellement (...)

47Ce groupe, de loin le plus important numériquement, se différencie très nettement des Palestiniens arrivés lors des deux phases précédentes. Leur départ du Liban n’a pas fait l’objet d’un choix réel mais est la conséquence d’une situation politique et militaire très difficile. Arrivés en assez grand nombre pour un pays comme la Suède, ils connaissent des conditions d’accueil que la majorité d’entre eux décrivent comme bonnes, malgré des refus d’entrée sur le territoire suédois injustifiés dans un certain nombre de cas32. Le graphique ci-dessus montre que les courbes d’entrées de réfugiés palestiniens et libanais en Suède suivent la même évolution, même si le nombre de Libanais est supérieur en 1989 et 1990. Cela signifie que la principale cause de départ, la guerre civile libanaise, est la même pour les deux groupes. Les arrivées sont importantes en 1984, date à laquelle de nombreux Palestiniens et Libanais fuient les hostilités à Beyrouth et au Sud-Liban ou sont directement transférés par la Croix-Rouge vers Chypre ou les pays d’Europe du Nord. Vient ensuite la reprise des hostilités avant la fin de la guerre civile en 1991, et le nombre de réfugiés qui arrivent en Suède décroît brutalement33.

  • 34 B. Mac Guire, art. cit., 1992.
  • 35 A. Böcker et T. Havinga, op. cit., 1998, p. 42.

48La baisse des deux courbes, entre 1985 et 1987, est liée en partie au fait que les flux de réfugiés se sont alors dirigés vers le Danemark, qui a durant cette période assoupli fortement sa politique d’asile et accueilli plusieurs milliers de réfugiés – essentiellement libanais, mais aussi des Palestiniens – sur son territoire34. Le nombre de réfugiés baisse aussi en raison d’un accord passé entre la Suède et l’Allemagne. Les réfugiés provenant de ce dernier pays qui se présentent à la frontière suédoise ne peuvent plus prétendre au droit d’asile35. La forte remontée des entrées de Palestiniens entre 1988 et 1990 est due aux conséquences de la Guerre des camps, qui a touché les Palestiniens de Beyrouth et de la région de Tyr, et à l’intensité des combats entre milices libanaises rivales.

Note : La courbe reproduite ici représente les apatrides. Eurostat indique que les apatrides sont palestiniens. Le Danish Immigration Service présente une catégorie « apatrides Palestiniens » (stateless Palestinians).
Sources : [de 1985 à 1990] Eurostat, 1994 ; [de 1991 à 2000] Danish Immigration Service, 2000 ; [de 2001 à 2002] Danish Refugee Council, 2005.
Figure 3. Les arrivées de réfugiés Palestiniens et Libanais au Danemark (1986-2002)

  • 36 M. Issa, Palestinians from Lubya in Denmark. Dreams and Realities, Copenhague, Working Paper Publi (...)
  • 37 B. Mac Guire, art. cit., 1992.

49Aux côtés de la Suède, l’Allemagne continue d’accueillir des Palestiniens. Cependant, il devient de plus en plus difficile pour les réfugiés d’y obtenir le droit de résidence. Certains décident donc de poursuivre leur migration vers l’Europe du Nord. Le Danemark accueille aussi à l’époque un grand nombre de réfugiés qui y arrivent directement ou qui viennent d’Allemagne. Le nombre d’entrées de Palestiniens au Danemark durant cette période a été évalué par Mahmoud Issa36 à 10 000 individus, ce qui correspond aux chiffres fournis dans la figure 3 (p. 191). La majeure partie est arrivée pendant la Guerre des camps ainsi qu’à la suite de ce conflit. Nous avons pu retracer ce type de parcours migratoire avec l’Allemagne comme principal espace de transit à partir des entretiens menés auprès des Palestiniens, parcours qui a aussi été décrit par Brian Mac Guire37 à propos des réfugiés palestiniens et libanais.

  • 38 A. Böcker et T. Havinga, op. cit., 1998, p. 42.

50Le nombre d’arrivées de Palestiniens, sur la période représentée par la courbe ci-dessus (1986-2002), est nettement supérieur à celui des Libanais. Il est utile de noter que les Palestiniens ont bénéficié au milieu des années 1980 d’une politique d’accueil favorable sur le sol danois. Le nombre important d’arrivées en 1986, avec plus de 2 800 réfugiés, correspond à une baisse du nombre d’entrées de Palestiniens en Suède, moins de 500 réfugiés pour la même année. Les réfugiés se dirigent vers l’espace d’accueil qui leur est le plus favorable. Par la suite, le nombre d’entrées chute au Danemark avec la mise en place d’une politique d’asile beaucoup plus restrictive. Comme pour la Suède, les réfugiés arrivés d’Allemagne qui se présentent à la frontière danoise ne peuvent plus prétendre au droit d’asile38. Entre 1988 et 1990, le nombre d’entrées augmente de nouveau ; c’est aussi le cas en Suède, en raison des conséquences de la Guerre des camps au Liban. Avec la fin de la guerre civile au Liban, le nombre d’entrées chute pour se stabiliser jusqu’en 1998 à un niveau compris entre 300 et 600 entrées annuelles, pour ensuite chuter à moins de 300 entrées à partir de 1999.

  • 39 J. M. Herrera Alonso (coord.), « Situación en España de los inmigrantes procedentes de países de m (...)

51D’autres pays européens accueillent de plus petites communautés palestiniennes. Le Royaume-Uni, ancienne puissance coloniale en Palestine, attire des intellectuels et des diplômés palestiniens du Liban, mais la communauté demeure restreinte. José Manuel Herrera Alonso39 relève que quelques milliers de Palestiniens se sont installés en Espagne, essentiellement à Madrid et Barcelone, après l’ouverture d’un bureau de l’OLP dans la capitale espagnole. Dans un premier temps arrivent des étudiants puis, après 1982, des familles entières, à cause, entre autres, du conflit libanais.

Le développement des migrations illégales

52La quatrième phase de grandes arrivées se situe au début des années 1990. Elles font suite à la Guerre des camps qui a opposé les Palestiniens à la milice chiite libanaise Amal. De nombreux camps, dont celui de Shatila à Beyrouth ou celui de Rashidiyyeh à Tyr, ont subi un blocus de plusieurs mois, poussant de nombreux Palestiniens à l’exil interne. Un camp informel, Al Sikka, s’est constitué à Saïda à proximité du camp de Aïn el Heloueh, regroupant les déplacés internes palestiniens. De nombreuses habitations palestiniennes ont été détruites durant la Guerre des camps, et certaines familles ont alors préféré l’exil vers les pays scandinaves au retour à Beyrouth ou à Tyr. À l’époque, une filière migratoire s’est formée entre Saïda d’une part, le Danemark et la Suède d’autre part. Les arrivées de Palestiniens ont diminué à partir de 1991, avec le retour de la paix au Liban, pour augmenter de nouveau après 1993. Des raisons économiques et juridiques expliquent la reprise de l’émigration. La situation économique des Palestiniens s’est dégradée très fortement à partir de 1993 ; beaucoup de jeunes cherchent donc à partir vers l’Europe pour trouver un emploi.

Les filières empruntées par les réfugiés palestiniens entre 1982 et 1987

53La migration des réfugiés palestiniens se fait par étapes. Les pays de transit ne sont pas de simples espaces de passage, mais des lieux dans lesquels la résidence temporaire peut aller de quelques mois à quelques années. Le rôle des communautés palestiniennes expatriées déjà présentes sur place est notable. Il permet l’arrivée de nouveaux réfugiés, mais aussi la reconstitution des regroupements familiaux et villageois dans ces nouveaux espaces de la diaspora.

Le rôle moteur des communautés déjà présentes sur place

54L’importance numérique de la communauté détermine le choix des pays de transit. L’Allemagne est le principal pays de transit avec le Danemark, en raison de la forte communauté qui y réside depuis les années 1970. Les réseaux de solidarité villageois et familiaux y sont activés pour faciliter l’adaptation du migrant à la société d’accueil. Par exemple, les Palestiniens qui passent par l’Allemagne ne parlent pas la langue allemande et ne connaissent pas les administrations qui vont leur permettre d’obtenir des papiers ou une aide sociale. La communauté palestinienne d’accueil informe le réfugié des possibilités de se rendre dans des pays voisins (Suède, Danemark) et facilite le déplacement du réfugié en prenant en charge une partie ou la totalité du coût du voyage. Elle lui permet de trouver du travail de façon temporaire, le plus souvent illégalement, afin d’aider le réfugié à gagner l’argent qui va lui permettre de poursuivre sa migration.

55Jusqu’à la fin des années 1980, les Palestiniens du Liban qui voulaient émigrer se rendaient en premier lieu à Damas, la capitale syrienne voisine. À cette époque, un billet d’avion pour la capitale est-allemande ne coûtait que 200 dollars par personne. Les autorités est-allemandes ne demandaient pas de visa, ce qui simplifiait fortement les procédures pour les Palestiniens, qui ne disposent pas de passeport mais de simples documents de voyage fournis par le Liban. Ensuite, il fallait passer à l’Ouest et demander le statut de réfugié. Les autorités allemandes ont longtemps accepté l’arrivée de Palestiniens sans les refouler. De ce fait, Berlin est devenu un point focal d’entrée dans l’Europe de l’Ouest. Beaucoup de réfugiés palestiniens ont emprunté cette voie pour ensuite se rendre au Danemark et en Suède.

56Jamal, un chauffeur de taxi palestinien à Göteborg, est un exemple représentatif de cette vague de réfugiés palestiniens. Marié à une Suédoise, il a deux enfants. Il a obtenu la nationalité suédoise. Blessé pendant la guerre du Liban, son arrivée en Suède est le résultat d’un parcours migratoire complexe.

« J’habitais en Allemagne avant de venir ici. Je suis arrivé après l’invasion israélienne du Liban en 1982. J’ai été blessé dans la guerre au mois d’août 1982. Je suis parti du Liban avec le CICR. Ils m’ont emmené à Chypre, puis en Grèce. De là, je suis parti en RDA. Je suis arrivé au début de 1983 en RFA. J’y suis resté pour soigner ma blessure, sans carte de séjour. Je n’avais pas le droit de travailler, ni d’étudier. J’ai travaillé un an sans permis dans un restaurant pour avoir de quoi vivre. Avec la fin de l’invasion israélienne à Beyrouth je n’ai pas pu rentrer au Liban. Il a fallu que je trouve un pays d’accueil. Je suis allé en Suède, et ils m’ont donné le permis de résidence au bout de cinq mois… Pourquoi j’ai choisi la Suède ? À cette époque on parlait beaucoup de la Suède. C’est la seule raison de ma venue. Beaucoup de Palestiniens et d’autres réfugiés ont trouvé refuge ici. »

57Houda, originaire de Shatila à Beyrouth, a connu, elle, une longue escale à Chypre. Le départ lui est apparu alors comme l’ultime réponse face à l’absence de possibilité, tant de rester à Chypre que de retourner au Liban ou d’aller dans un autre pays arabe. Elle vit actuellement seule à Göteborg avec sa jeune fille. La présence d’une partie de sa famille à Göteborg explique le choix de sa destination.

« Je suis partie à Chypre en 1983. J’y suis restée jusqu’en 1991, date à laquelle je suis arrivée en Suède. Entre-temps, il y a eu la Guerre des camps au Liban. Ma famille est venue à ce moment-là en Suède. Moi je suis restée à Chypre. Je ne voulais pas partir, je voulais libérer la Palestine, résister. J’étais contre l’émigration. Mais après la guerre du Golfe, il y a eu beaucoup de problèmes avec l’OLP. Les Palestiniens du Liban à l’étranger n’avaient plus aucun avenir devant eux. Je n’avais aucun lieu où retourner vu la situation au Liban. D’autant plus que j’étais enceinte à cette époque. La Suède m’est alors apparue comme la seule solution. »

58Dans les années 1980, les parcours migratoires se complexifient, les pays européens fermant de plus en plus leurs frontières. L’entrée sur le territoire européen ne garantit pas l’obtention du statut de réfugié ou d’un titre de séjour permanent. La mobilité s’effectue alors en trois étapes : 1) la sortie du territoire libanais ; 2) le transit dans un premier pays en Europe, le plus souvent l’Allemagne ; 3) la recherche d’un pays d’accueil, la Scandinavie étant alors la destination le plus souvent choisie. Même si les parcours migratoires s’allongent, dans l’espace comme dans le temps, rares sont les migrations qui comportent plus de trois étapes et qui mettent en relation plus de deux régions – le Liban comme espace de départ et l’Europe comme zone de transit et d’accueil.

La reconstitution de regroupements villageois

  • 40 M. Issa, op. cit., 1995.

59L’organisation des filières migratoires qui repose sur des réseaux de solidarité villageois favorise la concentration de personnes originaires d’un même village palestinien dans les pays européens. Mahmoud Issa40 a mené une étude sur les Palestiniens originaires du village de Loubia, non loin de la ville de Tibériade, qui résident actuellement au Danemark. On trouve dans ce pays près de 800 Palestiniens originaires de ce village, qui avaient trouvé refuge en 1948 au Liban. Beaucoup sont partis à cause des conflits qui ont déchiré le Liban. Ils se sont réinstallés au Danemark et plus de la moitié d’entre eux, soit 90 familles qui représentent 417 individus, se sont établis dans la même ville, à Århus, dans la province du Jutland. Le même type de concentration se retrouve pour d’autres communautés villageoises palestiniennes dans l’exil. Ainsi, on retrouve un grand nombre de Palestiniens originaires du village d’Al Khalsa, dans la province de Safed, qui résident actuellement essentiellement à Berlin. Si ces regroupements n’ont pas de caractère systématique, ils sont l’expression du fonctionnement à base villageoise des réseaux migratoires et soulignent l’action primordiale des primo-migrants dans l’émergence des réseaux migratoires.

LA MONDIALISATION FORCÉE DES PARCOURS MIGRATOIRES DES PALESTINIENS DU LIBAN

60L’émigration clandestine s’est développée avec la dégradation de la situation des Palestiniens du Liban. Puisque les pays du Golfe ont fermé leurs frontières aux Palestiniens, les migrations se reportent sur l’Europe. Dans le même temps, les pays de l’Union européenne durcissent leurs politiques d’asile. Des filières clandestines voient alors le jour pour contourner les nouvelles barrières légales. Les filières migratoires qui se sont constituées dans les années 1970, et surtout 1980, sont alors réactivées. On assiste cependant à une complexification des parcours migratoires, liée au caractère clandestin de cette émigration. Les destinations, elles aussi, se diversifient au gré des politiques d’accueil plus ou moins restrictives mises en place par les pays européens. Le Royaume-Uni ou la Belgique sont des espaces attractifs vers lesquels se dirigent les Palestiniens. La diversification des destinations est due à un changement du type de migration : il ne s’agit plus de fuir dans la précipitation les combats au Liban, mais d’organiser son départ avec l’aide de passeurs, qui choisissent les pays d’accueil en fonction de la possibilité qu’ils ont de faire arriver les migrants à destination.

La fermeture des frontières européennes dans les années 1990

61À la fin des années 1980, le nombre de demandeurs d’asile qui se présentent en Europe est en nette augmentation – entre 1985 et 1993, le nombre de demandes a été multiplié par quatre. L’Allemagne et la Suède ont été particulièrement sollicitées, puisque le nombre de demandeurs d’asile a été multiplié par six durant cette même période. On atteint le chiffre global de 672 380 demandes d’asile en Europe en 1992, avec 438 191 pour l’Allemagne et 84 018 pour la Suède. Le pic du début des années 1990 est lié à l’arrivée massive de réfugiés de l’ex-Yougoslavie. Le Danemark n’a pas connu cette même évolution puisque ce pays à mis en place une politique d’asile restrictive dès 1986, ce qui se traduit par une baisse du nombre de demandeurs d’asile entre 1985 et 1991. Dès 1993, le nombre de demandes d’asile décroît fortement par suite de l’harmonisation des politiques migratoires en Europe, qui se solde par la fermeture de plus en plus prononcée des frontières.

62Trois mesures principales sont mises en place qui, conjuguées, rendent l’accès au territoire européen plus difficile pour les demandeurs d’asile : le développement du refoulement des demandeurs d’asile aux frontières, l’application de sanctions aux compagnies de transport qui embarquent des passagers en situation irrégulière et la mise en place de visas pour les principaux pays d’origine des réfugiés. Ces mesures ont des conséquences directes sur l’allongement des parcours migratoires des demandeurs d’asile, dont les Palestiniens font partie. Dans le même temps, les États européens ont instauré des visas pour les ressortissants des principaux pays dont sont issus les réfugiés. Cette mesure, couplée avec la précédente, limite de fait l’accès des demandeurs d’asile non titulaires de visa à l’espace européen.

63À ces mesures, et toujours pour limiter le nombre de demandeurs d’asile à ses frontières extérieures, l’Union européenne a développé la notion de « pays de premier accueil » ou de « tiers pays sûr », dont les implications sont importantes pour comprendre la complexification des parcours des réfugiés palestiniens qui veulent s’installer en Europe.

64Malgré les tentatives d’harmonisation à l’échelle européenne, la définition des politiques migratoires, comme le traitement des demandes d’asile, est toujours du ressort des États. Il subsiste donc d’importantes différences de traitement qui résultent de la diversité des législations nationales. Chaque État peut avoir tendance à durcir sa politique dans l’espoir de voir les flux de demandeurs d’asile se diriger vers d’autres pays, en contradiction avec les principes de la législation internationale en matière d’asile. Les contraintes exercées par cette nouvelle législation ont entraîné une mondialisation forcée des migrations palestiniennes. On assiste à un allongement des parcours migratoires des réfugiés palestiniens, ainsi qu’à la multiplication des espaces de transit, de plus en plus éloignés des espaces de départ et d’arrivée.

L’organisation des filières migratoires clandestines

65La multiplication des étapes migratoires pour arriver à destination est la conséquence de la fermeture de plus en plus rigoureuse de l’espace européen aux nouveaux arrivants ainsi qu’aux réfugiés. Mais c’est aussi un commerce très lucratif pour les passeurs.

66Les Palestiniens n’ont pas de passeports, mais disposent de documents de voyage qui leur sont fournis par l’État libanais. La majeure partie des pays européens ne donnent pas de visa aux Palestiniens et ne leur permettent plus d’obtenir l’asile politique ou le statut de réfugié humanitaire. De grands pays d’accueil, comme l’Allemagne, le Danemark ou la Suède, précédemment étudiés, ont durci leur politique d’accueil envers les Palestiniens. Les réfugiés qui veulent émigrer doivent élaborer des stratégies migratoires qui leur permettent de quitter le territoire libanais et d’atteindre les pays européens de leur choix en contournant les contraintes légales.

67La méthode la plus employée est l’achat d’un billet d’avion pour une destination du tiers-monde, pour lequel les Palestiniens obtiennent un visa de tourisme. Il faut choisir un avion qui fasse escale dans un pays européen. Lors de l’escale, les Palestiniens demandent l’asile politique. L’organisation de ces filières est entre les mains de passeurs au Liban, qui organisent le voyage et achètent les visas nécessaires – le plus souvent, il s’agit de faux visas. Nous avons rencontré un passeur qui nous a décrit son mode de travail :

« Tout d’abord quelqu’un vient te voir pour voyager. Il te donne son passeport et 1 500 dollars. Le passeur te donne un visa et un billet d’avion pour que tu partes. Si tu ne pars pas, il garde les 1 500 dollars pour le travail qu’il a fourni, le visa et le billet. Il faut avoir des relations avec beaucoup de monde, tout d’abord avec les gens à la douane ici. Il faut aussi connaître des gens importants à Beyrouth qui te permettent d’avoir des visas. Une fois que tu as eu le visa et le billet, celui qui veut partir doit payer en plus. Le prix dépend du passeur. On travaille avec des passeurs plus importants, c’est eux qui ont des relations avec les gens dans les ambassades et à l’étranger. Nous sommes aussi en contact avec des gens à l’extérieur du Liban. Maintenant on arrive à avoir des visas pour les pays d’Afrique et des pays comme l’Uruguay ou l’Argentine. Pour l’Allemagne, cela coûte 4 500 dollars pour un Palestinien, 4 000 dollars pour un Libanais, c’est toujours plus cher pour un Palestinien. Ici un passeur gagne au moins 500 dollars par individu qui part. »

68L’organisation de ces voyages est très lucrative pour les passeurs. Ces filières clandestines sont régulièrement démantelées par les autorités libanaises.

La multiplication des étapes migratoires

69La complexification des parcours migratoires est liée au caractère clandestin de l’entrée dans l’espace européen (voir carte 14, p. 199). Elle nécessite des relais dans les pays de transit. Mais les échecs sont nombreux, et les candidats à l’entrée en Europe sont le plus souvent contraints de faire plusieurs tentatives, sans que tous atteignent leurs objectifs.

Des espaces de transit de plus en plus éloignés

70Le passeur que nous avons rencontré poursuit son explication et nous décrit la grande complexité des parcours migratoires qu’il faut mettre en place :

« Pour l’Angleterre, il faut avoir deux billets d’avion. D’abord tu pars en Thaïlande, puis de là-bas tu reviens vers Beyrouth avec une escale à Londres. Si ça marche, c’est bon, sinon tu reviens ici. On ne peut pas faire plus. »

71Les parcours migratoires des Palestiniens du Liban touchent des espaces de plus en plus vastes, qui recouvrent pour partie l’extension de la diaspora libanaise, qui peut servir dans certains cas de relais dans les pays de transit. Nous avons pu faire ces observations lors d’entretiens au Sud-Liban avec des personnes qui ont tenté l’émigration et avec d’autres informateurs, comme des passeurs. Les principaux espaces de transit sont des pays d’Afrique de l’Ouest, d’Amérique latine ou d’Asie. Des billets de retour vers Beyrouth via un pays européen sont pris à partir des capitales de ces pays.

72Plusieurs méthodes sont employées pour tenter de franchir les frontières européennes. L’obtention de visas de tourisme étant de plus en plus difficile, c’est le transit par un aéroport en Europe de l’Ouest qui est le plus employé. Ceux qui disposent de plus de moyens et de plus de temps essayent d’obtenir de faux passeports européens pour pénétrer dans cet espace. Dans cette perspective, le rôle des pays de transit est de plus en plus important. Les pays de l’Union européenne passent de plus en plus

Carte 14. Quelques exemples de diversification des parcours migratoires des Palestiniens du Liban : principaux pays de transit et d’accueil d’accords avec des pays tiers pour qu’ils ne laissent plus embarquer des passagers dépourvus de visas vers l’Europe.

De nombreux échecs

73Il existe différents parcours migratoires, plus ou moins longs, qui permettent d’entrer en Europe de l’Ouest. Abou Zohra a essayé à deux reprises de se rendre en Allemagne en passant pas l’Europe de l’Est et par la Grèce. Ses tentatives se sont soldées par deux échecs :

« En 1991, j’ai été voir un passeur et je lui ai donné 2 800 dollars. J’ai amassé cet argent en travaillant à Beyrouth pendant plusieurs années. Je devais aller en Allemagne en passant par Prague où j’ai été arrêté. Ils m’ont renvoyé vers Beyrouth. En 1995, alors que ma situation s’était encore dégradée ici, je suis repassé par le même passeur, il ne m’a pris que le prix du billet d’avion. Il m’avait amené, selon lui, un visa tout a fait légal pour arriver en Allemagne. Je suis parti, et l’avion a fait escale trois heures en Grèce. Là, ils ont vérifié le visa et se sont rendu compte qu’il était faux. Le lendemain, j’ai été expulsé vers Beyrouth. En arrivant ici ils m’ont mis en prison un mois, parce que j’avais un faux visa, je ne le savais pas…. J’ai aussi payé un million de livres libanaises d’amende. »

74D’autres ont des parcours migratoires beaucoup plus longs et beaucoup plus coûteux. Le voyage dans sa totalité peu prendre de plusieurs semaines à plusieurs mois. Ali, un jeune réfugié palestinien, a tenté de rejoindre son frère à Londres en 1998. Il a donné 5 500 dollars à un passeur. Après un long parcours qui l’a mené dans le Golfe puis en Asie du Sud-Est, il n’a pu embarquer pour l’Europe :

« Mon frère travaille à Londres. Il est parti en 1995. Il n’a pas obtenu l’asile politique, mais seulement un permis de séjour renouvelable tous les six mois. En 1998, j’ai essayé de le rejoindre. J’ai contacté un passeur libanais qui m’a fait partir vers Bahreïn, puis vers les Émirats arabes unis et ensuite vers la Thaïlande. De là, je suis passé à Singapour. J’avais un billet pour Beyrouth via Londres. Je devais m’arrêter à Londres et y demander l’asile. Cela n’a pas marché, ils ont refusé de m’embarquer à Singapour. Je suis donc revenu ici. »

75Nous avons pu rencontrer un membre de sa famille en septembre 2000, qui nous a informé que ce dernier avait finalement réussi à entrer au Royaume-Uni. Il est passé par le Togo où il est resté près de six mois avant d’obtenir un passeport portugais falsifié qui lui a permis d’arriver à Londres et de demander l’asile politique. Khalil, un jeune Palestinien du camp d’Al Buss, raconte son histoire, qui s’est soldée à chaque tentative par un échec. Ses parcours sont composés de multiples étapes. Il est passé une fois par l’Afrique de l’Ouest et une autre fois par l’Algérie et Cuba.

« Il n’y avait pas de travail. On entendait parler des gens qui étaient partis, que la situation était meilleure à l’étranger quand on est Palestinien. Et puis il y a la question de la nationalité... Les nationalités européennes simplifient beaucoup la vie. Nous avons été voir un passeur, nous lui avons payé 4 000 dollars, il voulait 5 000 dollars... On lui en a donné 2 000 tout de suite et on payerait le reste en arrivant. Nous étions sept amis en tout. Nous devions aller à Londres. »

76Pour atteindre leur but, ils doivent d’abord se rendre dans un premier pays à partir duquel ils pourront prendre un billet d’avion pour Beyrouth via un pays européen, où ils comptent déposer une demande d’asile pendant le transit.

« Nous sommes partis pour Conakry. Nous sommes restés là quelque temps et nous avons arrangé les billets et les visas pour passer en transit par Londres. Nous avons eu un billet pour Beyrouth via Bruxelles et Londres, grâce à un passeur libanais installé là-bas. Nous sommes partis d’Afrique pour l’Europe. Arrivés à Bruxelles nous avons demandé l’asile. On est resté 21 jours en Belgique. »

77Certains demandeurs d’asile, comme ce jeune Palestinien, sont prêts à se mutiler pour obtenir l’asile dans un pays européen, même si ces tentatives sont vaines.

« Après deux refus, je me suis blessé les bras avec un couteau, il y avait du sang partout... Mon cousin aussi a fait pareil. Nous voulions coûte que coûte entrer dans le pays. Ils nous emmené dans un hôpital. Ça n’a pas fonctionné. Nous sommes revenus au Liban. »

78Malgré ces échecs, ce jeune Palestinien compte toujours essayer de partir pour l’Europe avec ses amis. On assiste à une multiplication des étapes migratoires et à l’allongement de la durée de résidence dans les espaces de transit, de façon à rendre plus difficile la reconstitution de la filière par les autorités des pays de destination.

***

79Le départ de l’OLP du Liban en 1982 a livré les Palestiniens à eux-mêmes. Les habitants des camps et des groupements, acteurs malgré eux de la guerre civile, se retrouvent isolés sur la scène libanaise alors que les tensions entre les milices s’exacerbent et que les interventions extérieures de pays comme la Syrie et Israël ne font qu’accroître les sources de conflit. Un consensus national, mais aussi régional, se dessine contre la présence palestinienne au Liban. Les Palestiniens, qui ont cristallisé à certains moments les enjeux de la guerre civile libanaise, n’ont plus leur place ni sur l’échiquier politique ni dans la société libanaise. L’OLP et, par voie de conséquence, les réfugiés viennent perturber les projets politiques de la Syrie, qui veut étendre sa mainmise sur le Liban, et d’Israël, qui préfère négocier avec un partenaire affaibli et qui voit d’un bon œil l’éloignement des réfugiés palestiniens de ses frontières. Jusqu’au milieu des années 1980, l’Europe ouvre ses portes aux réfugiés palestiniens et des communautés se forment en Allemagne, en Suède et au Danemark. Par la suite, l’Union européenne ferme ses frontières externes et met en place des politiques d’asile qui visent à limiter l’arrivée de demandeurs sur son territoire. Les réfugiés palestiniens subissent les conséquences de cette nouvelle politique migratoire. Si l’invasion israélienne de 1982 et la Guerre des camps, de 1985 à 1987, ont marqué le début de l’émigration palestinienne, de nombreux départs, et plus particulièrement chez les jeunes réfugiés, ont commencé après 1993, dans un contexte défavorable, tant dans leur espace de départ que dans celui de destination. Quelles sont alors les stratégies migratoires adoptées pour contourner ces difficultés ? Et dans quel cadre géopolitique régional s’inscrit cette émigration ?

Notes

1 A. Bourgey, « Importance des migrations internationales de travail dans l’Orient arabe », in A. Bourgey et P.-Y. Pechoux (dir.), Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth, Cermoc, 1985.

2 P. Gorokhoff, « Les Palestiniens au Koweït », in A. Bourgey et P.-Y. Pechoux (dir.), Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth, Cermoc, 1985, p. 37-85.

3 L. Radi, « Les Palestiniens du Koweït en Jordanie », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 144, 1994, p. 55.

4 B. Khader, « Les migrations vers le Golfe », Relations internationales, n° 66, 1991, p. 183-198 ; A. Bourgey et P.-Y. Pechoux (dir.), op. cit., 1985.

5 F. Nasrallah, « Lebanese Perceptions of the Palestinians in Lebanon : Case Studies », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, 1997, p. 356.

6 M. Lavergne, « Golfe arabo-persique : un système migratoire de plus en plus tourné vers l’Asie », Revue européenne des migrations internationales, vol. 19, n° 3, p. 229-241.

7 G. Simon, op. cit., 1995, p. 369.

8 S. Shami, « Mobility, Modernity and Misery : Population Displacement and Resettlement in the Middle East », in S. Shami (dir.), Population Displacement and Resettlement. Development and Conflict in the Middle East, New York, Center for Migration Studies, 1994.

9 L. Radi, art. cit., 1994, p. 57-58.

10 L. Radi, art. cit., 1994 ; N. Van hear, « The Impact of Involuntary Mass Return to Jordan in the Wake of the Gulf Crisis », International Migration Review, n° 110, 1995, p. 352-374.

11 Y. Besson, art. cit., 1997, p. 337.

12 F. Nasrallah, art. cit., 1997, p. 355-357 ; A. Shiblak, « A Time of Hardship and Agony : Palestinian Refugees in Libya », Palestine – Israel Journal of Politics, Economics and Culture, vol. 2, n° 4, 1995, p. 41-45 ; W. Said, art. cit., 2001, p. 136-137.

13 A. Böcker et T. Havinga, Asylum Migration to the European Union : Patterns of Origin and Destination, Luxembourg, Office for Official Publications of the European Communities, 1998.

14 J.-P. Hocké, « Beyond Humanitarism. The Need for Political Will to Resolve Today’s Refugee Problem », in G. Loescher et L. Monahan (dir.), Refugees in International Relations, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 37-48.

15 G. Loescher, « Introduction : Refugee Issues in International Relations », in G. Loescher et L. Monahan (dir.), op. cit., 1990, p. 16.

16 J. Cels, « Responses of European States to de facto Refugees », in G. Loescher et L. Monahan (dir.), op. cit., 1990, p. 187-215.

17 Ibid., p. 193.

18 L’Office des migrations suédois en dénombre 13 000, auxquels il faut ajouter les Palestiniens pourvus d’une autre nationalité ainsi que leur descendance qui, étant de nationalité suédoise, n’est pas comptabilisée par l’administration de l’immigration.

19 Ce texte élargit la possibilité d’octroi du statut de réfugié limitée en termes géographiques et temporels par la convention de Genève.

20 Nous reproduisons ici la politique d’immigration suédoise telle qu’elle est définie par l’Office national de l’immigration, le Migrationsverket (<http://www.migrationsverket.se>).

21 F. Liebaut, Legal and Social Conditions for Asylum Seekers and Refugees in Western and European Countries, Copenhague, Danish Refugee Council, Bruxelles, European Commission, 2000, p. 42-287.

22 B. Mac Guire, « Lebanese Asylum Applicants in Denmark 1985-1988 : Political Refugees or War Emigrants », in A. Hourani et N. Shehadi (dir.), The Lebanese in the World : A Century of Emigration, Londres, The Centre for Lebanese Studies, I.B. Tauris & Co Ltd Publishers, 1992, p. 661-662.

23 Ibid., p. 666.

24 Cité par F. Moderne, Le Droit constitutionnel d’asile dans les États de l’Union européenne, Paris, Economica, Marseille, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1997, p. 34.

25 Ibid. ; A. Schnabel et F. Van Geest, « Pour une approche globale », Esprit, n° 209, 1995, p. 123-133.

26 G. Loescher et L. Monahan (dir.), op. cit., 1990, p. 13.

27 D. Abdulrahim, art. cit., 1993, p. 58-77.

28 F. Moderne, op. cit., 1997, p. 37-41.

29 Ces chiffres sont fournis par Eurostat, données de la base NewCronos, thème « demande d’asile », 2001.

30 S. Assar, « The Palestinian Refugees. Analysis and Comparison of Two Recipient Countries’ Behaviour : Sweden and Jordan – 1948-1991 », Högskolan i Vaxjö (Suède), Institute of Social Sciences, 1995, non publié.

31 Pour les réfugiés et apatrides, il faut avoir résidé entre trois et cinq ans en Suède (cette durée, qui a été modifée au cours de ces dernières années, est de quatre ans aujourd’hui), être âgé de plus de 18 ans, avoir un casier judiciaire vierge en Suède, pouvoir prouver son identité et disposer d’un permis de résidence suédois (<http://www.migrationsverket.se>).

32 S. Assar, op. cit., 1995.

33 L’augmentation récente du nombre de demandes d’asile de Palestiniens en Suède est essentiellement liée à la reprise du conflit dans les territoires palestiniens et elles émanent de Palestiniens qui résident en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

34 B. Mac Guire, art. cit., 1992.

35 A. Böcker et T. Havinga, op. cit., 1998, p. 42.

36 M. Issa, Palestinians from Lubya in Denmark. Dreams and Realities, Copenhague, Working Paper Published by the Documentation Centre, Danish Refugee Council, 1995.

37 B. Mac Guire, art. cit., 1992.

38 A. Böcker et T. Havinga, op. cit., 1998, p. 42.

39 J. M. Herrera Alonso (coord.), « Situación en España de los inmigrantes procedentes de países de mayoría islámica », La Accíon social, Cuadernos de formacíon, n° 5, Madrid, Caritas España, 1988, p. 44-51.

40 M. Issa, op. cit., 1995.

Table des illustrations

Légende Carte 13.La diaspora Palestinienne dans le monde les années 1990(Excepté Palestine/Israël, Jordanie, Liban, et Syrie)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Tableau 15. Population Palestinienne dans les pays du Golfe en 1981
Légende Source : Palestinian Central Bureau of Statistics, 1982.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Note : La courbe reproduite ici représente les apatrides. La Suède n’enregistre pas les Palestiniens, mais indique que cette catégorie concerne dans sa majorité des Palestiniens. Pour les Libanais, les chiffres des années 1981, 1982 et 1983 ne sont pas disponibles.Source : Migrations verket, 2005.Figure 2. Les arrivées de réfugiés Palestiniens et Libanais en Suède (1981-2003)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Note : La courbe reproduite ici représente les apatrides. Eurostat indique que les apatrides sont palestiniens. Le Danish Immigration Service présente une catégorie « apatrides Palestiniens » (stateless Palestinians).Sources : [de 1985 à 1990] Eurostat, 1994 ; [de 1991 à 2000] Danish Immigration Service, 2000 ; [de 2001 à 2002] Danish Refugee Council, 2005.Figure 3. Les arrivées de réfugiés Palestiniens et Libanais au Danemark (1986-2002)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Carte 14. Quelques exemples de diversification des parcours migratoires des Palestiniens du Liban : principaux pays de transit et d’accueil d’accords avec des pays tiers pour qu’ils ne laissent plus embarquer des passagers dépourvus de visas vers l’Europe.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2433/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 429k

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search