Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés palestiniens du Liban

 | 
Mohamed Kamel Doraï

Seconde partie. De la déstabilisation des réfugiés palestiniens au Liban à la structuration d’un espace transnational

Chapitre IV. Les déplacements forcés des Palestiniens au Liban. Recompositions géopolitiques et spatiales

Texte intégral

  • 1 Cf. S. Husseini, Redistribution de la population du Liban pendant la guerre civile (1975-1988), th (...)

1La population palestinienne au Liban a subi de très importants déplacements internes, tant par leur fréquence que par le nombre de réfugiés impliqués. Les logiques qui sous-tendent ces déplacements internes sont intimement liées à la recomposition de la scène géopolitique libanaise et moyen-orientale. La guerre civile libanaise et ses conséquences actuelles ont entraîné dans leur sillage d’importants déplacements de population et touchés toutes les communautés qui composent le Liban, dont les Palestiniens1. Le rôle particulier qu’a joué l’OLP au Liban, en se présentant tantôt comme un acteur sur la scène politique régionale, tantôt comme un acteur politique local, multipliant ainsi les alliances, mais aussi les adversaires, a pu servir de catalyseur au conflit, les populations civiles palestiniennes étant alors prises pour cible. Tout au long de cette période, le statut des réfugiés palestiniens dans leur société d’accueil a été fragilisé.

2Après leur arrivée en 1948, les réfugiés palestiniens, dispersés au Sud-Liban et le long du littoral méditerranéen, se sont regroupés par famille et par village d’origine. Des réseaux de solidarité locaux se sont constitués dans l’exil et leur base s’est élargie pour s’étendre à l’échelle des camps et des groupements. Dans les années 1970, l’arrivée de l’OLP au Liban a permis aux institutions diasporiques de se développer. Malgré la dégradation de la situation politique au Liban dans les années qui ont précédé le début de la guerre civile, l’OLP s’est renforcée pour devenir l’un des principaux acteurs politiques et militaires au Liban, avec son allié le Mouvement national libanais. Le développement des structures de la résistance palestinienne ainsi que l’action diplomatique déployée par Yasser Arafat donnent une stature régionale à l’OLP qui s’affirme dans les années 1970 en tant que représentant légitime du peuple palestinien. Le rôle que joue l’OLP à l’échelle du Liban et sur la scène moyen-orientale vient se heurter aux stratégies de différents acteurs étatiques de la région, tels qu’Israël ou la Syrie, ainsi qu’à des acteurs de moindre envergure, mais dont le rôle est déterminant à l’échelle locale, comme les milices libanaises chrétiennes conservatrices ou la milice chiite libanaise Amal.

3Dans ce contexte de conflit, la présence des réfugiés palestiniens représente un enjeu géopolitique, tant à l’échelle libanaise que régionale. La population palestinienne devient un élément de pression sur l’OLP qui tire une partie de sa légitimité de la protection qu’elle assure aux réfugiés. Les attaques sur les camps visent donc à réduire l’influence de la centrale palestinienne. Les réfugiés se trouvent alors pris dans un jeu politique qui oppose l’OLP à ses nombreux adversaires. Chaque épisode du conflit libanais dans lequel l’OLP est partie prenante se traduit par des déplacements internes pour les réfugiés. Deux d’entre eux ont profondément affaibli l’OLP et ont entraîné d’importants flux de déplacés : l’invasion israélienne de 1982 et la Guerre des camps qui a débuté en 1985 et s’est achevée en 1987.

4La compréhension des déplacements de Palestiniens nécessite que soient analysées dans un premier temps les ruptures qui correspondent aux phases de reconfiguration du rôle des acteurs géopolitiques au Liban et au Moyen-Orient, des années 1970 jusqu’à aujourd’hui. Après avoir soulevé les limites d’une approche statistique dans l’analyse de ces déplacements, deux d’entre eux – ceux liés à l’invasion israélienne de 1982 et à la Guerre des camps –, les plus déterminants, sont étudiés. Enfin, une typologie des espaces migratoires internes des réfugiés palestiniens est présentée.

LA GUERRE CIVILE LIBANAISE ET SES CONSÉQUENCES : LE DÉCLIN DE L’OLP ET LA REMISE EN CAUSE DE LA PRÉSENCE PALESTINIENNE

  • 2 A. Shiblak, « Palestinian in Lebanon and the PLO », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, 199 (...)
  • 3 Le présent travail n’a pas pour objet de traiter de la controverse qui a trait à la responsabilité (...)

5La dégradation des relations entre l’OLP et certaines composantes de la société libanaise tout au long de la guerre civile, puis l’expulsion de l’OLP après l’invasion israélienne de 1982, ont entraîné une remise en cause profonde des relations entre Palestiniens et Libanais, au détriment des premiers. Selon Abbas Shiblak2, l’OLP a rempli au Liban deux fonctions qui se sont avérées à certains moments antagonistes : conforter sa position de seul représentant légitime du peuple palestinien où qu’il se trouve, et défendre la population palestinienne du Liban3.

La guerre civile libanaise : un conflit à dimension régionale

6Trois acteurs à dimension régionale s’affrontent directement, ou par le biais de milices locales, sur la scène libanaise, alors que l’État libanais est en réelle perte d’influence. Il s’agit de l’OLP, de la Syrie et d’Israël. On assiste durant la guerre civile libanaise à une redéfinition de la place de chacun de ces acteurs, au détriment de l’OLP. Israël a atteint un de ses objectifs en 1982 avec le départ de l’OLP du Liban. Il s’agit là de la première rupture de taille pour la population palestinienne du Liban. La présence de l’OLP, et de ses nombreuses institutions, avait permis aux réfugiés de contourner les contraintes juridiques imposées par l’État libanais et de développer avec une assez grande liberté ses activités politiques, militaires, mais aussi sociales et éducatives. Le départ de l’OLP, qui encadrait les réfugiés en leur donnant du travail, des aides sociales, mais aussi des perspectives d’avenir, laisse la population palestinienne sans défense dans un conflit où elle est prise pour cible.

L’OLP : acteur interne ou externe au conflit ?

  • 4 S. Kassir, « L’État libanais au miroir de la guerre civile », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 104 (...)
  • 5 Ibid., p. 9

7Pour reprendre les propos de Samir Kassir4, la guerre civile qui se déroule au Liban est l’expression de trois antagonismes principaux, qui donnent naissance à trois types de clivages qui vont varier au long du conflit : entre musulmans et chrétiens, entre la gauche et la droite, et entre Palestiniens et Libanais, surtout chrétiens. La présence palestinienne est en fait un catalyseur dans le conflit intra-libanais qui accentue les dissensions au sein du système politique libanais. L’OLP cristallise aussi bien la montée en puissance des sunnites qu’un soutien aux forces de gauche libanaises, de même qu’elle représente l’arabisme et le nassérisme sur la scène libanaise. Pour Samir Kassir, « dans son extranéité même, le paramètre palestinien est un indicateur des enjeux libanais locaux, dans la mesure où la résistance palestinienne s’intègre dans un système d’alliances avec des fractions libanaises dont elle se sert et qui se servent d’elle5 ».

8Le conflit libanais revêt aussi une dimension régionale. En septembre 1975, l’Égypte signe le traité de Sinaï II qui marque le désengagement israélo-égyptien. Les relations entre l’OLP et Le Caire se dégradent. Un certain nombre de pays arabes comme l’Égypte, l’Arabie Saoudite ou la Jordanie apportent leur aide aux conservateurs libanais pour barrer la route aux radicaux palestiniens et libanais. D’autres pays comme l’Irak ou la Libye soutiennent ces derniers. Israël ne reste pas non plus en marge du conflit. Entre janvier et août 1975, ce pays viole le territoire libanais en moyenne dix-sept fois par jour et aide les partis conservateurs qui s’opposent aux Palestiniens.

9Face à cette situation, la réponse de l’OLP est difficile : comment poursuivre son action de guerre populaire contre Israël sans faire monter la tension militaire et sans donner des arguments à ses ennemis internes et externes ? Comment poursuivre ses relations privilégiées avec son allié libanais, le Mouvement national libanais (MNL), sans s’impliquer dans la guerre civile libanaise ? La centrale palestinienne est confrontée à un difficile choix stratégique : doit-elle défendre les Palestiniens du Liban, quitte à s’impliquer dans le conflit libanais, ou doit-elle poursuivre son objectif stratégique qui est la libération de la Palestine ? La réponse du Fatah, dans son rôle d’institution diasporique médiatrice, est de poursuivre ses actions tout en maintenant ses relations avec ses alliés internes et externes et en continuant le dialogue avec les autres parties. En mai 1975, des comités libano-palestiniens sont mis en place entre le gouvernement libanais et l’OLP pour tenter de résoudre les questions épineuses.

10Dans le même temps, l’OLP déploie des armements lourds ainsi que des combattants dans les camps pour se défendre d’éventuelles attaques des milices conservatrices. Les premiers exodes palestiniens internes sont liés à des attaques de milices libanaises ou de l’armée israélienne contre certains camps de réfugiés de la région de Beyrouth ou dans le sud du pays, au début de la guerre civile libanaise. Les camps de Dekwaneh, Jisr al Bacha et le groupement de Tell Zaatar, dans les environs de Beyrouth, ont été détruits en 1976. Les habitants du camp de Dbayeh ont fui en plusieurs étapes pendant la période 1975-1976. À cela il faut ajouter la destruction du camp de Nabatiyeh en décembre 1975 par les Israéliens.

  • 6 V. Cloarec et H. Laurens, Le Moyen-Orient au xxe siècle, Paris, Armand Colin, 2000, p. 167-178.

11Après l’assassinat en 1977 de Kamal Joumblatt, le leader de la communauté druze, le camp musulman est désorganisé et le MNL en sort affaibli. L’OLP apparaît dès lors comme le seul acteur à dominante musulmane dont les infrastructures sont assez développées pour rivaliser avec celles des milices chrétiennes. L’accroissement du pouvoir de la centrale palestinienne inquiète les Israéliens et les Syriens6.

L’interventionnisme syrien

  • 7 É. Picard, « La politique de la Syrie au Liban », Maghreb-Machrek, n° 116, 1987, p. 22.

12La Syrie a toujours mené une politique active au Liban qui comporte trois constantes selon Élizabeth Picard : 1) la Syrie développe l’idée de l’unité arabe depuis 1963, son intervention au Liban se fait donc dans un pays frère ; 2) le rêve de la région syrienne (Bilad al Cham) est toujours présent, il englobe la Syrie, le Liban, la Jordanie, la Palestine et l’Irak ; 3) le Liban représente un enjeu stratégique pour la politique extérieure syrienne et dans la confrontation avec Israël. L’auteur poursuit : « La volonté syrienne de contrôler le Liban reste associée à l’ambition de contrôler l’OLP, toujours dans la perspective d’une confrontation, diplomatique ou militaire, avec Israël7. »

  • 8 B. Kodmani-Darwish, « La question des réfugiés palestiniens et l’émergence d’une diaspora », Confl (...)
  • 9 D. Le Gac, La Syrie du général Assad, Bruxelles, Complexe, 1991, p. 145-178.

13Les forces chrétiennes conservatrices qui s’emparent des camps palestiniens de Beyrouth-Est en 1975-1976 sont soutenues par la Syrie. Ce soutien peut paraître étonnant, alors que ces mêmes milices ont déjà l’appui des Israéliens. Mais la logique du pouvoir syrien est de barrer la route aux palestino-progressistes, dont le poids sur l’échiquier politique libanais est de plus en plus prononcé. Comme le note Bassma Kodmani-Darwish8, « de 1970 jusqu’à la fin de l’épisode douloureux de ce qu’il est convenu d’appeler “la Guerre des camps” au Liban en 1987, la Syrie aura combattu, par tous les moyens, l’existence d’une direction palestinienne politique et militaire indépendante ». Effectivement, Hafez el Assad veut alors éviter une invasion israélienne, qui aurait lieu si le MNL, allié aux Palestiniens, prenait le pouvoir au Liban. Son armée ne pourrait alors pas faire face à un ennemi plus puissant et mieux armé. En octobre 1976, une « force de dissuasion arabe », composée de 30 000 hommes, s’installe au Liban. Elle est formée en majorité de soldats syriens9.

  • 10 On retrouve ici la Saïqa et des dissidents du Fatah, du FPLP, du FDLP et du Parti communiste réuni (...)

14Les Syriens au Liban s’attacheront à réduire le plus possible l’influence des Palestiniens qu’ils ne contrôlent pas. Entre 1983 et 1985, les troupes syriennes, avec les milices palestiniennes qui les ont ralliées10, s’attaqueront aux forces palestiniennes regroupées à Tripoli demeurées loyales à Yasser Arafat. Par la suite, les Syriens soutiennent la milice chiite Amal, qui va achever de réduire l’influence de l’OLP dans les zones où elle est implantée, Beyrouth-Ouest et Tyr, pendant la Guerre des camps.

Israël, un acteur politique extérieur déterminant

15Pendant la guerre civile libanaise de 1975-1976, Israël a étendu son influence au Sud-Liban par le biais de l’armée du Sud-Liban. Dans le même temps, l’OLP a redéployé ses troupes vers le sud pour échapper à l’influence syrienne présente sur tout le reste du territoire. Des combats éclatent entre les milices de droite et les forces palestino-progressistes dans le Sud. Les invasions israéliennes de 1978 et 1982 poursuivent toutes deux le même objectif : réduire le plus possible le poids et l’influence de l’OLP. Ce n’est pas tant la puissance militaire des Palestiniens qui inquiète Israël, mais plutôt la structure politique palestinienne qui connaît un développement institutionnel de plus en plus achevé, ce qui lui permet de s’affirmer auprès des réfugiés palestiniens, mais aussi comme un interlocuteur important et incontournable sur la scène politique régionale et internationale. Parallèlement, Israël espère qu’en réduisant fortement le poids de l’OLP au Liban, bon nombre de réfugiés quitteront alors cet État pour s’éloigner toujours plus de la Palestine. En 1978, Israël envahit une première fois le Sud-Liban, entraînant dans son sillage le déplacement de plusieurs milliers de réfugiés qui résident dans la région de Tyr. L’OLP en sort affaiblie et une partie de l’opinion libanaise critique les attaques palestiniennes sur Israël à partir du territoire libanais, mais ni son rôle auprès de la population palestinienne, ni sa puissance ne sont remis en cause.

L’isolement croissant de l’OLP au Liban et sur la scène moyen-orientale

  • 11 É. Picard et al., « L’invasion du Liban par les forces israéliennes », Monde arabe. Maghreb-Machre (...)

16L’invasion israélienne du Liban en 1982 est entamée alors que le monde arabe est déchiré. Après les accords de Camp David (1978), l’Égypte est coupée du reste des pays arabes. La Syrie et l’Irak ont rompu toute relation alors que ce dernier pays est engagé dans une guerre sans issue avec l’Iran. Le Moyen-Orient arabe est donc affaibli politiquement et militairement. En avril 1981, la situation militaire se dégrade au Liban. À cette époque, Yasser Arafat doit faire face simultanément à trois acteurs hostiles aux Palestiniens : Israël, les phalangistes et la Syrie. Les phalangistes loyaux à Bachir Jémayel attaquent les positions syriennes dans la Beqaa, ce qui déclenche en retour une attaque des forces syriennes. Israël intervient aux côtés de ses alliés libanais. Cette recrudescence des actions militaires entraîne un regain de tension au sud. Une série d’attaques israéliennes, les plus importantes depuis 1978, touchent les positions palestiniennes. Un cessez-le-feu est mis en place en juillet 1981. Il est respecté par l’OLP, ce qui lui donne une stature internationale nouvelle et contrarie Israël. La destruction de l’infrastructure de l’OLP est en effet perçue par le gouvernement de Begin comme la seule façon de faire accepter son plan d’autonomie proposé aux Palestiniens des territoires occupés. Cet objectif nécessite l’invasion du Liban jusqu’à Beyrouth, la défaite de la Syrie et la mise en place d’un allié d’Israël, Béchir Jémayel, à la tête de l’État. L’OLP, avertie de l’imminence d’une attaque israélienne de grande ampleur, cherche des soutiens auprès de ses alliés externes, sans résultat probant. Les relations entre la Syrie et les Palestiniens sont difficiles, en partie en raison du rapprochement entre l’OLP, le MNL et les Frères musulmans, principaux opposants au régime d’Hafez al Assad11.

Une marginalisation croissante des réfugiés palestiniens à la suite du départ de l’OLP en 1982

17Durant cette invasion, le nombre de morts palestiniens et libanais est estimé à 19 000 avec plus de 30 000 blessés. Les infrastructures de l’OLP sont complètement détruites. La situation est alors sans précédent pour la direction palestinienne ; elle ne dispose plus d’aucune base autonome dans un des pays frontaliers d’Israël. La direction de l’OLP est dispersée aux quatre coins du monde arabe, à l’image de ses combattants. Le sanctuaire libanais disparaît.

Tableau 9. La dispersion des fedayin Palestiniens (août 1982)

Tableau 9. La dispersion des fedayin Palestiniens (août 1982)

Source : Secrétariat général de l’ONU, cité par Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 98, p. 87.

18Après l’assassinat de Béchir Jémayel, son frère est élu président. Il réactive les lois libanaises qui réduisent considérablement la liberté des Palestiniens. Une partie des habitations palestiniennes construites sans permis sont détruites. Cette politique vise à empêcher les réfugiés de sortir des camps et donc de pouvoir subvenir à leurs besoins dans le but de les obliger à émigrer.

19La politique de ségrégation mise en place par le gouvernement libanais à l’encontre des Palestiniens est durcie : il devient de plus en plus difficile pour les réfugiés d’obtenir un permis de travail ainsi que le renouvellement de leurs titres de voyage. Près de 100 000 Palestiniens du Liban qui résident à l’étranger se voient interdire le retour au Liban. Ceux qui obtiennent un document de voyage pour sortir du Liban ne peuvent plus y revenir parce qu’il est marqué par un tampon : « non valide pour le retour ». Des déclarations semi-officielles parlent de réduire le nombre de Palestiniens au Liban de 500 000 à 50 000. Les Palestiniens parlent d’une politique d’étranglement (khanq) des camps.

L’influence croissante d’Amal et la montée de l’antagonisme avec les Palestiniens

20En 1985, l’OLP est en déroute et cherche des alliés arabes. Elle tente de se rapprocher de l’Égypte et de la Jordanie, mais sans grands résultats. Sa réimplantation au Liban semble la seule issue possible. Malgré le départ de l’OLP, la présence armée dans les camps se reconstitue petit à petit pour assurer la défense des habitants après leur retour progressif qui fait suite au retrait israélien. Au printemps 1985, les forces palestiniennes reconstituées sont suffisamment organisées pour résister aux attaques des phalanges et de l’Armée du Liban Sud sur les camps de Aïn el Heloueh et Mieh Mieh à Saïda. La renaissance armée des Palestiniens est mal perçue au sein de la communauté chiite libanaise ainsi que par la Syrie. Cet antagonisme débouche sur la Guerre des camps qui va durer deux ans, entre 1985 et 1987. La milice chiite Amal s’attaque alors aux camps de réfugiés palestiniens qui vont résister et ainsi mettre en échec une partie de la politique syrienne au Liban. Cette guerre entre chiites libanais et Palestiniens plonge ses racines dans l’émergence d’un mouvement politique chiite au Liban depuis les années 1970 et dans la permanence de la présence armée palestinienne dans des zones de fort peuplement chiite au sud du Liban, dans la Beqaa et à Beyrouth-Ouest. Les conséquences migratoires de ce conflit sont très importantes.

21La Guerre des camps est présentée par le leader d’Amal, Nabih Berri, comme le sacrifice des chiites pour la construction et l’indépendance de l’État libanais. La popularité du mouvement atteint son apogée en 1984. La milice contrôle le Sud et Beyrouth-Ouest. Après le départ des troupes de Gemayel de Beyrouth-Ouest, Amal devient le garant de la sécurité sur ce territoire. En s’attaquant aux Palestiniens, elle compte confirmer son rôle politique majeur sur la scène libanaise et s’attirer le soutien des forces anti-palestiniennes. Dans le même temps, la Syrie soutient discrètement son action en lui fournissant une aide militaire. Amal compte aussi sur le soutien des masses populaires chiites parce que la soumission des camps palestiniens pourrait aboutir à une réduction des attaques israéliennes et faciliter les relations entre Palestiniens et chiites au sud et à Beyrouth-Ouest. Il faut souligner que beaucoup de familles qui habitaient autour du camp de Shatila ou des camps situés au Sud-Liban sont des chiites qui ont fui les attaques israéliennes des années 1970. La milice Amal voit aussi d’un mauvais œil la réinstallation des Palestiniens et, encouragée par la Syrie, elle attaque les camps. La majeure partie des membres de l’OLP tirent alors les leçons de la guerre et font leur propre autocritique, en soulignant les dérives de la présence armée palestinienne et les alliances trop prononcées avec certains acteurs politiques libanais, qui ont nui en définitive à l’OLP.

DEUX RUPTURES GÉOPOLITIQUES MAJEURES : LES EXODES INTERNES LIÉS À L’INVASION ISRAÉLIENNE DE 1982 ET À LA GUERRE DES CAMPS

22Deux événements majeurs entraînent d’importants déplacements forcés de population palestinienne à l’intérieur du Liban : l’invasion israélienne de 1982 et la Guerre des camps qui se déroule entre 1985 et 1987. Ces deux conflits ne sont pas de même nature, même s’ils ont une caractéristique commune : réduire l’influence politique des organisations palestiniennes au Liban. Le premier a une implication régionale puisque Israël, qui occupe déjà une « zone de sécurité » au sud du Liban, envahit le Liban et occupe sa capitale Beyrouth. Le deuxième répond plus à des logiques internes à l’organisation du système politique libanais, bien que la Syrie, par son soutien à la milice chiite Amal, ne soit pas totalement absente de ce conflit. Ces deux conflits ont deux conséquences similaires. La première, qui conditionne la seconde, est la réduction effective de l’influence de l’OLP au Liban. Si Israël est à l’origine du départ de l’OLP du Liban, Amal a pour sa part participé à achever l’isolement de la centrale palestinienne et des camps de réfugiés. Cela a ouvert la voie aux déplacements forcés de réfugiés palestiniens, qui, privés de la protection de l’OLP, se trouvent isolés et fragilisés sur la scène libanaise.

L’invasion israélienne de 1982 : le départ de l’OLP et l’exode massif de la population

23Les exodes liés à l’invasion israélienne de juin 1982, puis ensuite à l’occupation d’une partie du Liban par l’armée israélienne, ont des effets importants : réfugiés déplacés, destructions matérielles et remise en cause à long terme de la présence ainsi que du rôle de l’OLP au Liban. L’exode de 1982 est l’un des principaux événements migratoire et géopolitique qui marque le début d’une période d’instabilité pour les Palestiniens du Liban, laquelle se poursuit jusqu’à aujourd’hui.

Des zones de départ étendues : du Sud-Liban à Beyrouth

  • 12 B. M. Schiff, Refugees unto the Third Generation: UN Aid to Palestinians, New York, Syracuse Unive (...)

24Plus de 170 000 réfugiés palestiniens sont contraints à l’exode en 1982. Les départs se déroulent en trois temps et touchent trois régions de façon importante : le Sud-Liban, la région de Beyrouth et la ville de Damour. L’exode des Palestiniens est massif. Il concerne la majeure partie de la population qui réside dans les zones envahies par Israël. L’invasion israélienne s’accompagne d’importantes destructions matérielles12. En 1983, l’UNRWA en dresse le tableau suivant : dans les régions de Beyrouth, Saïda et Tyr, 57 % des habitations des camps sont détruites et 36 % sont endommagées par les bombardements, affectant 173 500 personnes, soit 90 % des habitants des camps de cette zone ; c’est le camp de Aïn el Heloueh qui est le plus durement touché avec 80 % d’habitations détruites et les 20 % restants endommagés.

25La destruction des camps du Sud-Liban met 100 000 réfugiés sur les routes. Près de 48 000 réfugiés sont restés au Sud-Liban et se sont déplacés vers les agglomérations de Saïda et de Tyr. Les autres se sont dirigés vers la plaine de la Beqaa, le Nord-Liban et la Syrie. Les déplacés ne peuvent se rendre à Beyrouth-Ouest, où se trouvent encore une importante partie des fedayin palestiniens, parce que l’armée israélienne contrôle les routes qui y mènent. Pour les mêmes raisons, les 12 000 réfugiés qui quittent Damour ne peuvent se rendre à Beyrouth ; ils se dirigent donc vers le caza de Tripoli, la Beqaa et la Syrie.

26Contrairement à l’invasion israélienne de 1978, les Palestiniens de la région de Tyr n’ont pu se diriger vers le nord pour fuir les bombardements. Les réfugiés se trouvent encerclés par l’armée israélienne. Le récit d’Oum Jihan du camp d’Al Buss retrace le parcours de nombreux déplacés :

« Nous avons fui vers la ville de Tyr où la Croix-Rouge s’était installée. Après sept ou huit jours de bombardements, ils nous ont dit que si nous nous rendions nous pouvions partir. Quand les gens sont rentrés chez eux, ils ont retrouvé leur maison complètement détruite. La guerre s’est arrêtée et ils ont pris les hommes pour les mettre dans la prison à Al Ansar. Ils n’ont laissé que les enfants et les femmes. Ensuite, nous partions et nous revenions en fonction des attaques. Nous habitions dans des habitations en construction, dans des écoles, dans des locaux d’associations, ou sous des tentes. Nous avons fui plus de vingt fois certainement. »

27Puisqu’ils ne peuvent fuir les hostilités, les Palestiniens se mettent à l’abri dans la ville de Tyr, au milieu de la population libanaise. L’exode ne se déroule pas en une seule phase, mais se décompose en de multiples étapes de courte durée, par des va-et-vient au gré des bombardements. Par la suite, des familles se déplacent vers la Beqaa et Tripoli, dans des zones qui ne sont pas contrôlées par Israël, pour se mettre à l’abri.

Des zones d’accueil essentiellement urbaines

28Deux types d’espaces d’accueil peuvent être distingués : 1) les espaces refuges à proximité des lieux de résidence habituelle ; 2) les espaces d’accueil éloignés hors des zones occupées par Israël.

Tableau 10. Nombre de déplacés Palestiniens à la suite de l’invasion Israélienne de 1982 par zone d’accueil

Tableau 10. Nombre de déplacés Palestiniens à la suite de l’invasion Israélienne de 1982 par zone d’accueil

Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 52.

29157 100 déplacés, soit 90 % du total, ont trouvé refuge à proximité des espaces qu’ils ont quittés dans les zones envahies par Israël, soit le Sud-Liban et Beyrouth. Seuls 10 % des déplacés ont donc pu fuir les zones de combats. Il s’agit d’un exode massif, mais d’ampleur spatiale relativement faible.

30Les espaces d’accueil correspondent aux principales zones de concentration géographique de la population palestinienne. Si l’on compare cet exode aux précédents qui ont eu lieu entre 1975 et 1981, les zones d’accueil sont les mêmes si l’on exclut la ville de Damour dans le Chouf qui, d’un espace d’accueil, se transforme en une zone de départ pour l’ensemble des réfugiés palestiniens qui y étaient installés. L’UNRWA relève qu’un petit nombre de déplacés issus de la région de Tyr ont fui vers la Beqaa, le nord du Liban et la Syrie parce qu’il leur était impossible de se rendre à Beyrouth.

31Face à l’ampleur de l’exode, l’UNRWA a mis en place des centres d’accueil à Tripoli, dans la Beqaa, à Saïda, à Beyrouth et en Syrie. Ces centres donnent une aide médicale, un logement provisoire et de la nourriture. La question du logement d’un nombre aussi important de déplacés pose problème. Par exemple, le camp de Wavell près de Baalbek est trop densément construit, il ne peut accueillir les tentes prévues pour l’installation provisoire des déplacés. Face à ce manque de moyens pour loger les déplacés, les réseaux familiaux et amicaux sont activés, surtout dans la région de Tripoli et en Syrie.

  • 13 Entretiens avec sœur Narelle et Hala Mukhles (« public information officer ») à Damas en avril 199 (...)

32C’est la première fois que des Palestiniens trouvent refuge en dehors du Liban. Près de 8 000 réfugiés se dirigent vers la Syrie, dans la région de Damas et au nord. La présence en 1996 d’un camp de Palestiniens proche de Damas et de quelques Libanais nous a été confirmée par des sœurs franciscaines à Damas ainsi que par l’UNRWA13. Ce camp ne tombe pas sous la responsabilité de la section syrienne de l’UNRWA parce que les réfugiés palestiniens sont immatriculés au Liban. Une partie d’entre eux ont perdu leur droit de résidence au Liban et ne peuvent donc y retourner. Les conditions de vie dans ce camp semblent être très difficiles. Un certain nombre de familles, le plus souvent par manque de moyens, vivent toujours dans des abris précaires depuis 1982.

33Le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS) a mené une enquête dans les camps et groupements de réfugiés palestiniens qui accueillaient en novembre 1982 les déplacés palestiniens à la suite de l’invasion israélienne (voir carte 12, p. 155). Seuls demeurent encore déplacés ceux qui ont trouvé refuge loin de leur lieu de résidence habituel. Le PCBS ne fait effectivement pas mention de déplacés dans la région ou à Beyrouth. Les principales zones d’accueil sont la plaine de la Beqaa et la région de Tripoli. Ces deux espaces se trouvaient en dehors de la zone d’occupation israélienne et sous contrôle partiel de la Syrie. La majeure partie est issue des zones les plus touchées par les combats, c’est-à-dire les villes littorales situées entre Tyr et Beyrouth. Le PCBS dénombre près de 8 000 familles déplacées en novembre, soit entre 40 000 et 50 000 personnes, si l’on estime à 5 ou 6 le nombre de personnes par famille, chiffre couramment utilisé. Quelques groupements au sud de la plaine de la Beqaa existent toujours aujourd’hui, mais la majeure partie des réfugiés ne se sont pas installés dans la Beqaa. Certains ont regagné leurs habitations sur le littoral libanais, d’autres ont émigré vers l’Europe du Nord.

Carte 12. Nombre de déplacés Palestiniens par zone de départ et d’accueil en novembre 1982

  • 14 S. Husseini, op. cit., 1992, p. 347-350.

34À la suite de l’invasion israélienne, des déplacements de population palestinienne ont lieu en 1983. Ils sont causés par des milices libanaises alliées à Israël, ou lors de combats entre factions palestiniennes. Deux espaces sont touchés : la région de Saïda et celle de Tripoli. À Saïda, les forces libanaises décident de regrouper l’ensemble des réfugiés palestiniens dans le camp de Aïn el Heloueh. Certains Palestiniens regagnent alors ce camp, d’autres se dirigent vers la région de Tyr et de Nabatiyyeh pour y trouver refuge. Après le départ des fedayin palestiniens en 1982, une partie des troupes loyales envers Yasser Arafat se replie à Tripoli et dans la Beqaa. Des incidents interviennent entre les forces loyales envers l’OLP et celles dissidentes alliées à la Syrie. En septembre 1983, les incidents armés se développent dans la région de Tripoli entre loyalistes et dissidents, ce qui contraint 33 500 Palestiniens qui résident dans les camps autour de la ville à se réfugier dans Tripoli14.

Les déplacements internes liés à la Guerre des camps (1985-1991)

35La Guerre des camps se situe dans la continuité directe de l’invasion israélienne de juin 1982. Elle débute en 1985, juste après le retrait des troupes israéliennes, et se développe à Beyrouth-Ouest et dans la région de Tyr, là où Palestiniens et chiites libanais cohabitent. Elle se déroule en plusieurs phases d’intensité plus ou moins grande. Des périodes de blocus total de certains camps palestiniens alternent avec des périodes de combats et de bombardements. Un des principaux objectifs de la Guerre des camps est de réduire la présence de la population palestinienne dans les espaces peuplés par des chiites autour de la ville de Tyr et dans les quartiers ouest de Beyrouth. Les populations civiles sont des cibles privilégiées pour Amal. Elles sont attaquées pour faire pression sur l’OLP, ce qui entraîne d’importants déplacements de population. La Guerre des camps a très durement marqué les consciences des Palestiniens. L’ensemble des entretiens réalisés sur le sujet confirme que cette période a été plus dure à vivre que l’invasion israélienne, en raison de sa durée et des formes d’action. Le témoignage de cette habitante du camp d’Al Buss illustre la façon dont cet épisode est perçu par les réfugiés :

« Les Israéliens sont partis de Tyr et Amal est arrivée directement après. Il n’ont pas attendu un mois, et Amal a commencé à nous combattre. Le pire c’est que les chiites qui nous ont fait la guerre étaient nos voisins, des musulmans comme nous… Nous vivions ensemble depuis des dizaines d’années. Nous n’étions plus en sécurité. Tu as entendu parler de ce qu’ont fait les Israéliens... Ça n’a pas été un quart de ce qu’ont fait les autres ensuite. »

36Les causes de départ sont liées au climat d’insécurité généré par les combats et aux barrages érigés par la milice Amal autour des zones de concentration palestinienne. À ce titre, le terme de Guerre des camps utilisé pour nommer les hostilités entre Palestiniens et la milice chiite libanaise, en focalisant l’attention sur les camps de réfugiés, masque les conséquences de ce conflit sur les groupements informels de la région de Tyr. Si aucun groupement n’a subi un blocus aussi strict que le camp de Rashidiyyeh à Tyr, ou ceux de Shatila et Borj Barajneh à Beyrouth, leurs habitants ont souffert de la guerre et nombreux sont ceux qui ont dû quitter leurs habitations à cette époque. Une femme âgée du groupement de Chabriha explique la cause de son départ :

« La Guerre des camps a été plus dure que l’invasion israélienne. Ils sont venus nous brûler notre maison ; on est parti à Aïn el Heloueh, nous avions des proches là-bas. Nous avons trouvé une maison et on a habité là-bas. Nous y sommes restés cinq ans. »

37Les groupements de Jall al Bahr, de Maachouq, de Nahr al Samir ont aussi été touchés par la guerre, de nombreuses habitations ont été détruites, les hommes ont été emprisonnés et les familles restées sur place ont dû subir un blocus total pendant plusieurs semaines. L’ensemble des récits des réfugiés soulignent la violence de la Guerre des camps. Beaucoup manifestent leur incompréhension qu’une partie des chiites libanais se soient retournés contre eux. Souvent, dans la région de Tyr, Palestiniens et chiites habitaient dans les mêmes quartiers informels. C’est le cas à Nahr al Samir ou Chabriha, ou dans des espaces contigus comme à l’ouest du camp d’Al Buss.

Des espaces de départ circonscrits aux zones d’influence de la milice Amal

  • 15 Le premier chiffre a été avancé par l’UNRWA dans le rapport annuel du commissaire général, en 1986 (...)

38La Guerre des camps ne touche que des espaces circonscrits ; en cela, elle se différencie de l’invasion israélienne de 1982 et de l’occupation qui s’en est suivie. De mai 1985 à juillet 1986, seuls certains espaces de résidence palestiniens à Beyrouth-Ouest sont concernés et en particulier Sabra, Shatila et Borj Barajneh. Les combats occasionnent de nombreuses destructions et 635 personnes y trouvent la mort selon l’UNRWA. Durant les deux premières phases de la Guerre des camps, en mai 1985 et juillet 1986, seul Beyrouth-Ouest touché en tant qu’espace de départ. En mai et juin 1985, entre 18 000 et 31 00015 réfugiés se déplacent vers d’autres quartiers de Beyrouth, Saïda, Tyr, Tripoli et vers la Beqaa. Les réfugiés reçoivent une aide de l’UNRWA pendant leur exode. En juillet 1986, certains quartiers de Beyrouth-Ouest qui étaient devenus des espaces refuge deviennent à leur tour des espaces de départ et 12 000 Palestiniens sont contraints de quitter la ville vers Tripoli et la Beqaa. On rencontre donc deux types de parcours migratoires différents. Certains réfugiés fuient directement la zone de conflit pour se réfugier dans des zones sûres. D’autres trouvent refuge à proximité de leur lieu de résidence et doivent fuir une deuxième fois lorsque les combats s’étendent à Beyrouth-Ouest.

39En septembre 1986, la Guerre des camps s’étend à la région de Tyr. Un Palestinien du camp de Rashidiyyeh raconte le début des opérations menées par la milice chiite Amal, ainsi que leurs développements :

« La Guerre des camps a débuté 29 septembre 1986, et elle a duré jusqu’au 15 février 1987. Après six mois, la lutte armée s’est arrêtée mais le blocus s’est poursuivi. C’était un blocus économique dont l’intensité variait en fonction des relations politiques entre les Palestiniens et Amal. Une des raisons de la levée du blocus est l’intérêt commun qu’avaient Amal et les Palestiniens contre les intérêts iraniens et le Hezbollah. Les miliciens d’Amal sont restés aux portes du camp jusqu’à l’arrivée de l’armée libanaise. Les restrictions imposées par la milice chiite ont duré jusqu’en 1991, ensuite il y avait un check point, mais sans restrictions. »

40Pendant la période de blocus total du camp de Rashidiyyeh, les combats alternent avec des périodes de calme relatif. La tension est très vive et, au bout de quelques semaines de blocage total, une famine s’installe dans le camp, alors encore peuplé de nombreux civils. La milice Amal permet à quelques reprises à des groupes de civils, essentiellement des femmes et des enfants, de quitter le camp avec quelques effets personnels. La majeure partie des civils choisit de rester sur place. Les entretiens montrent que la décision de partir est difficile à prendre pour les Palestiniens du camp de Rashidiyyeh. L’objectif affiché par la milice Amal est de réduire la présence palestinienne dans la région de Tyr. Partir signifie donc quitter définitivement le camp. Outre la forte charge affective liée à la symbolique du camp, le départ soulève trois problèmes. Le premier est le plus déterminant : vers où se diriger, alors que les combats sont intenses à Beyrouth-Ouest et que la question des déplacés palestiniens à Saïda, Tripoli ou dans la Beqaa pose déjà problème quant au logement et au ravitaillement des familles palestiniennes récemment arrivées. Le deuxième est d’ordre matériel : perdre son logement, même modeste, implique de payer la construction ou la location d’un autre. Peu de réfugiés en ont les moyens. Le troisième, s’il revêt une dimension symbolique, est néanmoins important dans la vie des réfugiés : partir signifie se disperser de nouveau, c’est-à-dire se couper en partie des réseaux de solidarité tissés à l’échelle du camp et donc dépendre encore plus des institutions internationales et caritatives.

Des espaces d’arrivée urbains et proches des zones de départ

41Les espaces touchés par les déplacements de population sont circonscrits et ponctuels. Ils correspondent aux principaux camps de réfugiés palestiniens, qui symbolisent la présence palestinienne. Les zones d’accueil se situent à proximité des espaces touchés par le conflit, puisque Saïda et Beyrouth-Ouest recueillent la quasi-totalité des déplacés. Les réfugiés se dirigent vers les principales villes où se concentrent la population palestinienne et la communauté sunnite libanaise, qui ne lui est alors pas hostile. Enfin, en raison de l’extension du conflit et de l’insécurité qui lui est liée, Beyrouth-Ouest, qui était un espace d’accueil, est devenu un espace de transit vers d’autres zones plus sûres comme Tripoli et la Beqaa.

42En juillet 1986, le siège est levé autour des camps de Borj Barajneh et Shatila. On assiste au retour de certains réfugiés, mais la majeure partie refuse de rentrer pour des raisons de sécurité. L’UNRWA donne de l’aide à ces déplacés qu’elle estime à 48 000 personnes qui résident à Tyr, Saïda, Tripoli et dans la Beqaa.

  • 16 Il existe une différence de 1 400 déplacés entre le chiffre fourni dans le texte (32 000) et celui (...)

43En mai 1987, l’UNRWA estime le nombre de déplacés internes à 47 000 personnes, dont 21 000 dans la région de Beyrouth, 23 000 à Saïda, 1 400 à Tripoli, 1 400 dans la Beqaa et 300 à Tyr. En juin de la même année, ce chiffre tombe à 32 000 avec le retour de certains déplacés dans leurs camps. Les déplacés qui n’ont pu regagner leur lieu de résidence habituelle se répartissent comme suit16 :

Tableau 11. Répartition spatiale des déplacés internes Palestiniens en juin 1987

Tableau 11. Répartition spatiale des déplacés internes Palestiniens en juin 1987

Source : UNRWA citée par S. Husseini, op. cit., 1992, p. 365.

44De 1985 à 1987, le nombre de déplacés demeure élevé puisqu’il est compris entre 48 000 et 31 000 personnes, soit entre 11 et 17 % du total des réfugiés immatriculés à l’UNRWA. Si l’on rapporte ces chiffres à la seule population de réfugiés immatriculés dans la région de Tyr et de Beyrouth, qui s’élève selon l’UNRWA à environ 168 000 personnes à cette période, on obtient alors entre 18 et 28 % de déplacés.

45Comme il s’agit d’une des principales concentrations de population palestinienne du Liban, avec le camp de Aïn el Heloueh, Saïda est le premier espace d’accueil en nombre de déplacés internes palestiniens. De plus, c’est une ville à forte majorité sunnite ; la milice chiite Amal n’y est pas présente. Les conditions de vie sont très difficiles pour les déplacés qui ont tout laissé derrière eux. Une habitante du groupement de Nahr al Samir parle des conditions de vie dans un espace d’accueil informel à Saïda :

« Tous les Palestiniens de Nahr al Samir sont partis. Chaque famille s’est construit une petite habitation avec des matériaux de récupération, de la tôle, des bâches en plastique, des pierres… Il n’y avait pas d’eau, pas d’électricité, rien. Plusieurs milliers de familles vivaient entassées. Il n’y avait pas de travail, les jeunes étaient fedayin, ils portaient les armes. Nous touchions un peu d’argent de l’OLP, mais pas de quoi vivre, et tout le monde ne touchait pas d’argent. »

46Les réseaux de solidarité, familiaux et villageois, jouent un rôle non négligeable dans le choix de l’espace d’accueil. Il existe un nombre relativement faible de centres d’accueil en raison de l’ampleur de l’exode, comme des difficultés d’accès générées par le conflit. Peu d’aide est distribuée au regard de la situation dans laquelle vivent les populations déplacées.

Un retour difficile

47En juin 1988, l’UNRWA note que depuis 1985 l’accès aux camps assiégés lui a été très difficile, voire impossible. De nombreuses pressions sont exercées sur les réfugiés au Sud-Liban pour qu’ils quittent leurs habitations. Les réfugiés doivent faire face aux attaques de la milice Amal ainsi qu’aux bombardements aériens israéliens ponctuels. L’étendue des dommages est très importante, avec 85 % d’habitations endommagées à Shatila et 60 % à Borj Barajneh selon l’UNRWA. La situation est similaire dans le Sud. C’est dans ce contexte difficile que la majeure partie des déplacés commencent à revenir à partir de 1989. Abou Siham, du groupement de Nahr al Samir, témoigne de son retour à Tyr :

« Je suis revenu après trois ans. Il y a des gens qui ne sont pas revenus. Ils ont trouvé du travail à Saïda et y sont restés. Les gens ont commencé à revenir petit à petit. Rafic El Hariri est arrivé au pouvoir et a donné de l’argent aux gens pour reconstruire, 5 000 dollars, 2 500 dollars, pas pour tout le monde... La majorité des gens sont alors rentrés chez eux. Certains ne sont pas revenus parce que leur maison était détruite et qu’ils n’ont pas eu le droit de reconstruire. »

48Si les déplacés sont revenus s’installer dans leur lieu de résidence antérieur à la Guerre des camps, c’est parce que peu d’entre eux ont trouvé un moyen de subvenir à leurs besoins dans leur espace d’accueil. Il faut ajouter à cela qu’ils n’ont en règle générale pas trouvé de logement dans leur zone d’accueil. Ils ont été hébergés dans des centres d’accueil temporaire, ont squatté des habitations vides, se sont installés dans des bâtiments publics non prévus à cet effet, comme des écoles ou des hôpitaux, ou se sont installés dans des baraquements qu’ils ont érigés eux-mêmes. Il ne leur a donc pas été possible de s’installer là où ils ont trouvé refuge. On peut aussi y ajouter des facteurs psychologiques qui viennent renforcer la volonté de revenir s’installer « chez soi ». L’exode est perçu comme temporaire par les déplacés, puisqu’il s’agit de fuir une situation de guerre. Le retour dans leur lieu de résidence habituel signifie un retour à une certaine normalité.

49Une minorité de familles déplacées n’a cependant pas regagné son lieu de résidence antérieur. Certains déplacés ont trouvé un travail et un logement dans leur espace d’accueil, qui leur convenait. Ils ont choisi de ne pas revenir. Dans la plupart des cas il s’agit pourtant d’une contrainte. C’est parce que leur habitation a été détruite et qu’ils n’ont pas pu la reconstruire, faute d’argent ou parce qu’ils n’y ont pas été autorisés par les autorités libanaises, qu’ils ne sont pas revenus.

Le retour de l’autorité de l’État libanais sur la population palestinienne depuis 1991

50Avec la fin de la guerre civile, en 1991, le retour progressif de l’autorité de l’État sur la majeure partie du territoire libanais, les mouvements internes de populations se tarissent. Seule reste posée la question des déplacés internes qui n’ont pu regagner leur région d’origine. Pour la population palestinienne, le retour de la paix – à l’exception de la zone occupée par Israël jusqu’en mai 2000 – se traduit par la fin de seize années durant lesquelles les réfugiés ont dû à maintes reprises fuir leur lieu de résidence habituel pour trouver refuge dans des régions voisines. Les Palestiniens se retrouvent confinés dans leurs camps et groupements informels. Les réfugiés de la région de Tyr sont soumis à un strict contrôle de l’armée libanaise, qui remplace la milice Amal à l’entrée des camps. Ce contrôle est plus strict que dans les autres régions libanaises.

  • 17 Y. Besson, « UNRWA and its Role in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, 1997, p. (...)
  • 18 On peut noter à ce propos que le responsable du Département politique de l’OLP, Farouq al Qaddoumi (...)

51En 1987, le Parlement libanais abroge l’accord du Caire et le président libanais Amin Gémayel confirme cette décision. La signature des accords de Taëf en 1989, qui mettent fin à la guerre civile libanaise, confirme le fonctionnement communautaire de l’État libanais. Une nouvelle période s’ouvre donc avec les années 1990. L’État libanais reprend le contrôle des camps de réfugiés, plus particulièrement au Sud-Liban, et l’ensemble de l’arsenal législatif qui exclut les Palestiniens de toute participation économique et politique est réactivé. La population palestinienne du Liban est la seule de la diaspora à avoir connu une telle baisse de son niveau de vie depuis le début des années 1990. Le taux de chômage s’élèverait désormais à 40 % de la population active, en raison du contexte légal libanais et de la fermeture des pays du Golfe à la main-d’œuvre palestinienne17. À cela il faut ajouter que la dynamique politique interne de la diaspora palestinienne a contribué à renforcer la marginalisation des Palestiniens du Liban. Les accords d’Oslo signés en 1993 entre une partie de l’OLP18 et l’État d’Israël repoussent à des négociations futures la question des réfugiés de 1948. L’OLP se recentre sur les territoires autonomes, marginalisant la question des réfugiés.

TYPOLOGIE DES ESPACES MIGRATOIRES DES PALESTINIENS AU LIBAN

  • 19 Ces chiffres fournis par l’UNRWA doivent être pris comme des ordres de grandeur. Ils résultent de (...)

52La répartition de la population palestinienne n’a pas été bouleversée à l’échelle régionale par la guerre civile libanaise et les invasions israéliennes. Les régions fortement touchées par les hostilités comme Beyrouth et la montagne libanaise ou le Sud-Liban concentrent toujours en 1994, comme en 1969, près de 80 % du total des réfugiés palestiniens immatriculés à l’UNRWA19.

Tableau 12. Répartition des réfugiés Palestiniens par région entre 1969 et 1994 (en %)

Tableau 12. Répartition des réfugiés Palestiniens par région entre 1969 et 1994 (en %)

Source : UNRWA, 1969 et 1994.

53Seuls Beyrouth et la montagne libanaise voient leur part diminuer au profit de la région de Tripoli et, dans une moindre mesure, des régions de Saïda et de Tyr. Cela confirme que la majeure partie des exodes internes qui ont eu lieu entre 1975 et 1991 ont été temporaires. Le déclin relatif de la part de Palestiniens qui résident à Beyrouth et dans sa région peut s’expliquer par la destruction des camps de Tell Zatar/Dekwanneh et Jisr al Bacha en 1975-1976, qui a entraîné le départ définitif de nombreuses familles, sans possibilité de retour.

Les espaces de départ et de transit : des zones stratégiques

54Trois types de régions de départ se distinguent : 1) les régions de départ définitif, comme Beyrouth-Est et Nabatiyyeh ; 2) celles de départ temporaire, comme Tyr ; 3) des espaces de transit qui se transforment successivement de région d’accueil en région de départ, comme Beyrouth-Ouest, Damour et Saïda.

55Les départs définitifs sont liés à des destructions de camps de réfugiés et de groupements palestiniens qui n’ont pas été reconstruits par la suite. L’exode de la population palestinienne qui a accompagné ces destructions est donc définitif. L’UNRWA chiffre toujours la population déplacée des camps de Dekwaneh, Jisr al Bacha et Nabatiyyeh détruits en 1975 et 1976 à près de 6 000 familles (15 569 personnes au 30 juin 2000, pour les seuls camps de Dekwaneh et Jisr al Bacha). Les zones affectées par les départs définitifs sont circonscrites. Le départ des Palestiniens de Beyrouth-Est est à situer dans le contexte de la redistribution géographique des populations résidant à Beyrouth pendant la guerre civile, Beyrouth-Ouest devenant la partie musulmane de la ville, Beyrouth-Est la partie chrétienne.

56La région de Tyr s’est trouvée exposée à l’ensemble des conflits qui se sont déroulés au Liban, et plus particulièrement lors des deux invasions israéliennes et pendant la Guerre des camps. La proximité de la frontière israélienne et la forte implantation de population chiite libanaise en font une région très sensible. L’importance numérique de la population Palestinienne, tant dans les camps que dans les groupements palestiniens, y accroît d’autant plus les tensions. De ce fait, la région de Tyr ne s’est présentée que de façon très ponctuelle comme un espace refuge. Cela a été le cas en partie en juin 1982. La présence de déplacés à Tyr résulte de l’impossibilité pour ces derniers de fuir la zone, la route qui mène vers le nord étant temporairement impraticable en raison des combats.

57Excepté la région de Tyr, touchée par l’ensemble des phases du conflit libanais, Beyrouth-Ouest ainsi que Saïda sont des espaces de transit, c’est-à-dire qu’ils font office de zone refuge pour les déplacés palestiniens, mais aussi de zone de départ. À partir de 1982, avec le départ de l’OLP du Liban, il n’existe plus de réel espace protégé pour les civils palestiniens, puisque la majeure partie des fedayin ont quitté le territoire. L’entrée des troupes israéliennes à Beyrouth-Ouest, puis la présence de la milice Amal autour des camps palestiniens dans cette même partie de la ville, transforme cet espace refuge en un espace d’insécurité, ce qui contraint nombre de familles à le fuir. Jusqu’en 1982, Saïda est un espace refuge pour les Palestiniens qui quittent temporairement Tyr ou durablement Beyrouth ou Nabatiyyeh. Lors de l’invasion israélienne de 1982, Saïda se trouve dans la zone de conflit ; les déplacés se dirigent donc plus au nord. En 1985, après le retrait israélien, la ville devient de nouveau un espace refuge pour les déplacés qui fuient la Guerre des camps.

Les zones d’accueil : les principales villes sunnites

58On trouve quatre principales zones d’accueil : Beyrouth-Ouest, Saïda, Tripoli et la Beqaa. Les deux premières sont aussi des zones de transit. Plusieurs facteurs caractérisent les espaces d’accueil : il s’agit de zones d’importante concentration palestinienne, les réseaux familiaux amicaux et villageois y jouant un rôle important pour l’accueil des déplacés. De plus, ce sont des espaces à forte présence musulmane sunnite, ce qui procure aux déplacés un sentiment de plus grande sécurité. Ce sont aussi des zones peu touchées par les conflits où se développent des zones d’habitat informel.

Des zones d’accueil à proximité des zones de départ

  • 20 Une enquête de terrain de 1988, menée au Liban par la « Palestinian Agency for Relief and Developm (...)

Tableau 13. Répartition des familles Palestiniennes déplacées par lieu de résidence d’origine et espace d’accueil en 198820

Tableau 13. Répartition des familles Palestiniennes déplacées par lieu de résidence d’origine et espace d’accueil en 198820

Source: Palestinian Agency for Relief and Development, 1988 (en Arabe).

59Les principales zones de départ sont Beyrouth-Est et sa région. Au total, 2 889 familles ont quitté cette zone, ce qui représente 65 % du total des familles déplacées. Le deuxième pôle de départ est la région de Tyr, avec 1 222 familles qui ont quitté les lieux. Les principales régions d’accueil sont Beyrouth-Ouest, avec près de 2 000 familles accueillies, Saïda avec plus de 1 000 familles déplacées, puis le Chouf qui totalise plus de 900 familles et enfin la région de Tripoli et la Beqaa.

60Ces chiffres confirment que la majeure partie des familles déplacées ont cherché refuge dans les zones palestiniennes les plus proches de leur espace de résidence habituel. Plus de la moitié des familles (1 009) qui ont trouvé refuge à Beyrouth viennent de Baabda dans la montagne. De la même façon, la majeure partie des familles déplacées à Saïda (6 211) viennent de Tyr. Une minorité de familles, venues de Tyr ou de Beyrouth et de la montagne, ont trouvé refuge dans la Beqaa ou au nord.

Les principales causes de départ

  • 21 Ce tableau fournit des données sur les causes qui ont poussé les réfugiés palestiniens à quitter l (...)

Tableau 14. Répartition des familles migrantes en fonction de la cause de la migration et de la région de départ21

Tableau 14. Répartition des familles migrantes en fonction de la cause de la migration et de la région de départ21

Source: Palestinian Agency for Relief and Development, 1988 (en arable).

61Près de 40 % des réfugiés palestiniens ont quitté leur lieu de résidence habituel pour des raisons de sécurité. Le Sud-Liban comme la région de Beyrouth sont particulièrement concernés, par suite de la destruction partielle ou totale de leur habitation. C’est le cas surtout des habitants de la montagne, autour de Beyrouth, les combats ayant été très intenses dans cette zone. L’expulsion se situe en troisième position ; elle concerne essentiellement les camps détruits par les guerres successives. La majeure partie des familles qui déclarent avoir été expulsées vient du Sud-Liban et de la montagne, deux espaces fortement touchés par les conflits et les destructions d’habitations. L’occupation n’est pas un motif de départ fréquemment invoqué ; ce sont de fait les conséquences générées par l’occupation comme l’insécurité, les destructions – ou les expulsions – qui sont mentionnées par les familles déplacées.

La précarisation de l’habitat des déplacés dans les régions d’accueil

  • 22 Les chiffres cités, et ceux qui suivent, sont tirés des statistiques de l’UNRWA publiées en juin 1 (...)
  • 23 La population immatriculée qui vit hors des camps est passée de 5 883 personnes en 1982 à 8 227 en (...)

62Les conflits successifs n’ont pas modifié en profondeur la répartition spatiale des réfugiés à l’échelle du territoire libanais. Le nombre de réfugiés palestiniens qui vivent en dehors des camps a, quant à lui, augmenté de façon importante dans quatre zones : à Beyrouth et dans sa région, dans la Beqaa, à Saïda et autour de la ville de Tripoli. Alors qu’en 1982, l’UNRWA ne recense pas un nombre significatif de réfugiés palestiniens qui vivent en dehors du camp de Wavel dans la Beqaa, en 1994, ce nombre s’élève à près de 7 000 individus, qui résident principalement dans les deux groupements de Bar Elias et Thaalabiyyeh22. Il s’agit essentiellement de population palestinienne déplacée pendant l’invasion israélienne de 1982. À Tripoli, deux groupements informels se sont constitués à proximité des deux camps de l’UNRWA qui totalisent près de 5 000 Palestiniens23.

  • 24 M. Abbas (art. cit., 1997, p. 381) note cependant qu’en 1994, le groupement informel de Saïd Ghawa (...)

63Le nombre de réfugiés vivant en dehors de camps s’est aussi fortement accru dans la région de Beyrouth, où deux camps de l’UNRWA ont été détruits. En 1982, 54 000 réfugiés immatriculés vivaient hors des camps, soit 63 % du total des Palestiniens qui résident dans cette zone. En 1994, ces derniers sont 87 000 et représentent 77 % du total des réfugiés qui vivent à Beyrouth et dans la montagne. Nombre de familles de déplacés issues des deux camps détruits se sont installées à proximité de leur ancienne résidence dans des quartiers d’habitat informel24.

64À Saïda, le phénomène est similaire. Le nombre de déplacés, principalement venus des camps de Tyr et de Beyrouth-Ouest pendant la Guerre des camps, est assez élevé dans le groupement de Barraksat proche du camp de Aïn el Heloueh. En 1994, les 13 000 déplacés qui résidaient à cet endroit en ont été évincés. Les déplacés qui sont amenés à quitter leur groupement informel et qui ne trouvent pas d’autre forme de logement peuvent être hébergés dans les camps qui existent actuellement, l’État libanais refusant la reconstruction des trois camps détruits. Cependant, le manque de place dans les camps limite ce type d’initiative et les déplacés doivent trouver, par eux-mêmes le plus souvent, à se reloger.

Les déplacés palestiniens : un enjeu géopolitique libanais et régional toujours d’actualité

  • 25 F. Nasrallah, « Lebanese Perceptions of the Palestinians in Lebanon : Case Studies », Journal of R (...)

65La question du relogement des familles palestiniennes déplacées pendant la guerre civile est une réelle question politique au Liban, qui soulève de nombreuses interrogations quant à l’avenir des Palestiniens dans ce pays. Fida Nasrallah25 analyse les réactions libanaises et palestiniennes, face à un projet de réinstallation de 4 000 familles palestiniennes déplacées à Quraiaa, un village situé dans le Chouf, non loin de Saïda. Walid Joumblatt, leader de la communauté druze, fortement implantée dans cette région, alors ministre chargé des déplacés, est à l’origine de ce projet de réinstallation dans le Chouf. Trois possibilités sont discutées pour résoudre la question des déplacés palestiniens. La première consiste à réinstaller les déplacés dans leurs camps d’origines, ce qui suppose de les reconstruire. Cette solution est écartée en raison des tensions communautaires qu’elle pourrait raviver. La deuxième consiste à redistribuer les déplacés dans les camps de l’UNRWA existants. Seules 2 000 familles ont pu bénéficier de cette solution. La troisième est de reloger ces familles ailleurs, dans des logements neufs. Ces trois options ont été envisagées en 1991 par un comité ministériel qui traitait de la question du devenir des déplacés palestiniens.

66La réinstallation des déplacés palestiniens à Quraiaa n’a pas abouti. À l’échelle libanaise, plusieurs questions ont été soulevées par ce projet. Du côté libanais, Walid Joumblatt a été accusé de vouloir inverser la balance communautaire dans le Chouf, à majorité chrétienne, au profit des Druzes et des sunnites. Cela a été perçu comme un prélude à la division du Liban en cantons de peuplement homogène d’un point de vue communautaire. Quant aux Palestiniens, ils y ont vu l’amorce de la disparition des camps de réfugiés dans la région de Beyrouth et le transfert de leurs habitants dans le Chouf. À l’échelle régionale, ce projet a aussi soulevé des questions sensibles ayant trait au droit au retour des réfugiés palestiniens. La réinstallation des déplacés pouvait créer un précédent, prélude à la réinstallation de l’ensemble des réfugiés au Liban, solution officiellement refusée tant par l’État libanais que par les Palestiniens. La question des déplacés palestiniens ne peut donc pas être abordée dans son seul aspect humanitaire, parce qu’elle s’inscrit dans la dynamique politico-confessionnelle libanaise ainsi que dans des problématiques régionales liées au processus de paix.

***

67Les recompositions politiques sur l’échiquier géopolitique libanais et moyen-oriental ont entraîné une précarisation des conditions de vie des réfugiés palestiniens. Leur présence dans certaines régions du Liban, comme celles de Tyr et de Beyrouth, est devenue un enjeu géopolitique, puisque les camps et leurs habitants sont les symboles de l’activité politique palestinienne. Les conflits à répétition ont entraîné d’importants exodes internes de population. Si la répartition géographique des Palestiniens à l’échelle du Liban n’a pas été fortement modifiée durant la guerre civile, d’importantes reconfigurations spatiales ont eu lieu aux échelles régionales et locales. Beyrouth-Est a été vidée de la majeure partie de ses habitants palestiniens et le nombre de réfugiés qui vivent en dehors des camps dans la partie ouest de la capitale libanaise s’est accru. Les principaux pôles de résidence, comme Saïda, ont été renforcés. Pris comme cible tour à tour par Israël ou par des milices libanaises, détruits partiellement ou en totalité, ces espaces ont perdu en partie leur fonction de protection des populations et d’expression des solidarités familiales et villageoises, du fait de la dispersion de leurs habitants. Du coup, plus de 100 000 Palestiniens du Liban sont allés chercher un refuge en dehors du Liban à partir des années 1970.

Notes

1 Cf. S. Husseini, Redistribution de la population du Liban pendant la guerre civile (1975-1988), thèse de doctorat sous la direction d’Hervé Lebras, Paris, Ehess, 1992.

2 A. Shiblak, « Palestinian in Lebanon and the PLO », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, 1997.

3 Le présent travail n’a pas pour objet de traiter de la controverse qui a trait à la responsabilité de l’OLP et des Palestiniens dans le déclenchement de la guerre civile libanaise ou des invasions israéliennes. Les faits montrent que l’OLP ainsi que les Palestiniens ont joué un rôle dans les conflits qui ont marqué le Liban de 1975 à 1991, tantôt comme acteurs et tantôt comme victimes. On peut se reporter à différents auteurs pour analyser le rôle de l’OLP dans les conflits libanais : R. Brynen, op. cit., 1990 G. Corm, Le Proche-Orient éclaté, 1956-1991, Paris, Folio, 1991, et Le Liban contemporain, histoire et société, Paris, La Découverte, 2003 ; M. C. Hudson, op. cit., 1997 ; A. Shiblak, art. cit., 1997 ; F. El Khazen « Permanent Settlement of Palestinians in Lebanon : A Recipe for Conflict », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 275-293 ; J. Sarkis, Histoire de la guerre du Liban, Paris, Puf, 1993. Il s’agit là d’une bibliographie indicative, qui permet de couvrir de façon synthétique l’essentiel de cette question.

4 S. Kassir, « L’État libanais au miroir de la guerre civile », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 104, 1984, p. 8-28.

5 Ibid., p. 9

6 V. Cloarec et H. Laurens, Le Moyen-Orient au xxe siècle, Paris, Armand Colin, 2000, p. 167-178.

7 É. Picard, « La politique de la Syrie au Liban », Maghreb-Machrek, n° 116, 1987, p. 22.

8 B. Kodmani-Darwish, « La question des réfugiés palestiniens et l’émergence d’une diaspora », Confluences Méditerranée, n° 9, 1994, p. 142.

9 D. Le Gac, La Syrie du général Assad, Bruxelles, Complexe, 1991, p. 145-178.

10 On retrouve ici la Saïqa et des dissidents du Fatah, du FPLP, du FDLP et du Parti communiste réunis au sein d’un Front national de salut. La Guerre des camps va cependant faire retourner une partie de ces dissidents dans le camp des « loyalistes » de l’OLP (N. Picaudou, La Déchirure libanaise, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 199-206).

11 É. Picard et al., « L’invasion du Liban par les forces israéliennes », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 97, 1982, p. 77-87 ; O. Carré, « Arafat vingt ans après : “cent ans de solitude…” », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 104, 1984, p. 51-65 ; R. Brynen, op. cit., 1990 ; G. Corm, op. cit., 1991.

12 B. M. Schiff, Refugees unto the Third Generation: UN Aid to Palestinians, New York, Syracuse University Press, 1995.

13 Entretiens avec sœur Narelle et Hala Mukhles (« public information officer ») à Damas en avril 1997.

14 S. Husseini, op. cit., 1992, p. 347-350.

15 Le premier chiffre a été avancé par l’UNRWA dans le rapport annuel du commissaire général, en 1986 ; le deuxième est donné par Selma Husseini, op. cit., 1992, p. 361.

16 Il existe une différence de 1 400 déplacés entre le chiffre fourni dans le texte (32 000) et celui du tableau (30 635). Ces deux chiffres sont des estimations, ce qui explique cette disparité, l’ordre de grandeur étant le même.

17 Y. Besson, « UNRWA and its Role in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, 1997, p. 337-338.

18 On peut noter à ce propos que le responsable du Département politique de l’OLP, Farouq al Qaddoumi, un des membres fondateurs du Fateh, est opposé aux accords d’Oslo. Il refuse toujours de rejoindre l’Autorité nationale palestinienne dans les territoires autonomes. Il est donc resté avec son administration à Tunis.

19 Ces chiffres fournis par l’UNRWA doivent être pris comme des ordres de grandeur. Ils résultent de l’enregistrement administratif des réfugiés dans chaque région. Cet enregistrement n’indique pas le lieu de résidence réel. Certains réfugiés n’ont pas systématiquement modifié leur lieu d’inscription administrative bien qu’ils aient changé de région de résidence

20 Une enquête de terrain de 1988, menée au Liban par la « Palestinian Agency for Relief and Development » (PARD), synthétise les déplacements des familles palestiniennes pendant les guerres auprès de 4 500 familles déplacées. Malgré les incertitudes quant à la construction de ces statistiques, les données sont conformes à nos observations de terrain ainsi qu’avec les entretiens menés sur place, comme avec les chiffres fournis par l’UNRWA ainsi que par Selma Husseini (op. cit., 1992) et Hala Nawfal Razqallah (op. cit., 1998).

21 Ce tableau fournit des données sur les causes qui ont poussé les réfugiés palestiniens à quitter leurs habitations. Ces chiffres sont aussi issus de l’enquête de terrain effectuée par la PARD. Les données récoltées le sont sur une base déclarative. La taille de l’échantillon de référence n’est pas précisée, comme sa composition ainsi que les marges d’erreur. Les chiffres fournis peuvent cependant servir d’ordre de grandeur.

22 Les chiffres cités, et ceux qui suivent, sont tirés des statistiques de l’UNRWA publiées en juin 1982 et juin 1994.

23 La population immatriculée qui vit hors des camps est passée de 5 883 personnes en 1982 à 8 227 en 1994. L’apport migratoire interne, donc la présence de déplacés, est la cause principale de l’accroissement de groupe. Ces deux espaces refuge se sont transformés en espaces de résidence permanente pour une partie des déplacés internes.

24 M. Abbas (art. cit., 1997, p. 381) note cependant qu’en 1994, le groupement informel de Saïd Ghawash, qui se trouve à proximité du camp de Shatila, a été démantelé en raison de la construction d’un stade à Beyrouth. Les 2 000 habitants qui y résidaient ont donc dû quitter les lieux.

25 F. Nasrallah, « Lebanese Perceptions of the Palestinians in Lebanon : Case Studies », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 351-355.

Table des illustrations

Titre Tableau 9. La dispersion des fedayin Palestiniens (août 1982)
Légende Source : Secrétariat général de l’ONU, cité par Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 98, p. 87.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 10. Nombre de déplacés Palestiniens à la suite de l’invasion Israélienne de 1982 par zone d’accueil
Légende Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 52.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Carte 12. Nombre de déplacés Palestiniens par zone de départ et d’accueil en novembre 1982
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Tableau 11. Répartition spatiale des déplacés internes Palestiniens en juin 1987
Légende Source : UNRWA citée par S. Husseini, op. cit., 1992, p. 365.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 12. Répartition des réfugiés Palestiniens par région entre 1969 et 1994 (en %)
Légende Source : UNRWA, 1969 et 1994.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 13. Répartition des familles Palestiniennes déplacées par lieu de résidence d’origine et espace d’accueil en 198820
Légende Source: Palestinian Agency for Relief and Development, 1988 (en Arabe).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2432/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Tableau 14. Répartition des familles migrantes en fonction de la cause de la migration et de la région de départ21
Légende Source: Palestinian Agency for Relief and Development, 1988 (en arable).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2432/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540