Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés palestiniens du Liban

 | 
Mohamed Kamel Doraï

Première Partie. De la Nakba à l’exil. L’installation problématique des Palestiniens au Liban

Chapitre III. Les Palestiniens du Liban, ambiguïté du statut juridique et marginalisation économique

Texte intégral

  • 1 L. Brand, Palestinians in the Arab World. Institution Building and the Search for a State, New Yor (...)

1Le statut juridique actuel des Palestiniens qui résident au Liban a été déterminé par les autorités libanaises. Les critères pris en compte par les gouvernements libanais successifs pour définir les personnes qui peuvent être rangées dans la catégorie « réfugié palestinien » diffèrent de ceux mis en place par l’UNRWA, ou par d’autres pays arabes comme la Jordanie ou la Syrie. La législation qui s’applique aux réfugiés palestiniens n’est pas l’émanation des traités internationaux qui régissent le droit des réfugiés, puisque les Palestiniens ne dépendent pas du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies. La loi libanaise, contraignante, a été mise en place dès l’arrivée des premiers réfugiés palestiniens, puis elle a été modifiée au gré des accords, et des désaccords, entre l’OLP et les différents gouvernements libanais. Elle limite l’accès des réfugiés au monde du travail, à l’éducation, à la mobilité internationale, aux services sociaux ainsi qu’à la propriété. Comme le remarque Laurie Brand1, les droits des Palestiniens dans les pays arabes reflètent plus l’état des relations entre le pays d’accueil et l’OLP que le résultat de l’application stricte du droit international ou des résolutions votées par la Ligue arabe.

  • 2 S. Al-Natour, « The Legal Status of Palestinians in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10 (...)

2Le statut juridique des Palestiniens a d’importantes implications sur l’organisation socio-spatiale de cette communauté au Liban. Les réfugiés tendent à être confinés dans le secteur informel ou dans les activités les moins rémunératrices qui ne nécessitent pas l’obtention préalable d’une autorisation de travail2. De plus, le départ de l’OLP en 1982 a privé nombre de réfugiés des emplois induits par la forte présence des institutions politiques palestiniennes au Liban. Dans un contexte économique libanais en proie à de nombreuses difficultés depuis la fin de la guerre civile, les Palestiniens se trouvent marginalisés sur le marché du travail libanais, fortement concurrentiel avec l’arrivée d’une importante main-d’œuvre étrangère. L’économie des camps est donc en récession. Dans un premier temps, le statut juridique des Palestiniens est analysé, puis, dans un deuxième temps, les principaux secteurs d’emplois de la main-d’œuvre palestinienne seront successivement étudiés.

LE STATUT JURIDIQUE DES PALESTINIENS AU LIBAN

  • 3 Pour une réflexion sur la question du droit au retour et de ses modalités, on peut se référer à S. (...)

3Les relations entre l’État libanais et les Palestiniens qui résident au Liban sont complexes. D’un côté, le gouvernement libanais refuse d’intégrer les Palestiniens dans la société libanaise. Les autorités libanaises estiment que l’octroi de droits civils et politiques aux Palestiniens serait un prélude à leur intégration, ce qu’elles refusent, entre autres raisons pour ne pas remettre en cause l’équilibre confessionnel qui régit les institutions du pays depuis les accords de Taëf de 1989. Cependant, le gouvernement libanais va plus loin et restreint, par une loi de 1995, la liberté des Palestiniens de circuler au ou vers le Liban. D’un autre côté, les Palestiniens indiquent pour partie qu’ils refusent eux-mêmes de s’intégrer au Liban, en vertu de leur droit au retour en Palestine, ou de quitter le Liban pour un pays d’exil encore plus lointain3.

  • 4 Les articles de lois et décrets mentionnés ici sont tous cités par Souheil Al-Natour, art. cit., 1 (...)

4Juridiquement, les Palestiniens ne sont pas considérés comme différents des autres étrangers. L’étranger est ainsi défini : « Toute personne naturelle ou juridique qui n’est pas un sujet libanais » (loi du 10 juillet 1962, article 1er)4. Un étranger le demeure même si ses liens avec son État d’origine cessent par une installation prolongée au Liban. Dans les faits, la situation est différente puisque les autorités libanaises ont créé des organismes spécifiques chargés de s’occuper des réfugiés palestiniens.

5En 1950, le Comité central des affaires des réfugiés est créé. Il définit avec l’UNRWA le statut des réfugiés palestiniens au Liban. En 1959, le Département des affaires des réfugiés palestiniens voit le jour. Il dépend du ministère des Affaires étrangères. Il a pour objectif de s’occuper de tous les aspects se référant à l’installation des Palestiniens au Liban (installation, définition des camps de réfugiés, identification des réfugiés, octroi de documents de voyage, mariage...). La Haute-Autorité des affaires palestiniennes est créée en 1960, sous la direction du ministre des Affaires étrangères et des Rapatriés. Cette Haute-Autorité a pour but d’étudier la question palestinienne dans tous ses aspects (économique, militaire, politique...). Le statut particulier auquel sont soumis les Palestiniens les renforce dans leur revendication identitaire et les conduit à se comporter comme une des minorités ethnoreligieuses du Liban.

Un droit au séjour et une liberté de circulation restreints

  • 5 S. Al-Natour, art. cit., 1997.

6La loi libanaise de 1962 précise que tout étranger qui entre au Liban doit détenir des papiers officiels avec un visa d’entrée. Les Palestiniens, qui résident sur le sol libanais depuis 1948, ne disposent pas de tels documents. Le ministre de l’Intérieur a donc décidé de régulariser la situation des étrangers qui résidaient au Liban avant 1962. Les Palestiniens sont définis comme « des étrangers qui n’ont pas de documents de leur pays d’origine et qui résident au Liban avec des cartes de résidence délivrées par la direction de la Sûreté générale, ou des cartes d’identification délivrées par la direction générale du Département des affaires des réfugiés au Liban5 ». Les Palestiniens ont obtenu de la direction de la Sûreté générale des cartes de résidents temporaires ou permanents. Ils se sont rendus à la direction générale du Département des affaires des réfugiés pour rectifier leur statut. À ce titre, les Palestiniens sont considérés comme des étrangers avec un statut spécial. Cette situation d’« étranger particulier » va perdurer avec la signature de l’accord du Caire en 1969. Cet accord stipule que le droit à la résidence des Palestiniens au Liban découle de facto de leur présence sur le sol libanais au moment de la signature de l’accord. Ils échappent donc à la législation sur le droit de résidence des étrangers au Liban. En 1969, l’accord du Caire a spécifié pour la première fois les droits et les devoirs des Palestiniens qui vivent au Liban. Cet accord a été abrogé par le Parlement libanais en 1987. Il prévoyait :

  • le droit au travail et à la résidence de tous les Palestiniens actuellement résidant au Liban ;
  • la formation de comités locaux des Palestiniens des camps, pour s’occuper des intérêts des Palestiniens y résidant, en coopération avec les autorités locales et dans le respect de la souveraineté libanaise ;
  • la permission accordée aux Palestiniens résidant au Liban de participer à la révolution palestinienne par la lutte armée ;
  • le développement de la coopération entre la lutte armée palestinienne et l’armée libanaise.

7Une nouvelle tentative de formaliser les relations entre Libanais et Palestiniens a été tentée en 1991, mais elle s’est soldée par un échec.

  • 6 Il existe une exception : les Palestiniens sont exemptés de montrer leur document de voyage à la f (...)
  • 7 H. N. Razqallah, op. cit., 1998.
  • 8 J. Matar, The Jerusalem Report, 7 août 1997, p. 28.

8Les Palestiniens bénéficient d’une totale liberté de mouvement à l’intérieur du Liban. Il faut cependant relever deux choses. Les Palestiniens résidant dans un camp et désirant vivre dans un autre camp doivent demander une autorisation préalable. Ensuite, les considérations de sécurité peuvent entraîner une limitation de la liberté de circulation. Ces mesures de restriction ne sont jamais appliquées à l’ensemble de la communauté. Les Palestiniens sont exemptés de la carte de « preuve de présence sur le territoire libanais », à laquelle tous les étrangers sont astreints au bout de trois semaines de résidence, et à chaque changement d’adresse. Ils détiennent effectivement la carte délivrée par le Département des affaires des réfugiés. Contrairement à leur circulation à l’intérieur du Liban, la mobilité internationale des réfugiés palestiniens est fortement entravée dans de nombreux cas6. Les Palestiniens qui désirent se rendre dans un autre pays doivent demander un document de voyage au Département des affaires des réfugiés, qui émet son opinion et transmet le document à la direction de la Sûreté générale. Depuis 1980, ils ne sont plus exemptés de visas et de taxes pour la demande ou le renouvellement de passeport. Les Palestiniens arrivés en 1948 au Liban doivent obtenir un visa de sortie et d’entrée au Liban contre paiement d’une taxe (décret 478, 1995). Ce dernier décret a considérablement entravé la liberté de circulation à l’étranger des Palestiniens du Liban. Effectivement, de très nombreux Palestiniens – estimés à 100 000 par H. N. Razqallah7 – se trouvaient à l’étranger au moment de la promulgation de ce décret. Rares sont ceux qui ont pu obtenir un visa d’entrée au Liban. Selon des sources palestiniennes, 30 000 Palestiniens auraient perdu le droit de résidence au Liban depuis 19958. De nombreuses familles demeurent donc séparées.

Un droit au travail très discriminant

9Le droit au travail des étrangers est soumis à deux conditions (pour les professions qui ne leur sont pas interdites). La première est la réciprocité de traitement. Une controverse existe sur la signification exacte de cette expression. Certains juristes la comprennent comme étant l’application à un étranger au Liban des mêmes droits que ceux auxquels peut prétendre un Libanais séjournant dans le pays d’origine de ce même étranger. D’autres l’interprètent comme un accord diplomatique passé entre le Liban et le pays d’origine du travailleur migrant. Les deux situations existent au

10Liban. Cependant, selon Souheil Al-Natour, les seuls accords diplomatiques ne suffisent pas pour comprendre la réciprocité de traitement. La seconde condition est l’obtention d’un permis de travail délivré par le ministère du Travail (pour les emplois qui en nécessitent un). En théorie, un Palestinien marié à une Libanaise, ou qui possède une entreprise employant au moins trois Libanais, ou qui forme un joint-venture avec une entreprise libanaise et employant deux tiers de Libanais, peut obtenir un permis de travail. Le travail saisonnier (principalement agricole) et le travail dans les magasins (comme employé) ne nécessitent pas de permis de travail.

  • 9 On peut citer les professions d’avocat, médecin, pharmacien, ingénieur (S. Al-Natour, art. cit., 1 (...)

11Les Palestiniens ont connu rapidement après leur arrivée au Liban des restrictions au droit du travail. S’ils ont pu participer à des travaux de développement menés par les Nations Unies, dès 1951, le ministre du Travail et des Affaires sociales a ordonné aux réfugiés de ne pas travailler parce qu’ils prenaient les emplois des nationaux. Cette décision a rencontré de nombreux opposants, dont le président libanais El-Khoury et le premier ministre qui recommandaient de ne pas traiter les Palestiniens comme des étrangers. Par la suite, après les lois de 1962, la situation des Palestiniens face à l’emploi devient moins bonne que celle des autres étrangers et ce en raison de la loi sur la réciprocité de traitement. En tout, selon des témoignages de chercheurs recueillis au Liban, une cinquantaine de professions (soixante-dix selon The Jerusalem Report, 7 août 1997, p. 28) seraient interdites aux Palestiniens9. La réciprocité de traitement, qui ne peut être appliquée aux Palestiniens puisqu’ils ne disposent pas d’un État, contredit les principes d’accueil et de facilité de travail énoncés dans l’accord du Caire en 1969. Les Palestiniens se voient de plus en plus interdire l’accès à certains secteurs d’activités, après la promulgation du décret 289/1 de 1982 et le décret 3/1 de 1993. Ceci concerne en premier lieu les professions libérales. La profession d’avocat est réservée à ceux qui ont la nationalité libanaise depuis au moins dix ans. Les professions de pharmacien, de médecin (excepté dentiste), d’ingénieur sont interdites aux Palestiniens en vertu de la loi de réciprocité de traitement. La retraite est également concernée. Les Palestiniens n’ont en effet pas le droit à la retraite en vertu de la loi sur la réciprocité de traitement. En dernier lieu, l’accès à la sécurité sociale est touché. Tout employeur paie les charges de sécurité sociale pour les employés qui ont un permis de travail. En vertu de la loi de réciprocité de traitement, les Palestiniens, bien que leur employeur ait cotisé pour eux, n’ont pas le droit aux services de la sécurité sociale.

  • 10 UNRWA in Figures, mars 1996, publié et distribué par l’UNRWA, Gaza.

12Il faut noter qu’une partie de ces professions peuvent être exercées par les Palestiniens dans le cadre des activités de l’UNRWA, qui emploie une main-d’œuvre quasi exclusivement palestinienne. On retrouve donc, par exemple, des médecins palestiniens qui travaillent dans les centres de soins médicaux de l’UNRWA. Ces débouchés concernent cependant un nombre très restreint d’individus (2 814 postes en 2003 dont 1 841 dans l’enseignement et 550 dans le secteur de la santé)10. D’autres choisissent de travailler sans contrat de travail, dans l’illégalité donc, avec toute la précarité que cela suppose.

13Oum Nabil témoigne. Elle habite un quartier palestinien en face du camp d’Al Buss à Tyr. Elle tient avec ses fils une épicerie :

« Il n’y a pas de travail, toute la journée mes fils sont assis dans ce magasin les bras croisés, et moi je suis là aussi devant eux... En ce qui concerne l’enseignement, c’est l’UNRWA qui s’en occupe, elle aide les gens. Tous les Palestiniens étudient, même s’ils ne trouvent pas de travail ensuite. Tous mes enfants sont parmi les premiers à l’école. Leur père travaille pour 10 000 livres par jour (6 euros), quand il trouve du travail, c’est-à-dire deux ou trois jours par semaine. Il faut qu’il nourrisse ses enfants, et qu’il les fasse étudier. Même si nous devons ne pas manger, nous les envoyons à l’école. »

Un déficit de droits qui limite l’intégration des réfugiés

14Outre les difficultés engendrées par leur statut de résidence ambigu ainsi que la difficulté d’obtenir un permis de travail, les réfugiés palestiniens doivent faire face à de nombreuses autres restrictions légales qui rendent difficile le développement de la société palestinienne au Liban.

Un accès à la naturalisation difficile

  • 11 B. Destremau, « Le statut juridique des Palestiniens vivant au Moyen-Orient », Revue d’études pale (...)

15Le Liban applique le droit du sang (patrilinéaire) et dans certains cas le droit du sang et du sol associés. Une femme palestinienne qui se marie officiellement au Liban avec un Libanais, qui enregistre ce mariage au Bureau du recensement et qui en fait la demande un an après cet enregistrement, se voit octroyer la nationalité libanaise. La naturalisation peut s’appliquer à tout étranger ayant résidé cinq ans au moins au Liban, étant marié à une Libanaise depuis un an au moins, ou ayant rendu des services importants (militaires, par exemple) au Liban. L’application de cette loi est soumise à une décision de l’État libanais qui peut refuser la naturalisation. Cependant, le Liban respecte la recommandation de la Ligue arabe, qui stipule que les Palestiniens ne doivent pas acquérir une autre nationalité. Malgré cela, plusieurs dizaines de milliers de Palestiniens, surtout des chrétiens, ont été naturalisés entre 1952 et 1964. Pendant la guerre civile, certains Palestiniens ont obtenu la nationalité libanaise en falsifiant des passeports11.

  • 12 En mai 2003, le Conseil d’État libanais a examiné l’hypothèse d’une révision du décret de 1994 qui (...)

16Quelques milliers de réfugiés palestiniens – le chiffre exact n’est pas diffusé – ont obtenu la nationalité libanaise en 1994 parce qu’ils résidaient dans des villages qui sont successivement passés du territoire libanais au territoire palestinien du temps des mandats français et britanniques. Il s’agit des villages qui se situent dans le doigt de Galilée non loin de la frontière, comme Naameh ou Al Khalsa. Quelques milliers de réfugiés qui vivent actuellement dans le camp de Borj Shémali ont donc obtenu la nationalité libanaise12.

Un droit à l’éducation partiellement appliqué

  • 13 M. Al Ali « Palestinian children in UNRWA schools : between the legacy and the heir », non publié, (...)
  • 14 M. Al Ali, op. cit., 1999 ; R. Sayigh, « Palestinian refugees in Lebanon », FOFOGNET Digest, 28 ju (...)

17Les Palestiniens sont libres d’étudier dans les institutions de leur choix au Liban. L’UNRWA est en principe responsable de l’éducation primaire et secondaire, mais les Palestiniens peuvent choisir un autre lieu d’enseignement. L’UNRWA ne dispose de lycées que depuis 1994 au Liban. Mahmoud al Ali13 note que le taux de personnes éduquées, s’il a augmenté dans l’ensemble des communautés palestiniennes, est stagnant au Liban en raison des conflits qui ont marqué ce pays et représente 57 % de la population palestinienne totale. Pendant les années de guerre civile, le nombre d’écoles de l’UNRWA a diminué ; il était de 84 avant 1975 et de 74 en 2000, pour retrouver son niveau d’avant guerre en 2002. Les hostilités ont eu d’importantes conséquences sur la scolarité des jeunes réfugiés, souvent interrompue pendant une ou plusieurs années. Le manque de fonds chronique qui touche l’UNRWA au Liban rend la scolarisation d’autant plus précaire, faute de locaux neufs et appropriés pour répondre à la demande des réfugiés14.

18Une comparaison avec la situation en Syrie, qui compte une population de réfugiés légèrement inférieure à celle du Liban, permet de constater le retard pris par les Palestiniens du Liban en matière d’éducation. Alors qu’en Syrie les enfants palestiniens sont scolarisés, dans ou hors les écoles de l’UNRWA, à 98 %, dans le primaire au Liban ce chiffre n’est que de 57 %. Si l’on considère l’ensemble des cursus primaire et secondaire, moins de la moitié des Palestiniens du Liban sont scolarisés (44 %), contre plus des trois quarts en Syrie (77 %).

Tableau 7. Scolarisation des réfugiés Palestiniens au Liban et en Syrie (1993-1994)

Tableau 7. Scolarisation des réfugiés Palestiniens au Liban et en Syrie (1993-1994)

Note : Les chiffres sont arrondis.
Source : B. Sirhan, art. cit., 1997.

19L’inscription des Palestiniens est interdite dans des branches très restreintes comme la faculté des lettres et sciences humaines qui dépend de la section éducation de l’université libanaise, réservée aux Libanais qui se destinent à l’enseignement. Les centres de formation professionnelle qui dépendent du ministère de la Formation professionnelle et technique sont aussi réservés aux nationaux libanais. Il faut noter que, les frais d’inscription étant élevés, comparés aux revenus moyens, de nombreux Palestiniens ne peuvent être scolarisés tant dans ces centres de formation professionnelle qu’à l’université.

Un droit à la propriété très limité

20Les étrangers, dont les Palestiniens, sont soumis à de nombreuses restrictions au droit à la propriété, en vertu de la protection de la souveraineté libanaise. L’acquisition d’un bien immobilier ou d’une terre est soumise à l’autorisation du gouvernement libanais, seul juge en la matière. La taille de la propriété à acquérir est limitée à 5 000 mètres carrés pour un individu seul (3 000 mètres carrés dans le gouvernorat de Beyrouth). Toute infraction à la loi est très sévèrement punie. Pour contourner ces difficultés, les Palestiniens utilisent des prête-noms libanais ou passent des accords officieux avec les propriétaires libanais.

UN MARCHÉ DE L’EMPLOI LIBANAIS PEU FAVORABLE AUX PALESTINIENS

21Les secteurs d’activités occupés par les Palestiniens du Liban sont conditionnés par la législation du travail propre à cet État et par l’histoire particulière de l’installation des réfugiés palestiniens dans ce pays. L’activité économique des Palestiniens a connu trois phases successives. Lors de leur arrivée en 1948, et jusqu’en 1969, date des accords du Caire, les réfugiés sont cantonnés dans certaines activités professionnelles. Avec l’arrivée de l’OLP, les restrictions légales s’amenuisent et les institutions palestiniennes qui se développent emploient la main-d’œuvre réfugiée. L’invasion israélienne de 1982 marque le début du déclin économique des Palestiniens du Liban, accentué ensuite par la Guerre des camps ainsi que par les accords de Taëf. Depuis les années 1990, les réfugiés subissent de plein fouet les difficultés économiques qui touchent le Liban.

De la dépendance envers le marché du travail libanais à la création d’une économie palestinienne

La marginalisation et la prolétarisation des réfugiés à leur arrivée au Liban

  • 15 L’exploitant-régisseur loue à un propriétaire libanais une terre qu’il exploite. Avec ses propres (...)

22Le Liban refuse aux nouveaux arrivants l’accès libre au marché du travail national. Deux catégories distinctes de réfugiés ne connaissent pas le même sort. D’un côté, les réfugiés d’origine rurale qui peuplent pour l’essentiel les camps. Livrés à eux-mêmes, sans ressources, ils deviennent pour la plupart ouvriers agricoles journaliers ou saisonniers. Ils travaillent pour des propriétaires libanais dans les plantations d’agrumes et de bananes de la plaine littorale ou dans les cultures de blé et de légumes de la plaine de la Beqaa. Faute de moyens financiers, et en raison des restrictions légales imposées par les autorités libanaises, peu de réfugiés exploitent eux-mêmes la terre. Certains pourtant mettent à profit leurs connaissances agricoles dans la plantation et l’exploitation commerciale des vergers d’agrumes acquises en Palestine avant 1948, ce sont les exploitants – régisseurs de vergers d’agrumes (dhamman leimoun)15. Un habitant d’Al Buss originaire de Damoun explique le fonctionnement de ce système :

« À l’origine, nous sommes des agriculteurs. En Palestine nous avions des terres, nous les plantions. Nous connaissons tous les types d’agriculture : melon, olive, raisin, pomme, amande... Quand nous nous sommes exilés, nos terres sont parties mais notre savoir-faire est resté. Quand nous sommes arrivés ici cette terre ne comportait pas un arbre fruitier. Les Libanais nous ont confié la mise en valeur de leur terre. Avant 1982, voilà comment fonctionnait le système : certaines familles ont des proches à l’étranger. Ils leur envoient un peu d’argent. Une fois qu’on a l’argent, on loue une parcelle. Si le coût de la location coûtait 50 000 livres libanaises par an, tu payais 15 000 livres libanaises au début de l’année et le reste tous les trois mois, une fois la récolte vendue. »

  • 16 S. Al-Natour, op. cit., 1999, p. 65.

23D’un autre côté, on trouve les réfugiés d’origine urbaine qui se sont installés en majorité dans les villes libanaises. On trouve là une frange importante de la bourgeoisie commerçante palestinienne qui, grâce aux fonds qu’elle a pu apporter avec elle de Palestine, arrive à obtenir des permis de travail et crée des sociétés commerciales au Liban. Souheil al Natour16 donne des exemples d’hommes d’affaires palestiniens qui se sont distingués dans l’économie libanaise, comme Hosseib al Sabbagh, Saïd Taoufik Khoury ou Youssef Beidis.

24L’UNRWA a fait participer les réfugiés aux grands travaux qu’elle a entrepris pour doter les camps d’infrastructures de base, comme des routes, des égouts ou des bâtiments institutionnels. Cependant, au milieu des années 1950, cette ressource se tarit. L’UNRWA continue de fournir une formation professionnelle aux jeunes Palestiniens dans son centre de Sibline, au sud de Beyrouth, sans que ces derniers puissent trouver du travail correspondant à leurs compétences.

  • 17 Enquête citée par R. Sayigh, Palestinians : from Peasants to Revolutionaries, Londres, Zed Books, (...)

25De façon générale, la situation de l’emploi est peu favorable pour les Palestiniens du Liban. Une enquête menée en 1971 par le Département libanais des statistiques révèle que le taux d’activité des Palestiniens en âge de travailler est de 40 %. Parmi eux 58,4 % sont des journaliers, seuls 8 % ont un contrat de travail de longue durée17. Outre un faible taux d’activité, les travailleurs palestiniens connaissent la précarité de l’emploi. La répartition par secteurs d’activités est la suivante : 21,1 % dans l’agriculture, 13,6 % dans la construction, 11,8 % dans l’industrie, 2,4 % dans les transports, 14,4 % dans le commerce et l’hôtellerie, et 36,7 % dans la catégorie « autres services et non spécifié ». Les trois premières catégories citées, qui regroupent près de la moitié de la main-d’œuvre palestinienne employée, sont composées en majorité d’ouvriers spécialisés. L’importance relative de la dernière catégorie est significative de la précarité de l’emploi palestinien qui se développe surtout dans le secteur informel.

La croissance de l’emploi lié au développement des institutions palestiniennes

  • 18 R. Brynen, Sanctuary and Survival : The PLO in Lebanon, Boulder, Westview Press, 1990.
  • 19 M. C. Hudson, « Palestinians and Lebanon : the Common Story », Journal of Refugee Studies, vol. 10 (...)

26L’arrivée de la centrale palestinienne au Liban après septembre 1970 dynamise les institutions diasporiques qui s’y trouvent. Le mouvement national palestinien développe alors toute une série d’institutions sociales, économiques, politiques et militaires qui emploient une importante main-d’œuvre. Les différentes branches militaires de l’OLP occupent plus de 15 000 combattants palestiniens au Liban. À côté de cela, différents départements non militaires se développent, comme le secteur de l’information avec une agence de presse (WAFA), une station de radio (« La Voix de la Palestine »), ainsi qu’une publication (Filastin al Thawra). D’autre part, une infrastructure sanitaire se développe autour du Croissant-Rouge palestinien. La Société de travail pour les familles de martyrs palestiniens (SAMED) est créée : elle forme et emploie des réfugiés dans le secteur productif industriel et agricole qui produisent des biens de consommation courants aussi divers que des vêtements, des couvertures, de la vaisselle, des produits dérivés de l’agriculture, comme l’huile, ou bien des produits artisanaux tels que de la broderie palestinienne. À ces institutions officielles il faut ajouter une myriade d’organisations non gouvernementales palestiniennes qui forment la base de la société civile dans l’exil. L’ensemble des partis et des organisations politiques palestiniennes disposent aussi de nombreux membres permanents rémunérés. Rex Brynen18 estime qu’environ 20 000 Palestiniens sont employés dans ces diverses activités. Michael C. Hudson19, pour sa part, parle de 10 000 emplois directs créés par l’OLP et de 30 000 emplois indirects. Le même auteur note que, vers la fin des années 1970, certains observateurs estimaient que le budget de l’OLP avait pu être supérieur à celui de l’État libanais. L’économie palestinienne a pu participer à hauteur de 15 % au produit national libanais.

  • 20 J. Peteet, Gender in Crisis. Women and the Palestinian Resistance Movement, New York, Columbia Uni (...)

27Grâce à cette dynamique ainsi qu’aux accords du Caire et à la position de force de l’OLP au Liban, qui permettent aux Palestiniens de travailler dans de nombreux secteurs de l’économie libanaise sans demander de permis de travail, les débouchés professionnels des réfugiés se diversifient et il ne sont plus cantonnés dans les emplois subalternes, précaires et mal rémunérés. L’activité féminine se développe dans les structures administratives, sociales, sanitaires et productives20.

Un marché du travail fermé et concurrentiel

28Aujourd’hui, les réfugiés palestiniens font face à deux contraintes qui limitent leur insertion dans le marché du travail libanais : la grande difficulté d’obtenir un permis de travail et la concurrence de la main-d’œuvre étrangère arrivée depuis peu au Liban.

La difficulté d’obtenir un permis de travail

29Les restrictions légales, mentionnées précédemment, aboutissent à la marginalisation de la main-d’œuvre palestinienne sur le marché du travail libanais. Les Palestiniens sont soumis à l’obligation d’obtenir un permis de travail pour exercer une activité professionnelle au Liban, lorsque cette dernière ne leur est pas interdite. Dans les faits, l’obtention de ce permis est très difficile pour les Palestiniens. Le tableau qui suit montre pour la période qui s’étend de 1994 à 2002 le nombre de permis de travail obtenus par les Palestiniens comparés à d’autres nationalités étrangères, arabes et sri lankaise, deux communautés présentes sur le sol libanais. Seule une faible partie des réfugiés disposaient déjà d’un permis de travail avant cette période.

Tableau 8. Permis de travail délivrés par les autorités Libanaises pour quelques nationalités (1994-2002)

Tableau 8. Permis de travail délivrés par les autorités Libanaises pour quelques nationalités (1994-2002)

Source : Administration centrale de la statistique, République Libanaise, 2002.

  • 21 A. Shiblak, « Palestinians in Lebanon and the PLO », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, se (...)
  • 22 H. Shaaban, « Unemployment and its Impact on Palestinian Refugees in Lebanon », Journal of Refugee (...)
  • 23 Ce chiffre, ainsi que ceux qui suivent, sont cités par Hussein Shaaban (art. cit., 1997, p. 386). (...)

30Abbas Shiblak21 avance le chiffre total de 2 362 Palestiniens détenteurs de permis de travail en 1969. Selon Hussein Shaaban22, 5 % de la main-d’œuvre palestinienne est employée de façon régulière. La proportion de ceux qui disposent d’un permis de travail s’élèverait à 0,2 %23 de la population potentiellement active, les autres travaillant pour l’UNRWA (1 %) dans des secteurs qui ne nécessitent pas de permis comme l’agriculture ou le commerce dans les camps (1,5 %), ou pour des organisations internationales ou non gouvernementales. 95 % des travailleurs palestiniens connaissent donc une situation légale précaire.

  • 24 H. Shaaban, art. cit., 1997, p. 386.

31Hussein Shaaban24 se livre à une estimation de la population palestinienne potentiellement active en se basant sur la structure par âge de cette population. Il déduit qu’en 1994, 218 000 réfugiés ont plus de 17 ans et sont donc en âge de travailler. Si l’on ajoute les enfants qui travaillent à partir de 12 ans, la population palestinienne potentiellement active représente 70 % de la population palestinienne totale au Liban. Ces chiffres ne sont que des approximations. On peut estimer que la population active palestinienne compte entre 150 000 et 220 000 individus, l’hypothèse basse excluant une importante partie des femmes. Au regard de ces chiffres, le nombre de permis de travail accordés est négligeable. Cela différencie les Palestiniens d’autres ressortissants arabes comme les Égyptiens, qui obtiennent de nombreux permis de travail, ou de la population sri lankaise.

La concurrence sur le marché de l’emploi libanais

32Outre les difficultés juridiques, les réfugiés palestiniens font face à une forte concurrence sur le marché du travail libanais. Effectivement, il faut considérer ce marché non dans son seul espace national, mais dans sa dimension régionale. Le Liban est un pays qui accueille de nombreux travailleurs étrangers. Ces derniers acceptent des salaires beaucoup plus bas que les Libanais ou que les Palestiniens. L’essentiel de la main-d’œuvre étrangère vient de la Syrie voisine – certains estiment son nombre à près d’un million –, ensuite viennent les Égyptiens, puis les Sri Lankais et les Philippins. Ce sont surtout les Syriens qui représentent la concurrence la plus forte pour les Palestiniens parce qu’ils se placent sur les mêmes segments du marché du travail, c’est-à-dire ceux qui ne demandent pas l’obtention d’un permis de travail. Cela explique d’ailleurs, entre autres, le faible nombre de permis de travail obtenus par les Syriens entre 1994 et 1997. Un jeune réfugié de Tyr explique l’ampleur du phénomène.

« Un ingénieur en Syrie gagne 100 dollars. Ici, un ouvrier, s’il travaille tous les jours, gagne 300 dollars. Donc les Syriens viennent travailler. Tous les travailleurs que tu vois au rond-point d’Al Buss sont des Syriens. Quand quelqu’un a besoin d’un ouvrier il vient le chercher ici. Cela enlève beaucoup de travail aux gens d’ici. Il y a aussi des Égyptiens et des Sri Lankais qui travaillent dans les maisons et sont payés 100 dollars par mois. »

33Hormis le plus faible coût des travailleurs syriens, la question de la main-d’œuvre étrangère est au Liban une question politique, qui relève des rapports étroits qui existent entre ce pays et la Syrie depuis le déclenchement de la guerre civile et surtout depuis les accords de Taëf.

Des secteurs d’emplois limités et peu rémunérateurs

34Les Palestiniens se trouvent donc cantonnés dans des secteurs d’activités spécifiques peu rémunérateurs et marqués par la précarité de l’emploi. Les secteurs dominants sont l’agriculture et, dans une moindre mesure, la pêche, la construction et le commerce de détail. On peut estimer que le chômage touche plus de 50 % des Palestiniens du Liban.

Une très faible proportion d’emplois dans les organisations internationales

35L’UNRWA emploie environ 2 500 personnes sur l’ensemble du Liban. Les capacités d’emploi de l’Agence internationale sont donc faibles au regard de la population active palestinienne résidant dans cette aire d’activité. Les salaires tournent autour de 360 dollars mensuels pour un enseignant. Les contrats sont à durée indéterminée et donnent droit à la retraite. Depuis que le processus de paix s’est mis en place, les nouvelles recrues de l’UNRWA ne bénéficient pas toutes d’un emploi stable, comme en témoigne un jeune enseignant palestinien qui travaille dans les écoles de l’UNRWA :

« Moi je suis employé là. Il y a trois classes de travailleurs. Avant 1992, les employés avaient tous les droits classiques. Depuis les accords d’Oslo, le fonctionnement de l’UNRWA est lié aux développements politiques régionaux. Ils emploient les gens pour trois ans, dans les emplois qui les intéressent [note : ceci correspond à la durée du mandat de l’UNRWA qui est renouvelé tous les trois ans]. Il y a aussi les emplois qui sont soumis à un “accord spécial”, comme les nouveaux enseignants recrutés, qui le sont pour neuf mois, ils ne sont pas payés pendant les mois d’été. Ils n’ont pas d’aide sociale pour leur femme et leurs enfants. Ils n’ont pas de vraie sécurité sociale. Ils gagnent 300 dollars par mois si tu divises leur salaire annuel sur douze mois. »

36Il existe des organisations non gouvernementales étrangères ou palestiniennes qui emploient des réfugiés dans leurs structures. Une des mieux implantées au Sud-Liban est une ONG britannique, « Save the Children », qui a des jardins d’enfants dans les camps ainsi que des programmes d’activités pour les jeunes. Jusqu’en 1984, elle travaillait avec l’UNRWA, mais elle a décidé de gérer ses propres centres face à la multiplication de ses activités. Le nombre d’employés est restreint et les salaires se situent dans une moyenne inférieure à ceux pratiqués au Liban ; le responsable du centre d’Al Buss touche 500 dollars par mois. On trouve aussi d’autres ONG comme « Beit Atfal al Soumoud » [« la Maison des enfants de la résistance »], qui est financée par l’étranger et est implantée dans de nombreux camps. Ce type d’organisme n’emploie qu’une très faible part des réfugiés palestiniens, mais distribue des salaires le plus souvent conformes à ceux pratiqués dans le pays, ce qui procure à ses employés une situation « privilégiée » par rapport aux autres réfugiés.

Une majorité de réfugiés dans le secteur primaire

37Il existe deux principaux types d’emplois dans l’agriculture : journalier et exploitant. On trouve aussi des réfugiés qui travaillent dans le secteur de la pêche.

Une majorité d’ouvriers agricoles

  • 25 H. Shaaban, art. cit., 1997.
  • 26 P. Gorokhoff, op. cit., 1984.

38Les ouvriers agricoles sont très nombreux, surtout dans la région de Tyr. Deux principales raisons expliquent l’importance de cette activité, tant chez les hommes que chez les femmes : ce type d’emploi ne nécessite pas de permis de travail et les camps et groupements palestiniens, surtout dans la région de Tyr, ont été construits dans des espaces à dominante agricole. D’après les entretiens menés, dans le camp de Borj Shémali entre 70 et 80 % de la main-d’œuvre travaille comme ouvrier agricole. Ce pourcentage est comparable dans la majeure partie des groupements ruraux de la région de Tyr. Hussein Shaaban25, comme Philippe Gorokhoff26, note que ce type d’activité est très répandu dans l’ensemble des camps de réfugiés au Liban. Dès leur arrivée au Liban, les réfugiés, en majorité d’origine rurale, ont exercé cette activité. À l’époque, privés de toute ressource, ils forment une main-d’œuvre peu chère, qualifiée et dans l’obligation d’accepter des conditions de travail très dures. Il n’est pas rare que les réfugiés travaillent douze heures par jour ou plus, pour gagner juste de quoi faire survivre leur famille. Aujourd’hui, si les conditions de travail se sont quelque peu améliorées, la durée de travail est toujours importante et les rémunérations faibles. Un ouvrier journalier qui gagne bien sa vie touche entre 20 000 et 30 000 livres libanaises (entre 13 et 20 dollars) par jour. Beaucoup d’ouvriers travaillent pour moins, c’est-à-dire environ 12 000 livres libanaises (8 dollars). Des femmes exercent aussi ce métier, mais elles sont moins bien payées, puisqu’en règle générale elles touchent un salaire deux fois moins important, soit 6 000 livres libanaises (4 dollars). Une femme de Borj Shémali témoigne de la dureté du travail et des inégalités salariales :

« Le travail de la terre est dur. On part au travail à 4 heures du matin, on revient à midi. Je travaille surtout dans les cultures de melons, d’oranges, de bananes, ici dans la région. On ne gagne pas beaucoup : 6 000 livres libanaises pour les femmes, 11 000 pour les hommes. Ils font le même travail, mais une femme gagne deux fois moins. On monte vingt ou trente fois sur l’arbre par jour, on porte des seaux très lourds toute la journée. »

39Il n’est pas rare qu’à partir de 12 ans, les enfants travaillent déjà dans les plantations. Pour la même durée de travail que les adultes, ils touchent le même salaire que les femmes. Une jeune fille de 19 ans rencontrée à Borj Shémali accepte de témoigner après de longues hésitations :

« Je suis née en 1980 à Borj Shémali. J’ai commencé à travailler à 12 ans dans les plantations de citrons, en dehors du camp à la frontière avec Israël. Personne ne pouvait nous faire vivre. Mon père est mort quand nous étions jeunes. Nous n’avions qu’un seul frère, plus jeune. Nous avons dû abandonner l’école pour vivre. On partait à 5 heures du matin d’ici, on travaillait jusqu’à 1 heure de l’après-midi, des fois 2 heures, ça dépendait du travail. Maintenant je gagne 11 000 livres libanaises (7 dollars) parce que je travaille avec les hommes, c’est beaucoup plus dur. »

40En moyenne, un ouvrier agricole trouve du travail vingt jours par mois, ce qui place le revenu mensuel moyen pour un homme entre 160 et 300 dollars, et à 80 dollars pour une femme. Les revenus sont donc très irréguliers. Les journaliers palestiniens sont concurrencés directement par les Syriens, qui acceptent de travailler pour un salaire deux fois moins important.

41Les ouvriers agricoles peuvent faire plusieurs types de travaux, en fonction des saisons et des opportunités. Les principales activités sont la manutention, le travail de la terre, la récolte de légumes et la cueillette dans les vergers. Les ouvriers agricoles proposent leur service à un intermédiaire, palestinien ou libanais, qui constitue une équipe d’une dizaine d’individus. Ce dernier est chargé de trouver du travail, il est donc en relation avec les exploitants agricoles. Il est aussi responsable du transport des ouvriers. Il perçoit une rémunération pour ce travail. À l’aube, les ouvriers se réunissent et l’intermédiaire les conduit sur le lieu de travail. Les ouvriers ne sont pas payés à l’heure de travail mais à la tâche. Par exemple, dans le cas de la récolte des oranges ou des citrons, il s’agit de remplir un camion avec un nombre donné de cagettes. La pluie ou les bombardements près de l’ancienne zone d’occupation israélienne peuvent allonger de plusieurs heures la journée de travail. Les conditions de travail sont dures, les charges à porter étant très lourdes : près de 10 kilogrammes d’oranges par seau, sachant qu’un ouvrier en porte à la fois plus de six en moyenne. Les accidents de travail sont nombreux et beaucoup d’ouvriers agricoles se plaignent de douleurs dans le dos et aux articulations.

Des exploitants agricoles plus ou moins favorisés

42Il existe deux principaux types d’exploitants : les exploitants-régisseurs, en petit nombre, qui jouissent d’une certaine prospérité économique, dont il a déjà été question précédemment, et les petits exploitants agricoles, qui pratiquent surtout le maraîchage. On rencontre ce type d’exploitant autour du camp de Rashidiyyeh. Cela s’explique par la qualité agricole de l’implantation, située au nord de la source de Ras al Aïn, qui se trouve au centre d’une vaste zone agricole le long de la plaine littorale qui s’étire au sud de la ville de Tyr. Le camp domine une portion de la plaine littorale de 700 mètres d’est en ouest sur 1 kilomètre environ du nord au sud. En tout, la surface agricole fait environ 1 500 dunum, soit 150 hectares. Cet espace agricole irrigué est mis en valeur par les Palestiniens. Les propriétaires légaux sont libanais. Les réfugiés louaient la terre jusqu’au déclenchement de la Guerre des camps. Depuis, ils ne paient plus de loyer et continuent d’exploiter la terre. Abou Khalil, un des exploitants palestiniens, témoigne :

« Aujourd’hui j’ai 10 dunum. On irrigue avec l’eau de Ras al Aïn. La source donne de l’eau à toute la région de Tyr et à tous les villages. L’eau qu’il y a en plus, les autorités libanaises la donnent aux vergers et à l’agriculture. On ne nous donne à nous que quatre heures d’eau par jour, ou quelquefois six heures, tout cela pour 1 500 dunum, qui font vivre 300 familles palestiniennes du camp de Rashidiyyeh. »

  • 27 L’eau n’est pas distribuée en continu par les autorités libanaises parce que, depuis la loi du 28 (...)

43Les exploitations sont de petite taille, le plus souvent bien inférieure à un hectare. Abou Khalil exploite plusieurs parcelles, c’est pour cela qu’il dispose d’un hectare (10 dunum). Plus de 10 % de la population du camp vit de cette seule zone agricole. Puisqu’elle est irriguée, elle permet la plantation de légumes27. Le type de culture dépend de la saison ; on trouve essentiellement des courgettes, des épinards, des concombres, des pommes de terre et des fèves. Une fois récoltés, les produits sont vendus par les exploitants au marché de gros de la ville de Tyr. Les revenus tirés de leurs exploitations sont assez faibles et dépendent des récoltes comme des cours des produits. En général, les revenus mensuels moyens sont compris entre 100 et 200 dollars. Au moment des récoltes, ces exploitants embauchent des ouvriers agricoles pour les aider.

44Au nord de cette zone cultivée, on trouve une série de petites parcelles d’une centaine de mètres carrés, qui sont mises en valeur par des réfugiés âgés qui s’en servent de jardins potagers. Les petites récoltes qu’ils font (salades, persil, tomates, pommes de terre…) leur permettent de se nourrir à moindre coût, beaucoup n’ayant aucune autre ressource que l’aide de leurs enfants. Entre les deux parties du camp, il y a une zone de jardins potagers qui est mise en valeur de la même façon.

45De façon marginale, il existe encore quelques éleveurs palestiniens dans les groupements bédouins ainsi que dans certains camps comme Borj Shémali. Il s’agit là d’une activité résiduelle qui ne comprend que quelques unités d’élevage de toute petite taille. Par exemple, à Jall al Bahr, on dénombre trois étables. Il s’agit surtout d’élevage bovin ainsi que de l’entretien d’une petite basse-cour où l’on trouve quelques volailles.

La pêche : une activité marginale, mais qui perdure

46La pêche fait vivre une soixantaine de familles qui résident à Rashidiyyeh et quelques dizaines de personnes dans le groupement de Jall al Bahr. Il s’agit de pêche artisanale, pratiquée sur de petites embarcations motorisées inférieures à 4 mètres. Les Palestiniens originaires des villages côtiers en Palestine sont arrivés avec un certain savoir-faire au Liban. L’exercice de cette activité est soumis à des contraintes juridiques au Liban. La barque ne peut être la propriété d’un Palestinien, il faut qu’un Libanais en détienne au moins 51 %. De plus, les pêcheurs palestiniens doivent obtenir une autorisation pour pouvoir travailler. Jusqu’à aujourd’hui, il n’était pas nécessaire d’obtenir un permis de travail en bonne et due forme pour pêcher, mais les autorités libanaises envisagent de restreindre l’exercice de cette activité en demandant l’obtention d’un permis de travail. Durant les entretiens effectués à Tyr en 1997 et 1999, les pêcheurs palestiniens ont confié que la police ou l’armée libanaise les empêchent d’aller en mer durant certaines périodes sans que cela soit justifié, selon leurs dires. Un certain nombre de pêcheurs journaliers travaillent sans autorisation. Ils sont payés en fonction de la pêche du jour. Un fils de pêcheur de Jall al Bahr, qui pêche avec son père, décrit son travail :

« J’ai commencé à travailler quand j’ai eu 9 ou 10 ans. Je travaillais avec mon père comme pêcheur. Je travaillais les jours où il n’y avait pas d’école. On partait vers une heure et demie du matin, on finissait vers midi, ça dépendait des jours. On travaille tous les jours de l’année, sauf quand la mer est trop forte. On part la nuit du port de Tyr et on met les filets. Ensuite, on revient et on remonte les filets. On rentre ici avec le poisson et on le vend. Ensuite, il faut réparer les filets quand ils sont déchirés. Tu as vu l’autre jour jusqu’à quelle heure j’ai travaillé, jusqu’à 6 ou 7 heures de l’après-midi. En ce moment [printemps 1999], on gagne entre 5 000 et 10 000 livres libanaises par jour. On travaille plus de douze heures… On ne gagne plus beaucoup. »

47Le travail est difficile et dangereux. Jusqu’en mai 2000, date du retrait israélien, les pêcheurs essuyaient régulièrement des tirs des patrouilles maritimes israéliennes lorsqu’ils pêchaient au sud du camp de Rashidiyyeh, à quelques kilomètres des eaux territoriales israéliennes. Les revenus des pêcheurs sont en moyenne assez faibles, avoisinant les 300 000 ou 400 000 livres libanaises par mois (entre 200 et 280 dollars). Cependant, les coûts d’entretien du matériel qui sont à la charge du pêcheur, comme la réparation des filets et l’entretien du moteur, sont assez élevés. Jusqu’en 1982, l’OLP donnait des aides financières aux pêcheurs pour soutenir leur activité, mais depuis ces aides se sont taries.

Le développement du commerce de détail

48Ce type d’activité s’est développé avec le déclin de l’artisanat dans les camps en raison du blocage imposé par les autorités libanaises, qui interdit l’introduction de matières premières comme le bois, le fer ou les composants électriques dans le camp. Faute de pouvoir poursuivre une activité productive, pour laquelle nombre de réfugiés ont reçu une formation professionnelle, ces derniers se reconvertissent dans le commerce de détail avec trois activités principales : vente de fruits et légumes, épicerie et papeterie.

Le déclin des activités artisanales dans les camps

49Les trois camps implantés autour de la ville de Tyr constituent, du fait de leur nombre d’habitants assez important, de petites entités urbaines dotées d’une certaine autonomie économique. Avec l’arrivée de l’OLP au Liban, la construction s’est rapidement développée dans les camps pour répondre au dynamisme démographique. Toute une série de travailleurs ont connu un essor important de leur profession, comme les maçons, les charpentiers, les peintres, les électriciens, les plombiers, les vitriers et les carreleurs. Ils achetaient leur matériel en dehors des camps et s’en servaient à l’intérieur. Avec le contrôle des camps, ces activités sont devenus impraticables et il ne subsiste dans les camps que quelques ateliers qui arrivent à maintenir leur activité en introduisant du matériel de façon illégale. Par exemple, dans le camp de Borj Shémali, on ne compte plus que 13 ateliers d’artisans : 6 travaillent le fer, 3 sont garagistes et 4 sont menuisiers. Un responsable palestinien qui réside dans ce camp explique :

« Le nombre d’employés dans ce camp ne dépasse pas 6 ou 7 %. La situation dans ce camp est difficile en raison de la fermeture du camp par les autorités libanaises, qui empêchent l’entrée de matériel de construction dans les camps de Tyr. Une grande partie des entreprises à l’intérieur du camp employaient des gens dans la construction (construction, électricité, ferronnerie, menuiserie...). Elles ont fermé. Les quelques petits artisans qui exercent par exemple dans la mécanique ou la menuiserie introduisent leur matériel de travail illégalement dans le camp. Cela rend leur travail difficile et affecte considérablement la situation intérieure du camp. »

50Ce type d’activité s’est donc concentré en dehors des limites géographiques des camps. Les Palestiniens les exercent toujours sans autorisation et leurs ateliers peuvent être fermés du jour au lendemain sans recours possible. Trois espaces concentrent aujourd’hui les artisans palestiniens : la route qui relie le camp de Borj Shémali à la ville de Tyr, le rond-point d’Al Buss et la partie est du groupement de Nahr al Samir. Ce dernier espace s’est spécialisé dans les ateliers de mécanique et le travail du fer. Situé à l’entrée de la ville de Tyr, c’est un espace économique dynamique surtout fréquenté par les Libanais qui viennent y faire réparer leurs voitures.

51On trouve aussi une autre forme de travail représentée par les chauffeurs de taxi indépendants. Leur nombre est assez important, puisqu’on en compte près de 200 pour le seul camp de Borj Shémali. Certains exercent dans la ville de Tyr, d’autres couvrent les axes routiers en direction de Saïda ou de Beyrouth dans leur voiture ou dans des minibus.

La multiplication des petits commerçants dans les camps

52Le commerce de détail devient l’une des activités les plus développées dans l’espace des camps. D’après nos relevés, on compte plus d’une centaine d’épiciers et de vendeurs de fruits et légumes dans chacun des camps de réfugiés. Un épicier d’Al Buss, qui a repris l’affaire de son père, explique l’évolution de sa profession :

« Mon père travaillait avec le marché de gros [en dehors de la ville]. Jusqu’en 1993, les affaires marchaient bien, il y avait beaucoup de marchandises qui se vendaient et s’achetaient. Avant, jusqu’en 1995, on pouvait gagner 1 000, voire 1 200 dollars par mois avec notre épicerie. Maintenant, on gagne entre 250 et 300 dollars. À l’époque, nous gagnions plus, pas parce que nous vendions plus cher, mais parce que nous vendions beaucoup plus. On pouvait vendre 20 ou 30 cageots de tomates par exemple en un jour. Au début, il n’y avait pas d’autres vendeurs de fruits et légumes ; nous étions deux seulement dans le camp. Comme il n’y pas d’autre travail, les gens se replient sur le petit commerce de détail. Et en plus il y a les vendeurs ambulants syriens. »

53Cet épicier, du fait de la taille assez importante de son échoppe et de l’ancienneté de son installation gagne plus que la majorité des autres épiciers. La plupart, ne disposant que de quelques mètres carrés, ne gagnent que 150 ou 200 dollars par mois au maximum. Dans ce domaine aussi la concurrence de la main-d’œuvre syrienne, qui pratique le commerce ambulant, est importante, surtout depuis 1997-1998.

Un contexte libanais qui favorise l’émigration internationale

  • 28 B. Labaki, « Lebanese Emigration During the War (1975-1989) », in A. Hourani et N. Shehadi (dir.), (...)

54Les contraintes juridiques, économiques et politiques pèsent sur les réfugiés palestiniens. L’absence de perspectives à moyen terme, comme les conflits et les déplacements internes forcés, poussent un nombre croissant d’entre eux à quitter le Liban. Le départ d’une partie de la population palestinienne du Liban est à replacer dans le contexte de la guerre civile qu’a connue ce pays et de l’émigration de nombreux ressortissants libanais. Boutros Labaki28 estime qu’entre 875 000 et 990 000 d’entre eux ont quitté leur pays entre 1975 et 1989, selon trois phases principales : la première en 1975, la deuxième en 1978 et la troisième entre 1984 et 1989. Ce chiffre représente plus du tiers de la population totale du Liban.

55À la guerre civile qui touche ce pays depuis 1975, il faut ajouter une importante crise économique qui se développe dans la deuxième moitié des années 1980. À partir de cette date, les départs s’accélèrent. Ce bouleversement de l’économie libanaise se conjugue pour les Palestiniens avec le départ de l’OLP et la disparition de nombreux emplois administratifs et de services. L’ampleur des départs de Palestiniens vers l’étranger ne peut être dissociée de ce contexte, très favorable à l’émigration.

56Les motifs de départ sont nombreux et leur permanence pousse de nombreux Palestiniens à s’exiler. Dans le cas des Palestiniens de la région de Tyr, les facteurs économiques sont souvent les plus invoqués lors des entretiens. L’absence de travail pousse les Palestiniens à partir plus que d’autres populations puisque de très larges secteurs économiques leur sont interdits. Il faut ajouter à cela la très forte concurrence de la main-d’œuvre étrangère dans les secteurs les moins qualifiés, qui étaient occupés par les réfugiés palestiniens. La paix relative qui règne au Liban depuis 1991 – à l’exception de la zone toujours occupée par Israël au sud du pays et libérée en mai 2000 – a conduit à l’arrivée de très nombreux travailleurs étrangers, qui touchent un salaire journalier environ deux fois moins élevé que celui de leurs homologues palestiniens. Cette concurrence est ressentie de façon très prononcée dans le discours des réfugiés. Mohamed, un jeune Palestinien du camp d’Al Buss, est parti pour trouver du travail et vivre décemment :

« J’ai pensé à émigrer parce que la situation économique et sociale au Liban est vraiment mauvaise. En plus, comme je suis Palestinien je n’ai aucun droit, ni [droits] sociaux ni politiques. Je travaillais avant de partir. J’avais de quoi vivre seul, mais je ne pouvais pas me marier. Je travaillais comme ouvrier dans les vergers ou dans la construction. J’avais une spécialisation dans la climatisation, mais je n’ai pas réussi à trouver du travail dans ma spécialité. Ici, les gens qui ont des climatiseurs n’ont pas de quoi les réparer, surtout dans les camps. Je me suis marié avec une Palestinienne de nationalité allemande et je suis parti en Allemagne. »

  • 29 N. Ghandour, « Meeting the Needs of Palestinian Refugees in Lebanon », in N. Aruri (dir.), Palesti (...)

57Cependant, le facteur économique ne peut à lui seul expliquer l’émigration, même si dans le discours il transparaît de façon plus évidente. Le contexte actuel au Liban ainsi que le manque de perspectives d’avenir lié au piétinement du processus de paix israélo-palestinien, surtout concernant le dossier des réfugiés, sont à prendre en considération pour comprendre le développement de l’émigration. Un autre facteur évoqué par les personnes interrogées est l’absence d’avenir au Liban qui justifie une réinstallation dans un pays tiers. Ce sentiment est lié à plusieurs facteurs associés, qui se sont accentués à partir de 1993. Le premier est le refus affiché par la quasi-totalité de la classe politique libanaise de l’installation des réfugiés palestiniens sur leur sol. Le deuxième est la perception qu’ont les réfugiés des accords d’Oslo (1993) et de leur impact sur leur statut à venir. Sortie perdante de la guerre civile libanaise, l’OLP a été affaiblie sur la scène libanaise, laissant la population sans structure politique propre. À ce déficit d’encadrement politique, il faut ajouter le flou dans lequel se trouvent les réfugiés palestiniens de 1948, dont le statut ne sera discuté que dans la phase finale des négociations qui n’ont toujours pas commencé29. Face au refus affiché par Israël d’envisager le droit au retour des Palestiniens sur le territoire devenu israélien après 1948, ils ne peuvent envisager leur avenir, ni sur leurs terres ni au Liban. Lors des entretiens effectués, les réfugiés se désignent le plus souvent comme les oubliés des accords d’Oslo et les laissés-pour-compte de l’OLP, qui les aurait abandonnés à leur sort. Ce sentiment d’amertume et d’absence d’avenir est renforcé par le fait que les Palestiniens du Liban, et particulièrement les jeunes dans les camps, ont constitué l’essentiel des groupes de fedayin qui se battaient dans l’OLP.

***

58Depuis leur arrivée en 1948, les Palestiniens ont connu trois grandes périodes distinctes concernant leur statut juridique et leurs activités économiques. Dans un premier temps, les réfugiés palestiniens sont soumis aux restrictions qui leur sont imposées par les autorités libanaises dans le domaine juridique, mais aussi en termes d’accès au marché du travail. Avec l’arrivée de l’OLP au début des années 1970 et la signature des accords du Caire, les Palestiniens échappent en partie aux contraintes légales mises en place par l’État libanais, puisque l’OLP gère de facto la population palestinienne, les camps où ils vivent, et finance la création de nombreux emplois induits par le développement de ses institutions politiques, sociales, économiques et militaires. Cette période prend fin avec l’invasion israélienne de 1982, qui contraint au départ la centrale palestinienne, et l’abrogation des accords du Caire à la fin de la guerre civile libanaise. Les camps deviennent des espaces de repli touchés de plein fouet par les difficultés économiques que connaît le Liban de l’après-guerre civile. Les conséquences sont nombreuses pour la population dont le niveau de vie est en baisse constante. L’habitat comme les infrastructures sont en voie de délabrement. Aujourd’hui, aux nombreuses restrictions légales il faut ajouter la forte concurrence de la main-d’œuvre étrangère sur les segments peu qualifiés du marché de l’emploi libanais. Ce contexte favorise l’émigration de nombreux réfugiés palestiniens.

Notes

1 L. Brand, Palestinians in the Arab World. Institution Building and the Search for a State, New York, Columbia University Press, 1988.

2 S. Al-Natour, « The Legal Status of Palestinians in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997 ; W. Said, « The Obligations of Host Countries to Refugees under International Law : The Case of Lebanon », in Naseer Aruri (dir.), Palestinian Refugees. The Right of Return, Londres, Pluto Press, 2001, p. 123-151.

3 Pour une réflexion sur la question du droit au retour et de ses modalités, on peut se référer à S. Hanafi, « L’impact du capital social sur le processus de rapatriement des réfugiés palestiniens », Revue européenne des migrations internationales, vol. 19, n° 3, 2003.

4 Les articles de lois et décrets mentionnés ici sont tous cités par Souheil Al-Natour, art. cit., 1997.

5 S. Al-Natour, art. cit., 1997.

6 Il existe une exception : les Palestiniens sont exemptés de montrer leur document de voyage à la frontière entre le Liban et la Syrie (décret 1188, 1967).

7 H. N. Razqallah, op. cit., 1998.

8 J. Matar, The Jerusalem Report, 7 août 1997, p. 28.

9 On peut citer les professions d’avocat, médecin, pharmacien, ingénieur (S. Al-Natour, art. cit., 1997, p. 368-371). Cette interdiction a été partiellement levée par le ministre du Travail libanais Trad Hamadé en juin 2005, mais ne concerne pas les emplois de cadre, les professions libérales ou celles citées précédemment (Al Nahar, 28 juin 2005, et L’Orient – Le Jour, 28 juin 2005).

10 UNRWA in Figures, mars 1996, publié et distribué par l’UNRWA, Gaza.

11 B. Destremau, « Le statut juridique des Palestiniens vivant au Moyen-Orient », Revue d’études palestiniennes, n° 98, 1993, p. 35-62.

12 En mai 2003, le Conseil d’État libanais a examiné l’hypothèse d’une révision du décret de 1994 qui a permis à près de 200 000 personnes d’obtenir la nationalité libanaise, dont 23 000 Palestiniens selon le quotidien L’Orient Le Jour (12, 15 et 19 mai 2003). 8 000 Palestiniens de la région de Tyr auraient obtenu la nationalité libanaise.

13 M. Al Ali « Palestinian children in UNRWA schools : between the legacy and the heir », non publié, 1999.

14 M. Al Ali, op. cit., 1999 ; R. Sayigh, « Palestinian refugees in Lebanon », FOFOGNET Digest, 28 juin - 3 juillet 1996 ; B. Sirhan, « Education and the Palestinians in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 388-392.

15 L’exploitant-régisseur loue à un propriétaire libanais une terre qu’il exploite. Avec ses propres fonds, il doit planter les arbres, entretenir le verger, assurer la récolte et vendre les agrumes. C’est donc lui qui prend l’ensemble des risques agricoles et commerciaux. Certains réfugiés ont bâti d’importantes fortunes grâce à ce type d’activité. On en trouve par exemple dans le camp d’Al Buss.

16 S. Al-Natour, op. cit., 1999, p. 65.

17 Enquête citée par R. Sayigh, Palestinians : from Peasants to Revolutionaries, Londres, Zed Books, 1979, p. 120-121.

18 R. Brynen, Sanctuary and Survival : The PLO in Lebanon, Boulder, Westview Press, 1990.

19 M. C. Hudson, « Palestinians and Lebanon : the Common Story », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 254.

20 J. Peteet, Gender in Crisis. Women and the Palestinian Resistance Movement, New York, Columbia University Press, 1991.

21 A. Shiblak, « Palestinians in Lebanon and the PLO », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 263.

22 H. Shaaban, « Unemployment and its Impact on Palestinian Refugees in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 386.

23 Ce chiffre, ainsi que ceux qui suivent, sont cités par Hussein Shaaban (art. cit., 1997, p. 386). De fait, ces chiffres sont des approximations, aucun recensement de la population palestinienne et donc de la main-d’œuvre palestinienne au Liban n’étant disponible. Seul l’ordre de grandeur, ici très faible, a un sens.

24 H. Shaaban, art. cit., 1997, p. 386.

25 H. Shaaban, art. cit., 1997.

26 P. Gorokhoff, op. cit., 1984.

27 L’eau n’est pas distribuée en continu par les autorités libanaises parce que, depuis la loi du 28 octobre 1998, cette partie du littoral est une réserve naturelle, l’écoulement d’eau douce dans la mer donnant lieu à un écosystème unique à préserver. L’État libanais veut y développer une zone d’agriculture biologique. L’espace occupé par le camp est exclu de la réserve naturelle (L’Orient – Le Jour, 13 décembre 2000).

28 B. Labaki, « Lebanese Emigration During the War (1975-1989) », in A. Hourani et N. Shehadi (dir.), The Lebanese in the World : A Century of Emigration, Londres, The Centre for Lebanese Studies, I.B. Tauris & Co Ltd Publishers, 1992, p. 605-626 ; et « L’Économie politique des “guerres pour les autres” (1975-1990). Les pertes », in F. Kiwan (dir.), Le Liban aujourd’hui, Paris, CNRS Éditions et CERMOC, 1994, p. 205.

29 N. Ghandour, « Meeting the Needs of Palestinian Refugees in Lebanon », in N. Aruri (dir.), Palestinian Refugees. The Right of Return, Londres, Pluto Press, 2001, p. 152-161.

Table des illustrations

Titre Tableau 7. Scolarisation des réfugiés Palestiniens au Liban et en Syrie (1993-1994)
Légende Note : Les chiffres sont arrondis.Source : B. Sirhan, art. cit., 1997.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tableau 8. Permis de travail délivrés par les autorités Libanaises pour quelques nationalités (1994-2002)
Légende Source : Administration centrale de la statistique, République Libanaise, 2002.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540