Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés palestiniens du Liban

 | 
Mohamed Kamel Doraï

Première Partie. De la Nakba à l’exil. L’installation problématique des Palestiniens au Liban

Chapitre premier. La présence Palestinienne au Liban

Texte intégral

1Alors que les Palestiniens se trouvent dispersés au Moyen-Orient et au-delà, les communautés se différencient petit à petit les unes des autres dans chacun de leurs pays de résidence. Le Liban, comme espace d’accueil, présente un certain nombre de spécificités par rapport aux autres pays où résident d’importantes communautés palestiniennes. En quelques mois, une centaine de milliers de réfugiés arrivent au Liban (voir carte 3, p. 36). Ils constituent alors près de 10 % de la population de ce pays qui n’est indépendant que depuis quelques années. La structuration de l’espace des Palestiniens au Liban résulte de l’interrelation entre deux facteurs principaux : d’un côté, leurs modes d’implantation spatiale depuis leur arrivée avec la constitution de camps et de groupements informels, de l’autre les relations entre l’Organisation de libération de la Palestine et les réfugiés palestiniens, l’État, la société libanaise et l’UNRWA. Pendant plus de cinquante ans, les Palestiniens ont renforcé leur présence dans leurs principales régions d’arrivée au Liban en 1948. Lorsque l’OLP a été en position de force face à l’État libanais, ces espaces ont servi de point d’appui au développement de la société palestinienne, tant du point de vue économique, politique que militaire. Depuis le retrait du Liban de la centrale palestinienne, en 1982, et le déclin de son influence, d’autant plus marqué après la signature des accords de Taëf, en 1989, qui ont mis fin à la guerre civile libanaise, les camps et les groupements palestiniens servent maintenant d’espace refuge et de repli pour cette population. La compréhension des inter-relations entre les institutions diasporiques palestiniennes, leur État d’accueil et l’UNRWA forme l’une des clés d’analyse des dynamiques spatiales des réfugiés palestiniens au Liban. Ces dynamiques spatiales, pour être comprises dans toutes leurs spécificités, doivent être replacées dans leur contexte national. Seule l’articulation de deux échelles d’analyse – locale (camps, groupements et quartiers palestiniens) et nationale (le Liban) – permet de décrire et d’expliquer les dynamiques spatiales des réfugiés palestiniens et de comprendre l’évolution de leur installation au Liban depuis 1948.

Carte 3. Les réfugiés palestiniens immatriculés dans les camps de l’UNRWA en 1958

L’ARRIVÉE ET LA STABILISATION PROGRESSIVE DE LA POPULATION PALESTINIENNE (1947-1975)

2La répartition spatiale des réfugiés palestiniens a connu deux phases distinctes après leur arrivée au Liban. Dans un premier temps, les réfugiés sont dispersés au Sud-Liban, le long de la frontière palestinienne, et ils se mêlent à la population libanaise. Même si la plupart viennent du nord de la Palestine, peu sont arrivés directement au Liban, excepté ceux qui ont fui par la mer ou par le train. L’exode s’est le plus souvent réalisé en plusieurs étapes successives, d’abord à l’intérieur de la Palestine, puis au Liban. Les réfugiés se stabilisent spatialement petit à petit jusqu’au début des années 1970. La guerre civile qui débute en 1975 va bouleverser ensuite leur organisation spatiale.

L’arrivée des Palestiniens au Liban

  • 1 On ne compte effectivement que 0,2 % de Palestiniens nés en Cisjordanie et à Gaza en 1991, selon l (...)
  • 2 Nous ne discutons pas ici de la dimension historique du conflit israélo-palestinien, ni des différ (...)
  • 3 La dispersion des réfugiés à leur arrivée, l’échelonnement chronologique de leur installation ains (...)

3La quasi-totalité des réfugiés Palestiniens du Liban est arrivée entre 1947 et 1949. Il n’y a eu que très peu d’arrivées à la suite de la guerre des Six-Jours, en juin 19671. L’arrivée des Palestiniens au Liban s’est effectuée en plusieurs phases d’ampleur et de durée variables. Quelques réfugiés sont arrivés en 1947. Il s’agit surtout de familles urbaines qui ont quitté la Palestine pour se mettre à l’abri durant les troubles qui ont agité le pays à cette époque. La majorité est cependant arrivée en 1948 et 1949, conséquence des hostilités opposant les forces armées israéliennes d’un côté aux combattants palestiniens et aux armées arabes de l’autre2. Jusqu’en 1956, on assiste à l’entrée de réfugiés qui décident de quitter définitivement le territoire israélien face aux difficultés de vie qu’ils rencontrent. Pendant l’opération de Suez, environ 5 000 Palestiniens fuient l’invasion israélienne de la bande de Gaza par la mer et se réfugient au Liban3.

Une majorité de réfugiés issus du nord de la Palestine

  • 4 Source : UNRWA in Figures, 1996, publié et distribué par l’UNRWA, mars, Gaza.
  • 5 Source : Entretien avec Khaled Ayed, chercheur à l’Institute of Palestine Studies à Beyrouth, 28 m (...)

4En 1950, on compte 127 600 réfugiés palestiniens immatriculés à l’UNRWA4. Ce chiffre n’englobe pas l’ensemble des réfugiés palestiniens. Parmi eux, certains n’ont pas éprouvé la nécessité de s’inscrire auprès de cet organisme puisqu’ils avaient de la famille sur place au Liban, ou disposaient de ressources suffisantes pour vivre par leurs propres moyens. De plus, un certain nombre de ces personnes ne se sont pas fait immatriculer, pensant que le conflit serait bref et qu’elles retrouveraient rapidement leur habitation en Palestine. C’est le cas de familles commerçantes palestiniennes qui vivaient à Haïfa des activités portuaires ainsi que d’une certaine frange de la bourgeoisie urbaine, qui, pour développer ses activités de commerce familial, se sont dispersées dans les capitales économiques du Moyen-Orient (comme les ports de la côte libanaise) du temps de l’Empire ottoman où les frontières étatiques n’existaient pas. La frontière entre le Liban et la Palestine du temps du mandat a souvent été modifiée avant 1948. De ce fait, un petit nombre de Libanais qui vivaient à la frontière avec le nouvel État israélien se sont déclarés Palestiniens et se sont inscrits à l’UNRWA pour bénéficier des avantages matériels et des aides sociales fournis par cet organisme. Ce phénomène semble cependant avoir été de très faible ampleur et peut certainement être considéré comme négligeable5.

  • 6 Source : UNRWA Statistical Profiles, 2004 (<www.unrwa.org>).

5Plus de 90 % des réfugiés palestiniens du Liban immatriculés à l’UNRWA en 20006 sont originaires du nord de la Palestine, des sous-districts d’Acre, de Safad, de Nazareth, de Tibériade et de Beisan, et du district de Haïfa. Cela s’explique par la fuite des réfugiés vers les pays les plus proches que sont le Liban et la Syrie. On retrouve seulement 8,5 % de réfugiés originaires des sous-districts de Jaffa et Lydda. Ces derniers ont quitté la Palestine par voie maritime, et donc par le port de Jaffa. Un certain nombre d’entretiens que nous avons réalisés au Liban ont révélé la mise à disposition par les autorités britanniques de bateaux pour aider les Palestiniens à fuir. D’autres ont pu utiliser le chemin de fer qui reliait alors la côte palestinienne à la Syrie en traversant le Liban.

  • 7 W. Khalidi (dir.), All That Remains. The Palestinian Villages Occupied and Depopulated by Israel i (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Arif Al-’Arif, cité par W. Khalidi, op. cit., 1992, p. 582.

6Si l’origine géographique des Palestiniens du Liban est très homogène, elle ne doit pas masquer de fortes disparités dans les origines sociales. Les deux tiers de ces 127 600 réfugiés sont d’origine rurale si l’on se réfère aux calculs effectués par Walid Khalidi7. L’exception a trait aux réfugiés en provenance du district d’Haïfa qui sont d’origine urbaine. On trouve aussi des réfugiés d’origine bédouine, dont le nombre est difficile à estimer. Un certain nombre de travaux, repris par Walid Khalidi8, mentionnent le chiffre de 70 000 à 120 000 Bédouins pour l’ensemble de la Palestine. On en trouverait 17 000 en Galilée, répartis en 24 tribus, qui auraient presque tous quitté leur terre, incorporée intégralement à l’État d’Israël en 1948, pour se diriger vers le Liban9.

Une géographie de l’exode dictée par le conflit

  • 10 Nous reprenons ici une distinction en cinq périodes élaborée par l’historien Benny Morris, qui con (...)

7L’exode des Palestiniens s’est le plus souvent déroulé en plusieurs étapes. La complexité des parcours migratoires est liée à cinq facteurs principaux : 1) l’avancée progressive des troupes du futur État d’Israël qui ont repoussé petit à petit les Palestiniens vers les pays frontaliers ; 2) le mode de transport utilisé par les réfugiés : le train et le bateau emmènent les réfugiés le plus souvent directement en dehors de la Palestine, les autres moyens de transports, plus lents, comme l’automobile ou la marche à pied, induisent et permettent de nombreuses haltes ; 3) la politique de répartition des réfugiés mise en place par les organisations internationales et par les autorités locales dans les États d’accueil, qui a souvent contrarié la volonté des réfugiés de s’installer près de la frontière palestinienne ; 4) les opportunités de logement et de travail offertes aux Palestiniens arrivés sans ressource ; 5) éventuellement la connaissance de la région d’accueil ou la présence de proches sur place. Les guerres de 1947-1949 et leurs conséquences jusqu’en 1956 donnent lieu à cinq principales vagues d’exode palestinien d’ampleurs différentes10.

La première vague (décembre 1947-mars 1948)

  • 11 W. Khalidi, « L’histoire véridique de la conquête de la Palestine », Revue d’études palestiniennes(...)

8La première vague est de faible ampleur, mais sa portée symbolique est de taille. Elle présage du futur de l’ensemble de la population palestinienne. Une barrière psychologique est franchie et la perte progressive du territoire est entamée. Le premier exode palestinien intervient durant la première phase de conflit entre le mouvement sioniste et les Palestiniens, qui débute en décembre 1947 et prend fin en mars 1948. Durant cette première phase, le conflit combine des éléments de guérilla ainsi que de guerre civile et conventionnelle. En février-mars 1948, environ 75 000 Palestiniens ont quitté leur pays. La majorité est issue des classes aisées et moyennes des villes de Haïfa, Jaffa et Jérusalem ainsi que des villages entourant Jérusalem ou situés dans la plaine côtière. Les réfugiés s’installent dans l’Est palestinien, dans les villes de Nazareth ou de Naplouse, ou bien se dirigent vers les pays arabes voisins, dont le Liban11.

9La ville portuaire et commerciale d’Haïfa est particulièrement touchée. Elle compte environ 70 000 habitants en 1947, les premiers départs de Palestiniens ayant lieu quelques jours seulement après le début des affrontements. La première évacuation date du 4 décembre et concerne 250 familles arabes. Fin janvier, entre 20 000 et 25 000 Palestiniens ont quitté la ville. Les départs sont liés aux combats et à la peur des représailles juives, cette peur augmentant avec l’imminence du départ des troupes britanniques. Les classes aisées fuient les troubles pour défendre leurs intérêts économiques à long terme. Le Liban est l’une des destinations privilégiées du fait de l’intensité des liens économiques et sociaux et de la proximité géographique.

La deuxième vague (avril-juin 1948)

  • 12 L’exécutif sioniste met en place le plan Dalet, qui constitue l’un des principaux points de contro (...)

10C’est durant cette deuxième phase que se met en place le plan Dalet12 durant lequel l’expulsion des populations palestiniennes devient massive. Cette fois, l’exode touche aussi bien les populations urbaines que rurales. Entre 120 000 et 130 000 Palestiniens deviennent des réfugiés pendant cette phase du conflit. On assiste à une très importante recomposition spatiale du peuple palestinien, puisque les principaux centres urbains littoraux et du nord de la Palestine ainsi que la plaine littorale sont touchés, et en premier lieu Haïfa dont la majeure partie des résidents vont se retrouver au Liban à l’issue du conflit.

  • 13 W. Khalidi, art. cit., 1997, p. 72-76 ; B. Morris, op. cit., 1987, p. 73-95.

11Haïfa, la capitale économique de la Palestine, compte plus de 50 % d’habitants juifs. Le seul contingent de réfugiés de Haïfa va représenter près de 10 % du total des réfugiés palestiniens. La chute de Haïfa a eu un fort impact psychologique sur le reste de la population palestinienne et a certainement joué pour beaucoup dans l’exode de Palestiniens en provenance d’autres villes comme Jaffa, Acre ou Safed. Dans la semaine du 22 au 30 avril, 20 000 à 30 000 Palestiniens quittent la ville. Le départ de Ahmad Bey Khalil le 21 avril vers le Liban, le dernier représentant du Haut Comité arabe à Haïfa, a certainement participé à la démoralisation de la population. Sous les bombardements de la Haganah, et face à l’avancée de l’infanterie juive, le 22 avril, des milliers de Palestiniens se sont dirigés vers le port, occupé par les troupes britanniques, pour y trouver refuge. Environ 15 000 Palestiniens ont quitté la ville durant la bataille des 21 et 22 avril, pour gagner Acre ou le Liban. Les bombardements, le manque de ravitaillement, le sentiment de vulnérabilité et l’isolement de la population de la ville ont fortement joué dans l’exode des 40 000 à 50 000 habitants palestiniens qui étaient encore présents. De nombreuses familles égyptiennes se sont embarquées pour Alexandrie, alors que les ressortissants syriens se sont dirigés vers Beyrouth. Dans le même temps, des convois de réfugiés palestiniens se sont dirigés vers les villes d’Acre, de Nazareth, de Jénine et de Naplouse. Au début du mois de mai, seuls 3 000 à 4 000 Palestiniens demeuraient à Haïfa13.

12Voici le témoignage d’un réfugié d’Haïfa. Abou Ghassen vit aujourd’hui dans le camp Al-Buss de Tyr. Une partie de sa famille a fui Haïfa avant le début des hostilités dans la ville. Les hommes et les adolescents sont partis plus tard, après l’occupation des troupes juives.

« Quand j’ai quitté la Palestine, j’avais 14 ans. Je suis de la ville de Haïfa, rue Ouadi, numéro 94. Nous avions une maison de deux étages. [...] À Haïfa, l’exode a commencé avant la guerre de 1948. Nous avons fait partir les femmes et les enfants vers le Liban d’abord, pour les mettre à l’abri. On les a fait partir en voiture vers Saint-Jean-d’Acre, puis vers le Liban. Les hommes qui pouvaient porter un fusil sont restés. Quand ils ont occupé Haïfa, nous nous sommes dirigés vers le port de Haïfa, où il y avait encore les Anglais. Nous partions alors vers Saint-Jean-d’Acre, puis gagnions le Liban par la mer sur des petites barques ou sur n’importe quoi. Ceux de Galilée partaient à pied avec leurs affaires sur leur âne. Ils s’installaient à la frontière en attendant de pouvoir revenir. Les Libanais n’ont pas voulu les laisser sur la frontière car ils créeraient des problèmes avec Israël. On les a regroupés alors dans des camps plus au nord, comme ici. »

13Les troupes juives se sont ensuite attaquées à Beisan et Safed afin d’accélérer le départ des Palestiniens. Elles ont ensuite dirigé leurs attaques vers Acre, principale zone d’accueil des réfugiés des villes du nord de la Palestine. Les populations de Safed et d’Acre se sont retrouvées, pour la plupart, à l’issue des hostilités au Liban.

14Safed comptait 10 000 à 12 000 Palestiniens pour 1 500 Juifs avant le début de la guerre. C’était un des principaux centres régionaux de résistance de l’Armée de libération arabe. Les habitants ont commencé leur exode effrayés par le départ des Palestiniens de Haïfa et Tibériade et par la chute de villages voisins. Le 11 mai, la quasi-totalité de la population arabe avait quitté la ville. Une centaine de Palestiniens âgés restés sur place ont été ensuite expulsés vers le Liban.

15Avant la guerre, la population d’Acre était comprise entre 12 000 et 15 000 habitants. Avec les nombreux réfugiés qu’elle a accueillis, sa population est montée à près de 40 000 personnes vers le 5 mai 1948. Durant la dernière semaine d’avril, les troupes juives ont commencé à bombarder la ville, entraînant les premiers départs vers le Liban. Certains réfugiés ont tenté de regagner Haïfa, mais l’accès à cette ville leur a été interdit par la Haganah. L’exode s’est donc poursuivi vers le Liban et la Galilée centrale. La conquête d’Acre s’est terminée le 17 mai. Seuls 5 000 à 6 000 Palestiniens originaires d’Acre sont restés sur place à la fin des hostilités.

16Oum Hakim, une femme de 63 ans qui vit dans le camp d’Al-Buss à Tyr, raconte sa fuite. Elle habitait dans les faubourgs de la ville de Saint-Jean-d’Acre.

« C’était au mois de mai, il faisait nuit et nous dormions quand les Juifs ont envahi la ville et nous avons fui avec nos enfants sur notre dos. Ceux qui sont restés ont été tués. Nous sommes partis en Galilée dans une ville druze, où nous sommes restés un mois. Dans les villages druzes ou chrétiens nous étions en sécurité. Les Juifs ne les attaquaient pas. Nous dormions sous les arbres avec nos enfants. Nous sommes restés là quatre mois. Mais il n’y avait pas d’eau, celle que l’on trouvait n’était pas potable. Ensuite nous sommes partis vers Tarchiha, un autre village en Palestine à la frontière libanaise, nous y sommes restés un mois. Israël est venu et nous en a chassés. Nous sommes donc allés au Liban dans un village qui s’appelle Rmeïsh, un village chrétien où il n’y avait pas d’eau. Nous récoltions l’eau à même le sol, et nous la faisions bouillir avant de la boire. L’eau se vendait une livre palestinienne le téraké [mesure palestinienne]. Nous sommes restés là huit jours. Nous n’avions pas d’argent et nous devions manger, il n’y avait rien, nous vivions sous les arbres. Personne ne nous aidait. La Croix-Rouge internationale se trouvait à Tyr, Saïda, Beyrouth, dans les villes, mais pas dans les villages. »

La troisième vague : les dix jours (9-18 juillet 1948)

17Après la fin de la trêve, le 9 juillet, l’armée israélienne a attaqué la Galilée occidentale ainsi que la basse Galilée, comprenant la ville de Nazareth, le nord du Néguev et la région centrale. Ces attaques ont généré en tout environ 100 000 réfugiés qui se sont majoritairement dirigés vers la Cisjordanie, la haute Galilée, le Liban et la bande de Gaza. La région de Lydda et Ramleh a été vidée presque totalement de sa population arabe, alors qu’une partie de la population palestinienne est demeurée en Galilée.

18L’attaque des villages du nord de la Palestine s’est soldée par le départ de ses habitants vers le Liban. Lors de sa conquête, la ville de Nazareth comptait 15 000 habitants auxquels il faut ajouter 20 000 réfugiés qui venaient des principales villes du nord de la Palestine – Acre, Haïfa, Beisan, Tibériade –, tombées lors de la précédente offensive israélienne. La chute de Nazareth et de ses villages environnants a créé un flot de réfugiés compris entre 20 000 et 30 000 personnes qui se sont dirigées vers la haute Galilée et le Sud-Liban.

La quatrième vague : l’exode d’octobre-novembre 1948

19Outre le Néguev, une opération est lancée en haute Galilée. 50 000 à 60 000 Arabes sont expulsés vers le Liban. Elle a pour but de mettre fin aux attaques menées par l’Armée de libération en haute Galilée, ainsi que de conquérir des territoires supplémentaires.

  • 14 Il existe, selon Benny Morris, « une directive centrale émanant du front nord de nettoyer la poche (...)

20En haute Galilée, la population palestinienne, estimée à 50 000 ou 60 000 individus en octobre 1948, passe à 10 000 ou 12 000 personnes à la suite de l’offensive israélienne14. Les populations les plus touchées par l’exode sont musulmanes. Les chrétiens, les Druzes et les Circassiens sont plus nombreux à rester. Les Palestiniens déjà réfugiés dans cette région sont touchés plus durement par les expulsions israéliennes que les habitants originaires de ces villages.

Le « nettoyage des frontière15 » et la question de l’infiltration des réfugiés

  • 15 L’expression est de Benny Morris (op. cit., 1987).

21Durant le mois de novembre 1948, l’armée israélienne a décidé d’expulser vers le Liban les habitants palestiniens situés dans une zone de 5 à 15 kilomètres au sud de la frontière septentrionale du nouvel État israélien. Une deuxième série d’expulsions a été entamée au début de l’année 1949. Certains habitants ont été déplacés à l’intérieur de l’espace israélien, d’autres ont fui vers le Triangle (Morris, 1987).

22Entre 1948 et 1956, de nombreux Palestiniens s’infiltrent à partir de la Cisjordanie, de la bande de Gaza, du Sinaï égyptien, de la Syrie et du Liban dans le nouvel État d’Israël. L’infiltration atteint son apogée avec 16 000 cas en 1952 selon l’armée israélienne, puis décroît pour se stabiliser à quelques milliers de cas, pour s’arrêter en 1956. La majeure partie des infiltrés vient de Cisjordanie, mais concerne aussi le Liban. Ce sont pour la plupart des réfugiés palestiniens originaires de villages ou de villes appartenant à l’État israélien. Les difficultés de vie dans leurs pays d’accueil ainsi que la volonté de rentrer chez eux sont les principales causes de leur passage à la frontière, pour tenter de trouver de quoi manger, de récupérer des biens et de retrouver leurs anciens lieux de vie.

23Les responsables israéliens pensent que la plupart des infiltrations ont des causes politiques et sont destinées à établir un climat d’insécurité dans le nouvel État israélien. Ce type d’infiltration est cependant limité, même s’il se développe à partir de 1954. La majeure partie des réfugiés palestiniens passent la frontière pour récolter leurs champs. En effet, l’intensité des infiltrations varie avec les saisons. Des familles se trouvent aussi séparées par le nouveau découpage étatique. Une partie des infiltrations résultent donc des visites aux proches. La Galilée ainsi que le Petit Triangle, au sud de Haïfa, sont les principales zones concernées par ce type d’infiltration. Benny Morris estime que le nombre de Palestiniens qui ont tenté de se réinstaller dans leur région d’origine est compris entre 30 000 et 90 000 pour la période qui s’étend de 1948 à 1953. Ce mouvement est particulièrement prononcé en Galilée et dans le nord du Néguev. Une vingtaine de milliers de réfugiés auraient réussi à se réinstaller en Israël, mais sans obtenir de permis de résidence. Un certain nombre d’entre eux ont ensuite franchi à nouveau la frontière dans l’autre sens. Ce type d’infiltration a surtout eu lieu entre 1948 et 1950.

  • 16 B. Morris, Israel’s Border Wars, 1949-1956. Arab Infiltration, Israeli Retaliation, and the Countd (...)

24Il existe d’autres motifs d’infiltration moins importants : le passage entre la bande de Gaza surpeuplée et la Cisjordanie plus riche, le trafic de denrées et de biens de consommation entre les pays arabes et Israël, la pêche dans les eaux territoriales israéliennes, à partir du Sud-Liban surtout, des actes d’espionnage pour le compte des États arabes, ainsi que le vol dans des collectivités agricoles israéliennes. Beaucoup d’infiltrations ont des motifs économiques et sont quelquefois le fruit de l’absence de frontière claire entre Israël et ses voisins arabes. Les observateurs, comme l’ONU ou même les services de sécurité israéliens, relèvent que la majorité des infiltrés ne portent pas d’armes. L’infiltration est surtout le fait d’individus ou de groupes d’individus non organisés. Il a néanmoins existé des bandes structurées qui ont pratiqué le trafic de marchandises le long des frontières. Des groupes armés ont aussi existé, comme des partisans du mufti de Jérusalem en Cisjordanie, ou de Qawuqji au Liban16.

Les parcours migratoires des premiers arrivants

25La période qui s’étend de 1948 à 1956 est marquée par une importante dispersion des Palestiniens au Liban. Cet éclatement géographique est lié au caractère même de l’exode. Le départ précipité et non organisé des réfugiés a entraîné la dispersion des familles qui n’ont pas toutes pu partir ensemble. Les hommes restaient le plus souvent sur le front pour combattre, alors que les femmes et les enfants partaient devant pour se mettre à l’abri. L’exil étant vécu comme temporaire, les réfugiés se sont dirigés vers les lieux d’accueil sûrs les plus proches, sans songer dans un premier temps à se réunir pour s’organiser dans leur pays d’accueil. Certains se sont donc installés provisoirement dans les villages libanais voisins de la frontière, d’autres dans les camps de transit créés par la communauté internationale. Ce n’est qu’à partir de 1956, date à laquelle les réfugiés se rendent compte qu’Israël n’est pas une réalité passagère, mais que ce pays a consolidé et complètement fermé ses frontières, qu’ils tentent de reformer les bases de leur société d’avant 1948 que la brutalité et la rapidité de l’exode avaient liquidées. Un grand nombre de villages font office d’espace de transit au Sud-Liban, les principaux ports et gares ferroviaires libanais jouant un rôle d’étape.

Des arrivées directes dans les gares et les ports libanais

26Les habitants de Jaffa et surtout de Haïfa ont quitté la Palestine par bateau pour fuir les hostilités. Un certain nombre d’entre eux ont fait une première escale à Saint-Jean-d’Acre, pour ensuite prendre la mer vers les ports de Beyrouth ou de Tyr, au Liban. La majorité a fui en 1948, même si une partie de la bourgeoisie palestinienne a quitté la Palestine par la mer juste après le plan de partage.

27L’utilisation des voies maritimes en 1948 permet de comprendre la présence de Palestiniens originaires de ports palestiniens assez éloignés de la frontière libanaise, comme la ville de Jaffa. Une Palestinienne, d’origine juive et devenue musulmane, qui réside à Beyrouth-Ouest témoigne de son départ de Jaffa :

« Nous sommes partis en 1948. Nous nous sommes réfugiés dans le port de Jaffa quand l’armée juive a attaqué. Nous sommes restés dans le port environ une semaine. Ensuite les Anglais sont venus avec un grand bateau et nous ont dit de monter et qu’ils nous ramèneraient deux semaines ou un mois plus tard. Nous ne pouvions rien faire d’autre, nous n’avions pas d’armes, donc nous les avons crus. Nous nous sommes dirigés vers le Liban. Au début ils ne voulaient pas nous accueillir dans le port de Beyrouth. Nous avons alors attendu toute une nuit au large de la ville sur le bateau, il était plein. »

28De ce fait, les villes portuaires libanaises sont les principales aires de transit des réfugiés palestiniens. D’autres villes littorales font aussi office de lieu de premier accueil, et ce par leur fonction ferroviaire. Tyr, Saïda, Beyrouth et Tripoli sont les quatre principales villes qui accueillent des réfugiés qui ont quitté la Palestine par le train. À cette époque, une ligne de chemin de fer relie la côte palestinienne à Alep en Syrie, en longeant le littoral libanais. Un certain nombre de camps de réfugiés palestiniens sont actuellement construits le long ou à proximité de cette ancienne voie ferrée aujourd’hui désaffectée, comme Rashidiyyeh, Al Buss ou Aïn el Heloueh. Selon les entretiens réalisés, les réfugiés étaient censés pour beaucoup se diriger vers la Syrie. Cependant, à chaque gare importante un certain nombre de réfugiés, fatigués, malades, ou ayant des proches installés dans la ville étape descendaient et s’y installaient à leur tour. La présence de deux camps importants près de la ville de Tripoli, au nord du Liban, est liée à la fermeture par la Syrie de sa frontière pour ne plus accueillir de nouveaux réfugiés. Ainsi, bloqués au Liban, les réfugiés se sont installés à cet endroit faute de pouvoir continuer leur chemin.

Des parcours longs et complexes pour la majorité des réfugiés

29Peu de réfugiés ont cependant eu recours au train ou au bateau, parce qu’ils n’habitaient pas le long du littoral palestinien et parce que la précipitation de leur exode, liée aux hostilités, n’a pas permis d’organiser leur fuite. Le plus souvent, les Palestiniens qui résident sur le front d’avancée des troupes juives font partir les femmes, les enfants et les personnes âgées dans les villages non touchés par les hostilités, pendant que les hommes résistent. Lorsque le village tombe, les hommes reculent, et ainsi de suite. Dans un premier temps, on assiste donc à des exodes internes. Sans franchir de frontière, les Palestiniens demeurent en Palestine. Au fur et à mesure des pertes territoriales, les réfugiés traversent la frontière et s’installent pour la plupart dans les villages libanais les plus proches. Oum Ahmed, du camp de Rashidiyyeh, témoigne :

« Je suis née en 1931 à Kasaïr dans le Caza de Haïfa, mon mari vient du Caza de Saint-Jean-d’Acre. Nous sommes venus au Liban en 1948 après la chute de Haïfa et Saint-Jean-d’Acre. Nous sommes d’abord allés à Chaab en Palestine, le village de mon mari. Nous sommes partis la nuit pour une ville palestinienne qui s’appelle Ramyé. Nous nous sommes installés sous les oliviers. Nous sommes restés comme ça quarante jours sous les oliviers. Ensuite, nous sommes partis pour Bent Jbeïl au Liban. Nous y sommes restés quarante jours. Nous achetions une jarre d’eau pour 10 piastres palestiniennes, cela valait beaucoup à l’époque. Des camions de la Croix-Rouge internationale sont arrivés et nous ont emmenés vers Anjar (Beqaa). »

30Deux villes concentrent d’important flux de réfugiés : Marjayoun et Bent Jbeïl, au Sud-Liban. Le reste de la population se disperse dans les nombreux villages qui jalonnent la frontière libanaise. D’autres se dirigent directement vers les camps de transit installés par la communauté internationale, essentiellement Borj Shémali et Al Buss au Sud-Liban. Ce sont les personnes qui ne disposent d’aucune ressource à leur arrivée. Dans ces camps, ils trouvent de la nourriture et des tentes où loger. Un certain nombre de réfugiés, surtout des Bédouins, décident de ne pas s’installer dans les camps et se dirigent alors vers les groupements informels palestiniens, dispersés le long du littoral libanais dans la campagne. Abou Farah, un Palestinien d’origine bédouine de Galilée, explique les raisons de leur installation hors des camps.

« Nous sommes originaires d’Oum al Faraj. Nous sommes allés à Bent Jbeïl, mais nous ne sommes pas restés, nous nous sommes dirigés vers Tyr. Là il y avait le camp de Borj Shémali, de là ils dispersaient les gens vers Al Buss, ou Rashidiyyeh. Nous sommes passés par Rashidiyyeh et nous sommes directement venus à Chabriha. Nous avions des proches qui vivaient dans un verger ici en bas, alors nous sommes venus. Les gens habitaient dans des maisons en tôle ondulée ou dans des biout chaar [tente bédouine]. Ensuite, nous sommes montés habiter en haut de la colline, on ne nous a pas laissé habiter plus longtemps dans le verger. Mais ici on n’a plus le droit de construire. On s’est installé où on a pu. »

31Cependant, les réfugiés ne sont pas tous arrivés directement de la Palestine au Liban. Un certain nombre s’est dirigé du nord de la Palestine vers l’intérieur des terres palestiniennes, pour rejoindre des proches. Une première halte a donc lieu en Cisjordanie, surtout à Naplouse. L’exode ayant dispersé les familles entre plusieurs pays d’accueil, et la frontière israélienne s’étant fermée au retour ou après le passage des réfugiés, de longs déplacements débutent afin de tenter de réunir les familles scindées entre plusieurs pays. C’est le cas d’Oum Farid, qui a quitté Haïfa avec sa famille pour se rendre en Jordanie. Son père ayant été tué dans les hostilités, elle rejoint son oncle à Tyr en passant par la Syrie.

« Mon père est parti de Haïfa en passant par Jérusalem, Jénine, pour arriver à Irbid en Jordanie. Quand nous sommes arrivés en Jordanie, mon père est reparti vers la Palestine pour chercher des affaires, pour que nous puissions nous habiller et manger. Il avait laissé son argent à la maison, en Palestine. Il n’est jamais revenu… Après trois ans, ma tante est venue nous prendre et elle nous a emmenés dans un camp à Naplouse, qui s’appelle Aaskar. Ma grand-mère voulait venir voir son fils Jaber qui habitait lui à Tyr. Nous sommes passés par la Jordanie, puis en Syrie. Le fils de ma grand-mère est venu nous chercher et nous a emmenés à Tyr, chez lui. Il habitait à Al Buss. Malheureusement, ma grand-mère qui avait 90 ans est morte à Tyr. Évidemment, moi je suis resté chez mon oncle. Comme j’étais la fille de son frère, il n’a pas voulu me laisser tomber. J’avais 14 ans, il m’a mariée à son fils. C’est comme ça que je me suis retrouvée à vivre ici ! »

32Ces parcours migratoires à travers plusieurs pays arabes frontaliers sont assez courants. Ils sont essentiellement dus à la précipitation de l’exode palestinien.

Quelques arrivées tardives

33Un certain nombre de réfugiés n’ont pas accepté leur sort en 1948 et ont tenté de se réinstaller en Palestine, dans la partie du territoire alors sous contrôle d’Israël nouvellement créé. Ce sont les « infiltrés ». Un grand nombre d’entre eux n’a pu rester sur le territoire administré par Israël, n’ayant pas obtenu le droit d’y résider. Sans droit, sans aide et vivant dans l’illégalité, beaucoup ont préféré repartir vers le Liban rejoindre leurs proches. Ils n’ont cependant pas été reconnus comme réfugiés à leur arrivée au Liban, puisque leur installation était postérieure à 1951, date du recensement des réfugiés palestiniens par l’État libanais. Leur situation a ensuite été régularisée. Un de ces réfugiés de la tribu bédouine des Arab Samniyyeh, qui vit actuellement dans le groupement d’Abou al Aswad, témoigne de son itinéraire migratoire :

« En 1948, ma famille est partie vers le Liban. Nous sommes restés au Liban pendant deux ans, mais cela ne nous a pas plu, ni le travail ni rien. Nous sommes alors revenus en Palestine en 1950. Nous sommes restés en Palestine jusqu’en 1956, enfin dans l’État d’Israël. Mais nous avions beaucoup de problèmes en raison des restrictions qui nous étaient imposées par Israël. Nous sommes alors repartis vers le Liban, d’abord vers le sud, où nous sommes restés un mois, puis nous sommes venus rejoindre nos proches. Il y a six ou sept familles qui sont venues en 1956, dans ce groupement. Ni l’UNRWA ni l’État libanais ne nous ont reconnus comme réfugiés. Nous sommes restés dix ans ici sans qu’ils ne nous reconnaissent, sans avoir le droit à aucune aide, ni aucun papier. »

34L’arrivée des populations palestiniennes au Liban s’est donc déroulée en plusieurs phases distinctes et selon des modalités différentes. La majeure partie des réfugiés sont arrivés au Sud-Liban, après de nombreuses étapes migratoires, avant de s’installer dans leur lieu de vie actuel. Dans un premier temps, les Palestiniens se trouvent dispersés par l’exode. Leurs lieux d’arrivée au Liban n’ont pas été choisis à l’avance : ils sont dictés par la nécessité de survivre en l’absence de ressource et privé des systèmes de solidarité familiaux et villageois dissous par la brutalité de l’exode.

Le recensement difficile du nombre de Palestiniens à leur arrivée

35L’évaluation du nombre de Palestiniens au Liban est difficile pour plusieurs raisons : les difficultés d’enregistrement de la population dès son arrivée sur le sol libanais, l’enregistrement déficient des naissances et des décès et le recensement difficile des départs vers l’étranger, donc du solde migratoire des Palestiniens. L’ensemble de ces facteurs, qui permettent de chiffrer l’évolution d’une population, ne sont donc que partiellement connus. Par exemple, les modes de calcul et d’enregistrement propres à l’UNRWA indiquent une baisse du nombre des réfugiés dans les premières années qui ont suivi leur installation au Liban. Mais dans les faits le solde migratoire des Palestiniens du Liban demeure positif jusqu’au milieu des années 1960. Principalement installés à proximité des villes littorales au début des années 1950, leur présence se renforce dans ces espaces jusqu’au début des années 1970.

L’évolution globale de la population pour la période 1948-1975

  • 17 H. N. Razqallah, Les Palestiniens au Liban et en Syrie. Une étude démographique comparée (1948-199 (...)
  • 18 Ces chiffres représentent donc une estimation du nombre total de réfugiés, c’est à-dire aussi bien (...)

36Hala Nawfal Razqallah17 synthétise l’évolution du nombre de réfugiés palestiniens en se basant sur différentes sources scientifiques et institutionnelles. Les estimations sont calculées essentiellement à partir du taux d’accroissement de la population estimé pour la période à un peu plus de 3 % par an18.

Tableau 1. Évolution du nombre de réfugiés Palestiniens (1978-1975)

Tableau 1. Évolution du nombre de réfugiés Palestiniens (1978-1975)

Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 14.

  • 19 Pour une analyse du recensement libanais de 1932 et des difficultés d’interprétation qu’il entraîn (...)

37Ces chiffres doivent être pris avec précaution, d’autres sources donnant des estimations très différentes, comme c’est le cas par exemple pour l’année 1969 : la direction générale de la Sûreté libanaise donne une estimation comprise entre 273 000 et 310 000 Palestiniens au Liban. Elle prend en compte 50 000 réfugiés non inscrits à l’UNRWA, mais inscrits auprès de ses services, et 30 000 autres Palestiniens arrivés lors de deux vagues successives en 1956, après l’invasion israélienne de Gaza, et en 1967 à la suite de la guerre des Six-Jours. On peut estimer que cette estimation est surévaluée, l’enregistrement des départs du Liban, en majorité vers les pays du Golfe, étant peu fiable. Pour 1969, l’UNRWA enregistre 168 927 réfugiés. Cette fourchette d’estimation large, du simple au double, est liée aux critères retenus par chaque organisme pour définir la catégorie « réfugié palestinien ». Alors que l’UNRWA comptabilise les réfugiés qui nécessitent son aide, la direction générale de la Sûreté libanaise les recense dans le but de les contrôler. Les disparités dans les chiffres donnés résultent donc des objectifs divergents de ces deux institutions. L’absence de recensement général de population au Liban depuis 1932 entretient le flou quant à l’importance respective des communautés qui résident sur son sol jusqu’à aujourd’hui19.

Les difficultés d’enregistrement dès l’arrivée des Palestiniens

38En 1951, l’UNRWA donne le chiffre de 133 186 réfugiés palestiniens au Liban, chiffre semblable à celui donné par les autorités libanaises et qui se décompose comme suit : 105 135 réfugiés inscrits, 23 286 réfugiés rayés des listes et 4 765 non inscrits parce qu’ils ne nécessitaient pas l’aide de l’UNRWA. L’Agence va tenter, durant les premières années d’exercice de son mandat, et ce dans l’ensemble de son espace d’activité, de rectifier ses listes, en ne prenant en compte que les personnes qui nécessitent son aide. Cela entraîne une baisse des effectifs de réfugiés inscrits jusqu’en 1958.

Tableau 2. Évolution du nombre de réfugiés recevant une aide de l’UNRWA (1951-1958)

Tableau 2. Évolution du nombre de réfugiés recevant une aide de l’UNRWA (1951-1958)

Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 13.

39Ces effectifs sont sous-estimés par les calculs de l’UNRWA. Par exemple, une partie des enfants de réfugiés ne sont inscrits à l’UNRWA qu’à partir de leur entrée à l’école. Sa vocation humanitaire induit une définition restreinte du nombre de réfugiés. La baisse des années 1950 n’est donc due qu’à un mode d’enregistrement administratif et non à une baisse réelle de l’effectif des réfugiés. Effectivement, durant cette même période, les autorités libanaises donnent un solde migratoire positif pour les Palestiniens. Dans les faits, donc, la population de réfugiés a augmenté.

Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 15-16.
Figure 1. Le solde migratoire des Palestiniens du Liban (1950-1966)

  • 20 Ces chiffre sont les resultats de l’estimation d’un chercheur, George kosseifi, à partir des stati (...)

40Le solde migratoire de cette population est en fait positif jusqu’en 1964, puis négatif par la suite. Les soldes migratoires présentés dans ce tableau sont toutefois à considérer avec précaution : ils indiquent plus un ordre de grandeur qu’une réalité démographique précise20. En effet, à cette époque, l’enregistrement des départs et des arrivées de Palestiniens est problématique et les services de sécurité libanais, dont sont issus ces chiffres, ne prennent en compte que les personnes qui sont inscrites chez eux. La population palestinienne du Liban ne s’est donc pas stabilisée rapidement après l’exode de 1948, mais a continué à augmenter, essentiellement au rythme des regroupements familiaux, après une importante dispersion familiale à l’origine.

Évolution de la répartition spatiale des Palestiniens au Liban

41Entre 1958 et 1971, la population palestinienne a renforcé sa présence dans les principales villes libanaises de la côte : Tyr, Saïda, Beyrouth et Tripoli, alors qu’une partie des Palestiniens de Baalbek, dans la plaine de la Beqaa, qui résidaient dans le camp de Gouraud ont été relogés à Tyr, dans la partie nouvelle du camp de Rashidiyyeh (voir carte 4, p. 53).

Carte 4. Évolution de la répartition des réfugiés immatriculés à l’UNRWA entre 1958 et 1971

Tableau 3. Répartition spatiale des réfugiés Palestiniens inscrits à l’UNRWA en 1951 et 1969

Tableau 3. Répartition spatiale des réfugiés Palestiniens inscrits à l’UNRWA en 1951 et 1969

Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 47.

42Alors que l’effectif de la population palestinienne augmente et qu’elle renforce sa présence dans les principales villes littorales, elle se concentre dans les camps de réfugiés et les groupements établis à leur arrivée. Beyrouth ainsi que la région de Tyr présentent une particularité. Le nombre de Palestiniens qui résident en dehors des camps de réfugiés gérés par l’UNRWA augmente et des quartiers palestiniens se forment à Beyrouth (Ras Beyrouth, le quartier de l’université arabe et celui de Aïn Rumanneh) alors que des groupements se développent au nord de la ville de Tyr, le long de la route qui la relie à Saïda (Nahr al Samir, Jall al Bahr, Maachouq, Chabriha, Bourgholiyyeh, Qasmiyyeh et Adloun). On peut observer une certaine concentration spatiale des réfugiés à l’échelle régionale, alors qu’à l’échelle locale, on assiste à une plus grande dissémination des réfugiés dans les quartiers de Beyrouth ainsi que dans les zones rurales du Sud-Liban.

LA CONSTRUCTION D’ESPACES PALESTINIENS AU LIBAN

43Parce que l’exil se prolonge, la grande dispersion des Palestiniens dans la multitude de villages libanais de la frontière tend à se résorber au profit d’une concentration spatiale dans certaines zones délimitées. Il est important de noter que la constitution des espaces palestiniens est le résultat de parcours migratoires complexes obéissant tant à des nécessités économiques qu’à des regroupements familiaux et villageois, voire à des questions de sécurité, et que ces espaces ne se sont stabilisés que près de vingt ans après l’arrivée des réfugiés. Plusieurs facteurs influencent le lieu d’installation des réfugiés. Tout d’abord, les opportunités de travail. Privés de toute ressource, les réfugiés se déplacent au gré des embauches, le plus souvent comme ouvriers agricoles. Les conditions de travail sont très dures et les rémunérations faibles. L’absence de revenus stables pousse les réfugiés à se diriger vers les camps créés par la Croix-Rouge dans un premier temps, puis gérés et développés par l’UNRWA à partir de 1949. Leur situation transitoire devenant au fil des ans permanente, les Palestiniens, de leur propre volonté ou sous l’impulsion des autorités libanaises et de l’ONU, se regroupent dans des camps de réfugiés ainsi que dans des groupements informels. Les réfugiés se sont regroupés par famille et par village d’origine pour préserver leurs systèmes de solidarité et reconstituer dans l’exil les bases de leur vie en Palestine. Partis ensemble, les réfugiés voulaient s’installer provisoirement dans leur exil ensemble afin de faciliter leur retour. Si la survie des systèmes de solidarité palestiniens nécessite une concentration spatiale, la volonté de contrôle de cette population par leur État d’accueil joue aussi un rôle important dans la constitution des camps et des groupements. L’État libanais, afin de sécuriser sa frontière sud, a préféré en éloigner les réfugiés palestiniens, potentiellement hostiles à Israël.

44Il existe trois principaux types de lieu de résidence pour les Palestiniens au Liban. Le premier, et le moins développé, concerne l’installation des réfugiés dans les villes libanaises au sein de la population locale. Il s’agit pour partie de la bourgeoisie palestinienne, qui a quitté la Palestine avec un capital suffisant pour s’installer en ville. On trouve aussi des Palestiniens sortis des camps de réfugiés grâce aux revenus que leur procure leur emploi, ou des entrepreneurs qui ont réussi. Cette population urbaine n’est pas analysée ici, du fait de la proportion relativement faible de réfugiés dans cette situation, excepté dans l’agglomération de Beyrouth. Le deuxième, et le plus développé au Liban, concerne les habitants des camps, qui représentent plus de la moitié des réfugiés palestiniens immatriculés à l’UNRWA. Le troisième représente une forte majorité des habitants hors des camps, qui se concentrent dans des groupements palestiniens particuliers. Si la dispersion spatiale a caractérisé la répartition de la population palestinienne à son arrivée au Liban, et est liée aux circonstances mêmes du conflit israélo-palestinien et israélo-arabe, il convient d’examiner les facteurs qui ont influencé la redistribution spatiale et la concentration des réfugiés dans des espaces distincts ainsi que les rôles respectifs des acteurs institutionnels, comme l’UNRWA ou l’État libanais, et des réfugiés eux-mêmes dans leur mode d’implantation spatiale.

Le développement des camps de réfugiés

  • 21 UNRWA, op. cit., 1986.

45Les camps de réfugiés palestiniens sont des espaces gérés par l’UNRWA, qui a pour mission de s’occuper du logement et de l’infrastructure (eau, égout, route), sans exercer d’autorité juridique sur cet espace ni sur ses habitants. Les camps se sont développés sous l’impulsion de l’UNRWA, dont le rôle d’assistance aux réfugiés a été défini par la communauté internationale, de l’État libanais pour concentrer la population palestinienne, et des réfugiés eux-mêmes par nécessité économique et volonté de regroupement spatial. Les camps qui existent actuellement au Liban se sont stabilisés au milieu des années 1960. Jusqu’à cette date, les réfugiés se sont déplacés, sous la contrainte ou volontairement, entre différents camps, et des villes et villages libanais vers les camps. Ces espaces se sont donc constitués sur près de vingt ans, pour atteindre ensuite une morphologie qui perdure jusqu’à aujourd’hui dans ses grands traits. Selon l’UNRWA, les camps ont accueilli à leur création environ un tiers de la population palestinienne dans l’ensemble de ses secteurs d’activité au Moyen-Orient21.

La distribution spatiale des camps de réfugiés

46La distribution spatiale des camps repose sur trois logiques distinctes. Soit ils se situent dans les principales zones d’arrivée des Palestiniens, c’est-à dire autour des villes côtières. Soit ils ont été installés dans des espaces vides, sur des terres non cultivées ou dans d’anciens camps de réfugiés arméniens fondés en 1936, comme c’est le cas pour Al Buss et Rashidiyyeh. Soit ils se situent pour partie dans des espaces « choisis » par les réfugiés.

47Dans un premier temps dispersés, les Palestiniens se sont dirigés vers les camps de réfugiés pour différents motifs. La principale raison est économique. De nombreux réfugiés sont arrivés au Liban sans aucune ressource, ils se sont donc dirigés vers les camps de réfugiés les plus proches de leur lieu d’arrivée pour se loger et pour se nourrir. D’autres réfugiés se sont installés dans les camps plus tardivement. Ils ont pu louer un logement dans les villes ou villages libanais. À court d’argent, ils sont finalement venus habiter dans les camps. C’est le cas d’une femme âgée du camp d’Al Buss, qui est originaire d’Oum al Faraj, en Palestine.

« Après avoir passé plus d’un mois à Bent Jbeïl, nous sommes venus à Tyr, habiter dans la ville. Notre père était riche, il ne voulait pas nous mettre dans les camps, dans la saleté. Ici il y avait des Arméniens avant. Ils sont partis vers Beyrouth. Après avoir dépensé tout l’argent que nous avions, notre famille est venue ensuite habiter à Al Buss. »

48D’autres réfugiés ont privilégié les regroupements familiaux et villageois, sans réelle motivation économique. Il s’agit là d’un des principaux éléments qui caractérisent les camps de réfugiés. L’efficacité du regroupement villageois est locale, c’est-à-dire que dans chaque région d’arrivée les réfugiés se sont regroupés par village d’origine. Il existe cependant des personnes originaires d’un même village qui résident dans plusieurs camps de réfugiés au Liban. Par exemple, les Palestiniens originaires du village de Damoun en Palestine et qui sont arrivés à Tyr se trouvent en grande partie dans le camp d’Al Buss, comme en témoigne un de ses habitants :

« Je suis né à Damoun, Caza d’Acre, en 1932. Nous, les gens de Damoun, nous sommes partis de Palestine en 1948, et nous nous sommes installés en premier dans un village qui s’appelle Bazoulieh, au Sud-Liban. Nous sommes restés là six ans. Nous sommes ensuite venus vers Al Buss. Nous sommes venus ici parce qu’ici il y avait un camp de réfugiés. La seule raison est que nous avions des proches qui habitaient ici. L’UNRWA nous a signifié que sans autorisation de l’État libanais nous ne pouvions pas nous installer ici. Nous sommes allés à l’Administration des affaires des réfugiés. Ils nous ont donné l’autorisation et nous avons pu nous installer ici. »

  • 22 Philippe Gorokhoff, « Création et évolution d’un camp palestinien de la banlieue sud de Beyrouth, (...)

49Les autorités libanaises ont tenté dans un premier temps d’éloigner les réfugiés de la frontière sud du pays et de les redistribuer dans la plaine de la Beqaa, autour d’Anjar, de Baalbek et de Beyrouth. Des confrontations ont eu lieu à Anjar entre les Palestiniens et les Arméniens, et elles se sont soldées par le départ des premiers. Ces réfugiés se sont installés dans les années 1950 à Borj Shémali. De la même façon, une partie des Palestiniens qui résidaient à Baalbek ont quitté cette ville pour s’installer au camp de Rashidiyyeh au milieu des années 1960. Philippe Gorokhoff 22 indique pour sa part que les autorités libanaises ont voulu déplacer en mai 1949 les Palestiniens originaires de Tarshiha, qui s’étaient réfugiés dans la région de Tyr, vers Alep en Syrie. Les réfugiés ont refusé de quitter le Liban, la majeure partie s’est installée à Tyr, alors qu’un groupe de près de 450 personnes se sont installées à Borj el Barajneh, au sud de Beyrouth, où elles ont fondé le camp du même nom.

  • 23 Les Maghrabi sont une communauté composée d’Arabes et de Berbères qui ont quitté l’Algérie au mili (...)

50Certains réfugiés ont décidé par eux-mêmes de s’installer dans les camps dès leur arrivée en 1948-1949, alors que les autorités libanaises ont tenté de les disperser sur l’ensemble du territoire. C’est le cas par exemple de la communauté maghrabi23 du camp de Borj Shémali. Une partie d’entre eux a refusé la dispersion imposée par les autorités libanaises et a décidé de s’installer là où le camp de Borj Shémali sera construit par la suite. Abou Hassan, un réfugié âgé originaire d’Al Husseiniyyeh, en Palestine, raconte pourquoi il s’est installé à cet endroit :

« L’État libanais a essayé de nous disperser vers Tyr et d’autres régions du Liban. Certains sont partis vers Saïda. Nous, nous avons fait un quartier ici, pour les Maghrabi. C’est nous qui l’avons décidé. Nous étions 50 ou 60 familles au début. Maintenant il doit y avoir une centaine de familles. Quand nous sommes arrivés ici, il n’y avait pas de camp. Je suis un de ceux qui sont arrivés en premier. J’ai construit une maison en pierre, de deux mètres sur deux mètres, et j’ai mis du bois dessus pour faire un toit, sur des terres d’État. Les autorités libanaises m’ont dit que c’était interdit de construire. Où pouvais-je construire ? On a été au tribunal devant le juge, et finalement ils nous ont permis de rester. Nous ne voulions pas partir ailleurs, nous voulions rester près de la Palestine, tous ensemble. »

Les conditions de vie à l’arrivée des réfugiés

  • 24 UNRWA, op. cit., 1986.

51La vie dans les camps représente dans une certaine mesure une amélioration des conditions de vie des réfugiés. Après de longs mois, voire des années, passés sans logement ou dans des conditions d’habitat très précaires – les récits de réfugiés qui ont vécu dans des grottes sont nombreux, tant au Liban qu’en Jordanie –, l’installation dans les camps permet d’obtenir une tente ainsi que des services de base (nourriture, médecin, aide sociale). En 1959, l’UNRWA estime que l’ensemble des tentes ont disparu des camps et que l’habitat en dur s’y est substitué24. Il n’en demeure pas moins que la vie dans ces camps est très difficile, du fait de leur insalubrité et de l’absence de revenus fixes pour leurs habitants.

52Dans un premier temps, il existe trois types d’habitat : les tentes distribuées par l’UNRWA, les habitations arméniennes pour les camps d’Al Buss et de Rashidiyyeh, et les habitations construites en pierre et en terre par les réfugiés eux-mêmes. Les trois camps de la région de Tyr sont construits pour partie ou en totalité dans des zones basses et humides. L’hiver, à cause du vent et de la neige, les toiles des tentes se déchirent ou s’envolent. Le camp d’Al Buss est construit près d’une ancienne zone marécageuse. Un Palestinien originaire de Damoun en Palestine et comptant parmi les premiers habitants du camp d’Al Buss témoigne :

« Quand les gens sont venus ici, les maisons étaient en terre. Quand il pleuvait, l’eau s’accumulait ici, parce que les terres sont un peu plus basses. Tous les ans les gens élevaient un peu leur habitation pour se protéger de l’eau. »

53Pour ceux qui ne disposent pas d’habitation en dur, l’humidité et la boue sont de réels problèmes. Comme il n’y a pas d’eau courante, les réfugiés doivent faire la queue aux fontaines, puis transporter l’eau parfois sur d’assez grandes distances. L’absence de sanitaires privés est aussi un motif de mécontentement des Palestiniens, en raison des problèmes d’hygiène et parfois de la mixité des lieux. À ces conditions de vie difficiles, il faut ajouter les faibles rémunérations et la dureté du travail agricole, pour ceux qui trouvent un emploi. Sans ressources et dans le besoin, les Palestiniens se trouvent relégués dans les emplois non qualifiés, les plus pénibles, comme celui d’ouvrier agricole. La précarité de leur statut ne leur permet pas de négocier des salaires plus élevés ou de meilleures conditions de travail. Le plus souvent, en Palestine, ils travaillaient comme agriculteurs leur propre lopin de terre ou étaient fermiers. Un certain nombre de Palestiniens de Galilée possédaient aussi un troupeau. L’exode et le statut de réfugié ont entraîné une prolétarisation brutale de la société palestinienne en exil, engendrant une dépendance presque totale envers l’UNRWA ainsi que vis-à-vis de leur État et de leur société d’accueil. Un habitant de Rashidiyyeh, arrivé en 1951 et originaire d’Aalma en Palestine, évoque la dureté de la vie à cette époque :

« Les Libanais nous ont fait travailler pour trois fois rien, de l’aube jusqu’au coucher du soleil, pour 70 piastres ou une livre. Tu sais ce que cela vaut ? Rien ! L’UNRWA nous donnait de la farine dont les femmes faisaient du pain, pendant que les hommes travaillaient comme main-d’œuvre à bas prix. »

Le développement spatial des camps

  • 25 Il est difficile de retracer l’évolution spatiale des camps de réfugiés palestiniens à partir du m (...)

54Les trois camps de la région de Tyr se sont développés de façon différente25. Le camp d’Al Buss et celui de Rashidiyyeh ont été installés sur des camps arméniens déjà existants. Celui de Borj Shémali a été édifié sur des collines en face du village libanais du même nom.

  • 26 Une évolution similaire du bâti est relevée par Philippe Gorokhoff (op. cit., 1984) pour le camp d (...)

55Il est utile d’indiquer que le développement spatial des camps est tributaire de l’attitude des autorités libanaises. Jusqu’à l’arrivée massive de l’OLP au Liban à la fin des années 1960, la politique libanaise est très restrictive. L’évolution des camps est donc lente, malgré l’accroissement naturel de la population palestinienne. À partir des années 1970, la prise en main des camps par l’OLP dynamise la construction dans les camps et des bâtiments à un ou deux étages apparaissent. La densification des camps prend donc deux formes : une densification horizontale, par le mitage des espaces interstitiels non bâtis, et une densification verticale, par l’ajout d’un ou deux étages26.

Al Buss et Rashidiyyeh : deux anciennes implantations arméniennes

  • 27 De 1915 à 1918, la population arménienne fait face à des massacres et des déportations de la part (...)

56Dans le milieu des années trente, ces terres ont été données aux Arméniens qui y ont bâti des habitations comprenant une pièce centrale, une cuisine et des sanitaires. Ces implantations rurales se soldent par un échec économique et les Arméniens quittent Tyr pour Beyrouth27. Les derniers sont partis en 1947. Avant l’arrivée des Palestiniens, les deux espaces diffèrent dans leur structure. Rashidiyyeh, au sud de Tyr, est bâti sur une colline qui domine le littoral à une altitude de 23 mètres. Le camp longe un talus d’orientation est-ouest d’une dizaine de mètres de hauteur du côté sud, et se prolonge vers le nord le long d’une pente plus douce qui s’étend jusqu’au rivage. Sans plan particulier, les habitations se sont développées sur le haut de la colline (voir carte 5, p. 61). Al Buss, à l’entrée de la ville de Tyr, s’est construit, lui, dans un espace plan, situé à une hauteur comprise entre 5 et 6 mètres, qui prolonge le littoral. Le camp a été construit selon un plan en damier, où les habitations alignées sont séparées par des jardins rectangulaires (voir carte 6, p. 62).

57Lorsque les Palestiniens sont arrivés en 1948 et 1949, ils ont trouvé les habitations vides et s’y sont installés. Les quelques Arméniens restés sur place, dont le père de l’ancien maire, leur ont porté assistance, comme en témoigne l’actuel maire arménien :

« La première école pour les Palestiniens a été construite ici par les Arméniens, plus précisément par mon père qui était mokhtar [maire] d’Al Buss à l’époque. Il l’a fait sans demander d’argent. Il a aussi pris deux ou trois habitations arméniennes et les a transformées en restaurant pour nourrir les enfants palestiniens. Tout cela sans rien en échange. L’UNRWA est venue ensuite et a donné de l’aide aux réfugiés. »

58Avec l’arrivée progressive des réfugiés palestiniens, la population des camps augmente. À Rashidiyyeh, on assiste alors à une densification de l’espace bâti. Les réfugiés construisent des pièces annexes en tôle ondulée, jouxtant la pièce principale en pierre. Le camp ne connaît pas de réelle extension spatiale jusqu’en 1959. Dans le camp d’Al Buss, il y a deux phénomènes concomitants : une densification du bâti et une extension spatiale du camp dans sa partie sud sur une butte et à l’ouest vers le littoral. Cette dernière extension est liée en partie à l’arrivée de réfugiés du village palestinien de Damoun, qui se sont regroupés à cet endroit.

Carte 5. Évolution spatiale du camp de Rashidiyyeh. Du camp arménien au camp Palestinien (1936-1975)

59Au début des années 1960, la morphologie des deux camps évolue de façon importante. La pression démographique est forte sur ces espaces dont les superficies ne peuvent évoluer qu’avec l’accord des autorités libanaises et l’action de l’UNRWA. Depuis son arrivée en 1948, la population palestinienne a quadruplé, passant d’environ 100 000 individus à plus de 400 000 aujourd’hui. La proportion de réfugiés qui vivent dans les camps est restée à peu près stable avec un peu plus de 50 % de l’effectif total. Trois évolutions spatiales sont possibles : densifier le bâti en comblant l’espace encore non occupé, construire de nouveaux étages ou agrandir la superficie du camp. Les deux premières solutions ont été adoptées dans la majeure partie des cas, la troisième n’ayant été que très rarement approuvée par les autorités libanaises. L’évolution spatiale des camps est donc la résultante d’une forte pression démographique, d’une législation libanaise contraignante et des moyens financiers relativement faibles de la population palestinienne.

Carte 6. Évolution spatiale du camp d’AL Buss. Du camp arménien au camp Palestinien (1936-1975)

60L’extension au sud du camp d’Al Buss, sur une butte, a été détruite parce qu’elle se trouve sur un site archéologique. Les habitants sont déplacés vers le camp de Rashidiyyeh. Dans le même temps, le camp abrite de plus en plus de réfugiés et ne cesse de se densifier, réduisant les espaces de jardin et augmentant la part de l’espace réservée aux habitations. Le quartier ouest bâti par les habitants de Damoun s’intègre totalement à la structure du camp, bien que sa morphologie interne soit différente. Alors que la partie originelle du camp est bâtie selon un plan orthogonal, cette extension spontanée ne répond à aucun schéma d’urbanisme préétabli. On y trouve donc une série de ruelles étroites avec des habitations collées les unes aux autres. Plus on se dirige vers l’ouest, plus les habitations sont séparées par des jardins potagers. Mais l’évolution la plus significative concerne Rashidiyyeh dont la superficie a été doublée. Les habitations s’étendent à l’est, à l’ouest et au nord du camp, le talus au sud formant un obstacle à l’extension du camp. L’UNRWA a bâti un nouveau camp en 1964 au nord de l’ancienne implantation. Cette extension se situe le long du littoral et suit un rigoureux plan en damier, qui dessine des îlots de tailles semblables. Les unités résidentielles sont alignées le long de la rue et sont toutes semblables. Cette nouvelle partie du camp accueille les réfugiés déplacés du quartier détruit à Al Buss, ainsi que ceux qui ont quitté la plaine de la Beqaa. Le camp de Rashidiyyeh se compose donc de deux parties distinctes : sur les hauteurs le camp ancien, en bas le nouveau camp.

Borj Shémali : un camp à l’intérieur des terres

61Le cas de Borj Shémali diffère totalement de celui des deux camps précédemment étudiés. Situé à l’intérieur des terres, le camp a été bâti dans une zone vide de toute habitation sur le versant d’une colline. Le point le plus bas – 16 mètres – se situe au sud-ouest, et le plus haut, au nord-est, culmine à 77 mètres (voir carte 7, p. 64). Au nord-ouest du camp, entouré d’habitations, se trouve une dépression d’une vingtaine de mètres de profondeur, vide de toute construction. La structure du camp est assez complexe et se compose d’un noyau central densément construit, autour duquel on trouve deux entités de plus petite taille, une à l’ouest et une au nord, reliées chacune au camp par une route. Deux routes principales concentriques ceinturent les quartiers centraux du camp, alors que d’étroites et tortueuses ruelles irriguent ces différents quartiers. Le camp ne donne donc pas l’impression de former une entité uniforme, mais semble relier entre eux différents quartiers. L’habitat y est assez dense et l’on ne trouve des jardins qu’à la périphérie du camp. Ses habitants sont arrivés au cours de deux phases principales, au début des années 1950. Un premier groupe de réfugiés est passé par le camp d’Al Buss, mais n’a pu s’habituer à vivre au bord de la mer. Ils se sont donc dirigés vers l’intérieur des terres et se sont installés là. Un deuxième groupe est venu de la Beqaa. Le camp s’étend ensuite en tache d’huile autour du principal noyau central ainsi qu’à l’ouest, là où la topographie le permet. Une deuxième extension se développe plus tard et comble en partie l’espace qui sépare le noyau central du noyau ouest. Ce mitage des espaces interstitiels se traduit par une densification des extensions plus récentes sans atteindre la densité des parties les plus anciennes.

Carte 7. Évolution spatiale du camp de Borj Shémali (1949-1975)

Le développement des groupements informels en zone rurale

62Les groupements sont des zones d’implantation palestinienne créées par les réfugiés eux-mêmes, le plus souvent sur des terres étatiques ou sur des zones non habitées et non cultivables mises à leur disposition par les propriétaires libanais. Les habitants des groupements sont les réfugiés qui n’ont pas trouvé de place dans les camps parce qu’ils sont arrivés tardivement. Un certain nombre d’entre eux ont quitté après plusieurs années les villages libanais où ils résidaient provisoirement le long de la frontière israélo-libanaise. Une partie s’est alors dirigée vers les camps de réfugiés, mais n’a pas pu s’y installer, faute de place, mais aussi parce qu’elle n’a pas obtenu l’autorisation du pouvoir libanais d’y résider. D’autres n’ont pu habiter dans les camps de l’UNRWA parce que l’Agence estimait que leurs revenus étaient trop élevés, alors que d’autres, qui avaient trouvé du travail dans des zones rurales éloignées des camps, y ont élu domicile. On peut aussi y trouver des Bédouins de Galilée qui ont préféré résider en dehors des camps pour conserver leur autonomie et privilégier les regroupements familiaux.

Des groupements implantés dans les espaces agricoles littoraux

63Longtemps espace de transit, le Sud accueille aujourd’hui sept groupements palestiniens (voir carte 8, p. 66). La présence de ces groupements au Sud-Liban est la conséquence directe du mouvement de concentration spatiale des Palestiniens dispersés dans cette région, qui a eu lieu dans les années 1950. À l’exception de celui de Maachouq, la totalité des groupements se situent sur le littoral entre la ville de Tyr et Adloun, au nord de la rivière Litani (Nahr al Qasmiyyeh en arabe). Trois facteurs permettent de comprendre la distribution spatiale des groupements : la présence de terre non cultivée et libre, la possibilité de trouver du travail à proximité ainsi que les sites imposés par les autorités libanaises.

64Certains des groupements de la région de Tyr se sont développés en raison de facteurs économiques et grâce à la présence de terres libres : Chabriha, Bourgholiyyeh, Qasmiyyeh, Al Wasta. Ils se situent tous sur des pentes rocheuses non cultivées et surplombent l’étroite plaine littorale cultivée en vergers. Les Palestiniens travaillent comme ouvriers agricoles ou manutentionnaires dans ces vergers. On trouve aussi des commerçants palestiniens qui vendent le fruit de ces récoltes. Le groupement de Qasmiyyeh présente une particularité, car l’UNRWA a pensé pendant un temps le transformer en camp officiel, mais ce projet n’a pas eu de suite. Sa constitution a donc été prise en charge partiellement par l’agence des Nations Unies, puis il a évolué de la même façon que les autres groupements.

Carte 8. Les camps et groupements de la région de Tyr en 1997

65Trois groupements ne répondent pas totalement à ce schéma : Nahr al Samir, Maachouq et Jall al Bahr. Nahr al Samir est en fait une extension informelle du camp d’Al Buss qui se situe à l’entrée de la ville de Tyr. Une partie des familles qui résidaient dans le camp en sont sorties faute de place, pour construire des habitations plus grandes en dehors du camp. Elles se sont installées à proximité, sur des terres vides, le long du ruisseau Al Samir. D’autres familles arrivées tardivement ont voulu rejoindre leurs proches dans le camp d’Al Buss, mais n’ont pas trouvé d’habitation libre. Elles se sont installées de la même façon à cet endroit. Les Palestiniens se sont installés à Maachouq parce qu’ils n’ont pas eu l’autorisation de résiderdans les camps faute de place. Certains se sont dirigés vers la colline de Nabi Maachouq, du nom d’un saint musulman local, parce que les pentes rocheuses n’étaient pas cultivables et qu’elles appartenaient pour partie aux fondations religieuses musulmanes (terres waqf) et à l’État libanais. Un des premiers habitants du groupement, originaire de Ghabsiyyeh, témoigne de son évolution :

« La majorité des familles viennent de Ghabsiyyeh et de Cheikh Daoud puis d’autres villages comme Tarchiha. Quand nous sommes arrivés en 1950, nous avons commencé à construire une habitation avec des petites pierres, de façon à nous loger. Nous avons choisi cet endroit parce qu’il était très joli, que les terres étaient étatiques et que nous n’avions pas l’autorisation d’aller vivre dans les camps. Nous avions peur cependant que nos maisons soient détruites. Ensuite, les gens ont commencé à venir d’autres villages. Ils ont construit des maisons en torchis. Maachouq s’est mis à grandir petit à petit. Il n’y avait que des Palestiniens ici. Ensuite, vers la fin des années 1950, les Palestiniens ont été déplacés des zones frontalières. Beaucoup de familles originaires de Damoun, Tarbikha et Ghabsiyyeh sont venues ici. Puis dans les années 1960, des Palestiniens sont venus de Jouweyyeh. La construction d’habitation était bien entendu interdite. Il faut dire que c’est un endroit attirant : il est en altitude sur le rocher, proche de la ville de Tyr, entouré de camps et regroupements palestiniens, et sur le littoral au milieu des vergers. À cela il faut ajouter que le regroupement familial donne un sentiment de sécurité. Tout le monde se connaît. N’importe quelle maison où tu te rends est la tienne. Les problèmes sont résolus rapidement au sein des grandes familles. »

66Le groupement de Jall al Bahr a, lui, été constitué à partir de 1953 par des Bédouins qui n’ont pas trouvé de place dans les camps et que l’État libanais a installés à proximité du camp d’Al Buss, sur le littoral, sur des terres non cultivées et non habitées. Abou Sabah, un des premiers habitants, raconte les motivations de son installation :

« Je suis né à Sohméta en Palestine, en 1945. En 1948, avec ma famille, nous sommes arrivés à la frontière libanaise, à Chamaa, et nous y sommes restés trois ou quatre ans. Puis l’État libanais nous a déplacés vers ici, à Jall al Bahr, en 1953. Ils nous ont éloignés un peu de la frontière. Depuis, nous sommes restés ici. Au début, nous vivions sous des tentes. Cela a duré une quinzaine d’années. Puis nous avons construit une maison, d’abord petite, puis nous avons agrandi. Nous nous sommes installés ici parce que l’UNRWA ne nous a pas acceptés dans un camp. »

67Même si l’État libanais a joué un rôle important dans la distribution spatiale des réfugiés palestiniens au début des années 1950 en les éloignant de la frontière, l’installation de ces derniers dans des groupements répond dans la majeure partie des cas à des considérations économiques ainsi qu’à la présence de terres libres en propriété collective ou étatique. Seuls les groupements de Jall al Bahr et de Qasmiyyeh ont été constitués sous l’impulsion des autorités libanaises avec l’aide de l’UNRWA. Le développement des groupements correspond aussi à la perpétuation d’une distinction sociale au sein de la société palestinienne entre Bédouins et sédentaires, les groupements étant peuplés en majorité de Bédouins.

Des conditions de vie difficiles à l’arrivée

68Une différence fondamentale existe entre les camps de réfugiés et les groupements. L’absence des services de l’UNRWA dans ces derniers entraîne un important décalage quant au niveau de vie. Un des aspects principaux concerne l’habitat. Alors qu’il est pris en partie en charge par l’UNRWA dans les camps, il est du seul ressort des réfugiés dans les groupements. Il existe de ce fait trois types d’habitats différents dans les premières années de résidence : les réfugiés d’origine bédouine vivent sous les tentes qu’ils ont amenées avec eux, ils construisent des habitations en pierre ou en torchis, ils utilisent la tôle ondulée comme matériau de construction. Dans ces trois situations, l’habitat est précaire, de petite taille et le plus souvent insalubre. L’ensemble de l’infrastructure est aussi du ressort des réfugiés, l’UNRWA n’apportant qu’une aide financière ponctuelle, le plus souvent insuffisante. La plupart des groupements ne disposent donc pas de routes, ni, jusque dans les années 1970, de système d’adduction d’eau potable, de système de rejet des eaux usées ou de ramassage des ordures ménagères. Un habitant de Bourgholiyyeh témoigne de sa vie dans les premiers temps après son arrivée dans le groupement :

« Il y a quarante ans environ que nous habitons là. Quand nous sommes arrivés il y avait déjà des gens là depuis dix ou douze ans. Au début, nous habitions dans des baraquements en tôle ondulée. Et puis on a commencé à travailler dans les vergers. C’était vraiment difficile, on a souffert. Tout cela pour quelques livres par jour. Trois livres par jour, juste de quoi nourrir nos enfants. Et puis nous n’avions rien en arrivant ici, il a fallu tout faire, c’était vraiment la misère… »

69Les réfugiés doivent aussi le plus souvent se reconvertir professionnellement pour vivre. Dans le groupement d’Abou al Aswad, des Bédouins sont venus s’installer avec leurs troupeaux. Ils ont pu vivre grâce à leurs bêtes, des vaches et des moutons pour l’essentiel, pendant quelques années, puis, ne pouvant poursuivre leur activité pastorale faute d’argent, ils sont devenus ouvriers agricoles dans les vergers environnants. Ce changement d’activité professionnelle entraîne en général la paupérisation de ces populations.

Un développement spatial limité par des facteurs physiques et économiques28

  • 28 Il n’est pas possible de cartographier l’évolution spatiale des groupements tel que cela a été fai (...)

70Les groupements évoluent dans un premier temps par extension spatiale, puis par densification de l’espace occupé. La première phase correspond à l’arrivée progressive des familles dans le groupement. Chaque nouvelle installation entraîne l’agrandissement du groupement, la famille s’installant dans une partie non encore habitée. Construits sur des pentes rocheuses, à l’exception de Jall al Bahr et Nahr al Samir, les camps ne répondent à aucun plan préétabli quant à leur organisation spatiale. On assiste donc à un développement anarchique de l’habitat le long des pentes. La deuxième phase débute avec la stabilisation des arrivées et l’augmentation naturelle de la population résidente. Au fur et à mesure de l’accroissement de la taille des familles, les habitations s’agrandissent par l’ajout de nouvelles pièces adjacentes à la pièce principale. Le groupement devient de plus en plus densément construit.

71Le groupement de Nahr al Samir se situe à l’ouest du rond-point d’Al Buss qui marque l’entrée dans l’agglomération de Tyr. Même s’il a connu un développement spatial marqué par une extension géographique, puis par une densification du bâti, il présente une morphologie différente. Le groupement est né de l’arrivée successive de familles issues du camp voisin. Le groupement s’organise dans un premier temps autour d’une petite place qui concentre des ateliers de mécanique et de travail du fer. L’artisanat représente ici l’activité principale exercée par les habitants. Ce développement économique singulier est lié à son implantation urbaine et aux qualifications acquises par ses habitants, issus pour la majorité de la ville de Haïfa. Les activités agricoles ne leur sont pas familières, alors que le commerce et l’artisanat représentent un débouché plus habituel pour eux. L’habitat s’est ensuite développé vers l’ouest le long du ruisseau, sous la forme d’unités résidentielles, la place des activités économiques allant en décroissant. Le groupement a ensuite poursuivi son développement plus à l’ouest et s’est installé aussi sur l’autre rive du ruisseau. On ne trouve plus ici que des populations chiites ; quelques-unes viennent du nord de la Palestine, mais la grande majorité vient de la « zone de sécurité » occupée par Israël jusqu’en mai 2000. Dans cette partie du groupement, on ne trouve pas d’activité économique ; il s’agit exclusivement d’une zone d’habitat. Nahr al Samir n’a pu se développer vers le sud, la ville de Tyr ayant construit un stade à cet emplacement. Plus au nord, des projets de construction d’immeubles, amorcés mais aujourd’hui laissés à l’abandon, ont empêché le groupement de s’agrandir.

72Jall al Bahr a connu lui aussi un développement spatial particulier lié à de nombreuses contraintes géographiques. Implanté par les autorités libanaises sur le littoral, son développement vers l’ouest est impossible. À l’est, trois immeubles en construction, implantés en face du camp, empêchent toute extension spatiale vers l’intérieur des terres. Même si la construction est suspendue depuis quelques années, ces immeubles forment une barrière infranchissable. Vers le sud, se situe l’entrée de la ville de Tyr qui bloque toute possibilité de développement d’habitat informel dans cette direction. Reste alors le nord, le long de l’étroite bande littorale, ce qui donne au groupement cette forme longiligne, de plus d’un kilomètre.

L’absence de statut légal des groupements

73Les groupements palestiniens ne disposent pas d’un statut légal défini par les autorités libanaises, qui reconnaissent de facto l’existence des groupements. Il s’agit donc de zones d’habitat informel. La terre sur laquelle sont implantés les groupements peut avoir quatre types de propriétaires distincts. Le plus souvent, ils sont bâtis sur des terres en propriété collective qui appartiennent à l’État, aux communes ou aux waqf musulmans. Ils peuvent aussi être construits sur des espaces en propriété privée individuelle qui appartiennent à des Libanais.

74Les Palestiniens tentent pour certains de régulariser leur situation en faisant inscrire le terrain où ils habitent dans le cadastre. Comme ils n’ont pas le droit de posséder de terre au Liban, ils font inscrire leur terrain ainsi que leurs habitations au nom d’un Libanais. Un habitant de Maachouq témoigne de cette procédure :

« Ceux qui ont des proches libanais dans la famille font enregistrer leur terre au nom des Libanais afin de pouvoir obtenir un droit sur leur maison. Il faut faire venir un ingénieur qui trace les plans de la maison et établit le cadastre. Si on ne fait pas cette opération, la terre demeure au nom de l’État libanais. Par exemple, moi j’ai inscrit ma maison au nom de ma femme qui est libanaise. »

75Ceci permet aux Palestiniens de résider légalement dans leur maison, mais aussi de s’assurer que leur habitation ne sera pas détruite ou qu’ils ne peuvent en être expulsés. Cette démarche nécessite cependant des fonds assez importants à la charge du demandeur pour délimiter le terrain puis pour faire valider cet acte par un notaire. Lorsque le terrain appartient à un propriétaire privé, comme c’est le cas par exemple pour les groupements d’Al Wasta et d’Abou al Aswad, il peut exister des conflits entre les propriétaires et les résidents palestiniens. Dans le premier groupement, la terre a changé de propriétaire après que les Palestiniens s’y sont installés avec l’accord du premier propriétaire. Aujourd’hui, le nouveau propriétaire tente de faire partir les réfugiés qui résident sur sa terre, ou bien d’acheter les parcelles qu’ils habitent. Les Palestiniens ont proposé de payer 5 dollars le mètre carré, offre refusée par le propriétaire. Un des habitants d’Al Wasta résume les termes du conflit :

« Nous habitions ici avant qu’il n’achète la terre. Quand le propriétaire d’origine a vendu la terre, il a dit au nouveau propriétaire de ne pas nous déplacer jusqu’à ce que nous revenions en Palestine. Nous lui avons dit que nous voulions acheter, pour pouvoir rester sur place. Le droit est avec nous, nous habitions ici avant qu’il n’achète. Nous demandons le tracé d’un cadastre. Nous n’avons pas de quoi acheter des appartements en ville, et de toutes les façons nous ne voulons pas habiter dans des zones libanaises et nous fondre dans la société libanaise. »

76Toutes les situations ne débouchent pas sur un conflit avec les propriétaires. Des accords peuvent être trouvés à l’amiable, comme cela est le cas à Abou al Aswad. Les habitants ont décidé de négocier avec le propriétaire l’achat de sa terre par chacun des résidents. Cette transaction n’a pas de valeur légale, les Palestiniens n’ayant pas le droit de posséder de la terre au Liban. Il n’en demeure pas moins que le propriétaire effectif de la terre obtient une compensation du fait qu’il est privé de la jouissance de son bien, et les Palestiniens peuvent arguer pour leur part d’une certaine légitimité de résidence. Le responsable du comité populaire d’Abou al Aswad explique la transaction effectuée :

« Nous habitions sur une terre privée, sans autorisation. C’était une terre propriété d’un Libanais. Depuis vingt-cinq ans les gens ont acheté cette terre. Chacun habite sur une terre qui lui appartient. Nous l’avons achetée à ses propriétaires, ce n’est pas une propriété légale, encore maintenant si nous voulons construire dessus, nous demandons l’autorisation au propriétaire d’origine. »

77Dans tous les cas de figure, les Palestiniens qui résident dans les groupements sont tributaires de l’acceptation ou du refus de leur présence par les autorités libanaises. Sauf dans le cas où un des membres de la famille est libanais – et où il inscrit donc le terrain ainsi que l’habitation à son nom –, les Palestiniens ne peuvent vivre légalement dans un groupement. Les arrangements à l’amiable permettent une amélioration sensible de leur droit de résidence sans pourtant leur apporter de garantie légale. La résidence dans les groupements est toujours précaire et sujette à une remise en cause. Un des cas les plus significatifs est celui de Jall al Bahr, qui se trouve sur la plage devant un projet de construction d’hôtels. Jusqu’à aujourd’hui, les réfugiés qui y résident n’ont aucune garantie quant à leur avenir. C’est la question du relogement qui est complexe puisque, pour la plupart, ils n’ont pas les moyens de louer une habitation ailleurs.

LA RÉPARTITION SPATIALE ACTUELLE DE LA POPULATION PALESTINIENNE AU LIBAN

78Les réfugiés ne vivent pas tous dans le même type d’espace : certains résident dans les camps, ruraux et urbains, alors que d’autres vivent dans des groupements palestiniens, à la campagne ou sous forme de quartiers informels urbains.

Une forte concentration dans les principales agglomérations littorales

79La population palestinienne se trouve actuellement concentrée sur le littoral palestinien autour des principales villes libanaises littorales – Tyr, Saïda, Beyrouth et Tripoli –, mais aussi dans une moindre mesure dans la plaine de la Beqaa autour des villes de Baalbek et de Zahlé. Beyrouth et le mont Liban forment toujours la plus grande concentration palestinienne avec 118 879 réfugiés immatriculés à l’UNRWA. Tyr et Saïda sont ensuite les deux plus importantes zones de peuplement palestinien avec près de 90 000 réfugiés inscrits pour chacune d’entre elles. La zone du Sud-Liban qui comprend ces deux villes concentre la moitié du total des Palestiniens au Liban.

Tableau 4. Les réfugiés Palestiniens inscrits à l’UNRWA dans et hors les camps en juin 2003

Tableau 4. Les réfugiés Palestiniens inscrits à l’UNRWA dans et hors les camps en juin 2003

Source : UNRWA, 2004.

80Plus de la moitié des réfugiés inscrits vivent jusqu’à aujourd’hui dans des camps de réfugiés. Cette forte proportion de réfugiés qui vivent dans les camps est un trait caractéristique de la population palestinienne du Liban depuis son arrivée en 1948. Beyrouth forme la seule exception, puisque l’on y trouve seulement 2,9 % d’habitants dans les camps. Ce chiffre bas peut s’expliquer par l’origine urbaine des Palestiniens qui y résident. La population des camps est en effet essentiellement formée de paysans ; les Palestiniens des villes ont par contre le plus souvent trouvé refuge en 1948 dans les villes libanaises, parce qu’à l’époque ils disposaient souvent de revenus suffisants pour y louer une habitation. Il faut ajouter à cela que les camps sont le plus souvent implantés en dehors des limites municipales des villes (seul le camp de Mar Elias se trouve aujourd’hui dans Beyrouth). Le fort pourcentage de résidents des camps à Tripoli, 85 %, peut s’expliquer par le fait que cette ville est une zone d’implantation très ancienne des réfugiés qui se dirigeaient alors vers la Syrie et qui ont été bloqués à la frontière. Ils se sont donc installés massivement dans les camps, faute d’argent, mais aussi parce que, stoppés dans leur parcours migratoire, ils n’avaient pas d’autre solution. Les régions de Tyr et de Saïda concentrent à elles seules près de la moitié de la population des camps du Liban, avec 110 000 réfugiés dans les camps. Pour la région de Tyr, la plus faible proportion de réfugiés dans les camps (54 %) par rapport à Tripoli s’explique par la présence de nombreux groupements informels.

La population des camps de réfugiés

81Sur seize camps de réfugiés au Liban, trois ont été détruits pendant la guerre civile : Nabatiyeh au Sud-Liban, Tel Zaatar et Jisr al Basha dans la région de Beyrouth. Treize camps existent donc encore aujourd’hui. La majeure partie d’entre eux ont été construits dans les premières années d’arrivée des Palestiniens, entre 1948 et 1955, à l’exception de Rashidiyyeh et Al Buss, qui étaient des camps de réfugiés arméniens construits en 1936, puis utilisés pour accueillir les Palestiniens en 1948, alors que presque toutes les familles arméniennes les avaient quittés pour s’installer en ville. La superficie des camps est très variable, elle est fonction de deux facteurs principaux. D’abord, le lieu d’implantation. Les camps ruraux comme Rashidiyyeh ou Borj Shémali sont de taille considérable (respectivement 367 200 m2 et 134 600 m2) parce que l’espace disponible est plus important. Les camps urbains sont, eux, moins étendus, comme Shatila (39 567 m2). Généralement, le bâti y est beaucoup plus dense. L’autre facteur concerne le nombre de réfugiés à la création. Aïn el Heloueh (301 039 m2) ou Nahr al Bared (198 129 m2) accueillaient dès leur création d’importantes communautés palestiniennes, fortes de plusieurs milliers de réfugiés.

Tableau 5. Les camps de l’UNRWA au Liban : établissement, superficie et population en juin 2003

Tableau 5. Les camps de l’UNRWA au Liban : établissement, superficie et population en juin 2003
  • 1 Ce camp a été construit pour les Arméniens ; il existait de ce fait avant l’arrivée des réfugiés p (...)
  • 2 Idem.
  • 3 La différence d’effectif par rapport au tableau précédent résulte du mode de comptabilité des réfu (...)

Note 11
Note 22
Note 33
Source: M. Abbas, « The Housing Situation of the Palestinians in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 379 ; UNRWA, 2004.

82Le camp le plus peuplé est Aïn el Heloueh à l’entrée de Saïda avec près de 40 000 habitants ; viennent ensuite Nahr el Bared avec plus de 25 000 habitants près de Tripoli, au nord du Liban, et Rashidiyyeh au sud de la ville de Tyr, avec plus de 22 000 habitants. Les camps les plus importants se situent dans les principales zones de résidence des Palestiniens. Les principaux camps de réfugiés se situent à proximité des centres urbains libanais, surtout lorsque ces villes comportent une importante communauté sunnite, comme c’est le cas pour Saïda, Tripoli et dans une certaine mesure Beyrouth. Ces villes littorales sont aussi des espaces économiques dynamiques, les réfugiés sont donc susceptibles d’y trouver plus facilement un emploi. Le développement du camp de Rashidiyyeh, le camp rural le plus peuplé, est lié à sa situation au cœur de la zone de transit des réfugiés palestiniens qu’est le Sud-Liban. C’est aussi un bassin d’emplois agricoles, dans les vergers et les cultures maraîchères qui se développent le long de la plaine littorale, autour du village libanais de Ras al Aïn par exemple.

La population hors des camps

83La population palestinienne qui réside hors des camps se répartit dans deux types d’espaces distincts : des groupements palestiniens et les villes libanaises. En l’absence de statistiques, il est particulièrement difficile d’évaluer la population palestinienne qui réside de façon dispersée dans les villes libanaises ou dans les groupements.

  • 29 Seules sont présentées dans ce tableau les estimations concernant les groupements palestiniens. De (...)

Tableau 6. Estimation de la population des groupements Palestiniens en 199329

Tableau 6. Estimation de la population des groupements Palestiniens en 199329
  • 1 Dans certains cas, et surtout pour les groupements du Sud-Liban, les chiffres donnés ici sont cert (...)

Note 11

Tableau 6 (suite)

Tableau 6 (suite)

Sources : M. Abbas, art. cit., 1997, p. 380 ; estimations personnelles.

84Avec 38 500 résidents environ, les groupements palestiniens regroupent plus de 10 % des réfugiés du Liban. À l’exception de Chabriha et Qasmiyyeh, peuplés respectivement de 7 000 et 5 500 habitants, les groupements sont en général de petite taille, avec un nombre de résidents compris entre 800 et 2 000 personnes. Leur faible taille, comparée à celle des camps de réfugiés, est liée à trois facteurs. Premièrement, implantés souvent illégalement sur des terres qui ne leur appartiennent pas, leur développement spatial est difficile. Deuxièmement, leurs sites d’implantation, sur des pentes rocheuses et au milieu de zones agricoles, ainsi que le manque d’infrastructures sont aussi des obstacles à leur extension. Troisièmement, leur grand nombre au Sud-Liban est lié à la concentration spatiale des réfugiés dans les années 1950 et 1960, après l’importante dispersion qui a fait suite à la Nakba. Ayant résidé de nombreuses années en dehors des camps, parce qu’ils pensaient revenir rapidement en Palestine, ou parce qu’ils avaient trouvé du travail dans les zones rurales littorales, beaucoup de réfugiés n’ont pas pu ou n’ont pas voulu s’installer ensuite dans les camps gérés par l’UNRWA.

***

85L’arrivée et l’installation des réfugiés palestiniens au Liban se sont réalisées en plusieurs étapes successives. Après une période d’importante dispersion dans les villages frontaliers au Sud-Liban, les Palestiniens ont entamé un processus de concentration spatiale encouragé par l’État libanais et par l’UNRWA. Ce processus révèle deux aspects qui marquent la répartition spatiale actuelle des réfugiés : leur concentration autour des grandes villes littorales libanaises et la transformation de la région de Tyr, zone de transit, qui devient un des principaux espaces d’installation. Cette relative concentration spatiale ne doit cependant pas masquer la diversité des modes d’implantation des réfugiés : dans les camps et les groupements, en ville et à la campagne. La stabilisation de la population a entraîné une modification de leurs espaces de vie, qui se sont pour certains étendus et/ ou densifiés avec le temps. Si la reproduction partielle de la géographie palestinienne d’avant 1948 peut se lire à l’échelle de la région de Tyr, elle est encore plus pertinente à l’échelle des camps et des groupements pris individuellement. L’analyse de l’organisation interne de ces espaces permet de comprendre mieux leurs dynamiques ainsi que le rôle qu’ils jouent dans l’organisation sociale des Palestiniens en exil.

Notes

1 On ne compte effectivement que 0,2 % de Palestiniens nés en Cisjordanie et à Gaza en 1991, selon le Palestinian Central Bureau of Statistics. Quelques dizaines de milliers de Palestiniens sont arrivés de Jordanie à la suite de Septembre Noir et se sont installés au Liban. Une partie d’entre eux sont repartis lorsque l’OLP a quitté le Liban.

2 Nous ne discutons pas ici de la dimension historique du conflit israélo-palestinien, ni des différents courants d’historiens palestiniens et israéliens qui s’opposent ou, plus rarement, convergent. Les travaux utilisés concernent pour partie des chercheurs appartenant au courant des « nouveaux historiens » israéliens dont les travaux font l’objet d’un débat intense dans les milieux académiques israéliens, palestiniens et européens. Ilan Pappé (« La nouvelle histoire de la guerre », in Lettre d’information du Centre de recherche français de Jérusalem, n° 12, 1995, p. 87) relève que « la collation de documents d’archives inédits, en Israël et à l’étranger, a suscité une vague de publications universitaires nouvelles sur l’histoire du sionisme en Palestine ». Cette phrase permet de comprendre l’émergence d’un nouveau courant d’historiens en Israël, qui remonte au milieu des années 1980. Ces chercheurs remettent en cause une partie de la production historique produite jusque-là en Israël, qui relève à leur sens plus de l’idéologie que de la recherche historique (on peut se référer aux travaux de Benny Morris, Ilan Pappé ou Tom Segev). Benny Morris (1948 and After. Israel and the Palestinians, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 9) présente les quatre principales hypothèses sur lesquelles se fonde l’historiographie « classique » israélienne, que les nouveaux historiens critiquent dans leurs travaux : 1) le plan de partition comme le territoire préconisé pour l’établissement de l’État juif étaient acceptés par le Yishouv en 1947 et rejetés parles Palestiniens comme par les États arabes environnant qui ont envahi le nouvel État afin de le détruire ; 2) le conflit a opposé un Yishouv faible à des armées arabes beaucoup plus puissantes ; 3) les Palestiniens ont quitté leurs habitations volontairement ou à l’appel des dirigeants arabes ; 4) à la fin des hostilités Israël a tenté de faire la paix, mais les pays arabes ont refusé. L’émergence d’un nouveau courant historique a suscité, et suscite toujours, de nombreuses critiques de la part d’universitaires et de chercheurs (onpeut se référer, entre autres, aux travaux d’Ephraïm Karsh ou Nur Masalha). À ce courant des nouveaux historiens, il faut ajouter les travaux de Baruch Kimmerling, dont l’un, Zionism and Territory, publié en 1983, traite des dimensions socio-territoriales de la politique mise en œuvre par le mouvement sioniste en Palestine, et l’autre, Palestinians. The Making of a People, co-écrit avec Joel S. Migdal et publié en 1993, retrace l’émergence du peuple palestinien. Les apports de ces deux ouvrages nous semblent importants par l’approche originale et novatrice qu’ils développent dans l’analyse de la politique territoriale du mouvement sioniste et du développement du nationalisme palestinien.

3 La dispersion des réfugiés à leur arrivée, l’échelonnement chronologique de leur installation ainsi que l’absence de statut juridique unique et de recensement pour ces populations entraînent une grande difficulté à les comptabiliser. Le croisement de différentes sources institutionnelles et scientifiques permet d’estimer au mieux l’évolution démographique des réfugiés palestiniens au Liban. Cf. S. Al-Natour, Les Palestiniens du Liban. La situation sociale, économique et juridique, Beyrouth, Dar al Taqqadom alarabi, 1999.

4 Source : UNRWA in Figures, 1996, publié et distribué par l’UNRWA, mars, Gaza.

5 Source : Entretien avec Khaled Ayed, chercheur à l’Institute of Palestine Studies à Beyrouth, 28 mars 1997, et avec Mahmoud Al Ali (UNRWA) à Beyrouth en 1999.

6 Source : UNRWA Statistical Profiles, 2004 (<www.unrwa.org>).

7 W. Khalidi (dir.), All That Remains. The Palestinian Villages Occupied and Depopulated by Israel in 1948, Washington D.C., Institute for Palestine Studies, 1992, appendix III.

8 Ibid.

9 Arif Al-’Arif, cité par W. Khalidi, op. cit., 1992, p. 582.

10 Nous reprenons ici une distinction en cinq périodes élaborée par l’historien Benny Morris, qui concorde avec d’autres sources comme les publications des historiens Elias Sanbar ou Walid Khalidi. Dans un premier temps, la plaine littorale et la région de Jérusalem sont visées. L’exode touche autant les villes que les campagnes. La majeure partie des réfugiés se dirigent vers la région de Naplouse. L’intérieur de la Palestine redevient, comme durant la grande révolte de 1936-1939, un espace refuge. Ensuite, l’armée israélienne se tourne vers Lydda et Ramleh, assurant ainsi à l’État israélien une continuité territoriale entre Tel-Aviv et le Néguev, ainsi que vers la Galilée, pour rattacher la région de Safed à la plaine littorale qu’elle contrôle déjà. Intervient ensuite la dernière phase qui vise à s’assurer le contrôle des frontières nord et sud.

11 W. Khalidi, « L’histoire véridique de la conquête de la Palestine », Revue d’études palestiniennes, hors-série, printemps, 1997, p. 62 ; B. Morris, The Birth of the Palestinian Refugee Problem, 1947-1949, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 30.

12 L’exécutif sioniste met en place le plan Dalet, qui constitue l’un des principaux points de controverse historique sur l’exode des Palestiniens. Le plan Dalet débute formellement avec la conquête de Tibériade le 18 avril 1948 et la prise de Haïfa le 22 avril. L’historien israélien Benny Morris résume les principaux objectifs de ce plan : « Pour gagner la bataille des routes, la Haganah devait pacifier les villes et villages arabes qui les surplombaient, ou devait les dépeupler et les détruire. L’essence du plan était de nettoyer les forces hostiles ou potentiellement hostiles à l’intérieur du territoire potentiel de l’État juif, en établissant une continuité territoriale entre les concentrations majeures de population juive, et en sécurisant les futures frontières de l’État juif, avant, et en anticipant, l’invasion arabe » (B. Morris, op. cit., 1987, p. 62). L’historien palestinien Walid Khalidi (art. cit., 1997, p. 62-63) propose une lecture similaire des objectifs territoriaux du plan Dalet.

13 W. Khalidi, art. cit., 1997, p. 72-76 ; B. Morris, op. cit., 1987, p. 73-95.

14 Il existe, selon Benny Morris, « une directive centrale émanant du front nord de nettoyer la poche conquise de ses habitants arabes » (« Ben Gourion et le transfert des Palestiniens », in Israël. De Moïse aux accords d’Oslo, Paris, Points, 1998, p. 81). La présence d’Arabes à la suite des hostilités ne résulte donc pas de l’absence d’une politique d’expulsion, mais de la résistance de l’Armée de libération, de la topographie montagneuse de la région, de la rapidité de l’action militaire israélienne et du retour deréfugiés dans leurs villages. À cela, il faut ajouter que les Palestiniens de Galilée connaissent déjà le sort de leurs compatriotes dans les camps de réfugiés et pressentent qu’ils ne pourront pas revenir à cause de la défaite des armées arabes. Rester leur paraît donc être la meilleure alternative.

15 L’expression est de Benny Morris (op. cit., 1987).

16 B. Morris, Israel’s Border Wars, 1949-1956. Arab Infiltration, Israeli Retaliation, and the Countdown to the Suez War, Oxford, Clarendon Press, 1993, p. 28-68.

17 H. N. Razqallah, Les Palestiniens au Liban et en Syrie. Une étude démographique comparée (1948-1995), Beyrouth, Dar al Jadid, 1998 (en arabe).

18 Ces chiffres représentent donc une estimation du nombre total de réfugiés, c’est à-dire aussi bien ceux qui sont inscrits à l’UNRWA que les autres qui ne le sont pas.

19 Pour une analyse du recensement libanais de 1932 et des difficultés d’interprétation qu’il entraîne concernant la définition même de la population libanaise jusqu’à aujourd’hui, on peut se référer à R. Maktabi, « The Lebanese Census of 1932 Revisited. Who are Lebanese ? », British Journal of Middle Eastern Studies, vol. 26, n° 2, novembre 1999, p. 219-242.

20 Ces chiffre sont les resultats de l’estimation d’un chercheur, George kosseifi, à partir des statique Libanaises. Cette étude est cité par H.N Razqalah, op.cit 1998,p.15-16

21 UNRWA, op. cit., 1986.

22 Philippe Gorokhoff, « Création et évolution d’un camp palestinien de la banlieue sud de Beyrouth, Bourj el-barajneh », in F. Métral, Politiques urbaines dans le monde arabe, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1984, p. 318.

23 Les Maghrabi sont une communauté composée d’Arabes et de Berbères qui ont quitté l’Algérie au milieu du xixe siècle avec l’émir Abdel Qader, après avoir résistécontre la colonisation française. Les Ottomans leur ont donné des terres en Égypte, en Palestine et en Syrie. Ils ont conservé en Palestine une identité forte en pratiquant une endogamie assez développée selon les entretiens réalisés. Les Berbères rencontrés continuent pour certains à parler leur langue et à la transmettre

24 UNRWA, op. cit., 1986.

25 Il est difficile de retracer l’évolution spatiale des camps de réfugiés palestiniens à partir du matériel cartographique disponible, du fait de sa rareté, de son imprécision et des réactualisations plus ou moins régulières. Cependant, les cartes présentées reprennent des extraits de cartes topographiques trouvées pour la plupart au centre de documentation de l’IFPO à Beyrouth. L’analyse de ces documents a été complétée par des observations visuelles dans chacun des espaces considérés, ainsi que par des entretiens avec des réfugiés résidant dans les camps depuis leur création. La chronologie du développement spatial des camps a pu ainsi être reconstruite, malgré les carences du matériel d’étude. Les trois planches cartographiques, une pour chaque camp, synthétisent ce développement spatial.

26 Une évolution similaire du bâti est relevée par Philippe Gorokhoff (op. cit., 1984) pour le camp de Borj el Barajneh au sud de Beyrouth, mais aussi par Blandine Destremau (« Les camps de réfugiés palestiniens ou la double identité territoriale : le cas d’Amman », Les Cahiers d’URBAMA, n° 11, 1995, p. 5-56) pour deux camps (Wahdat et Jebel Hussein) qui se trouvent à Amman en Jordanie.

27 De 1915 à 1918, la population arménienne fait face à des massacres et des déportations de la part des Turcs. De nombreux Arméniens se dirigent vers la Syrie et le Liban pour trouver refuge. Ils s’installent au Liban et se voient octroyer la nationalité de leur pays d’accueil. Cette communauté d’un peu moins de 200 000 personnes représente aujourd’hui près de 5 % de la population libanaise.

28 Il n’est pas possible de cartographier l’évolution spatiale des groupements tel que cela a été fait pour les camps de réfugiés, en l’absence de cartes précises à différentes dates. Les cartes disponibles sont à une échelle de 1/50 000, échelle trop petite pour analyser des structures spatiales aussi peu étendues. Il faut ajouter à cela que les groupements sont le plus souvent informels et ne sont donc pas représentés sur les cartes. L’évolution spatiale des groupements a pu être retracée grâce aux entretiens réalisés auprès de réfugiés âgés et à partir d’observations directes.

29 Seules sont présentées dans ce tableau les estimations concernant les groupements palestiniens. De plus, dans la région de Tyr, seules quelques centaines de réfugiés palestiniens vivent dans les quartiers urbains libanais. Ces chiffres sont des estimations qui se basent essentiellement sur les chiffres fournis par Mahmoud Abbas (art. cit., 1997) et qui sont globalement en conformité avec ceux obtenus auprès des comités populaires dans chacun de ces groupements.

Notes de fin

1 Ce camp a été construit pour les Arméniens ; il existait de ce fait avant l’arrivée des réfugiés palestiniens en 1948.

2 Idem.

3 La différence d’effectif par rapport au tableau précédent résulte du mode de comptabilité des réfugiés. Dans le tableau précédent sont intégrés dans la colonne « Population résidente dans les camps » des réfugiés toujours immatriculés dans des camps qui n’existent plus aujourd’hui, ce qui n’est pas le cas dans ce tableau-ci.

1 Dans certains cas, et surtout pour les groupements du Sud-Liban, les chiffres donnés ici sont certainement supérieurs à la réalité en raison de la très forte émigration qui touche cette zone depuis 1993.

Table des illustrations

Légende Carte 3. Les réfugiés palestiniens immatriculés dans les camps de l’UNRWA en 1958
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Tableau 1. Évolution du nombre de réfugiés Palestiniens (1978-1975)
Légende Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 14.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Tableau 2. Évolution du nombre de réfugiés recevant une aide de l’UNRWA (1951-1958)
Légende Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 13.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 15-16.Figure 1. Le solde migratoire des Palestiniens du Liban (1950-1966)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Carte 4. Évolution de la répartition des réfugiés immatriculés à l’UNRWA entre 1958 et 1971
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Tableau 3. Répartition spatiale des réfugiés Palestiniens inscrits à l’UNRWA en 1951 et 1969
Légende Source : H. N. Razqallah, op. cit., 1998, p. 47.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Carte 5. Évolution spatiale du camp de Rashidiyyeh. Du camp arménien au camp Palestinien (1936-1975)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Légende Carte 6. Évolution spatiale du camp d’AL Buss. Du camp arménien au camp Palestinien (1936-1975)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Carte 7. Évolution spatiale du camp de Borj Shémali (1949-1975)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Carte 8. Les camps et groupements de la région de Tyr en 1997
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Tableau 4. Les réfugiés Palestiniens inscrits à l’UNRWA dans et hors les camps en juin 2003
Légende Source : UNRWA, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 5. Les camps de l’UNRWA au Liban : établissement, superficie et population en juin 2003
Légende Note 11Note 22Note 33Source: M. Abbas, « The Housing Situation of the Palestinians in Lebanon », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 379 ; UNRWA, 2004.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Tableau 6. Estimation de la population des groupements Palestiniens en 199329
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 6 (suite)
Légende Sources : M. Abbas, art. cit., 1997, p. 380 ; estimations personnelles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2428/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search