Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Conclusions

Conclusion de Corinne Bouchoux

Corinne Bouchoux

Texte intégral

1Les liens entre les journalistes et les controverses sont multiples. Tout d’abord, personne ne peut être neutre. Chercheurs, journalistes, parlementaires… tous sont des citoyens. Du fait de leur mandat représentatif et de leur passé professionnel, ces derniers sont animés de convictions. Je suis une sénatrice écologiste : que ce soit sur le changement climatique, sur les gaz de schiste et sur les autres dossiers de ce type, notre positionnement nous place très souvent au cœur des débats publics et des controverses, auxquelles nous prenons part en tant qu’acteurs. Nous nous trouvons donc en lien étroit avec les journalistes.

2Le jeu avec les médias a considérablement évolué depuis une quinzaine d’années, essentiellement pour des raisons économiques et non en raison d’une éventuelle évolution de la déontologie des journalistes, des chercheurs et des représentants politiques. La pression de la rentabilité est de plus en plus forte : dans ce monde, la controverse ne vient-elle pas pour partie de véritables contradictions dans un univers où il devient presque tabou d’évoquer des conflits – puisque la domination d’une idéologie unique renvoie les points de vue contradictoires à la nature de la chimère ?

3Par ailleurs, ne sommes-nous pas tous devenus, à nos places respectives, à la fois journalistes, chercheurs et hommes politiques soumis en permanence à des injonctions contradictoires ? Il est possible que les controverses naissent de ces contradictions contradictoires. Dans ce contexte, il est compréhensible que certaines questions avancent, mais que l’on assiste aussi à certains moments à des emballements médiatiques.

4La première de ces injonctions est la dictature de l’urgence. Il faut être capable d’expliquer en trois mots des notions très complexes, ce qui est notamment un défi pour les journalistes scientifiques. Il faut être capable d’expliquer en une demi-journée ce qui nécessite parfois une semaine d’apprentissage et de réflexion, ce qui est souvent impossible.

5La deuxième injonction est celle des conflits d’intérêts, et plus généralement des intérêts contraires auxquels nous sommes tous soumis à moment donné. Certains chercheurs de l’INRA, par exemple, travaillent durant la journée sur les OGM, et doivent répondre le soir aux questions inquiètes de leurs enfants à ce sujet, avant de se rendre à une réunion militante où ils expliqueront ce qu’ils ne peuvent pas dire durant leur journée de travail quant à leurs interrogations sur les risques de ces technologies.

« […] ces débats interrogent l’utilité des politiques et des parlementaires […] »

6Le troisième point est celui de l’embargo. Celui-ci possède un sens économique, puisqu’il s’agit de retenir durant un certain temps un article ou une enquête en échange d’un tirage accru. Cela monétarise l’information sur le marché. C’est un dilemme quotidien pour les journalistes qui ont besoin d’articles pour pouvoir faire la une de leurs journaux, donc de produire des scoops, mais qui savent en tant que citoyens que cela les oblige à travailler rapidement, à ne pas pouvoir tout relire, et que le processus d’enquête et d’explication n’est donc pas entièrement maîtrisé. Dans ce contexte, qui peut encore mener des enquêtes ? Quelle est leur utilité pour les citoyens ?

7Marie-Christine Blandin, présidente de la commission culturelle du Sénat, m’a rapporté deux cas qui illustrent ces propos, bien qu’elle ne siège plus, malheureusement, à l’OPECST. Dans l’affaire du chikungunya, problème de santé majeur survenu à la Réunion, un certain nombre d’indicateurs étaient très inquiétants. Les hôpitaux et la DASS étaient sous alerte, mais il ne fallait rien dire des causes du problème. Le journaliste Paul Benkimoun a publié un article qui a fait la une d’un journal sous le titre « C’est lui. » Cette une reproduisait la photographie d’un moustique mutant, devenu donc très dangereux. Ce travail de journaliste effectué avec le soutien de chercheurs a eu un effet majeur en santé publique, puisque les mesures nécessaires ont ensuite pu être mises en place. Cette couverture a donc sauvé des vies en ouvrant la controverse.

« Les controverses sont des moyens d’alerter les citoyens et citoyennes et la presse, et surtout la presse scientifique, joue à cet égard un rôle salvateur et très positif. »

8Autre cas : celui de la campagne de vaccination contre la grippe A sous l’autorité de la ministre de la Santé Roseline Bachelot. L’emballement médiatique a eu l’effet inverse : la presse a annoncé les catastrophes sanitaires qui pouvaient résulter d’une épidémie de grippe. On pourrait saluer ce rôle de lanceur d’alerte, mais l’on s’est rapidement aperçu que cette grippe n’était pas particulièrement virulente, ce qui est une bonne nouvelle, mais l’on a aussi constaté une désobéissance majeure de la part des Français. Les parents n’ont pas fait vacciner leurs enfants malgré l’importance ahurissante de la campagne préparée. Le gâchis financier a été commenté par les journalistes, mais ils n’ont pas analysé la résistance majeure de l’ensemble de la population, toutes catégories et territoires confondus. Les politiques ne l’ont pas davantage questionnée. Or, c’est sans aucun doute le problème le plus important : la controverse n’a pas permis de mettre en œuvre le principe de prévention.

9Il faut donc redéfinir notre utilité sociale individuelle et collective. À quoi servent les journalistes s’ils n’interrogent pas l’inertie des citoyens alors que les informations transmises étaient censées sauver des vies ? À quoi servent les chercheurs s’ils expliquent aux journalistes que telle souche de grippe peut être catastrophique sans pour autant prendre les précautions statistiques qui auraient pu nuancer l’emballement médiatique en faveur du vaccin ? Cela questionne en définitive la nature des lobbies qui dirigent la presse, ainsi que le rôle de la publicité.

10Enfin, ces débats interrogent l’utilité des politiques et des parlementaires qui votent trop de lois, à tel point que nombre d’entre elles ne sont jamais appliquées. Ils votent le budget, alors que le consentement à l’impôt s’annonce comme la question politique majeure pour les cinq années à venir. Enfin, ils jouent un rôle d’investigation parlementaire. Ce travail est mené pour les finances publiques par le député René Dozière ; mais c’est le rôle fondamental des parlementaires que d’aller enquêter plus largement sur les problèmes qui travaillent la société et d’alerter les chercheurs, les journalistes et les politiques. Nous sommes tous devenus des lanceurs d’alerte professionnels ayant le devoir d’informer des citoyens, qui doivent quant à eux être éclairés et vigilants. Néanmoins les « lanceurs d’alerte » ne seront en réalité protégés qu’à partir du moment où les décrets seront parus.

« Les enjeux environnementaux majeurs d’aujourd’hui sont souvent, hélas, les controverses d’hier. »

11Les controverses sont des moyens d’alerter les citoyens et citoyennes et la presse, et surtout la presse scientifique, joue à cet égard un rôle salvateur et très positif. Néanmoins, se pose aussi alors la question légitime des « conflits d’intérêt », la question de l’indépendance de la presse, et la question de l’éthique professionnelle et des pratiques et méthodes de travail.

12Les enjeux environnementaux majeurs d’aujourd’hui sont souvent, hélas, les controverses d’hier.

13Médiator, Amiante, Particules fines (dont le sujet du Diesel), sont des combats majeurs. Parfois des lois parviennent à prendre en compte les évolutions attendues (Utilisation des pesticides) mais le combat reste inégal…

Auteur

Membre de l’OPECST
Sénatrice écologiste de Maine-et-Loire depuis septembre 2011. Elle est Vice-Présidente de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication, de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes et de la Délégation sénatoriale à la prospective. Elle est, par ailleurs, membre de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA).

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access