Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Conclusions

Conclusion de Daniel Boy

Daniel Boy

Texte intégral

1Traiter du journalisme scientifique et des controverses oblige à aborder la question de la controverse en elle-même. Les controverses sociotechniques se déroulent au moins dans une partie de la société : mais sont-elles homologues les unes aux autres ? Stefan Aykut nous a notamment alertés sur le fait que la controverse climatique n’est pas symétrique par rapport aux autres. Les modèles, donc, varient. Dans le cas de la controverse climatique, les relations des acteurs scientifiques avec les journalistes sont différentes de celles qui se sont établies dans d’autres cas : elles sont structurellement meilleures dans le cas du climat.

2Les controverses sont établies autour de référentiels, comme l’a pointé Stéphane Horel, qui a déclaré que la référence du tabac est la meilleure pour comprendre les relations entre industrie, science et journalisme. C’est une position rude, car la controverse autour du tabac a été extrêmement violente. Il n’est pas certain qu’il s’agisse de la meilleure référence pour analyser les controverses.

3L’effet des faibles doses a aussi été souligné comme une source de controverses. Le paradigme de Paracelse, selon lequel « la dose fait le poison », serait de moins en moins vrai. Il y a encore quelques années, au-delà de seuils définis légalement à l’issue de batailles politiques et juridiques, les effets étaient jugés linéaires ou non, mais les scientifiques étaient capables de saisir la relation entre la dose et l’effet. En deçà, ils ne pouvaient rien affirmer, considérant que les effets étaient stochastiques. La remise en cause de ce point de vue est un effet très important des controverses. Cela concerne notamment le cas des OGM. Dans cette controverse, l’analyse est devenue biologique et non chimique ou physique : dès lors que la question est celle de la contamination, la dose importe peu, car le vivant se multiplie. La relation classique entre dose et effets est remise en cause de façon encore plus drastique par le dossier des perturbateurs endocriniens.

4La notion d’effet cocktail est passée extrêmement rapidement dans l’opinion publique. Il s’agit de l’analyse des interactions, qui est bien connue dans l’analyse des données. Lorsque deux variables ont un effet sur une troisième, elles peuvent avoir un effet additif ou interactif : dans ce deuxième cas, l’effet global est différent de l’addition des deux effets pris séparément. Le public ne retient généralement que les effets additifs positifs, mais les effets négatifs existent également. C’est cette première notion qui a été retenue pour les effets cocktail. Il reste à en expliquer les causes.

« […] l’idée selon laquelle un article est fiable dès lors qu’il a été publié dans une revue scientifique à comité de relecture pose un véritable problème. »

5Par ailleurs, l’idée selon laquelle un article est fiable dès lors qu’il a été publié dans une revue scientifique à comité de relecture pose un véritable problème. Ce critère possède en effet une grande fragilité. L’appréciation des compétences des relecteurs est devenue extrêmement compliquée. Il est parfaitement imaginable que des revues célèbres – et Nature n’échappe pas à la règle – publient des articles qui n’auraient pas dû être retenus. Je suis devenu très modeste sur mes jugements en tant que referee, car je peux fort bien ne pas saisir une erreur statistique sophistiquée.

6Depuis quelques années, on assiste à une certaine résurgence du paradigme cognitiviste, qui remet en cause les approches de précaution en considérant que les craintes de la population proviennent d’une certaine ignorance. Cette résurgence est intéressante, même si elle peut être contestée, et son point de vue doit être pris en compte dans les débats.

7La gestion de la complexité est une mission classique du journalisme. Les journalistes doivent expliquer des notions très complexes à un public parfois peu motivé. Il s’agit d’un problème pédagogique, qui renvoie à la formation scientifique et pédagogique des médiateurs au sens large, et qui demeure au centre des débats. Il n’existe pas de façon universelle pour le résoudre de manière élégante. Expliquer prend du temps alors que les journalistes sont pressés, et la question du temps de l’expérimentation se pose par ailleurs aux chercheurs.

8Par ailleurs, le fait qu’il existe toujours des expériences contradictoires aux résultats les plus souvent observés lorsque des expériences sont répétées est très difficile à expliquer au public, même si cela est presque inévitable du point de vue statistique. Cela maintient l’incertitude dans l’opinion, et est très difficile à expliquer pour les scientifiques. Cette question se pose à propos des éventuels effets biologiques des ondes électromagnétiques, qui sont reconnus à travers certaines expériences jugées recevables par l’ANSES, même si la plupart des expérimentations montrent l’absence d’effet. L’ANSES considère que les effets biologiques sont parfois reconnus, même si aucun effet sanitaire n’est détecté, mais recommande toutefois aux utilisateurs assidus du téléphone portable d’utiliser une oreillette, et déconseille cet usage aux enfants. Il est revenu aux journalistes d’expliquer ce point de vue, mais de fait, les articles de presse sur le sujet ont adopté des points de vue très différents. Celui assez clair de l’ANSES n’a donc pas pu être relayé.

9La profession de journaliste scientifique est aussi marquée par des effets de structure qui peuvent être lourds. Guillaume Malaurie a ainsi affirmé qu’il était journaliste de l’environnement, et non journaliste scientifique. Ces deux champs sont souvent confondus dans les rédactions, y compris pour des raisons économiques, mais cela pose problème. D’une part, être journaliste scientifique supposerait en théorie de disposer d’une compétence scientifique générale, ce qui est impossible, mais il faut parfois être, de plus, journaliste de l’environnement. Il faut aussi, le plus souvent, choisir entre les domaines de la santé et de l’environnement, qui sont séparés dans les rédactions.

« […] les problèmes que posent les relectures internes et le choix des titres par les secrétaires de rédaction et non par les journalistes qui peuvent parfois aller à l’encontre du contenu des articles. »

10Sophie Bécherel a par ailleurs souligné la différence entre les journalistes scientifiques et les animateurs-producteurs, qui est aussi un effet de structure considérable et auquel il est difficile de résister. Or, les animateurs-producteurs ne sont ni journalistes ni scientifiques mais prennent néanmoins la parole sans disposer des bons outils pour faire passer les messages. Il faut aussi compter avec les problèmes que posent les relectures internes et le choix des titres par les secrétaires de rédaction et non par les journalistes qui peuvent parfois aller à l’encontre du contenu des articles. Ces effets de structure peuvent poser des conflits. L’évocation des quatre tyrannies auxquelles font face les journalistes participe aussi de cette logique. Il en va de même des stratégies de construction d’audience.

11La question des sources reste cruciale. La règle de l’équilibre des points de vue met souvent mal à l’aise, et il serait intéressant de savoir quelle est l’attitude des journalistes lorsqu’ils savent que le débat est déséquilibré, comme c’est le cas pour la question du caractère anthropique du réchauffement climatique. Est-il possible d’entrer dans une logique pseudo-judiciaire dans ce cas ? Il s’agit là d’un problème très concret. En outre, les domaines scientifiques tels que celui des OGM constituent de très petits mondes, et il est très difficile de se référer à une véritable diversité des sources pour construire des expertises collectives qui permettent de forger une conviction – ce qui est la démarche de l’OPECST.

« Le travail des journalistes consiste donc aussi à interpréter les conflits idéologiques tout en continuant à médiatiser la science. »

12Enfin, le problème des conflits d’intérêts est le plus complexe. Stéphane Horel a mis l’accent sur le critère de la rémunération des chercheurs. Mais la question des conflits d’intérêts ne s’y réduit pas. Il existe des conflits d’intérêts idéologiques : on a tué beaucoup de monde au nom des idéologies et non de l’argent. Il faut donc aussi s’intéresser aux points de vue idéologiques des scientifiques. Mais faut-il pondérer les points de vue militants des différents chercheurs, tels que Gilles-Éric Séralini ou Marc Fellous ? La difficulté consiste à pondérer les intérêts matériels et idéologiques : les journalistes doivent situer les intérêts et donc les connaître, ce qui n’est pas toujours simple.

13Les lobbies sont très puissants, mais les idées le sont également. La dernière enquête du CEVIPOF sur la perception de la science et de la technique en France montre que la position des personnes interrogées sur l’échelle gauche-droite devient prédominante à cet égard. La science est donc en train de se politiser dans notre pays au cours des dernières années. Les mêmes enquêtes réalisées il y a quinze ans montraient la prédominance de la variable culturelle. Il s’est donc passé quelque chose. Le travail des journalistes consiste donc aussi à interpréter les conflits idéologiques tout en continuant à médiatiser la science. Le journaliste scientifique doit aussi mener une certaine introspection quant à sa position sur les problèmes scientifiques. Il en ressort, en conclusion, que ce métier est impossible – ce qui motivera l’organisation de nouveaux colloques sur la question.

Auteur

Directeur de recherche au Centre d’étude de la vie politique française (Sciences Po). Depuis une vingtaine d’années, il a exercé ses activités de recherche et d’enseignement dans trois domaines principaux : la sociologie électorale, l’analyse des mouvements écologistes en Europe et l’évolution des attitudes du public à l’égard du développement scientifique et technique. Il participe régulièrement aux enquêtes électorales du Cevipof et est aussi engagé dans une équipe de recherche qui analyse les mouvements Verts en Europe. Enfin, il a élaboré pour le compte du ministère de la Recherche plusieurs grandes enquêtes sur la perception du progrès scientifique et technique et tiré des conclusions de leurs analyses. Depuis quelques années, il participe à un groupe de recherche européen sur les méthodes de délibération concernant les enjeux scientifiques et techniques. Dans ce cadre, il a contribué à l’organisation, en France, de plusieurs « Conférences de citoyens » sur les OGM, les nanotechnologies, etc.
Daniel Boy exerce également des activités de consultant, notamment auprès de grandes entreprises ayant en charge des problèmes d’environnement de risque ou de sécurité (EDF, ADEME, etc.). Dans ce cadre il a participé à l’élaboration, à l’administration et à l’analyse d’enquêtes de type quantitatif ou qualitatif destinées à mieux comprendre les attitudes du grand public ou de publics spécialisés en matière de perception du risque.
Il est l’auteur de L’écologie au pouvoir (Presses de Sciences Po, 1995, en collaboration avec Agnès Roche et Vincent Jacques Le Seigneur), Le progrès en procès, (Presses de la Renaissance, 1999), Les biotechnologies en débat (Balland, 2002, en collaboration avec Suzanne de Cheveigné et Jean-Christophe Galloux), Les conférences de citoyens, mode d’emploi (Éditions Charles Léopold Mayer, Descartes et Cie, en collaboration avec Dominique Bourg), Pourquoi avons-nous peur de la technologie ? (Presses de Sciences Po, 2007), ou encore Le Débat public, un risque démocratique ? : l’exemple de la mobilisation autour d’une ligne à très haute tension (Lavoisier, Tec & Doc, Sciences du risque et du danger, série Débats, 2009, co-direction avec Mathieu Brugidou).

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access