Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés palestiniens du Liban

 | 
Mohamed Kamel Doraï

Introduction

Texte intégral

  • 1 Par Moyen-Orient, nous entendons ici ce qu’Henry Laurens (Paix et Guerre au Moyen-Orient. L’Orient (...)
  • 2 Georges Corm (Géopolitique du conflit libanais. Étude historique et sociologique, Paris, La Découv (...)

1Depuis cinquante ans les conflits se succèdent au Moyen-Orient1 et l’actualité confirme la permanence des tensions dans la région. Restreindre l’émergence de ces conflits à une fatalité ou aux supposés antagonismes communautaires et religieux semble réducteur et masque les enjeux géopolitiques réels qui sous-tendent ces crises épisodiques. Les conflits israélo-arabe et israélo-palestinien sont symptomatiques des clivages qui traversent cette région. Les logiques d’États, auxquelles il convient d’ajouter l’interventionnisme des grandes puissances, sont sources de tensions. L’organisation de l’espace moyen-oriental a connu d’importants bouleversements tout au long du xxe siècle à la suite de la chute de l’Empire ottoman qui a régné pendant quatre siècles sur la région. Par l’action conjointe des puissances coloniales française et britannique et des mouvements nationalistes qui ont émergé au tournant du siècle dernier, cet espace administré par Istanbul, sans frontière étatique, a été divisé en une série d’États qui ont modifié en profondeur la géographie régionale. Ces divisions, génératrices de tensions, ont ouvert la porte aux conflits qui ont déchiré cette région au xxe siècle. La rivalité Est-Ouest et la maîtrise du pétrole sont autant de facteurs qui viennent s’additionner aux litiges entre États moyen-orientaux2.

  • 3 La permanence de la question des réfugiés est évoquée par Elias Sanbar (« Nous n’avons jamais disp (...)

2La question des réfugiés palestiniens évoque avec acuité les conséquences de ces tensions qui ont déchiré le Moyen-Orient depuis plus de cinquante ans. Si la création de l’État d’Israël en 1948 a répondu aux aspirations du mouvement sioniste à la suite de la Seconde Guerre mondiale, elle a entraîné la déstructuration de la société palestinienne et jeté sur les routes de l’exil des centaines de milliers de réfugiés qui peuplent aujourd’hui une soixantaine de camps disséminés dans les territoires palestiniens ainsi que dans les pays arabes alentour. En 1949, un règlement du contentieux israélo-arabe est tenté au cours d’une réunion en Suisse. Elle échoue et le statu quo territorial fige les frontières étatiques telles qu’elles sont tracées, ou disputées, aujourd’hui. La question des réfugiés palestiniens est discutée, mais tout espoir de solution est vite abandonné. Jusqu’en 1991, date à laquelle se tient la conférence de Madrid qui ouvre la voie à une paix négociée au Moyen-Orient, le dossier des réfugiés ne sera pas abordé. Elias Sanbar note que « le problème des réfugiés palestiniens est depuis longtemps comme l’expression humaine du conflit palestino-israélien et sa non-résolution persistante a constitué l’une des principales sources d’instabilité dans la région3 ».

  • 4 R. Bocco et M.-R. Djalili (dir.), Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations, Paris, P (...)
  • 5 E. Sanbar, Palestine 1948. L’expulsion, Washington D.C., Institut des études palestiniennes (Les L (...)
  • 6 Ces populations sont désignées sous le nom de Turcos en Amérique latine parce qu’elles sont arrivé (...)

3La question des réfugiés palestiniens est l’une des composantes des dynamiques migratoires qui traversent le Moyen-Orient. Cette région est caractérisée par une forte et ancienne mobilité humaine, conséquence des disparités économiques régionales et des actions des pouvoirs politiques qui se sont succédé. Les migrations apparaissent comme un élément fondamental dans la compréhension des mutations de l’organisation de cet espace4. Dans la première moitié du xixe siècle, par exemple, des populations caucasiennes et maghrébines sont venues s’installer dans cette partie de l’Empire ottoman. Puis, après 1850, des mouvements intra-régionaux apparaissent. La circulation des hommes est alors facilitée par l’absence de frontières. C’est dans ce contexte que les premières migrations palestiniennes ont débuté, et ce, avant 1948. Depuis la fin du xixe siècle, des réseaux existent qui relient les différentes communautés palestiniennes dispersées dans les métropoles arabes de l’Empire ottoman. Ces dernières concentrent alors les flux de migrants internes et externes au Moyen Orient. À cette époque, comme le montre Elias Sanbar5, de nombreuses familles commerçantes palestiniennes se sont installées à Beyrouth, à Damas, au Caire ou à Haïfa. Une classe d’entrepreneurs palestiniens s’est développée et des liens familiaux, commerciaux, matrimoniaux et politiques se sont tissés entre ces métropoles arabes. On retrouve aussi quelques dizaines de milliers de Palestiniens en Amérique latine et plus particulièrement au Chili, au Honduras, au Pérou et en Colombie. Ils sont arrivés pour la plupart au début du xxe siècle, période pendant laquelle de nombreux Syro-Libanais ont traversé l’Atlantique6.

  • 7 W. Berthomière « Le “retour du nombre” : permanences et limites de la stratégie territoriale israé (...)
  • 8 G. Simon, op. cit., p. 361.

4À la suite de la Première Guerre mondiale, la géographie moyen-orientale est bouleversée par la colonisation franco-britannique, puis les indépendances divisent et cloisonnent cet espace en entités étatiques distinctes séparées par des frontières. Les mobilités se poursuivent et se développent sous d’autres formes dans ce nouveau cadre régional. Israël s’est construit autour de l’immigration juive. Cette dernière fonde en grande partie la légitimité même de cet État et est l’une des clés de la compréhension de l’organisation spatiale7. Dans un autre registre, la rente pétrolière a transformé les pays du Golfe en d’importants pôles d’emploi au début des années 1970, vers lesquels de nombreux migrants arabes puis d’origines de plus en plus diverses se sont dirigés. Les conflits ont généré pour leur part d’importants flux de réfugiés depuis le génocide arménien du début du xxe siècle, en passant par les conflits israélo-arabes, la guerre civile libanaise, le conflit Iran-Irak, puis la seconde guerre du Golfe. Gildas Simon8 relève à ce propos que les exodes palestiniens « illustrent de manière quasi symbolique les traumatismes humains qui n’ont cessé d’affecter la région depuis quarante ans ». Les migrations des Palestiniens sont le produit des transformations profondes de l’organisation de l’espace moyen-oriental tout au long du xxe siècle. Dans quelle mesure la géographie palestinienne actuelle est-elle la conséquence des ruptures, parfois brutales, qui ont marqué cet espace en mutation ?

5La géographie apporte un éclairage nouveau sur la question des réfugiés palestiniens en replaçant les mutations de l’espace dans lequel ils s’inscrivent au cœur des problématiques régionales. L’espace (i. e. sa maîtrise, son aménagement, sa symbolique) est au centre des tensions moyen-orientales. Dans quelle mesure la dispersion des réfugiés, l’attachement symbolique à la Palestine, le développement des camps, l’intensité des mouvements de population participent-ils à l’émergence d’un rapport particulier des Palestiniens à l’espace ? La singularité de la géographie palestinienne est un instrument de lecture privilégié qui met en relief les ruptures socio-historiques qui ont jalonné la formation d’une diaspora et, par-delà, les évolutions d’une grande partie de l’Orient arabe.

  • 9 On peut se référer au numéro « Les nouvelles dynamiques migratoires au Moyen-Orient » de la Revue (...)

6Comment s’est opérée la mutation de l’espace palestinien depuis l’émergence de la Palestine comme territoire au tournant du xxe siècle, à sa dislocation en 1948 puis à la reconstruction dans l’exil d’une nouvelle géographie ? Les migrations palestiniennes ainsi que les logiques qui les sous-tendent agissent comme un révélateur de ces recompositions spatiales. L’exode de 1948, rupture fondatrice de la diaspora qui va naître, renvoie à une réflexion autour du statut de réfugié, de ses implications spatiales avec la création des camps et du devenir d’une population dont l’exil se prolonge dans un Moyen-Orient traversé par des crises géopolitiques et au cœur d’un système migratoire qui se mondialise9.

  • 10 Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), plusieurs dizaines de milliers (...)

7La diaspora palestinienne compte aujourd’hui près de quatre millions de réfugiés. Plus de 90 % résident dans les pays limitrophes d’Israël et des territoires palestiniens. Cette relative concentration spatiale ne doit pas masquer les importantes différences qui caractérisent chacune des communautés palestiniennes dispersées. Ces différences sont à mettre en relation avec leurs modes d’implantation particuliers dans leurs pays d’accueil respectifs et avec la mobilité, ou l’absence de mobilité, qui les anime. En ce sens, les Palestiniens du Liban présentent toute une série de particularités liées à l’organisation socio-spatiale singulière de leur pays d’accueil. De petite taille, le Liban est fait de contrastes : une géographie accidentée où les espaces montagneux qui constituent l’essentiel du territoire dominent une étroite plaine littorale ; une société urbaine, littorale et commerçante qui coexiste avec un monde rural, certes de plus en plus marginalisé, mais qui marque toujours de son empreinte le Liban actuel ; et un pays longtemps parmi les plus prospères et dynamiques de la région qui porte aujourd’hui les stigmates d’une longue guerre civile qui a détruit l’essentiel de son potentiel économique. La société libanaise est aussi l’une des plus marquées par l’émigration. Depuis la fin du xixe siècle on trouve des Libanais en Égypte, sur l’ensemble du continent américain et en Afrique de l’Ouest. Cette émigration a été réactivée pendant la guerre civile et se poursuit toujours actuellement10. On estime qu’un tiers de la population libanaise vit actuellement en dehors de son pays d’origine. Dans quelle mesure la géographie des Palestiniens du Liban a-t-elle épousé les contrastes de celle de leur pays d’accueil ? Quel lien existe-t-il entre le destin de cette communauté ainsi que de ses pratiques spatiales et l’histoire tourmentée et singulière du Liban ?

UNE GÉOGRAPHIE DE L’EXIL

8Depuis 1948, la géographie palestinienne est faite de ruptures, de fragmentations et de recompositions spatiales. La dispersion des réfugiés palestiniens en est l’un des principaux traits. Ces derniers vont développer dans l’exil un rapport particulier à l’espace qui s’ancre dans les camps de réfugiés. Ces espaces, symboles de la diaspora, sont l’expression même de la géographie palestinienne de l’exil parce qu’ils rappellent le statut de réfugié des Palestiniens, qu’ils sont des lieux d’expression et de recomposition de leur identité et qu’ils traduisent les contraintes exercées par leurs pays d’accueil. La singularité des pratiques spatiales des réfugiés s’exprime donc par leur mode d’implantation particulier dans leurs espaces d’accueil et par les mobilités, le plus souvent contraintes, qui les animent. Comment cette territorialité s’est-elle réorganisée dans la dispersion pour donner naissance à une géographie de l’exil ? Quel est le rôle des camps de réfugiés et des migrations dans la structuration de l’espace diasporique palestinien ? Dans quelle mesure les pratiques spatiales des réfugiés (i. e. leur implantation dans les camps de réfugiés et leurs mobilités) ont été conditionnées, et le demeurent, par le rapport particulier que ces derniers entretiennent avec leur espace d’origine ?

9Il convient de s’interroger tout d’abord sur les facteurs qui permettent d’expliquer la distribution spatiale des réfugiés sur le sol libanais. Dans quelle mesure la répartition géographique des Palestiniens à leur arrivée au Liban est-elle le résultat de l’interaction entre un acteur étatique – l’État libanais –, une agence internationale – l’UNRWA – et des acteurs informels – les réfugiés ? La volonté de l’État libanais est d’assurer sa stabilité politique ainsi que sa sécurité. L’action des réfugiés privilégie les regroupements familiaux et villageois hérités de la période d’avant 1948 ainsi que l’installation dans des zones avec un potentiel économique suffisamment élevé pour leur permettre de trouver du travail. À l’échelle locale, les configurations géopolitiques et économiques font intervenir un plus grand nombre d’acteurs. Le rôle de l’État s’estompe et les acteurs communautaires, comme les populations chiites pour la région de Tyr ainsi que les réfugiés eux-mêmes, imposent leurs logiques propres. À Tyr, par exemple, la population palestinienne est essentiellement dispersée dans les espaces ruraux littoraux, alors que dans le reste du Liban elle est concentrée de façon plus significative dans les zones urbaines. Les différents épisodes de la guerre civile libanaise n’ont pas touché de la même façon chacune des régions libanaises ; les espaces de résidence des Palestiniens ont donc évolué de façon différenciée. À l’échelle locale, d’importantes disparités existent entre les différents espaces de résidence des Palestiniens, que ceux-ci soient intégrés à l’agglomération de Tyr ou qu’ils soient situés dans des espaces ruraux, ou bien qu’ils soient du ressort de l’UNRWA, ou autogérés par leurs habitants parce que ce sont des espaces d’habitat informel.

10Le rapport particulier qu’entretiennent les réfugiés avec leurs espaces d’installation et d’origine, et plus particulièrement les Palestiniens, en font un objet d’étude particulièrement riche et, paradoxalement, assez peu étudié en géographie. Les camps de réfugiés, structures d’accueil à l’origine temporaire et perçues comme telles par les réfugiés et les sociétés d’accueil, se pérennisent et s’intègrent à l’échelle locale dans leurs espaces d’accueil tout en conservant de fortes singularités – juridique, politique et sociale – par rapport à leur environnement immédiat.

11Le rapport à la migration des réfugiés est singulier, il s’inscrit dans une temporalité particulière, puisque, tant que le retour est envisagé, toute installation demeure provisoire et toute nouvelle migration est perçue comme un exil toujours plus lointain. On se trouve confronté le plus souvent à une multiplicité de facteurs qui poussent les populations réfugiées à prendre les routes de l’exil : conflit, pauvreté, marginalisation, illégalité, etc., l’un ou l’autre facteur devenant déterminant à chaque étape traversée. Le rôle joué par les réseaux transnationaux – mis en évidence dans la présente recherche – doit être examiné ; les réseaux familiaux, villageois ou religieux étant les supports, voire les principaux vecteurs, de ces migrations. Une réflexion autour des parcours migratoires de ces populations s’impose alors et permet une relecture des concepts classiquement utilisés en géographie des migrations. Les réfugiés Palestiniens forment-ils une diaspora ? Ces deux termes – réfugiés et diaspora – sont-ils antinomiques ? La polémique qui existe autour de cette question montre la nécessité de redéfinir les termes du débat, et la deuxième partie de cet ouvrage tente de répondre à cette interrogation. Les migrations et les modes d’installation des Palestiniens sont inscrits dans le contexte plus large des parcours migratoires effectués par les réfugiés depuis le début de la guerre civile au Liban, en articulant les réseaux de solidarité mis en place à l’échelle locale (i. e. les camps et les groupements informels) et à l’échelle transnationale.

LES PALESTINIENS DU LIBAN, UNE POPULATION MARGINALISÉE

  • 11 Il existe au Liban un débat sur le nombre de Palestiniens présents sur le sol libanais, les chiffr (...)
  • 12 S. Dupuis, « Palestiniens au Liban : une précarité source d’instabilité », Les Cahiers de l’Orient(...)

12Avec près de 400 000 individus11, il s’agit d’une des principales communautés qui résident en dehors des frontières de la Palestine du mandat britannique, derrière la Jordanie et à égalité avec la Syrie (voir carte 1, p. 16). La communauté palestinienne qui réside au Liban est aujourd’hui l’une de celles dont l’avenir est le plus problématique12. Elle a été partie prenante dans les conflits qui ont déchiré le Liban à partir de 1975 et, de ce fait, a été l’un des segments de la diaspora qui a connu la plus grande instabilité durant ces vingt-cinq dernières années.

  • 13 La distinction entre camp et groupement repose sur le statut juridique de ces espaces. Alors que l (...)
  • 14 La Guerre des camps oppose les Palestiniens à la milice chiite libanaise Amal et se solde par le b (...)

13Au Liban, une première géographie de l’exil s’esquisse à la suite de l’exode de 1948 et avec la stabilisation de la population palestinienne dans les camps et les groupements13 au Liban. La deuxième rupture se manifeste avec l’invasion israélienne de 1982, qui détruit l’essentiel des infrastructures palestiniennes. La Guerre des camps (1985-1987)14 achève cette entreprise, et les réfugiés palestiniens se trouvent marginalisés sur la scène socio-politique libanaise. La troisième rupture survient à la suite des accords d’Oslo, en 1993, qui marquent le recentrage de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) sur les territoires palestiniens et la marginalisation croissante des réfugiés de la diaspora. Ces ruptures, génératrices de mobilité, ont remodelé la géographie palestinienne.

  • 15 Le texte israélien mentionne à deux reprises que la priorité doit être donnée aux réfugiés du Liba (...)

14Les réfugiés du Liban se trouvent aujourd’hui marginalisés dans leur société d’accueil. Leurs spécificités, et l’urgence de trouver une solution durable à leur situation, ont d’ailleurs été soulignées par les délégations israéliennes et palestiniennes lors des négociations de Taba en janvier 200115. Cette communauté, parce qu’elle cristallise des enjeux géopolitiques tant à l’échelle régionale qu’à celle de leur pays d’accueil, est un champ d’investigation privilégié qui permet de soulever de nombreuses interrogations ayant trait aux rapports entre réfugiés, acteurs politiques et dynamiques spatiales. Les mobilités engendrées par les multiples recompositions de l’échiquier politique libanais et régional singularisent ces réfugiés au sein de la diaspora.

Carte 1. Les réfugiés Palestiniens immatriculés à l’UNRWA en 2003

  • 16 UNRWA : Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche (...)

15La guerre civile ainsi que les deux invasions israéliennes ont profondément marqué cette population. Elle est actuellement l’une des plus défavorisées de la diaspora. Aujourd’hui, au Liban, plus de 50 % des réfugiés résident dans les camps de l’UNRWA16. Ce taux élevé est l’un des signes de la précarité de leur installation. Autre signe révélateur de la place des réfugiés palestiniens au Liban : les contraintes juridiques auxquelles ils sont soumis les privent de nombreux droits essentiels comme l’accès au marché du travail. Paradoxalement, pendant plus de dix ans, de 1969 à 1982, les Palestiniens ont connu dans ce pays une liberté d’action que nul autre État d’accueil ne leur a donné, ce qui leur a permis d’inscrire de façon prononcée leur présence dans certains espaces, comme celui des camps.

LA RÉGION DE TYR, UN ESPACE D’INSTALLATION SINGULIER

16Les Palestiniens résident essentiellement dans cinq régions au Liban : à Beyrouth et autour de Tripoli, Saïda, Baalbek et Tyr (voir carte 2, p. 18). La problématique migratoire se trouve au cœur de l’organisation socio-spatiale des Palestiniens de la région de Tyr, espace de recherche privilégié dans cette étude. Principal espace de transit à l’arrivée des réfugiés en 1948, cette région est propice à la reconstitution des différentes phases d’installation des réfugiés au Liban et des logiques socio-spatiales qui les sous-tendent. Il s’agit aussi d’une région où la mobilité des réfugiés, tant interne qu’internationale, a été, et demeure, élevée. Elle est aujourd’hui une des principales régions d’émigration vers l’Europe. Cette recherche repose sur une série de séjours de terrain effectués depuis 1997 dans la région de Tyr, durant lesquels des entretiens ont eu lieu avec les migrants de retour lors des vacances ou des principales fêtes religieuses (comme l’Aïd al Fitr ou l’Aïd al Adha), les migrants potentiels qui exprimaient la volonté d’émigrer, les personnes ayant échoué et les familles de migrants installés en Europe ou États-Unis, toujours présentes à Tyr. Une série d’entretiens a également été effectuée en Suède où réside une importante communauté palestinienne émigrée de Tyr. Aux côtés des entretiens, de nombreuses observations et relevés de terrain ont été effectués, pour cartographier les espaces de résidence des réfugiés, leur évolution ainsi que les modalités de leur intégration à la ville de Tyr.

Carte 2. La région de Tyr dans la distribution saptiale actuelle des Palestiniens au Liban

  • 17 On peut se référer, entre autres, à Rashid Khalidi (Under Siege. PLO Decisionmaking During the 198 (...)

17La population palestinienne qui réside dans cet espace présente la caractéristique, singulière au Liban, de compter trois camps et une série de groupements informels dont la majeure partie se situent en zone rurale, alors que la plus grande partie des camps au Liban sont implantés dans des milieux urbains. C’est aussi un espace géostratégique à l’échelle du Liban et de la région : il se trouve à proximité de la frontière entre Israël et le Liban, une importante population palestinienne y réside, de nombreuses infrastructures politiques et militaires de l’OLP s’y sont développées, la présence chiite libanaise y est dominante et il s’agit d’une zone tampon qui sépare les deux zones d’occupation syrienne et israélienne jusqu’en mai 2000, date à laquelle Israël se retire du territoire qu’il occupait au Sud-Liban 17. La région de Tyr est donc un espace de lecture et de compréhension privilégié des enjeux ainsi que des tensions géopolitiques à l’échelle régionale. La mobilité des réfugiés palestiniens et l’évolution de leurs espaces d’implantation sont tributaires de l’évolution du rôle des acteurs locaux et régionaux au Sud-Liban.

LES RÉFUGIÉS : UNE IMBRICATION DE LA GÉOPOLITIQUE NATIONALE ET RÉGIONALE

18Poser un regard géographique sur la question des réfugiés palestiniens implique aussi de prendre en compte la multiplicité des facteurs géopolitiques qui interagissent à l’échelle locale celle des espaces de départ et d’accueil – et régionale, puisque le volet israélo-palestinien est l’une des composantes d’un conflit régional qui oppose Israël à ses voisins arabes. Les réfugiés forment le versant démographique et humain des contentieux territoriaux israélo-arabes. Ils sont instrumentalisés par les acteurs étatiques et non étatiques en présence.

  • 18 M. Weiner, International Migration and Security, Boulder, Westview Press, 1993, p. 11.

19« Les conflits génèrent des réfugiés, mais les réfugiés peuvent aussi créer des conflits. » Par cette phrase, Myron Weiner18 indique d’emblée la dimension géopolitique de l’analyse des populations réfugiées, de leur genèse aux implications engendrées par leur présence dans leurs États d’accueil. La gestion des populations réfugiées peut s’immiscer dans des questions de géopolitique interne. Au Liban, la présence de près de 400 000 réfugiés palestiniens, à majorité musulmans sunnites, est un élément qui vient perturber le fragile équilibre communautaire sur lequel repose le système politique libanais. Cette question relève aussi de problématiques géopolitiques régionales. L’avenir des réfugiés palestiniens est l’un des dossiers centraux dans les négociations multilatérales mises en place à la suite de la conférence de Madrid, qui a ouvert la voie à un règlement négocié des contentieux israélo-palestinien et israélo-arabe.

  • 19 Pour une définition de la notion de « sanctuaire » on peut se reporter à R. Brynen (Sanctuary and (...)
  • 20 Pour définir l’approche géopolitique nous reprenons les termes employés par Michel Foucher : « [il (...)

20Le Sud-Liban – et plus particulièrement la région de Tyr – est un espace frontière, aux limites des zones d’influence israélienne et syrienne, longtemps aux marges des politiques d’aménagement de l’État libanais. Espace périphérique, mais aussi espace convoité. Les Palestiniens y ont établi un sanctuaire19 à partir duquel ils ont pu développer leurs institutions politiques et militaires. Les chiites libanais y voient aussi une région stratégique à partir de laquelle leur communauté, majoritaire dans cet espace, tente de se frayer une place sur l’échiquier politique libanais qui les maintient en position marginale. Dans cet espace, les modes d’implantation des réfugiés et leurs mobilités sont une clé de lecture privilégiée des tensions géopolitiques locales et régionales20. Leur présence représente un double enjeu : un enjeu démographique pour le Liban et Israël, deux États qui fondent leurs systèmes politiques, sur un équilibre confessionnel pour le premier, sur la supériorité numérique de la communauté juive à la base de la création de l’État d’Israël pour le second. Les réfugiés palestiniens du Liban, et par-delà la question du droit au retour des réfugiés de 1948, sont considérés comme des éléments déstabilisateurs pour leurs systèmes politiques respectifs. Ils représentent aussi un enjeu politique pour l’OLP et l’État palestinien en formation. La géographie de l’exil qui se dessine résulte pour partie des dynamiques propres aux réfugiés (composante interne) et, pour le reste, des contraintes imposées par les acteurs politiques présents sur place, comme l’État libanais, les milices, Israël et la Syrie (composante externe). En fonction de la période considérée, l’une ou l’autre composante prend le dessus et imprime sa marque sur l’espace.

  • 21 « Proche-Orient : mauvaises rencontres », in M.-F. Durand, J. Lévy et D. Rétaillé, Le Monde. Espac (...)

21Jacques Lévy21, même s’il porte un regard critique sur les analyses géopolitiques, relève que « [des conflits présents], comme ceux qui opposent Israéliens ou Arabes ou des États musulmans du Proche-Orient entre eux, révèlent l’existence de géopolitiques “régionales”, irréductibles à la tension ou à la détente dans les relations entre les deux Grands ». En témoigne la permanence du conflit depuis 1989. La population palestinienne des camps, symbole de la diaspora, est un élément de pression sur l’OLP qui tire une partie de sa légitimité de la protection qu’elle assure aux réfugiés. Les attaques menées contre les espaces de résidence des réfugiés visent donc, entre autres, à réduire l’influence de la centrale palestinienne. Les réfugiés du Liban se trouvent alors pris dans un jeu politique qui oppose la direction palestinienne à ses nombreux adversaires. Au Liban, chaque conflit dans lequel la centrale palestinienne est impliquée se traduit par une déstabilisation des réfugiés.

22La géographie de l’exil présentée dans cet ouvrage, à travers l’analyse de l’évolution des espaces d’implantation des Palestiniens dans la région de Tyr, permet de comprendre les rôles respectifs joués par les acteurs étatiques – le Liban, Israël et la Syrie –, les acteurs institutionnels non étatiques l’UNRWA et l’OLP – et les acteurs informels – les réfugiés eux-mêmes, ainsi que les populations et milices libanaises. La multiplicité des acteurs en présence a nécessité la mise en place d’un outil d’analyse spatial approprié, propre à mettre en avant leurs logiques spécifiques. Le recours à l’étude des espaces d’installation des réfugiés à l’échelle nationale – celle du Liban –, régionale – celle de la région de Tyr – et locale – celle de chacun des camps – permet de dégager le rôle spécifique de chacun de ces acteurs.

  • 22 L’État libanais a choisi les lieux d’implantation des camps de réfugiés. Deux logiques ont sous-te (...)
  • 23 R. Brynen, op. cit., 1990 ; R. Khalidi, op. cit., 1986 ; M.-L. Weighill, « Palestinians in Lebanon (...)

23La répartition spatiale des zones d’installation des réfugiés palestiniens ainsi que le développement de leurs infrastructures sont le fruit de l’interaction de trois acteurs principaux : un acteur étatique – le Liban – et deux organisations – l’OLP et l’UNRWA. À l’arrivée des réfugiés en 1948, seuls deux acteurs sont impliqués, l’État libanais en tant que pays d’accueil22 et l’UNRWA, qui est chargée à partir de 1949 de gérer les camps de réfugiés. La gestion de la population palestinienne au Liban n’est pas du seul ressort de l’État libanais et de l’UNRWA. Le troisième acteur, l’OLP, créée en 1964, développe petit à petit ses institutions dans ces différents pays d’accueil. Au Liban, ce développement s’effectue parallèlement à l’accroissement de son rôle politique et militaire dans ce pays et sur la scène politique régionale. La montée en puissance de l’OLP, qui coïncide avec le déclin de l’autorité de l’État libanais, est impulsée par un important développement institutionnel dans les camps palestiniens23. Il existe donc un lien étroit entre développement militaire et politique de l’OLP, accroissement du nombre d’institutions sociales et économiques palestiniennes et développement de l’infrastructure dans les camps.

24Le rôle respectif joué par chacun de ces trois acteurs n’a pas été constant dans le temps. Trois périodes successives peuvent être distinguées : une période dite « libanaise », qui s’étend de l’arrivée des réfugiés jusqu’à la fin des années 1960, durant laquelle l’État libanais contrôle les camps et la population palestinienne. Une période dite « palestinienne », qui débute au début des années 1970, durant laquelle l’OLP prend en main la gestion des camps et de la population palestinienne. La période actuelle, qui débute après l’invasion israélienne de 1982. On assiste à un net recul de l’OLP sur la scène libanaise lié à son départ en 1982 et à son recentrage dans les territoires autonomes après la signature des accords d’Oslo en 1993. Dans le même temps, la population palestinienne est marginalisée sur le plan politique, économique et social.

  • 24 Faute de moyens, le programme d’aide sociale mis en place par l’UNRWA a connu des débuts difficile (...)

25Durant la première période, l’État libanais joue un rôle central dans la gestion des populations palestiniennes. Il exerce son autorité juridique sur les réfugiés palestiniens, qui dépendent de la Sûreté générale, et contrôle les camps. L’UNRWA, créée par la communauté internationale, se substitue à l’État libanais dans certains domaines comme l’éducation, la santé, le logement, et prend part au développement d’infrastructures de base dans les camps24. Les camps de réfugiés, comme la majeure partie des groupements informels qui existent aujourd’hui, ont été créés à cette époque. La naissance de l’OLP, puis son installation au Liban au début des années 1970 à la suite de son expulsion de Jordanie, correspond au déclin progressif de l’État libanais qui s’enfonce progressivement dans la guerre civile.

  • 25 A. Gresh, « OLP : vingt ans après », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 104, 1984, p. 37-50.
  • 26 Les transcriptions de mots en langue arabe ne correspondent pas toujours au système de transcripti (...)

26La deuxième période, qui débute alors, est marquée par la signature des accords du Caire en 1969, qui régissent les rapports entre Palestiniens et Libanais jusqu’à la fin des années 1980. L’émergence politique et militaire de l’OLP s’accompagne de son développement institutionnel au Liban, entre 1970 et 1982, pour satisfaire les aspirations politiques et sociales du peuple palestinien. Pendant cette période, l’OLP gère de facto la population palestinienne qui réside au Liban. La puissance institutionnelle de l’OLP à cette époque ainsi que la popularité de la lutte armée auprès des Palestiniens, où qu’ils résident, font de la centrale palestinienne un véritable symbole de la cause palestinienne25. La construction d’institutions palestiniennes au Liban, principal vecteur du renouveau de l’identité palestinienne en exil, a été perçue par certains comme l’établissement du Liban comme « patrie de rechange » (watan badil26) pour les Palestiniens. Le développement par les Palestiniens d’institutions sociales et politiques au Liban a été favorisé par l’effondrement de l’État libanais qui s’accélère avec la guerre civile. D’abord organisation de fedayin, l’OLP se transforme en une vaste organisation bureaucratique qui emploie environ 8 000 personnes et gère un budget annuel de plusieurs centaines de millions de dollars. On assiste durant cette période à d’importantes transformations de l’espace des camps. Les constructions s’y développent et la qualité de l’habitat, comme des infrastructures, s’améliore. La physionomie actuelle des camps est en partie l’héritage de cette période.

27Pendant la troisième et dernière phase, L’OLP accuse un net recul sur la scène libanaise et l’État libanais impose de nouveau son autorité sur les populations palestiniennes et autour des camps. Les réfugiés sont aujourd’hui soumis à une législation contraignante qui limite leur accès au marché du travail, leur mobilité internationale et leur droit à la propriété. L’UNRWA, pour sa part, faute de moyens financiers, n’a pu remplacer l’ensemble des services offerts par l’OLP et poursuit tant bien que mal son action éducative, sanitaire et sociale. L’espace des camps de réfugiés évolue peu et les conditions de vie s’y dégradent lentement.

L’ÉMIGRATION ACTUELLE : UN NOUVEL EXIL ?

28C’est dans le contexte d’une géographie de l’exil en mutation que se pose la question de l’émigration des Palestiniens du Liban. L’organisation particulière de l’espace palestinien, de sa genèse en Palestine à sa reconstruction dans l’exil, permet de lire dans un continuum les trois étapes de l’élaboration d’une géographie propre aux réfugiés palestiniens : dans un premier temps, on assiste à la genèse d’une organisation socio-spatiale particulière dans la Palestine d’avant 1948, qui sert de matrice et de référent central aux réfugiés après la Nakba. L’exode rompt le rapport territoire/population qui s’est développé depuis le milieu du xixe siècle en Palestine et s’est affirmé au début du xxe siècle. Dans un deuxième temps, une géographie palestinienne de l’exil se construit et recompose l’organisation socio-spatiale palestinienne d’avant 1948, dans la limite des contraintes imposées par la dispersion et des politiques des États d’accueil, le Liban en ce qui nous concerne. Dans un troisième temps, les réseaux de solidarité locaux recréés qui se sont développés à l’échelle des camps de réfugiés se projettent dans un espace transnational avec l’essor de l’émigration des Palestiniens du Liban vers des pays tiers. On assiste donc à d’importantes mutations de la géographie palestinienne qui s’accompagne de changements d’échelle (palestinienne, régionale et mondiale) dont les logiques se croisent et s’imbriquent.

29Les Palestiniens du Liban ont mis en place un champ migratoire original vers l’Europe, même si l’on retrouve aussi dans cet espace d’accueil des réfugiés venus de Cisjordanie, de Gaza ou de Jordanie. Afin de reconstituer les parcours migratoires dans leur totalité, et de saisir les logiques qui sous-tendent l’organisation des filières migratoires du Liban vers l’Europe, nous avons effectué une série d’entretiens en Suède, qui est l’un des principaux pays d’accueil depuis les années 1970. Les réfugiés ont su préserver certaines de leurs structures sociales, malgré la dispersion, en s’adaptant aux contraintes engendrées par la mobilité et en utilisant, dans la mesure du possible, l’espace comme une ressource. Quel rôle jouent les réseaux de solidarité familiaux et villageois dans la capacité des réfugiés palestiniens à surmonter l’instabilité engendrée par la mobilité ? Comment ces réseaux s’inscrivent-ils dans la structure spatiale des camps à l’échelle locale ? Quel rôle jouent-ils dans la mise en place des réseaux migratoires à l’échelle transnationale ?

30L’analyse des dynamiques migratoires des Palestiniens du Liban ne peut se résumer à décrire les différents déplacements internes, exodes, ou migrations forcées consécutifs aux conflits qui ont touché leur pays d’origine, la Palestine, et par la suite leur pays d’accueil, le Liban. Si la distinction classique entre migration forcée et migration volontaire peut apparaître opérante dans certains cas, comme pour l’exode de 1948 qui peut être classé dans la première catégorie, elle semble inadaptée pour décrire et analyser la multitude de configurations migratoires qui se sont développées ces vingt ou trente dernières années au sein de la diaspora palestinienne. Cette dernière mêle migrations de travail, exodes ou recherche d’asile, sans que l’un ou l’autre critère puisse être défini comme unique dans le processus migratoire.

31Il apparaît donc nécessaire de mettre en place une analyse qui prenne en compte la multiplicité des facteurs qui interagissent dans le processus migratoire – conflits, statuts juridiques, politiques migratoires, recherche d’emploi… –, et ce, à différentes échelles spatiales, puisque les logiques et les stratégies des migrants, qui s’inscrivent pleinement dans leurs contextes locaux, viennent se heurter parfois aux logiques des États de départ ou d’accueil. Le recours aux logiques développées au sein des réseaux migratoires permet de dépasser une analyse binaire qui ne prend en compte que des facteurs de répulsion dans le pays de départ et d’attraction dans le pays d’accueil (push and pull). Ils donnent à l’action et à la dynamique socio-spatiale des groupes migrants une place importante dans la compréhension de leur mobilité.

32Tout au long de ces cinquante dernières années, les réfugiés palestiniens se sont organisés en diaspora. Une géographie de l’exil est née de cette dispersion qui a modifié en profondeur l’organisation de l’espace des Palestiniens. L’inscription de la diaspora dans ses espaces d’accueil avec la mise en place des camps de réfugiés a permis la constitution dans l’exil de regroupements familiaux et villageois. La Palestine joue un rôle symbolique structurant dans l’organisation en exil de l’espace palestinien. La reconstitution de la géographie des camps et des groupements palestiniens de la région de Tyr a permis de dégager les éléments déterminant leur évolution socio-spatiale. Elle est impulsée par les réfugiés eux-mêmes, supportée par leurs institutions diasporiques et aidée par l’UNRWA, malgré les restrictions mises en place par l’État libanais et les acteurs hostiles à la présence palestinienne. Les camps et les groupements informels, principaux lieux de résidence des réfugiés, occupent une place particulière dans la géographie palestinienne de l’exil, parce qu’ils sont des lieux de mémoire et parce qu’ils inscrivent dans l’espace de façon pérenne l’exode de 1948 ainsi que la permanence de la question des réfugiés. Ils ont permis le maintien et l’adaptation des systèmes de solidarité traditionnels, qui sont l’une des principales clés de compréhension de l’organisation de l’espace palestinien en diaspora.

33Depuis vingt ans, les migrations se sont accélérées au sein de la diaspora et ont évolué pour s’ouvrir vers de nouveaux espaces comme les États-Unis ou l’Europe. Certains de ces espaces avaient déjà été touchés par une première vague de migrants palestiniens au début du xxe siècle. Les réseaux tissés par les familles palestiniennes avant 1948 ont contribué à former la base de la diaspora qui émerge à la suite de la création de l’État d’Israël. Les communautés présentes en Amérique latine et aux États-Unis jouent toujours un rôle actif dans l’organisation socio-spatiale palestinienne.

34La mobilité des réfugiés palestiniens est un outil d’analyse pertinent des reconfigurations géopolitiques internes au Liban, mais également régionales, ainsi que des mutations socio-spatiales de la diaspora palestinienne. Chaque mutation majeure sur la scène politique régionale s’est soldée par une déstabilisation de la population palestinienne. La création d’Israël, les conflits libanais, la guerre du Golfe et le processus de paix actuel se sont tous traduits par des migrations, internes ou internationales, qui rappellent aux Palestiniens du Liban leur statut précaire et instable de réfugiés tributaires des choix effectués par les acteurs géopolitiques, partie prenante dans les conflits de la région. Cette forte instabilité spatiale est un des éléments qui singularise le segment libanais au sein de la diaspora palestinienne. Ni les Palestiniens des Territoires ni ceux de Jordanie ou de Syrie n’ont eu à subir autant de déplacements et d’exodes successifs. Les facteurs qui permettent d’expliquer cette singularité trouvent leurs origines dans l’équation particulière qui s’est formée entre une diaspora et son État d’accueil. Les réponses palestiniennes à cette mobilité sont elles aussi originales, puisque des réseaux migratoires se sont tissés entre le Liban et l’Europe. Ces filières se sont enracinées dans les années 1970 et ont connu un fort développement à partir des années 1980. Les logiques qui sous-tendent l’organisation de ce champ migratoire sont l’expression des systèmes de solidarité qui se sont reconstruits dans l’exil, dans les limites des contraintes imposées par les États de départ et d’accueil. Ce rapport particulier à la pratique de l’espace est lisible tant dans les modes d’implantation au Liban que dans l’élaboration de réseaux migratoires vers l’Europe au cours de la dernière décennie.

35Le champ migratoire des Palestiniens se met en place alors que les années 1990 sont marquées par une série de recompositions qui bouleversent la scène géopolitique moyen-orientale. La diaspora palestinienne n’échappe pas à ce mouvement. Sa géographie est secouée par l’expulsion des Palestiniens du Koweït et la redéfinition du rôle des acteurs géopolitiques à l’échelle régionale. En 1989, la chute du mur de Berlin marque la fin de la guerre froide qui a largement contribué pendant de longues années à geler tout espoir de paix dans la région. L’intervention américaine dans le Golfe en 1991, soutenue par les Européens et la majeure partie des régimes arabes, modifie en profondeur les équilibres régionaux. L’intifada débutée en 1987 par les Palestiniens des territoires occupés ébranle la politique de colonisation israélienne et sensibilise les opinions arabes et occidentales à la question palestinienne. Le conflit israélo-palestinien se retrouve alors dans une impasse. En 1991, la conférence de Madrid réunit l’ensemble des parties prenant part au conflit, à l’exception de l’OLP. Elle ouvre ainsi la voie à une paix négociée. Parallèlement, un groupe de travail sur les réfugiés est créé qui remet cette question sur le devant de la scène régionale.

36La déclaration de principe signée en 1993 entre Israël et l’OLP débouche sur le retour de la direction palestinienne dans les Territoires et sur une autonomie partielle de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Une période intérimaire de cinq ans est fixée durant laquelle cinq dossiers doivent être négociés : le statut de Jérusalem, le partage des ressources en eau, la définition des frontières, l’avenir des colonies de peuplement israéliennes et le sort des réfugiés. Ces pourparlers auraient dû déboucher, dans le courant de l’année 1999, sur un statut final et mettre un terme au conflit israélo-palestinien. Comme aucun accord n’est conclu entre les parties, la période intérimaire est prolongée de facto. Dans l’ensemble des volets abordés lors des négociations, la question des réfugiés palestiniens est celle qui a fait le moins de progrès. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce retard. Les réfugiés sont disséminés dans l’ensemble des pays voisins d’Israël. Seule une réelle dynamique de négociation à l’échelle régionale aurait permis d’apporter une solution à ce dossier. Les autres aspects des négociations, comme les contentieux territoriaux ou le partage des ressources en eaux, peuvent être discutés dans un cadre bilatéral. Israël a d’ailleurs signé des traités de paix avec l’Égypte et la Jordanie sans que ne soit résolu le problème des réfugiés.

  • 27 On peut lire à ce sujet les travaux de Sari Hanafi ou ceux de Lamia Radi.

37L’Europe, bien qu’elle ait fermé ses frontières aux demandeurs d’asile dans les années 1990, demeure toujours attractive. Les réseaux migratoires mis en place par les migrants, relayés par les communautés palestiniennes déjà présentes en Allemagne, en Suède et au Danemark, permettent d’élaborer des stratégies migratoires qui visent à contourner les contraintes légales. Il est difficile de démêler les causes qui sous-tendent ces nouvelles migrations. Il semble incontestable que de nouvelles pratiques transnationales émergent, essentiellement dans les couches les plus favorisées de la diaspora27. D’autres formes de pratiques transnationales se développent dans les classes palestiniennes défavorisées qui permettent à des formes encore embryonnaires de commerce de voir le jour. Elles ont facilité l’émigration d’une partie des réfugiés les plus pauvres. Des camps et groupements de la région de Tyr se vident progressivement de leurs jeunes adultes. Ces pratiques ont plutôt tendance à renforcer les inégalités au sein de la diaspora. Ceux qui sont exclus de ces dynamiques, les personnes au capital social faible ou les jeunes femmes seules, se retrouvent « à la marge de la marge » dans des situations toujours plus précaires. De nombreuses jeunes femmes palestiniennes n’arrivent plus à se marier et sont contraintes de travailler pour gagner leur vie. La majeure partie d’entre elles, qui habitent dans les groupements ruraux de la région de Tyr, ont un faible niveau d’éducation. Elles ne trouvent donc que des emplois faiblement rémunérés dans les plantations agricoles.

38Quelle lecture peut-on avoir de cette nouvelle mobilité vers l’Europe ? Un redéploiement de la diaspora vers de nouveaux espaces ? Une réinstallation définitive dans des pays tiers faute de pouvoir mettre en pratique le droit au retour des réfugiés de 1948 alors que le processus de paix entamé à Oslo ne laisse entrevoir aucune avancée tangible pour cette population ? Une émigration du Liban alors que ce pays est en proie à d’importantes difficultés socio-économiques et qu’un nombre croissant de Libanais cherchent aussi à quitter leur pays ? L’expérience des réfugiés palestiniens est singulière, même si elle peut être comparée à celle d’autres groupes réfugiés qui sont contraints de quitter leur région d’origine après plusieurs décennies de conflits, comme les Tibétains, les Tamouls ou les Afghans, pour ne citer que ces quelques cas. Le contexte géopolitique régional pèse lourdement sur leur situation. Les réfugiés, en reconstruisant des réseaux de solidarité dans l’exil, ont apporté des réponses originales à leur dispersion forcée, esquissant les traits d’une nouvelle géographie palestinienne dans la diaspora.

39L’objet de la première partie est de définir les contours de la nouvelle géographie palestinienne au Liban par suite de l’exode de 1948, qui a généré un mode d’implantation particulier des réfugiés dans leur État d’accueil. L’évolution du rapport entre l’OLP et l’État libanais produit un contexte plus ou moins contraignant pour la population palestinienne, qui a eu d’importantes implications sur les structures socio-spatiales développées par les réfugiés. L’évolution de la structure des camps et des groupements informels palestiniens est intrinsèquement liée au poids respectif de chacun des trois acteurs précédemment évoqués. Les rapports qu’entretiennent l’OLP et l’État libanais sont décisifs. La centrale palestinienne est génératrice d’opportunités pour les réfugiés alors que les autorités libanaises sont créatrices de contraintes pour cette même population, ce qui se traduit par un arsenal législatif très défavorable aux Palestiniens. L’UNRWA joue un rôle modérateur et tente d’assurer la permanence de services « de base » pour les réfugiés. À leur arrivée, les réfugiés ont trouvé un environnement contraignant qui a déterminé en partie leur répartition spatiale actuelle. Placés d’emblée en marge d’une partie de la société libanaise, les réfugiés ont développé leurs propres structures socio-spatiales, dont les camps sont l’un des aspects les plus significatifs. L’OLP est ensuite venue accélérer ce phénomène, en déployant ses institutions, puis la centrale palestinienne s’est vue contrainte au départ après 1982, remettant en cause les acquis socio-économiques de la période précédente pour les réfugiés. Le rôle de l’UNRWA est, lui, en recul faute de moyens financiers. L’agence ne peut répondre aux multiples demandes sociales et sanitaires d’une population laissée pour compte depuis plus de dix ans, même si elle maintient une aide pour les populations les plus défavorisées. Les jeux d’acteurs institutionnels, étatiques ou non, s’ils déterminent en grande partie les contraintes et les opportunités offertes aux réfugiés, ne doivent cependant pas masquer les initiatives développées par ces derniers. Cet aspect est un des éléments qui permettent de comprendre le développement de l’émigration des Palestiniens du Liban, objet de la deuxième partie. Les migrations développées par les Palestiniens du Liban ébauchent une géographie originale qui caractérise ce segment au sein de la diaspora. Les ruptures géopolitiques, engendrées par les différents épisodes de la guerre civile libanaise et l’invasion israélienne de 1982, entraînent une déstabilisation de la population palestinienne du Liban, qui se matérialise par l’importance des déplacements internes forcés. Cette mobilité interne, couplée à la fermeture des pays du Golfe à la main-d’œuvre palestinienne, débouche sur la mise en place d’un champ migratoire vers l’Europe. Les logiques qui sous-tendent ces migrations, avec la mise en place de réseaux transnationaux qui relient les migrants à leur espace d’origine, sont intégrées dans une réflexion plus vaste autour des concepts de diaspora et de communauté transnationale. Ces migrations sont ensuite mises en perspective avec les développements actuels du processus de paix au Moyen-Orient, rappelant ainsi que les Palestiniens du Liban sont toujours des réfugiés, après plus de cinquante années d’exil.

Notes

1 Par Moyen-Orient, nous entendons ici ce qu’Henry Laurens (Paix et Guerre au Moyen-Orient. L’Orient arabe et le monde de 1945 à nos jours, Paris, Armand Colin, p. 7-10) nomme l’Orient arabe, ou Machrek, par opposition au Maghreb. Ce terme désigne les anciennes provinces arabes de l’Empire ottoman. Tous les pays arabes del’Asie sont concernés ainsi que l’Égypte. Il ne faut cependant pas essentialiser ce terme qui relève d’une construction historique et géographique élaborée par les puissances coloniales au xixe siècle. Pour reprendre Edward Saïd (L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1997, p. 66) : « En rendant compte de l’orientalisme, il faut […] considérer […] la notion même d’un domaine de recherches fondé sur une unité géographique, culturelle, linguistique et ethnique appelée l’Orient. Les domaines sont, bien entendu, fabriqués. »

2 Georges Corm (Géopolitique du conflit libanais. Étude historique et sociologique, Paris, La Découverte, 1986, p. 35-58) et Nadine Picaudou (La Décennie qui ébranla le Moyen-Orient, 1914-1923, Bruxelles, Complexe, 1992) présentent une synthèse intéressante des facteurs géopolitiques qui expliquent la permanence des tensions dans la région.

3 La permanence de la question des réfugiés est évoquée par Elias Sanbar (« Nous n’avons jamais disparu. » Discours prononcé au nom de la délégation palestinienne lors de la séance d’ouverture des négociations multilatérales, Groupe de travail sur les réfugiés, Ottawa, 13 mai 1992, Revue d’études palestiniennes, n° 45, p. 25-32).

4 R. Bocco et M.-R. Djalili (dir.), Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiations, Paris, Puf, et Genève, Publications de l’Institut universitaire des hautes études internationales, 1994 ; A. Bourgey et P.-Y. Pechoux (dir.), Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth, Cermoc, 1985 ; S. Shami, « Mobility, Modernity and Misery : Population Displacement and Resettlement in the Middle East », in S. Shami (dir.), Population Displacement and Resettlement. Development and Conflict in the Middle East, New York, Center for Migration Studies, 1994 ; G. Simon, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, Puf, 1995.

5 E. Sanbar, Palestine 1948. L’expulsion, Washington D.C., Institut des études palestiniennes (Les Livres de la Revue d’études palestiniennes), 1984.

6 Ces populations sont désignées sous le nom de Turcos en Amérique latine parce qu’elles sont arrivées avec des passeports ottomans. On peut se référer à l’ouvrage de Nancie L. González (Dollar, Dove and Eagle. One Hundred Years of Palestinian Migration to Honduras, The University of Michigan Press, 1992) et à l’article de Louise L’Estrange Fawcett (« Lebanese, Palestinians and Syrians in Colombia », in A. Hourani et N. Shehadi [dir.], The Lebanese in the World : A Century of Emigration, Londres, The Centre for Lebanese Studies, I.B. Tauris & Co Ltd Publishers).

7 W. Berthomière « Le “retour du nombre” : permanences et limites de la stratégie territoriale israélienne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 19-3, 2003.

8 G. Simon, op. cit., p. 361.

9 On peut se référer au numéro « Les nouvelles dynamiques migratoires au Moyen-Orient » de la Revue européenne des migrations internationales (n° 19-3), 2003.

10 Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), plusieurs dizaines de milliers de Libanais quittent leur pays depuis la fin des années 1990 (source : <).">http://www.undp.org.lb>).

11 Il existe au Liban un débat sur le nombre de Palestiniens présents sur le sol libanais, les chiffres variant de 400 000 à 250 000. Cette différence s’explique en partie par le mode de calcul adopté, qui reprend soit le nombre de réfugiés inscrits à l’UNRWA (soit 399 152 au 31 décembre 2004), soit le nombre estimé de personnes réellement présentes sur le sol libanais aujourd’hui, qui, étant donné l’importante émigration, se situerait autour de 250 000 individus, sans que cette émigration puisse être quantifiée de manière précise. Les chiffres de l’UNRWA, accessibles et comparables dans le temps et qui serviront le plus probablement de références dans les négociations sur les réfugiés, sont utilisés ici.

12 S. Dupuis, « Palestiniens au Liban : une précarité source d’instabilité », Les Cahiers de l’Orient, n° 35, 3e trimestre, 1994, p. 121-131 ; S. Haddad, The Palestinian Impasse in Lebanon : The Politics of Refugee Integration, Sussex Academic Press, 2003 ; N. Salam, « Quel avenir pour les Palestiniens du Liban ? », Revue d’études palestiniennes, n° (53) 1, nouvelle série, 1994, p. 9-20.

13 La distinction entre camp et groupement repose sur le statut juridique de ces espaces. Alors que le camp est un espace reconnu par l’État d’accueil dont la gestion est confiée à l’UNRWA, le groupement (tajamouaa en arabe) est une zone d’habitation informelle créée par les réfugiés eux-mêmes qui ne relève pas du mandat de l’UNRWA.

14 La Guerre des camps oppose les Palestiniens à la milice chiite libanaise Amal et se solde par le blocus et la destruction partielle de certains camps à Beyrouth et à Tyr.

15 Le texte israélien mentionne à deux reprises que la priorité doit être donnée aux réfugiés du Liban (§ 8a et 14). Le texte palestinien indique pour sa part que l’ensemble des réfugiés du Liban doivent pouvoir exercer leur droit au retour (§ 15). Ces deux textes sont disponibles sur le site du Monde diplomatique (<http://www.monde-diplomatique.fr>).

16 UNRWA : Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient, créé en 1949 par l’ONU pour venir en aide aux réfugiés palestiniens installés en Jordanie, Syrie, Liban, Cisjordanie et à Gaza.

17 On peut se référer, entre autres, à Rashid Khalidi (Under Siege. PLO Decisionmaking During the 1982 War, New York, Columbia University Press, 1986, p. 1766) ou à Alain Dieckhoff (« Les enjeux territoriaux et le processus de paix au Moyen-Orient », in Houchang Hassan-Yari [dir.], Le Processus de paix au Moyen-Orient, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 65-68).

18 M. Weiner, International Migration and Security, Boulder, Westview Press, 1993, p. 11.

19 Pour une définition de la notion de « sanctuaire » on peut se reporter à R. Brynen (Sanctuary and Survival : The PLO in Lebanon, Boulder, Westview Press, 1990).

20 Pour définir l’approche géopolitique nous reprenons les termes employés par Michel Foucher : « [il s’agit d’une] méthode globale d’analyse géographique de situations socio-politiques concrètes envisagées en tant qu’elles sont localisées, et des représentations habituelles qui les décrivent. […] La démarche géopolitique a pour fonction première d’analyser, s’il y a lieu, les articulations entre les composantes externes et les composantes internes d’une situation concrète localisée » (Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1988).

21 « Proche-Orient : mauvaises rencontres », in M.-F. Durand, J. Lévy et D. Rétaillé, Le Monde. Espaces et systèmes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques et Dalloz, 1993, p. 112-113.

22 L’État libanais a choisi les lieux d’implantation des camps de réfugiés. Deux logiques ont sous-tendu son action. La première a consisté à regrouper les réfugiés qui se trouvaient au départ dispersés au Sud-Liban. Le contrôle de cette population nécessite sa concentration dans des espaces délimités, les camps de réfugiés. La deuxième répond à un impératif de sécurisation de la frontière sud-libanaise. La présence de population palestinienne dans la zone frontalière avec Israël est un élément de tension militaire, alors qu’Israël s’oppose à l’infiltration des réfugiés palestiniens. Ces deux facteurs guident l’action des autorités libanaises. Des camps de réfugiés sont établis autour des principales villes littorales où réside une large population sunnite libanaise, comme Saïda, Beyrouth et Tripoli. Des camps subsistent cependant dans la région de Tyr, principal espace de transit lors de l’arrivée des réfugiés.

23 R. Brynen, op. cit., 1990 ; R. Khalidi, op. cit., 1986 ; M.-L. Weighill, « Palestinians in Lebanon : The Politics of Assistance », Journal of Refugee Studies, vol. 10, n° 3, septembre 1997, p. 294-313.

24 Faute de moyens, le programme d’aide sociale mis en place par l’UNRWA a connu des débuts difficiles. Ce n’est qu’au fil des années qu’il est devenu l’une des principales activités de l’agence. Il se développe dans quatre domaines principaux : la lutte contre le chômage et le sous-emploi, l’assistance aux personnes les plus nécessiteuses, une assistance sociale multiforme (distribution de vêtements, d’ustensiles ménagers, de meubles…) et une aide au travail des ONG. Ces activités, qui occupent aujourd’hui environ 20 % du budget de l’UNRWA au Liban, ont pour objectif de pallier en partie le difficile accès des réfugiés au marché de l’emploi de leur pays d’accueil et leur exclusion du droit aux prestations sociales. Une ration alimentaire de base de 1 500 calories est distribuée jusqu’au début des années 1980 aux réfugiés. Faute de moyens financiers, la distribution de rations alimentaires n’a cessé de diminuer pour finalement n’être distribuée qu’aux personnes les plus nécessiteuses. Dès sa création, l’UNRWA a mis en place en collaboration avec l’UNESCO un vaste programme éducatif. Au début des années 1980, il représente plus de la moitié du budget de l’agence et 41 % du budget de l’UNRWA au Liban. L’éducation est un département indépendant au sein de l’UNRWA. 64 écoles primaires et secondaires ont été construites dans ce pays. Des programmes de formation technique et de formation des enseignants ont été mis en place. Des bourses, en faible nombre, sont octroyées pour permettre à des étudiants palestiniens de poursuivre des études supérieures. Les taux d’alphabétisation sont élevés, avec 92 % pour les hommes et 81 % pour les femmes. De nombreux problèmes de santé sont apparus. Ils sont liés à la précarité de vie des réfugiés (malnutrition, logements insalubres…). Dans un premier temps, l’UNRWA a axé ses activités dans la lutte contre les maladies épidémiques comme la malaria ou la tuberculose. Par la suite, l’agence a développé des centres de soins de différents types : hôpitaux, cliniques spécialisées, soins dentaires, laboratoires d’analyses et soins pédiatriques. Le taux de mortalité infantile se situe aujourd’hui entre 30 et 40 ‰. L’agence mène aussi des programmes de prévention sanitaire auprès des réfugiés. Au Liban, ce secteur, qui compte 25 centres de soins, occupe environ 20 % du budget de l’agence.

25 A. Gresh, « OLP : vingt ans après », Monde arabe. Maghreb-Machrek, n° 104, 1984, p. 37-50.

26 Les transcriptions de mots en langue arabe ne correspondent pas toujours au système de transcription couramment adopté en français, et ce, pour se rapprocher au plus de la prononciation libanaise des mots.

27 On peut lire à ce sujet les travaux de Sari Hanafi ou ceux de Lamia Radi.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Les réfugiés Palestiniens immatriculés à l’UNRWA en 2003
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Carte 2. La région de Tyr dans la distribution saptiale actuelle des Palestiniens au Liban
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search