Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Troisième partie. La controverse OGM : focus sur « l'affaire Séralini »

Controverse et sincérité

Jean-Yves Le Déaut

Texte intégral

1L’OPECST a travaillé en continu sur le sujet des OGM, et était même le premier organisme parlementaire à le faire lors de la transposition des directives européennes de 1991. La controverse actuelle a commencé autour de 1996. Au sein du gouvernement d’Alain Juppé, la ministre de l’Environnement Corinne Lepage et le ministre de l’Agriculture Philippe Vasseur se sont affrontés alors que Libération titrait la même année sur le débarquement du « Soja fou ». Rapporteur d’un premier rapport sur les OGM en 1998, j’ai organisé la première conférence de citoyens en France, ai figuré dans la commission des quatre sages sur l’expérimentation en plein champ, ai été président de la mission OGM en 2005… Je suis donc un vétéran du débat sur les OGM, et il est parfois lassant de travailler sur un dossier dans lequel positions et postures s’affrontent.

2Mais je suis aussi un scientifique. Je ne peux donc me départir de ma formation scientifique à travers mon discours d’élu. Au sien de l’OPECST, je recherche toujours le consensus, qui n’a pas été obtenu sur les OGM. Le consensus passe d’abord par la sincérité. Comme Inf’OGM, nous avons pris le temps – deux mois – pour travailler sur l’étude de Gilles-Éric Séralini, et nous suivons toujours la même méthodologie, qui commence par des auditions publiques contradictoires. Il serait souhaitable que de plus nombreux journalistes y assistent – les grands journaux n’y étant que rarement.

3Nous sommes donc attachés, avant tout, à la transparence. Tout d’abord, les OGM n’existent pas intrinsèquement : il existe autant d’OGM que d’événements qui constituent un OGM. Si le NK603 s’avérait dangereux, cela n’aurait aucune signification globale, et ne signifierait pas que les OGM sont des poisons. Il existe aussi des événements de transgénèse dans le domaine de la santé, et qui sont acceptés car les populations souhaitent se soigner et acceptent donc les risques. Mais elles ne les acceptent pas dans le domaine alimentaire, et ne peut les comprendre.

4Si l’on repart de la publication qui a fait suite à l’audition de Gilles-Éric Séralini, qui était sous les feux de l’accusation et qui a donc pu s’exprimer, on constate que l’ANSES était aussi présente. Elle a pointé que l’étude comportait un certain nombre de faiblesses, la principale étant que les conclusions avancées par les auteurs sont insuffisamment soutenues par les données contenues dans la publication. Elle critiquait non seulement la statistique employée, mais aussi l’utilisation de cette souche de rats pour une étude sur vie entière, puisque cette souche développe spontanément des tumeurs. Il est d’ailleurs impossible de savoir si les rats représentés par la photographie publiée par le Nouvel Observateur ont ou non consommé des OGM.

« Le consensus passe d’abord par la sincérité. »

5Pour lever ces critiques, il suffirait de publier les résultats complets de l’étude, comme Gilles-Éric Séralini s’y est engagé lors de son audition. Ceci étant, les modifications obtenues ont été nombreuses, notamment à l’échelle des règles européennes applicables. Plusieurs demandes de l’OPECST, présentées depuis des années, ont été acceptées (publication de l’ensemble des résultats des études, par exemple). Le HCB vient d’affirmer que « le dispositif juridique et pratique actuel permet à toute personne qui le demande d’accéder facilement et rapidement à l’ensemble des données brutes relatives à un dossier de mise sur le marché de plantes génétiquement modifiées ». Il s’agit à la fois des industriels et des chercheurs. Gilles-Éric Séralini s’est donc engagé à transmettre ses données brutes, et il faudrait qu’il le fasse, car la science se nourrit de la confrontation. C’est un point très important.

6Il est presque impossible de travailler dans le domaine du journalisme scientifique dans les journaux grand public, car il s’agit de répondre rapidement à des questions complexes telles que celle des OGM. Je partage totalement l’avis d’Inf’OGM sur la propriété intellectuelle, qui est sans doute la question principale. Faut-il laisser à quelques industriels, au niveau mondial, une partie de plus en plus importante de la propriété sur le vivant ? Aujourd’hui, nous assistons de ce point de vue à un partage du monde dont l’Europe prend le risque d’être exclue. Il est préférable d’en être conscients.

« Faut-il laisser à quelques industriels, au niveau mondial, une partie de plus en plus importante de la propriété sur le vivant ? »

7L’OPECST demande des études de longue durée sur les OGM, mais de façon différenciée selon les espèces. En effet, un rat vit en moyenne deux ans et il faut mener des études qui permettent d’écarter des aléas de fin de vie qui ne sont pas liés à l’alimentation, mais à des dépérissements physiologiques susceptibles de fausser les résultats. Sur les OGM, il aurait été préférable de mener des études sur des ruminants, qui sont concrètement concernés par l’alimentation aux céréales.

8Globalement, sur la question des OGM, nous avons affaire à des postures. Les partisans des OGM considèrent qu’au nom de la science, il n’y a pas de raison qu’existent des dangers supplémentaires. Certains scientifiques expliquent que la totalité des événements transgéniques peuvent potentiellement modifier les gènes voisins. Ces événements transgéniques – souvent, des transferts de gènes d’une espèce à l’autre – permettent de transférer une propriété nouvelle à une espèce : ainsi, on fabrique aujourd’hui l’insuline par génie génétique au lieu de la prélever dans les foies des porcs. Il est impossible de savoir si l’implantation du transgène interfèrera sur les gènes voisins : c’est un point que nous avons soulevé depuis au moins 1998.

9Mais, ce problème ne concerne pas que la transgénèse. Si l’on réalise, demain, de la cisgénèse – c’est-à-dire l’intégration dans une variété d’un gène provenant de la même espèce afin de sélectionner des propriétés – il sera aussi impossible de prévoir les incidences sur les gènes voisins du site d’implantation. Il en est de même pour la sélection naturelle : cela signifie que tout événement transgénique est un événement qui peut induire potentiellement des risques. Or, il est impossible de réaliser des études coûtant 2 à 3 millions d’euros pour la totalité des aliments nouveaux. L’homme a toujours choisi son alimentation par l’intermédiaire d’un processus d’essais, d’échecs et de réussites. Mais désormais, notre alimentation est recomposée, ce qui comporte un certain nombre de risques immunologiques, par exemple. Il sera très difficile de réaliser des études longues sur la totalité des événements OGM. Cela ne signifie pas qu’il faille condamner l’utilisation de tout produit issu d’un organisme génétiquement modifié.

« Sur les OGM, il aurait été préférable de mener des études sur des ruminants, qui sont concrètement concernés par l’alimentation aux céréales. »

10Dans l’affaire Séralini, les publications ont été multiples et simultanées. Cela donne l’impression d’une mise en scène qui n’est pas toujours compatible avec la science. La meilleure façon de revenir sur cette impression est de transmettre les données primaires de l’étude, afin que d’autres scientifiques les analysent et puissent éventuellement contredire l’auteur. En l’occurrence, j’ai invité des journalistes à l’audition de l’OPECST, car plusieurs m’avaient confié qu’ils n’avaient pas respecté les standards de leur publication et l’embargo classique pesant sur la publication scientifique dans ce cas précis. D’ordinaire, les études sont en effet transmises à tous les journalistes demandeurs huit jours avant la publication dans les revues.

« L’essentiel est qu’un débat ait été lancé. »

  • 1 Au moment où je relis ces lignes (janvier 2014), je mesure encore plus que nous avions raison, car (...)

11Guillaume Malaurie n’a peut-être pas ressenti son instrumentalisation et l’organisation de la communication de la part de Gilles-Éric Séralini, car il n’est pas un journaliste scientifique. Mais ce n’est pas le point le plus important. L’essentiel est qu’un débat ait été lancé. Celui-ci a d’ailleurs abouti aux conclusions souhaitées par M. Séralini. L’OPECST a l’habitude de ces débats, et sa communication, à l’inverse, est peut-être trop faible. Nos rapports font référence et nous disposons d’un conseil scientifique de pilotage. Tout parlementaire engageant une étude au sein de l’OPECST est entouré d’un comité de pilotage. Il existe des désaccords sur certains sujets, mais l’OPECST recherche globalement le consensus et est persuadé que c’est par l’expertise publique contradictoire que l’on revalorisera le rôle du Parlement1.

Le Monde, 18 janvier 2013 : Ces étranges accusations de liens entre M. Séralini et une secte guérisseuse.

Notes

1 Au moment où je relis ces lignes (janvier 2014), je mesure encore plus que nous avions raison, car la publication de Gilles-Éric Séralini a été retirée par décision du comité de rédaction du journal Food and chemical toxicology, qui reconnaît donc des faiblesses scientifiques à la publication. C’est suffisamment rare pour être souligné. Je regrette que les autorités scientifiques européennes n’exigent pas la communication des données brutes de M. Séralini pour réaliser une contre-expertise à partir de ses propres données.

Table des illustrations

Légende Le Monde, 18 janvier 2013 : Ces étranges accusations de liens entre M. Séralini et une secte guérisseuse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/24246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

Auteur

Député socialiste depuis vingt-cinq ans d’une circonscription de Meurthe-et-Moselle, est actuellement Premier vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Jusqu’en février 2013, il était aussi Premier vice-président du Conseil régional de Lorraine, délégué au Développement et à la Mobilisation économique (Innovation, Recherche, Enseignement supérieur). Docteur es sciences en biochimie, et professeur des universités, Jean-Yves Le Déaut a dirigé le laboratoire de biosciences de l’aliment, et l’unité de sciences biologiques de l’Université de Nancy I. En 1999, il a rédigé avec Pierre Cohen, député de Haute-Garonne, un premier rapport sur demande du Premier ministre, intitulé « Priorité à la recherche – 60 propositions pour améliorer la synergie entre recherche et enseignement supérieur, l’autonomie des jeunes, l’évaluation, la mobilité et les échanges ». En 2013, parlementaire en mission, chargé par le Premier ministre de la traduction législative des conclusions des « Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche », il lui a remis son rapport « Refonder l’université. Dynamiser la recherche - mieux coopérer pour réussir ». Dans le cadre de l’OPECST, il a réalisé quelque onze études, concernant les biotechnologies, mais aussi les énergies renouvelables, la société de l’information et la gouvernance de l’Internet, ou encore des questions au cœur des controverses entre la science et la société comme les déchets nucléaires, l’amiante, les OGM, le chlordécone ou encore, en janvier 2012, l’innovation à l’épreuve des peurs et des risques, thème sur lequel il assure depuis plusieurs années un enseignement à Sciences Po Paris. Enfin, son dernier rapport présenté en septembre 2013 avec son collègue sénateur et président de l’OPECST Bruno Sido, concerne la transition énergétique à l’aune de l’innovation et de la décentralisation.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access