Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Troisième partie. La controverse OGM : focus sur « l'affaire Séralini »

L'affaire Séralini a-t-elle fait bouger les lignes ?

Rachel Mulot

Texte intégral

  • 1 L’étude a été publiée en septembre 2012 dans la revue Food and Chemical Toxicology.

1Lorsque les travaux de Gilles-Éric Séralini – qui portent sur une étude à vie entière sur des rats – ont été publiés1, il n’existait que deux travaux à vie entière sur des animaux ; il existait aussi une douzaine d’études d’une durée de plus de trois mois, une douzaine d’études multigénérationnelles, mais aucune étude sur la santé humaine et aucun suivi vétérinaire sur les animaux n’étaient disponibles. En France, des études à quatre-vingt-dix jours sont exigées pour accepter des dossiers d’OGM. L’Europe ne les exige pas encore mais songe à le faire.

2Quelques mois avant que n’éclate l’affaire, une équipe française a réalisé une méta-analyse à partir de l’ensemble des vingt-quatre études de longue durée, et n’a mis en évidence aucun effet sur la santé des animaux nourris avec ce maïs, ce qui a donné lieu à des articles dans Le Figaro, par exemple, mais n’a entraîné aucun débat particulier.

3Actuellement, l’Union européenne, en toute discrétion, lance enfin un programme d’expertise sur la façon d’évaluer les impacts sanitaires des OGM à partir d’animaux nourris avec ces plantes, et s’interroge à travers le programme GRACE pour savoir si les tests à quatre-vingt-dix jours sont pertinents pour évaluer le risque alimentaire. Elle envisage aussi de mener des études à long terme. L’Europe, via le programme ARLON, se propose aussi de mettre en place le premier suivi vétérinaire d’animaux nourris avec des OGM.

4Avant l’affaire Séralini, le discours dominant, calé sur la toxicologie réglementaire, considérait que les études à quatre-vingt-dix jours n’étaient pas une garantie absolue d’innocuité, mais qu’elles constituaient des éléments forts, car les éventuels problèmes se manifesteraient dès vingt-huit jours. Il n’était pas jugé nécessaire de mener des études de long terme, plus coûteuses.

5Après l’affaire, l’ANSES réfute la validité de l’étude Séralini à partir de très forts éléments, mais salue son originalité et considère qu’il faudrait mener des études à vie entière sur les animaux. C’est aussi l’avis d’une partie du HCB, dont le collège scientifique éreinte l’étude, mais dont le collège économique et social considère qu’il serait intéressant de mener des études de longue durée, voire à vie entière. Depuis, l’Union européenne et la France ont lancé de façon complémentaire des protocoles pour construire des études à vie entière sur les rats. L’Europe consacrerait trois millions d’euros pour évaluer le maïs NK603 (sans le pesticide associé) et l’EFSA, au départ très opposée à des études de longue durée, s’est empressée de postuler pour mener cette expérience. La France a lancé à l’été 2013 un appel d’offres pour un consortium de recherche, et proposait de dégager 2,5 millions d’euros pour conduire une étude à vie entière.

« Dans ma rédaction, la découverte du dossier du Nouvel Observateur a provoqué à la fois stupeur et questionnement. […] Il ne s’agit pas de la manière habituelle de travailler »

6Dans ma rédaction, la découverte du dossier du Nouvel Observateur a provoqué à la fois stupeur et questionnement. Les questions portaient sur le titre, sur les photos utilisées, et surtout sur la clause d’embargo qui a été signée avec l’équipe de Gilles-Éric Séralini avant la publication. Il ne s’agit pas de la manière habituelle de travailler : d’ordinaire, nous faisons réagir d’autres chercheurs sur les études nouvelles après la relecture des articles par les pairs. Ceci étant, les méthodes de Gilles-Éric Séralini ne sont pas isolées. Des pratiques semblables s’observent dans le domaine de la paléoanthropologie, à ceci près que les clauses d’embargo ne comportent pas d’amende en cas de non-respect de ce dernier. Il existe donc des domaines scientifiques pour lesquels des sujets sont livrés clé en main à des journalistes choisis, en leur demandant de respecter un embargo qui prévoit une publication simultanée avec celle de l’article scientifique dans la revue primaire.

7Ma publication appartient au même groupe que Le Nouvel Observateur, où travaille Guillaume Malaurie, mais nos deux rédactions sont parfaitement étanches et nous avons été surpris de la publication de ce dossier. Nous avons toujours traité des travaux de Gilles-Éric Séralini, notamment ses questionnements sur les méthodes d’évaluation des pesticides. Les échanges entre la directrice de la rédaction et Guillaume Malaurie n’ont pas été partagés avec les journalistes, et nous avons attendus la fin de l’embargo pour découvrir l’étude sur le site de Food and Chemical Toxicology, afin de la soumettre à des chercheurs. Nous avons décidé de travailler en équipe (de trois journalistes) pour rendre compte de la critique de l’étude. L’un d’entre nous a interrogé un toxicologue qui a déclaré qu’il fallait envoyer une commission d’enquête dans le laboratoire de Gilles-Éric Séralini, car les conclusions étaient explosives.

8Quelques jours plus tard, j’ai participé à la conférence de presse de Gilles-Éric Séralini, qui a souligné à propos de ce toxicologue qu’il s’agissait de l’homme qui avait autorisé le maïs NK603 en France, et qu’il s’agissait d’une grave erreur journalistique de notre part. De retour à la rédaction, nous avons âprement discuté pour savoir jusqu’à quel point il fallait situer la parole des scientifiques. En définitive, nous avons décidé de questionner la parole de cet expert, qui a dès lors expliqué comment il avait aidé les industriels à construire les protocoles d’évaluation du NK603. Nous avons aussi pris en compte la parole des autres acteurs de cette controverse : soutiens politiques, soutiens financiers, relais sur Internet, etc.

9Comment l’article est-il parvenu au Nouvel Observateur et comment le titre de la une a-t-il été choisi ? Quelles ont été les clauses particulières exigées par Gilles-Éric Séralini ? Les réactions observées étaient-elles prévisibles ?

Le Monde, 30 novembre 2013 : OGM : l’étude polémique du professeur Séralini désavouée.

Notes

1 L’étude a été publiée en septembre 2012 dans la revue Food and Chemical Toxicology.

Table des illustrations

Légende Le Monde, 30 novembre 2013 : OGM : l’étude polémique du professeur Séralini désavouée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/24236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Journaliste à Sciences et avenir
Formée en droit à Nancy ainsi qu’au CFPJ (Centre de formation des journalistes de Paris), a travaillé dans la presse quotidienne régionale, à l’Écho Républicain, avant d’intégrer le magazine Sciences et Avenir en 1994. Elle a donné des cours à l’École supérieure de journalisme de Lille pour les étudiants de la section scientifique. À Sciences et Avenir, elle est aujourd’hui chef de service, en charge des enquêtes. Elle a longtemps tenu les rubriques « Évolution » et « Environnement », véritables mines à controverses ou polémiques avec des sujets sur l’intelligent design, les capacités d’abstraction des hommes préhistoriques, la place de l’homme dans le monde animal, le nucléaire et les énergies renouvelables, les OGM, les perturbateurs endocriniens, les abeilles, l’incinération des déchets, etc.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access