Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Deuxième partie. Les perturbateurs endocriniens

Controverses transatlantiques

Jean-Paul Gaudillière

Texte intégral

1Le travail que j’ai effectué sur les débats sur les perturbateurs endocriniens aux États-Unis et en France avec Nathalie Jas, chercheuse à l’INRA, se situe dans le cadre de la notion de controverse sociotechnique prise au sens large. Elle mêle en permanence les éléments expérimentaux, l’expertise et la décision politique. De ce point de vue, la trajectoire des débats sur les perturbateurs endocriniens partage de nombreux points avec la controverse sur le changement climatique. On peut cependant parler d’une certaine controverse scientifique sur les perturbateurs endocriniens.

2Nous n’avons pas travaillé directement sur les médias. Leur rôle, dans la manière très différente par laquelle la controverse s’est constituée en France et aux États-Unis, pourra cependant être saisi à travers quelques indications. Il est possible de puiser dans les archives du New-York Times et du Monde pour relever la façon dont la question a été traitée.

3La place de ces deux journaux dans le débat public et dans l’expertise est semblable, et c’est pourquoi la comparaison est intéressante. Le corpus est à peu près de la même importance (environ deux cents articles), mais celui-ci n’a pas été publié exactement à la même période. Pour le New-York Times, les publications débutent en 1991, à la date de la conférence de Wingspread, qui introduit le terme de perturbateurs endocriniens et qui amène à discuter des problèmes mis en lumière par des médecins, des spécialistes des écosystèmes et des espèces sauvages, des endocrinologues et des physiologistes. Le terme va rapidement s’imposer dans l’espace public. Le quotidien publie ensuite environ une dizaine d’articles par an sur le sujet.

4La période de publication est beaucoup plus courte pour Le Monde. Le terme n’apparaît qu’au tout début des années 2000 et le gros des publications date d’après 2005. Le cadrage est aussi différent. Le Monde identifie clairement un problème lié aux perturbateurs endocriniens, et le qualifie très souvent comme négligé, mal pris en compte ou appelant une réponse politique. Le New-York Times insiste beaucoup plus sur les incertitudes et met en scène des mises en balance entre scientifiques et critiques. Les cibles visées sont aussi différentes. Dans la presse française, les problèmes de reproduction sont mis en avant, à travers les enquêtes menées sur la qualité du sperme, le déclin de la fertilité masculine, la puberté précoce des filles, etc. La question du bisphénol A a ensuite été traitée. Dans le contexte américain, la question des cancers environnementaux domine. Les cibles se rejoignent dans les années 2000, puisque le bisphénol A vient alors au premier plan.

« Le Monde identifie clairement un problème lié aux perturbateurs endocriniens, […]
Le
New-York Times insiste beaucoup plus sur les incertitudes. »

5Le rapport au politique et à l’expertise menée pour préparer les prises de décision diffère également. Le New-York Times insiste sur les résultats expérimentaux isolés, essentiellement en laboratoire. Ainsi, il consacrera une de ses unes, en 1997, au retrait d’un article publié dans Science, par l’université de Tulane (Louisiane) – un des premiers articles sur les effets de synergie, en l’occurrence entre deux pesticides. Le même journal cible par ailleurs très spécifiquement les enjeux industriels, en présentant les communiqués des industriels ou des associations d’expertise qui leurs sont proches, et en publiant des articles sur les conflits d’intérêts de scientifiques liés à des industriels ou à des ONG environnementales. Le cadrage effectué par Le Monde est très différent. La discussion sur le contexte porte sur la régulation et sur l’attitude de la puissance publique : choix de dispositifs de screening, interdiction du bisphénol A, etc.

6Le paysage médiatique est donc très contrasté entre les États-Unis et la France. Comment l’expliquer ? Andrew Revkin, journaliste scientifique, évoque quatre tyrannies très présentes dans le contexte américain : la quête de l’événement permettant de monter en première page, la mise en scène de l’information comme événement, la tyrannie du temps, et, surtout, la question de la politisation. Revkin met en avant ce dernier facteur qui joue contre le travail journalistique et contre la possibilité de rendre compte de la complexité et de l’incertitude. Cela rejoint des éléments mis en avant par les historiens et les sociologues des États-Unis sur la nature des rapports entre science, expertise et politique outre-Atlantique.

7L’importance de l’expertise publique aux États-Unis explique la percée du débat sur les perturbateurs endocriniens malgré la remise en cause de la toxicologie et de l’endocrinologie antérieures. Cela se réfère notamment au pouvoir d’audition du Congrès, qui peut entendre scientifiques et experts dans un contexte calqué sur le cadre de l’arène judiciaire, mais aussi à l’expertise publique telle qu’elle fonctionne dans le droit américain, dans lequel chaque partie convoque ses propres experts – là où les experts sont en France mandatés par le juge en position de surplomb ou indépendante. Le procès sur le distilbène a ainsi beaucoup pesé pour modifier la compréhension du mode de fonctionnement des hormones. Ces dispositifs favorisent la montée en controverse, mais contribuent aussi à réifier le fait isolé qui va précéder une mise en perspective plus générale par la suite.

8La controverse a par ailleurs changé de statut aux États-Unis avec la montée en puissance de la fabrication de l’ignorance reliée aux pratiques d’un certain nombre de porteurs d’intérêts – l’industrie, au premier chef – qui instrumentalisent la mise en scène de l’incertitude. Il s’agit d’instiller l’idée qu’il n’existerait pas de réelle controverse en mettant en scène des incertitudes qui ne sont plus considérées comme telles par la communauté scientifique, comme cela s’est produit dans la controverse sur les effets du tabac. Ce phénomène est majeur, et a pu conduire des scientifiques – notamment ceux qui sont engagés dans la reconnaissance des risques portés par les perturbateurs endocriniens – à un raidissement méthodologique préjudiciable à la discussion publique. Il s’agit dans ce cadre d’insister sur les critères formels de la garantie de scientificité : les bonnes pratiques de laboratoire ont notamment eu pour conséquence de rendre le travail sur les faibles doses plus difficile, et la revue par les pairs a été transformée en critère absolu et en garantie contre les conflits d’intérêts.

« La controverse a par ailleurs changé de statut aux États-Unis avec la montée en puissance de la fabrication de l’ignorance reliée aux pratiques d’un certain nombre de porteurs d’intérêts […] qui instrumentalisent la mise en scène de l’incertitude. »

9À l’inverse, la configuration française porte beaucoup plus sur la trajectoire de la controverse elle-même. La problématique des perturbateurs endocriniens a été construite dans le cadre français dix ans plus tard qu’aux États-Unis, en procédant au transfert d’un certain nombre d’éléments de cadrage. Mais la mise en place scientifique diffère : en France, le problème a été construit autour des endocrinologues et des épidémiologistes, mais le lien avec le cancer est presque invisible. Cela reflète une histoire très différente de la santé environnementale dans les deux pays, les épidémiologistes français centrant leur approche sur le monde du travail et non sur l’environnement, en mettant en avant les fortes doses. Enfin, il faut noter que l’environnement journalistique contribue à modifier le paysage scientifique.

Auteur

Historien, directeur d’études à l’EHESS, est directeur du Cermes3 (Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société) à l’IFRIS (Institut francilien recherche innovation société) et directeur de recherche à l’Inserm. Ses travaux actuels portent sur les rapports sciences, médecine et industrie appréhendés à partir de l’histoire du médicament au xxe siècle. Il s’agit d’aborder les transformations sur longue période d’un ensemble de problèmes allant des modalités d’organisation de la recherche aux usages cliniques du médicament en passant par la production industrielle, le marketing ou la gestion de la propriété intellectuelle des agents thérapeutiques.
Jean-Paul Gaudillière dirige le projet ERC Advanced GLOBHEALTH, projet collectif soutenu par le Conseil européen de la recherche, qui consiste en une étude historique et anthropologique des deux régimes de savoir et d’action qui ont caractérisé le gouvernement de la santé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : le régime de la santé publique internationale, dominant jusqu’aux années 1980, centré sur les politiques d’éradication, le rôle des États-nations et du système des Nations unies (OMS) et le régime actuel de la santé globale qui privilégie les régulations marchandes, les alliances et partenariats publics-privés, la gestion des risques et des maladies chroniques, l’intervention chimio-thérapeutique.
Jean-Paul Gaudillière et notamment l’auteur de Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant après 1945 (La Découverte, 2002) et La médecine et les sciences. xixe-xxe siècles (La Découverte, 2006).

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access