Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Deuxième partie. Les perturbateurs endocriniens

La question des sources

Cécile Klingler

Texte intégral

1La Recherche a publié un dossier de une sur les perturbateurs endocriniens en juin 2013. J’ai commencé à proposer le sujet en novembre 2012 en conférence de rédaction car le contexte s’y prêtait : loi sur l’interdiction du bisphénol A, publication de l’avis de l’ANSES sur cette substance au printemps 2013, et attente de l’avis de l’EFSA. Dès 2004, nous avions publié un dossier intitulé « Le casse-tête des perturbateurs hormonaux », qui posait déjà les principales questions. Le dossier de 2013 visait à démystifier certaines formules vagues sur le sujet, et à faire le point des avancées malgré les lacunes restantes, à la fois en termes de recherche fondamentale sur les mécanismes à l’œuvre et de démarche de toxicologie réglementaire – même cette dernière est extrêmement lente. Il s’agit à la fois d’un problème scientifique et de société.

2En matière de sources, il est toujours aisé de s’adresser à des interlocuteurs aux opinions tranchées et contradictoires pour construire un article. Mais cela ne fait pas avancer les débats. Le fait de travailler dans un mensuel permet de rencontrer les chercheurs dont le positionnement est beaucoup plus nuancé, et de faire appel aux expertises collectives qui sont en général préférables aux expertises individuelles. Les apports des colloques ne doivent pas être négligés, car ils permettent de saisir les débats entre scientifiques, sociologues, militants associatifs, voire industriels et politiques. Et en effet, fin 2012, un colloque de la société française Santé et Environnement a été consacré aux signaux faibles, avant qu’un colloque de l’ANSES ne soit dédié aux perturbateurs endocriniens. Ils ont été l’occasion d’échanges de points de vue et de discussions parfois percutantes, et ont permis de se forger une idée sur les débats existant au sein de la communauté scientifique et avec la communauté scientifique.

3Nous avons fait le choix de disposer d’un certain recul historique en traitant d’un cas précis : l’histoire du distilbène en France. Dans le contexte de l’affaire du Médiator et de celle de la pilule de troisième génération, il permettait de faire le point sur les réticences des personnes et des structures à faire évoluer leurs positions. C’est un point clé dans le cas des perturbateurs endocriniens, car il s’agit de remettre en cause, en particulier, les modalités d’expertise de la toxicologie classique forgées il y a trente ans et selon lesquelles « la dose fait le poison ». Ces procédures sont partiellement remises en cause dans le contexte des perturbateurs endocriniens : les journalistes se rendent compte qu’il existe un dissensus entre les toxicologues, qui disposent d’un savoir endocrinologique, et les autres. C’est un point qui doit être mis en avant dans nos articles, car c’est un problème important pour la compréhension du public, qui doit bien distinguer les débats de la communauté strictement scientifique et les interférences des conflits d’intérêts.

« En matière de sources, il est toujours aisé de s’adresser à des interlocuteurs aux opinions tranchées et contradictoires pour construire un article. Mais cela ne fait pas avancer les débats. »

Auteur

Docteure en biologie, a opté pour le journalisme en 2000. Elle a alors occupé, au magazine La Recherche, les fonctions de chef de rubrique « biologie » avant de devenir, en janvier 2014, chef des informations dans ce même magazine. Depuis septembre 2009, elle y est également auteur de la chronique « Question d’éthique ». Concernant les sujets « science et société » qui lui tiennent particulièrement à cœur, elle a récemment conçu et coordonné le dossier « OGM, vérités & mensonges », paru en décembre 2012 à la suite de « l’affaire Séralini », ainsi que le dossier « Perturbateurs endocriniens, comment ils menacent notre santé » paru en juin 2013

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access