Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Deuxième partie. Les perturbateurs endocriniens

Une controverse scientifico-administrative

Stéphane Foucart

Texte intégral

1Les journalistes scientifiques sont confrontés à des arguments contraires dans le cadre de la controverse sur les perturbateurs endocriniens. On peut esquisser un parallèle entre celle-ci et la controverse climatique, car dans les deux cas, on constate un argumentaire à géométrie variable de la part des climatosceptiques et de ceux qui pensent que les perturbateurs endocriniens ne méritent pas d’être réglementés en tant que tels.

2Dans le cas du changement climatique, la controverse a commencé par la mise en doute du phénomène lui-même. Dès le milieu des années 1980 émerge aux États-Unis un premier argumentaire selon lequel il n’est pas certain que le réchauffement soit réel en raison des approximations du système de mesure, etc. Une fois que le réchauffement a été attesté, la preuve de la responsabilité anthropique a été mise en doute. Et dès lors que ce point a été établi, il ne restait plus ensuite qu’à affirmer que le réchauffement n’est pas un phénomène très grave.

3Le trépied rhétorique a été le même pour les perturbateurs endocriniens. Le premier argument opposé aux chercheurs qui ont enquêté sur les effets à faibles doses a été la négation de ces effets, du fait, notamment, de l’absence de protocole expérimental standardisé. Après que des milliers d’expériences en laboratoire ont démontré l’existence d’effets in vivo à faibles doses sur des animaux, il a été rétorqué que ces effets n’existaient pas dans la population humaine générale, prétendument moins imprégnée que les animaux de laboratoire. Et une fois que des études de biomonitoring ont montré que l’exposition de la population humaine était comparable à celle de ces animaux, les opposants à la réglementation ont prétendu que ces effets n’étaient pas graves. Actuellement, plusieurs agences sanitaires affirment ainsi que les effets biologiques des perturbateurs endocriniens ne sont pas délétères.

« […] il n’existe pas véritablement encore de controverse scientifique sur les perturbateurs endocriniens. »

4Face à cette situation, les journalistes scientifiques habitués à la controverse climatique sont donc suspicieux. Il ressort du débat qu’il n’existe pas véritablement encore de controverse scientifique sur les perturbateurs endocriniens, car ceux qui pensent que le problème existe sont ceux qui publient des résultats de recherche originaux, alors que ceux qui s’opposent à la réglementation sont des acteurs qui publient très peu et qui sont associés de façon plus ou moins étroite aux agences de sécurité sanitaire, voire à l’industrie. S’agit-il alors d’une controverse scientifique ou d’une controverse scientifico-administrative ?

Le Monde, samedi 5 octobre 2013 : Scandale européen sur les perturbateurs endocriniens.

Table des illustrations

Légende Le Monde, samedi 5 octobre 2013 : Scandale européen sur les perturbateurs endocriniens.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/24208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Depuis 2000, journaliste au quotidien Le Monde, où il est chargé de suivre les sciences de l’environnement. Physicien de formation, il est diplômé de l’Université Paris 6 et de l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ Lille). Il est l’auteur du Populisme climatique (Denoël, 2011) et de La Fabrique du mensonge (Denoël, 2013), deux essais sur le détournement du discours scientifique et son utilisation à des fins de propagande, ainsi que de Climat : la catastrophe annoncée (Éditions Le Monde, 2013). En 2012, il a été conjointement avec Sylvestre Huet (Libération), le premier journaliste à recevoir le prix Diderot-Curien, pour sa couverture de la controverse climatique. Avant d’entrer au Monde, il a vécu et travaillé deux ans à Amman (Jordanie).

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access